Want to make creations as awesome as this one?

Transcript

L'origine du génotype des individus

Chapitre 1 :

Adrien dupuis Lisa JEANGIRARD

Leçon

Passer directement au quizz

Suivant

2 -Les comportements

i - Diversification du vivant

1 - Les constructions

Phénotype étendu

Concept défini par Richard Dawkins, expliquant que selon lui l’expression des gènes s’étend au-delà de l’organisme et se manifeste dans le comportement.

Les toiles d’araignées, nids d’oiseaux, ruches et barrages sont des exemples de constructions résolvant d’un comportement inné et génétique. Les constructions augmentent les chances de survie d’une espèce et favorisent donc à la transmission des gènes à leurs descendances.

Les parades et parures d’animaux qui sert à se défendre ou se reproduire sont des exemples de phénotype étendu. Lorsqu’un comportement est modifié à cause d’un parasite, le comportement de l’hôte peut être considéré comme faisant partie du phénotype étendu du parasite.

Suivant

Suivant

A / Les conventions d'écriture en génétique

II - LE BRASSAGE DES GENOMES

En reproduction sexuée, les brassages génétiques permettent la naissance d’individus avec une combinaison unique et original, descendant de parent génétiquement unique également.

-Phénotype : ensemble des caractères apparents d’un organisme. S’écrit entre crochet [A B] [caractère A , caractère B] -Génotype : ensemble des allèles d’une cellule (ou d’un organisme à plus grande échelles). S’écrit entre parenthèse. -On limite toujours sa recherche à quelques gènes, lors d’un croisement d’espèces on note : « + » : version sauvage d’un allèle (ex : B+) « - » : version mutée d’un allèle (ex : B-) -Cellule haploïde : un seul jeu de gêne, noté (A/) -Cellule diploïde : deux jeux de gêne, noté (A//A) -allèle dominant : son expression est visible dans le phénotype, on le note par une Majuscule. -allèle récessif : son expression est maquée dans le phénotype, on le note par une minuscule. -Les gènes peuvent être liés (portés par le même chromosome), on note donc le génotype (AD) ou au contraire les gênes peuvent être non lié (chromosomes différents), ont les note donc le génotype (A , D).

Suivant

II - LE BRASSAGE DES GENOMES

B / Le brassage génétique lié à la fécondation

La cellule-œuf possède moitié du génotype maternel et moitié du génotype paternel. Les deux génotypes parentaux sont d’origine indépendant et apportent chacun un allèle de chaque gène. La fécondation permet de restaurer des paires d’allèles identiques (homozygote) ou différents (hétérozygote).

1) Les Travaux de Mendel

Les travaux de Mendel (fin XIXe) ont montré que la transmission des caractères héréditaires de générations en générations obéit à des lois précises.

Rédaction des 3 lois de Mendel en 1900 :L’uniformité des hybrides de la première génération : L’hybride F1 présente la version parentale dominante d’un caractère. La pureté des gamètes : Un gamète ne contient qu’un facteur d’un couple.La ségrégation indépendante des couples de facteurs : les facteurs (allèles) se séparent durant la formation des gamètes.Génération F1 : Parent de ligne pure par autofécondation, la descendance n’a comme phénotype que des caractères dominant. Génération F2 : ( croisement entre 2 individus de la F1) On peut retrouver la réapparition des caractères récessif. Par autofécondation, il représente 1/4 des F2.

Suivant

2) Le rétablissement de la diploïdie:

Lorsque l’on veut représenter les combinaisons possibles entre les gamètes mâles et femelles, on utilise un échiquier de croisement : Exemple : F1 (A//a) x F1 (A//a)

o Si le phénotype résulte de l’expression d’un seul allèle, on parle d’allèle dominant.o Si le phénotype nécessite l’expression de deux allèles identiques, on parle d’allèle récessif.o Si le phénotype exprimé est intermédiaire aux individus homozygotes, il résulte de l’expression conjointe de deux allèles différents, on parle d’allèles codominants.

Dans une cellule diploïde, il y a deux allèles pour chaque gène. Le phénotype résulte de l’expression de ces allèles.

Suivant

C / Le brassage génétique lié à la méiose

1) Le Brassage Interchromosomique:

2) Le Brassage Intrachromosomique:

Au cours de l’anaphase, la séparation aléatoire de chromosome s’opère. Chaque cellule reçoit de manière équitable et aléatoire l’un des chromosomes de chaque paires homologue. Le nombre de combinaison possible augmente en fonction du nombre de paires de chromosome.

En prophase 1, les chromosomes voit leurs chromatides entrer en contact en certains point (nommé chiasmas). Une permutation d’une portion de chromosomes peut se produire, on appelle ça un crossing-over. Ce mécanisme est aléatoire sur sa localisation et permet l’échange d’allèle entre des chromosomes homologue. Ce mécanisme n’est pas une anomalie et est même fréquent, ce qui contribue à la diversité génétique des individus.

Suivant

III - COMPRENDRE LES MECHANISMES DE LA REPRODUCTION SEXUEE

A / Analyse génétique

1) Dominance et récessivité des allèles:

-Les études permettant l’analyse de croisement d’individus sont menées en laboratoire, elles nécessitent de travailler avec de grands effectifs pour que les résultats puissent être reconnue et possible.-Les études reposent le plus souvent sur un croisement initial entre des individus de lignées pures (homozygotes). Ces lignées parentales sont obtenues en laboratoire à l’issue de longues séries de croisements.-Le croisement de parents de lignées pures donne des individus de première génération nommés F1.-Les parents étant homozygotes, les descendants sont nécessairement hétérozygotes pour les gènes étudiés. L’observation du phénotype de la F1 permet de déterminer l’allèle dominant et par déduction le caractère qui ne s’est pas exprimé correspond à l’allèle récessif

2) Localisation des gènes:

Les individus F1 de 1ère génération sont croisés avec des individus porteurs des allèles récessifs à l’état homozygote. On parle de croisement-test (test cross).Le double homozygote récessif produit obligatoirement des gamètes qui ont tous le même génotype et qui n’apportent que des allèles récessifs. La descendance obtenue ne devra sa diversification qu’à celle des gamètes produits par l’individu F1.

Suivant

DEUX CAS SONT POSSIBLE:

1) Une équiprobabilité des résultats (même probabilité pour chaque phénotype). Cela montre que les deux gènes étudiés sont des gènes indépendants autrement dit portés par deux chromosomes non homologues. Seul le brassage interchromosomique est impliqué dans l’obtention des gamètes de F1.

2) Une non-équiprobabilité des résultats (plus de type parental que type recombiné). Cela montre que les deux gènes étudiés sont des gènes liés autrement dit portés par la même paire de chromosomes homologues. Cette différence de proportion s’explique par le brassage intrachromosomique qui se produit lors de la prophase I.

OU

Suivant

III - Comprendre les mécanismes de la reproduction sexué

B / L'hérédité

C’est un cas particulier en génétique. La transmission des caractères obéit à une logique particulière. Chez de nombreuses espèces, les femelles possèdent deux chromosomes sexuels homologues (XX) et donc deux gènes pour chaque gène. Chez les mâles, qui ont deux chromosomes sexuels hétérologues (XY).

Suivant

C / Analyse prédictive familiale et accès au génotype

III - Comprendre les mécanismes de la reproduction sexué

1) Déterminer le mode de transmission d’une maladie génétique

L’analyse d’un arbre généalogique recensant les phénotypes des individus d’une famille permet d’identifier la nature héréditaire ou non de la transmission d’un caractère :

- Si le caractère étudié apparait chez un enfant alors qu’il est absent chez ses parents, l’allèle responsable est récessif. Les parents sont dits porteur sain (hétérozygote avec un allèle sain et un allèle morbide).

- Si le caractère étudié est présent dans toutes les générations cet allèle est très probablement dominant. (Peut aussi être une mutation spontanée).

- Si le caractère étudié touche autant les hommes que les femmes, il est porté par un chromosome non sexuel.

- Si le caractère étudié est récessif mais concerne de façon beaucoup plus importante les hommes que les femmes (ex : Daltonisme), cela signifie que le gène est localisé sur le chromosome X. Il suffit d’allèle muté pour qu’un homme exprime le phénotype correspondant alors qu’il faudrait les 2X pour que la femme exprime le phénotype.

- Si le caractère étudié concerne exclusivement les hommes, cela signifie que le gène est localisé sur le chromosome Y. Tous les fils d’un homme malade sont malades.

Suivant

La détermination du mode de transmission d’un allèle permet, par exemple dans le cas d’une maladie génétique, de procéder à une évaluation de la probabilité d’être atteint. L’arbre généalogique est construit à partir de symboles conventionnels :

L’analyse prédictive basée sur la connaissance des modes de transmission des caractères morbides permet d’évaluer la probabilité d’être ou non malade, porteur sain ou sain. Cela permet également de prévenir les effets de certaines maladies.

2°) Les apports des nouvelles technologies

-Les progrès dans le domaine de la génétique moléculaire (séquençage de l’ADN, PCR) permettent un accès aux données génétiques individuelles. Il est ainsi possible, de déterminer dans une famille où la probabilité de maladie génétique existe quels allèles sont présents chez les parents et leurs enfants.

-La bio-informatique permet aujourd’hui d’accéder à des bases de données (« big data génétique ») provenant de milliers de personnes dans le monde. Les chercheurs peuvent, en exploitant ces masses d’informations, relier certains phénotypes observés à des mutations précises, faisant avancer la recherche génétique et la prise en charge médicale des parents.

Suivant

Pour mieux comprendre

Retourner à la leçon

Commencer

Quiz

Quel généticien a donné une définition au concept de phénotype étendu ?

Charles DARWINS

Richard DAWKINS

Burrhus SKINNER

BONNE REPONSE

Question suivante

Quels sont les utilités des constructions innées d'une espèce ?

- Augmente la survivavilité et donc la transmission de gènes

- Prototype d'attraction et donc de transmission de gènes

- Permet uniqument la transmission de gènes

BONNE REPONSE

Question suivante

Les phénotypes c'est quoi ?

-L'ensemble des caractères apparents d’un organisme. S’écrit entre crochet.

-L'ensemble des caractères apparents d’un organisme. S’écrit entre paranthèse.

-L'ensemble des allèles d’une cellule (ou d’un organisme à plus grande échelle). S’écrit entre parenthèse.

-L'ensemble des allèles d’une cellule (ou d’un organisme à plus grande échelle). S’écrit entre crochet.

BONNE REPONSE

Question suivante

Et les Génotypes c'est quoi ?

-L'ensemble des caractères apparents d’un organisme. S’écrit entre crochet.

-L'ensemble des caractères apparents d’un organisme. S’écrit entre paranthèse.

-L'ensemble des allèles d’une cellule (ou d’un organisme à plus grande échelle). S’écrit entre parenthèse.

-L'ensemble des allèles d’une cellule (ou d’un organisme à plus grande échelle). S’écrit entre crochet.

BONNE REPONSE

Question suivante

La fécondation permet de restaurer des paires d'allèles identique, ces derniers sont dit...

-Haploïde

-Diploïde

-Homozygote

-Hétérozygote

BONNE REPONSE

Question suivante

Mendel a rédiger un certain nombre de lois concernant la transmission héréditaire des gènes, combien de lois ont été retenu lorsqu'on parle "Des ..... lois de Mendel" en 1900.

3

4

5

BONNE REPONSE

Question suivante

La lignée de parents pure obtenue par auto-fécondation, dans les expéreiences concernant l'hérédité se nomme...

-Hybrides P1

-Hybrides F1

-Génération P1

-Génération F1

BONNE REPONSE

Question suivante

Lors d'un brassage Intrachromosomique, une permutation de portion de chromosome se nomme ?

-Chiasmas

-Crossing-Over

-Centromère

-Anomalie chromosomique

BONNE REPONSE

Question suivante

Lors d'un croisement test, une équiprobabilité des résutats montre:

-Que les deux gènes étudiés sont des gènes indépendants autrement dit portés par deux chromosomes non homologues. Seul le brassage interchromosomique est impliqué dans l’obtention des gamètes de F1.

-Que les deux gènes étudiés sont des gènes liés autrement dit portés par la même paire de chromosomes homologues. Cette différence de proportion s’explique par le brassage intrachromosomique qui se produit lors de la prophase I.

BONNE REPONSE

Question suivante

Lors d'un allèle muté sur un chromosome sexuel X (comme le Daltonisme), cela signifie que :

+ de femme sont atteint

-Femmes et Hommes ont les mêmes chances d'être atteint

+ d'homme sont atteint

-personne ne peut être atteint si seulement un seul chromosome X est atteint

BONNE REPONSE

Fin du Quiz