Want to make creations as awesome as this one?

More creations to inspire you

GRETA THUNBERG

Horizontal infographics

FIRE FIGHTER

Horizontal infographics

STEVE JOBS

Horizontal infographics

ONE MINUTE ON THE INTERNET

Horizontal infographics

SITTING BULL

Horizontal infographics

Transcript

L'écrit dans la liaison GS-CP

Les affichages

Les outils

Les espaces aménagés

La démarche d'enseignement

la progressionl'emploi du temps

le prescrit

Les références didactiques

Dans les écoles de la circo Madrague

Laurie Vernay et Christel Pastor

Les écrits courts

Ecrits ritualisés

Dans toutes le disciplines

Les joggings d'écriture

Écrire dans toutes les disciplines

En étude de la langue

Différents types d’écrits de travail :

Les écrits de recherche

Le journal des apprentissages

Les écrits personnels

Les écrits de mémorisation

Des exemples de productions :

En EPS

Les joggings d’écriture :

Qu’est-ce-que c’est ?

Pourquoi ? Comment ?

Exemples de lanceurs d’écriture :

A partir d’une structure répétitive

A partir d’illustrations

Sur une thématique

Ecrire une devinette

Produire à plusieurs : cadavre exquis

Les affichages

Pour communiquer

Pour classer

Pour faire appel à des savoirs linguistiques

Pour lire les règles

Pour se remémorer

Pour garder trace des procédures

Pour aider à produire

La progression etl'emploi du temps

Emploi du temps GS

Eduscol GS

Progression pour les GS

Emploi du temps CP

Progression pour les CP

Eduscol CP

Les espaces aménagés

Explicitation des espaces à sénarios GS

Le coin graphisme GS

le salon de thé GS

le coin écrivainGS-CP

Padlet espaces à scénarios

Les outils

Le calendrier d'écriture

Les écritures autonomes

Les écrits courts

la dictée à l'adulte

les essais d'écriture

L'album écho

Situations d'écriture CP

Le prescrit

Les programmes

des programmes aux outils

Le guide pour enseigner l'écriture

les ressources Eduscol

Le rapport de l'IGESR

p8

La démarche d'enseignement

Play

La démarche prog de Mireille Brigaudiot

En GS

Encoder une phrase

La démarche de Roland Goigoux

Les références didactiques

Les différents traitements de Fijalkow

Pascal Maillot

Les stratégies de Florence Bara

Play

Les dimensions de l'acte d'écriture de Bernadette Kervyn

L'écrit dans les écoles de la circo Madrague

EM La Cabucelle

EM LA CABUCELLE

Emploi du temps MS

En CP : Copies et dictées représentent les 1ers écrits produits.Progressivement les élèves vont être amenés à écrire une phrase avec l'aide du maître à partir de mots connus et déchiffrés. Le maître corrige tout ce qu'il peut corriger et souligne les erreurs pour guider l'élève : ce qui ne peut être orthographié par manque de connaissance sera recopié à partir d'un modèle. Connaitre l'orthographe d'un mot donné procure un symbole visuel de la façon dont il doit être prononcé. Ce symbole est gardé en mémoire et influence la façon dont les sons des mots sont conceptualisés (stockage d'unités phono-graphémiques). Ecrire suppose : de disposer d'un bagage lexical permettant d'exprimer ses idées de savoir produire des phrases cohérentes et de les enchainer d'avoir des connaissances sur la forme et sur le genre de texte à écrire (comment fait-on pour raconter ? Pour décrire ? Pour expliquer ? Quels temps verbaux utiliser ? Quelle disposition sur la page ?). Durant la phase de planification : que dois-je écrire ? pour qui ? Avec quel enjeu ? Quelles connaissances mobilisées ? Quel répertoire mental de mots ? Quelle organisation du texte ? Quelles étapes et quelles progressions ? Donc bien plus qu'un brouillon. Puis révision, améliorer... DONC REGARD CRITIQUE. PAS D EXERCICES QUI S'APPUIENT SUR DES DESSINS (ne pas être influencé, ne pas deviner).

- Parfaitement lisibles ( attention à l'écriture et à la surcharge d'informations). - Utiles : pas de redondances inutiles. - Evolutifs : complétés au fur et à mesure des rencontres opportunes. - Utilisés : ils doivent être des outils fonctionnels de référence.

Les performances des élèves qui ont bénéficié d'activités d'essais d'écriture ont des performances ultérieures en orthographe lexicale et en lecture, supérieures. Les profils d'enfants scripteurs d'Emilia Ferreiro : - pré-syllabiques : n'utilisent ni syllabes ni phonèmes pour transcrire - syllabiques : une lettre correspond à une syllabe - syllabico-alphabétiques : productions qui alternent entre l'utilisation d'une lettre pour une syllabe ou pour un phonème. - alphabétique : chaque signe graphique représente un phonème de la langue. 3 Activités à privilégier : l'activité de transport copie (MS/GS) : modèle à aller observer et mémoriser avant de le transcrire sur son support. la dictée à l'adulte : Raconter et négocier avec le professeur ce qui est à écrire. L'intérêt de cette activité repose sur la mise en mémoire de l'énoncé, sa segmentation et l'oralisation de l'écrit. Demander aux élèves de repérer les morceaux d'énoncés non encore écrits ce qui oblige l'élève à prendre des repères dans la chaine orale et l'acte graphique. les essais d'écriture : essais guidés dans l'espace dédié / projet d'écriture / commande de mots pour s'entrainer. 3 stratégies possibles pour écrire : phonologique et épellative (certains élèves ne s'appuient pas sur la syllabe, il n'est pas recommandé de les y obliger). stratégie analogique, stratégie lexicale.

L'oral emploie: - un vocabulaire moins étendu et moins précis qu'à l'écrit. - des éléments sans contenu informationnel destinés simplement à maintenir la communication (eu... mm...) qui n'apparaissent jamais à l'écrit. - un nombre de mots grammaticaux plus élevé que celui des mots lexicaux, contrairement à l'écrit. Les langages oral et écrit n’ont pas tout à fait la même syntaxe. L’énoncé oral se construit essentiellement autour du verbe (« Il a mangé, il s’est brossé les dents puis il s’est couché »), alors que la phrase écrite privilégie la nominalisation (« Après le repas et le brossage des dents, il s’est couché »). De plus, l’oral accepte : • des énoncés parfois inachevés ou avec télescopage entre deux constructions ; • l’omission d'une partie de la négation (je veux pas vs je ne veux pas) ; • des interrogatives intonatives (tu viens ?) ; • une thématisation particulière très expressive avec des présentatifs (c’est Maëva qui parle), ou des reprises pronominales (le loup, il sort du bois), qui créent des effets expressifs plus intenses ; • une hiérarchisation des éléments différente dans le langage oral de ce qu’elle est dans le langage écrit : « Moi mon vélo eh ben / ses roues elles sont toutes dégonflées » vs « Les roues de mon vélo sont dégonflées ».

Brouillon

Carnet de lecteur

Le cahier d'expériences