Want to make creations as awesome as this one?

Transcript

Ensemble des travaux Genially 2023-2024 HLP Littérature

Mahé Lanson - 1e08

Chapitre : L'homme et l'animal

Peinture à l'huile de Hans Bol (1534-1593) réalisée environ vers 1591.

Le mythe de la tour de Babel provient de la Bible, et nous raconte l'histoire des humains après le Déluge. Au début, les humains parlent tous la même langue et vivent en communauté. Boursouflé d’orgueil, les hommes décident de bâtir une tour dont le sommet touche le ciel et ainsi tutoyer les dieux. Le but, c’est aussi de ne plus être victime d’un second déluge et défier ainsi le divin : ils veulent que le bâtiment soit assez haut pour que tout le monde puisse être à l’abri, rendant alors la sentence divine inefficace. Dieu, pour les punir, va confondre leur langues de manière à ce qu'ils ne puissent plus communiquer entre eux. Les hommes se dispersent ensuite sur toute la Terre avec chacun un language différent. Ils sont donc incapables de se comprendre.Sans ce language commun, les hommes n'ont pas pu continuer la construction de la tour car ils ne se comprennent pas. Sans cette cohésion plus rien ne peut être construit. Ce mythe représente un des pouvoirs de la parole : engager un dialogue, se faire comprendre.La fameuse Tour de Babel, l'un des mythes les plus connus de la Bible, est entrée dans le langage commun au point de devenir une expression répandue ‘une tour de Babel’ utilisée pour désigner un endroit où la confusion est totale, où le bruit règne en maître.

Le mythe de la tour de Babel
Explication d'un passage de la Planète des Singes de Pierre Boulle

Lecture du passage de La Controverse de Valladolid, Jean Claude Carrière

Lecture du passage de Magellan, Stephan Sweig

Ici, les animaux caricaturent l'homme en l'imitant. Ces singes sont habillés comme des hommes et discutent entre eux.
Ferdinand Van Kessel, Die tabakrauchende Affenrunde, XVIIe siècle, huile sur panneau, 22 x 28,5 cm
Dans cette oeuvre, les animaux sont représentés en bêtes sauvages et indomptables, contre qui les hommes se battent. Ce genre de peinture sert à raconter les histoires rapportées par les voyageurs du nouveau monde.
La Chasse au Tigre, Pierre-Paul Rubens, 1617-18
Sur cette peinture, l'animal est représenté comme le fidèle ami de l'homme. Le lévrier regarde son maître et se laisse carresser . La présence de ce lévrier met en valeur son maître, lui donnant un aspect victorieux et noble.
Anton Van Dyck, Portrait de James Stuart, 1635-1636, huile sur toile, 99,7×160 cm, collection privée, Londres
Bilan sur le chapitre Les représentations du monde

L'étude approfondie des représentations du monde m'a profondément fait réfléchir et remettre en question certaines de mes perceptions préconçues. À travers les nombreux textes et oeuvres analysés, j'ai été confrontée à une multitude de points de vue, de cultures et de réalités sociales qui m'ont poussée à élargir ma vision du monde.Premièrement, j'ai réalisée à quel point ma propre perception du monde était limitée par mes expériences personnelles, mon vécu et ma culture. En examinant les différentes perspectives offertes par les œuvres étudiées, j'ai pris conscience de l'importance de considérer les points de vue divers et de reconnaître la complexité de la condition humaine.De plus, j'ai été confrontée à des situations et des contextes sociaux qui m'étaient auparavant étrangers. Les textes m'ont exposé à des réalités et des difficultés auxquelles je n'avais pas été confronté auparavant, ce qui m'a amenée à remettre en question mes propres préjugés et à approfondir ma compréhension des enjeux sociaux et culturels.En outre, cette étude m'a également permis de développer un esprit critique plus précis. En analysant les différentes représentations du monde présentées dans les textes, j'ai appris à remettre en question les discours préétablis et à examiner de manière critique les idées et les valeurs transmises.Enfin, cette exploration m'a incitée à me poser des questions essentielles sur ma propre position dans le monde et sur la manière dont je contribue à son évolution. En interrogeant les représentations du monde présentées dans les textes, j'ai été amené à repenser mes propres convictions et à réfléchir à une autre manière de regarder le monde.Pour conclure, l'étude des représentations du monde dans ce premier thème a profondément élargi ma vision du monde en me confrontant à la diversité des expériences humaines et en m'incitant à développer un esprit critique et méthodique. Cette expérience m'a encouragée à continuer à questionner et à explorer le monde qui m'entoure avec ouverture d'esprit et curiosité intellectuelle.

Bilan des séances 1 et 2 : L'homme et l'animal

Le mythe de Lycaon que nous avons étudiés en classe nous fait réfléchir sur la part d'animalité de l'homme. Dans ce mythe nous suivons l'histoire de Lycaon, roi d'Arcadie et tyran, qui se fait punir par Jupiter le roi des dieux pour l'avoir dupé. Sa transformation fait allusion au mythe du loup-garou, créature mycanthrope. Ici, le tyran est transformé en loup. Mais sa métamorphose rappelle sa cruauté humaine : comme le loup, il était "affamé de meutres", était animé d'une folie meurtrière. Finalement, Lycaon garde sa bestialité d'humain malgré le fait qu'il soit désormais un animal, autant sur l'aspect comportemental que physique : "il conserve quelques restes de sa forme humaine".Ce mythe représente la sauvagerie et la violence propre à l'humain, qui est inconsciement un animal. L'espèce humaine a beau avoir une apparence différente de cet autre type d'être vivant, il adopte la même attitude sur certains aspects.

En quoi ce texte fait-il écho à celui de Yourcenar ?