Want to make creations as awesome as this one?

Transcript

NEWS

FAKE

Vous ferez croire aux spectateurs qu'un événement incroyable s'est déroulé au collègeil y a fort longtemps.

Demande:

Pour se faire, vous concevrez au minimum 4 preuves:- un document textuel (page de journal, lettre,témoignage écrit, autres..)- une image fixe (photomontage ou image générée par l'intelligence artificielle)- un volume (que vous avez conçu ou un objet que vous avez détourné)- une vidéo (d'une durée d'une minute maximum)
Vraisemblable: qui peut être considéré comme vraiCrédibilité: caractère de quelque chose qui peut être cru : 1. La crédibilité d'un récit. 2. Caractère de quelqu'un qui est digne de confiance
- Chaque preuve ainsi que la présentation de votre travail devant la classe devront contribuer à donner de la crédibilité à l'événement de manière vraisemblable.

Contrainte:

Recourir à des outils numériques de captation et de de réalisation à des fins de création artistique:Nous sommes capables de réaliser et d'enregistrer sur clé USB des images fixes et animées dans une intention artistique en vue de rendre crédible un événement imaginé /8Expliciter la pratique individuelle ou collective, écouter et accepter les avis divers et contradictoireNous avons su expliquer notre démarche devant la classe et accepter les remarques éventuelles. /4Choisir, mobiliser et adapter des langages et des moyens plastiques variés en fonction de leurs effets dans une intention artistique (...)Nos réalisations sont abouties, elles rendent compte d'un événement fictif, de plus le spectateur peut y croire. /8

Critères d'évaluation:

Culture artistique

Durant les grandes purges (période de répressions politiques massives en Union soviétique dans la seconde moitié des années 1930), de nombreux ennemis de Staline se volatilisent mystérieusement, tandis que d’autres sont exécutés en public à l’issue de parodies de procès. Staline connaissant l’importance historique des photographies officielles s’assure également que les « ennemis du régime » exécutés ou portés disparus soient effacés des archives du pays. Il fait alors appel à un grand nombre de « retoucheurs » pour retirer ses ennemis de nombreuses photos officielles.

...

Un peu d'Histoire

Agnès GEOFFRAY, France, série Incidental Gestures, Libération I et II, 2011, diptyque, photographies noir et blanc, 22 x 34 cm

Agnès Geoffray (artiste contemporaine) part d’une image d’archive (Libération I) qui représente une femme tondue à la Libération, déshabillée et livrée à la foule sans doute pour avoir fréquenté un occupant allemand pendant la guerre.L’artiste retravaille la photographie et en inverse le sens (Libération II). En rhabillant cette femme, elle lui rend sa dignité et ainsi la réhabilite rétrospectivement. Dans cette oeuvre, l’artiste s’intéresse à un fait historique tragique, pour le dénoncer, se le réapproprier et ainsi d’une certaine manière revisiter l’histoire. Par ce détournement, Agnès Geoffray interroge aussi le statut d’autrice, puisqu’elle n’est pas à l’origine de la photographie mais s’en sert comme d’un matériau qu’elle retouche et réinterprète

Les fabricants de fake news, ou fausses informations, propagent d’étranges arguments concernant le coronavirus, qui aurait été créé par des scientifiques, ou Hillary Clinton, qui orchestrerait un trafic d’enfants… Problème ? De plus en plus de gens se laissent séduire par des images bien ficelées et diffusées partout.Le 12 novembre 2008, les deux activistes Andy Bichlbaum et Mike Bonanno (pseudonymes) une semaine après l’élection de Barak Obama, les Yes Men diffusent, à plus de 80 000 exemplaires, dans les rues de New York, une fausse édition du New York Times datée du 4 juillet 2009, annonçant uniquement des bonnes nouvelles : la fin de la guerre en Irak, la gratuité des universités..Cette performance spectaculaire nous interroge sur la puissance des médias traditionnels qui, par leurs choix éditoriaux, retiennent une certaine vision du monde présentée souvent comme la seule et unique.

Les soubresauts du monde, Samuel Rousseau, 2021

Une projection sur un journal froissé donne l’illusion que le papier vibre et se convulse. Des lettres lumineuses s’en échappent comme pour retrouver leur liberté, leur potentiel poétique, hors du flux intense d’informations médiatiques bien souvent négatives. Cette oeuvre hypnotique de Samuel Rousseau évoque le rôle de la presse, le traitement de l’information et son inflation, phénomène marquant de ces dernières années

@ Espace Fondation EDF, exposition Fake news, mail 2021

"Entre vrai et faux, les Fake news se jouent aussi des procédés de diffusion des infox, qui infusent si rapidement dans nos esprits crédules, bien aidées par les Google, Facebook, Twitter, Instagram ou d’autres. Ces oeuvres ont le pouvoir, enfin, grâce à leur capacité de dénonciation parfois vigoureuse de notre dangereux environnement informationnel, de provoquer un sursaut salvateur face aux risques. Elles peuvent nous permettre de reprendre la main sur notre compréhension du monde. Éducation et responsabilisation, pour une remédiation face aux manipulations."