Want to make creations as awesome as this one?

L'OMéDIT Normandie propose de nombreux outils autour de la sécurisation du circuit des produits de santé et sur le bon usage. Ils sont libres d'accès sur le site de l'OMéDIT Normandie.

Transcript

Sécurisation de la prise en charge médicamenteuse en Etablissement médicosocial

Sommaire

Transport et stockage

01

02

03

04

05

06

07

08

Administration et aide à la prise

Suivi et surveillance

Déclaration des évènements indésirables

Schéma général du circuit

Prescription

Dispensation

Préparation des doses

01

Schéma général du circuit

01. Schéma général du circuit

Schéma général du circuit du médicament

Un circuit complexe

Un contexte particulier :
- Population âgée / handicapée = population à risque
- Faible culture de sécurité = Peu de prise de conscience des erreurs médicamenteuses + Faible déclaration d’évènements indésirables liés aux médicaments
- Intervenants multiples = Délégation +++ pour assurer la continuité des soins
- Système d’information / communication / traçabilité = nécessité d'une coordination optimale

+INFO

Erreurs médicamenteuses

Chaque année, en France :

3000 décès sur la route…

10 000 décès et > 130 000 hospitalisations évitables liés au mésusage de médicament


De 2017 à 2021 :

Erreurs médicamenteuses (EM) = 3e risque le plus fréquent

Retour d’expérience sur les EIGS - Rapport annuel d’activité 2021 - ÉDITION 2022

(HAS : Haute Autorité de Santé)

01. Schéma général du circuit

Enjeux de ce circuit du médicament

Référentiel HAS pour l’évaluation de la qualité dans les établissements du secteur médico-social = Outil de référence des organismes évaluateurs - Fixe les exigences sur 9 thématiques pour chacune des 3 cibles de l’évaluation (la personne accompagnée, les professionnels et la gouvernance de l’établissement ou du service)
Critères impératifs = impliquent la mise en place d’un plan d’actions spécifiques dans la continuité immédiate de la visite d’évaluation
CRITÈRE 3.6.2 – Les professionnels respectent la sécurisation du circuit du médicament.
CRITÈRE 3.13.1 – L’ESSMS organise le recueil et le traitement des évènements indésirables.
CRITÈRE 3.13.2 – L’ESSMS communique sur le traitement des évènements indésirables auprès des parties prenantes.
CRITÈRE 3.13.3 – Les professionnels déclarent et analysent en équipe les évènements indésirables et mettent en place des actions correctives.

Prévenir les événements indésirables graves évitables

Définir les rôles et responsabilités =
qui doit et qui peut ?

Optimiser l’organisation = Identifier points forts et points à améliorer

+INFO

+INFO

Les liens HAS utiles

Communiqué de presse : La HAS publie le premier référentiel national pour évaluer la qualité dans le social et le médico-social

1- Comprendre la nouvelle évaluation des ESSMS
2- Mettre en œuvre l'évaluation des ESSMS :
3- Référentiel et Manuel d’évaluation de la qualité des ESSMS. Avertissement pour leur bon usage


02

Prescription

02. Prescription

+INFO

Liste préférentielle chez le sujet âgé - OMéDIT Normandie

Liste préférentielle élaborée à partir de listes pré-existantes, données de la littérature, recommandations des agences de santé et informations des laboratoires. Elle contient les médicaments fréquemment prescrits en EHPAD.


1/1

Continue

Suivant

L'écrasement d'un comprimé ou l'ouverture d'une gélule peuvent être réalisés si ....

cochez ce qui vous semble vrai

Cas pratique

si et seulement si cela a été prescrit par le médecin (il juge de l'intérêt d'adapter éventuellement la forme galénique)

si le résident me le demande

02. Prescription

Broyer et écraser, ce n’est pas sans danger. Quels sont les risques ?


→ Pour les résidents : surdosage, irritation des muqueuses bucales ou gastriques, baisse d’efficacité, contamination
croisée et incompatibilités entre broyats successifs.
→ Pour les soignants : allergique, toxique (si manipulation sans protection), tératogène, environnemental, troubles
musculo-squelettiques, juridique.

Voici un support "animateur" sur un retour d'erreur médicamenteuse fréquente concernant l'Administration de formes galéniques non adaptées à l’écrasement ou à l’ouverture".

Site internet

Vous pouvez animer une séance interactive autour de l’analyse d’un évènement, détaillant des éléments bibliographiques sur les principaux facteurs contributifs, les principales mesures barrières, un quizz, les outils nationaux et régionaux disponibles pour éviter que cet évènement se reproduise... toutes nos fiches pédagogiques de RETEX sur des erreurs fréquentes et potentiellement graves ainsi que le support d'animation : Guide d'animation des "Quick séances RETEX" sont sur notre site :

Fiche

03

Dispensation

03. Dispensation

04

Préparation des doses

04. Préparation des doses à administrer

+INFO

Guide pour la préparation des doses à administrer (PDA) en Ehpad et autres établissements médico-sociaux


1/1

Continue

Suivant

La préparation des piluliers peut être réalisée par ....

cochez ce qui vous semble vrai

Cas pratique

tout professionnel soignant

Un étudiant infirmier de 3ème année

04. Préparation des doses à administrer

A l'officine

Manuelle
plaquette monodose
ou multidose

A l'ESSMS

IDE
pilulier sans
déconditionnement

Etudiant infirmier de 3ème année sous la responsabilité d'un IDE

A l'ESSMS

Pharmacien / Préparateur
(sous contrôle effectif
du pharmacien)

Automatisée
sachets-doses

Manuelle
plaquette monodose
ou multidose
ou pilulier sans
déconditionnement

PDA possible par ...

Convention

Acte non délégable

Acte réservé aux IDE non délégable aux aides-soignantes

Code santé publique R. 4311-7

Convention

Automatisée sachets-doses

Pharmacien / Préparateur
(sous contrôle effectif
du pharmacien)

Focus Rôle propre de l'infirmier : que peut il déléguer ?

L’article R4311-4 du CSP énonce : « Lorsque les actes accomplis et les soins dispensés relevant de son rôle propre sont dispensés dans un établissement ou un service à domicile à caractère sanitaire, social ou médico-social, l'infirmier ou l'infirmière peut, sous sa responsabilité, les assurer avec la collaboration d'aides-soignants, d'auxiliaires de puériculture ou d'accompagnants éducatifs et sociaux qu'il encadre et dans les limites respectives de la qualification reconnue à chacun du fait de sa formation. Cette collaboration peut s'inscrire dans le cadre des protocoles de soins infirmiers mentionnés à l'article R. 4311-3.
  • L'infirmier ou l'infirmière peut également confier à l'aide-soignant ou l'auxiliaire de puériculture la réalisation, le cas échéant en dehors de sa présence, de soins courants de la vie quotidienne, définis comme des soins liés à un état de santé stabilisé ou à une pathologie chronique stabilisée et qui pourraient être réalisés par la personne elle-même si elle était autonome ou par un aidant. »

Pour que la collaboration de l’AS, l’AP, l’AES aux actes de l’infirmier soit envisageable (ex aide à la prise), il est nécessaire de vérifier les conditions cumulatives suivantes :

  • Inscription de l’acte dans la liste du rôle propre de l’infirmier. Sur la liste du rôle propre des IDE (R. 4311-5 du CSP), figurent, en lien avec la prise en charge médicamenteuse, les actes suivants :
    • 4° l’aide la prise des médicaments présentés sous forme non injectable ;
    • 5° Vérification de leur prise ;
    • 6° Surveillance de leurs effets et accompagnement éducatif de la personne ;
    • 7° Administration de l'alimentation par sonde gastrique, sous réserve des dispositions prévues à l'article R. 4311-7 et changement de sonde d'alimentation gastrique ;
    • 18° Administration en aérosols de produits non médicamenteux ;
    • 20° Réalisation, surveillance et renouvellement des pansements non médicamenteux ;
    • 28° Soins de bouche avec application de produits non médicamenteux ;
    • 29° Lavage et irrigation oculaire et instillation de collyres .

  • Respect de la qualification reconnue du fait de la formation initiale

« Rôle propre » au sens du Code de la Santé Publique

Activités réservées à l’IDE qui ne peuvent pas être déléguées : la préparation des piluliers et l’administration des médicaments car dépendantes d’une prescription médicale R. 4311-7

05

Transport et stockage

05. Transport et stockage

1/2

Dotation, contenu modifiable et ajusté en fonction du profil pathologique des résidents et de l’historique des besoins urgents

Suivant

« Stock tampon » sécurisé permettant d’y stocker les traitements des résidents non administrés

Continue

Dotation qui permet la prise en charge d’une urgence vitale en attente de l’intervention du médecin ou du centre 15

Dotation de médicaments destinés à des soins urgents distinct du chariot d’urgences

Dotation pour besoins urgents

Selon vous quelles sont les affirmations vraies ?

Cas pratique

2/2

Suivant

Permet d’anticiper tout besoin médicamenteux avant la prescription médicale

Continue

Accessible à tous les professionnels de l’EHPAD en l’absence d’un médecin ou de l’IDE

Renouvellement de dotation suivant un état récapitulatif de toutes les utilisations / prescriptions ou retrait pour péremption

Dotation pour besoins urgents

Selon vous quelles sont les affirmations vraies ?

Cas pratique

Nécessite une prescription médicale et traçabilité de toute intervention du personnel soignant (IDE et médecin)

05. Transport et stockage

05. Transport et stockage

06

Administration et aide à la prise

06. Administration / Aide à la prise

06. Administration / Aide à la prise

Outils de sécurisation et d’auto-évaluation de l’administration des médicaments

HAS publié en 2013

Cas pratique pour les AS

Commencer

Jean est douloureux ce matin.
Ses douleurs ne sont pas soulagées par les traitements que l'IDE lui a administrés à 9h.
Il vous demande s'il peut avoir une nouvelle dose de paracétamol.
Que faites-vous ?

Cas pratique

1/3

Continue

Suivant

Que faites-vous ?

cochez ce qui vous semble vrai

Cas pratique

J'alerte l'infirmière de cette douleur

et j'informe Jean que sa douleur va être soulagée le plus rapidement possible

Les AS ont le droit de collaborer à l'aide à la prise je lui donne son traitement qui est prescrit

2/3

Continue

Suivant

L'infirmière n'est pas disponible pour réaliser cette administration.

Elle me donne le dafalgan prescrit en "si besoin" par le médecin et qu'elle a préparé pour que je réalise l'aide à la prise. Jean a des problèmes de déglutition.
Que faites-vous pour l'aider à prendre son traitement ?

Cas pratique

Ne pas prendre de nouvelle dose.

Je préviens l'infirmière que Jean ne peut pas avaler la gélule

J'ouvre la gélule et je la mélange à une compote en m'assurant qu'il prend bien l'ensemble

Seul l’infirmier est habilité à pratiquer l’administration, acte comprenant l’acte technique de broyage. Les aides-soignants peuvent procéder à la distribution et à l’aide à la prise de médicaments préalablement préparés, sous la responsabilité de l’infirmer. Le broyage n’est pas une aide à la prise médicamenteuse.

3/3

Continue

Suivant

L'infirmière prévient le médecin qui a adapté le traitement en comprimés effervescents Effectivement la gélule de Dafalgan ne doit pas être ouverte (liste OméDIT : son goût très amer). Vous lui donnez ce comprimé.

Que faites-vous ensuite ?

Cas pratique

Je jette la gélule de Dafalgan sortie de son blister et je trace l'aide à la prise tout en mentionnant le problème de déglutition récent

Je remets dans la dotation la gélule de Dafalgan non administrée et je trace dans le dossier l'aide à la prise du Dafalgan comprimé effervescent

En cas de vomissement, il est conseillé au patient de ne pas prendre de nouvelle dose et poursuivre le traitement à l'heure et à la dose habituelles de la prise suivante (sauf mentions contraires). En cas de doute, se référer à la fiche d'information du médicament.

Suite du cas pratique

SUivant

Jean est de plus en plus douloureux et dorénavant son médecin traitant lui a prescrit du tramadol en gouttes buvables 100mg/ml
7 gouttes (17,5 mg) x 3/jour (6 à 8 heures entre deux prises)

Cas pratique

1/1

L'infirmière doit préparer les gouttes et je peux ensuite les donner à Jean

Suivant

J'ai été formé - un protocole existe, je réalise donc l'aide à la prise de ces solutions buvables à partir du stock disponible

Continue

Comme pour les comprimés / gélules, une fois le flacon donné par l'IDE, je peux administer ces solutions buvables

En cas d'indisponibilité de l'IDE, je peux si j'ai été formé/habilité à donner ses solutions buvables une fois préparé par l'IDE

Quelles sont les organisations possibles selon vous ?

Cas pratique

06. Administration / Aide à la prise

Eléments essentiels sur la collaboration IDE/AS

Les AS ont ils le droit de collaborer à l'aide à la prise ?

Et les AES, AP, AMP ?

Conditions obligatoires

Dès lors que, compte tenu de la nature du médicament, le mode de prise ne présente ni difficulté d’administration ni d’apprentissage particulier.

S'applique à tout aidant chargé de l'aide aux actes de la vie courante suffisamment informé

OUI

Dans le cadre d'un acte de la vie courante.

- médicaments prescrits, à l'exclusion de tout autre et préparé par l'IDE ;
- médicaments dont le mode de prise, compte tenu de leur nature, ne présente ni difficulté particulière d'administration, ni apprentissage spécifique ;
- à condition que la prescription ne vise pas expressément l'intervention d'auxiliaires médicaux ;
- et à condition que des protocoles de soins aient été élaborés avec l'équipe soignante afin que les personnes chargées de l'aide à la prise soient informées des doses

+INFO

+INFO

+INFO

Modalités de collaboration de l’IDE avec les AS, AMP et AES :

l’aide à la prise peut être réalisée par les AS, AMP et AES, sous la responsabilité de l’IDE et dans les limites

de leur qualification

Elle doit respecter le cadre suivant

• concerne les médicaments prescrits (pas d’automédication)

• dont le mode de prise compte tenu de leur nature, ne présente ni difficulté particulière d’administration ni apprentissage spécifique

• préalablement préparés par un IDE ou un pharmacien

• pour les personnes dont l’ autonomie n’est pas suffisante pour prendre seules les médicaments

• par tout aidant suffisamment informé dans les limites de sa qualification reconnue à chacun du fait

de sa formation, en collaboration avec l’IDE


Les modalités de collaboration de l’IDE avec les AS, AP et AES sont définies dans le CSP (article R 4311 4 CSP)


L’aide à la prise est définie par le CASF (article L 313 26)



1/3

Formes solides unidoses :
comprimés, sachets et gélules

Suivant

Dispositifs transdermiques
Patchs

Continue

Collutoire : spray buccale
/ Bain de bouche médicamenteux

Formes multidoses préalablement préparées par l'IDE :
pots de poudre,
flacons buvables, gouttes

Selon vous l'aide à la prise peut être réalisée par les Aides soignants et professionnels sociaux éducatifs pour :

Cas pratique

2/3

Suppositoires
(d’aide à l’élimination)

Suivant

stylos préremplis
(exemple : insuline)

Continue

Perfusions, seringues

Formes buvables unidoses :
sachets et ampoules

Selon vous l'aide à la prise peut être réalisée par les Aides soignants et professionnels sociaux éducatifs pour :

Cas pratique

3/3

Crème, pommade,
gel et lotion

Suivant

Ovules

Continue

Inhalateur,
aérosol doseur médicamenteux

Gouttes auriculaires

Collyre, lavage oculaire,
pommade ophtalmique

Selon vous l'aide à la prise peut être réalisée par les Aides soignants et professionnels sociaux éducatifs pour :

Cas pratique

06. Administration / Aide à la prise

+INFO

fiches OMéDIT IdF

1

2

3

Préparation

Compétence exclusive de l'IDE

+info

IDE : Article R 4311-5, R 4311-7 et R 4312-29 du Code de la Santé Publique (CSP)


Distribution

Collaboration IDE et AS

+info

Collaboration bornée aux actes ou soins qui relèvent du rôle propre de l’infirmier:

- Aide à la prise des médicaments présentés sous forme non injectable ;

- Vérification de leur prise ;

- Surveillance de leurs effets

+ Nécessité d'une formation initiale


Aide à la prise
Vérification de leur prise Surveillance de leurs effets

Collaboration IDE et AS

Triptyque « Aide à la prise »

(Groupe de travail régional « Médicaments et Handicaps », ARS et OMEDIT Ile de France)

- Fiche pratique : focus règlementaire + note juridique “que dit la loi?”

- Fiche pratique : bonnes pratiques

- Fiche pratique : surveillance

1/1

Auxiliaires de puériculture

Suivant

Aides soignants

Continue

Infirmiers

Accompagnants éducatifs et sociaux

Selon vous qui a le droit de réaliser la distribution des médicaments ?

Cas pratique

06. Administration / Aide à la prise

Comment distribuer ?


TOUJOURS vérifier la correspondance entre :

1- identité du résident : nom et prénom à l’oral ou avec le bracelet ou la photo du résident si accessible

2- identification du pilulier ou de la boîte préparée

Médicaments JAMAIS déposés en salle à manger sans surveillance et en l’absence du résident

06. Administration / Aide à la prise

Que vérifier avant l'aide à la prise ?


TOUJOURS prendre en compte les transmissions de l'infirmier :

- heures et modalités de prise : quand, comment par rapport au repas (début, milieu, fin)

Exemples : Médicaments hypocholesterolémiants sont à prendre le soir (car la production du cholestérol augmente le soir) - Lévothyrox ® 30min avant le petit déjeuner (pour être mieux absorbé et efficace)

–S’assurer que le traitement soit préparé dans un pilulier ou dans un contenant identifié (dé-blistérisé) au nom du patient sur plateau repas

Connaitre les consignes concernant sa déglutition, ses habitudes pour faciliter sa prise des médicaments, pour les médicaments sous forme de poudre, éviter de mettre trop d’eau dans le verre, ne pas mettre dans une compote...

06. Administration / Aide à la prise

1/1

Protocole de soins infirmiers
= signé par l’IDE et l’AS désigné

Suivant

Procédure = explications
+ protocole individualisé /résident

Continue

AS doivent formées et volontaires
Formation des AS sur l’évaluation et la prise en charge de la douleur + administration des stupéfiants
connaisance des effets indésirables / alertes et savoir les gérer

L’inter-dose est préparée
par IDE en amont
coffre réservé aux stupéfiants de nuit différent du coffre des stupéfiants

Selon vous, en l’absence d’IDE la nuit, les inter-doses de stupéfiants per os peuvent être données par un aide-soignant sous quelles conditions ?

Cas pratique

07

Suivi et surveillance

07. Suivi et surveillance

07. Suivi et surveillance

Pour les résidents en aide partielle :


vérifier la bonne prise des traitements posés à côté du verre d’eau
Attention aux petits comprimés (pas toujours visibles, ou difficiles à saisir)

Vérifier s’il n'est pas tombé (dans le lit, sur la table, au sol…)

Pour les résidents en aide totale :

Une fois les comprimés avalés (un par un avec de l’eau) ou bus (dilués gorgée par gorgée) ou écrasés (avec de l’eau gélifiée (en priorité), confiture, compote, yaourt (si absence d’interaction))
s’assurer que la bouche est vide après chaque prise

07. Suivi et surveillance

Transmissions à l’IDE en temps réel du suivi de l’aide à la prise

• Orales immédiates en cas de :
- Refus de prise de traitement
- Signes anormaux : fausse route, nausées, vomissements…
- Médicament non pris car tombé par terre, trouvé dans le lit…

• Ecrites
- Tracer dans le dossier patient en temps réel l’acte de distribution des médicaments et les transmissions associées

08

Déclaration des évènements indésirables

1/1

Lors du transport et du stockage

Suivant

Lors de la préparation des doses à administrer

Continue

Lors de la dispensation

Lors de l'administration

Selon vous quelle étape dans la prise en charge médicamenteuse est la plus à risque d'erreur ?

Cas pratique

08. Déclaration des évènements indésirables

08. Déclaration des évènements indésirables

C’est quoi exactement un évènement indésirable associé aux soins ?


- un évènement défavorable survenant chez un patient ;
- associé aux actes de soins et d’accompagnement ;
- qui a ou aurait pu avoir des conséquences pour le patient ;
- qui s’écarte des résultats escomptés ou des attentes du soin ;
- qui n’est pas lié à l’évolution naturelle de la maladie ou à l’état de dépendance du patient, c’est un évènement inattendu

En fonction du niveau de gravité de l’EIAS, on parle :
− d’un évènement porteur de risque (EPR)= aucune conséquence ou limitées (EIAS dit récupéré)
− d’un évènement indésirable grave associé aux soins (EIGS) = décès, mise en jeu du pronostic vital, survenue probable d’un déficit fonctionnel permanent


1/1

Des vaccins périmés retrouvés dans le réfrigérateur

Suivant

Une erreur de distribution entre deux résidents mais heureusement interceptée avant la prise

Continue

Une confusion entre deux flacons qui ont été administrés mais sans effet sur le résident

Une rupture d'antibiotiques qui n'est plus disponible en ville

Selon vous que devriez-vous déclarer ?

Cas pratique

08. Déclaration des évènements indésirables

08. Déclaration des évènements indésirables

Face à un évènement indésirable associé aux soins (EIAS), que faire?


1- Le déclarer en interne de sa structure pour faire connaître ce risque
2- L'analyser : un évènement non analysé est un évènement qui se reproduira

L’erreur humaine ne suffit pas à expliquer ces EIAS.
- Multiplicité des acteurs, leurs interactions,
- Complexité / succession d’évènements en amont de l’erreur.

? Comprendre les dysfonctionnements et identifier toutes les causes qui ont contribué à la survenue de l’évènement.

Tous les moyens humains, techniques ou organisationnels qui permettent d’éviter la survenue d’un EIAS, de le rattraper quand il survient ou d’atténuer la gravité de ses conséquences

3- Traiter les causes

Une erreur ne se blâme pas, elle s’analyse, cela permet d’apprendre de nos erreurs et de renforcer la sécurité du système James Reason - L’erreur humaine 1993

08. Déclaration des évènements indésirables

08. Déclaration des évènements indésirables

08. Déclaration des évènements indésirables

+INFO

fiches d'analyse OMéDIT


Quels sont les écueils à éviter dans l'analyse ?

− Rechercher un coupable plutôt que comprendre les mécanismes de survenue.

− Porter des jugements.

− Rechercher les causes immédiates sans établir la chronologie des faits.

− Ne pas rechercher des facteurs favorisants (contributifs et influents).

− Ne pas prendre en compte toutes les différentes dimensions (tâches, individu, milieu, matériel…), sans suffisamment s’interroger (« Pourquoi ? », « Qu’a-t-il fallu pour que cela arrive ? », « Est-ce suffisant ? »).

− Ignorer le patient/résident / son entourage.

− Faire l’impasse sur l’analyse des barrières


Fiches RETEX

Exemples de fiches d'analyses autour de cas fréquents retrouvés sur les erreurs médicamenteuses


08. Déclaration des évènements indésirables

08. Déclaration des évènements indésirables

08. Déclaration des évènements indésirables

+INFO

Vidéos

+INFO

Portail de signalement

Portail de signalement


Vidéos réalisées par Qual'Va

08. Déclaration des évènements indésirables

+INFO

CRPV Caen

+INFO

CRPV Rouen

08. Déclaration des évènements indésirables

Les 2 centres régionaux de pharmacovigilance

CRPV de Caen


CRPV de Rouen

08. Déclaration des évènements indésirables

Le circuit après déclaration

+INFO

Guide HAS

08. Déclaration des évènements indésirables

Le dommage associé aux soins

Lorsqu'un résident a subi un dommage associé aux soins, il revient aux professionnels de l'informer au plus vite ainsi que son entourage, de préférence dans les 24 heures, sans excéder 15 jours après sa détection ou la demande expresse du résident ou de son entourage

Plusieurs études ont montré qu’une annonce bien menée suite à la survenue d’un dommage tend à répondre aux attentes du patient, à renforcer sa confiance envers le soignant et à limiter une judiciarisation de l’événement.


Cette annonce se déroule en 3 temps

Outils de la Haute Autorité de Santé

+INFO

Vidéo

08. Déclaration des évènements indésirables

Prendre en compte la culpabilité du soignant : la seconde victime

"Un soignant impliqué et traumatisé par un événement imprévu et défavorable pour un patient et/ou une erreur médicale dont il se sent souvent personnellement responsable et qui occasionne un sentiment d'échec et remet en question son expérience clinique et ses compétences fondamentales."


Scott SD, et al (2009) The natural history of recovery for the health care provider "second victim" after adverse patient events. Qual Saf Health Care 18 : 325-30

Vidéo de sensibilisation

Retrouvez tous nos outils en libre accès sur notre site internet :

https://www.omedit-normandie.fr/
Menu / Boite à outils

Boite à outils :

en lien avec les exigence de l’évaluation de la Haute Autorité en santé

Vous pourrez retrouver sur notre site différents outils sur la prise en charge médicamenteuse (PECM)

Audit d'évaluation du circuit du médicament en secteur médicosocial

Audit d'évaluation de la prise en charge de la douleur

Webinaires de sensibilisation sur les rôles et responsabilités des acteurs concernés par la PECM

Guide, webinaire, supports de sensibilisation sur le circuit du medicament en EHPAD et en secteur Handicap

Outils d’aide au repérage et à l’analyse des évènements indésirables médicamenteux : Erreurs médicamenteuses

Outils d’aide à la réévaluation des prescriptions : Ressources pédagogiques

Outils d’aide à la prise en charge de la douleur : Douleur

Céline BOUGLE 02.31.70.95.21
Albane CHEREL 02.31.70.96.90
Cyril MAGNAN 02.31.70.96.23

ars-normandie-omedit@ars.sante.fr

Espace Claude Monet, 2 place Jean Nouzille, 14050 Caen Cedex 4

Retrouvez tous nos outils en libre accès sur notre site internet :

https://www.omedit-normandie.fr/