Want to make creations as awesome as this one?

More creations to inspire you

7 CONTINENTS

Horizontal infographics

A2 - ABENTEUER AUTOBAHN

Horizontal infographics

EUROPE PHYSICAL MAP

Horizontal infographics

TEN WAYS TO SAVE WATER

Horizontal infographics

GRETA THUNBERG

Horizontal infographics

FIRE FIGHTER

Horizontal infographics

Transcript

La Révolution Française

Renforcement et Approfondissement

Clique pour commencer

Parcours renforcement

Parcours l'histoire de Napoléon

Parcours Le développement de la presse

Parcours Les femmes dans la Révolutions

EN CHANTIER

Parcours Une France nouvelle

CLique sur le bouton au dessus pour voir le dessin animé

Quand tu as tout bon passe à l'étape suivant

Clique ici pour faire le teste !

Des grandes femmes de la Révolution

Clique sur le portrait des femmes pour décourir leur rôle dans la Révolution

Olympe de Gouges

Prend des notes dans ton cahier sur la biographie d'Olympe de Gouges et sur son oeuvre célèbre (en cliquant sur les boutons à coté de son portrait.

Theroigne de Mericourt

Charlotte Corday

Germaine de Staël

Clique pour télécharger et compléter le questionnaire sur l'ordinateur puis lance la vidéo

Les nouveaux symboles de la France

Demande la fiche d'activité "les symboles de la République" au professeur, puis clique pour passer à l'étapes suivante.

Complète ta fiche en cliquant sur les différents symboles

Un Drapeau

Un Symbol

Un Hymne

Une fête nationale

Une France transformée

Demande la fiche d'activité "Une France transformée " au professeur et complète la. Fais vérifier ton travail par le professeur, puis colle la feuille dans ton cahier pour terminer ce parcours.

Biographie

Née à Marcourt dans les Pays Bas autrichiens en 1748, issue d’une famille de paysans propriétaires. Intéressée par les arts, elle s’installe à Paris où elle côtoie des artistes. Au début de la Révolution, elle milite pour la liberté et fréquente des députés de l’Assemblée Constituante. Elle ouvre un salon et fonde une société patriotique fréquentée par des révolutionnaires. Critiquée par les monarchistes qui l’accusent d’avoir voulu assassiner la reine Marie Antoinette, elle doit retourner dans son pays où elle est enlevée par des monarchistes, arrêté et conduite devant la justice. Innocentée, elle revient à Paris et s’engage aux côtés des députés Girondins. Elle prend part à la prise du palais des Tuileries le 10 août 1792 et participe aux violences perpétrées par les révolutionnaires. Lors de la chute de la Gironde en mai 1793, elle est arrêtée et fouettée devant la Convention. Théroigne s’enfonce de plus en plus dans la folie et elle est internée dans un asile en 1794, où elle meurt en 1817.

Une oeuvre célèbre

Extraits de la Déclaration des Droits de la femme,Olympe de Gouge, 1791 :Article premierLa Femme naît libre et demeure égale à l'homme en droits. Les distinctions sociales ne peuvent être fondées que sur l'utilité commune.Artcle IIILe principe de toute souveraineté réside essentiellement dans la Nation, qui n'est que la réunion de la Femme et de l'Homme : nul corps, nul individu, ne peut exercer d'autorité qui n'en émane expressément.

(ROUDINESCO (Elisabeth), Théroigne de Méricourt : une femme mélancolique sous la Révolution, Seuil, 1989,p. 31)

Citation sur Charlotte Corday

« vierge criminelle de la jeune république, Brutus femelle pour les modérés, nouvelle Jeanne d ‘Arc pour les Amis du roi, monstre sanguinaire pour les partisans de Marat »

Biographie

Elle est née à Paris en 1766. Son père, Necker, est le dernier grand ministre de Louis XVI. Sa mère organise des salons littéraires auxquels Germaine de Staël assiste dès son enfance et discute donc avec des encyclopédistes et des hommes célèbres. Elle pratique la religion protestante. En 1786, elle se marie avec le baron suédois de Staël-Holstein qui est ambassadeur de Suède en France, ce qui explique qu’elle sera informée des premiers épisodes du début de la Révolution. Elle organise de nombreux salons littéraires très fréquentés à Paris et elle souhaite une démocratie selon le modèle anglais. En 1792, elle se réfugie en Suisse et revient à Paris après la chute de Robespierre en 1794. Elle espère que Bonaparte sauvera la Révolution, mais celui-ci la trouve trop influente auprès de ses opposants et la chasse de France en 1804. Elle meurt en 1817.

Biographie

Elle est née en 1768 en Normandie dans une famille de petite noblesse descendante du dramaturge Pierre Corneille. Elle s’intéresse à la politique, lit les journaux et s’enthousiasme pour les idées nouvelles mais refuse la Terreur. Elle est indignée par les massacres de septembre 1792 et reproche à Jean-Paul Marat de pousser à la guerre civile. Lors de la chute des Girondins, elle décide d’agir. Elle se rend à Paris pour tuer Marat. Sous prétexte de lui fournir des informations sur la révolte fédéraliste en Normandie, elle est introduite chez lui et l’assassine dans son bain le 13 juillet 1793. Le tribunal révolutionnaire la condamne à mort, elle est guillotinée à Paris le 17 juillet 1793.

Biographie

Née à Montauban en 1748, considérée selon la rumeur comme l’une des filles de Louis XV, mariée à 17 ans, elle s’enfuit du domicile conjugal à l’âge de 20 ans. Au début de la Révolution, elle se lance dans la lutte pour l’égalité des droits. Déçue par la Constitution de 1791 qui exclut les femmes de la vie politique, elle publie la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne. Dans l’article 10 de cette Déclaration, elle écrit cette phrase étonnante : « Une femme à le droit de monter à l’échafaud, elle doit avoir également celui de monter à la tribune ». Arrêtée comme girondine, elle tente en vain de faire croire qu’elle est enceinte pour échapper à la guillotine. Elle est exécutée le 6 novembre 1793.

STAEL (Madame de), De la littérature (édité par J. GOLDZINK et G. GENGEMBRE, GF, Flammarion, 1991

Textes Célèbres

« Depuis la Révolution, les hommes ont pensé qu’il était politiquement et moralement utile de réduire les femmes à la plus absurde médiocrité« Eclairer, instruire, perfectionner les femmes comme les hommes, les nations comme les individus, c’est encore le meilleur secret pour tous les buts raisonnables, pour routes les relations sociales et politiques auxquelles on veut assurer un fondement durable »

Source Archives d’Etat à Vienne, 2ème liste du portefeuille de Théroigne, Konvolut III inédit (dans ROUDINESCO (Elisabeth), Théroigne de Méricourt : une femme mélancolique sous la Révolution, Seuil, 1989, p. 53)

Citation célèbre

« La liberté des femmes qui ont les mêmes droits naturels que les hommes et qu’en conséquence, il est souverainement injuste que nous n’ayons pas le mêmes droits en société »