Want to make creations as awesome as this one?

Transcript

Analyser une
proposition subordonnée

Méthode pas

à
pas

Classe grammaticale et fonction

www.chocolatlitteraire.fr

Grammaire

commencer

Une proposition est un groupe verbal.

Elle est subordonnée lorsqu'elle est introduite par un mot subordonnant :
- une conjonction de subordination
- un pronom relatif.

La proposition subordonnée dépend d'une autre proposition appelée "proposition principale" : la proposition subordonnée ne peut pas être la seule proposition d'une phrase.

Comment repérer une proposition subordonnée ?

Les conjonctions de subordination :

que, lorsque, dès que, puisque, alors que, bien que, quand, si, comme,

Les pronoms relatifs:

qui, que, quoi, dont, où, lequel, duquel, auquel

CONTINUER

Pour pouvoir utiliser cette méthode, tu dois d'abord avoir repéré la proposition subordonnée que tu veux analyser. .

encadre le verbe principal et souligne son sujet

La proposition principale est celle dont dépend la proposition subordonnée.

CONTINUER

Observe Ta proposition subordonnée

- Elle est introduite par un pronom relatif

- Elle fait partie d'un groupe nominal

- Elle est introduite par une conjonction de subordination

- Elle dépend d'un verbe

Clique ici

Clique ici

C'est une proposition subordonnée relative

5

= c'est sa classe grammaticale

elle complète un nom : c'est une expansion du nom

On peut la supprimer mais pas la déplacer

J'ai vu un monstre

elle est introduite par un pronom relatif

Sa fonction : épithète du nom

( ou complément de l'antécédent )

J'ai vu un montre qui ne faisait pas peur du tout !

qui ne faisait pas peur du tout j' ai vu un montre

Accéder au schéma de synthèse

Je cherche la fonction de la subordonnée

Pour valider les tests, le groupe doit être déplacé et/ou supprimé sans changer le sens de la phrase.

Je ne peux pas la déplacer

LUI

Y

EN

LES

LE

LA

LEUR

C'est un complément de verbe

C'est un complément circonstanciel

Je ne peux pas la supprimer

C'est un pronom ou je peux la remplacer par un pronom.

Je peux la déplacer

Je peux la supprimer

Avant de continuer, Vérifie que le verbe principal n'est pas un verbe d'état

Le verbe principal n'est pas un verbe d'état

Le verbe principal est un verbe d'état

être

paraître

devenir

avoir l'air

passer pour

sembler

être considéré comme

rester

s'appeller = se nommer

demeurer

La fonction de la proposition est
Attribut du sujet

elle est introduite par un verbe d'ETAT

elle exprime une caractéristique du sujet

Analyser une autre proposition

la vérité est qu'il a échoué

l'essentiel demeure qu'il ait tenté sa chance !

c'est un complément essentiel du verbe

Découvrir la classe grammaticale exacte de la proposition

= elle est essentielle au verbe

Les verbes d'état sont aussi appelés " verbes attributifs" : être, paraître, avoir l'air, passer pour, être considéré comme, demeurer, rester, s'appeler.

A qui ?
A quoi ?

Cette proposition est un
complément d'objet

= elle est essentielle au verbe

COMPLEMENT D'OBJET INDIRECT

Analyser une autre proposition

Pour trouver la fonction exacte du complément d'obet, je pose les questions suivantes à partir du groupe " SUJET + Verbe principal "

DE qui ?
DE quoi ?

Attention aux pronoms COI : " je vous parle" = " je parle à vous".

En utilisant la formule "C'EST...QUE", on se rend compte que le pronom est COI

--> C'EST à vous QUE je parle.

qui ?
quoi ?

Attention aux pronoms COI : " je vous parle" = " je parle à vous".

En utilisant la formule "C'EST...QUE", on se rend compte que le pronom est COI

--> C'EST à vous QUE je parle.

COMPLEMENT D'OBJET DIRECT

elle s'est aperçue qu'elle avait raison.

elle sait qu'elle a raison.

Découvrir la classe grammaticale exacte de la proposition

Découvrir la classe grammaticale exacte de la proposition

Attention aux pronoms COI : " je vous parle" = " je parle à vous". En utilisant la formule "C'EST...QUE", on se rend compte que le pronom est COI

--> C'EST à vous QUE je parle.

Attention aux pronoms COI : " je vous parle" = " je parle à vous". En utilisant la formule "C'EST...QUE", on se rend compte que le pronom est COI

--> C'EST à vous QUE je parle.

Attention aux pronoms COI : " je vous parle" = " je parle à vous". En utilisant la formule "C'EST...QUE", on se rend compte que le pronom est COI

--> C'EST à vous QUE je parle.

Avant de continuer,
analyse le mot subordonant

La proposition est introduite par la conjonction "que"

La proposition n'est pas introduite par "que"

C'est une proposition subordonnée conjonctive complétive

= c'est sa classe grammaticale

elle complète le verbe

elle a la fonction COD, COI ou attribut du sujet

Analyser une autre proposition

je crois bien que je t'aime !

je me rends compte que je n'ai pas ri comme ça depuis bien longtemps !

elle est introduite par la conjonction "que"

On ne peut ni la déplacer ni la supprimer

Accéder au schéma de synthèse

Comprendre le nom de cette proposition :


PROPOSITION : C'est un groupe verbal

SUBORDONNEE : Elle est introduite par un mot subordonnant

CONJONCTIVE : Le mot qui l'introduit est une conjonction de subordination

COMPLETIVE : C'est un complément essentiel du verbe ( complément d'objet ou attribut)

C'est une proposition subordonnée conjonctive circonstancielle

= c'est sa classe grammaticale

C'est un complément non essentiel

Sa fonction :

" complément circonstanciel"

elle est introduite par une conjonction de subordination

On peut la déplacer et supprimer

Accéder au schéma de synthèse

Analyser une autre proposition

C'est une proposition subordonnée interrogative indirecte

C'est sa classe grammaticale

Une proposition subordonnée interrogative indirecte dépend d'un verbe impliquant une question.

Je ne sais pas [où sont mes clefs].
Je me demande [si tu ne m'as pas oublié].

Sa fonction est toujours la même : COD

Une proposition subordonnée interrogative est toujours introduite par un mot interrogatif : si, où, pourquoi, quand,quel, qui, ce qui, ce que…

Une proposition subordonnée interrogative indirecte peut être transformée en interrogation directe. On peut utiliser ce critère pour la reconnaître.
Je ne sais pas [où sont mes clefs]. → Où sont mes clefs ?
Je me demande [si tu ne m'as pas oublié]. → Ne m'as-tu pas oublié ?

Accéder au schéma de synthèse

Analyser une autre proposition

Comprendre le nom de cette proposition :


PROPOSITION : C'est un groupe verbal

SUBORDONNEE : Elle est introduite par un mot subordonnant

INTERROGATIVE : Elle dépend d'un verbe qui contient dans son sens une question (demander) ou une valeur négative (ignorer, ne pas savoir…).

INDIRECTE : la question n'est pas posée directement, il n'y a pas de point d'interrogation à la fin de la phrase

Attention :

La proposition subordonnée complétive interrogative indirecte n'est pas toujours "conjonctive". Elle ne l'est que lorsqu'elle est introduite par "si".

Par contre, cette proposition est toujours "complétive" car elle complète un verbe et est toujours COD.

Au brevet le terme " proposition subordonnée interrogative indirecte" sera accepté.

Cette proposition
Est un complément circonstanciel

Dans quel but ?
Complément circonstanciel de but

QUAND ?
Complément circonstanciel de temps

avec quelle(s) conséquence(s)
C. circonstanciel de conséquence

a quelle condition ?
Complément circonstanciel de condition

contrairement à quoi ?
Complément circonstanciel d'opposition

malgré quoi ?
Complément circonstanciel de concession

A cause de quoi ?
Complément circonstanciel de cause

COMME QUOI/QUI ?
Complément circonstanciel de comparaison

Découvrir la classe grammaticale exacte de la proposition

Analyser une autre proposition

La proposition subordonnée circonstancielle de temps précise à quel moment se déroule l'action exprimée par le verbe ou la durée de l'action.


Elle est introduite par les conjonctions de subordination ou les locutions conjonctives suivantes : quand, lorsque, comme, dès que, pendant que, tandis que, au moment où, avant que, jusqu'à ce que, depuis que...


Exemples :

Viens quand tu veux.

Il partira dès qu'il aura fini.

La subordonnée circonstancielle de but permet d’exprimer un objectif, un résultat souhaité, une intention.

Conjonctions de subordination et locutions conjonctives : pour que, afin que, de sorte que, de façon à ce que, de manière à ce que, de peur que… (ne), de crainte que… (ne)
La subordonnée circonstancielle est toujours suivie du subjonctif.


Exemple : Il a insisté pour que je lui raconte mon secret.


La subordonnée circonstancielle de cause permet de donner une explication, la raison de quelque chose.

Elle est introduite par des conjonctions de subordination et des locutions conjonctives : parce que, comme, puisque, étant donné que, du fait que, vu que, du moment que, d’autant que

Elle est toujours suivie de l’indicatif.

Exemples : Etant donné que je travaille beaucoup, j'ai enfin de bons résultats.

Parce qu'il a raté son train, il a du prendre un taxi pour rentrer chez lui.





La subordonnée circonstancielle de concession exprime une contradiction entre deux faits dépendants l’un de l’autre et indique ainsi qu’une conséquence attendue n’a pas eu lieu.

Elle est introduite par une conjonction de subordination ou une locution conjonctive :

- même si + indicatif --> Même si tu as beaucoup travaillé tu dois faire encore des efforts.

-quoique, bien que + subjonctif --> Bien que tu sois ma meilleure amie, je ne te permettrai jamais de mal me parler comme ça.

La proposition subordonnée circonstancielle de condition indique qu’une action ne peut être réalisée que sous certaines conditions.

Elle est introduite par une conjonction de subordination ou une locution conjonctive :

  • si, dans la mesure où + indicatif : Si tu m'appelles quand tu y es , je te rejoins au marché tout à l'heure.
  • à condition que, pourvu que + subjonctif : Je te rejoindrai à condition que tu me passes un coup de fil.
  • au cas où + conditionnel : Je prépare un gâteau au cas où il viendrait.



La subordonnée circonstancielle de conséquence exprime ce qui résulte de quelque chose.

Elle est introduite par des conjonctions de subordination ou des locutions conjonctives :

  • si bien que, de sorte que, de façon que, au point que, si/tant/tellement… que + indicatif
  • assez/trop… pour que + subjonctif

--> Il a tellement parlé tellement qu'il en a oublié de manger son repas !

--> Il a mangé beaucoup de chocolats, si bien qu'il a mal au ventre.

--> Il m'a trop embêté pour que nous devenions amis un jour. ( = il m'a tellement embêté que nous ne deviendrons jamais amis)





La proposition subordonnée circonstancielle d’opposition permet d’exprimer une différence entre deux êtres, choses, situations ou idées opposés.

Elle est introduite par une conjonction de subordination ou une locution conjonctive :

  • alors que, tandis que + Indicatif --> Ce pantalon est usé tandis que celui-là est tout neuf.
  • sans que + Subjonctif --> Il a arrêté de venir me voir sans qu'il me dise pourquoi.




La subordonnée circonstancielle de comparaison permet de faire des comparaisons ( tout simplement).

Elle est introduite le plus souvent par : comme , plus...que, moins...que

Exemples : Cet homme parle plus vite qu'il ne pense.

J'ai agi comme tu l'aurais fait à ma place.





Les différents types de propositions subordonnées

La subordonnée complète un nom

La subordonnée n'est pas un complément essentiel

PROPOSITION SUBORDONNÉE

CONJONCTIVE
COMPLETIVE

PROPOSITION SUBORDONNÉE CONJONCTIVE CIRCONSTANCIELLE

La subordonnée est un complément essentiel du verbe

Fonction : complément circonstanciel

Test de reconnaissance : on peut la déplacer et la supprimer

PROPOSITION SUBORDONNÉE

RELATIVE

Fonction : complément de l'antécédent

Test de reconnaissance : elle est introduite par un pronom relatif ; elle est placé juste après le nom qu'elle complète.

Introduite par la conjonction de subordination "que"

Introduite par la conjonction de subordination "si" ou un mot interrogatif

Fonction : COD, COI, attribut

Test de reconnaissance : on ne peut ni la déplacer ni la supprimer


PROPOSITION SUBORDONNÉE

INTERROGATIVE INDIRECTE

Fonction : COD

Test de reconnaissance : elle exprime une interrogation



Exercices