Want to make creations as awesome as this one?

Transcript

Le Canada

EDUSCOL

DÉCOUVERTE N°3

Les repères géographiques, historiques et culturels
du Canada

Anglais 6ème - Dossier préparé par Jonathan ANDRÉ

Enseignant-es

hymne

Compétences

Quelques informations avant de démarrer le chapitre avec vos élèves en SEGPA ou ailleurs :


  • La présentation genial.ly est libre d'accès, elles s'accompagnent d'un livret élève et enseignant que vous pouvez retrouver ici ;
  • Le lien genial.ly s'intègre très bien dans les ENT
  • Les traces écrites apparaissent au bout de 60 secondes pour éviter de troubler l'attention de l'élève et de laisse l'enseignant aborder le sujet ;
  • La flèche sous la trace écrite représente les savoirs minimaux à avoir en tant qu'enseignant, ce sont aussi des compléments d'information pour les élèves ;
  • Certaines traces écrites sont accompagnées de vidéos, de cartes, de podcasts... Ces compléments sont indiqués par des pictogrammes ;
  • Les activités peuvent se faire à la maison ou en classe, il en va de votre liberté pédagogique ;
  • Des erreurs subsistent encore dans toutes ces ressources, n'hésitez pas à me contacter pour me l'indiquer.
  • Chaque découverte s’organisent tous autour de la même architecture : Histoire du pays, sa géographie, sa politique, son éducation, la découverte d’une de ses villes et d’une de ses personnalités.
  • Satisfait-e-s ? Dites-le-moi sur Twitter ou par mail !


Bonne séquence


Jonathan ANDRé

Les approches plurielles des langues et des cultures


La compétence interculturelle


La dimension culturelle liée à l’enseignement des langues étrangères ne vise pas l’apprentissage de savoirs que l’on pourrait proposer sous forme de listes. Il s’agit au contraire, à partir de l’acquisition de connaissances mises en perspective et d’une réflexion menée sur sa propre culture, de construire une compétence interculturelle. Le CECRL, qui insiste sur la dimension sociale de l’apprentissage, indique que : «la connaissance, la conscience et la compréhension des relations (ressemblances et différences distinctives) entre “le monde d’où l’on vient” et “le monde de la communauté cible” sont à l’origine d’une prise de conscience interculturelle. Il faut souligner que la prise de conscience interculturelle inclut la conscience de la diversité régionale et sociale des deux mondes.» (2001, p.83-84).



On parle souvent d’aires culturelles dont le plus petit dénominateur commun serait la langue. Mais peut-on vraiment rassembler sous la même bannière culturelle un locuteur anglophone de l’Alaska et un autre de Dehli en Inde ou encore un locuteur de l’île de Malte? Pour les locuteurs hispanophones, qu’en est-il du locuteur de Malaga en Espagne, de celui de Buenos Aires en Argentine ou même encore de celui vivant à Los Angeles.


À l’inverse, l’approche interculturelle invite à prendre en compte la culture de l’élève pour qu’il puisse la mettre en regard avec d’autres cultures. Il s’agit d’adopter une démarche comparative pour appréhender les similitudes autant que les différences. L’idée est de permettre la découverte de la différence, sans normer, sans catégoriser pour dépasser les clichés. On donne ainsi l’occasion aux élèves de découvrir d’autres cultures dans des situations contextualisées et grâce à des supports ou des situations ancrés dans une réalité donnée et variée. Cela signifie qu’on peut s’appuyer sur des albums, des photos, des chants, des comptines ou des films produits dans la langue cible pour permettre à l’élève de découvrir des éléments de similitude ou de différence. Il est également possible de mettre en place des échanges avec des élèves d’autres pays grâce à des dispositifs comme eTwinning9 . La rencontre avec d’autres cultures peut également se faire à l’occasion de la visite d’une exposition ou d’un atelier cuisine.


Il existe par ailleurs des savoirs sur les langues elles-mêmes, qui reflètent le fonctionnement des sociétés. On pense par exemple à la dimension sociolinguistique des langues : on ne dira pas bonjour de la même manière à ses parents, qu’à ses amis ou à son professeur. Ces salutations ont une dimension à la fois verbale, mais également mimo-gestuelle. Dans le premier cas, on pourra adopter des registres différents selon la personne à qui on s’adresse : Salut, Ciao, See you ou Tschüss pour dire au revoir à des amis, mais Au revoir, Good-bye, Arriverdeci ou Auf wiedersehen dans une langue plus soutenue. Dans le second cas, on peut embrasser ses parents et également embrasser ses amis, mais sans doute pas de la même façon. On peut aussi faire une accolade ou bien leur serrer la main.


Les onomatopées sont également exemplaires dans la manière dont les langues participent à la construction culturelle : dans le monde, tous les coqs chantent de la même manière, tous les chiens aboient à l’identique, tous les chevaux hennissent pareillement et pourtant, les peuples n’appréhendent pas ces sons de la même manière dans leur transcription graphique. Les exemples ci-dessous font référence à l’arbitraire du signe (on peut également trouver des variations). Il est intéressant de faire prendre conscience aux élèves de ces phénomènes dans le cadre de l’apprentissage des langues :




Compétences travaillées :

Domaines du socle 1, 2, 3 et 5

  • Découvrir les aspects culturels d’une langue vivante étrangère et régionale
    • Identifier quelques grands repères culturels de l’environnement quotidien des élèves du même âge dans les pays ou régions étudiés.
    • Mobiliser ses connaissances culturelles pour décrire ou raconter des personnages réels ou imaginaires.
  • Comprendre un répertoire de mots isolés, d’expressions simples et d’éléments culturels concernant des informations sur le pays
  • Copier des mots isolés et des textes courts, mobiliser de mots isolés, des expressions simples et des éléments culturels.
  • Reproduire un modèle oral (répéter, réciter...).


Attendus de la part de l’élève

  • L’élève reconnait les structures et le lexique appartenant à un répertoire mémorisé.
  • L’élève est audible, module sa voix pour s’approprier les schémas intonatifs.
  • L’élève recopie correctement l’orthographe et la syntaxe et se relit pour corriger ses erreurs.
  • Il/elle perçoit la relation entre certains graphèmes, signes et phonèmes spécifiques à la langue

Sommaire

Livrets élèves et enseignant

Histoire

Education

Une ville du pays

Géographie

Une personnalité du pays

Organisation Politique

Activités

Livret

enseignant

Livret

élève

Histoire du

Canada

page | 1

Canadian

history

D’un point de vue historique, ce territoire a eu une activité durant la préhistoire (prehistory) et que celle-ci s’est prolongée. Christophe Colombe en 1492 n’a évidemment pas été le premier à découvrir le continent, les vikings, les normands ou encore les basques s’y sont chacun établis un moment.
Au Moyen-Age des cartes (maps) seront réalisées, mentionnant ce territoire.

Géographie du Canada

page | 2

Geography of Canada

Le Canada est un pays d'Amérique du Nord.


Il est bordé à l'ouest par l'océan Pacifique, au nord-ouest par l'océan Arctique et à l'est par la mer (sea) du Labrador et la mer de Baffin.
Sa frontière sud le sépare des États-Unis.

Avec une superficie de 9 984 670 km², le Canada est le deuxième (second) plus grand pays du monde après la Russie.

Politique au

canada

Le chef de l'État est le souverain britannique, actuellement la reine Élisabeth II, mais comme au Royaume-Uni, son rôle n'est que protocolaire .
Elle est représentée au Canada par un gouverneur général avec les conseils du premier ministre (Prime Minister) canadien et assisté par le Conseil privé de la Reine (ou du Roi) pour le Canada.

page | 3

Politics in

Canada

éducation au Canada

page | 4

education in

Canada

Dans les écoles canadiennes, les élèves (students) commencent à fréquenter l'école publique à 4 ou 5 ans, selon leur lieu de résidence. La majorité des élèves terminent leurs études (studies) secondaires à 17 ou 18 ans.
Vient ensuite l'université.
Avant 15 ou 16 ans, selon leur province ou territoire de résidence, les élèves canadiens sont obligés par la loi de fréquenter un établissement scolaire.

uNE VILLE :

Montréal

page | 5

A CITY:

Montreal

Montréal est la métropole du Québec.

Deuxième (second) agglomération du Canada, Montréal constitue un centre très important du commerce, de l'industrie, de la culture, de la finance et des affaires internationales.

Kinuajuak Asivak, (née le 3 octobre 1927 à Ikirasaq, sur la côte sud de l’île de Baffin – morte le 8 janvier 2013 à Kinngait, au Nunavut) est une artiste (artist) inuite canadienne internationalement reconnue.

Son succès lui a valu de nombreuses récompenses (rewards) et plusieurs distinctions. Elle fait figure de pionnière dans l’art inuit moderne.

page | 6

A personality from Canada

Une personnalité du canada

Synthèse

Le Canada est un pays d'Amérique du Nord. Par sa superficie (presque 10 000 000 km² soit 18 fois la France), c'est le deuxième pays le plus grand au monde après la Russie, suivi de près par la Chine et par les États-Unis (Alaska comprise).


Sa capitale est Ottawa, située dans la province de l'Ontario, mais ce n'est pas la plus grosse ville du pays. C'est un pays au climat continental (il fait très chaud l'été et très froid l'hiver). Dans le Nord du pays, le climat est polaire, au-delà de la limite des arbres .

Les deux langues officielles sont le français (le Québec est la seule province à être en majorité francophone) et l'anglais. Le Canada comporte quatre principales métropoles : Toronto, Montréal, Vancouver et Calgary.

Le Canada compte environ 38 millions d'habitants.
Le pays est une monarchie constitutionnelle, le souverain est le même que celui du Royaume-Uni (actuellement, la reine Elisabeth II). Le parlement est constitué de la Chambre des communes (élue par le peuple) et le Sénat (nommé). Le Canada est un pays fédéral comme l'Allemagne ou l'Australie.

Mots

cachés

Hidden
Words

Jonathan

André

Enseignant spécialisé CAPPEI

SEGPA du collège Condorcet - Nimes

Ressources et inspiration : Wikipédia, Vikidia, Educol.net, Brut

Merci