Want to make creations as awesome as this one?

Transcript

A la recherche du conteneur perdu

(niveau 2)

Mers et océans,
un monde maritimisé

4ème

Les conteneurs sont des boîtes métalliques de dimensions normalisées, de 20 ou 40 pieds de long (6 ou 12 m) dont l'utilisation pour le groupage de marchandises a été imaginée en 1956 par un ancien camionneur américain, Malcolm McLean, fondateur de l'entreprise Sea Land. Des conteneurs en bois existaient en Europe avant la Seconde guerre mondiale, mais l'utilisation de l'acier, la standardisation des dimensions par l'ISO et l'adoption des conteneurs par l'armée américaine pour sa logistique pendant la guerre du Vietnam ont favorisé sa généralisation à partir des années 1970.

Leur usage s'est étendu à tous les modes de transport et il en existe aujourd'hui différents types, en fonction de leur utilisation : conteneur standard, conteneur réfrigéré, conteneur citerne. Leurs normes techniques répondent à des conventions douanières internationales. Les grands ports, les plates-formes multimodales ont dû s'adapter aux normes imposées par la conteneurisation : systèmes de manutention, aires de stockage suffisantes. L'unité de mesure permettant de quantifier le transport de conteneurs quelle que soit leur taille est l'équivalent vingt pieds (EVP).

La tendance est depuis 30 ans à la conteneurisation du transport des marchandises diverses, mais aussi de certaines marchandises traditionnellement transportées en vrac, avec un rythme de croissance de 7 à 8 % par an. Aujourd’hui, la plupart des lignes régulières sont des services conteneurisés. En effet, la conteneurisation offre trois avantages décisifs : une très forte productivité lors des manutentions portuaires, des économies d’échelle permises par la taille croissante des navires et l’intermodalité qui consiste à transporter la marchandise de porte à porte à l’intérieur du même conteneur sans rupture de charge. La conteneurisation est devenue l’épine dorsale de la mondialisation.

Document 2. Commerce mondial par conteneurs en EVP, 1996-2020


En 2014, le trafic mondial de conteneurs s'élevait à 680 millions d'EVP représentant 90 % du trafic maritime de marchandises. Le classement mondial des ports à conteneurs depuis 1970 montre très clairement le basculement du trafic depuis les façades nord-américaines et surtout européennes vers les façades est-asiatiques, notamment chinoise.


D'après le site Géoconfluences

"La compagnie maritime CMA-CGM annonce la perte en mer d'un conteneur."

Tu es journaliste au Monde diplomatique et cet incident relayé par une dépêche de l'AFP te pousse à enquêter sur les porte-conteneurs, leurs parcours et sur les enjeux des mers et océans. Le sujet est d'une grande importance, car aujourd'hui 90% des échanges dans le monde s'effectuent par voies maritimes.

Au cours de ton enquête, n'oublie pas de compléter ton rapport qui te permettra ensuite de rédiger ton article.

L'Agence France-Presse s’occupe de rassembler, de vérifier et de diffuser des informations en rapport avec l’actualité. Les médias s'en servent ensuite pour proposer des articles ou des émissions. L’AFP a ses bureaux dans 150 pays différents.

Salle de rédaction du Monde

Le Monde diplomatique est un journal mensuel français, supplément du quotidien Le Monde.

MISSION 1

MISSION 2

Une partie des journalistes qui travaillent avec toi s'occupent de présenter la Compagnie maritime CMA-CGM et d'observer le parcours de ce navire.

L'autre partie de l'équipe va enquêter sur les ressources des mers et océans ainsi que sur les dangers que peuvent rencontrer les porte-conteneurs, et les solutions envisagées de façons à trouver les raisons de la perte de ce conteneur.

Lorsque vous avez terminé de prendre des notes, vérifiez votre analyse des documents en vous rendant sur le lien suivant :

Siège de la CMA-CGM à Marseille.

Chiffres clés de la CMG CGM








Jouez maintenant


Rangée portuaire (range)

Une « rangée portuaire » (dite parfois « rangée maritime ») ou range en anglais désigne une façade maritime qui possède les caractéristiques suivantes : l’alignement littoral de plusieurs ports importants (d’où le terme de « rangée »), le recouvrement au moins partiel de leur avant-pays (ou « foreland ») et/ou de leur arrière-pays (ou « hinterland »), l'insertion dans des services communs de lignes régulières à escales multiples intra-régionales, l'harmonisation des régimes douaniers et des rythmes de trafic portuaire entre les ports. L'ensemble témoigne d'un processus d’intégration régionale. Le terme est désormais peu employé si ce n’est dans le cas de la Northern Range.

On peut identifier quelques grandes rangées maritimes dans le monde.

Sur l'Atlantique :

  • La Northern Range ou range nord-ouest ou rangée nord-européenne, façade maritime de la mer du Nord de Dunkerque à Hambourg dans laquelle on englobe Le Havre. L'Europe rhénane, qui inclut différents États (Suisse, Allemagne, France, Benelux), cœur économique de l'Union européenne, constitue l'essentiel de son arrière-pays.

Sur le Pacifique :

  • La façade occidentale de l'Amérique du Nord, du Puget Sound à la Californie,
  • La façade d'Asie de l'Est et du Sud-Est qui est la première façade maritime mondiale. De Singapour à la Corée, en passant par les grands ports chinois, taiwanais, japonais, son avant-pays est d'échelle mondiale et son arrière-pays gagne peu à peu la Chine continentale en profondeur.

MCD (2013), partiellement réécrit (SB et CB) en octobre 2021.

Site Géoconfluences


Bravo! Tu as terminé tes recherches.

Voici la résolution de l'énigme :

La prochaine étape sera de rédiger ton article avec ton équipe.

Des pirates...

Des ZEE...

Pour travailler sur un exemple de ZEE

Lorsque vous avez terminé de prendre des notes, vérifiez votre analyse des documents en vous rendant sur le lien suivant :

Zone économique exclusive (ZEE)

La Zone Économique Exclusive (ZEE) est une bande de mer ou d'océan située entre les eaux territoriales et les eaux internationales, sur laquelle un État riverain (parfois plusieurs États dans le cas d'accords de gestion partagée) dispose de l'exclusivité d'exploitation des ressources.

La création des ZEE relève de la troisième conférence de l'Organisation des Nations Unies sur le Droit de la Mer, lors de l'adoption de la Convention de Montego Bay (10 décembre 1982). Les deux conférences précédentes s'étaient tenues en 1958 et en 1960 à Genève. Le texte de Montego Bay définit la ZEE comme une bande limitée par la ligne des 200 milles marins internationaux (370 km) à partir de la ligne de base en l'absence d'autre rivage. Si le rivage le plus proche est à moins de 200 milles nautiques, on trace en principe la frontière à mi-distance des lignes de base des deux pays riverains.


Compte tenu des droits d'exploitation exclusifs des ressources qu'elle contient, la ZEE est un enjeu géopolitique majeur pour de nombreux pays, et une source de conflits pour son contrôle. On peut citer l'exemple du Brésil qui cherche à agrandir ce qu'il surnomme l'Amazonie bleue, ou encore celui des tensions pour le contrôle de la mer de Chine du Sud.

Les États-Unis possèdent la plus vaste ZEE du monde (11,3 millions de km²) devant la France (10,2 millions de km² dont 97% outre-mer). Cette dernière cherche à faire reconnaître l'extension de son domaine sous-marin à certains points du plateau continental, mais ces extensions ne concernent que le sol et le sous-sol sous-marin et non les eaux de surface, qui restent toujours juridiquement sous le statut de haute mer.

Site Géoconfluences, mars 2017, dernière modification en mars 2020.

La mer de Chine sous tension

Le film d'animation Abominable au coeur des tensions de la mer de Chine