Want to make creations as awesome as this one?

More creations to inspire you

ONE MINUTE ON THE INTERNET

Horizontal infographics

SITTING BULL

Horizontal infographics

BEYONCÉ

Horizontal infographics

ALEX MORGAN

Horizontal infographics

GOOGLE - SEARCH TIPS

Horizontal infographics

Transcript

"Pédagogie ludique"

Réponse à l'appel à projets 2019 du GIS URFIST

Lorem ipsum dolor sit

20XX

20XX

20XX

20XX

20XX

20XX

Lorem ipsum dolor sit

Lorem ipsum dolor sit

Lorem ipsum dolor sit

Lorem ipsum dolor sit

Lorem ipsum dolor sit

Lorem ipsum dolor sit

20XX

20XX

20XX

20XX

20XX

20XX

Lorem ipsum dolor sit

Lorem ipsum dolor sit

Lorem ipsum dolor sit

Lorem ipsum dolor sit

Lorem ipsum dolor sit

Lorem ipsum dolor sit

20XX

20XX

20XX

20XX

20XX

20XX

Lorem ipsum dolor sit

Lorem ipsum dolor sit

Lorem ipsum dolor sit

Lorem ipsum dolor sit

Lorem ipsum dolor sit

Lorem ipsum dolor sit

Lorem ipsum dolor sit

Lorem ipsum dolor sit

20XX

20XX

20XX

20XX

Lorem ipsum dolor sit

20XX

20XX

20XX

20XX

20XX

20XX

20XX

20XX

20XX

20XX

20XX

20XX

20XX

20XX

20XX

20XX

20XX

20XX

Lorem ipsum dolor sit

20XX

Lorem ipsum dolor sit

Lorem ipsum dolor sit

Lorem ipsum dolor sit

Lorem ipsum dolor sit

Lorem ipsum dolor sit

20XX

Lorem ipsum dolor sit

Lorem ipsum dolor sit

Lorem ipsum dolor sit

Lorem ipsum dolor sit

Lorem ipsum dolor sit

Lorem ipsum dolor sit

Lorem ipsum dolor sit

Lorem ipsum dolor sit

Lorem ipsum dolor sit

Lorem ipsum dolor sit

Lorem ipsum dolor sit

Lorem ipsum dolor sit

Lorem ipsum dolor sit

Lorem ipsum dolor sit

Lorem ipsum dolor sit

20XX

20XX

20XX

20XX

20XX

20XX

Lorem ipsum dolor sit

Lorem ipsum dolor sit

Lorem ipsum dolor sit

Lorem ipsum dolor sit

Lorem ipsum dolor sit

Lorem ipsum dolor sit

20XX

20XX

20XX

20XX

20XX

20XX

Lorem ipsum dolor sit

Lorem ipsum dolor sit

Lorem ipsum dolor sit

Lorem ipsum dolor sit

Lorem ipsum dolor sit

Lorem ipsum dolor sit

20XX

20XX

20XX

20XX

20XX

20XX

Lorem ipsum dolor sit

Lorem ipsum dolor sit

Lorem ipsum dolor sit

Lorem ipsum dolor sit

Lorem ipsum dolor sit

Lorem ipsum dolor sit

20XX

20XX

20XX

20XX

20XX

20XX

Lorem ipsum dolor sit

Lorem ipsum dolor sit

Lorem ipsum dolor sit

Lorem ipsum dolor sit

Lorem ipsum dolor sit

Lorem ipsum dolor sit

20XX

20XX

20XX

20XX

20XX

20XX

Lorem ipsum dolor sit

Lorem ipsum dolor sit

Lorem ipsum dolor sit

Lorem ipsum dolor sit

Lorem ipsum dolor sit

Lorem ipsum dolor sit

20XX

20XX

20XX

20XX

20XX

20XX

Lorem ipsum dolor sit

Lorem ipsum dolor sit

Lorem ipsum dolor sit

Lorem ipsum dolor sit

Lorem ipsum dolor sit

Lorem ipsum dolor sit

20XX

20XX

20XX

20XX

20XX

20XX

Lorem ipsum dolor sit

Lorem ipsum dolor sit

Lorem ipsum dolor sit

Lorem ipsum dolor sit

Lorem ipsum dolor sit

Lorem ipsum dolor sit

20XX

20XX

20XX

20XX

20XX

20XX

Lorem ipsum dolor sit

Lorem ipsum dolor sit

Lorem ipsum dolor sit

Lorem ipsum dolor sit

Lorem ipsum dolor sit

Une bande-dessinée pédagogique

Deux jeux de plateau

Obtention de l'appel à projets GIS URFIST

2020

Sortie de l'adaptation numérique de "Dura Lex Sed Lex"

2021

Publication de l'artiicle "Dessine-moi la bibliométrie"

Fin 2021

Sortie du jeu de plateau "Reste en veille !"

2022

Présentation de "Dura Lex Sed Lex" aux JNF et aux JABES

Fin 2022

2019

Sortie de la bande-dessinée et du jeu de plateau "Dura Lex sed Lex"

Quelques repères temporels...

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Integer neque felis, placerat nec lectus non, ultricies maximus ipsum. Fusce eu orci eu ipsum venenatis varius. Duis faucibus eros ut tellus accumsan, laoreet aliquam sapien ultrices.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Integer neque felis, placerat nec lectus non, ultricies maximus ipsum. Fusce eu orci eu ipsum venenatis varius. Duis faucibus eros ut tellus accumsan, laoreet aliquam sapien ultrices.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Integer neque felis, placerat nec lectus non, ultricies maximus ipsum. Fusce eu orci eu ipsum venenatis varius. Duis faucibus eros ut tellus accumsan, laoreet aliquam sapien ultrices.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Integer neque felis, placerat nec lectus non, ultricies maximus ipsum. Fusce eu orci eu ipsum venenatis varius. Duis faucibus eros ut tellus accumsan, laoreet aliquam sapien ultrices.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Integer neque felis, placerat nec lectus non, ultricies maximus ipsum. Fusce eu orci eu ipsum venenatis varius. Duis faucibus eros ut tellus accumsan, laoreet aliquam sapien ultrices.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Integer neque felis, placerat nec lectus non, ultricies maximus ipsum. Fusce eu orci eu ipsum venenatis varius. Duis faucibus eros ut tellus accumsan, laoreet aliquam sapien ultrices.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Integer neque felis, placerat nec lectus non, ultricies maximus ipsum. Fusce eu orci eu ipsum venenatis varius. Duis faucibus eros ut tellus accumsan, laoreet aliquam sapien ultrices.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Integer neque felis, placerat nec lectus non, ultricies maximus ipsum. Fusce eu orci eu ipsum venenatis varius. Duis faucibus eros ut tellus accumsan, laoreet aliquam sapien ultrices.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Integer neque felis, placerat nec lectus non, ultricies maximus ipsum. Fusce eu orci eu ipsum venenatis varius. Duis faucibus eros ut tellus accumsan, laoreet aliquam sapien ultrices.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Integer neque felis, placerat nec lectus non, ultricies maximus ipsum. Fusce eu orci eu ipsum venenatis varius. Duis faucibus eros ut tellus accumsan, laoreet aliquam sapien ultrices.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Integer neque felis, placerat nec lectus non, ultricies maximus ipsum. Fusce eu orci eu ipsum venenatis varius. Duis faucibus eros ut tellus accumsan, laoreet aliquam sapien ultrices.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Integer neque felis, placerat nec lectus non, ultricies maximus ipsum. Fusce eu orci eu ipsum venenatis varius. Duis faucibus eros ut tellus accumsan, laoreet aliquam sapien ultrices.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Integer neque felis, placerat nec lectus non, ultricies maximus ipsum. Fusce eu orci eu ipsum venenatis varius. Duis faucibus eros ut tellus accumsan, laoreet aliquam sapien ultrices.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Integer neque felis, placerat nec lectus non, ultricies maximus ipsum. Fusce eu orci eu ipsum venenatis varius. Duis faucibus eros ut tellus accumsan, laoreet aliquam sapien ultrices.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Integer neque felis, placerat nec lectus non, ultricies maximus ipsum. Fusce eu orci eu ipsum venenatis varius. Duis faucibus eros ut tellus accumsan, laoreet aliquam sapien ultrices.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Integer neque felis, placerat nec lectus non, ultricies maximus ipsum. Fusce eu orci eu ipsum venenatis varius. Duis faucibus eros ut tellus accumsan, laoreet aliquam sapien ultrices.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Integer neque felis, placerat nec lectus non, ultricies maximus ipsum. Fusce eu orci eu ipsum venenatis varius. Duis faucibus eros ut tellus accumsan, laoreet aliquam sapien ultrices.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Integer neque felis, placerat nec lectus non, ultricies maximus ipsum. Fusce eu orci eu ipsum venenatis varius. Duis faucibus eros ut tellus accumsan, laoreet aliquam sapien ultrices.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Integer neque felis, placerat nec lectus non, ultricies maximus ipsum. Fusce eu orci eu ipsum venenatis varius. Duis faucibus eros ut tellus accumsan, laoreet aliquam sapien ultrices.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Integer neque felis, placerat nec lectus non, ultricies maximus ipsum. Fusce eu orci eu ipsum venenatis varius. Duis faucibus eros ut tellus accumsan, laoreet aliquam sapien ultrices.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Integer neque felis, placerat nec lectus non, ultricies maximus ipsum. Fusce eu orci eu ipsum venenatis varius. Duis faucibus eros ut tellus accumsan, laoreet aliquam sapien ultrices.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Integer neque felis, placerat nec lectus non, ultricies maximus ipsum. Fusce eu orci eu ipsum venenatis varius. Duis faucibus eros ut tellus accumsan, laoreet aliquam sapien ultrices.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Integer neque felis, placerat nec lectus non, ultricies maximus ipsum. Fusce eu orci eu ipsum venenatis varius. Duis faucibus eros ut tellus accumsan, laoreet aliquam sapien ultrices.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Integer neque felis, placerat nec lectus non, ultricies maximus ipsum. Fusce eu orci eu ipsum venenatis varius. Duis faucibus eros ut tellus accumsan, laoreet aliquam sapien ultrices.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Integer neque felis, placerat nec lectus non, ultricies maximus ipsum. Fusce eu orci eu ipsum venenatis varius. Duis faucibus eros ut tellus accumsan, laoreet aliquam sapien ultrices.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Integer neque felis, placerat nec lectus non, ultricies maximus ipsum. Fusce eu orci eu ipsum venenatis varius. Duis faucibus eros ut tellus accumsan, laoreet aliquam sapien ultrices.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Integer neque felis, placerat nec lectus non, ultricies maximus ipsum. Fusce eu orci eu ipsum venenatis varius. Duis faucibus eros ut tellus accumsan, laoreet aliquam sapien ultrices.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Integer neque felis, placerat nec lectus non, ultricies maximus ipsum. Fusce eu orci eu ipsum venenatis varius. Duis faucibus eros ut tellus accumsan, laoreet aliquam sapien ultrices.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Integer neque felis, placerat nec lectus non, ultricies maximus ipsum. Fusce eu orci eu ipsum venenatis varius. Duis faucibus eros ut tellus accumsan, laoreet aliquam sapien ultrices.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Integer neque felis, placerat nec lectus non, ultricies maximus ipsum. Fusce eu orci eu ipsum venenatis varius. Duis faucibus eros ut tellus accumsan, laoreet aliquam sapien ultrices.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Integer neque felis, placerat nec lectus non, ultricies maximus ipsum. Fusce eu orci eu ipsum venenatis varius. Duis faucibus eros ut tellus accumsan, laoreet aliquam sapien ultrices.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Integer neque felis, placerat nec lectus non, ultricies maximus ipsum. Fusce eu orci eu ipsum venenatis varius. Duis faucibus eros ut tellus accumsan, laoreet aliquam sapien ultrices.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Integer neque felis, placerat nec lectus non, ultricies maximus ipsum. Fusce eu orci eu ipsum venenatis varius. Duis faucibus eros ut tellus accumsan, laoreet aliquam sapien ultrices.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Integer neque felis, placerat nec lectus non, ultricies maximus ipsum. Fusce eu orci eu ipsum venenatis varius. Duis faucibus eros ut tellus accumsan, laoreet aliquam sapien ultrices.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Integer neque felis, placerat nec lectus non, ultricies maximus ipsum. Fusce eu orci eu ipsum venenatis varius. Duis faucibus eros ut tellus accumsan, laoreet aliquam sapien ultrices.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Integer neque felis, placerat nec lectus non, ultricies maximus ipsum. Fusce eu orci eu ipsum venenatis varius. Duis faucibus eros ut tellus accumsan, laoreet aliquam sapien ultrices.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Integer neque felis, placerat nec lectus non, ultricies maximus ipsum. Fusce eu orci eu ipsum venenatis varius. Duis faucibus eros ut tellus accumsan, laoreet aliquam sapien ultrices.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Integer neque felis, placerat nec lectus non, ultricies maximus ipsum. Fusce eu orci eu ipsum venenatis varius. Duis faucibus eros ut tellus accumsan, laoreet aliquam sapien ultrices.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Integer neque felis, placerat nec lectus non, ultricies maximus ipsum. Fusce eu orci eu ipsum venenatis varius. Duis faucibus eros ut tellus accumsan, laoreet aliquam sapien ultrices.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Integer neque felis, placerat nec lectus non, ultricies maximus ipsum. Fusce eu orci eu ipsum venenatis varius. Duis faucibus eros ut tellus accumsan, laoreet aliquam sapien ultrices.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Integer neque felis, placerat nec lectus non, ultricies maximus ipsum. Fusce eu orci eu ipsum venenatis varius. Duis faucibus eros ut tellus accumsan, laoreet aliquam sapien ultrices.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Integer neque felis, placerat nec lectus non, ultricies maximus ipsum. Fusce eu orci eu ipsum venenatis varius. Duis faucibus eros ut tellus accumsan, laoreet aliquam sapien ultrices.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Integer neque felis, placerat nec lectus non, ultricies maximus ipsum. Fusce eu orci eu ipsum venenatis varius. Duis faucibus eros ut tellus accumsan, laoreet aliquam sapien ultrices.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Integer neque felis, placerat nec lectus non, ultricies maximus ipsum. Fusce eu orci eu ipsum venenatis varius. Duis faucibus eros ut tellus accumsan, laoreet aliquam sapien ultrices.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Integer neque felis, placerat nec lectus non, ultricies maximus ipsum. Fusce eu orci eu ipsum venenatis varius. Duis faucibus eros ut tellus accumsan, laoreet aliquam sapien ultrices.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Integer neque felis, placerat nec lectus non, ultricies maximus ipsum. Fusce eu orci eu ipsum venenatis varius. Duis faucibus eros ut tellus accumsan, laoreet aliquam sapien ultrices.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Integer neque felis, placerat nec lectus non, ultricies maximus ipsum. Fusce eu orci eu ipsum venenatis varius. Duis faucibus eros ut tellus accumsan, laoreet aliquam sapien ultrices.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Integer neque felis, placerat nec lectus non, ultricies maximus ipsum. Fusce eu orci eu ipsum venenatis varius. Duis faucibus eros ut tellus accumsan, laoreet aliquam sapien ultrices.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Integer neque felis, placerat nec lectus non, ultricies maximus ipsum. Fusce eu orci eu ipsum venenatis varius. Duis faucibus eros ut tellus accumsan, laoreet aliquam sapien ultrices.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Integer neque felis, placerat nec lectus non, ultricies maximus ipsum. Fusce eu orci eu ipsum venenatis varius. Duis faucibus eros ut tellus accumsan, laoreet aliquam sapien ultrices.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Integer neque felis, placerat nec lectus non, ultricies maximus ipsum. Fusce eu orci eu ipsum venenatis varius. Duis faucibus eros ut tellus accumsan, laoreet aliquam sapien ultrices.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Integer neque felis, placerat nec lectus non, ultricies maximus ipsum. Fusce eu orci eu ipsum venenatis varius. Duis faucibus eros ut tellus accumsan, laoreet aliquam sapien ultrices.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Integer neque felis, placerat nec lectus non, ultricies maximus ipsum. Fusce eu orci eu ipsum venenatis varius. Duis faucibus eros ut tellus accumsan, laoreet aliquam sapien ultrices.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Integer neque felis, placerat nec lectus non, ultricies maximus ipsum. Fusce eu orci eu ipsum venenatis varius. Duis faucibus eros ut tellus accumsan, laoreet aliquam sapien ultrices.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Integer neque felis, placerat nec lectus non, ultricies maximus ipsum. Fusce eu orci eu ipsum venenatis varius. Duis faucibus eros ut tellus accumsan, laoreet aliquam sapien ultrices.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Integer neque felis, placerat nec lectus non, ultricies maximus ipsum. Fusce eu orci eu ipsum venenatis varius. Duis faucibus eros ut tellus accumsan, laoreet aliquam sapien ultrices.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Integer neque felis, placerat nec lectus non, ultricies maximus ipsum. Fusce eu orci eu ipsum venenatis varius. Duis faucibus eros ut tellus accumsan, laoreet aliquam sapien ultrices.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Integer neque felis, placerat nec lectus non, ultricies maximus ipsum. Fusce eu orci eu ipsum venenatis varius. Duis faucibus eros ut tellus accumsan, laoreet aliquam sapien ultrices.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Integer neque felis, placerat nec lectus non, ultricies maximus ipsum. Fusce eu orci eu ipsum venenatis varius. Duis faucibus eros ut tellus accumsan, laoreet aliquam sapien ultrices.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Integer neque felis, placerat nec lectus non, ultricies maximus ipsum. Fusce eu orci eu ipsum venenatis varius. Duis faucibus eros ut tellus accumsan, laoreet aliquam sapien ultrices.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Integer neque felis, placerat nec lectus non, ultricies maximus ipsum. Fusce eu orci eu ipsum venenatis varius. Duis faucibus eros ut tellus accumsan, laoreet aliquam sapien ultrices.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Integer neque felis, placerat nec lectus non, ultricies maximus ipsum. Fusce eu orci eu ipsum venenatis varius. Duis faucibus eros ut tellus accumsan, laoreet aliquam sapien ultrices.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Integer neque felis, placerat nec lectus non, ultricies maximus ipsum. Fusce eu orci eu ipsum venenatis varius. Duis faucibus eros ut tellus accumsan, laoreet aliquam sapien ultrices.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Integer neque felis, placerat nec lectus non, ultricies maximus ipsum. Fusce eu orci eu ipsum venenatis varius. Duis faucibus eros ut tellus accumsan, laoreet aliquam sapien ultrices.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Integer neque felis, placerat nec lectus non, ultricies maximus ipsum. Fusce eu orci eu ipsum venenatis varius. Duis faucibus eros ut tellus accumsan, laoreet aliquam sapien ultrices.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Integer neque felis, placerat nec lectus non, ultricies maximus ipsum. Fusce eu orci eu ipsum venenatis varius. Duis faucibus eros ut tellus accumsan, laoreet aliquam sapien ultrices.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Integer neque felis, placerat nec lectus non, ultricies maximus ipsum. Fusce eu orci eu ipsum venenatis varius. Duis faucibus eros ut tellus accumsan, laoreet aliquam sapien ultrices.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Integer neque felis, placerat nec lectus non, ultricies maximus ipsum. Fusce eu orci eu ipsum venenatis varius. Duis faucibus eros ut tellus accumsan, laoreet aliquam sapien ultrices.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Integer neque felis, placerat nec lectus non, ultricies maximus ipsum. Fusce eu orci eu ipsum venenatis varius. Duis faucibus eros ut tellus accumsan, laoreet aliquam sapien ultrices.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Integer neque felis, placerat nec lectus non, ultricies maximus ipsum. Fusce eu orci eu ipsum venenatis varius. Duis faucibus eros ut tellus accumsan, laoreet aliquam sapien ultrices.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Integer neque felis, placerat nec lectus non, ultricies maximus ipsum. Fusce eu orci eu ipsum venenatis varius. Duis faucibus eros ut tellus accumsan, laoreet aliquam sapien ultrices.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Integer neque felis, placerat nec lectus non, ultricies maximus ipsum. Fusce eu orci eu ipsum venenatis varius. Duis faucibus eros ut tellus accumsan, laoreet aliquam sapien ultrices.

Marie Latour

Directrice adjointe du SCD (Université de Guyane)

Annaïg Mahé

Maître de conférences (URFIST Paris)

Rose-Marie Borgès

Bénédicte Sauvage

Lilian Chevalier

Cheffe de projet. Créatrice des prototypes et du scénario de la bande-dessinée selon une idée originale.

Responsable scientifique de la bande-dessinée "On fait le point sur la bibliométrie avec Manuella !"

Responsable scientifique du jeu "Dura Lex sed Lex" (en version "jeu de plateau" et numérique)

Créatrice des versions graphiques des jeux "Dura Lex sed Lex", "Reste en veille" et de la bande-dessinée "On fait le point avec Manuella !"

Développeur de la version numérique du jeu "Dura Lex Sed Lex"

"Pédagogie ludique"

Réponse à l'appel à projets 2019 du GIS URFIST

Maître de conférences (Université Clermont-Auvergne)

Enseignant du secondaire Collège Paul Kapel (Cayenne)

GraphisteSociété BCOM (Cayenne)

Jordy Le Bruchec

Artiste peintre et dessinateur

Dessinateur de la bande-dessinée "On fait le point avec Manuella !"

+Info

+Info

+Info

+Info

Bande-dessinée

Ecriture du scénario

Jeux

Invention des jeux et équilibrage

Tous supports

Validation par les expertes

Jeux

Prototypage

Tous supports

Béta-test et relecture

Tous supports

Maquettage et développement

Tous supports

Sortie, communication et diffusion

"Pédagogie ludique"

Réponse à l'appel à projets 2019 du GIS URFIST

I Scénario Bande dessinée Bibliométrie Page de titre : Titre : On fait le point sur la bibliométrie avec Manuella ! Descriptif de l’image en couverture : une jeune enseignante chercheuse (Manuella), métisse, plutôt jolie, dans une situation de recherche avec des indicateurs autour Présence impérative du logo de l’Université de Guyane et du logo du GIS URFIST Première page à gauche : Crédits : Responsable des contenus scientifiques : Annaïg Mahé, maitre de conférence à l’URFIST de Paris Auteur : Marie Latour, conservatrice des bibliothèques à l’Université de Guyane Dessinateur : Jordy Le Bruhec, graphiste Produit sous licence Créative Commons BY NC SA. Toute l’équipe adresse ses sincères remerciements à Camille Prime-Claverie qui a accepté de mettre à profit son expertise par une relecture minutieuse de la bande-dessinée. Page 1 Vignette 1 :Description de la vignette : On voit Manuella, un classeur à la main, dans une bibliothèque ou sur un ordinateur. Paroles : « Salut ! Je suis Manuella, enseignante-chercheuse. Aujourd’hui, on va parler bibliométrie, indicateurs et évaluation de la recherche ». Vignette 2 :Description de la vignette : Un homme d’une cinquantaine d’année, blanc, « Jean-Paul » apparait dans le décor de la bibliothèque sans qu’il n’y ait Manuella dessus. Paroles : Jean-Paul : Chouette ! Je vais tout savoir sur l’impact factor ! Vignette 3 :Description de la vignette : Deux moines du Moyen-Age sont dans un monastère avec une petite bibliothèque derrière. Le premier, Frère Jean, l’air étonné, est assis à un bureau, alors que le deuxième, l’abbé, est debout devant lui. Paroles : (texte au-dessus de l’image ») Enfin, oui…et non. Il faut savoir qu’à l’origine, la bibliométrie était une méthode pour les bibliothécaires afin de savoir quelle était l’utilisation faite des livres. A l’époque, on ne pouvait pas décompter le nombre de vues ou de téléchargements… L’abbé : Frère Jean, vous me compterez le nombre de followers et de « J’aime » sur ce manuscrit, je vous prie. Frère Jean : Plait-il, mon père ? Vignette 4 :Description de la vignette : Un homme et une femme discutent dans une bibliothèque du milieu du XX e siècle. La femme, attablée, tient une revue entre ses mains. Dans le coin gauche ou droit est marqué : 1950. Paroles : Texte au-dessus de l’image : La bibliométrie se développe à partir du début du 20e siècle avec les travaux de Lotka puis de Bradford afin de déterminer les revues "incontournables" d'une discipline. Ensuite, les travaux de scientométrie porteront de Price sur l'analyse des citations pour cartographier l'univers du savoir, tandis que Garfield s’attachera sur l'évaluation des revues (avec le calcul du facteur d'impact) dans un but de gestion documentaire. La femme : Tiens ! Cet article sur le monde antique n’a été citée que deux fois en dix ans… L’homme : On se désabonne de la revue ! Vignette 5 :Description de la vignette : On voit une assemblée d’hommes et de femmes qui lèvent la main et semblent se disputer pour faire entendre leurs points de vue. Paroles : Texte au-dessus : Malgré tout, la bibliométrie n’est pas un champ disciplinaire très bien défini. Beaucoup de chercheurs sont en désaccord sur les objectifs recherchés, la terminologie employée ou encore les limites de son utilisation… Un homme : On dit « bibliométrie » ! Une femme : Non, « scientométrie » ! Un autre homme : C’est faux ! C’est l’« infométrie » ! Une autre femme : N’importe quoi ! C’est la « technométrie » ! Vignette 6 :Description de la vignette : Tous les chercheurs qui se disputaient passent en grisés et regardent au premier plan, l’évaluateur, sévère et en couleur, qui parle. Paroles : Texte au-dessus : C’est seulement par glissement que la bibliométrie s’est imposée pour évaluer les chercheurs. L’évaluateur : Ca suffit tout le monde ! Je ne sais pas comment ça s’appelle, mais c’est avec ça que vous serez évalués désormais ! Vignette 7 :Description de la vignette : Jean-Paul réapparait, visiblement tout heureux. Paroles : Jean-Paul : Ah ! L’impact factor, y a que ça de vrai ! Vignette 8 :Description de la vignette : Paroles : Un chef d’équipe est pensif pendant que derrière lui, une nuée de petits supermans apparait. Texte au-dessus : En fait, c’est plus compliqué. Il existe au total six catégories d’indicateurs pour décrire la science : d’abord, les indicateurs d’activités de production… Le chef d’équipe : J’ai dix personnes dans mon équipe, et ils m’ont écrit 382 articles en une année. Ils s’appellent tous Superman ou quoi ? Page 2 Vignette 1 :Description de la vignette : Une chercheuse semble réfléchir devant une grande carte du monde sur laquelle sont placés des petits points rouges. Paroles : Texte au-dessus : … les indicateurs d’ouverture scientifique… La chercheuse : Je ne sais pas vraiment si mon article sur les ustensiles de cuisine en région gallo-romaine va pouvoir être cité par mes collègues de Mandchourie. Vignette 2 :Description de la vignette : On voit une chercheuse perdue derrière une table remplie de pièces de monnaie avec une calculatrice à la main. Paroles : Texte au-dessus : … les indicateurs en sources de financement… La chercheuse : Alors, 75 000 € de financement FEDER, 50 000 € de la Région et 120 000 de projets ANR, ça fait toujours 0 € à la mi-septembre ! Vignette 3 :Description de la vignette : Un chercheur teste un téléphone dans l’eau avec un masque et un tuba. Paroles : …les indicateurs en inventions… Le chercheur : Bon ! Allons-y pour le dépôt de mon brevet de téléphone portable tactile en univers sous-marin… Vignette 4 :Description de la vignette : Une chercheuse retient Jean-Paul, très enthousiaste, par le col. Texte au-dessus : … les indicateurs en visibilité… Paroles : Jean-Paul : C’est l’impact factor ! La chercheuse : Du calme, Jean-Paul ! Du calme ! Vignette 5 :Description de la vignette : Une cheffe de laboratoire lit des rapports dans son laboratoire et semble réfléchir… Paroles : Texte au-dessus : Et enfin, il y a les indicateurs thématiques… La chercheuse : Hum… Mon laboratoire a produit plus d’articles de recherche sur la migration de la drozophile en Nouvelle-Guinée que sur les limites du système solaire… Pas très normal pour des équipes de recherche en astronomie ! Vignette 6 :Description de la vignette : On voit Manuella qui parle et expose son point de vue face au lecteur, et derrière apparait un bâtiment sur le fronton duquel est noté « HCERES ». Paroles : Manuella : Afin de piloter l’évaluation des chercheurs en France, l’Agence d’Evaluation de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur (AERES) avait été mise en place et remplacée grâce au décret 2014-1365 du 14/11/2014 par un Haut Conseil de l’Evaluation de la Recherche et de l’Enseignement supérieur (HCERES). Les laboratoires doivent lui rendre des rapports réguliers. Vignette 7 :Description de la vignette : Manuella parle toujours et on voit des petites bulles avec noté dedans « Produits et activités de la recherche », « Organisation et vie de l’unité », « Projets et stratégies à 5 ans ». Paroles : Manuella : Les critères du HCERES puisent dans un référentiel de l’évaluation des entités de recherche composé de trois critères. Les publications ne sont qu’un des éléments du premier critère. Vignette 8 :Description de la vignette : Jean-Paul, très enthousiaste, la mine écarlate. Paroles : Texte au-dessus : Seulement ce que la plupart des gens retiennent, c’est surtout un seul indicateur portant sur la visibilité des publications qui n’est même pas spécifiquement demandé par l’HCERES… Jean-Paul : L’IMPACT FACTOR !!! Texte au-dessous : Comment est-ce possible ? Page 3 Vignette 1 :Description de la vignette : On voit Manuella avec un amas de billet à côté d’elle et le logo de WOS Paroles : Texte au-dessus : Il faut comprendre que l’impact factor est un indicateur bibliothéconomique de visibilité fourni par le Web of Science (WOS), une base de données vendue très cher aux institutions publiques. Vignette 2 :Description de la vignette : On voit une grande frise dans le temps avec les dates clés illustrées du WOS (par exemple, image de Eugène Garfield en 1960, puis image de Thomson Reuters en 1992, puis transaction de vente à la société Clarivate) en 2016 et des flèches pour marquer les sauts en avant dans le temps. Paroles : Texte au-dessus : À l’origine du WOS, il y avait initialement l’Institute for Scientific Information (ISI) fondé par Eugène Garfield dans les années 60. Cet outil a été nommé le « Web Of Science » suite à son rachat par Thomson Reuters en 1992, et s’est trouvé en situation de monopole jusque dans les années 2002-2004. Puis il a été revendu à la société Clarivate Analytics en 2016. Ce qui lui vaut cette prévalence, c’est donc surtout le privilège… de l’âge ! Vignette 3 :Description de la vignette : Image de Jean-Claude très déçu. Paroles : Jean-Claude : C’est pas parce que c’est le meilleur et le plus fiable ? Vignette 4 :Description de la vignette : Le directeur du WOS se présente fièrement et se félicite. Paroles : Texte au-dessus : Pas vraiment, non. Le WOS recense de près de 25 000 revues. Mais l’impact factor provient d’un sous-ensemble appelé le Journal Citation Report (JCR) composé de près de 12 000 titres. Sur ces revues, seulement 3300 sont en SHS (dont 25 françaises) et 429 en arts et lettres (dont 65 françaises). Le directeur du WOS : Je crois que l’on peut dire que nous couvrons la recherche internationale avec exhaustivité ! Vignette 5 :Description de la vignette : Un homme est derrière son bureau et pointe de son index l’homme debout, penaud, en face de lui Paroles : Texte au-dessus : En plus de ce biais disciplinaire, le WOS présente un autre désavantage : comme la base est à l’origine américaine, la très grande majorité des revues répertoriées sont en langue anglaise. L’homme du Wos : Tu speak English ou tu speak pas English ? Si tu speak pas english, t’existe pas ! Vignette 6 :Description de la vignette : Un tableau avec dessus écrite l’équation de l’impact factor : Calcul de impact factor 2019 = Nombre de citations pour une revue en 2019 / Nombre d’articles publiés par cette revue en 2017-2018 Paroles : Texte au-dessus : Le calcul de l’Impact factor se fait de la manière suivante. Il ne donne qu’un ratio moyen de citations pour une revue. Mais quid, à l’intérieur, des articles jamais cités ? Ou de ceux cités plus tard, en 2020, 2021 ou 2022 ? Vignette 7 :Description de la vignette : Jean-Paul semble fouiller partout dans ses papiers, paniqué. Il a mis un fouillis de paperasses inouï autour de lui. Paroles : Jean-Paul : Oui, mais c’est quoi un bon impact factor pour une revue ? Où je peux publier ? Vignette 8 :Description de la vignette : Au premier plan, on voit Manuella en train de parler. Sur la gauche, Jean-Paul est en train d’avaler une boulette de papier, l’air catastrophé. Paroles : Manuella : Il n’y a pas de réponse simple à cette question. En effet, c’est l’impact factor agrégé d’une revue qui s’applique à un ensemble de revues d’un même domaine, ce qui permet de celles-ci à l’intérieur de ce dernier. Page 4 Vignette 1 :Description de la vignette : Un schéma pour expliquer ce système de quartiles. Paroles : Titre au-dessus : Mais pour vous aider, le WOS divise les revues classées dans une même discipline en quatre groupes, appelés les « quartiles ». Le premier quartile comprend les revues les mieux notées, tandis que le dernier quartile recense les revues les moins bien notées de la sélection. Vignette 2 :Description de la vignette : Manuella est en gros plan et parle en levant un index. À côté d’elle, une grande balance compare deux revues. Paroles : Manuella : Attention cependant ! Les chercheurs se focalisent souvent sur l’impact factor, alors qu’il existe de nombreux autres indicateurs pour qualifier une revue. Vignette 3 :Description de la vignette : Un podium avec dessus trois chercheurs avec médailles et bouquets. Paroles : Texte en-dessus : Le WOS fournit aussi d’autres services. En plus du JCR, il y a par exemple l’Essentiel Science Indicators (ESI) qui identifie les tendances émergentes, et les individus, articles, institutions ou pays influents selon les domaines. Vignette 4 :Description de la vignette : Une carte du monde avec des barres plus ou moins grandes représentées sur les différentes régions. Paroles : Texte en dessus : Il propose aussi le InCites, qui est un outil d’évaluation personnalisable pour des profils de développement stratégique institutionnel. Vignette 5 :Description de la vignette : Manuella est sur la gauche de la vignette pendant que Jean-Paul s’excite sur une souris d’ordinateur. Paroles : Manuella : Au final, c’est tout un ensemble de services que propose la société Clarivate Analytics. Jean-Paul : Gnnn ! Je peux pas y accéder ! Ça ne fonctionne pas ! Vignette 6 :Description de la vignette : A droite, Manuella tient dans la main un ensemble de billets. Jean-Paul la regarde, la mine déconfite. Paroles : Manuella : Ah ! Ben non ! J’ai dit que l’accès était payant ! C’est même plutôt très cher. Remarquez, il y a un moyen gratuit d’obtenir des informations assez similaires… Vignette 7 :Description de la vignette : Jean-Claude saute sur Manuella, recroquevillé à genou dans ses bras, les yeux injectés de sang, les mains sur son col. Paroles : Jean-Paul : Il y a un moyen d’avoir l’impact factor gratuitement ? Manuella : Pas l’impact factor. Mais un indicateur produit à partir du même corpus que le JCR par un groupe de chercheurs : il s’agit de l’Eigenfactor Score. Vignette 8 :Description de la vignette : Manuella en train de présenter le sujet, avec une image représentant Carl Bergstrom et Jevin Wes l’un à côté de l’autre, avec un peu plus en arrière Sergey Brin, et un peu en plus en arrière encore, Pinski et Narin. Paroles : Texte au-dessus : Cet indicateur, basé sur les données du JCR, a été créé par Carl Bergstrom et Jevin Wes. C'est un facteur d'influence des revues basé sur le même type de concept que celui du Google Page Rank - concept lui-même repris par Sergey Brin sur des facteurs d'influence de Pinski et Narin en 1976. Intégré en 2007 dans le JCR, l'Eigenfactor semble ne plus être mis à jour depuis 2015. Page 5 Vignette 1 :Description de la vignette : Un tableau avec dessus noté l’équation suivante Eigenfactor = Nombre citations (pondérées selon l’importance de la revue citante) reçues / nombre de publications pendant 5 ans ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- Nombre de citations reçues par les articles du JCR sur la même période Paroles : Texte au-dessus : Le calcul de l’Eigenfactor se fait de la manière suivante. Ce calcul ne s’applique qu’à une revue. Vignette 2 :Description de la vignette : On voit Manuella en train d’expliquer. A côté, il y a une liste verticale de revues dont la première (Nature) est notée à 1,5. La dernière revue est notée à 0,0000001. Une accolade regroupe toutes ces revues avec le chiffre « 100 ». Paroles : Manuella : La somme des valeurs des revues listées dans le JCR et pondérées par l’Eigenfactor est égale à 100, ce qui signifie que les mille revues les plus côtées par cette métrique ont un Eigenfactor supérieur à 0,01. Vignette 3 :Description de la vignette : Manuella explique. Graphique pour expliquer cela. Paroles : Manuella : L’Eigenfactor normalisé est l’Eigenfactor d’une revue multiplié par le nombre de revues comptabilisées la même année dans un domaine. Le score moyen normalisé d’un titre du JCR est égal à 1. Par exemple, le titre Nature avait en 2015 un Eigenfactor de 167, ce qui signifie qu’il a 167 fois plus d’influence qu’un titre moyen du JCR. Vignette 4 :Description de la vignette : Jean-Paul se tient sur le côté gauche, il réfléchit. Manuella sur le côté droit le regarde. Paroles : Jean-Paul : Ah, ouais ! Alors en fait, il n’y a pas que l’impact factor. Vignette 5 :Description de la vignette : On voit un PDG debout parlant à une table ronde d’hommes en costumes-cravates qui l’écoutent religieusement. Derrière lui est représenté le logo d’Elsevier. Paroles : Texte en-dessus : En 2004, l’éditeur Elsevier a décidé de sortir sa propre base de données bibliographique payante pour concurrencer le WOS de Clarivate Analytics : Scopus est ainsi né. Le PDG d’Elsevier : Chers amis, pour gagner des marchés, il faut avoir une politique agressive : nous allons concurrencer le WOS. Vignette 6 :Description de la vignette : Paroles : Texte en dessus : Scopus a sélectionné un corpus de 41 000 titres de revues qui différent à certains égards des choix faits par le WOS, mais qui ne couvre toujours pas la recherche de manière exhaustive. Le PDG d‘Elsevier : La recherche internationale, c’est nous qui la couvrons ! Enfin presque…. Vignette 7 :Description de la vignette : On voit un chercheur dans un grand labo scientifique avec éprouvettes et matériel compliqué de biologie. Paroles : Texte au-dessus : Même si la part réservée aux disciplines de lettres et sciences humaines est un peu plus importante, elle reste sous-représentée. Le chercheur : Vous dites, l’histoire, l’anthropologie, les arts ? Non, ça ne me dit rien. Vignette 8 :Description de la vignette : Même dessin que pour la vignette 5 de la page 3 avec le logo d’Elsevier dans un coin. Paroles : Texte au-dessus : Et bien-sûr, la représentation des autres langues que l’anglais reste marginal… L’homme : Tu speak English ou tu speak pas English ? Si tu speak pas english, t’existe pas ! Page 6 Vignette 1 :Description de la vignette : Deux femmes parlent ensemble. Celle de gauche pose une question. Celle de droite a l’air particulièrement dépitée. Paroles : Texte au-dessus : Pour les chercheurs des disciplines de LSH qui, du fait de leurs particularités, publient surtout en langue française et dans des revues et ouvrages nationaux, les choses se révèlent particulièrement épineuses au moment des évaluations… La première femme : Alors, ça a donné quoi, ton évaluation ? La deuxième femme : Il parait que je ne publie pas assez dans des revues bien référencées sur le WOS et Scopus… Apparemment, mes collègues de biologie font bien mieux ! Vignette 2 :Description de la vignette : Manuella à côté d’un schéma montrant le Cite Score en année N et trois flèches en arrière pour dire qu’il porte sur les années N-1, N-2 et N-3. En dessous, un schéma montrant le FI et deux flèches montrant qu’il porte sur les années N-1 et N-2. Paroles : Texte au-dessus : L’indicateur concurrent du Facteur d’Impact qu’Elsevier a lancé s’appelle le CiteScore (CS). Son calcul ressemble beaucoup à son concurrent, à la différence qu’il intègre non pas les deux mais les trois dernières années. Vignette 3 :Description de la vignette : Un calendrier qui s’effeuille par mois. Paroles : Texte au-dessus : Il existe aussi le CiteScore Tracker, qui est l’équivalent du CiteScore, sauf qu’il est calculé sur les données de l’année en cours avec une mise à jour mensuelle. Vignette 4 :Description de la vignette : Un schéma Paroles : Texte au-dessus : Le CiteScore a tendance à présenter des taux bien moins élevés pour les revues que le facteur d’impact. Cela tient au fait que tous les éléments publiés par la revue sont comptabilisés dans le ratio (y compris les éditoriaux par exemple), alors que pour le facteur d’impact, le nombre de citations d’une revue est divisé par les seuls articles de recherche. Vignette 5 :Description de la vignette : Jean-Paul qui fait la moue. Paroles : Jean-Paul : Oui, mais au moins, dans le JCR, il y a toute une série d’indicateurs supplémentaires qui sont fournis. Vignette 6 :Description de la vignette : La tête de Manuella apparait sur la droite ou sur la gauche de la vignette. Au centre, on voit le même PDG parlant à la même table ronde que dans la vignette 5 de la page 5. Derrière est représenté le logo d’Elsevier. Paroles : Manuella : Mais dans Scopus, aussi ! Soucieux d’être concurrentiel par rapport à Clarivate Analytics, Elsevier y a intégré de nombreux services supplémentaire sur le modèle du WOS. Le PDG d’Elsevier : Mes amis, on a dit « invasifs » ! On lance notre propre gamme de produits sur Scopus ! Vignette 7 :Description de la vignette : Montre un tableau sur lequel est écrite l’équation suivante : SNIP = CiteScore de la revue/ potentiel de citation du domaine de la revue. A côté, Jean-Paul a les yeux qui sortent de la tête. Paroles : Texte au-dessus : Il y a par exemple le Source normalized impact per paper (SNIP), initialement créé par Henk Moed du Centre for Science and Technology Studies (CWTS), à l’Université de Leyde, qui se calcule selon l’équation suivante Teste en dessous : C’est un indicateur de mesure contextuelle de l’impact de citation d’une revue. Vignette 8 :Description de la vignette : A peu près même image que la vignette 5 de la Page 4 : Manuella se tient sur un bord de l’image tandis que Jean-Paul s’excite sur le clavier d’un ordinateur. Paroles : Jean-Paul : Et c’est encore payant ! Au moins, avec le WOS, il existe une version gratuite de l’indicateur, l’Eigenfactor… Page 7 Vignette 1 :Description de la vignette : Manuella parle et le mot « SJR » apparait derrière elle. En arrière plan, Jean-Paul a relevé la tête de son ordinateur. Paroles : Manuella : Mais là aussi, il existe un indicateur calculé sur les données de Scopus librement accessible : il s’agit du Scimago Journal & Country Rank (SJR). Jean-Paul : Ah oui ? Vignette 2 :Description de la vignette : Manuella, avec à côté d’elle, un petit drapeau espagnol qui flotte, un petit cercle noté Eigenfactor compris dans un grand cercle de couleur différente nommé Scopus, le même schéma que pour la Vignette 2 page 6 montrant l’Eigenfactor en année N et cinq flèches en arrière pour dire qu’il porte sur les années N-1, N-2 et N-3, N-4 et N-5. En dessous, un schéma montrant le SJR et trois flèches montrant qu’il porte sur les années N-1, N-2 et N-3. Paroles : Manuella : Cet outil ressemble beaucoup à l’Eigenfactor, d’ailleurs… Il a été développé par une équipe de recherche du Conseil supérieur des recherches scientifiques (CSIC), en Espagne. Les principales différences proviennent du fait qu’il porte sur le corpus plus étendu de Scopus et qu’il a une fenêtre de citations de trois ans au lieu de cinq. Vignette 3 :Description de la vignette : Jean-Paul avec un gros point d’interrogation au-dessus de lui et Manuella semble lui répondre. Paroles : Jean-Paul : Alors, si mon labo n’a pas d’argent, je peux vraiment prendre l’Eigenfactor et le SJR à la place du facteur d’impact et du CiteScore pour évaluer mes travaux ? Manuella : Pas complètement ! Il semble que l’Eigenfactor ne soit plus mis à jour depuis 2015, et les évaluateurs ne sont pas des statisticiens : ils s’en tiennent souvent au seul impact factor. Vignette 4 :Description de la vignette : Montre un tableau avec une équation : H index = nombre h d’articles ayant reçu au moins h citations Paroles : Texte au-dessus : Récemment, un autre indicateur, le h-index, s’est développé et est devenu très populaire chez les chercheurs, parce qu’il s’applique aussi bien à une revue qu’à eux-mêmes. Vignette 5 :Reprendre schéma du support. Paroles : Texte au-dessus : On classe les articles par ordre décroissant du nombre de citations. La valeur de h est égale au nombre d’articles (N) dans la liste qui ont reçu N citations ou plus. Vignette 6 :Description de la vignette : On voit l’image d’un jeune chercheur en petit à côté d’un vieux chercheur en grand avec un mètre qui les mesure à côté… Paroles : Manuella : Le h-index, quand il est appliqué aux chercheurs, pose également des problèmes : il désavantage les jeunes chercheurs qui n’ont pas encore eu le temps de beaucoup publier et de recevoir beaucoup de citations indépendamment de la qualité de leurs travaux. Vignette 7 :Description de la vignette : On voit un laborantin dans son laboratoire avec du matériel de biologie (pipettes, etc.) qui fait la moue et une grande croix dessus qui le barre. Paroles : Ensuite, il est complètement inopérant pour des domaines comme la biologie, où les articles sont coécrits par un très grand nombre de chercheurs… Vignette 8 :Description de la vignette : On voit une grosse femme toute petite à côté d’un grand monsieur très mince à côté et un mètre qui les mesure. Au-dessous de la femme est noté « 180 citations ». Au-dessous de l’homme est noté « 110 citations ». La femme a les mains sur les hanches et le regarde d’un air courroucé. Paroles : Au-dessus : Et enfin, une chercheuse A qui aurait publié trois articles ayant reçu chacun 60 citations se verrait recevoir un h-index de 3. Au-dessous : Alors qu’un chercheur ayant publié 10 articles cités 11 fois chacun se verrait attribuer un h-index de 11. Est-il pour autant trois fois meilleur que le précédent ? Page 8 Vignette 1 :Description de la vignette : Jean-Paul fait voler des papiers dans tous les sens. A côté de lui, Manuella les ramasse en regardant le lecteur. Paroles : Jean-Paul : En somme, on n’a le choix qu’entre deux grands producteurs d’indicateurs : Scopus et Clarivate Analytics. Manuella : Pas forcément, car un troisième larron a rejoint la bande… Vignette 2 :Description de la vignette : Même dessin que la vignette 5 page 5 sauf que c’est un nouveau PDG qui parle à la table ronde des hommes en costumes cravate. Derrière lui se trouve le logo de Google. Paroles : Texte au-dessus : …Et celui-ci n’est ni un éditeur, ni un producteur d’indicateurs, mais un moteur de recherche : il s’agit du géant Google lui-même. L’Homme : Chers amis, pour gagner des marchés, il faut avoir une politique agressive : nous allons concurrencer Clarivate Analytics ET Elsevier. Vignette 3 :Description de la vignette : On voit une grande salle de serveurs qui chauffe avec au-dessus le logo « Google Scholar Metrics ». Paroles : Texte au-dessus : Ce produit-là, c’est Google Scholar Metrics. Il propose deux indicateurs pour les revues : l’indice h5 qui est le h-index des revues au cours des cinq dernières années révolues. Le deuxième indicateur est la médiane h5 d’une revue qui correspond au nombre moyen de fois où les articles composant l’indice h5 de cette revue ont été cités. Vignette 4 :Description de la vignette : Jean-Paul est en train d’imaginer sa photo sur Google Scholar avec plein d’étoiles. Paroles : Texte au-dessus : Google Scholar Metrics offre aussi la possibilité au chercheur de se créer un compte pour obtenir un profil personnalisé avec ses citations et ses statistiques. Il peut décider de rendre ce compte public ou non. Vignette 5 :Description de la vignette : On voit un grand logo scintillant « Google Scholar Metrics » avec plein de projecteurs braqués dessus, et tiré devant, un grand voile noir qui cache la scène. Paroles : Texte au-dessus : Mais bon, comme pour tout ce qui concerne Google, les équations exactes du calcul des indicateurs et les corpus retenus restent un peu hermétiques… Vignette 6 :Description de la vignette : Jean-Paul est assis par terre et se prend la tête dans les mains. Manuella se tient debout à côté, la main sur sa tête pour le réconforter. Paroles : Jean-Paul : En gros, vous me dites que pour évaluer notre travail de chercheurs, on dépend uniquement de trois grosses multinationales ? Manuella : Pas forcément ! Car avec le numérique, le marché des métriques est en train d’évoluer. Un nouveau type d’indicateurs apparait afin de mesurer l’impact des articles eux-mêmes et non plus seulement des revues. Vignette 7 :Description de la vignette : Même dessin que la vignette 4 de la page 1, sauf que c’est l’homme qui est attablé, et cette fois-ci, se tient devant un ordinateur. La femme se tient debout devant lui. Ils sont habillés de manière contemporaine. Dans le même coin que la précédente vignette est notée : 2020. Paroles : Texte en-dessus : Vous vous souvenez que nous disions au début que la sélection des revues "coeur" était basée sur l'analyse des citations ; il n'était alors pas possible de compter le nombre de fois qu'un document avait été lu ou simplement feuilleté ! Désormais, c'est possible ! L’homme : Tiens ! Cet article sur le monde antique a été vu 150 fois et téléchargé 56 fois cette année ! La femme : Super ! On renouvelle notre abonnement à la revue, alors ! Vignette 8 :Description de la vignette : Manuella s’appuie sur une sorte de grand monument représentant le mot « COUNTER » écrit en lettre capitales. Paroles : Manuella : Pour mesurer cela, des indicateurs nouveaux apparaissent. Par exemple, les statistiques des éditeurs de contenus sont en cours de normalisation sur le modèle COUNTER afin d’obtenir des chiffres précis et fiables du nombre de vues, de téléchargements et de sessions ouvertes. Page 9 Vignette 1 :Description de la vignette : On voit une carte du monde avec des flèches partant dans tous les sens d’un pays à l’autres, et sur ces flèches, des petits nombres indiquant des taux. Paroles : Au-dessus : Certains éditeurs, comme PLOS qui est l’un des éditeurs pionniers de l’Open Access, fournissent à leurs utilisateurs et leurs chercheurs des métriques décomptant ce type d’informations – et y ajoutent des métriques basées entre autres sur les réseaux sociaux. Vignette 2 :Description de la vignette : On voit Manuella avec des bulles tout autour d’elle représentant les logos de « Altmetric.com », « Plum Analytics », « ImpactStory », et « Dimensions »… Paroles : Manuella : De nombreux outils concurrents – parfois partiellement ou entièrement gratuits – sont en train d’être créés afin de fournir des indicateurs alternatifs à la bibliométrie traditionnelle. C’est pour cette raison qu’on les a appelés à leur lancement les « altmetrics ». Vignette 3 :Description de la vignette : On voit un ensemble de billets ou de post de Twitter, Mendeley, Facebook, etc. Et une grosse loupe portée sur eux sur laquelle apparait les mots DOI, Arxiv ID, PMID. Paroles : Au-dessus : Ces systèmes fonctionnent grâce aux identifiants attribués aux publications par tous les éditeurs ou producteurs de bases de données : les DOI, Arxiv ID, PMID, etc. Grâce à eux, ces nouveaux outils rassemblent un ensemble d’informations sur les publications en question, comme les vues, les mentions, les citations, les partages, les recommandations, les téléchargements, les sauvegardes, les commentaires, les notes, les classements, etc. Vignette 4 :Description de la vignette : Manuella présente le petit « donut » tout en couleurs de Altmetric.com. Paroles : Manuella : Les éditeurs permettent ensuite de visualiser ces données dans des applications souvent très ergonomiques. Vous avez sans doute déjà aperçu le petit « donut » qu’utilise Altmetric.com pour visualiser ces données sur la notice de ses documents ? Vignette 5 :Description de la vignette : Même dessin que la vignette 5 page 5 sauf que c’est une femme en tailleur qui parle à l’assemblée d’hommes en costumes cravates. Paroles : Texte au-dessous : Parfois, les producteurs de métriques alternatives proposent des services payants aux établissements de recherche afin de leur fournir des indicateurs personnalisés. De nouvelles multinationales investissent sur ce créneau. Par exemple, le propriétaire de Dimensions, Almetric.com et Figshare n’est autre…que l’éditeur qui possède la base de données de revues scientifiques concurrente d’Elsevier, à savoir SpringerNature ! La femme : Mes amis, il y a encore des parts de marché à prendre ! Vignette 6 :Description de la vignette : Jean-Paul tourne le dos à Manuella, comme s’il boudait. Paroles : Jean-Paul : Oui, mais à quoi ça sert puisque de toute façon, lors des évaluations, personne ne veut entendre parler que d’impact factor ? Manuella : C’est vrai que les mentalités sont lentes à évoluer. Vignette 7 :Description de la vignette : Une image de rouages les uns dans les autres. Paroles : Manuella : Les producteurs d’altmetrics doivent encore structurer leurs offres : expérimenter, développer de nouvelles applications, trouver des solutions pour contextualiser la citation. Toute la légitimité de ces métriques alternatives reste encore à bâtir. Vignette 8 :Description de la vignette : On voit un grand podium avec trois universités portant chacune un petit drapeau sur le toit. Paroles : Manuella : Les grands classements internationaux, comme le classement de Shangaï, continuent à attribuer une énorme importance à l’impact factor, et cela peu importe la discipline ou le secteur linguistique concernés. Page 10 Vignette 1 :Description de la vignette : Paroles : Sur un podium, une femme d’une cinquantaine d’année parle de manière animée. Un parterre de représentants du monde universitaire assis devant elle l’applaudissent. Texte en dessous : Mais parallèlement, les choses bougent. Un grand nombre d’acteurs de la recherche dans le monde – dont le CNRS en France – ont signé la déclaration de San Francisco sur l’évaluation de la recherche (dite « déclaration DORA »). Cet appel vise explicitement à limiter le recours au seul impact factor dans l’évaluation de la recherche. Vignette 2 :Description de la vignette : Zoom sur une femme qui parle au micro, en montrant un document qu’elle tient à la main. Paroles : L’académie des sciences a rédigé en 2011 un rapport intitulé « Du bon usage de la bibliométrie pour l’évaluation individuelle des chercheurs » qui appelle à faire un usage raisonné et raisonnable des indicateurs bibliométriques. Vignette 3 :Description de la vignette : On voit une espèce de hérault du Moyen-Age avec un chapeau français sur la tête qui déroule un long parchemin qu’il lit à haute voix et la lit à une assemblée rassemblée autour de lui. Paroles : Le hérault : Oyez ! Oyez les nouvelles de la France, bonnes gens ! Texte au-dessus: On a tenté de mettre en place des outils pour aider les chercheurs à recenser les revues reconnues – notamment dans les sciences humaines et sociales, mal recensées dans le Web of Science, et donc pour lesquelles le Facteur d'impact ne s'applique pas. Texte en dessous : L’AERES avait publié sur son site des listes de revues par disciplines. Mais l’HCERES n’a pour l’instant mis à jour que celle que concernant l’Economie-Gestion. Vignette 4 :Description de la vignette :Description de la vignette : On voit la même espèce de hérault du Moyen-Age avec un chapeau européen sur la tête qui déroule un long parchemin (une longue liste) qu’il lit à haute voix à une assemblée rassemblée autour de lui. Toute l’assemblée a du persil dans les oreilles et est en train de s’agiter. Paroles : Texte au-dessus : Au début des années 2000, l'European Science Foundation a recensé des listes de revues en sciences humaines et sociales. La mise en place de ces listes, accessibles sur le site du European Index for the Humanities, a été controversée et les critères d'inclusion ont été révisés en 2014. Le hérault : Oyez ! Oyez les nouvelles de l’Europe, braves gens ! Vignette 5 :Description de la vignette : Le symbole de la piraterie. Paroles : Texte au-dessus : À l’inverse, certaines revues et éditeurs – qui n’ont de scientifiques que le nom – tentent d’escroquer les chercheurs en les faisant payer pour intégrer leurs sommaires. De telles « publications » sont fortement préjudiciables pour une carrière dans la recherche. Vignette 6 :Description de la vignette : Image de Jeffrey Beall sur lequel a été apposé un masque ressemblant à celui des Anonymous. Paroles : Au-dessus : un bibliothécaire de l’Université du Colorado, Jeffrey Beall, a dressé de 2008 à 2017 une liste de revues prédatrices, la « Beall’s List ». Cependant, devant les controverses et les plaintes suscitées devant son initiative, il a été contraint d’arrêter le projet…mais la liste en l’état est toujours disponible sur le Web. Vignette 7 :Description de la vignette : Plusieurs petits personnages portant des masques avec un grand sourire ressemblant aux Anonymous. Paroles : Toutefois, des collectifs anonymes ont repris le flambeau, et plusieurs initiatives fournissent des listes non exhaustives d’éditeurs ou de revues prédatrices : il s’agit par exemple de la Stop Predatory Journal ou des listes des revues et des éditeurs établies par la Direction générale de la Recherche Scientifique et du développement Technologique (DGRSDT) en Algérie. Vignette 8 :Description de la vignette : Jean-Paul, très en colère, arrive d’un côté de la vignette, un papier à la main. Manuella sourit sur un côté et fait au-revoir de la main. Paroles : Jean-Paul : C’est complètement inadmissible ! Mon laboratoire veut m’évaluer cette année sur la seule base de l’Impact Factor ! Ils vont savoir de quel bois je me chauffe ! Manuella : On se calme, Jean-Paul ! Et à très bientôt pour de nouveaux points relatifs à la recherche.

In Turkey, there’s a person who has made over 20,000 geniallys… Yep, 20,000. And the most interesting part is that they’re all collaborative!And with that, we’d like to kick off our holiday greetings to you, and ask you for one thing: in 2022, bring out your best version yet🌟 pic.twitter.com/RdCzj8mfK4 — Genially (@genially_en) December 22, 2021 ImageDescription de l'image à créer (uniquement pour le graphiste)Question posée 1. Qui est (sont le(s) auteur(s) de l'image ?2. Quand et où ont été faite(s) ce(s) image(s) ?3. Le(s) auteur(s) de cette image sont-ils morts ?4. Dans quelles circonstances l'image a-t-elle été créée ?5. Qui est (sont) le(s) propriétaire(s) de l'image ? 6. Quels droits exacts qui ont été cédés au(x) propriétaire(s) de l'image ? 7. Qui sont les personnes représentées sur l'image ? 8. Une cession de droit à l'image a-t-elle été signée ? 9. A qui appartient le(s) bien(s) représenté(s) sur l'image ? 10. Qui est (sont) le(s) créateur(s) du bien ? 11. Y a-t-il eu un contrat de cession de l'image sur le(s) bien(s) négocié ?12. Le(s) propriétaire(s) du(es) bien(s) exploite-t-il déjà commercialement l'image de celui-ci ? 13. Sous quelle licence de la propriété intellectuelle l'image est-elle placée ? SolutionsScore de Sherlock HolmesImage 1 : Photographie de face d'un enfant défiguré par la maladieAu premier plan de l'image, un enfant au visage défiguré par la maladie (boutons, plaques) est assis sur un lit d'hôpital. En arrière plan, on distingue le décor d'une chambre d'hôpitalNaëlla Ho-A-Lim, médecin dans le service d'infectiologie dans l'hôpital de sa ville, et doctorante en Santé clinique, souhaite réutiliser la photographie d'un petit garçon atteint d'une maladie rare qu'elle étudie dans le cadre de sa thèse de recherche.En a-t-elle le droit ? L'auteur de cette image est Naëlla Ho-A-Lim, docteure en médecine infectieuse depuis 2004 et actuellement en train de préparer une thèse de recherche sur le sujet. Elle travaille actuellement comme médecin à l'hôpital de la ville.Cette image a été prise le 19 septembre 2019 dans la chambre de son patient.Naëlla Ho-A-Lim est toujours bien vivante et continue d'écrire sa thèse en vue de sa soutenance dans six mois environ.Naëlla Ho-A-Lim est venue effectuer sa consultation quotidienne dans la chambre de Samuel Dereck. Il était tôt le matin et pas encore l'heure des visites. Elle a décidé de prendre une photo de lui afin de documenter les symptômes de la maladie pour aider à l'élaboration d'un médicament avec son équipe de recherche.Naëlla Ho-A-Lim travaille pour le compte de son laboratoire, qui est donc le propriétaire de l'image.Tous les droits de diffusion et de réutilisation ont été cédés au laboratoire de Mme Naëlla Ho-A-Lim. Cette dernière en bénéficie bien évidemment. Son laboratoire laisse d'ailleurs Naëlla Ho-A-Lim gérer comme elle l'entend la réutilisation de cette photographie - dans le respect du droit en vigueur.La personne représentée sur cette image est Samuel Dereck, un petit garçon de 9 ans atteint d'une grave pathologie infectieuse. Il est décédé peu de temps après la prise de la photographie. Avant de prendre la photographie, Mme Naëlla Ho-A-Lim a pris le temps d'expliquer à Samuel Dereck que cette photographie servirait à guérir les petits enfants atteints de cette maladie. Elle lui a demandé l'autorisation de prendre la photographie - ce à quoi Samuel a répondu par un "oui" enthousiaste. La photographie a été prise dans une chambre d'hôpital, qui appartient au CHU de la ville.En 2000, l'architecte choisi pour bâtir cette extension de l'hôpital était Baptiste Gonfier. L'architecte qui avait créé les bâtiments principaux dans les années 1970 était Silvère Condier. Aucun contrat de session de l'image sur le bien n'a été négocié par Mme Naëlla Ho-A-Lim.L'image de l'hôpital n'est pas exploitée commercialement. Mme Naëlla Ho-A-Lim compte publier sa thèse sous licence Créative Commons BY-NC-SA. Pour commencer, Mme Naëlla Ho-A-Lim est bien l'auteur de cette photographie (réponse à la question 1). Le propriétaire est cependant son laboratoire (réponse à la question 5), mais il lui laisse toute liberté dans la réutilisation de cette image (réponse à la question 6). Mme Naëlla Ho-A-Lim a donc toute liberté, au niveau de la propriété intellectuelle, pour exploiter cette image et notamment l'intégrer dans sa thèse de recherche comme élément d'explications.Toutefois, Mme Naëlla Ho-A-Sim a pris cette photographie alors qu'elle était seule avec l'enfant (Réponse à la question 4), et n'a pas fait signer de contrat de cession de droit à l'image aux parents (réponse à la question 8) - l'autorisation verbale donnée par un enfant de 9 ans proche du décès n'ayant bien-sûr aucune valeur juridique (réponse à la question 7). Normalement, le droit à l'image d'une personne tombe à son décès, sauf dans le cas comme celui-ci, où elle peut porter atteinte à sa dignité (car l'enfant est défiguré par la maladie). En conséquence, la diffusion de cette image dans une thèse pose de gros problèmes par rapport au droit à l'image de cet enfant - que peuvent vouloir défendre après sa mort ses parents.La solution est donc pour Mme Naëlla Ho-A-Lim d'utiliser cette image dans la version de sa thèse qui sera archivée et communiquée aux membres de son jury, mais d'opter pour la diffusion de celle-ci en ligne d'une version expurgée de ce type d'éléments. Sherlock Holmes a eu besoin des informations suivantes pour résoudre l'énigme : 1-4-5-6-7-8, soit 6 points. Si l'équipe a eu besoin de moins de 7 points pour répondre à cette question, elle gagne cette manche. Image 2 : Portrait photographique du chef amérindien d'un village en habit traditionnel.L'image comporte au premier plan un visage de chef amérindien en costume traditionnel avec la parure en plumes. En arrière plan, de manière assez floue, on aperçoit le visage d'un autre villageois.Une étudiante préparant sa thèse en ethnologie, Sonia Légand, souhaite réutiliser cette image trouvée sur Le réseau social Flickr afin de communiquer autour de l'organisation d'un colloque sur les sociétés amérindiennes. Comme l'image comporte également le visage d'un autre membre du village, elle souhaiterait rogner un peu la photographie afin de ne faire apparaitre que celui - très expressif - du chef amérindien.En a-t-elle le droit ? L'auteur de cette image est Stéphane Hacquier, utilisateur régulier du réseau social Flickr. En cherchant un peu sur Internet, Sonia Légand a pu voir qu'il s'agit d'un photographe amateur à la retraite sillonnant le monde à la recherche de nouveaux sujets. D'après les explications laissées par Stéphane Hacquier sur le réseau social Flickr, cette photographie aurait été prise il y a près de 10 ans au cœur d'un des villages qu'étudie actuellement Mme Sonia Légand. Il ne semble pas que Stéphane Hacquier soit décédé à en juger par le grand nombre d'images récentes postées depuis par lui sur le réseau social Flickr. Stéphane Hacquier n'a pas laissé d'explications sur le réseau social Flickr. Le propriétaire de l'image est Stéphane Hacquier. En tant qu'auteur et propriétaire de l'image, Stéphane Hacquier dispose de tous les droits liés à l'exploitation de cette photographie. En faisant quelques recherches, Sonia Légand a pu s'apercevoir que personne représentée sur cette image est le grand chef amérindien Yanumaba, militant reconnu des droits des peuples premiers de Guyane. Cette personne est décédée il y a un an environ. L'autre personne en arrière-plan semble être un villageois qu'elle n'a pas pu identifier. Stéphane Hacquier n'a pas indiqué s'il avait fait signer au chef amérindien une cession de droit à l'image. Il n'y a pas de bien représenté sur cette image. Il n'y a pas de bien représenté sur cette image. Il n'y a pas de bien représenté sur cette image. Il n'y a pas de bien représenté sur cette image. Stéphane Hacquier a clairement indiqué sur le réseau social Flickr que cette image était diffusée en licence Créative Commons BY-NC-SA. L'image que Mme Sonia Légand a reprise sur le réseau social Flickr a un auteur parfaitement identifié, sur lequel cette dernière a même pu retrouver des informations (Réponse à la question 1). Sur un réseau social comme Flickr, celui qui poste la photographie en tant qu'auteur est considéré comme son légitime propriétaire. Le cliché a été pris il y a 10 ans seulement, donc il est encore sous droits (réponse à la question 2). L'auteur de l'image n'a pas laissé d'explications quant aux circonstances de la prise (réponse à la question 4), mais Mme Sonia Légand s'est assurée par des recherches personnelles que l'identité de la personne prise en photo ne remettrait pas en question l'intégrité de son colloque (réponse à la question 7). L'auteur qui diffuse la photographie est également censé s'être assuré de disposer du droit à l'image des personnes représentées. La photographie a été placée sous licence Créative Commons BY-NC-SA (réponse à la question 14), ce qui signifie que Sonia Légand est libre de la modifier et de la diffuser sous réserve de citer l'auteur, tant qu'elle n'en fait pas d'usage commercial (ce qui est le cas pour un colloque universitaire). Elle doit également placer les documents éventuellement produits avec cette image sous licence libre.En conséquence, Mme Sonia Légand a le droit d'utiliser cette image pour la communication de son colloque et de rogner l'image de manière à ce qu'elle soit plus en adéquation avec sa stratégie de diffusion. Sherlock Holmes a eu besoin des informations suivantes pour résoudre l'énigme : 1-2-4-7-14, soit 5 points. Si l'équipe a eu besoin de moins de 6 points pour répondre à cette question, elle gagne cette manche. Image 3 : Carte de la Guyane présentant les zones de prospection en cacaoyers. Une carte scientifique de la Guyane avec des zones de plusieurs couleurs présentant les différentes zones de prospections de cacaoyers et une légende. Un étudiant, Mourad Diallo, prépare un poster scientifique sur les zones de prospections en cacaoyers qu'il doit présenter en mai 2020. Il a trouvé une très belle carte dans un article de recherche publié en 2017 dans la revue Agronomie et Botanique diffusée en open accès. Il souhaiterait pouvoir la réutiliser dans son poster, en la modifiant un peu pour en y intégrer ses propres résultats.En a-t-il le droit ? Les auteurs de cette image sont les trois chercheurs qui ont signé l'article dans la revue Agronomie et Botanique : Richard Toms, Julia Bets et Robert Lacourt. Tous trois sont des chercheurs reconnus dans ce domaine. Il est impossible de savoir quand et où a été créée cette carte, cependant, elle a été publiée en 2018 dans le numéro 7, volume 3 de la revue Agronomie et Botanique - revue de recherche spécialisée de ces questions. Richard Toms est malheureusement décédé le 8 août 2019 d'une crise cardiaque. Les trois chercheurs ont créé eux-mêmes la carte afin de permettre la visualisation de leurs résultats de recherche. En fouillant dans les conditions de publication de la revue, Mourad Diallo a constaté que la revue Agronomie et Botanique était la propriétaire des droits sur l'article et les documents associés pour une durée de 3 ans. Pour publier dans ses colonnes, la revue Agronomie et Botanique demande aux chercheurs de lui céder leurs droits patrimoniaux exclusifs (droit de reproduction et droit de représentation) sur l'article et les documents produits pour une durée de 3 ans. Il n'y a pas de personne représentée sur l'image. Il n'y a pas de personne représentée sur l'image. Il n'y a pas de bien représenté sur cette image. Il n'y a pas de bien représenté sur cette image. Il n'y a pas de bien représenté sur cette image. Il n'y a pas de bien représenté sur cette image. En consultant les conditions de réutilisation de la revue Agronomie et Botanique, Mourad Diallo a constaté que tous les articles publiés dans la revue étaient placés sous Copyright. Les auteurs de cette carte sont les trois chercheurs qui ont co-signé l'article dans laquelle cette dernière apparaît (Réponse à la question 1). Cependant, Mourad Diallo s'est vite aperçu qu'en publiant dans la revue Agronomie et Botanique en 2018, les chercheurs avaient dû lui céder leurs droits patrimoniaux exclusifs pour une durée de 3 ans, c'est-à-dire jusqu'en 2021(Réponses aux questions 5 et 6). Or, la revue a choisi d'apposer un Copyright sur tous ses contenus (Réponse à la question 13). Le fait que cette revue ait une diffusion sur le mode de l'open Access ne change rien aux conditions de réutilisation et de modification des documents qu'elle y publie.En conséquence, Mourad Diallo ne peut utiliser cette carte en l'état dans son poster - et encore moins la modifier. Il pourra cependant faire une demande à la revue pour la réutilisation de cette dernière - qui se négociera sûrement par un montant financier à s'acquitter. Ou alors, il peut tenter de trouver une autre image pour laquelle il disposera du droit de réutilisation et de modification...Sherlock Holmes a eu besoin des informations suivantes pour résoudre l'énigme : 1-5-6-13, soit 4 points. Si l'équipe a eu besoin de moins de 5 points pour répondre à cette question, alors elle gagne cette manche. Image 4 : Affiche de publicité pour les congés à la plageUne affiche de publicité en mode "vintage" (présentant une pin-up au premier plan à côté du bassin d'Arcachon et mentionnant le slogan : "Moi, pour mes congés, je choisis Arcachon".Une étudiante, Karine Lemercier, prépare sa thèse sur la mise en place du tourisme après l'ouverture du droit aux congés payés en 1936. Pour cela, elle souhaite utiliser une affiche publicitaire produite par l'un des principaux acteurs touristiques de l'époque, Bertille. Elle compte illustrer un article de recherche qu'elle publiera à la fin de l'année 2020 avec cette image.En a-t-elle le droit ? Les auteurs de cette affiche sont deux artistes de l'époque : Guy Larmeni et Jean Sorin. Tous deux ont mené de brillantes carrières de sérigraphes entre les années 20 et les années 40.Karine Lemercier a pu effectuer grâce à son propre matériel photographique une reproduction de celle-ci lors de son dernier passage à la Bibliothèque nationale de France.L'affiche a été pour la première fois diffusée dans Paris par un acteur pionnier du tourisme nommé Bertille à Paris le 5 juin 1937 afin d'inciter les parisiens à se rendre au bassin d'Arcachon pour passer leurs premiers congés payés. Guy Larmeni a été fusillé le 10 mai 1946 au sortir de la guerre pour collaboration avec l'ennemi. Jean Sorin, lui, n'a pas eu d'activités militaires durant la guerre, car trop âgé. Il meurt le 6 janvier 1948 d'un accident de la route. Les deux artistes ont créé cette affiche à la demande d'une des sociétés pionnières du tourisme de l'époque, Bertille.L'actuelle propriétaire du document est la Bibliothèque nationale de France, qui a acheté ce document à une vente aux enchères le 10 mars 1987.Les artistes avaient cédé leurs droits patrimoniaux à Bertille pour une exploitation commerciale de l'œuvre. La BNF, en achetant la propriété du document, ne dispose d'aucun droit de propriété intellectuelle sur celui-ci. La personne représentée sur cette image est une pin-up que les dessinateurs ont créée en lui donnant certains traits d'une des starlettes de l'époque, Marilyn Johnson. Aucune cession du droit à l'image n'a été signée. Il n'y a pas de bien représenté sur cette image. Il n'y a pas de bien représenté sur cette image. Il n'y a pas de bien représenté sur cette image. Il n'y a pas de bien représenté sur cette image. L'affiche a été, à l'époque, soumise au droit français usuel de la propriété intellectuelle, l'équivalent du Copyright américain. Les auteurs de cette affiche sont deux sérigraphes reconnus de l'époque (Réponse à la question 1), qui sont morts respectivement en 1946 et 1948. Au moment de la publication de l'article (2020), ces artistes sont donc morts depuis plus de 70 ans (Réponse à la question 3). L'affiche est donc sous domaine public.Le premier propriétaire et exploitant de l'œuvre a été la société de tourisme Bertille (Réponse aux questions 4, 5 et 6), mais l'affiche a été revendue à la Bibliothèque nationale de France en 1987. Cependant, la bibliothèque nationale de France ne dispose pas des droits patrimoniaux de ce document, qui est sous domaine public. Elle n'a pas ailleurs fourni aucune copie de ce document qui justifierait (ou non ?) l'ouverture de nouveaux droits de la propriété intellectuelle.En conséquence, Karine Lemercier est libre d'utiliser sa photographie de l'œuvre dans son article de recherche pour illustrer ses propos. Sherlock Holmes a eu besoin des informations suivantes pour résoudre l'énigme : 1-2-3-4-5-6 soit 6 points. Si l'équipe a eu besoin de moins de 7 points pour répondre à cette question, alors elle gagne cette manche. Image 5 : Photographie du public d'une animation à l'édition 2019 de la Fête de la ScienceAu premier plan de l'image, un public d'une quinzaine de personnes (dont trois enfants) est attroupé devant un stand scientifique tenu par un jeune homme (avec des éprouvettes sur la table, etc.)Deux doctorants, Idriss Boumedja et Adelaïde Calaine, participent en 2020 à l'organisation de la Fête de la science pour le compte de l'université à laquelle est rattaché leur laboratoire DELIC. À cette occasion, ils souhaitent réutiliser une photographie d'une dizaine de personnes - dont des enfants - qui avaient participé à une des animations proposées lors de l'édition 2019 dans un but de communication.En ont-ils le droit ? L'auteur de cette image est Adelaïde Calaine qui a pris elle-même cette photographie avec son propre appareil pendant que son collègue Idriss Boumedja animait l'atelier. Cette photographie a été prise lors de la précédente session de la Fête de la Science, en novembre 2019. Idriss Boumedja et Adelaïde Calaine sont tous les deux bien vivants, et prêts à organiser la session 2020 de la Fête de la Science ! Alors qu'Idriss Boumedja animait un atelier avec les personnes et les enfants présents, sa collègue Adelaïde Calaine s'est mise un peu à l'écart et a pris une série de photographies - dont cette dernière. La propriétaire de l'image est Adelaïde Calaine.Adelaïde Calaine dispose de tous les droits d'auteur sur cette image. La photographie, en plus d'Idriss Boumedja, comporte une quinzaine de personnes parmi le public venu nombreux à cet évènement. Parmi eux, Adelaïde Calaine a vaguement reconnu Monsieur Descords, professeur de droit à l'Université, mais elle ne connait aucune des autres personnes présentes. Il y a aussi des enfants sur la photographie. Adelaïde Calaine n'a fait signer aucune cession de droit à l'image. La photographie a été prise dans les locaux de l'université. En arrière-fond, on aperçoit des biens de l'université, comme les écrans dynamiques. L'Université a été construite en 2002 par Marcel Ducia-Dupont. Aucun contrat de cession de droit à l'image n'a été négocié pour le bien. L'image de l'université n'est pas exploitée commercialement. Adelaïde Calaine a décidé de placer cette image sous licence Créative Commons BY. L'auteur de cette image est Adelaïde Calaine, une des organisatrices de la prochaine session 2020 de la Fête de la Science. (Réponse à la question 1) Elle est également la propriétaire de l'image, et dispose à cet égard de tous les droits d'auteur liés à celle-ci. (Réponse à la question 5).L'analyse du contexte de prise de la photographie (Réponses aux questions 2 et 4) permet de savoir que cette dernière a été prise dans un lieu public ouvert à tous. La photographie montre un groupe de personnes - sans qu'un zoom particulier n'ait été fait sur l'une d'elle en particulier. Adelaïde Calaine n'a donc pas à se soucier du droit à l'image de ces personnes, considéré comme accordé d'office de par ses caractéristiques. Elle n'a pas non plus à se soucier du droit des biens, car l'université est vue de manière très partielle en arrière plan de l'image.En conséquence, Adelaïde Calaine et Idriss Boumedja sont totalement libres d'utiliser cette photographie dans leur communication pour la prochaine session de la Fête de la Science en 2020. Sherlock Holmes a eu besoin des informations suivantes pour résoudre l'énigme : 1-2-4-5, soit 4 points. Si l'équipe a eu besoin de moins de 5 points pour répondre à cette question, alors elle gagne cette manche. Image 6 : Zoom sur un chanteur invité à la Fête de la musique à l'UniversitéL'image est un zoom sur le chanteur, micro à la main. Une chercheuse, Fatou N'Diabi, participe au Comité des Œuvres sociales (Cos) de l'Université. Elle a eu pour charge de superviser un groupe de travail pour l'organisation de la session 2020 de la Fête de la Musique. À cette occasion, elle a fait venir plusieurs groupes de musique, dont les Adiba, groupe de Zouk et de Béguine. Fatou N'Diabi souhaite utiliser la photographie en gros plan du chanteur du groupe afin de la réutiliser pour le rapport d'activités du Cos qui serait diffusé sur le site Web de l'Université.En a-t-elle le droit ? L'auteur de cette image est Fatou N'Diabi, qui a pris elle-même cette photographie lors du concert du groupe Adiba. Cette photographie a été prise le 21 juin 2020, lors de la Fête de la Musique organisée à l'Université. Fatou N'Diabi est toujours bien vivante, et compte bien présenter un bilan réussi de l'évènement qu'elle et ses collègues ont organisé ! Le Cos a fait venir le groupe Adiba pour la session 2020 de la musique. Ils leur ont fait signer un contrat de prestation pour le concert donné dans l'université à destination du personnel et des étudiants. Le groupe a été payé 8 000 € pour cette prestation de 2 h 30.La propriétaire de l'image est Fatou N'Diabi. Fatou N'Diabi dispose de tous les droits d'auteur sur cette image. La personne représentée sur cette image est Félix Latourbé, le chanteur du groupe Adiba. Fatou N'Diabi a fait signer, en plus du contrat de prestation, un contrat de cession de droit à l'image à tous les chanteurs et musiciens du groupe Adiba invités. Aucun bien n'est représenté sur cette image.Aucun bien n'est représenté sur cette image.Aucun bien n'est représenté sur cette image.Aucun bien n'est représenté sur cette image.Fatou N'Diabi souhaite diffuser cette image sous licence Créative Commons BY. L'auteur de cette image est Fatou N'Diabi, l'organisatrice de l'évènement (Réponse à la question 1). Le contexte de la prise de cette photographie (Réponses à la question 2 et 4) indique que ce groupe a été invité pour venir jouer lors de la Fête de la Musique organisée à l'Université et qu'un contrat de prestation en bon et due forme a été conclu avec eux, avec une rémunération de 8 000 € à la clé. Pourtant, cela ne garantit aucunement du droit de disposer de leur image en gros plan lors de cet évènement, et ce même si celui-ci a été organisé dans un lieu public.Néanmoins, la personne représentée sur la photographie, Félix Latourbé (Réponse à la question 7) a signé ainsi que l'ensemble des membres de son groupe, un contrat de cession de droit à l'image pour cette prestation en particulier (Réponse à la question 8).Fatou N'Diabi a donc tout à fait le droit d'utiliser cette image pour son rapport de l'évènement diffusé de manière publique sur le site Web de l'Université. Sherlock Holmes a eu besoin des informations suivantes pour résoudre l'énigme : 1-2-4-7-8, soit 5 points. Si 'équipe a eu besoin de moins de 6 points pour répondre à cette question, alors elle gagne cette manche. Image 7 : Photographie d une œuvre d''art de villeL'image présente en gros plan un monument contemporain situé sur le trottoir d'une ville. Un doctorant en Histoire de l'art, Romual Pingué, souhaite effectuer une présentation à un colloque organisé en juin 2020 sur l'art dans l'espace public. Ce colloque sera notamment suivi de l'écriture d'actes de colloque diffusés en open Access sur le Web. Pour cela, il souhaite utiliser une photographie d'un objet d'art urbain qui se trouve sur la place centrale de sa propre ville.En a-t-il le droit ? L'auteur de cette image est Romual Pingué.Cette photographie a été prise le 19 mai 2019 sur la place centrale de la ville. Romual Pingué est toujours bien vivant, et prêt à briller lors de sa présentation au colloque ! Romual Pingué s'est simplement rendu sur la place publique de sa ville, et a pris la photographie en centrant bien sur l'œuvre d'art afin que celle-ci soit bien visible. Le propriétaire de l'image est Romual Pingué. Romual Pingué dispose de tous les droits d'auteur sur cette image. Aucune personne n'est représentée sur cette image.Aucune personne n'est représentée sur cette image.Le propriétaire de l'œuvre d'art est la municipalité de la ville, qui a déboursé une somme de 30 000 € afin de l'acquérir. L'artiste de rang international qui a créé cette œuvre d'art est Samuel Edégar. Il a érigé ce monument le 10 août 2016, et ce dernier a été inauguré par la municipalité le 25 octobre 2016. Il n'y a eu aucun contrat de cession de l'image négocié ni avec la municipalité, ni avec Samuel Edégar. Pour l'instant, la municipalité ne commercialise pas de cartes postales de l'œuvre, ni d'autres goodies. Mais elle espère pouvoir lancer une campagne de communication bientôt qui pourra faire connaitre l'œuvre d'art. Romual Pingué souhaiterait diffuser cette photographie sous licence Créative Commons BY NC SA. L'auteur de cette image est Romual Pingué (Réponse à la question 1). Il est également propriétaire de cette image (Réponse à la question 5). Il est donc titulaire de tous les droits d'auteur liés à cette image. Cependant, l'analyse du contexte permet de comprendre qu'il n'a demandé aucune permission pour prendre en photographie l'œuvre d'art dans l'espace public en gros plan (Réponse aux questions 2 et 4). Le propriétaire de cette œuvre est la municipalité (Réponse à la question 9). La réutilisation de cette photographie par Romual Pingué ne semble pas pouvoir générer de dommages collatéraux pour elle, puisqu'elle ne commercialise pour l'instant pas de cartes postales ou autres goodies à partir de l'œuvre d'art, et ne semble pas pouvoir causer des troubles anormaux puisque cela va dans leur sens de communication. (Réponse à la question 12).En revanche, l'œuvre d'art elle-même est toujours sous droit d'auteur puisqu'elle a été créée en 2016 par Samuel Edégar (Réponse à la question 10), et qu'à ce titre, elle est protégée pendant 70 ans après la mort de l'artiste. Or, l'œuvre d'art est l'objet exclusif de la photographie, et aucun contrat de cession du droit à l'image n'a été négocié (Réponse à la question 11).En l'état, Romual Pingué n'a donc pas le droit d'exploiter cette photographie. Il peut en revanche contacter l'artiste pour lui demander, si possible gracieusement, le droit d' utiliser sa photographie dans le cadre d'un colloque et d'une publication. Sherlock Holmes a eu besoin des informations suivantes pour résoudre l'énigme : 1-2-4-5-9-10-11-12, soit 8 points. Si l'équipe a eu besoin de moins de 9 points pour répondre à cette question, alors elle gagne cette manche. Image 8 : Photographie de la nouvelle extension de la Bibliothèque UniversitaireL'image fait un plan serré sur un bâtiment tout neuf qui est une extension de bibliothèque au cœur d'un campus.Un directeur de bibliothèque, Hervé Maillard, souhaite utiliser une photographie de la nouvelle extension de la bibliothèque universitaire qu'il dirige et qui vient d'être inaugurée en 2019 afin que celle-ci figure dans un guide imprimé des plus belles bibliothèques de France.En a-t-il le droit ? L'auteur de cette image est le photographe professionnel André Yvon.Cette photographie a été prise le 26 juin 2019 sur place. André Yvon est toujours bien vivant et actif dans le milieu de la photographieAndré Yvon a été embauché par la direction de la bibliothèque pour réaliser une séance de shooting trois mois après l'inauguration de la nouvelle extension. Il a réalisé plusieurs prises de vue : de jour, de nuit, depuis l'intérieur du bâtiment, et en vue du ciel, et a livré un ensemble de 40 photographies sélectionnées par ses soins. Il a été payé 10 000 € pour ce travail, moyennant un contrat de prestation. Le propriétaire de l'image est l'Université qui a embauché le photographe - et par délégation, la direction de la bibliothèque. André Yvon a cédé à l'Université ses droits de reproduction et de représentation à titre non exclusif. Aucune personne n'est représentée sur cette image.Aucune personne n'est représentée sur cette image.Le propriétaire de l'extension de la bibliothèque est l'université de tutelle de celle-ci. L'extension de la bibliothèque a été créée par l'architecte François Framboisier. C'était sa première incursion dans le domaine des bibliothèques, et cette extension a pu être créée en seulement 5 ans, de sa planification en 2014 à son inauguration en 2019. La bibliothèque -et à travers elle l'université - négocié avec l'architecte un contrat de cession de l'image de l'extension de la bibliothèque.L'Université n'exploite pas commercialement l'image de sa bibliothèque. Toutes les photographies de l'extension de la bibliothèque réalisées par le photographe André Yvon ont été placées sous droit d'auteur français - l'équivalent du Copyright américain. L'auteur de cette image est le photographe professionnel André Yvon (Réponse à la question 1), qui a pris ces photographies dans un cadre professionnel (Réponse aux questions 2 et 4). Il a revendu ces dernières et les droits patrimoniaux qui y étaient liés à l'Université, et par délégation à la bibliothèque (Réponses aux questions 5 et 6), qui en est donc la propriétaire.Pour autant, elle n'est pas propriétaire de l'image du bien acquis. L'architecte qui a créé l'extension de la bibliothèque est François Framboisier (Réponse à la question 10). Un contrat de droit de cession à l'image a bien été signé avec lui pour la gestion de l'image de l'extension de la bibliothèque (Réponse à la question 11)En conséquence, l'université - et par délégation la direction de la bibliothèque - est libre d'utiliser cette photographie et de la faire figurer dans un guide imprimé. Sherlock Holmes a eu besoin des informations suivantes pour résoudre l'énigme : 1-2-4-5-6-9-10-11, soit 8 points. Si l'équipe a eu besoin de moins de 9 points pour répondre à cette question, alors elle remporte la manche. Image 9 : Groupe de congressistes devant le Parthénon d'Athènes. Au premier plan, figure un ensemble de chercheurs - hommes et femmes - de multiples nationalités et origines ethniques. Ils posent devant le Parthénon d'Athènes. Les chercheuse Rebecca Joly et Katarina Robins organisent pour le compte de l'Association pour la recherche en Histoire ancienne un congrès d'histoire à Athènes les 26, 27 et 28 août 2019. Au cours du congrès sont proposées différentes excursions sur les grands lieux de la Grèce antique. Un groupe de congressistes (ré)visite le Parthénon et se fait prendre en photographie devant celui-ci. Les deux chercheuses souhaiteraient utiliser cette photographie sur le site Web de l'Association, dont elles sont membres du Conseil d'administration.En ont-elles le droit ? L'auteur de cette photographie est Gilbert Francis, un autre chercheur membre de l'Association pour la recherche en Histoire qui a participé à l'organisation du congrès aux côtés de Rebecca Joly et Katarina Robinsky.Cette photographie a été prise le 27 août 2019 devant le Parthénon.Gilbert Francis se porte bien, et continue ses recherches en Histoire ancienne. Dans le cadre du programme social du congrès, les participants ont été emmenés en bus redécouvrir le Parthénon. À la fin, Gilbert Francis les a invités à prendre la pause devant ce dernier afin d'immortaliser ce moment. Le propriétaire de la photographie est Gilbert Francis, qui la met gracieusement à disposition de l'Association pour la recherche en Histoire ancienne. Aucun contrat de cession de droit n'a été signé. Gilbert Francis a cédé la photographie à l'Association pour la recherche en Histoire ancienne de manière orale en lui remettant sa clé USB. La photographie montre une trentaine de chercheurs en Histoire ancienne venus du monde entier pour assister au congrès. Aucune cession de droit à l'image des personnes n'a été signée. Le Parthénon appartient à l'Etat grec. Les architectes qui ont créé le Parthénon, édifié entre -447 et -438, sont à ce jour inconnus. Aucune cession du droit à l'image des biens n'a été signée. De nombreux souvenirs sont réalisés chaque année à l'image du Parthénon sans que l'Etat athénien n'y trouve à redire. La licence sous laquelle se trouve la photographie est Créative Commons BY. L'auteur de cette photographie est le chercheur et membre de l'Association pour la recherche en Histoire ancienne Gilbert Francis (Réponse à la question 1). Il en a cédé les droits de manière informelle à l'Association pour la recherche en Histoire ancienne de manière officieuse, mais comme il fait partie de cette association et était missionnée par celle-ci sur l'organisation du congrès, on peut considérer que cette dernière en a les droits officiels (Réponse 5 et 6). Le contexte de prise de vue de cette photographie (Réponse aux questions 2 et 4) nous confirme que le cliché a été pris dans un lieu public. Les participants, pris en photographie en groupe, ne peuvent donc pas se prévaloir d'un éventuel droit à l'image. Le Parthénon a été construit pendant l'Antiquité (Réponse à la question 10) et son image est donc dorénavant dans le domaine public. Le propriétaire ne peut s'opposer à sa photographie, si ce n'est en justifiant d'un trouble anormal ou d'une volonté exclusive d'exploitation commerciale, ce qui ne semble pas être le cas de l'Etat d'Athènes (Réponse à la question 12).Rebecca Joly et Katarina Robins sont donc libres de diffuser cette image sur le site Web de l'Association pour la recherche en Histoire ancienne. Sherlock Holmes a eu besoin des informations suivantes pour résoudre l'énigme : 1-2-4-5-6-10, soit 7 points. Si l'équipe a eu besoin de moins de 8 points pour répondre à la question, alors elle remporte cette manche. Image 10 : Prise de vue de la Terre par le Satellite ElsaImage de la Planète Terre prise depuis l'espaceLoan Johnson, chercheur en astrophysique, souhaiterait poster une très belle photographie prise par le Satellite Elsa mis en orbite par son laboratoire EDEC sur le réseau social Flickr, à libre disposition des citoyens.En a-t-il le droit ? L'"auteur" de cette photographie est le satellite Elsa, mis en orbite en juin 2017 par le laboratoire EDEC dans lequel travaille Loan Johnson. Cette photographie a été prise le 10 juillet 2019 depuis le satellite Elsa. Pas d'auteur humain. Le satellite Elsa est chargé de prendre un grand nombre de photographies qui sont ensuite exploitées par les chercheurs du laboratoire EDEC .Le propriétaire de la photographie est le laboratoire EDEC. Le laboratoire EDEC dispose de tous les droits liés à cette photographie. Toutes les photographies sortant des satellites gérés par le laboratoire EDEC sont placés sous licence Copyright. L'auteur de cette photographie n'est pas un homme mais une machine (Réponse à la question 1). Les circonstances de prise de vue (Réponses aux questions 2 et 4) attestent que la propriété de cette image appartient au laboratoire EDEC (Réponse à la question 5) dont la politique est de placer toutes ce type d'images sous Copyright.Quelques soient les bonnes intentions de Loan Johnson, sans accord de son laboratoire, il ne peut déposer de son propre chef cette photographie sur le réseau social Flickr. Sherlock Holmes a eu besoin des informations suivantes pour résoudre l'énigme : 1,2,4,5 et 13, soit 5 points. Si l'équipe a eu besoin de moins de 6 points pour répondre à la question, alors elle remporte cette manche.

Naëlla Ho-A-Lim, médecin dans le service d'infectiologie dans l'hôpital de sa ville, et doctorante en Santé clinique, souhaite réutiliser la photographie d'un petit garçon atteint d'une maladie rare qu'elle étudie dans le cadre de sa thèse de recherche. En a-t-elle le droit ? Sherlock Holmes a eu besoin des informations suivantes pour résoudre l'énigme : 1-4-5-6-7-8, soit 6 points. Si l'équipe a eu besoin de moins de 7 points pour répondre à cette question, elle gagne cette manche. Pour commencer, Mme Naëlla Ho-A-Lim est bien l'auteur de cette photographie (réponse à la question 1). Le propriétaire est cependant son laboratoire (réponse à la question 5), mais il lui laisse toute liberté dans la réutilisation de cette image (réponse à la question 6). Mme Naëlla Ho-A-Lim a donc toute liberté, au niveau de la propriété intellectuelle, pour exploiter cette image et notamment l'intégrer dans sa thèse de recherche comme élément d'explications. Toutefois, Mme Naëlla Ho-A-Sim a pris cette photographie alors qu'elle était seule avec l'enfant (Réponse à la question 4), et n'a pas fait signer de contrat de cession de droit à l'image aux parents (réponse à la question 8) - l'autorisation verbale donnée par un enfant de 9 ans proche du décès n'ayant bien-sûr aucune valeur juridique (réponse à la question 7). Normalement, le droit à l'image d'une personne tombe à son décès, sauf dans le cas comme celui-ci, où elle peut porter atteinte à sa dignité (car l'enfant est défiguré par la maladie). En conséquence, la diffusion de cette image dans une thèse pose de gros problèmes par rapport au droit à l'image de cet enfant - que peuvent vouloir défendre après sa mort ses parents. La solution est donc pour Mme Naëlla Ho-A-Lim d'utiliser cette image dans la version de sa thèse qui sera archivée et communiquée aux membres de son jury, mais d'opter pour la diffusion de celle-ci en ligne d'une version expurgée de ce type d'éléments. 1. Qui est (sont) le(s) auteur(s) de l'image ? 2. Quand et où ont été faite(s) ce(s) image(s) ? 3. Le(s) auteur(s) de cette image sont-ils morts ? 4. Dans quelles circonstances l'image a-t-elle été créée ? L'auteur de cette image est Naëlla Ho-A-Lim, docteure en médecine infectieuse depuis 2004 et actuellement en train de préparer une thèse de recherche sur le sujet. Elle travaille actuellement comme médecin à l'hôpital de la ville. Cette image a été prise le 19 septembre 2019 dans la chambre de son patient. Naëlla Ho-A-Lim est toujours bien vivante et continue d'écrire sa thèse en vue de sa soutenance dans six mois environ. Naëlla Ho-A-Lim est venue effectuer sa consultation quotidienne dans la chambre de Samuel Dereck. Il était tôt le matin et pas encore l'heure des visites. Elle a décidé de prendre une photo de lui afin de documenter les symptômes de la maladie pour aider à l'élaboration d'un médicament avec son équipe de recherche. 5. Qui est (sont) le(s) propriétaire(s) de l'image ? 6. Quels droits exacts qui ont été cédés au(x) propriétaire(s) de l'image ? 7. Qui sont les personnes représentées sur l'image ? 8. Une cession de droit à l'image a-t-elle été signée ? Naëlla Ho-A-Lim travaille pour le compte de son laboratoire, qui est donc le propriétaire de l'image. Tous les droits de diffusion et de réutilisation ont été cédés au laboratoire de Mme Naëlla Ho-A-Lim. Cette dernière en bénéficie bien évidemment. Son laboratoire laisse d'ailleurs Naëlla Ho-A-Lim gérer comme elle l'entend la réutilisation de cette photographie - dans le respect du droit en vigueur. La personne représentée sur cette image est Samuel Dereck, un petit garçon de 9 ans atteint d'une grave pathologie infectieuse. Il est décédé peu de temps après la prise de la photographie. Avant de prendre la photographie, Mme Naëlla Ho-A-Lim a pris le temps d'expliquer à Samuel Dereck que cette photographie servirait à guérir les petits enfants atteints de cette maladie. Elle lui a demandé l'autorisation de prendre la photographie - ce à quoi Samuel a répondu par un "oui" enthousiaste. 9. A qui appartient le(s) bien(s) représenté(s) sur l'image ? 10. Qui est (sont) le(s) créateur(s) du bien ? 11. Y a-t-il eu un contrat de cession de l'image sur le(s) bien(s) négocié ? 12. Le(s) propriétaire(s) du(es) bien(s) exploite-t-il déjà commercialement l'image de celui-ci ? La photographie a été prise dans une chambre d'hôpital, qui appartient au CHU de la ville. En 2000, l'architecte choisi pour bâtir cette extension de l'hôpital était Baptiste Gonfier. L'architecte qui avait créé les bâtiments principaux dans les années 1970 était Silvère Condier. Aucun contrat de session de l'image sur le bien n'a été négocié par Mme Naëlla Ho-A-Lim. L'image de l'hôpital n'est pas exploitée commercialement. 13. Sous quelle licence de la propriété intellectuelle l'image est-elle placée ? Mme Naëlla Ho-A-Lim compte publier sa thèse sous licence Créative Commons BY-NC-SA. Une étudiante préparant sa thèse en ethnologie, Sonia Légand, souhaite réutiliser cette image trouvée sur Le réseau social Flickr afin de communiquer autour de l'organisation d'un colloque sur les sociétés amérindiennes. Comme l'image comporte également le visage d'un autre membre du village, elle souhaiterait rogner un peu la photographie afin de ne faire apparaitre que celui - très expressif - du chef amérindien. En a-t-elle le droit ? Sherlock Holmes a eu besoin des informations suivantes pour résoudre l'énigme : 1-2-4-7-14, soit 5 points. Si l'équipe a eu besoin de moins de 6 points pour répondre à cette question, elle gagne cette manche. L'image que Mme Sonia Légand a reprise sur le réseau social Flickr a un auteur parfaitement identifié, sur lequel cette dernière a même pu retrouver des informations (Réponse à la question 1). Sur un réseau social comme Flickr, celui qui poste la photographie en tant qu'auteur est considéré comme son légitime propriétaire. Le cliché a été pris il y a 10 ans seulement, donc il est encore sous droits (réponse à la question 2). L'auteur de l'image n'a pas laissé d'explications quant aux circonstances de la prise (réponse à la question 4), mais Mme Sonia Légand s'est assurée par des recherches personnelles que l'identité de la personne prise en photo ne remettrait pas en question l'intégrité de son colloque (réponse à la question 7). L'auteur qui diffuse la photographie est également censé s'être assuré de disposer du droit à l'image des personnes représentées. La photographie a été placée sous licence Créative Commons BY-NC-SA (réponse à la question 14), ce qui signifie que Sonia Légand est libre de la modifier et de la diffuser sous réserve de citer l'auteur, tant qu'elle n'en fait pas d'usage commercial (ce qui est le cas pour un colloque universitaire). Elle doit également placer les documents éventuellement produits avec cette image sous licence libre. En conséquence, Mme Sonia Légand a le droit d'utiliser cette image pour la communication de son colloque et de rogner l'image de manière à ce qu'elle soit plus en adéquation avec sa stratégie de diffusion. 1. Qui est (sont le(s) auteur(s) de l'image ? 2. Quand et où ont été faite(s) ce(s) image(s) ? 3. Le(s) auteur(s) de cette image sont-ils morts ? 4. Dans quelles circonstances l'image a-t-elle été créée ? L'auteur de cette image est Stéphane Hacquier, utilisateur régulier du réseau social Flickr. En cherchant un peu sur Internet, Sonia Légand a pu voir qu'il s'agit d'un photographe amateur à la retraite sillonnant le monde à la recherche de nouveaux sujets. D'après les explications laissées par Stéphane Hacquier sur le réseau social Flickr, cette photographie aurait été prise il y a près de 10 ans au cœur d'un des villages qu'étudie actuellement Mme Sonia Légand. Il ne semble pas que Stéphane Hacquier soit décédé à en juger par le grand nombre d'images récentes postées depuis par lui sur le réseau social Flickr. Stéphane Hacquier n'a pas laissé d'explications sur le réseau social Flickr. 5. Qui est (sont) le(s) propriétaire(s) de l'image ? 6. Quels droits exacts qui ont été cédés au(x) propriétaire(s) de l'image ? 7. Qui sont les personnes représentées sur l'image ? 8. Une cession de droit à l'image a-t-elle été signée ? Le propriétaire de l'image est Stéphane Hacquier. En tant qu'auteur et propriétaire de l'image, Stéphane Hacquier dispose de tous les droits liés à l'exploitation de cette photographie. En faisant quelques recherches, Sonia Légand a pu s'apercevoir que personne représentée sur cette image est le grand chef amérindien Yanumaba, militant reconnu des droits des peuples premiers de Guyane. Cette personne est décédée il y a un an environ. L'autre personne en arrière-plan semble être un villageois qu'elle n'a pas pu identifier. Stéphane Hacquier n'a pas indiqué s'il avait fait signer au chef amérindien une cession de droit à l'image. 9. A qui appartient le(s) bien(s) représenté(s) sur l'image ? 10. Qui est (sont) le(s) créateur(s) du bien ? 11. Y a-t-il eu un contrat de cession de l'image sur le(s) bien(s) négocié ? 12. Le(s) propriétaire(s) du(es) bien(s) exploite-t-il déjà commercialement l'image de celui-ci ? Il n'y a pas de bien représenté sur cette image. Il n'y a pas de bien représenté sur cette image. Il n'y a pas de bien représenté sur cette image. Il n'y a pas de bien représenté sur cette image. 13. Sous quelle licence de la propriété intellectuelle l'image est-elle placée ? Stéphane Hacquier a clairement indiqué sur le réseau social Flickr que cette image était diffusée en licence Créative Commons BY-NC-SA. Un étudiant, Mourad Diallo, prépare un poster scientifique sur les zones de prospections en cacaoyers qu'il doit présenter en mai 2020. Il a trouvé une très belle carte dans un article de recherche publié en 2017 dans la revue Agronomie et Botanique diffusée en open accès. Il souhaiterait pouvoir la réutiliser dans son poster, en la modifiant un peu pour en y intégrer ses propres résultats. En a-t-il le droit ? Sherlock Holmes a eu besoin des informations suivantes pour résoudre l'énigme : 1-5-6-13, soit 4 points. Si l'équipe a eu besoin de moins de 5 points pour répondre à cette question, alors elle gagne cette manche. Les auteurs de cette carte sont les trois chercheurs qui ont co-signé l'article dans laquelle cette dernière apparaît (Réponse à la question 1). Cependant, Mourad Diallo s'est vite aperçu qu'en publiant dans la revue Agronomie et Botanique en 2018, les chercheurs avaient dû lui céder leurs droits patrimoniaux exclusifs pour une durée de 3 ans, c'est-à-dire jusqu'en 2021(Réponses aux questions 5 et 6). Or, la revue a choisi d'apposer un Copyright sur tous ses contenus (Réponse à la question 13). Le fait que cette revue ait une diffusion sur le mode de l'open Access ne change rien aux conditions de réutilisation et de modification des documents qu'elle y publie. En conséquence, Mourad Diallo ne peut utiliser cette carte en l'état dans son poster - et encore moins la modifier. Il pourra cependant faire une demande à la revue pour la réutilisation de cette dernière - qui se négociera sûrement par un montant financier à s'acquitter. Ou alors, il peut tenter de trouver une autre image pour laquelle il disposera du droit de réutilisation et de modification... 1. Qui est (sont le(s) auteur(s) de l'image ? 2. Quand et où ont été faite(s) ce(s) image(s) ? 3. Le(s) auteur(s) de cette image sont-ils morts ? 4. Dans quelles circonstances l'image a-t-elle été créée ? Les auteurs de cette image sont les trois chercheurs qui ont signé l'article dans la revue Agronomie et Botanique : Richard Toms, Julia Bets et Robert Lacourt. Tous trois sont des chercheurs reconnus dans ce domaine. Il est impossible de savoir quand et où a été créée cette carte, cependant, elle a été publiée en 2018 dans le numéro 7, volume 3 de la revue Agronomie et Botanique - revue de recherche spécialisée de ces questions. Richard Toms est malheureusement décédé le 8 août 2019 d'une crise cardiaque. Les trois chercheurs ont créé eux-mêmes la carte afin de permettre la visualisation de leurs résultats de recherche. 5. Qui est (sont) le(s) propriétaire(s) de l'image ? 6. Quels droits exacts qui ont été cédés au(x) propriétaire(s) de l'image ? 7. Qui sont les personnes représentées sur l'image ? 8. Une cession de droit à l'image a-t-elle été signée ? En fouillant dans les conditions de publication de la revue, Mourad Diallo a constaté que la revue Agronomie et Botanique était la propriétaire des droits sur l'article et les documents associés pour une durée de 3 ans. Pour publier dans ses colonnes, la revue Agronomie et Botanique demande aux chercheurs de lui céder leurs droits patrimoniaux exclusifs (droit de reproduction et droit de représentation) sur l'article et les documents produits pour une durée de 3 ans. Il n'y a pas de personne représentée sur l'image. Il n'y a pas de personne représentée sur l'image. 9. A qui appartient le(s) bien(s) représenté(s) sur l'image ? 10. Qui est (sont) le(s) créateur(s) du bien ? 11. Y a-t-il eu un contrat de cession de l'image sur le(s) bien(s) négocié ? 12. Le(s) propriétaire(s) du(es) bien(s) exploite-t-il déjà commercialement l'image de celui-ci ? Il n'y a pas de bien représenté sur l'image. Il n'y a pas de bien représenté sur l'image. Il n'y a pas de bien représenté sur l'image. Il n'y a pas de bien représenté sur l'image. 13. Sous quelle licence de la propriété intellectuelle l'image est-elle placée ? En consultant les conditions de réutilisation de la revue Agronomie et Botanique, Mourad Diallo a constaté que tous les articles publiés dans la revue étaient placés sous Copyright. Une étudiante, Karine Lemercier, prépare sa thèse sur la mise en place du tourisme après l'ouverture du droit aux congés payés en 1936. Pour cela, elle souhaite utiliser une affiche publicitaire produite par l'un des principaux acteurs touristiques de l'époque, Bertille. Elle compte illustrer un article de recherche qu'elle publiera à la fin de l'année 2020 avec cette image. En a-t-elle le droit ? Sherlock Holmes a eu besoin des informations suivantes pour résoudre l'énigme : 1-2-3-4-5-6 soit 6 points. Si l'équipe a eu besoin de moins de 7 points pour répondre à cette question, alors elle gagne cette manche. Les auteurs de cette affiche sont deux sérigraphes reconnus de l'époque (Réponse à la question 1), qui sont morts respectivement en 1946 et 1948. Au moment de la publication de l'article (2020), ces artistes sont donc morts depuis plus de 70 ans (Réponse à la question 3). L'affiche est donc sous domaine public. Le premier propriétaire et exploitant de l'œuvre a été la société de tourisme Bertille (Réponse aux questions 4, 5 et 6), mais l'affiche a été revendue à la Bibliothèque nationale de France en 1987. Cependant, la bibliothèque nationale de France ne dispose pas des droits patrimoniaux de ce document, qui est sous domaine public. Elle n'a pas ailleurs fourni aucune copie de ce document qui justifierait (ou non ?) l'ouverture de nouveaux droits de la propriété intellectuelle. En conséquence, Karine Lemercier est libre d'utiliser sa photographie de l'œuvre dans son article de recherche pour illustrer ses propos. 1. Qui est (sont le(s) auteur(s) de l'image ? 2. Quand et où ont été faite(s) ce(s) image(s) ? 3. Le(s) auteur(s) de cette image sont-ils morts ? 4. Dans quelles circonstances l'image a-t-elle été créée ? Les auteurs de cette affiche sont deux artistes de l'époque : Guy Larmeni et Jean Sorin. Tous deux ont mené de brillantes carrières de sérigraphes entre les années 20 et les années 40. Karine Lemercier a pu effectuer grâce à son propre matériel photographique une reproduction de celle-ci lors de son dernier passage à la Bibliothèque nationale de France. L'affiche a été pour la première fois diffusée dans Paris par un acteur pionnier du tourisme nommé Bertille à Paris le 5 juin 1937 afin d'inciter les parisiens à se rendre au bassin d'Arcachon pour passer leurs premiers congés payés. Guy Larmeni a été fusillé le 10 mai 1946 au sortir de la guerre pour collaboration avec l'ennemi. Jean Sorin, lui, n'a pas eu d'activités militaires durant la guerre, car trop âgé. Il meurt le 6 janvier 1948 d'un accident de la route. Les deux artistes ont créé cette affiche à la demande d'une des sociétés pionnières du tourisme de l'époque, Bertille. 5. Qui est (sont) le(s) propriétaire(s) de l'image ? 6. Quels droits exacts qui ont été cédés au(x) propriétaire(s) de l'image ? 7. Qui sont les personnes représentées sur l'image ? 8. Une cession de droit à l'image a-t-elle été signée ? L'actuelle propriétaire du document est la Bibliothèque nationale de France, qui a acheté ce document à une vente aux enchères le 10 mars 1987. Les artistes avaient cédé leurs droits patrimoniaux à Bertille pour une exploitation commerciale de l'œuvre. La BNF, en achetant la propriété du document, ne dispose d'aucun droit de propriété intellectuelle sur celui-ci. La personne représentée sur cette image est une pin-up que les dessinateurs ont créée en lui donnant certains traits d'une des starlettes de l'époque, Marilyn Johnson. Aucune cession du droit à l'image n'a été signée. 9. A qui appartient le(s) bien(s) représenté(s) sur l'image ? 10. Qui est (sont) le(s) créateur(s) du bien ? 11. Y a-t-il eu un contrat de cession de l'image sur le(s) bien(s) négocié ? 12. Le(s) propriétaire(s) du(es) bien(s) exploite-t-il déjà commercialement l'image de celui-ci ? Il n'y a pas de bien représenté sur cette image. Il n'y a pas de bien représenté sur cette image. Il n'y a pas de bien représenté sur cette image. Il n'y a pas de bien représenté sur cette image. 13. Sous quelle licence de la propriété intellectuelle l'image est-elle placée ? L'affiche a été, à l'époque, soumise au droit français usuel de la propriété intellectuelle, l'équivalent du Copyright américain. Deux doctorants, Idriss Boumedja et Adelaïde Calaine, participent en 2020 à l'organisation de la Fête de la science pour le compte de l'université à laquelle est rattaché leur laboratoire DELIC. À cette occasion, ils souhaitent réutiliser une photographie d'une dizaine de personnes - dont des enfants - qui avaient participé à une des animations proposées lors de l'édition 2019 dans un but de communication. En ont-ils le droit ? Sherlock Holmes a eu besoin des informations suivantes pour résoudre l'énigme : 1-2-4-5, soit 4 points. Si l'équipe a eu besoin de moins de 5 points pour répondre à cette question, alors elle gagne cette manche. L'auteur de cette image est Adelaïde Calaine, une des organisatrices de la prochaine session 2020 de la Fête de la Science. (Réponse à la question 1) Elle est également la propriétaire de l'image, et dispose à cet égard de tous les droits d'auteur liés à celle-ci. (Réponse à la question 5). L'analyse du contexte de prise de la photographie (Réponses aux questions 2 et 4) permet de savoir que cette dernière a été prise dans un lieu public ouvert à tous. La photographie montre un groupe de personnes - sans qu'un zoom particulier n'ait été fait sur l'une d'elle en particulier. Adelaïde Calaine n'a donc pas à se soucier du droit à l'image de ces personnes, considéré comme accordé d'office de par ses caractéristiques. Elle n'a pas non plus à se soucier du droit des biens, car l'université est vue de manière très partielle en arrière-plan de l'image. En conséquence, Adelaïde Calaine et Idriss Boumedja sont totalement libres d'utiliser cette photographie dans leur communication pour la prochaine session de la Fête de la Science en 2020. 1. Qui est (sont le(s) auteur(s) de l'image ? 2. Quand et où ont été faite(s) ce(s) image(s) ? 3. Le(s) auteur(s) de cette image sont-ils morts ? 4. Dans quelles circonstances l'image a-t-elle été créée ? L'auteur de cette image est Adelaïde Calaine qui a pris elle-même cette photographie avec son propre appareil pendant que son collègue Idriss Boumedja animait l'atelier. Cette photographie a été prise lors de la précédente session de la Fête de la Science, en novembre 2019. Idriss Boumedja et Adelaïde Calaine sont tous les deux bien vivants, et prêts à organiser la session 2020 de la Fête de la Science ! Alors qu'Idriss Boumedja animait un atelier avec les personnes et les enfants présents, sa collègue Adelaïde Calaine s'est mise un peu à l'écart et a pris une série de photographies - dont cette dernière. . 5. Qui est (sont) le(s) propriétaire(s) de l'image ? 6. Quels droits exacts qui ont été cédés au(x) propriétaire(s) de l'image ? 7. Qui sont les personnes représentées sur l'image ? 8. Une cession de droit à l'image a-t-elle été signée ? La propriétaire de l'image est Adelaïde Calaine. Adelaïde Calaine dispose de tous les droits d'auteur sur cette image. La photographie, en plus d'Idriss Boumedja, comporte une quinzaine de personnes parmi le public venu nombreux à cet évènement. Parmi eux, Adelaïde Calaine a vaguement reconnu Monsieur Descords, professeur de droit à l'Université, mais elle ne connait aucune des autres personnes présentes. Il y a aussi des enfants sur la photographie. Adelaïde Calaine n'a fait signer aucune cession de droit à l'image. 9. A qui appartient le(s) bien(s) représenté(s) sur l'image ? 10. Qui est (sont) le(s) créateur(s) du bien ? 11. Y a-t-il eu un contrat de cession de l'image sur le(s) bien(s) négocié ? 12. Le(s) propriétaire(s) du(es) bien(s) exploite-t-il déjà commercialement l'image de celui-ci ? La photographie a été prise dans les locaux de l'université. En arrière-fond, on aperçoit des biens de l'université, comme les écrans dynamiques. L'Université a été construite en 2002 par Marcel Ducia-Dupont. Aucun contrat de cession de droit à l'image n'a été négocié pour le bien. L'image de l'université n'est pas exploitée commercialement. 13. Sous quelle licence de la propriété intellectuelle l'image est-elle placée ? Adelaïde Calaine a décidé de placer cette image sous licence Créative Commons BY. Une chercheuse, Fatou N'Diabi, participe au Comité des Œuvres sociales (Cos) de l'Université. Elle a eu pour charge de superviser un groupe de travail pour l'organisation de la session 2020 de la Fête de la Musique. À cette occasion, elle a fait venir plusieurs groupes de musique, dont les Adiba, groupe de Zouk et de Béguine. Fatou N'Diabi souhaite utiliser la photographie en gros plan du chanteur du groupe afin de la réutiliser pour le rapport d'activités du Cos qui serait diffusé sur le site Web de l'Université. En a-t-elle le droit ? Sherlock Holmes a eu besoin des informations suivantes pour résoudre l'énigme : 1-2-4-7-8, soit 5 points. Si 'équipe a eu besoin de moins de 6 points pour répondre à cette question, alors elle gagne cette manche. L'auteur de cette image est Fatou N'Diabi, l'organisatrice de l'évènement (Réponse à la question 1). Le contexte de la prise de cette photographie (Réponses à la question 2 et 4) indique que ce groupe a été invité pour venir jouer lors de la Fête de la Musique organisée à l'Université et qu'un contrat de prestation en bon et due forme a été conclu avec eux, avec une rémunération de 8 000 € à la clé. Pourtant, cela ne garantit aucunement du droit de disposer de leur image en gros plan lors de cet évènement, et ce même si celui-ci a été organisé dans un lieu public. Néanmoins, la personne représentée sur la photographie, Félix Latourbé (Réponse à la question 7) a signé ainsi que l'ensemble des membres de son groupe, un contrat de cession de droit à l'image pour cette prestation en particulier (Réponse à la question 8). Fatou N'Diabi a donc tout à fait le droit d'utiliser cette image pour son rapport de l'évènement diffusé de manière publique sur le site Web de l'Université. 1. Qui est (sont le(s) auteur(s) de l'image ? 2. Quand et où ont été faite(s) ce(s) image(s) ? 3. Le(s) auteur(s) de cette image sont-ils morts ? 4. Dans quelles circonstances l'image a-t-elle été créée ? L'auteur de cette image est Fatou N'Diabi, qui a pris elle-même cette photographie lors du concert du groupe Adiba. Cette photographie a été prise le 21 juin 2020, lors de la Fête de la Musique organisée à l'Université. Fatou N'Diabi est toujours bien vivante, et compte bien présenter un bilan réussi de l'évènement qu'elle et ses collègues ont organisé ! Le Cos a fait venir le groupe Adiba pour la session 2020 de la musique. Ils leur ont fait signer un contrat de prestation pour le concert donné dans l'université à destination du personnel et des étudiants. Le groupe a été payé 8 000 € pour cette prestation de 2 h 30. 5. Qui est (sont) le(s) propriétaire(s) de l'image ? 6. Quels droits exacts qui ont été cédés au(x) propriétaire(s) de l'image ? 7. Qui sont les personnes représentées sur l'image ? 8. Une cession de droit à l'image a-t-elle été signée ? La propriétaire de l'image est Fatou N'Diabi. Fatou N'Diabi dispose de tous les droits d'auteur sur cette image. La personne représentée sur cette image est Félix Latourbé, le chanteur du groupe Adiba. Fatou N'Diabi a fait signer, en plus du contrat de prestation, un contrat de cession de droit à l'image à tous les chanteurs et musiciens du groupe Adiba invités. 9. A qui appartient le(s) bien(s) représenté(s) sur l'image ? 10. Qui est (sont) le(s) créateur(s) du bien ? 11. Y a-t-il eu un contrat de cession de l'image sur le(s) bien(s) négocié ? 12. Le(s) propriétaire(s) du(es) bien(s) exploite-t-il déjà commercialement l'image de celui-ci ? Aucun bien n'est représenté sur cette image. Aucun bien n'est représenté sur cette image. Aucun bien n'est représenté sur cette image. Aucun bien n'est représenté sur cette image. 13. Sous quelle licence de la propriété intellectuelle l'image est-elle placée ? Fatou N'Diabi souhaite diffuser cette image sous licence Créative Commons BY. Un doctorant en Histoire de l'art, Romual Pingué, souhaite effectuer une présentation à un colloque organisé en juin 2020 sur l'art dans l'espace public. Ce colloque sera notamment suivi de l'écriture d'actes de colloque diffusés en open Access sur le Web. Pour cela, il souhaite utiliser une photographie d'un objet d'art urbain qui se trouve sur la place centrale de sa propre ville. En a-t-il le droit ? Sherlock Holmes a eu besoin des informations suivantes pour résoudre l'énigme : 1-2-4-5-9-10-11-12, soit 8 points. Si l'équipe a eu besoin de moins de 9 points pour répondre à cette question, alors elle gagne cette manche. L'auteur de cette image est Romual Pingué (Réponse à la question 1). Il est également propriétaire de cette image (Réponse à la question 5). Il est donc titulaire de tous les droits d'auteur liés à cette image. Cependant, l'analyse du contexte permet de comprendre qu'il n'a demandé aucune permission pour prendre en photographie l'œuvre d'art dans l'espace public en gros plan (Réponse aux questions 2 et 4). Le propriétaire de cette œuvre est la municipalité (Réponse à la question 9). La réutilisation de cette photographie par Romual Pingué ne semble pas pouvoir générer de dommages collatéraux pour elle, puisqu'elle ne commercialise pour l'instant pas de cartes postales ou autres goodies à partir de l'œuvre d'art, et ne semble pas pouvoir causer des troubles anormaux puisque cela va dans leur sens de communication. (Réponse à la question 12). En revanche, l'œuvre d'art elle-même est toujours sous droit d'auteur puisqu'elle a été créée en 2016 par Samuel Edégar (Réponse à la question 10), et qu'à ce titre, elle est protégée pendant 70 ans après la mort de l'artiste. Or, l'œuvre d'art est l'objet exclusif de la photographie, et aucun contrat de cession du droit à l'image n'a été négocié (Réponse à la question 11). En l'état, Romual Pingué n'a donc pas le droit d'exploiter cette photographie. Il peut en revanche contacter l'artiste pour lui demander, si possible gracieusement, le drout d' utiliser sa photographie dans le cadre d'un colloque et d'une publication. 1. Qui est (sont le(s) auteur(s) de l'image ? 2. Quand et où ont été faite(s) ce(s) image(s) ? 3. Le(s) auteur(s) de cette image sont-ils morts ? 4. Dans quelles circonstances l'image a-t-elle été créée ? L'auteur de cette image est Romual Pingué. Cette photographie a été prise le 19 mai 2019 sur la place centrale de la ville. Romual Pingué est toujours bien vivant, et prêt à briller lors de sa présentation au colloque ! Romual Pingué s'est simplement rendu sur la place publique de sa ville, et a pris la photographie en centrant bien sur l'œuvre d'art afin que celle-ci soit bien visible. 5. Qui est (sont) le(s) propriétaire(s) de l'image ? 6. Quels droits exacts qui ont été cédés au(x) propriétaire(s) de l'image ? 7. Qui sont les personnes représentées sur l'image ? 8. Une cession de droit à l'image a-t-elle été signée ? Le propriétaire de l'image est Romual Pingué. Romual Pingué dispose de tous les droits d'auteur sur cette image. Aucune personne n'est représentée sur cette image. Aucune personne n'est représentée sur cette image. 9. A qui appartient le(s) bien(s) représenté(s) sur l'image ? 10. Qui est (sont) le(s) créateur(s) du bien ? 11. Y a-t-il eu un contrat de cession de l'image sur le(s) bien(s) négocié ? 12. Le(s) propriétaire(s) du(es) bien(s) exploite-t-il déjà commercialement l'image de celui-ci ? Le propriétaire de l'œuvre d'art est la municipalité de la ville, qui a déboursé une somme de 30 000 € afin de l'acquérir. L'artiste de rang international qui a créé cette œuvre d'art est Samuel Edégar. Il a érigé ce monument le 10 août 2016, et ce dernier a été inauguré par la municipalité le 25 octobre 2016. Il n'y a eu aucun contrat de cession de l'image négocié ni avec la municipalité, ni avec Samuel Edégar. Pour l'instant, la municipalité ne commercialise pas de cartes postales de l'œuvre, ni d'autres goodies. Mais elle espère pouvoir lancer une campagne de communication bientôt qui pourra faire connaitre l'œuvre d'art. 13. Sous quelle licence de la propriété intellectuelle l'image est-elle placée ? Romual Pingué souhaiterait diffuser cette photographie sous licence Créative Commons BY NC SA. Un directeur de bibliothèque, Hervé Maillard, souhaite utiliser une photographie de la nouvelle extension de la bibliothèque universitaire qu'il dirige et qui vient d'être inaugurée en 2019 afin que celle-ci figure dans un guide imprimé des plus belles bibliothèques de France. En a-t-il le droit ? Sherlock Holmes a eu besoin des informations suivantes pour résoudre l'énigme : 1-2-4-5-6-9-10-11, soit 8 points. Si l'équipe a eu besoin de moins de 9 points pour répondre à cette question, alors elle remporte la manche. L'auteur de cette image est le photographe professionnel André Yvon (Réponse à la question 1), qui a pris ces photographies dans un cadre professionnel (Réponse aux questions 2 et 4). Il a revendu ces dernières et les droits patrimoniaux qui y étaient liés à l'Université, et par délégation à la bibliothèque (Réponses aux questions 5 et 6), qui en est donc la propriétaire. Pour autant, elle n'est pas propriétaire de l'image du bien acquis. L'architecte qui a créé l'extension de la bibliothèque est François Framboisier (Réponse à la question 10). Un contrat de droit de cession à l'image a bien été signé avec lui pour la gestion de l'image de l'extension de la bibliothèque (Réponse à la question 11) En conséquence, l'université - et par délégation la direction de la bibliothèque - est libre d'utiliser cette photographie et de la faire figurer dans un guide imprimé. 1. Qui est (sont le(s) auteur(s) de l'image ? 2. Quand et où ont été faite(s) ce(s) image(s) ? 3. Le(s) auteur(s) de cette image sont-ils morts ? 4. Dans quelles circonstances l'image a-t-elle été créée ? L'auteur de cette image est le photographe professionnel André Yvon. Cette photographie a été prise le 26 juin 2019 sur place. André Yvon est toujours bien vivant et actif dans le milieu de la photographie André Yvon a été embauché par la direction de la bibliothèque pour réaliser une séance de shooting trois mois après l'inauguration de la nouvelle extension. Il a réalisé plusieurs prises de vue : de jour, de nuit, depuis l'intérieur du bâtiment, et en vue du ciel, et a livré un ensemble de 40 photographies sélectionnées par ses soins. Il a été payé 10 000 € pour ce travail, moyennant un contrat de prestation. 5. Qui est (sont) le(s) propriétaire(s) de l'image ? 6. Quels droits exacts qui ont été cédés au(x) propriétaire(s) de l'image ? 7. Qui sont les personnes représentées sur l'image ? 8. Une cession de droit à l'image a-t-elle été signée ? Le propriétaire de l'image est l'Université qui a embauché le photographe - et par délégation, la direction de la bibliothèque. André Yvon a cédé à l'Université ses droits de reproduction et de représentation à titre non exclusif. Aucune personne n'est représentée sur cette image. Aucune personne n'est représentée sur cette image. 9. A qui appartient le(s) bien(s) représenté(s) sur l'image ? 10. Qui est (sont) le(s) créateur(s) du bien ? 11. Y a-t-il eu un contrat de cession de l'image sur le(s) bien(s) négocié ? 12. Le(s) propriétaire(s) du(es) bien(s) exploite-t-il déjà commercialement l'image de celui-ci ? Le propriétaire de l'extension de la bibliothèque est l'université de tutelle de celle-ci. L'extension de la bibliothèque a été créée par l'architecte François Framboisier. C'était sa première incursion dans le domaine des bibliothèques, et cette extension a pu être créée en seulement 5 ans, de sa planification en 2014 à son inauguration en 2019. La bibliothèque -et à travers elle l'université - négocié avec l'architecte un contrat de cession de l'image de l'extension de la bibliothèque. L'Université n'exploite pas commercialement l'image de sa bibliothèque. 13. Sous quelle licence de la propriété intellectuelle l'image est-elle placée ? Toutes les photographies de l'extension de la bibliothèque réalisées par le photographe André Yvon ont été placées sous droit d'auteur français - l'équivalent du Copyright américain. Les chercheuse Rebecca Joly et Katarina Robins organisent pour le compte de l'Association pour la recherche en Histoire ancienne un congrès d'histoire à Athènes les 26, 27 et 28 août 2019. Au cours du congrès sont proposées différentes excursions sur les grands lieux de la Grèce antique. Un groupe de congressistes (ré)visite le Parthénon et se fait prendre en photographie devant celui-ci. Les deux chercheuses souhaiteraient utiliser cette photographie sur le site Web de l'Association, dont elles sont membres du Conseil d'administration. En ont-elles le droit ? Sherlock Holmes a eu besoin des informations suivantes pour résoudre l'énigme : 1-2-4-5-6-10, soit 7 points. Si l'équipe a eu besoin de moins de 8 points pour répondre à la question, alors elle remporte cette manche. L'auteur de cette photographie est le chercheur et membre de l'Association pour la recherche en Histoire ancienne Gilbert Francis (Réponse à la question 1). Il en a cédé les droits de manière informelle à l'Association pour la recherche en Histoire ancienne de manière officieuse, mais comme il fait partie de cette association et était missionnée par celle-ci sur l'organisation du congrès, on peut considérer que cette dernière en a les droits officiels (Réponse 5 et 6). Le contexte de prise de vue de cette photographie (Réponse aux questions 2 et 4) nous confirme que le cliché a été pris dans un lieu public. Les participants, pris en photographie en groupe, ne peuvent donc pas se prévaloir d'un éventuel droit à l'image. Le Parthénon a été construit pendant l'Antiquité (Réponse à la question 10) et son image est donc dorénavant dans le domaine public. Le propriétaire ne peut s'opposer à sa photographie, si ce n'est en justifiant d'un trouble anormal ou d'une volonté exclusive d'exploitation commerciale, ce qui ne semble pas être le cas de l'Etat d'Athènes (Réponse à la question 12). Rebecca Joly et Katarina Robins sont donc libres de diffuser cette image sur le site Web de l'Association pour la recherche en Histoire ancienne. 1. Qui est (sont le(s) auteur(s) de l'image ? 2. Quand et où ont été faite(s) ce(s) image(s) ? 3. Le(s) auteur(s) de cette image sont-ils morts ? 4. Dans quelles circonstances l'image a-t-elle été créée ? L'auteur de cette photographie est Gilbert Francis, un autre chercheur membre de l'Association pour la recherche en Histoire qui a participé à l'organisation du congrès aux côtés de Rebecca Joly et Katarina Robinsky. Cette photographie a été prise le 27 août 2019 devant le Parthénon. Gilbert Francis se porte bien, et continue ses recherches en Histoire ancienne. Dans le cadre du programme social du congrès, les participants ont été emmenés en bus redécouvrir le Parthénon. À la fin, Gilbert Francis les a invités à prendre la pause devant ce dernier afin d'immortaliser ce moment. 5. Qui est (sont) le(s) propriétaire(s) de l'image ? 6. Quels droits exacts qui ont été cédés au(x) propriétaire(s) de l'image ? 7. Qui sont les personnes représentées sur l'image ? 8. Une cession de droit à l'image a-t-elle été signée ? Le propriétaire de la photographie est Gilbert Francis, qui la met gracieusement à disposition de l'Association pour la recherche en Histoire ancienne. Aucun contrat de cession de droit n'a été signé. Gilbert Francis a cédé la photographie à l'Association pour la recherche en Histoire ancienne de manière orale en lui remettant sa clé USB. La photographie montre une trentaine de chercheurs en Histoire ancienne venus du monde entier pour assister au congrès. Aucune cession de droit à l'image des personnes n'a été signée. 9. A qui appartient le(s) bien(s) représenté(s) sur l'image ? 10. Qui est (sont) le(s) créateur(s) du bien ? 11. Y a-t-il eu un contrat de cession de l'image sur le(s) bien(s) négocié ? 12. Le(s) propriétaire(s) du(es) bien(s) exploite-t-il déjà commercialement l'image de celui-ci ? Le Parthénon appartient à l'Etat grec. Les architectes qui ont créé le Parthénon, édifié entre -447 et -438, sont à ce jour inconnus. Aucune cession du droit à l'image des biens n'a été signée. De nombreux souvenirs sont réalisés chaque année à l'image du Parthénon sans que l'Etat athénien n'y trouve à redire. 13. Sous quelle licence de la propriété intellectuelle l'image est-elle placée ? La licence sous laquelle se trouve la photographie est Créative Commons BY.

On fait le point sur la bibliométrie avec Manuella !

Marie Latour, Annaïg MahéJordy Le Bruchec, Bénédicte Sauvage

2020

+ info

SYNOPSIS : Bande-dessinée pédagogique permettant de former les doctorants et les chercheurs à la bibliométrie et à l'évaluation de la recherche sur un mode ludique.

Tirage en 150 exemplaires. Disponible librement et gratuitement sur l'archive Ouverte Zenodo.

9 043 vues6 966 téléchargements

Dura Lex Sed Lex

Marie Latour, Rose-Marie BorgèsBénédicte Sauvage, Lilian Chevalier

2021

+ info

SYNOPSIS : Jeu de plateau et son adaptation numérique permettant aux étudiants d'apprendre les droits liés à la réutilisation d'une image dans une contexte académique (droit d'auteur, droit à l'image, etc.)

Tirage en 1 exemplaire imprimé. Existe en version numérique. Disponible librement et gratuitement sur l'Archive Ouverte Zenodo.

3 199 vues619 téléchargements

Reste en veille !

Marie Latour, Bénédicte Sauvage

2022

SYNOPSIS : Jeu de plateau permettant aux étudiant(e)s de se familiariser avec les méthodes de veille documentaire, et d'apprendre les outils à utiliser dans ce cadre.

Tirage en 1 exemplaire. Disponible librement et gratuitement sur l'Archive Ouverte Zenodo.

Bande-dessinéeBonne réception en GuyaneSupport de coursDiffusion importante en métropole

01

Jeu Dura Lex Sed LexUtilisation en cours en Guyane et en métropoleDiffusion en cours

02

Jeu "Dura Lex Sed Lex"Diffusion large en coursEcriture d'un article à venir

03

Jeu "Reste en veille !"Diffusion à venirEcriture d'un article à venir

05

"Pédagogie ludique"

Réponse à l'appel à projets 2019 du GIS URFIST

Réponse à l'appel à projets 2019 du GIS URFIST

LOREM IPSUM DOLOR SIT

LOREM IPSUM DOLOR SIT

LOREM IPSUM DOLOR SIT

LOREM IPSUM DOLOR SIT

Données de la recherche

Bande-dessinée

Bibliométrie

Jeu de plateau

Données de la recherche

Jeu de plateau

1

2

3

"Pédagogie ludique"

Réponse à l'appel à projets 2019 du GIS URFIST

3

2

1

4

Des questions ?

THANKS!