Want to make creations as awesome as this one?

Transcript

La science

Notions : science-raison-vérité-religion

start

Philosophie

introduction

Définition de la "science"

start

la science

La science (comme l'indique l'étymologie scientia) au sens large désigne le savoir, la connaissance. On peut la diviser en plusieurs branches

Sciences formelles

Sciences expérimentales

Sciences humaines

Sciences qui ne s'appuient que sur la pure rationnalité, sans expérimentationEx : Mathématiques, logique...

Sciences qui étudient l'homme dans ses différentes dimensions.Recherchent l'objectivité mais supposent une part d'interprétation.Ex : histoire, psychologie...

Sciences qui se testent par l'expérimentation scientifiqueEx : physique, chimie

intro

SCIENCE ET CROYANCE -La science et la croyance semblent à première vue totalement s'opposer. En effet alors que la croyance se définit comme quelque chose d'incertain, de non prouvable, de douteux, la science au contraire se revendique comme étant certaine, et prouvée. Or est-ce vraiment le cas ? Ne s'appuie-t-elle pas sur certains présupposés et certaines croyances ? Est-elle absolument certaine ? Il convient aussi d'interroger les rapports entre science et foi : la religion est-elle une croyance irrationnelle opposée à la science ? Peuvent-elles se compléter ? Etre conciliables ? SCIENCE ET EXPERIENCE -L'expérience désigne d'abord l'expérience sensible : ce que l'on perçoit par nos sens. Il faudra alors interroger son rapport avec la science : la science se construit-elle à partir de l'expérience sensible, ou au contraire en s'opposant à elle ? L'expérience en science renvoie aussi à l'expérimentation scientifique : celle-ci apparait comme ce qui permet à la science d'être certaine et crédible. Mais l'expérimentation est-elle aussi fiable qu'on ne le pense ? SCIENCE ET REALITE -La science apparait à première vue comme la discipline permettant de connaitre de réel, de le saisir de manière certaine et objective. Mais la science décrit-elle le réel tel qu'il est, ou n'est-elle qu'une grille de lecture imparfaite ? Il convient aussi d'interroger le pouvoir de la science sur la réalité : quel est son impact ? Comment devons-nous agir face à elle dans notre vie ?

Questions qui se posent

la science peut-elle décrire le réel ?

SCIENCE ET EXPERIENCE

SCIENCE ET CROYANCES

science et croyance : deux domaines distincts

Le rôle de l'observation en science

1

L'expérimentation scientifique

2

SCIENCE ET REALITE

1

2

Notre attitude face à la science

1

2

Science et foi

3

La science ne repose-t-elle pas sur des croyances ?

SCIENCE ET CROYANCE : deux domaines distincts

Platon, dans La République, présente l'allégorie de la caverne. Le monde hors de la caverne représente le monde de la science : celui de la connaissance, du savoir. La connaissance vraie est celle qui s'appuie sur l'essence du réel, ce qu'il est vraiment : elle s'atteint par notre raison. Au contraire le monde de la caverne désigne le monde de la croyance : c'est-à-dire ce qui est douteux, incertain. Dire "je crois qu'il fera beau demain", c'est se contenter des choses telles qu'elles nous apparaissent à première vue, mais sans certitude. L'homme qui arrive à dépasser le stade de la croyance pour atteindre celui de la science est celui qui abandonne les apparences sensibles, pour connaitre les choses telles qu'elles sont grâce à sa raison

Rappel sur platon (cf. Cours vérité)

Ce qu'on connait déjà

SCIENCE ET CROYANCE : deux domaines distincts

René Descartes, dans le Discours de la méthode, cherche à élaborer un savoir certain, trouver un socle pour la science. Pour cela, il remet en question toutes ses croyances, c'est-à-dire tout ce qui est douteux, incertain. Après avoir fait un doute méthodique et hyperbolique, il arrive au cogito ("Je pense, donc je suis"), c'est-à-dire l'idée que même s'il est trompé et manipulé, comme il est en train de penser et de douter c'est bien qu'il a une forme d'existence. Cette première certitude lui permet alors de refonder un savoir sur un socle certain (et à partir de là il va étendre ses connaissances sur l'homme, sur la physique, la morale...)

Rappel sur descartes (exposé + polycopié distribué)

Ce qu'on connait déjà

la science peut-elle décrire le réel ?

SCIENCE ET EXPERIENCE

SCIENCE ET CROYANCES

science et croyance : deux domaines distincts

Le rôle de l'observation en science

1

L'expérimentation scientifique

2

SCIENCE ET REALITE

1

2

Notre attitude face à la science

1

2

Science et foi

3

La science ne repose-t-elle pas sur des croyances ?

La science

Notions : la science-La raison-La vérité

start

La science repose toujours sur des croyances et présupposés

C'est dans Les Pensées que Pascal écrit que « Le cœur a ses raisons que la raison ne connait point. Il distingue ici deux types de vérité : la vérité qui vient du cœur et la vérité qui vient de la raison.Vérité de la raison : ce sont des vérités que l'on trouve par la raison, qui sont démontrables, explicables...Le théorème de Pythagore, par exemple, ne se sent pas intuitivement, il est trouvé par une déduction de la raison. Vérité du coeur : c’est une vérité que l’on sent en nous, intimement, donc on est persuadés, sans pouvoir forcément le justifier ou l’expliquer rationnement. Ex : nous savons que nous ne sommes pas en train de rêver, cela se sent, mais cela ne peut pas se démontrer !Ces vérités du coeur sont des vérités premières, qui servent de socle pour les différentes sciences : la physique s’appuie sur le fait qu’il existe du mouvement (sans que je ne puisse le démontrer rationnellement), la géométrie s’appuie sur le fait qu’il y a de l’espace…Nous savons intuitivement que les nombres sont infinis, même si nous serions incapables de le prouver ! Sans ce socle de connaissances premières, intuitives, il ne peut y avoir de science. Chaque science repose sur des postulats, qui sont premiers et indémontrables. Les vérités de la raison ont donc besoin des vérités du coeur. On pourrait aller même plus loin en affirmant que si la science est possible, c'est parce que le scientifique a certaines convictions qui le poussent : le fait de croire que la science est importante, qu'il peut trouver la vérité...Sans ces convictions, de l'ordre de la croyance, il n'y aurait pas de progrès scientifique !

LE CARACTeRE DOUTEUX DE LA SCIENCE

De plus, si la science a un caractère douteux et incertain, alors elle n'est peut-être qu'une croyance ! Une croyance qui serait très probable, presque certaine, mais qui garderait une marge d'incertitude. C'est ce que nous avions vu avec Karl Popper dans la Logique de la découverte scientifique (cf. cours sur l'inconscient). Pour Popper, la science n'avance pas de manière cumulative mais pas série de réfutations successives. Une théorie sera considérée comme valide, jusqu'à ce qu'une autre la remplace. Une théorie n'est donc confirmée que de manière provisoire (ex. du plus petit élément de la matière, des théories de l'évolution, du géocentrisme à l'héliocentrisme...) L'expérience scientifique ne garantit pas de manière absolue la validité d'une théorie, en revanche elle peut servir à montrer qu'une théorie est fausse !

la science peut-elle décrire le réel ?

SCIENCE ET EXPERIENCE

SCIENCE ET CROYANCES

science et croyance : deux domaines distincts

Le rôle de l'observation en science

1

L'expérimentation scientifique

2

SCIENCE ET REALITE

1

2

Notre attitude face à la science

1

2

Science et foi

3

La science ne repose-t-elle pas sur des croyances ?

Science et foi : complémentaires=cliquez ici

La critique de la religion = cliquez ici

La possibilité de concilier foi et raison=cliquez ici

science et foi

La religion : l'enfance de la raison

continue

Nous avons vu avec Freud (cf. cours sur le bonheur), dans Malaise dans la civilisation, que la religion faisait parti des sédatifs créés par l'homme pour supporter les malheurs de l'existence. Pour Freud, la religion n’est qu’une croyance non fondée, non rationnelle, qui s’oppose à la démarche scientifique. « La religion est une illusion », écrit Freud, c’est-à-dire une déformation de la réalité à cause des désirs de l’homme (désir de protection, d’immortalité…)L’objectif de Freud est alors d’ouvrir les yeux des hommes. Il se présente comme clairvoyant et va chercher à rendre les hommes lucides, même si cela sera dur pour eux : cela supporte de s’éloigner de nos illusions rassurantes. La croyance religieuse est un stade primitif et enfantin de croyance, qu'il faut dépasser en faisant appel à sa raison et en devenant lucide.Freud cherche au contraire, dans ses écrits, à valoriser la démarche scientifique, qui s’éloigne de la simple croyance.Dans le cours sur l’inconscient, nous avons déjà vu que Freud défendait la psychanalyse en la présentant comme une science. Rappelons que dans son article « Métapsychologie », il explique qu’il faut deux éléments pour qu’une théorie soit scientifique : qu’elle apporte une nouvelle compréhension rationnelle du réel, et qu’elle soit vérifiée par l’expérience. La psychanalyse serait donc une science car elle donne une nouvelle explication rationnelle du réel, et qu’elle se vérifie puisqu’elle soigne des gens.

ce qu'on connait déjà

Science et foi : complémentaires=cliquez ici

La critique de la religion = cliquez ici

La possibilité de concilier foi et raison=cliquez ici

science et foi

La science

Notions : la science-La raison-La vérité

start

Foi et raison : complémentaires ?

C'est dans Les Pensées que Pascal écrit que « Le cœur a ses raisons que la raison ne connait point. Il distingue ici deux types de vérité : la vérité qui vient du cœur et la vérité qui vient de la raison.Vérité de la raison : ce sont des vérités que l'on trouve par la raison, qui sont démontrables, explicables...Le théorème de Pythagore, par exemple, ne se sent pas intuitivement, il est trouvé par une déduction de la raison. Vérité du coeur : c’est une vérité que l’on sent en nous, intimement, donc on est persuadés, sans pouvoir forcément le justifier ou l’expliquer rationnement. Ex : nous savons que nous ne sommes pas en train de rêver, cela se sent, mais cela ne peut pas se démontrer !Ces vérités du coeur sont des vérités premières, qui servent de socle pour les différentes sciences : la physique s’appuie sur le fait qu’il existe du mouvement (sans que je ne puisse le démontrer rationnellement), la géométrie s’appuie sur le fait qu’il y a de l’espace…Chaque science repose sur des postulats, qui sont premiers et indémontrables. Les vérités de la raison ont donc besoin des vérités du coeur. De même, les vérités du coeur sont limitées, et ont besoin du raisonnement pour progresser et se développer. Ces deux vérités sont tout autant valables, elles se complètent.La foi appartient aux vérités du coeur : "C'est le cœur qui sent Dieu et non la raison. Voilà ce que c'est que la foi : Dieu sensible au cœur, non à la raison. » écrit Pascal dans Les Pensées. La vérité de la religion est une vérité connue par le cœur, mais que la raison ne pourra jamais totalement saisir : il est impossible, pour Pascal, de démontrer rationnement l’existence de Dieu. C’est une présence que l’on sent (ou non) mais qui dépassera toujours absolument la raison.Ainsi, la raison humaine est limitée, certaines choses la dépasseront toujours, comme l’amour ou la religion. Néanmoins cela ne veut pas dire pour autant que ces choses sont fausses : c’est juste que la raison est trop imparfaite pour les saisir. « La dernière démarche de la raison est de reconnaître qu'il y a une infinité de choses qui la surpassent" écrit Pascal.Pascal met ici en garde contre une raison qui penserait pouvoir saisir l’ensemble du réel : il existe bien des domaines, des choses qu'elle ne pourra jamais saisir.

Science et foi : complémentaires=cliquez ici

La critique de la religion = cliquez ici

La possibilité de concilier foi et raison=cliquez ici

science et foi

La science

Notions : la science-La raison-La vérité

start

C’est que va chercher à faire le philosophe Averroès (de son vrai nom Ibn Rushd), qui est aussi théologien, juriste, mathématicien et médecin andalou du 12eme siècle. Il s’inscrit dans un contexte où on se demande si la philosophie est contraire à l’islam. A cette époque, l’idée dominante est que les deux s’opposent : la philosophie conduirait les hommes à la remise en question, donc au scepticisme et à l’impiété. Averroës va questionner cela dans le Discours décisif. Il y écrit « La vérité ne peut être contraire à la vérité ». La première vérité désigne la vérité religieuse, celle qui est inscrite dans le Coran. En tant que musulman, Averroès considère le Coran comme un texte sacré, énonçant ce qui est vrai. C’est une vérité donnée qui s’acquiert par une bonne connaissance des textes. L’autre type de vérité est la vérité trouvée par le raisonnement : c’est une vérité qui s’acquiert par un cheminement de l’esprit. Puisque la démonstration permet d’atteindre des vérités certaines, et que le Coran est un texte sacré qui dit le vrai, les deux ne peuvent pas être incompatibles. Il ne peut pas y avoir de contradiction entre ce que dit la raison et ce que dit écriture. Pourquoi n’est-ce pas évident ? Parce qu’il semble y avoir des contradictions. Par exemple la raison dit que Dieu est incorporel, or le Coran parle de « descente de Dieu sur terre » : n’y a-t-il pas contradiction ? La solution est que si les deux semblent s'opposer, c'est qu'il faut interpréter le sens premier du texte religieux pour qu’il soit compatible avec la raison. Ex : il est dit dans le Coran que Dieu est « au ciel », il faut comprendre que c’est une image pour désigner un lieu inaccessible par l’esprit. Le problème du fanatisme religieux ou de l’extrémisme vient souvent du fait que certains croyants prennent les textes à la lettre au lieu d'interpréter. (Ex : les créationnistes !)Pourquoi le texte sacré ne dit-il pas les choses plus clairement ? Car tout le monde n’a pas les capacités intellectuelles d’accéder aux vérités rationnelles. L’islam s’adresse à tous, or la plupart de gens ont besoin d’images pour comprendre les choses. Dire que Dieu est « au ciel » reste plus simple que d’expliquer que Dieu n’est pas présent localement puisqu’il est incorporel ! Dans la Bible, dire qu’Eve a mangé la pomme est plus simple que de comprendre rationnellement le dogme du péché originel ! Il ne sert à rien d’essayer d’apprendre à tous les vérités rationnelles : tout le monde n’a pas le niveau intellectuel pour les comprendre, cela peut embrouiller le peuple, le faire douter. Il faut donc, pour Averroès, leur donner accès à la vérité, mais de manière imagée, adaptée à leur intelligence.

Peut-on concilier foi et raison ?

Testez-vous !

Etes-vous prêt à passer le bac philo sur le thème de la science ?

start

Selon Platon, qu'est-ce qui permet d'accéder à la science ?

L'expérimentation scientifique

L'observation par nos sens, permettant de connaitre le réel

La réflexion, qui ne doit pas prendre en compte l'observation qui est trompeuse

Question 2/5

Selon Averroès, quel type de savoir apporte la vérité ?

Le savoir qui vient de la raison

Le savoir qui vient du texte sacré

Le savoir qui vient du texte sacré et selon qui vient de la raison

Question 5/5

la science peut-elle décrire le réel ?

SCIENCE ET EXPERIENCE

SCIENCE ET CROYANCES

science et croyance : deux domaines distincts

Le rôle de l'observation en science

1

L'expérimentation scientifique

2

SCIENCE ET REALITE

1

2

Notre attitude face à la science

1

2

Science et foi

3

La science ne repose-t-elle pas sur des croyances ?

Le rôle de l'observation en science

L'observation est-elle ce qui permet la science, ou au contraire un frein dans l'élaboration de celle-ci ? Visionnez la vidéo pour trouver des éléments de réponse.

visionnage

la science peut-elle décrire le réel ?

SCIENCE ET EXPERIENCE

SCIENCE ET CROYANCES

science et croyance : deux domaines distincts

Le rôle de l'observation en science

1

L'expérimentation scientifique

2

SCIENCE ET REALITE

1

2

Notre attitude face à la science

1

2

Science et foi

3

La science ne repose-t-elle pas sur des croyances ?

Le rôle de l'expérimentation scientifiqueLe médecin philosophe Claude Bernard (XIXeme) est considéré comme le père de la médecine expérimentale. Dans son livre L’introduction à l’étude de la médecine expérimentale, il présente les différentes étapes d’un processus expérimental. Exemple de Claude Bernard : l’urine des lapins 1ere étape : OBSERVATION : constat sur l’urine des lapins Un jour on apporte au laboratoire des lapins venus du marché. Or il voit que leur urine est claire et acide, c'est-à-dire identiques à l’urine qu’ont les carnivores 2eme étape : HYPOTHESE : les lapins ne nourrissent de leur propre sang. Du coup, par cette observation, Claude Bernard a une idée : les lapins devaient être dans la même condition alimentaire que les carnivores. Peut-être qu’ils n’avaient pas mangé depuis longtemps et que les lapins se nourrissaient par conséquent de leur propre sang. 3eme étape : EXPERIMENTATION : on les met à jeun Claude Bernard fait donc l’expérience suivante : il nourrit les lapins avec de l’herbe et leur urine redevient trouble Puis il les affame et leur urine change et devient claire. Il en arrive donc à la conclusion qu’à jeun les animaux se nourrissent de viande. Il fait des expériences supplémentaires, comme faire manger du bœuf aux lapins pour voir que les urines sont identiques, ou encore comme la dissection pour étudier la digestion des lapins et constater qu’elle se fait de la même façon que chez les carnivores.4eme étape : THEORIE : une fois que l’hypothèse a été confirmée par l’expérience, on peut en faire une théorie On voit donc que l’expérimentation scientifique utilise des processus visant à restreindre et à contrôler les paramètres entrant en jeu dans le résultat final. Elle est construite : elle suppose auparavant un travail théorique de la raison. L’expérimentation semble pouvoir confirmer ou infirmer les hypothèses théoriques. Une théorie qui se prétendrait scientifique mais ne serait jamais confirmée par l’expérimentation serait douteuse, et ne peut prétendre à la validité scientifique. On peut pendre comme exemple la phrénologie (le fait d’associer les bosses du crâne de l’humain à son caractère), une discipline considérée comme invalide car non expérimentée. Avant le 16eme siècle, il y avait peu d’expérimentation, notamment car la science s’appuyait sur l’autorité des textes sacrés : par exemple il est écrit dans la Bible qu’Adam a donné sa côte pour faire la femme, donc on pensait que les hommes avaient une côte en moins, et personne ne le vérifiait puisque cela paraissait certain car écrit dans la Bible. Ainsi, c'est grâce à l'expérimentation, permettant de confirmer ou invalider une théorie, que la science semble crédible et certaine.

Les limites de l'expérimentation scientifiqueA) Une expérimentation peut confirmer une théorie…qui pourtant est fausse ! En effet, toute expérience scientifique est guidée par un cadre théorique, conceptuel, qui la met en forme. Or, une expérimentation peut valider un certain cadre conceptuel qui pourtant serait faux. Donc, ce n’est pas parce qu’une théorie semble confirmée par l’expérience que cette théorie est forcément vraie. Exemple : on peut vérifier, par expérience, que la terre est immobile : si je construits un très haut mât, et que je jette un caillou du haut du mât, le caillou va tomber juste en bat du mât. On pourrait donc dire que cette expérience confirme bien la théorie : en effet, si la terre tournait, le caillou ne serait pas tombé juste en bas du mat mais un peu plus loin ! Ainsi, l’expérience (jeter le caillou) confirme bien la théorie (la terre est immobile). Or, on voit bien que malgré l’expérience, la théorie reste fausse (la terre tourne !). L’expérience reste valide, mais la théorie elle-même est fausse. Il en va de même pour les expérimentations scientifiques : elles peuvent valider un certain cadre théorique, sans que ce cadre lui-même soit forcément valide. C'est pour cela que Karl Popper, dans la Logique de la découverte scientifique, montre qu'une théorie peut être validée par l'expérience, mais pourtant invalidée des années plus tard, puisque la science avance par série de réfutations (cf. cours inconscient ou page sur Popper de ce génially !)B) Une expérience peut invalider une théorie…qui pourtant est vraie ! A l’inverse, une théorie peut être invalidée par expérience mais être pourtant vraie On pourrait penser, de manière naïve, que la science avance de la manière suivante : soit l’observation obtenue par l’expérimentation confirme la théorie et dans ce cas elle est vraie, soit l’observation infirme la théorie et dans ce cas elle est fausse. Or, ce n’est pas si simple : en réalité une théorie peut être invalidée par l’expérience et pourtant être vraie. Exemple : l’histoire de la découverte de Neptune La découverte de Neptune part d’une observation première : l’astronome Le Verrier (XIXème siècle) observe que les mouvements d’Uranus ne paraissent pas compatibles avec les lois de l’attraction formulées par Newton : son orbite réelle est différente de son orbite théorique. On pourrait donc, à première vue, penser que les lois de l’attraction de Newton sont fausses puisqu’elles ne sont pas confirmées par l’expérience sensible (l’observation). Or, Le Verrier formule une hypothèse : les lois de Newton sont vraies, mais il existe une autre planète qui dévie la trajectoire d’Uranus. Le Verrier calcule ce que devrait être sa masse et sa trajectoire pour rendre l’orbite d’Uranus conforme aux prévisions de Newton. Alors, un autre astronome braque son télescope dans la direction de ladite planète et au moment et au lieu prédit par Le Verrier : il fait effectivement la découverte d’une planète jusqu’alors inconnue, Neptune. C’est donc l’existence d’une planète inconnue qui explique la déviation de la trajectoire d’Uranus. Ce que montre ici cet exemple, c’est que même si une théorie semble être invalidée par le réel (ici l’observation d’une trajectoire), elle n’est pas forcément fausse pour autant, il manquait juste peut-être simplement des paramètres ! Nous avons vu ici qu’il serait faux de séparer totalement croyance et science : en effet, même si la science apparait comme nécessaire pour comprendre le réel, elle reste limitée, à la fois en tant qu’elle s’appuie sur des croyances mais aussi en tant qu’une science sera toujours de l’ordre du probable. Plutôt qu’être ennemies, science et croyances devraient alors peut-être plutôt se compléter.

Quels philosophes considèrent que la science s'élabore à partir de l'observation du réel ?

les idéalistes

les rationalistes

les empiristes

Question 1/5

la science peut-elle décrire le réel ?

SCIENCE ET EXPERIENCE

SCIENCE ET CROYANCES

science et croyance : deux domaines distincts

Le rôle de l'observation en science

1

L'expérimentation scientifique

2

SCIENCE ET REALITE

1

2

Notre attitude face à la science

1

2

Science et foi

3

La science ne repose-t-elle pas sur des croyances ?

Einstein et Infeld, en 1938, présentent la manière dont ils concoivent la science dans leur livre L'évolution des idées en physique : «Dans l'effort que nous faisons pour comprendre le monde, nous ressemblons quelque peu à l'homme qui essaie de comprendre le mécanisme d'une montre fermée. Il voit le cadran et les aiguilles en mouvement, il entend le tic-tac, mais il n'a aucun moyen d'ouvrir le boîtier. Ici les deux auteurs font une comparaison entre le scientifique et l’homme qui essaye de comprendre le mécanisme d’une montre fermée. Cet homme s’appuie sur l’observation pour essayer de comprendre le mécanisme de la montre, tout comme le scientifique observe le réel pour essayer de le comprendre. A partir de ces observations, l’esprit humain crée des théories pour essayer d’expliquer le mécanisme : or, jamais on ne pourra ouvrir la montre pour savoir ce qu’il y aura vraiment dedans, de même que jamais on ne pourra avoir accès directement au réel pour voir ce qu’il est vraiment. Même si on peut faire des expériences pour tester les théories scientifiques, rien ne garantit que cela corresponde tout à fait à la réalité.=> Mais si le scientifique ne peut vérifier totalement la vérité de sa théorie, il peut la vérifier en partie, en examinant si elle n’est pas fausse.

La science décrit-elle vraiment la réalité ?

Si vous préférez l'explication vidéo, c'est ici

la science peut-elle décrire le réel ?

SCIENCE ET EXPERIENCE

SCIENCE ET CROYANCES

science et croyance : deux domaines distincts

Le rôle de l'observation en science

1

L'expérimentation scientifique

2

SCIENCE ET REALITE

1

2

Notre attitude face à la science

1

2

Science et foi

3

La science ne repose-t-elle pas sur des croyances ?

Marcel Gauchet (philosophe et historien français contemporain) , dans « Que peut la philosophie aujourd’hui ? », montre l'impact de la science dans la société mais aussi ses limites."La science, par construction, n’apporte pas de réponse scientifique à la question de son utilisation. Elle ne dit rien des fins en vue desquelles elle est susceptible d’être employée ni des conditions de son application ni des limites dans lesquelles son emploi doit s’inscrire. (…) Raison pour laquelle la prise de pouvoir de ces savoirs experts au nom de la science produit un pilotage à l’aveugle (...). nous sommes condamnés à la philosophie parce qu’il y a des domaines déterminants de notre expérience où nous avons besoin d’une intelligibilité globale qu’aucune démarche de type scientifique n’est susceptible de nous procurer."Certes la science progresse de manière fulgurante, elle se spécialise et permet un développement de la technique et un grand pouvoir du réel. Le problème est que la science produit un "pilotage à l'aveugle", c'est à dire qu'elle avance de manière fulgurante mais sans pilote, autrement dit sans savoir où elle va ! En effet, les questions comme "doit-on limiter la science ?" "Comment faire un bon usage de la technologie ?" etc. ne sont pas des questions scientifiques ! La science ne réfléchit pas sur elle même, ses objectifs, sa valeur...C'est la philosophie qui justement pose ces questions ! Gauchet dans son article montre le rôle de la philosophie aujourd'hui : apporter une réflexion en amont sur les différents savoirs. Cela rejoint finalement la phrase de Rabelais, "science sans conscience n'est que ruine de l'âme".

Notre attitude face à la science

Testez-vous !

Etes-vous prêt à passer le bac philo sur le thème de la science ?

start

A QUOI EINSTEIN ET INFELD COMPARENT-ILS LA SCIENCE ?

A un pendule qui oscille entre théorie et expérience

A une boite que l'on peut ouvrir par l'expérience

A une montre fermée qu'on ne pourra jamais ouvrir

Question 2/5

Selon Gauchet, quel est le risque pour la science ?

D'être dévalorisée par la société

D'être dans l'erreur à cause de l'expérimentation douteuse

D'avancer sans être fuidée par une réflexion

Question 1/5

RESUMe des idées du chapitre

La science, dans sa démarche, s'oppose à la croyance, même si elle repose nécessairement aussi sur des présupposés non justifiés.

Si science et religion peuvent sembler incompatibles, elles peuvent être conciliables grâce à une compréhension éclairée de la religion, et peuvent se compléter.

La science doit s'appuyer sur l'observation tout en étant guidée par la raison.

L'expérimentation scientifique est nécessaire à la science mais ne garantit pas la vérité d'une théorie.

Les avancées de la science sont spectaculaires, mais doivent être accompagnées d'une réflexion éthique.

Bravo, ce génially est terminé !

Si vous voulez approfondir...

Livre très bien fait et facile à lire réfléchissant sur la science : Chalmers, Qu'est-ce que la science ?

  • Lorem ipsum dolor sit amet.
  • Consectetur adipiscing elit.
  • Sed do eiusmod tempor incididunt ut.

Consectetur adipiscing elit

Lorem ipsum dolor

Lorem ipsum dolor sit

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua.Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit, sed do eiusmod.

  • Lorem ipsum dolor sit amet.
  • Consectetur adipiscing elit.
  • Sed do eiusmod tempor incididunt ut.

Consectetur adipiscing elit

Lorem ipsum dolor

Lorem ipsum dolor sit

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua.Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit, sed do eiusmod.

  • Lorem ipsum dolor sit amet.
  • Consectetur adipiscing elit.
  • Sed do eiusmod tempor incididunt ut.

Consectetur adipiscing elit

Lorem ipsum dolor

Lorem ipsum dolor sit

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua.Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit, sed do eiusmod.