Want to make creations as awesome as this one?

Transcript

Virginie Lacombe IDE en prévention du risque infectieux

Jeudi 08 Février 2024

Les jeux d’hygiène

L’hygiène à la Fondation Rothschild

Equipe Opérationnelle d’Hygiène – Prévention du risque infectieux: IDE hygiénistes: Virginie LACOMBE 6577 Bérengère AMIEL PIZZICONI Praticien mi-temps: Stéphanie PALLEAU 6301 Mail équipe: EOH@for.paris Référent ATB, responsable Commission des anti infectieux (CAI) : Arrivée début Novembre CLIAS : Comité de Lutte contre les Infections Associées aux Soins

    Après-midi: Part. 1 Les précautions complémentaires

    • Cas pratiques situations à risque infectieux
    • Définir ce que sont les BMR/BHR
    • Jeu de société: mobilisation des connaissances
    Pause 15 min Part. 2 Les dispositifs invasifs
    • Identifier le risque infectieux lié aux dispositifs invasifs
    • Les différents types d’abords vasculaires
    • Simulation « réfection d’un pansement de PICC line »

    Matin: Les précautions standards

    • Introduction
    • Echange libre autour de la thématique hygiène
    • Jeu: Serious game I control
    Pause 15 min
    • Correction du serious game
    • Apports théoriques et ateliers pratiques sur le thème précautions standard
    Déjeuner 1h

    Déroulé de la formation

    • Nommer les principales BMR retrouvées à l'hôpital (au moins 2)
    • Décrire les 6 précautions standards
    • Interpréter une situation à risque infectieux et employer les précautions complémentaires associées
    • Différencier une BMR d'une BHRe
    • Estimer individuellement son niveau d'application des règles de bonnes pratiques
    • Auto évaluer les écarts de pratique à corriger
    • Identifier le risque infectieux lié aux dispositifs invasifs
    • Opérer un pansement de Picc line

    Objectifs pédagogiques

    https://app.wooclap.com/FAFIFX?from=instruction-slide

    Activité nuage de mots

    Infection du site opératoire: Infection survenant sur le site opératoire dans les 30 jours suivant l’intervention ou dans l’année en cas de mise en place d’implant/prothèse

    Infections nosocomiales Infections acquises dans un établissement de soins. Considérée comme telle lorsqu’elle était absente à l’admission. Considérée comme nosocomiale si elle apparaît après un délai de 48 heures d’hospitalisation.

    Infection associées aux soins (IAS) Infection qui survient au cours ou au décours de la prise en charge d’un patient(thérapeutique, diagnostique, préventive, palliative ou éducative) Quel que soit le lieu de prise en charge (cabinet médical, dentaire, infirmier, HAD…)

    Définitions

    Historique des EOH

    PATIENT

    EOH

    Prévention des IAS en France

    CORRESPONDANTS HYGIENE

    3 axes déclinés en 5 missions de surveillance et prévention des IAS confiées aux CPIAS et coordonnées par Santé Publique France:

    1. Prévention des IAS et de l’antibiorésistance en ville et en secteur MS
    1. Antibiorésistance en établissement de santé
    2. Infections du site opératoire en médecine interventionnelle
    3. Infections sur dispositifs invasifs
    1. Mission transversale de soutien (documentation, animation, évaluation)

    Objectifs nationaux

    20 à 30% sont évitables

    4ème cause de décès à l’hôpital (3000 à 4000 décès/an)

    Concerne 5% des patients hospitalisés soit 470 000 cas/an

    Surcout moyen chiffré à plus de 10 000 euros par IAS en France

    60 à 80% des IAS sont manuportées

    Quelques chiffres IAS

    Enquête Nationale de Prévalence 2022 Mesure un jour donné le nombre d’IAS dans l’hôpital

    Exogène Peut s’agir soit: D’infections croisées, transmises d’un malade à l’autre par les mains ou les instruments de travail du personnel médical ou paramédical  D’infections provoquées par les germes du personnel porteur Soit d’infections liées à la contamination de l’environnement hospitalier (eau, air, matériel, alimentation…)

    Endogène  Le malade s’infecte avec ses propres germes, à la faveur d’un acte invasif et/ou en raison d’une fragilité particulière 

      Origine des IAS

      Réservoir (endogène/exogène) : lieu habituel et permanent ou un micro organisme persiste et se multiplie Source: lieu de contact entre le micro organisme et l’hôte (NB: source et réservoir peuvent être identiques) Mode de transmission:

      • direct: contact, gouttelettes, air
      • Indirect: contact, matériel contaminé

      Origine des IAS

      Corps humain : 3x1013 bactéries = 30 000 milliards de bactéries

      Bactéries: Les différents portages

      D’autres idées de flores?

      • Flore résidente Staph blanc, Staphylocoque aureus :20 à 25% portage sain (peau, fosses nasales)
      • Flore transitoire entérobactéries, pseudomonas… proviennent de TD d’autres malades
      • 100 Millions bactéries/gramme de selles
      • x 100 espèces non pathogènes ou potentiellement pathogènes (ex: Clostridium)
      • Entérobactéries (E.Coli, salmonelle, Klebsiella pneumoniae) et Entérocoques (entérococcus faecium)…
      Péril fécal: les bactéries sont dans le tube digestif des malades ++

      Exemple de flores plus en détail

      Commensale (dite résidente) Résident sur la peau Peu pathogène pour l’homme sain et sera incriminée qu’en cas de techniques invasives

      • Staph epidermidis par exemple, dit staph blanc…)

      Transitoire (ou hospitalière) Superficielle, de contamination récente Acquise lors des soins effectués chez des malades colonisés ou infectés Le plus souvent à l’origine d’IAS Survit un temps limité sur la peau Peut être pathogène.

      • Il s’agit de bactéries principalement digestives (E.Coli, Klepsiella pneumoniae…) ou de bactéries exogènes (pseudomonas, acinetobacter…)

      La flore de nos mains…Deux origines

      Comment dissémine-t-on?

      https://media.giphy.com/media/Iy8KblbfM53N8E4JaJ/giphy-downsized-large.gif

      Serious Game I control

      Critère impératif lors de la certif (juin 2024) À connaître par cœur: -Précautions standards et complémentaires dont hygiène des mains

      = Pour protéger le personnel = Pour prévenir les infections associées aux soins

      Les précautions « standard »

      Différents niveaux de mesures à appliquer pour la maitrise des transmissions croisées

      Précautions complémentaires renforcées: Patient BHRe

      Ajout de précautions complémentaires: Contact Air Gouttelettes Clostridium …

      Précautions Complémentaires Contact, air, gouttelettes, Clostridium…

      Hygiène des mains Equipements de protection individuelle Hygiène respiratoire Prévention des AES Gestion des excréta Gestion de l’environnement

      Affiche disponible dans tous les services ou auprès de l’EOH

      Historique

      • 1878: Pasteur étudie le manuportage des microorganismes dans les actes de chirurgie
      • 1863/1867: Joseph Lister et Florence Nightingale publient des travaux sur l’asepsie en milieu hospitalier
      • 1938: Price décrit deux catégories de micro-organismes se trouvant sur le revêtement cutané (flore résidente etnflore transitoire)

      • Réduction du nombre de morts après introduction de la
      désinfection des mains à la chaux à la sortie des salles d’autopsie et avant examen des accouchées

      1861 : Deux services de maternité de l’hôpital de Vienne avec des résultats de mortalité très différents. En jaune, l ’activité d ’accouchement succédait aux autopsies...

      Un peu d’histoire…

      Date Limite Utilisation SHA à noter à l’ouverture: 6 mois

      Date d’ouverture à noter! (3 mois conservation)

      Mains souillées/lésées Contact avec produits biologiques Gale/Clostridium difficile

      Détergeant

      Emollient

      30 secondes

      Désinfectant

      60 secondes

      Savon

      Solution Hydro Alcoolique

      Hygiène des mains

      Ongles courts Manches courtes Cheveux attachés

      Bijoux Montre Vernis

      SANS BIJOUX

      Bijoux avant hygiène des mains Après lavage des mains après SHA

      Efficacité de la friction VS lavage au savon(sans bijou)

      Juste avant le soin, au bon moment :

      • Si contact avec du liquide biologique
      • Si mains lésées
      • Patient porteur de Clostridium difficile ou de gale
      • Pas de port de gant systématique pour les patients BMR!! Appliquer les PS +++

      • Les gants non stériles

      Equipements de protection individuelle

      Friction SHA après retrait des gants: c’est une fausse protection!

      ROUGE

      ROUGES

      sabots bleus

      OU

      Au self = tenue civile Tenue changée quotidiennement

      OU

      • Consultations et unités de soins • En réa/USC

      • Au bloc opératoire

      Tenue adaptée

      • Protéger son visage : Masque et Lunettes de protection/visière

      • Si risque de projection ou aérosolisations de liquides biologiques sur le visage (aspiration trachéale, vidange de sonde urinaire…)
      • Si manipulation de produits chimiques

      • Tablier plastique à UU

      • Pour tout soin mouillant et à risque de projection de liquides biologiques
      • Si contact direct avec le patient en cas de précautions complémentaires « contact », « air » (projection de gouttelettes)
      • Surblouse à manches longues à UU
      • Dès l’entrée en chambre du patient en cas précautions complémentaires « contact renforcé » ou gale ou Clostridium Difficile

      Equipements de protection individuelle

      Pas de masque en collier!

      Un éternuement peut atteindre 9m de distance et projeter les microbes jusqu’à 50km/h

      • Mouchoirs à UU
      • Eternuer ou tousser dans son coude
      • Hygiène des mains
      • Porter un masque chirurgical si symptômes ORL
      (patient et soignant)

      Hygiène respiratoire

      Déclarer pour prévenir les dommages En cas d’AES se référer à la procédure disponible dans tous les services et dans la GED

      • Je ne re-capuchonne jamais une aiguille
      • Je jette tout objet piquant, coupant, tranchant immédiatement
      • Je porte des gants dès que je suis en contact avec des liquides biologiques
      • Je porte des lunettes dès qu’il y a un risque de projection

      Prévention des Accidents au sang ou aux liquides biologiques

      Ce qu’on ne veut pas voir:

      Bonnes pratiques OPCT/DASRI

      Dater les boîtes à aiguilles : ouverture/fermeture/service Enclencher la fermeture provisoire (boîtes dans le couloir +++) Respecter la limite de remplissage

      • On ne vidange pas un bassin ou urinal dans les toilettes
      Couvercles ou sac à bassin disponibles sur DDS

      NE PAS UTILISER LE ROBINET DU LAVABO POUR RINCER LE DISPOSITIF:AEROSOL DE MATIERES FECALES ET DANS L’ENVIRONNEMENT!

      • On protège sa tenue (EPI)
      • Hygiène des mains +++

      Gestion des excrétas Selles/urines/vomissures

      Expérience Rayons laser utilisés à très haute puissance, positionnés pile en face d’une cuvette, de façon à éclairer du bas des WC jusqu’au plafond. Chasseau d’eau déclenchée à distance. Aérosols projetés à une vitesse de 2 mètres par seconde

        • Commande couvercles bassins et sacs à bassins
        • Quid des couvercles des pots à urines?
        Souci de canalisations bouchées…obtention paniers à couvercles en 2024

          Rappel matériel disponible gestion des excrétas

          • Après chaque utilisation et entre chaque patient:
          • Petit matériel (stéthoscope, marteau réflexe…)
          • Matériel d’exploration (ECG, EEG, échographe, mentonnière des lampes à fente…)
          • Contamination croisée par le matériel et l’environnement !
          • Le patient colonise son environnement++
          • Nettoyage de l’environnement du patient une fois par équipe

          Survie dans l’environnement +++ des micro organismes Ex.Staph aureus plusieurs semaines sur surfaces sèches

          Gestion de l’environnement

          Solutés et médicaments vides

          Sang si légère quantité

          vide

          • Dispositifs de drainages/aspiration de liquides biologiques non vidangeables
          • Médicaments per os/IV non utilisés/terminés
          • Matériel souillé en grande quantité de pus, LCR, sang
          • Protections des patients BHRe
          • Tout le matériel utilisé pour un patient porteur de clostridium difficile ou gale

          Objets piquants/coupants/tranchants

          Collecteur OPCT

          Sac

          Papiers

          Cartons

          Pace-makers → pharmacie

          Piles → service technique

          TRI DU METAL

          après désinfection simple Bacs intermédiaires dans les services Bacs terminaux au RDJ cour interieure

          Bouteilles et flacons vides intacts

          Bouteilles Vides sans capuchon

          ALUMINIUM

          370

          1 t

          1 t

          1920

          Sur les sacs et les boites, noter le service, la date d’ouverture et de fermeture.

          8g GESTION DU RISQUE INFECTIEUX

          FT/EOH/466/04

          VERRE

          DASRI

          DAOM: TOUT LE RESTE

          TRI DES DECHETS DANS LES SERVICES DE SOINS

          Si statut infectieux particulier…

          Précautions complémentaires

          BMR/BHR

          • BMR : Bactérie Multi-Résistante  bactéries ayant acquis des mécanismes de résistance et sensible à un petit nombre de familles d’antibiotiques (BLSE, SARM, Pyo résistant à la ceftazidime…)
          • BHRe : Bactéries Hautement Résistantes Emergentes. Recommandations du HCSP : En 2013 : BHRe = Enterococcus faecium résistant aux glycopeptides (ERV) et Entérobactéries Productrices de Carbapénémases (EPC)

          BMR/BHR : définitions

          Formation hygiène 2016

          29

          • L’efficacité remarquable des antibiotiques a motivé leur utilisation massive et répétée en santé humaine et animale = apparition de souches résistantes.
          •  La mauvaise utilisation des antibiotiques Ponctuelles au départ, ces résistances sont devenues massives et préoccupantes.
          • Certaines souches sont multirésistantes, c’est-à-dire résistantes à plusieurs antibiotiques.
          • D’autres sont même devenues hautement résistantes, c’est-à-dire résistantes à quasiment tous les antibiotiques disponibles.
           Risque d’impasse thérapeutique

          Pourquoi multi résistante?

          Les français, mauvais élèves…

          Les français, mauvais élèves…

          • Entérobactérie Productrice de Beta lactamases à spectre élargi (EBLSE) ex (Escherichia coli, Klepsiella pneumoniae… )
          • Pouvoir pathogène élevé
          • Portage digestif
          • SARM= Staphylococcus résistant à la méticilline
          • Pouvoir pathogène élevé
          • Portage nasal et cutané

            Les principales bactéries multirésistantes

            Un soignant en bonne santé peut-il attraper une BMR? Non!! Car nos flores sont parfaitement équilibrées Pourquoi nos patients sont-ils plus vulnérables??

            • Portes d’entrées (sonde urinaire, perfusions, …)
            • Vulnérabilité (patients avec comorbidités, baisse de l’immunité, post opératoire)
            • Déséquilibre de leur flore (multi antibiothérapies…)
            • Exposition ++ , manuportage , présence dans la même unité de patients porteurs de BMR
            Quel est le risque pour nos patients?
            • Impasse thérapeutique!

            FAQ

            Les précautions complémentaires sont une prescription médicale. Le portage doit figurer sur la LDL Le patient doit être informé

            Infos de l’EOH sur type de germe et précautions à mettre!

            La marque patient!

            Repérer les patients BMR/BHRe à la FOR

            DX care

            HYGIENE DES MAINS!!

            Matériel partagé, bio nettoyage mal effectué, tenue du professionnel … Eau, alimentation, surfaces …

            Transfert de l’agent infectieux Sans élément intermédiaire ou de personne à personne: Manuportée +++

            Indirect

            Direct

            Transmission par contact…Précautions complémentaires contact

            FT/EOH/978/03

            8g GESTION DU RISQUE INFECTIEUX

            • Porteur de BMR (bactérie multi résistante)
            • e-BLSE : Entérobactérie productrice de béta-lactamases à spectre étendu (exemple : Escherichia coli BLSE, Klebsiella pneumoniae BLSE …) • SARM • Pyo (Pseudomonas aeruginosa) multi résistant
            • Acinetobacter baumannii multi résistant (hors réanimation)
            • Patient contact BHRe
            • Conjonctivites virales
            • Infections digestives : gastro-entérites virales, Salmonella
            • Infections cutanées : Herpès, teigne, zona/varicelle (Air + contact)

            Appeler l’équipe opérationnelle d’hygiène : 65.77 ou 65.09 ou 69.49

            pour toute question

            Précautions complémentaires « contact »

            Bactéries Hautement Résistantes Emergentes. Recommandations du HCSP : En 2013 : BHRe = Enterococcus faecium résistant aux glycopeptides (ERV) et Entérobactéries Productrices de Carbapénémases (EPC)

              Focus BHRe

              Evolution des résistances en Europe entre 2009 et 2016

              Formation hygiène 2016

              29

              EuSCAPE : European survey of carbapenemase-producing Enterobacteriaceae EPC

              62,3%, 680 souches

              34,3%, 432 souches

              Résistance aux carbapénèmes en Europe

              Formation hygiène 2016

              32

              Si résultat positif : chambre seule, personnel dédié si possible prescrire les précautions complémentaires « contact renforcé » à 9h et à 21h

              Prescription médicale : dépistage rectal par PCR (ERG + EPC) Résultats <4h

              Dépistage BHRe systématique - des patients rapatriés sanitaires, hospitalisés à l’étranger dans les 12 derniers mois - des patients vivants à l’étranger

              Prise en charge des patients BMR / BHRe(1/2)

              6577 (IDE)

              Prescription médicale : précautions complémentaires adaptées au portage (8h et 20h)

              Patients connus BMR ou BHRe

              La mention BMR ou BHRe doit toujours apparaître sur la lettre de liaison. Il est impératif de prévenir l’EOH en cas de patient porteur de BMR/ BHRe arrivant d’un autre établissement de santé.

              Prise en charge des patients BMR / BHRe(2/2)

              8g GESTION DU RISQUE INFECTIEUX

              FT/EOH/870/03

              • ABRI : Acinetobacter Baumannii multi résistant en réanimation
              • BHRe : Bactérie Hautement Résistante émergente
              • EPC : Entérobactérie productrice de carbapénémases
              • ERG : Entérocoque résistant aux glycopeptides

              Appeler l’équipe opérationnelle d’hygiène : 65.77 ou 65.09 ou 69.49

              pour toute question

              Chambre seule – Personnel dédié (sinon mesures de cohorting)

              Précautions complémentaires « contact renforcé »

              Clostridium difficile

              Clostridium:

              • Bactérie sporulée qui résiste très longtemps dans l’environnement
              • Transmission oro fécale
              • Il est le principal agent responsable de la diarrhée secondaire à l’administration d’antibiotiques redoutable en raison de son potentiel de contagion très élevé.
              • Environ 5 % de la population sont porteurs asymptomatiques (c’est-à-dire sans symptôme apparent) de la bactérie, ses manifestations sont étroitement reliées à un séjour à l’hôpital.
              • Résiste à l’alcool (SHA inefficace) eau et savon en sortant de la chambre et SHA avant d’entrer (pour protéger le patient)
              • Et résistant à la plupart de nos désinfectants (nécessite une norme de sporicidie ) protocole oxyfloor ou à défaut javel
              • Mesures maximales (sur blouse, bionettoyage javel…)

              Précautions complémentaires contact « particulier »Clostridium ou gale

              Réf. HAS : 8g GESTION DU RISQUE INFECTIEUX

              FT/EOH/880/03

              Lavage des mains au savon En sortant de la chambre puis avec le SHA

              Cd

              Hygiène des mains Eau et savon En entrant, en sortant de la chambre, après être allé aux toilettes …

              Hygiène des mains Au savon puis avec le gel hydro alcoolique en entrant et en sortant

              Gants Surblouse à manches longues A mettre pour entrer dans la chambre. A jeter en dehors de la chambre (sac jaune)

              Départ Entretien minutieux de la chambre à l’eau de javel puis au Sanivap Jeter le matériel stocké

              Excrétas WC, changes ou sacs à bassin ++ Jeter la balayette

              PATIENT

              SOIGNANTS

              Tri des déchets dans la chambre TOUT en sac jaune + 1 sac à l’extérieur de la chambre

              Tri du linge en chambre Sac hydrosoluble + sac rose Elimination quotidienne

              Entretien de la chambre environnement et sols -Oxyfloor un sachet pour 5L d’eau tiède (actif en 60mns) -En cas de sortie du patient: 2 sachets pour 5 litres (actif en 60 mns)

              Matériel de soins Usage unique à privilégier Si réutilisable pré désinfecter à la javel Pas de stock dans les chambres

              Surblouse manches longues Avant d’entrer en chambre, à jeter en dehors (sac jaune) Tablier usage unique Uniquement si soin mouillant

              Toilettes Ne pas utiliser les toilettes de la chambre

              VISITEURS Limiter les visites

              Gants Avant d’entrer en chambre, à jeter en dehors (sac jaune)

              Friction SHA En entrant, après avoir enlevé ses gants

              Précautions complémentaires « particulier  »

              Réf. HAS : 8g GESTION DU RISQUE INFECTIEUX

              FT/EOH/880/03

              Clostridium difficile

              Appeler l’équipe opérationnelle d’hygiène : 65.77 ou 65.09 ou 69.49

              pour toute question

              Précautions complémentaires « particulier »

              Gale

              Gale:

              • Maladie parasitaire de la peau due à un minuscule acarien, le sarcopte.
              • Les acariens se développent en creusant des sillons dans la peau. Les réactions du système immunitaire contre ces parasites provoquent des démangeaisons intenses
              • Transmission essentiellement par contact physique direct, peau contre peau, ou lors de rapports sexuels
              • Alcool inefficace: eau et savon en sortant de la chambre. SHA avant (précautions standard)

              Précautions complémentaires contact « particulier »Gale

              Réf. HAS : 8g GESTION DU RISQUE INFECTIEUX

              FT/EOH/880/03

              Gale

              Appeler l’équipe opérationnelle d’hygiène : 65.77 ou 65.09 ou 69.49

              pour toute question

              Précautions complémentaires « particulier »

              Précautions gouttelettes

              • A mettre en œuvre pour tout patient suspect ou atteint d'une infection contagieuse transmissible par « gouttelettes » (exemples : grippe, coqueluche, oreillons...)
              • Gouttelettes >0,5 microns
              • Masque chirurgical
              • Possibilité BMR respi également

              Transmission par gouttelettes

              Réf. HAS : 8g GESTION DU RISQUE INFECTIEUX

              FT/EOH/1263/03

              Masque chirurgical A porter en dehors de la chambre

              Chambre seule

              Hygiène des mains En entrant et en sortant de la chambre avec le gel hydro-alcoolique.

              Masque chirurgical à usage unique A mettre pour entrer dans la chambre. A jeter en chambre

              Départ Passage du Sanivap, entretien minutieux de la chambre

              Hygiène des mains Avec le gel hydro alcoolique En entrant, en sortant de la chambre, après être allé aux toilettes …

              PATIENT

              SOIGNANTS

              Tri des déchets habituel dans la chambre Sac jaune : Sang, LCR, pus Sac noir : tout le reste

              Tri du linge Sac rose

              Entretien de la chambre Surfaces : spray SurfaSafe (une fois par équipe min) Sol : Sanivap (quotidien)

              Matériel de soins Usage unique à privilégier Si réutilisable pré désinfecter au SurfaSafe Pas de stock dans les chambres

              Masque chirurgical à UU À l’entrée. A jeter en chambre (sac noir) Tablier usage unique Si contact direct avec le patient

              VISITEURS Limiter les visites

              Gants Uniquement si contact direct avec liquide biologique ou peau lésée du soignant

              Friction SHA En entrant, en sortant de la chambre Avant et après tout soin Dès qu’on enlève ses gants …

              Précautions complémentaires « gouttelettes »

              Réf. HAS : 8g GESTION DU RISQUE INFECTIEUX

              FT/EOH/1263/03

              Chambre seule

              • Infections respiratoires à BMR (BLSE, SARM)
              • Méningite à méningocoque
              • Grippe
              • Angine à streptocoque A
              • Infections respiratoires virales : adénovirus, VRS
              • Coqueluche, oreillons, rubéole, scarlatine

              Appeler l’équipe opérationnelle d’hygiène : 65.77 ou 65.09 ou 69.49

              pour toute question

              Précautions complémentaires « gouttelettes »

              Précautions air

              • A mettre en œuvre pour tout patient suspect ou atteint d'une infection contagieuse transmissible par voie aérienne (tuberculose, varicelle, rougeole)
              • Gouttelettes <0,5 microns
              • Masque FFP2 (Fit check)

              Transmission par voie aérienne

              Réf. HAS : 8g GESTION DU RISQUE INFECTIEUX

              FT/EOH/966/02

              Hygiène des mains Avec le gel hydro alcoolique En entrant, en sortant de la chambre, après être allé aux toilettes …

              Hygiène des mains En entrant et en sortant de la chambre avec le gel hydro-alcoolique.

              Masque FFP2 « canard » à UU Avant d’entrer et à jeter en dehors de la chambre (sac noir), même en l’absence du patient Tablier usage unique Si contact direct avec le patient

              Masque chirurgical A porter en dehors de la chambre

              Chambre seule – porte fermée

              Masque FFP2 « canard » à usage unique A mettre pour entrer dans la chambre. A jeter en dehors de la chambre (sac noir)

              Départ Passage du Sanivap, entretien minutieux de la chambre avec le masque FFP2 « canard » Aérer la chambre avant le prochain patient

              PATIENT

              SOIGNANTS

              Tri des déchets habituel dans la chambre Sac jaune : Sang, LCR, pus Sac noir : tout le reste

              Tri du linge habituel Sac rose

              Entretien de la chambre Surfaces : spray SurfaSafe (une fois par équipe min) Sol : Sanivap (quotidien)

              Matériel de soins Aspi protégée si intubation Usage unique à privilégier Si réutilisable pré désinfecter au SurfaSafe Pas de stock dans les chambres

              VISITEURS Limiter les visites

              Gants Uniquement si contact direct avec liquide biologique ou peau lésée du soignant

              Friction SHA En entrant, en sortant de la chambre Avant et après tout soin

              Précautions complémentaires « air »

              Réf. HAS : 8g GESTION DU RISQUE INFECTIEUX

              FT/EOH/966/02

              Chambre seule – porte fermée

              • Tuberculose pulmonaire
              • Rougeole
              • Varicelle / zona étendu ou chez l’immunodéprimé (contact + air)
              • Virus respiratoires émergents : coronavirus, SRAS

              Appeler l’équipe opérationnelle d’hygiène : 65.77 ou 65.09 ou 69.49

              pour toute question

              Précautions complémentaires « air »

              Evaluation…

              MERCI!!