Want to make creations as awesome as this one?

More creations to inspire you

Transcript

Nous sommes le mardi 12 juin 1440...

Dame Bernadette, la jeune comtesse de Noblecœur vient d'être assassinée.

Alertée par Sylvette, la vieille servante, c'est Mathilde qui a découvert sa sœur pendue dans sa chambre. Elle a voulu cacher cet affreux péché pour l'enterrer en terre consacrée, en toute discrétion.
Mais, le prètre

Dimanche passé, dame Bernadette, la jeune comtesse de Noblecœur est bruquement décédée.

Alertée par Sylvette, la vieille servante, c'est Mathilde qui a découvert sa sœur pendue dans
sa chambre. Elle a voulu cacher cet affreux péché pour l'enterrer en terre consacrée.

Mais, le prètre a remarqué des traces suspectes sur la robe de la jeune femme et sa conclusion
est formelle : Dame Bernadette a été assassinée !

Le bailli Arménide de Pontsouillac, en charge de cette enquête
à besoin de votre aide pour résoudre cette énigme :

Saurez-vous l'aider ?

Aymeric

Écuyer de Griffauges

Dame Mathilde de Noblecoeur,

Sœur de la défunte et comtesse puinée


Petit Pierre,

Palefrenier de dame Bernadette

Sire Géraud,

Baron de Griffauges

Arménide de Pontsouillac,

Bailli sénéchal en charge de l'enquête

Guillemette Bonpain,

boulangère à St Arnulphe

Zafira,

la soi-disant sorcière

Sylvette Trouvé,

la servante de Bernadette

Aymeric Montalbert,

l'écuyer de Griffauges

Oui, bon, vous n'êtes pas obligés de cliquer n'importe où ! Alors, un peu de concentration, je vous prie.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Proin urna leo, porta at porta et, venenatis nec dui. Pellentesque molestie viverra fermentum. Pellentesque vitae turpis vel quam feugiat ornare.

12h35 - Chambre de Bernadette :

C'est ici que dame Bernadette a été retrouvée pendue.

11h50 - Terrasse Sud :

C'est ici que Sylvette a servi tisanes à dame Mathilde et sa jeune sœur Bernadette.

11h55 - Pré du manoir :

C'est ici que Aymeric entrainait Bel Horizon, le cheval du baron de Griffauges et discuté avec petit Pierre

12h05 > 12h33 - Étable du manoir :

C'est ici que Dame Mathilde a rejoint petit Pierre pour une histoire de foin

12h00 - Porte sud du manoir :

C'est ici que Guillemette Bonpain a livré ses galettes à midi sonnantes.

10h00 > 13h45 - Cour du manoir :

Ici est une vache. Elle s'appelle Marguerite, mais n'a rien à voir avec notre affaire, ne la dérangeons point.

11h50 > 12h04 - Terrasse Sud :

C'est ici que dame Mathilde a dégusté tisane de camomille avec sa jeune sœur Bernadette.

11h50 > 12h12 - Terrasse Sud :

C'est ici que dame Bernadette a déjeuné de tisane et galettes, avant que de s'enfuir dans sa chambre.

Village de St Arnulphe sur Bousin

Observez le plan pour y situer les différents personnages

de notre histoire et interrogez les suspects.

Située sur les contreforts du mont Tarluche, dans la vallée de la Bouse, le petit village de St Arnulphe sur Bousin compte 243 âmes (et 18 vaches).
Anciennement administré par le Comte de Noblecœur, il est passé, à la mort de ce dernier, sous la gouverne du baron de Griffauges, par édit royal.

C'est en ces lieux, à l'écart du village, que Marion officie dans une discrétion toute relative. Si les femmes du village ne l'apprécient guère, heureusement les hommes ne se montrent pas aussi sectaires.
Soucieux de la tranquillité de son fief, le baron lui fera prochainement édifier un bordeau en lieu et place de la cabane du puisatier.

C'est dans la petite église de Saint Arnulphe que le père Anselme gère ses ouailles et les confesse. C'est lui qui a découvert la vérité sur ce terrible drame et fait convoquer son ami, Arménide le bailli.

La forêt des Malvoisins, comme chacun sait, est peuplée de démons et de mauvais esprits. Sombre et inaccessible, il ne fait pas bon s'y risquer sans un guide expérimenté, au risque de se faire dévorer par quelque bête sauvage.

L’étang de molle-friture est le paradis des fées et des elfes. Propriété des Noble cœur depuis 1122, elle a failli, après le décès du Comte Thibert, passer aux mains du baron de Griffauges, mais dame Mathilde s’y est violemment opposé..

Sise la maison du prévôt, le cachot est un remède efficace contre les marauds et malandrins qui perturbent la tranquillité de St Arnulphe. C’est le prévôt qui gère la basse justice mais, si le drame est trop important, il faut faire appel à la justice royale, incarnée par le bailli-sénéchal..

La taverne est un lieu de perdition où ribauds et manants viennent abuser de breuvages illicites au lieu de rendre gloire à Dieu et le père Anselme aimerait faire murer cet espace de débauche.

Située à plus de 50 lieues, Issoudun reste la cité la plus proche de St Arnulphe. Cependant, il faut parfois plusieurs jours de marche pour s’y rendre et se méfier des nombreux brigands qui infestent le chemin.

Audition de dame Mathilde :

Dame Mathilde

La comtesse est très affectée par le décès de sa jeune sœur. Elle ne comprend pas ce chagrin qui la tourmentait depuis trois lunes et encore moins qu’elle ait pu mettre fin à ses jours. Celle-ci se plaignait de son embompoint mais est-ce une raison pour se donner la mort ? Elle soupçonne qu'il y a là tout autre motif et espérait en apprendre davantage, ce dimanche, quand elle l'a rejointe en son manoir où elles ont dégusté tisanes et galettes sur la terrasse sud.
Hélas, conviée par petit Pierre qui l'appelait aux étables, elle n'a pu déjeuner. Et quand elle est revenue, une demi-heure après, elle n'a pu que constater le drame : sa sœur s'était pendue.
Depuis, Mathilde est désespérée.

soeur de la défunte

Mathilde a donné un écu d'or à ses serviteurs pour qu'il taisent ce suicide

qui est péché devant l’Éternel, mais depuis ce jour le tourment la hante

et elle ne cesse de prier, pour le salut de sa sœur,

dans la petite chapelle de St Arnulphe.

Audition de petit Pierre :

Ce jeune paysan (16 ans) a été recueilli par dame Bernadette, après le siège d’Orléans où toute sa famille a été décimée. Depuis, il officie au manoir comme homme à tout faire. Il avait appelé dame Mathilde aux étables parce qu’Aymeric lui avait dit "qu"y avait p'us de foin pour les bêtes" et qu’il fallait commander du fourrage", mais à la réflexion, il s’était trompé dans le calendrier, il est tellement "cerveau lent".
Oui, c’est lui qui a "dépondue" la jeune comtesse et constaté qu’elle était "bin plus lourde, morte que vivante." Ce faisant, il a bien remarqué des traces sur le parquet mais, il jure que les tâches près de la fenêtre, ce n’est pas lui, il n’a pas été jusque-là.

Il a vu Aymeric repartir par la face nord du manoir, mais "c’est cause qu’il allait trousser la Manon". Et il n'a "rin d'autre à dire".

Petit-Pierre

Palefrenier au manoir

Lui aussi aimerait bien trousser la Manon ("Tout le monde y a passé dessus),

mais la catin ne veut pas, prétextant qu'il est trop jeune et

petit Pierre doit se contenter de sa vache.

Sylvette

Servante au manoir

Audition de Sylvette :

Vieille femme d’une soixantaine d’années, elle est un peu sourde. Et quelque peu acariâtre. Elle estime que dame Bernadette n’était pas toujours gentille et qu’elle aurait pu mourir proprement. "Mais, non, il a fallu qu’elle vomisse sur sa robe".
Oui, elle a servi tisanes et galettes aux comtesses sur la terrasse sud et tandis que dame Mathilde suivait le petit Pierre aux étables, elle affirme avoir débarrassé la table et jeté les restes au chien.
Elle trouve que dame Bernadette a trop tergiversé quand sire Géraud lui faisait la cour et voulait la marier. À sa place, elle n’aurait pas hésité.
Elle pense qu’il y là, maléfices de la sorcière et qu’il faudrait aller voir chez cette vieille folle qui habite une chaumière au fond des bois. Depuis que Bernadette est allée la visiter, à la dernière lune rousse, elle en est revenue toute tourneboulée.

C'est elle qui a découvert dame Bernadette pendue dans sa chambre

et appelé petit Pierre pour qu'il la décroche. Ce rustaud a sali son parquet avec ses souliers crottés et jusqu'à la fenêtre qu'il avait laissé ouverte.

Aymeric

Écuyer de Griffauges

Audition de Aymeric :

Pour Aymeric, Petit Pierre est un nigaud qui comprend tout de travers. Il lui a dit que "Vif-Horizon faisait tellement de foin qu’il le rendait fou de rage". Oui, il entraînait l'étalon de sire Géraud dans le pré voisin et s’il est parti par la face nord c’est qu’il allait conter fleurette à la douce Marion, mais, nul n’étant informé de leur idylle, il préférait que ceci ne s’ébruite point, "son honneur est en jeu".
C’est lui qui a récupéré la sorcière d’entre les mains du bourreau et il avoue en être un peu jaloux car "cette vieille chouette accapare son bon maître et son seigneur le néglige". Il ne supporte pas que sire Géraud lui ait fait installer une officine dans les caves du château quand il lui refuse toujours la réfection des écuries. Selon lui, les soi-disant philtres d'amour de la sorcière ne sont que des remèdes de bonnes femmes et de ridicules superstitions.

L’écuyer est bougrement fort et d’un physique fort avenant.

Certes, il tourne les têtes à toutes les filles du village mais,

il n’a d’yeux que pour sa dulcinée, la doulce Madelon.

Guillemette Bonpain

Boulangère à St Arnulphe

Audition de Guillemette :

Chaque dimanche, Guillemette Bonpain livre ses galettes au manoir à midi sonnantes, c’est une femme très ponctuelle. Pourtant, ce jour-là, elle a failli être en retard à cause de la sorcière qu’elle soupçonnait de la voler, mais, son mari a réglé l’affaire en la faisant jeter au cachot.
Non, elle n’a pas vu dame Bernadette, c’est toujours la vieille Sylvette qui réceptionne les marchandises. Elle compatit pour la jeune comtesse qui, "depuis la dernière lune rousse, était tellement tourneboulée, qu’elle ne venait même plus à l’église"
Elle a bien son avis sur la question : elle a aperçu, il y a trois mois de cela, le sire Géraud qui l’entreprenait dans le prieuré. Et ce n’était pas de l’amour courtois, elle s’y connait. Elle déteste ce maudit baron, mais elle apprécie son jeune écuyer. Las, celui-ci ne s’intéresse guère au sexe faible.

Guillemette reconnait que Zafira était innocente du vol dont elle l’a accusée.

Mais, cette vieille femme est bien trop laide pour être une créature de Dieu

et la boulangère ne serait pas surprise qu’elle ait maille à partir avec le Malin.

Sire Géraud

Baron de Griffauges

Audition de messire Géraud :

Sire Géraud est un noble seigneur et un homme de justice et de grande générosité. Il fait régulièrement des dons aux artisans et protège la soi-disant sorcière de la fureur des villageois. C’est lui qui a chargé Aymeric, (accusée à tort d'un vol à la boulangerie) de récupérer la vieille femme aux mains du bourreau et a fait quérir un médicastre pour la soigner au plus vite. C'est un humaniste.
Il lui a aussi fait installer une officine dans les caves de son château où elle lui enseigne la science des plantes à guérir. Et d’autres parfois plus radicales. Mais c’est qu’il a des affaires diplomatiques à régler : Il est protecteur du royaume et vassal de son bon roi Charles à qui il a fait serment d’allégeance.
Las, Bourgogne guerroyant encore contre le royaume, il a dû décliner le mariage ducal auquel il était promis avec dame Mahaut.

Sire Géraud n'apprécie guère ces insinuations quant à sa fréquentation de dame Bernadette : ce n'était qu'une jouvencelle et lui-même était d'ailleurs promis à un mariage avec la duchesse de Bourgogne. Que cette union n'ait pu se concrétiser ne justifie en rien ces immondes ragots.

Zafira, la sorcière

Guérisseuse et herboriste

Audition de Zafira :

La pauvre vieille est alitée et bien mal en point à cause du bourreau qui lui a brisé les os. La boulangère croyait qu’elle la volait quand elle faisait une offrande discrète pour le compte du sire Géraud. Fort heureusement, celui-ci l’a faite sortir du château et a dépêché un médicastre à son chevet qui va vite la guérir. Elle aime beaucoup le baron, son protecteur.
Non, elle n’est point sorcière, mais guérisseuse et herboriste et ces dames le savent bien qui viennent la visiter régulièrement à l’insu de leurs maris, telle Marion la catin, qui lui revient à chaque nouvelle lune.
Dame Bernadette elle-même, est venue lui mander conseil, mais il était trop tard : la lune rousse était passée et elle ne peut défaire ce que Dieu à crée.

C’est une femme très pieuse qu’on accuse injustement de tous les maléfices. Mais ce ne sont que superstitions d'un autre temps.

Zafira connait la science des simples et le pouvoir des plantes à guérir, mais les villageois incultes la tiennent pour une affreuse sorcière. Sans la protection du baron de Griffauges, elle aurait déjà été livrée aux flammes du bûcher.

Arménide de Pontsouillac (1400 - 1468)

Né le 13 mars 1400, Arménide était clerc de notaire à Beaulieu sur Charrette, dont la parentèle était seigneur du fief. Après de brillantes études à l’académie de Montpellier, il s’oriente vers la magistrature et devient bailli-sénéchal le 11 mai 1437.
Représentant légal de l'autorité de Charles VII, il a en charge de faire régner la haute justice sur l’ensemble du domaine royal. Ami fidèle du père Anselme, prêtre de St Arnulphe, pour qui il a déjà résolu nombreuses énigmes (voir : les enquêtes d’Arménide de Pontsouillac, livres 1 à 5) et c’est sur sa requête qu’il revient en ces lieux pour élucider l’étrange « Mystère de dame Bernadette »

Il a pour devise : "Le mensonge est une demi-vérité
destinée à préserver la tranquillité des esprits faibles."

Bien que conscient de sa noble naissance et sa supériorité intellectuelle, il ne néglige pas de faire aux petites gens pour résoudre ses épineuses affaires.


Caractérisé par son humanisme et sa grandeur d’âme, Arménide sait se montrer clément dans ses jugements. Mais faut pas pousser quand même !


Sceau royal de Charles VII alléguant des fonctions de justice de Arménide de Pontsouillac

L'un des (nombreux) outils de persuasion du bailli pour "faire advenir la vérité même aux âmes les plus réticentes".
Cette technique qui a pourtant fait ses preuves de longues décennies a malheureusement été abandonnée vers la fin de ce siècle...



...remplacée un peu trop promptement par la chaise à clous, tellement trop bruyante aux oreilles d'Arménide.