Want to make creations as awesome as this one?

Transcript

Séquence 4

INCIPE

5ème 1

Séance 2:

Activité 1

Séance 3

Séance 5

Séance 2 activité 2

Séance 4

Séance 1

Sur la nouvelle feuille de classeur indique Séquence 4 - séance n°1

Observe maintenant ces documents. Pour chacun d'eux indique sur ta feuille le type de document dont il s'agit. Indique ensuite le point commun entre tous ces documents. Qu'est-ce que cela prouve ?

Document 1

Document 2

Document 3

Document 4

Document 5

Document 6

Document 7

Document 8

Divines histoires... Quelle place les Romains accordent-ils aux dieux dans leur vie ?

Les dieux de l'Olympe : attributions et attributs

Séance 2

Sur une nouvelle feuille de classeur, indiquez le titre en rouge.

Activité 1

Séance 2

Ecoutez le texte. De quoi parle-t-il ? A quoi pouvez-vous l'affirmer ?

Juppiter, Saturni filius, deorum hominumque pater, caelum et terram imperio regit. Neptunus mari imperat, Pluto inferis. Phoebus-Apollo est auctor lucis, idemque Musarum magister. Mars bello et armis praesidet, Bacchus conviviis et vino. Vulcanus praefectus est fabricandis Jovis fulminibus. Mercurius est interpres Jovis et reliquorum deorum, ac nuntius aliger. Juxta deos in Olympo, sedent deae. Inter deos et deas regale solium obtinet Juno, Jovis conjux. Vesta focis custos adest. Pallas seu Minerva, belli pariter et pacis artibus praeest, Ceres agriculturae, venatui Diana. Venus est formosissima dearum.


D'après Henri LANTOINE, Abrégé de l'histoire grecque, Armand Colin, 1914.

Complétez le tableau "Dieux de l'Olympe - attributions et attributs" . Rangez-le à la suite de la séance 2

Regardez la vidéo

Regardez également celle-ci.

Saurez-vous les reconnaître ?

Maintenant que vous connaissez davantage de déesses et de dieux romains, entraînez-vous à les identifier avec ces activités.

Retrouvez leurs noms en latin.

Sur une feuille de classeur, indiquez en rouge : séance 4

Ecoutez maintenant ce texte. Nous sommes au théâtre et assistons à une représentation de l'Aulularia (la comédie de la marmite) de Plaute. Un bien étrange personnage s'avance. Saurez-vous trouver de qui il s'agit ?

Lisez maintenant le texte et sa traduction :

Nec quis miretur qui sim, paucis eloquar. Ego Lar sum familiaris ex hac familia unde exeuntem me aspexistis. Hanc domum iam multos annos est cum possideo et colo patri avoque iam hujus qui nunc hic habet. Sed mi avos hujus obsecrans concredidit thesaurum auri clam omnis : in medio foco defodit, venerans me ut id servarem sibi. ​[...] Huic filia una est. Ea mihi quotidie aut ture aut vino aut aliqui semper supplicat; dat mihi coronas.

Plaute, La Marmite, Prologue

En latin, les pronoms personnels sujets (ego, te, nos, vos) sont utilisés uniquement pour insister :


Sum = je suis


Ego sum = Moi, je suis

Pour qu'on ne demande pas qui je suis, je vais dire deux mots.Moi, je suis le Lare familier issu de la maison d'où vous m'avez vu sortir. Cela fait de nombreuses années que je possède cette demeure et que je veille sur le père et le grand-père de celui qui l'habite aujourd'hui. Mais son grand-père m'a fait une prière et m'a confié son trésor en or, à l'insu de tous : il l'a enterré au milieu du foyer, et m'a supplié de le garder pour lui. ​Celui-ci a une unique fille. Elle, c'est pour moi qu'elle vient chaque jour faire une prière soit avec de l'encens, soit avec du vin, soit avec quelque autre offrande. Elle m'apporte des couronnes.

Sur votre feuille , répondez à ces questions : a) Qui parle ? b) Quelles sont ses fonctions ? c) Comment l'honore-t-on?

Avez-vous trouvé les bonnes réponses ?
Comparez les vôtres avec la correction. Ne recopiez pas celle-ci. Elle se trouvera sur un document qui figurera sur pronote et que vous devrez imprimer et ranger dans le classeur.

a) Le personnage qui parle est un dieu lare puisqu'il dit : "Ego sum lar familiaris".


b) On apprend qu’il entretient et protège la maison depuis au moins trois générations.

c) On lui adresse des prières, on lui fait des offrandes (encens, vin, couronnes), ce qui donne à penser que c’est une puissance que l’on honore.
C’est la fille qui lui rend hommage quotidiennement.

Ce dernier détail est un indice pour la suite de l’histoire. Habituellement, c’est au pater familias de rendre un culte au Lare; le fait qu’ici ce soit sa fille qui s’acquitte de cette fonction montre qu’il manque gravement à ses obligations. On découvrira plus tard qu’il est si avare qu’il économise sur tout, y compris sur les offrandes du culte familial (l’avare se nomme Euclion, on sait qu’il est le modèle de l’Harpagon de Molière).


Observez ces images de dieux lares et, sur votre feuille de classeur, rédigez une petite synthèse expliquant à quoi on peut les reconnaître.

statue de dieu lare, Metroplitan Museum, New York

lararium de la maison des Vetii, Pompéi

Les dieux lares sont en général représentés comme des adolescents imberbes, à la chevelure ondulée ceinte d’une couronne (souvent de feuillage). Ils portent une tunique courte, ceinturée à la taille (l’adjectif succinctus signifie "raccourci à l'aide d'une ceinture" ) d’où "succinct" en français .

Ils tiennent souvent un petit panier dans une main et une sorte de corne dans l’autre. Cette représentation correspond à une image stéréotypée de l’abondance: le panier pour transporter fleurs et fruits, la corne pour verser à boire (c’est ce qu’on appelle un rhyton, c’est-à-dire un vase de libation en forme de corne terminée par une tête animale). La corne est aussi associée à la mythique "corne d’abondance" qui dispense toute les richesses de la nature.
Le dieu tend parfois de la main droite une patère, vase sacré utilisé pour les libations , à la place du panier.

Une libation : Action de répandre un liquide en offrande à une divinité, lors d'un sacrifice.

Regardez cette vidéo.

Pour aller plus loin ...

Les laraires, comme la plupart des chapelles, étaient destinés au service quotidien du culte, comme le prouvent les lampes retrouvées dans les niches et sur le sol, ainsi que les trous disposés en lignes horizontales autour des niches afin de suspendre lampes, guirlandes et couronnes de fleurs, sans oublier les ustensiles liés à ce service quotidien.

Pour en savoir plus :

A proximité du laraire sont disposés l’autel et la table pour recevoir les offrandes. De quoi se composent-elles ? En 392 après J.-C., un décret de l’empereur Théodose interdit d’honorer le Lare par le feu, le Génie par le vin, les Pénates par l’encens. Il est également défendu de les vénérer par des parfums ou des guirlandes de fleurs et de leur allumer des lampes. Ce décret nous renseigne sur les principaux actes religieux consacrés aux divinités domestiques avant ce décret.

Quelques peintures pompéiennes nous montrent l’officiant, le pater familias, portant la boîte à encens, l’acerra dans laquelle il puise les grains d’encens pour les jeter dans les flammes, comme nous le rapportent les auteurs anciens. L’encens peut être également présenté sur un plat. Des encensoirs étaient utilisés pour brûler l’encens comme dans la maison.

Parfois, ce sont des brûle-parfums qui sont placés à côté de l’autel, les parfums faisant partie des offrandes habituelles. Comme l’attestent les peintures et les petits autels, l’encens et les parfums occupent une place importante parmi les offrandes, car il convient de mêler aux sacrifices de bonnes odeurs.

De même, il est courant d’allumer des lampes placées devant le laraire, sur une table, ou dans le laraire, si la taille de ce dernier le permet, et dans des niches aménagées à cet effet. Pour que l’éclairage soit le meilleur possible, les lampes devaient être placées à une assez grande hauteur, soit sur une étagère fixée au mur, soit dans une niche accrochées par des clous ou suspendues par des chaînettes à des supports divers.

Les lampes, placées dans les sanctuaires ou les laraires, avaient avant tout un rôle religieux, rituel, et nous pouvons considérer que le fait d’allumer une lampe constitue une offrande au même titre que l’encens jeté sur le foyer. La coutume de placer ou de suspendre des lampes allumées près des divinités explique le nombre parfois considérable de lampes découvertes.

Elles ne sont pas les seules à être suspendues par des clous. Sans doute étaient-ils également destinés à suspendre des guirlandes, offrandes habituelles pour les Lares. Autour de l’autel ou du laraire étaient suspendus des bandelettes (uitta, infula), des couronnes, des guirlandes de fleurs, des feuillages fréquemment reproduits en peinture ou en relief sur les monuments.

Les divinités domestiques reçoivent également quotidiennement des offrandes de nourriture déposées sur l’autel ou la table prévue à cet effet. Tous les laraires ne disposent pas d’un autel mais un autel portable était sans doute amené pour le culte. L’autel est réservé au sacrifice sanglant, la table reçoit des offrandes telles que galettes et gâteaux, fruits, œufs, sel, boissons... Nous savons que les Pénates, le Génie et les Lares reçoivent, comme offrandes, du vin, du miel, du lait, des céréales ou de la farine, des fruits et des gâteaux. Les peintures des laraires de Pompéi nous montrent d’autres offrandes posées sur les autels tels que des œufs, des pommes de pin ou des fruits vers lesquels se dirigent le ou les serpents .

Informations extraites de l’ouvrage,
La religion privée à Pompéi de Marie- Odile Laforge, CNRS

Chez les Etrusques, le Lare (lar, laris du mot étrusque lars : le chef) était un dieu protecteur des récoltes. A Rome, il est le gardien de la maison. Il lui reste attaché, même si la famille la quitte. Le jour de leur majorité, les jeunes Romains accrochent leur bulla au cou du lare familial.

la bulla : pendantif que le jeune noble porte au cou seulement jusqu'à l'âge de dix-sept ans, où on quitte officiellement l'enfance; il porte ensuite la toge virile, avec les responsabilités qu'elle entraîne.

Un gros serpent doté d'une crête et d'une barbe est souvent peint sur le lararium. C'est une sorte de génie bienfaisant nommé "agathodaimon" (en grec) qui représente les forces nourricières de la nature.

Et les Pénates ?

Nous en avons déjà parlé lorsque nous avons vu Enée !

Chargés de l'amoire à provisions (penus, i, m), les dii Penates sont des dieux fournisseurs. Ils s'occupent d'approvisionner le foyer, de veiller à la nourriture, au confort et à la prospérité.

Par extension, ils deviennent plus largement les protecteurs de la famille dont ils assurent la subsistance, et qu'ils suivent en cas de déplacement. Dieux du foyer domestique, veillant sur le feu qui sert à cuisiner, leur culte est respecté tout au long de l'histoire romaine : l'Empereur Théodose y met théoriquement un terme en 302, lorsqu'il interdit les cultes païens mais, dans la pratique, nombreux sont ceux qui persistent à honorer les Pénates, en particulier en milieu rural.

Reprenez votre feuille de la séance n°2. Lisez ce texte.

Scit Genius, natale comes qui temperat astrum, naturae deus humanae, mortalis in unum quodque caput, voltu mutabilis, albus et ater.


Horace , Epîtres, II

Il sait tout, le Génie, le compagnon qui gouverne notre étoile depuis notre naissance, dieu de la nature humaine, mortel en chaque homme, changeant de tête et de visage, blanc et noir.

Répondez aux questions :
a) A quelle croyance d'aujourd'hui pourrait-on comparer le Genius ?
b) Pourquoi Horace dit-il qu'il est un dieu (deus) mais aussi un mortel (mortalis) ?
c) Pourquoi dit-il également qu'il est blanc (albus) et noir (ater) ?

Le Genius est comparable à un ange gardien.


Le Genius est «dieu» parce qu’il est d’origine surnaturelle (considéré comme choisi par les dieux, sous le signe de l’étoile), et «mortel » parce qu’il apparaît et disparaît avec l’individu. Il est changeant (mutabilis), «blanc » et «noir » selon les circonstances de l’existence: bon génie (blanc) quand tout va bien, mauvais (noir) quand les choses se gâtent (difficultés, revers de fortune).

Il est important de noter la formation sur la racine gen- : étroitement liée à la naissance et aux tendances naturelles de chacun (ingenium), le Genius représente la puissance d’action de l’individu, une sorte de force créatrice, d’origine surnaturelle, engendrée avec lui et attachée exclusivement à lui. On honore donc le Genius dans toutes les grandes circonstances de la vie (naissance, mariage, mort) et, bien sûr, le jour de son anniversaire (natalis dies) par des offrandes (vin, couronnes de fleurs), des chants, des danses.


Dans les laraires, le Genius apparaît comme un modèle réduit du pater familias.

Pour les Romains, un lieu, une ville, une institution, une représentation abstraite, une personnification morale ont aussi leur «génie». Ainsi, Rome avait son Génie. 

Le Genius est comme un compagnon de vie. Il pourrait être rapproché du Jiminy Cricket de Pinocchio: le criquet habillé en costume de gentleman, représentant la «bonne conscience» du pantin, est un personnage de fiction qui apparaît pour la première fois chez Walt Disney.


Cette création s’inscrit dans la tradition du «grillon du foyer », minuscule «génie» veillant sur la maison, selon la conception du home sweet home chère aux anglo-saxons – ce qui, précisément, n’est pas sans rappeler les cultes domestiques romains.

Pour en témoigner, voici un court extrait du « conte de fées domestique» de Charles Dickens.

On peut aussi évoquer les traditionnels «génies » des contes orientaux, chargés de réaliser les souhaits de leur maître.

A la place du Genius, les femmes ont une "Juno" à l'image de l'épouse de Jupiter.

Cette page est à venir et sera disponible lorsque la séance aura lieu. Ne sois pas si pressé ! Pourtant, je comprends que tu aies envie d'en savoir plus !

Activité 1 : Observe ces documents puis réponds à la question.

Document 1 : Scène de sacrifice, moulages d'originaux découverts à Rome, près de l'église Santa Maria in Via Lata en 1583. Originaux intégrés dans la façade interne de la Villa Médicis

Prends une nouvelle feuille et indique en rouge Séance 3

Document 2

Ecris en rouge Activité 1 puis réponds à la question.

Correction à noter:

Le culte rendu aux dieux a lieu devant les temples. Les offrandes et les sacrifices sont les pratiques les plus répandues.

Ecoute ce texte de Caton:

Sur ta feuille, indique maintenant en rouge Activité 2.

Quelle autre pratique est évoquée dans ce texte ?

Réponds sur ta feuille.

Correction à noter:

Dans ce texte, Caton l'Ancien s'adresse à son régisseur afin qu'il procède à un rite de lustratio, c'est-à-dire de purification.
Le rite consiste en une procession où l’on fait tourner autour du champ les trois futures victimes : un porc (sus), un agneau (ovis), un jeune taureau (taurus) . Elles seront sacrifiées au dieu Mars afin qu'il protège le domaine.
Ce rite s'accompagne de prières.

Les Romains [...] lèvent les mains en haut et formulent des requêtes, des remerciements et des louanges dans un langage très précis qui relève du registre juridique. Selon les sources, une caractéristique de la coutume romaine est celle de pivoter vers la droite après avoir prié et s'être prosterné. [...]
À côté de la prière traditionnelle, les Romains connaissent des pratiques de vénération particulières, comme les supplicationes. Ces rites consistent en une procession d'hommes, de femmes et d'enfants qui marchent autour d'un lieu de culte. Les participants se prosternent devant les dieux pour les implorer en cas de danger ou pour les remercier en cas de victoire. On offre aux dieux de l'encens et du vin. Les femmes balayent avec leurs cheveux le sol du lieu de culte. Souvent à l'occasion de ce type de rituel, les Romains organisent aussi un lectisterne (lectisternium de lectus : lit de banquet), c'est-à-dire un grand banquet sacrificiel auquel participent les divinités : leurs statues sont couchées sur des lits et sont censées manger ce que les hommes leur offrent. [...] Quand un romain prononce un vœu (votum), il fait une promesse solennelle d'accorder une récompense (un sacrifice, un temple, des jeux, etc.) à une divinité si celle-ci donne préalablement ce qui lui a été demandé. Ce type de "contrat" pourrait être résumé par la formule da ut dem, "donne-moi afin que je te donne".

Les prières

Source: Université de Fribourg, Antiquitas, article Prier, supplier, convaincre"

CELLA

ARA

PODIUM

CAPITULUM

Activité 3 :

a) En utilisant le lien vers le dictionnaire en ligne, cherche le sens en français de ces mots dans le dictionnaire Gaffiot.

Sur ta feuille, indique maintenant en rouge Activité 3.

GRADUS

PRONAOS

FRONS

COLUMNA

b) Essaie de les localiser en regardant les vidéos sur le genially

Regardez les vidéos

Pour aller
plus loin

Les temples ont pu être identifiés grâce à des statues retrouvées à proximité: le temple de Jupiter (au nord du forum) a été identifié grâce à la découverte d'une tête colossale à la chevelure et la barbe colorées en rouge; le temple d'Apollon (à l'ouest du forum) identifié grâce à une statue de bronze d'Apollon archer et à côté celle de sa soeur Diane; le temple de la Fortune Auguste, réservé au culte de la famille impériale (d'Auguste à Néron); le temple d'Isis, divinité égyptienne dont le culte est très important en Grèce et chez les Romains.

On a retrouvé plusieurs temples à Pompéi, en plus ou moins bon état, à la suite du tremblement de terre de 63 et de l'éruption de 79.

A Pompei

Images

Milieu du IIe siècle av. JC

Temple de Jupiter

Edifié entre 331 et le milieu du IIe s. av JC

Temple d'Apollon

Edifié par un membre de la famille de l'orateur Cicéron, il porte cette inscription: M. TVLLIVS M. F. D. V. I. D. TER. QVINQ. AVGVR. TR. MIL.
A. POP. AEDEM FORTVNAE AVGVST. SOLO ET PEQ. SVA.
«Marcus Tullius, fils de Marcus, duumvir, chargé de rendre la justice, élu trois fois Quinquevir, augure, tribun des soldats élu par le peuple, a élevé sur son sol, et à ses frais, le temple de la Fortune Auguste».

Temple de la Fortune Auguste

Vidéo

Les temples de Jupiter et d'Apollon reconstitués (jusqu'à 3'17)
et d'Isis (de 6'11 à 6'43)

c) Complète le schéma dans Via Latina page 50.

Entraine-toi à retouver les parties d'un temple.

Aedes, is, f - pontifex, icis, m - taurus, i, m - sacena, ae, f - ovis, is, f - tibicen, inis,m – victimarius, i, m – sus, suis, m

https://www.lexilogos.com/latin/gaffiot.php

Sur ta feuille, indique maintenant en rouge Activité 4.

Activité 4 :

En utilisant le lien vers le dictionnaire en ligne, cherche le sens en français de ces mots et légende les bas-reliefs.

Séance 4

En t’aidant de ces post-it , complète sa déclinaison :