Want to make creations as awesome as this one?

More creations to inspire you

NORMANDY 1944

Horizontal infographics

LIZZO

Horizontal infographics

BEYONCÉ

Horizontal infographics

ONE MINUTE ON THE INTERNET

Horizontal infographics

SITTING BULL

Horizontal infographics

RUGBY WORLD CUP 2019

Horizontal infographics

Transcript

PRESENTATION DU POEME :

  • Long poème en vers libres
  • Publié en 1914
  • Recherche de modernité avec usage vers libres saccadés
  • Evocation prosaïque
  • Oeuvre riche avec juxtaposition images apocalyptiques et mélancoliques
  • Oeuvre la plus célèbre de B.C. et qui l’a fait connaître

LA PROSE DU TRANSSIBERIEN

Blaise Cendras

Récit d'un voyage

→ Nombreux toponymes :- illustrent longueur du voyage afin de comprendre sentiment de lassitude.- permettent de représenter les envies du poètes : voyager, vie de bohémien, parcourir le monde en quête de liberté.- le poète est avant tout un lecteur qui souhaite rêver et vivre ses lectures.

→ L'auteur exprime sa volonté et son besoin d’aventures insatiables : « j’avais soif », « j’avais faim » = élément vital.→ Figure du poète voyageur : « Je suis en route/ J’ai toujours été en route » = figure du bohémien.

→ Les paysages se succèdent et s'enchainent « comme un accordéon » recréant ainsi l'atmosphère du voyage.→ Les différents paysages évoqués allant de la beauté de Moscou à la triste réalité des pays en guerre « En Sibérie tonnaient les canons, c’était le guerre ».

  • Chemin de fer reliant Moscou à Vladivostok.
  • Atmosphère du trajet évolue tout au long du poème :
  • Le voyage en train est devenu désagréable à cause de la guerre omniprésente, il devient interminable.

RUSSIE

Le Transsibérien

D'abord source de liberté, d'imagination

Puis environnement macabre, bruyant, effrayant, pas agréable

Etat de tristesse vague accompagné de rêverie :

  • Jeanne renvoie le poète à l’enfance et à Paris dont ils s’éloignent.
  • Adolescent = triste comme s’il regrettait ce voyage.
  • Train = métaphore du temps comme une rupture, une séparation pour se lancer dans la vie adulte.
  • Il se remémore sa jeunesse perdue et sa solitude.

Mélancolie de Cendrars

  • B.C s’affranchit de la versification traditionnelle : vers libres saccadés qui s’enchainent sans liens.
  • Ponctuation négligée.
  • Prosaïsme des anecdotes et de références historiques rompent avec le modèle classique de la poésie qui évoque des sujets nobles.
  • L’anacoluthe et l’énumération favorisent la juxtaposition des images = simultanéité.
  • Forme : livre tableau plié en accordéon en collaboration avec Sonia Delauney.
  • Le rythme des vers libres accélère et ralentit pour représenter celui du train.
  • Evocation des sens : SYNESTHESIES.

Poème moderne et innovant :

NEW YORK

MONTMARTRE, PARIS

JEANNE

Prostituée = muse ambivalente de l'auteur

  • Elle est idéalisée semblable à une fleur "fleur candide", "sans reproche".
  • Elle est évoquée avec tendresse et pitié : champ lexical de la pitié "trop pauvre".

  • Poète agacé par sa présence : « tu m’énerves », « les hanches angulaires ».
  • Il l'avilie et la rabaisse à sa fonction de façon méprisante

Figure féminine à la fois pure, fragile mais aussi souillée et malheureuse. Les irrégularités du dialogue amoureux rappellent les incertitudes adolescentes de l’amour.

Notre avis

  • Nous avons apprécié l'univers mêlé d’horreur, de tristesse et d’amour dans lequel l'auteur nous plonge.
  • Alors qu’il évoque les évènements de son époque, il manie avec brillance l’hypotypose et les synesthésies nous donnant ainsi l’impression de vivre chaque étape de son voyage à ses côtés.
  • Nous avons alors apprécié cette proximité entre le lecteur et l’auteur.
  • Il parvient également à nous transmettre cette envie de découverte, d’évasion qui nous a beaucoup plu.

→ Les deux poètes s'affranchissent des règles de la poésie : utilisation de vers libres = rythmes nouveaux, création d'une poésie irrégulière, suppression ponctuation chez B.C. => Rejet de conventions littéraires, modernité.→ Evocation prosaïque : thème de la prostitution, de la guerre dans La Prose du Transsibérien. Rimbaud évoque les plaisirs simples et prosaïques, notamment dans "Au Cabaret Vert", lors d’une de ses pauses en tant que voyageur : atmosphère chaleureuse du cabaret, servante agréable, plaisirs triviaux de la nourriture et des boissons.→ Nombreuses références historiques : B.C. mentionne la révolution russe et la guerre contre le Japon. Rimbaud évoque guerre franco-prussienne et s'inspire de certains auteurs, notamment de V. Hugo dans "Les Effarés" où il dénonce la misère des enfants. → Thèmes du voyage, de l'adolescence, de la quête de la liberté. Tous deux s'apparentent à des bohémiens ayant la soif de découvrir le monde.→ Synesthésies omniprésentes et jeu sur les couleurs.

Similitudes avec Rimbaud

Révolution russe de 1905 et la guerre contre le Japon

Lexique du feu, de la guerre, des blessures : « brûlait », « tueries », « plaies béantes ».

« Si j'étais peintre, je déverserais beaucoup de rouge, beaucoup de jaune sur la fin de ce voyage » → les couleurs choisies symbolisent la maladie, la tristesse, le sang, la GUERRE.

Evocation fréquente mort : « des bandes de corbeaux » → annonciateur de mauvais présage, « les trains silencieux les trains noirs » qui transportent la mort + couleur qui connote la mort.

Plus on se dirige vers l'Est, plus l'atmosphère de la guerre s'intensifie.

Conditions de vie terrible : maladie (peste, choléra), la faim, le froid, ...

  • Afin d’endormir Jeanne, B.C. lui raconte un histoire où il s’imagine vivre dans un pays où tout semble agréable :
    • Evocation des îles du Pacifique = vie simple et joyeuse.
    • Pense au Mexique = liberté que cherche l'auteur.
    • Environnement coloré et lumineux : vie est resplendissante, rayonnante, B.C évoque même le « paradis ».
    • Souhait de s'y intaller avec Jeanne.
  • Cette vision de la vie semble idyllique et apaise Jeanne qui s’est endormie.

ILES DU PACIFIQUE

Le rêve d'un pays idéal

Sonia Delaunay et Blaise Cendrars

Sonia et son mari Robert créent un mouvement artistique intitulé le simultanéisme en 1912.Amitié rapide entre la peintre et le poète → partage d'un imaginaire commun et d'un goût pour la recherche de nouvelle formes esthétiques.Ils créent tout deux une liberté inventive inédite, en rassemblant rythme, couleurs et mouvements, à traver La Prose du Transsibérient et de la Petite Jehanne de France. Le poème mêlent une dimension poétique et artistique innovante, illustrant la dynamique et le sens du voyage.Le simultanéisme est présent dans les livres simultanés qui juxtaposent un flux d’images, d’impressions, de sensations et de souvenirs, tantôt lyriques, tantôt apocalyptiques → nouveau langage fait de contraste et de mots.

Contexte d’écriture :

  • B.C. se remémore son long voyage de Moscou à la Mongolie.
  • Révolution russe (1917-1923).
  • Guerre russo-japonaise de 1905.

  • Frédéric-Louis Sauser = poète voyageur suisse qui fugue et voyage depuis sa jeunesse : ses voyages inspirent l’auteur pr ses écrits.
  • Fait partie cercles artistiques modernistes.
  • Soldat amputé de la Première Guerre mondiale.
  • Pseudonyme qui reprend l'image du phénix.

Blaise Cendras

SUISSE

1887-1961