Want to make creations as awesome as this one?

Transcript

L'histoire du

Main Square Festival

Sommaire

2004

2006

2007

2008

2009

2010

2011

2012

2014

2015

2016

2017

2019

2020 - 2021

2013

2018

La 16e édition du 30 juin au 3 juillet 2022

Cliquez sur une année

pour aller directement
sur une édition.

Nos articles

sur 6 concerts marquants

Sommaire

Juillet 2006

Depeche Mode

Juillet 2008

Radiohead

Juillet 2010

Black Eyed Peas

Juillet 2014

Stromae

Juillet 2015

Muse

Juillet 2018

Orelsan

Cliquez sur les +

01

2004

Placebo ouvre le bal

Des Béthunois pour ouvrir le Main Square. La petite histoire retiendra que c’est le groupe local Gomm qui lance la série
de grands concerts, l’été, à Arras. Même si précédemment,
le centre-ville arrageois avait vibré avec Johnny Hallyday,
cet été 2004 marque le lancement des concerts XXL.
15 000 personnes assistent à ces trois heures de show,
le samedi 3 juillet 2004.

Le groupe anglais Placebo est à son apogée. Brian Molko
et sa bande trustent les radios et enchaînent les concerts.
The Bitter End et Protect Me sont des hits planétaires.
La musique hypnotique du groupe se fond à merveille avec les façades flamandes de la Grand-Place. "Faire du rock dans ce décor, c’est énorme", dit France Leduc, la programmatrice de l’événement.

Sommaire

02

2006

Muse et Depeche Mode

En 2005, la ville décide de changer de producteur et de ne pas faire appel à France Leduc. On ne parle plus de Main Square en cette année 2005. L’organisation est confiée à une autre société nordiste. Au menu :
les Canadiens de Sum 41 et les Frenchies de Kyo. Seulement 9 000 fans se déplacent. Un flop comparé aux 15 000 personnes de Placebo un an plus tôt.

En 2006, France Leduc Productions reprend le flambeau. Le Main Square s’étale sur deux jours :
le jeudi 29 juin et le samedi 1er juillet. En pleine Coupe du monde de football où l’on vibre à l’épopée des Bleus de Zizou. La qualification de la France en demi-finale après sa victoire face au Brésil se joue en plein concert de Muse.

Sommaire

Depeche Mode fait se déplacer un peu plus de
20 000 personnes sur la Grand-Place. Pour ses vingt-cinq ans de carrière, la bande à Dave Gahan joue les derniers titres de son album, mais également Just Can’t Get Enough, Personnal Jesus, Enjoy the Silence, des tubes planétaires.

Le surlendemain, la tornade Muse s’abat sur la Grand-Place. Avec son rock électro, le trio britannique amène dans ses bagages The Kooks et Second Sex. Quelques minutes avant de monter sur scène, Christopher Wolstenholme, le bassiste du groupe, s’extasie devant la Grand-Place : "Un endroit magnifique, c’est un privilège de jouer ici."

Au final, sur les deux jours, près de 45 000 spectateurs se déplacent à Arras. Le Main Square franchit une nouvelle étape.

Depeche Mode

Muse

03

2007

Un French Festival

Sommaire

Après Depeche Mode et Muse en 2006, le Main Square 2007 se la joue "frenchy". Sur deux jours (les 29 et 30 juin), le festival ouvre avec Tryo. En hors-d’œuvre, les Arrageois ont la chance d’applaudir la douce Ayo. 15 000 personnes sont présentes sur la Grand-Place.

Le lendemain, Air plombe un peu l’atmosphère. Le groupe electro français n’enthousiasme pas vraiment la foule. Les Versaillais laissent ensuite la scène au groupe phare de cette édition 2007: Indochine. À 48 ans, Nicola Sirkis, le leader charismatique, met en transe ses fans.

Avec 35 000 personnes accueillies sans vedettes internationales,
le festival semble avoir trouvé son public. Déjà, à l’issue de cette 3e édition, on parle d’un rapprochement entre le Main Square et
le festival belge Werchter. Ça se concrétisera en 2008.

04

2008

Le rachat par Live Nation et la folie Radiohead

Sommaire

2008 marque un tournant pour le Main Square. France Leduc, la programmatrice, a décidé de s’associer avec le festival belge Werchter d’Herman Schueremans. Un festival appartenant aux Américains
de Live Nation qui rachèteront près de 75 % des parts du MSF.

Mais ça passe mal. Les producteurs de la région reprochent à France Leduc d’avoir fait entrer "le loup dans la bergerie". Live Nation
est contesté pour sa force de frappe financière et ses prix élevés.
Ça passe d’autant plus mal que le conseil régional et le conseil général ont accordé une subvention au Main Square.

Pour les festivaliers, ce rapprochement, c’est avant tout l’assurance
d’avoir des grands noms sur la Grand-Place grâce à la notoriété de Werchter et la force de frappe de Live Nation. Le Main Square se positionne sur trois jours avec une ouverture electro le vendredi avec notamment Justice et leur croix lumineuse et les Chemical Brothers.

Le lendemain, Mika fait bouger les festivaliers. Côté français,
les BB Brunes tiennent l’affiche. Le gros coup a lieu le dimanche
avec Radiohead, considéré à l’époque comme le meilleur groupe
au monde. La Grand-Place est pleine à craquer avec plus de
30 000 personnes.

05

Sommaire

C’est la dernière sur la Grand-Place. Le lieu est devenu trop petit pour accueillir un Main Square en pleine ascension. En plus, difficile de monter une seconde scène. Alors, pour cette dernière, on sort l’artillerie lourde avec un plateau de vingt-cinq artistes sur quatre jours.

La der' sur la Grand-Place

2009

Malgré une affiche prestigieuse, les places ont du mal à se vendre. Résultat : à quelques jours du lancement de cette édition, l’organisation décide d’opérer une vente flash : - 40 % sur les places. Ça grogne du côté de ceux qui avaient déjà leur sésame et l’avaient payé au prix fort.

Lenny Kravitz

Cette édition commence fort avec la venue, le jeudi, de Coldplay, un groupe au sommet de sa gloire avec son album Viva la Vida.
Le lendemain, l’ambiance et l’affluence retombent un peu avec
le rappeur Kanye West. Juste avant, la pop sucrée de Lily Allen.
Le samedi, Placebo fait son retour à Arras après son passage en 2004. Mais c’est Kaiser Chiefs et Gossip qui ont mis l’ambiance sur la Grand-Place au cours de cette troisième journée.

Notre coup de cœur de cette édition 2009, c’est sans conteste la prestation de Lenny Kravitz, le dimanche. Somptueuse, magistrale. Juste avant, Franz Ferdinand, Duffy et Katy Perry assurent le show avant que l’édition 2009 ne se termine avec Moby.

Katy Perry

On

déménage
de la
Grand-Place
à la
citadelle

06

Sommaire

Nouvelle étape pour le Main Square. Fini la Grand-Place devenue trop petite et pas vraiment pratique pour créer une ambiance festival. Rester debout sur des pavés pendant des heures, ce n’est pas très confortable. Direction la citadelle vidée depuis quelques mois de ses militaires.

Plateau de "ouf" à la citadelle

2010

L’enceinte fortifiée imaginée par Vauban permet d’aménager une seconde scène (la Green Room) et d’accueillir davantage de festivaliers (40 000 personnes par jour). Et qui dit plus de monde, dit plus de recettes et donc davantage de moyens pour programmer des artistes internationaux.

Tout s’annonce donc pour le mieux pour cette 6e édition. Sauf qu’en coulisses,
les choses se passent très mal. Il y a
de l’eau dans le gaz entre France Leduc (créatrice de l’événement) et Live Nation (le nouvel actionnaire majoritaire).
La bouillonnante productrice, qui a cédé 75% de ses parts au groupe d’Herman Schueremans, est poussée vers la sortie par le géant US.

Sa révocation passe mal. France Leduc saisit les tribunaux. L’affaire se règle quelques heures avant la première journée du Main Square.

Pour cette première édition à la citadelle, le plateau est exceptionnel. Le premier jour, l’enceinte fortifiée affiche complet depuis plusieurs semaines. Il faut dire qu’en têtes d’affiche, on trouve les Black Eyed Peas, le groupe du moment. Quarante mille festivaliers se trémoussent sur I got a Feeling. Après la prestation de Fergie
et ses amis, DJ David Guetta clôt cette première.
La seconde journée est plus rock avec –M –, Phoenix, Lili Wood
and the Prick, Ben Harper et Pearl Jam.

Gossip

Dimanche, c’est le grand écart : avec la pop de Pink, le rock
de Gossip et le metal de Rammstein. Les Allemands offrent
un show monstrueux avec un déluge d’effets pyrotechniques. L’ancienne caserne militaire en tremble encore. Cette édition
accueille 105 000 festivaliers.

Pink

07

Sommaire

Cette 7e édition, la seconde à la citadelle, affiche également un casting remarquable. La Green Room devient une véritable seconde scène avec un plateau relevé. C’est ainsi que sur la partie "herbeuse"
de la citadelle, les festivaliers applaudissent durant trois jours, Underworld, Aloe Blacc, Kasabian, Two Door Cinema Club,
Selah Sue et le DJ Martin Solveig. Entre autres…

Coldplay et Arcade Fire

2011

Sur la scène principale (la Main Stage),
le plateau est pas mal non plus. Le vendredi est très rock avec Linkin Park, Queens of the Stone Age, Limp Bizkit et les frenchies survoltés de Shaka Ponk.
La soirée se termine avec les frères chimiques The Chemical Brothers pour leur deuxième passage à Arras.

Le lendemain, un autre revenant au Main Square : le DJ écolo Moby. Mais ce sont surtout The National, Kaiser Chiefs et surtout les Canadiens d’Arcade Fire que les festivaliers sont venus applaudir. Dimanche, la folie Coldplay embrase
la place d’Armes. Cent mille festivaliers
sont comptabilisés durant ces trois jours.

08

Sommaire

C’est ça d’être habitué au caviar. Des affiches sensationnelles avec des artistes internationaux comme les Black Eyed Peas ou Coldplay. Dès que c’est un peu moins bien, on fait la fine bouche. On est un
peu déçu. C’est le cas pour cette 8e édition du Main Square Festival
en cet été 2012. L’affiche est moins flamboyante que les années précédentes. La principale raison : les gros groupes internationaux
ne tournent pas beaucoup cette année-là. La tête d'affiche est
Pearl Jam déjà passée en 2010.

Une affiche

moins
flamboyante

2012

Simple Minds

Cette édition 2012 est avant tout celle des découvertes, notamment sur la Green Room qui accueille, entre autres, Metronomy, Izia, Revolver, Brigitte, M83. Les anciens sont également aux anges avec Simple Minds. Les trentenaires applaudissent Garbage, mais le groupe a pas mal vieilli.

M83

Les "Frenchies" réveillent
les festivaliers. Le samedi, les Lillois de Skip the Use mettent la place d’Armes sens dessus dessous. Le lendemain, place aux déjantés Shaka Ponk, qui font frétiller et sautiller les festivaliers arrageois. Le gros son de Blink 182 que l’on entend à des kilomètres à
la ronde clôt cette édition qui accueille 75 000 spectateurs, soit 25 000 de moins que l’édition précédente.

Skip the Use

09

Sommaire

Pour le premier soir, Green Day tient l’affiche avec un concert de deux heures. Tout y passe, les incontournables, tel Holiday ou Boulevard of Broken Dreams. Le chanteur Billie Joe Armstrong donne tout sur scène, n’hésitant pas à se recouvrir d’un drapeau tricolore,
à se prosterner devant les festivaliers et à inviter un jeune Nordiste
sur scène pour un solo mémorable. Prodigy clôt cette première journée enthousiasmante.

Green Day et Sting

2013

Le lendemain, place à la légende Sting. Le leader de Police offre
un show carré, efficace. Roxanne résonne encore sur la place d’Armes. Tout comme le son des DJ de C2C, nouvelle coqueluche
de la scène électronique française.

Dimanche, pour le dernier jour, le temps est estival, la température monte au fil de la journée jusqu’à la prestation d’Indochine pour
sa deuxième venue au Main Square, la première à la citadelle. Durant deux heures, Nicola Sirkis emmène les festivaliers dans son Black City Tour.

La vidéo VDN

des 10 ans
du Main Square

10

Sommaire

Record de fréquentation pour les dix ans avec 135 000 spectateurs, selon les organisateurs pour ces quatre jours. Le Main Square
ouvre le jeudi en mode metal avec la légende Iron Maiden.

La folie

Stromae

2014

Le samedi, place à l’événement de cette édition. On se souviendra longtemps de cette immense communion populaire. Cette fraternité
autour du génial Stromae, par-delà les générations, les origines,
réconciliant mélomanes pointus, festivaliers rock et très grand public.

The Black Keys

Franz Ferdinand

Au cours de cette édition, la techno est à la fête avec Gesaffelstein et surtout Kalkbrenner. Le public est bouleversé par Woodkid, Franz Ferdinand fait danser avec sa Brit-Pop. Les Black Keys séduisent un public acquis.

Imagine Dragons

Et puis des moments : Tostaky hurlé par la foule, Kids de MGMT réveillant le public, le frisson avec Rodrigo reprenant Creep de Radiohead, le jam au sujet de la pluie par monsieur Keziah Jones, la virtuosité de John Butler en solo. Sans oublier Foals..

11

Sommaire

2015, l’âge de la maturité. Pour la première fois, le Main Square affiche complet pour les trois jours. Un succès pas forcément attendu, mais quand même (in)espéré par Armel Campagna, le patron
du festival, qui avait cette année pris le risque de privilégier
une programmation plus Radio FM, quand la musique "indé"
a forgé la réputation du début du festival à la citadelle.

Un Main Square complet

2015

Lenny Kravitz

Une édition marquée par la venue de Muse
avec ces hymnes
de stade qui enflamment le chaudron arrageois. La veille, le dandy Lenny Kravitz sait mener son public
au paradis. Autres belles surprises :
la violoniste de Lindsey Stirling, Hozier, ainsi que BRNS sans oublier les habitués de la citadelle, les Nordistes de Skip The Use.

Muse

IAM

Pour ce qui est des refrains entonnés par 40 000 fans, on
se souvient de Je danse le mia des bad boys de Marseille d’IAM. Suivi de près par Prayer in C de Lilly Wood and The Prick. Starlight de Muse et Fly Away par Kravitz. Et pour clore cette édition, rien
de mieux que les tubes de Pharrel Williams pour avoir un bel Happy... end.

12

Sommaire

Cette édition s’ouvre par le concert d’une pointure internationale du rock. Qu’on aime ou non le voir se déhancher torse nu, peau flétrie, désinvolte, on ne pouvait que s’incliner devant l’immensité du talent. Iggy Pop a 70 ans et le public en transe au pied de la scène est majoritairement plus jeune que l’artiste. Le rock’n’roll est immortel. Juste avant l’Iguane, Louise Attaque chauffe la citadelle avec une foule reprenant à l’unisson un joli paquet de tubes.

Iggy et Les Insus

2016

Le dimanche,
Les ex-Telephone ont bien fait de se reformer sous le nom des Insus. La bande à Aubert peut compter sur une foule chauffée à blanc avec la qualification de la France pour la demi-finale de l’Euro de foot. Autres bonnes surprises
de cette édition, le retour d’Offspring, la folie de Mass Hysteria, les tubes planétaires de Mackelmore et Ryan Lewis, le grand n’importe quoi
de Salut c’est cool...

Offspring

Les Insus

13

Sommaire

Neuf ans après leur passage sur la Grand-Place, les Anglais de Radiohead sont de retour à Arras. Après les façades flamandes
et les pavés, Tom Yorke et ses copains découvrent la citadelle. L'annonce de la venue de ce groupe mythique booste la billetterie de cette 13e édition. Le pass trois jours augmente à 129 euros. "Oui, nous avons augmenté nos prix. Mais c’est la seule façon pour attirer des grosses pointures", confie Armel Campagna le directeur.

Le retour de Radiohead

2017

Vald

System of a Down

Le concert de Radiohead divise le public. Les accros adorent.
Le grand public reste sur sa faim. Même Tom Yorke, qui lance son micro, semble un peu en colère. Mais la venue du groupe reste un événement majeur. Il s'agissait de la seule date
du groupe dans un festival en France. Les performances des métalleux de System of a Down, de la dynamique Jain, de Major Lazer (avec un show à l'américaine), du rappeur Vald, du DJ français Kungs ou encore La Femme marquent cette édition
qui restera un très bon cru.

Jain

Le MSF bat son record de fréquentation sur trois jours
avec 125 000 spectateurs. Un Main Square désormais
définitivement installé dans le calendrier
des festivals qui comptent en France.

14

Sommaire

Météo exceptionnelle, soirée bleu blanc rock vendredi avec Queens of the Stone Age, événement Depeche Mode samedi (après un premier passage en 2006) et une et belle fête de clôture, le dimanche, avec Orelsan. Le site de la citadelle n’a jamais été aussi bien occupé,
les 120 000 festivaliers se sont amusés comme des fous. Le MSF
est bien à Arras.

2018

Basique

avec Orelsan

“Le Main Square est intimement lié à Arras. On a mis des années à construire ça, et on bénéficie ici d’un soutien que beaucoup de festivals nous envient.

Il serait stupide de vouloir tout recommencer ailleurs !

Armel Campagna, directeur du Main Square

“On a un cadre exceptionnel, et on a enfin réussi à l’installer en ville.

Les commerçants du centre qui jusqu’ici doutaient de pouvoir profiter du festival
ne nourrissent désormais plus aucune suspicion. On a mis le paquet pour
que la ville soit entièrement aux couleurs et au rythme du MSF, et je crois pouvoir
dire que pour la première fois, on a réussi notre pari."

Armel Campagna, directeur du Main Square

Les looks

du
Main Square

15

Sommaire

Pour cette 15e édition, on ne le sait évidement pas encore, mais ce sera la dernière avant trois années à la citadelle. Une pandémie va tout changer d'ici quelques mois dans nos habitudes. DJ Snake,
Christine and The Queens, Skip the Use, Lizzo, Macklemore, Lomepal, Ben Harper, Jain ou encore Big Flo & Oli sont parmi les artistes à faire bouger le public qui sera bientôt sevré de ces ambiances de concert.

2019

La der' avant le Covid

125 000 personnes sur le week-end.
Un Main Square
qui s'ancre
dans son territoire.
En 2011, 45 %
des festivaliers
provenaient des Hauts-de-France.
Ils sont désormais
plus de 80 %. Armel Campagna, patron du MSF, a su faire de l’événement
arrageois un incontournable
du début de l’été français
et nord-européen.

Angèle

Un festival

de plus
en plus
écolo

16

Sommaire

Avec le Covid-19 et l'absence de concerts en live, le Main Square
propose, en 2020, via sa Main Square TV des concerts enregistrés
à la citadelle comme Skip The Use. En 2021, c'est le Main Square en balade dans des lieux emblématiques de la région comme Marcel et son orchestre à Bollaert. Mais place désormais en 2022 au retour du live et du public dans la citadelle. Et sur 4 jours !

2020 - 2021

Le MSF se réinvente

La 16e édition aura lieu du 30 juin au 3 juillet

La playlist VDN
du Main Square

Le compte
Instagram
VDN Artois

Le compte
Twitter
VDN Arras

Sommaire

Angèle

Sommaire

Sting

Black Eyed Peas

Twenty One Pilots

Jeudi

Vendredi

Samedi

Dimanche

Le programme

La présentation de la 16e édition

L'interview d'Armel Campagna

Sommaire

Textes: Benjamin Dubrulle
et Julien Lechevestrier.

Photos: Sami Belloumi, Pascal Bonniere,
Matthieu Botte, Johan Ben Azzouz,
Ludovic Maillard et Christophe Lefebvre.

Vidéos: Julien Lechevestrier.