Want to make creations as awesome as this one?

Transcript

LA LéGALISATION DE L'interRuption volontaire de grossesse en 1975

01. Le Contexte

02. Le manifeste des 343

07. Albert Liogier

08. Le procès de Bobigny

04. Simone Veil

05. La loi Veil

Index

03. Les revendications féministes

06. Son discours

Jusqu'à 1975, l'avortement est donc un délit en France. Des milliers de femmes meurent alors chaque années des suites d'un avortement clandestin, tandis que les plus aisées vont avorter dans des cliniques britanniques ou néerleandaises.

Le Contexte

.01

Au début du xxe siècle, on estime à 500 000 le nombre d'avortements clandestins par an et à 300/an le nombre de décès maternels. Celles qui désirent se faire avorter font appel à des femmes dont c'est la spécialité, surnommées « faiseuses d'anges », parmi lesquelles les « tricoteuses », célèbres pour leurs aiguilles à tricoter, qu'elles utilisent pour percer la poche des eaux ou ouvrir le col de l'utérus, et entraîner une fausse-couche.

En 1942, sous le régime de Vichy où la devise officielle du Gouvernement est Travail, Famille, Patrie, l'avortement est déclaré crime contre la Sûreté de l'État, et passible, après jugement par des tribunaux d'exception, de la peine de mort. Marie-Louise Giraud, dite « la faiseuse d'anges », avorteuse pendant la Seconde Guerre mondiale, a été guillotinée par le régime de Vichy le 30 juillet 1943. À partir de la fin des années 1950, les mouvements de revendication des femmes pour légaliser l'avortement se multiplient.

Le Manifeste des 343

.02

Le manifeste des 343 est une pétition parue le 5 avril 1971 dans le magazine Le Nouvel Observateur, appelant à la légalisation de l'avortement en France, en raison notamment des risques médicaux provoqués par la clandestinité dans laquelle il est pratiqué. Selon le titre paru à la une du magazine, il s'agit de « la liste des 343 Françaises qui ont le courage de signer le manifeste Je me suis fait avorter », s'exposant ainsi à des poursuites pénales pouvant aller jusqu'à l'emprisonnement.
Parmi la liste des signataires, on trouve les actrices Catherine Deneuve et Jeanne Moreau, les écrivaines Marguerite Duras, Françoise Sagan et Simone de Beauvoir;
Le manifeste ouvre la voie à l'adoption, quatre ans après, de la loi Veil, qui dépénalise l'avortement, marquant ainsi une grande avancée dans les libertés accordées aux femmes.
Il est parfois nommé « manifeste des 343 salopes », en raison d'une caricature parue dans Charlie Hebdo.

.03

Les revendications féministes

Le Mouvement pour la liberté de l’avortement et de la contraception (MLAC) était une association française loi de 1901, créée en avril 1973 dans le but de légaliser l'interruption volontaire de grossesse (IVG) en France. Elle regroupait des militants du Planning familial, du Mouvement de libération des femmes et du Groupe information santé. Le mouvement a été dissout en février 1975 après le vote de la loi Veil autorisant l'IVG, l'objectif du mouvement ayant été atteint.

La MLAC (Mouvement pour la liberté de l'avortement et de la contraception)

Simone Veil

.04

Biographie

Née en 1927, réscapée d'Auschwitz, magistrate de formation, nommée ministre de la santé en 1974 sous le gouvernement de Valéry Giscard d'Estaing, elle défend contre une partie de son propre camp politique, la loi qui dépénalise l'avortement.

La loi Veil

.05

Sa loi est adoptée par l'Assemblée nationale ( qui ne compte que 13 femmes ), grâce au soutien de la gauche. Elle entre en vigueur en 1975 pour 5 ans à titre expérimental. (Elle est reconduite sans limite de temps par une loi du 31 décembre 1979 ), et autorise l'IVG ( Interuption volontaire de la grossesse) jusqu'à la dixième semaine, mais ne prévoit pas de remboursement pour les frais d'IVG par la sécurité sociale. ( Il faudra attendre 1982)

Son discours à l'Assemblée Nationale

.06

« C'est toujours un drame et cela restera toujours un drame »

.07

Le discours du député Albert Liogier

À partir de 1974, il est vice-président de la commission des affaires culturelles, familiales et sociales de l'assemblée nationale et député UDR de l’Ardèche. Il est un des opposants radicaux à la loi Veil sur l'interruption volontaire de grossesse, et vote d'ailleurs contre le texte final.

Ceci est un paragraphe prêt à contenirLLcréativité, expériences et histoires géniales.L

Lors de son discours devant l'Assemblée Nationale le 28 novembre 1974, Albert Liogier exprime son opposition à l'avortement en disant : "En France, pour l’instant – nous le savons bien – c’est Satan qui conduit le bal (nouvelles protestations à gauche). Et pour Satan, contraception et avortement ne sont que deux chapitres du
grand et même livre de la sexualité (mêmes mouvements).

.08

Le procès de Bobigny (1972)

Ceci est un paragraphe prêt à contenirLLcréativité, expériences et histoires géniales.L

En 1972, l'avocate Gisèle Halimi, signataire du manifeste des 343, défend Marie-Claire Chevalier, une jeune fille violée à 16 ans et dénoncée par son agresseur pour avoir avorté. Elle est relaxée.
L'avorteuse est condamnée à un an de prison avec sursis et la mère de Marie-Claire à 500 francs d'amende. (environ 100 euros).
De nombreuses personnalités interviennent comme témoins à la défense dans ce procès très médiatisé, qui offre une tribune aux partisans de la dépénalisation de l'avortement.

FIN