Want to make creations as awesome as this one?

Transcript

séance 3 : la phrase, les propositions.

Leçons




1) DEFINITION

1) DÉFINITION.


La phrase est une ............................... de ................................ ayant un .............................

*A l'écrit, la phrase commence par une ....................................... Elle se termine par un signe de ponctuation ............... :

......................................................................................................................................................................................................................

* A l'oral, la fin de la phrase est marquée par ................................................................................................................................

Attention ! on ne met pas de ................................................... après deux points (:) et après le point-virgule (;) ! Ce ne sont pas des signes de ponctuation qui marquent la fin d'une phrase.

2) Phrase verbale / Phrase non verbale.

3) PHRASE VERBALE / PHRASE NON VERBALE.


Une phrase construite avec un .................
............................. est une phrase ................

Ex. Cette année de quatrième passera très vite.
Une phrase construite sans ......................
.............................. est une phrase ..............
....................................

Ex. Formidable !
Si le noyau de la phrase non verbale est un ......................, il s'agit d'une phrase ............................................ (comme dans les titres de romans ou d'articles de journal ou de films).
Ex. Année de quatrième réussie !

3) Les types de phrases.

3) LES TYPES DE PHRASES.

La phrase …………………………..………….. donne une ……………………………. . Elle se termine par un ………………
Ex. Cette leçon de grammaire est facile à comprendre.
La phrase …………..……………….. sert à poser une …………………….. . Elle se termine par un ………………………………………
Ex. Comprends-tu la leçon de grammaire ?
La phrase ………………………………….. exprime une ………………………………, un ……………………………………….. . Elle se termine par un …………………………………………
Ex. Que je suis content d’être en vacances !
La phrase …………………………………….. ou ……………………………………………. exprime un ………………………….……….., un ………………………… ou un ……………………………………………….
Ex. Taisez-vous !

4) Les formes de phrases.

4) LES FORMES DE PHRASES

Une phrase peut-être à la forme ....................................
Les mots sont dans un ordre ordinaire et il n' y a pas d'adverbe de négation.
Ex. L'année de quatrième commence très bien.
Une phrase peut être à la forme ............................................
Dans ce cas, les mots dans dans un ordre et il y a deux adverbes de négation : ne pas, ne plus, ne jamais, ni...ni...
Ex. L'année de quatrième ne me fait pas peur.
ATTENTION ! Il ne faut pas oublier qu'il y a deux parties dans la négation !

Dans une phrase où le verbe est conjugué à un temps simple, la négation ENCADRE LE VERBE CONJUGUE.
Ex. Je n'irai pas au cinéma.
Dans une phrase où le verbe est conjugué à un temps composé, la négation ENCADRE L'AUXILIAIRE.
Ex. Je ne suis pas allée au cinéma.
Une phrase peut être à la forme ......................................
Aucun élément de la phrase n'est mis en valeur, l'ordre des mots est ordinaire.

Ex. Le chemin est long pour aller à l'école.
Ex. Long est le chemin pour aller à l'école.

Une phrase peut être à la forme ..................................
Dans ce cas, un élément de la phrase est particulièrement mis en valeur. Cette forme de phrase permet donc d'attirer l'attention sur cet élément.

Partons d'une forme neutre. Ses amis étaient nombreux. Trois options s'offrent à nous pour passer à la forme emphatique :
  • Le déplacement. Le mot qu’on souhaite mettre en valeur est placé à un endroit inhabituel (tête ou fin de phrase). Nombreux étaient ses amis. On insiste sur le nombre d’amis.
  • Détachement, reprise ou annonce par un pronom. Ses amis, ils étaient nombreux. On insiste sur les amis.
  • Utilisation d’un présentatif (c’est, ce sont, il y a, voici, voilà…) et d’un pronom relatif (qui, que). Le mot mis en valeur est alors encadré. Ce sont ses amis qui sont nombreux. On insiste sur les amis.

Une phrase peut être à la forme ……………………………… Le sujet représente une personne, un être vivant, un objet, une idée…

Ex. Paul fait ses devoirs ; il est concentré.
Une phrase peut être à la forme ………………………………………. Dans ce cas-là, le sujet de la phrase est toujours « il » et ce « il » ne représente rien ni personne. Ce sujet est alors appelé « sujet apparent » ou « sujet logique ».

Il manque des élèves.

Il pleut ; demain il neigera.

Il faut travailler.

ATTENTION ! Il ne faut pas confondre mode impersonnel et forme impersonnelle.

Une phrase peut être à la forme …………………………

Dans ce cas, le sujet fait l’action exprimée par le verbe conjugué.
Le chat mange la souris.

Une phrase peut être à la forme …………………………..

Dans ce cas, le sujet subit l’action exprimée par le verbe conjugué. Le vrai sujet est exprimé par le CdA.
La souris est mangée par le chat.

5) La phrase simple, la phrase complexe, la proposition.

5) LA PHRASE SIMPLE / LA PHRASE COMPLEXE / LA PROPOSITION.


- Une phrase simple est une phrase qui ne compte ………………………………………………………

Ex. Aujourd’hui, il pleut.

- Une phrase complexe est une phrase qui compte …………………………………………………….

Ex. Aujourd’hui, il pleut ; demain, il neigera.

- Une proposition est un groupe de mots dont le noyau est un verbe conjugué. Une proposition est constituée du verbe conjugué et de tous les mots et groupes de mots accompagnant le verbe (sujet, COD, CC…)

- Dans une phrase, il y a autant de propositions que ………………………………………………….

Ex. Je m’adresse à l’accueil et je rencontre une employée qui me propose son aide. …………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….

6) La proposition indépendante.

6) LA PROPOSITION INDÉPENDANTE (PI).


Une proposition indépendante est une proposition qui ne dépend d’aucune autre proposition pour avoir du sens.

Aucune proposition ne dépend d’elle non plus.

Il existe trois cas de figure où nous rencontrons la proposition indépendante :

1) La PI est toute seule dans une phrase simple.


Ex. Pendant les vacances, j’oublie tous mes tracas.

2) Dans une phrase complexe, une PI est reliée à une autre PI par un point-virgule, une virgule ou deux points. Les deux PI sont juxtaposées (PIJ).


Ex. Pendant les vacances j’oublie tous mes tracas ; je veille à me faire plaisir.

ATTENTION ! Les signes de ponctuation : ; , ne sont pas à eux seuls la garantie qu’il y ait des PIJ dans la phrase !!!

Ex. Pendant les vacances, j’oublie tous mes tracas.

3) Dans une phrase complexe, une PI est reliée à une autre par une conjonction de coordination (ou, et, donc, or, ni, car) ou un adverbe de liaison (puis, ensuite, alors…). Les 2 PI sont coordonnées (PIC).

Ex. Pendant les vacances j’oublie tous mes tracas et je veille à me faire plaisir.

ATTENTION si 2 PI sont séparées à la fois par un signe de ponctuation et une conjonction de coordination ou un adverbe de liaison, c’est la coordination qui l’emporte.

Ex. Pendant les vacances j’oublie tous mes tracas, et je veille à me faire plaisir.

ATTENTION ! Les propositions s’organisent dans la phrase pas dans le texte !

7) La proposition principale et la proposition subordonnée.

7) LA PROPOSITION PRINCIPALE ET LA PROPOSITION SUBORDONNÉE (PP + PS).


Une proposition est subordonnée lorsque, pour avoir du sens et être comprise, elle dépend d’une autre proposition appelée alors proposition principale.

La proposition subordonnée est généralement reliée à la proposition principale par un mot subordonnant : une conjonction de subordination (lorsque, quand, puisque, alors que, si…) ou un pronom relatif (qui, que, quoi, dont, où, lequel, desquels…).


Ex. Je ne supporterai pas que tu sois insupportable.

évaluation intermédiaire n° 1

Évaluation de grammaire prévue pour le .......................

- Savoir reconnaître types et formes de phrases.

- Savoir passer de la forme affirmative à la forme négative, de la phrase neutre à la phrase emphatique.

- Distinguer forme active et forme passive de la phrase.

- Distinguer phrase verbale/non-verbale/nominale ; être capable de passer de l'une à l'autre.

évaluation intermédiaire n° 2

Évaluation de grammaire prévue pour le ....................

- Distinguer phrase simple et phrase complexe.

- Savoir repérer, encadrer et nommer toutes les propositions indépendantes.

- Être en mesure de passer de l'une à l'autre.


évaluation intermédiaire n° 4

Évaluation prévue pour le : ...........................

Connaître toutes les propositions, savoir les repérer, les encadrer et les nommer.

évaluation intermédiaire n° 3

Evaluation prévue pour le : ..................................

- Être capable de dinstinguer PI / PIJ / PIC / PS / PSR : savoir les repérer, les encadrer, les nommer.

- Connaître la fonction de la PSR : être en mesure de citer complètement cette fonction.

- Connaître la fonction du pronom relatif : être en mesure de la citer complètement.

Leçons




8) La proposition subordonnée relative (PSR)

8) LA PROPOSITION SUBORDONNÉE RELATIVE (PSR).

La PSR dépend d’une proposition principale. C’est une proposition subordonnée introduite par un pronom relatif.

Les pronoms relatifs simples ne sont pas nombreux : qui, que, quoi, dont, où.

Les pronoms relatifs composés se ressemblent : auquel, à laquelle, desquels, lequel…

Ex. « Et le petit Prince eut un très joli éclat de rire qui m’irrita beaucoup. » (Antoine de Saint-Exupéry, Le Petit Prince).

a) Fonction de la PSR.

La proposition subordonnée relative complète un nom, un GN ou un pronom : c’est une expansion du nom comme l’adjectif qualificatif.

La PSR a pour fonction d’être complément de l’antécédent, l’antécédent étant le nom, GN ou pronom complété par la PSR.

Ex. Paul porte un cartable qui est trop lourd. ……………………………………………………………………………………………………………………………………………….

b) Fonction du pronom relatif.

Le pronom relatif lui-même remplit une fonction au sein de la PSR.

- « Qui » est généralement SUJET du verbe de la PSR

– « Que » est généralement COD

– « Dont » est généralement CdN

– « Où » est CCL.

Ex. Paul porte un cartable qui est trop lourd. ……………………………………………………………………………………………………………………………………………….

9) La proposition subordonnée conjonctive complétive (PSCC)

9) LA PROPOSITION SUBORDONNÉE CONJONCTIVE COMPLÉTIVE. (PSCC)

La PSCC dépend d’une proposition principale.

Elle complète un verbe, en cela elle s’oppose donc à la PSR.

Elle est conjonctive car elle est introduite par une conjonction de subordination « que ».


Elle est dite complétive car sa fonction est d’être complément d’objet (COD/COI du verbe conjugué de la principale ou attribut du sujet).

Ex. Lisa savait que Paul viendrait à six heures. …………………………………………………………………………………………………………………………………………………

Ex. Paul veille à ce que Lisa l’attende au lieu convenu. …………………………………………………………………………………………………………………………………………………

Ex. Le problème est que je n’ai plus d’essence dans ma voiture. …………………………………………………………………………………………………………………………………………………


*

10) La proposition subordonnée (complétive) interrogative indirecte (PSCII).

10) LA PROPOSITION SUBORDONNÉE (COMPLÉTIVE) INTERROGATIVE INDIRECTE (PSII).


La PSII dépend d’une PP. Elle permet de poser une question par l’intermédiaire d’un verbe introducteur : demander, chercher, dire, raconter…

Ex. Je me demande si nous sommes amis. (= Sommes-nous amis ?) ………………………………………………………………………………………………………………………………………………

La proposition subordonnée interrogative indirecte fait partie de la famille des propositions subordonnées complétives. Elle est donc très souvent COD du verbe conjugué de la proposition principale.

a) L’interrogation totale.

L’interrogation est totale quand on peut répondre par oui ou par non. La PSII est alors introduite par la conjonction de subordination « si ».

Ex. Elle demanda si elle trouverait l’information recherchée dans le livre. ………………………………………………………………………………………………………………………………………………….

b) L’interrogation partielle.

L’interrogation est partielle quand on ne peut pas répondre par oui ou par non. La PSII est alors introduite par un mot interrogatif (comment, pourquoi, qui, quel…).

Ex. Je me demande qui a ouvert la porte. ………………………………………………………………………………………………………………………………………………….


*

11) Les propositions subordonnées conjonctives circonstancielles.

11) LES PROPOSITIONS SUBORDONNÉES CONJONCTIVES CIRCONSTANCIELLES (PSCCi).

La proposition subordonnée conjonctive circonstancielle est une proposition subordonnée qui dépend d’une proposition principale. Elle est conjonctive car elle est introduite par une conjonction de subordination (lorsque, comme, puisque, quand…) ou une locution conjonctive (parce que, pour que, afin que, après que…). Elle est circonstancielle car sa fonction est d’être complément circonstanciel.

Ex. Je retournerai au collège quand je serai guéri. …………………………………………………………………………………………………………………………………………………

Voici les différentes propositions subordonnées circonstancielles. Il y a :

- la proposition subordonnée circonstancielle de temps (lorsque, quand, avant que, après que, pendant que…). Ex. Avant que j’arrive, pense à finir tes devoirs. ………………………………………………………………………………………………………………………………………………..

- la proposition subordonnée circonstancielle de cause (parce que, puisque, comme, dès lors que, sous prétexte que…). Ex. Je suis ravi puisque je suis en vacances. ………………………………………………………………………………………………………………………………………………..

- la proposition subordonnée circonstancielle de conséquence (si bien que, de telle sorte que, au point que, si + adjectif que, tellement que, tant que, trop + adjectif + pour que…)

Ex. Il a beaucoup travaillé si bien qu’il a eu de très bonnes notes en français. ………………………………………………………………………………………………………………………………………………..

- la proposition subordonnée circonstancielle de but (afin que, pour que, de peur que, de crainte que…).

Ex. Elle a économisé de l’argent pour qu’elle puisse partir en vacances cet été. ………………………………………………………………………………………………………………………………………………..

- la proposition subordonnée circonstancielle d’opposition ou de concession (alors que, bien que, même si, quoique…).

* l’opposition met en relation deux faits ou deux actions qui font contraste.

Ex. Alors que ma voisine est une femme charmante, son époux est un homme détestable. ………………………………………………………………………………………………………………………………………………..

* la concession met en relation des faits normalement incompatibles. Ex. Je n’entends pas leurs paroles alors que la porte est ouverte. ………………………………………………………………………………………………………………………………………………..

- la proposition subordonnée circonstancielle de condition (si, pourvu que, à supposer que…). Ex. Nous irons nous promener s’il ne pleut pas. ………………………………………………………………………………………………………………………………………………..

- la proposition subordonnée circonstancielle de comparaison (comme, de même que, aussi que, tel + adjectif + que, aussi + adjectif + que. Ex. Il est aussi grand que je le suis. ………………………………………………………………………………………………………………………………………………..

La proposition subordonnée circonstancielle de comparaison peut être elliptique (verbe non exprimé car évident ou le même que celui de la PP).

Ex. L’huile de l’épicier du coin est de bien meilleure qualité que l’huile de l’épicier d’en face. ……………………………………………………………………………………………………………………………………………….


*

EXERCICES

EXERCICE 1

Exercice 1. Indique le TYPE de chacune des phrases suivantes.


1) Ecoute-moi !


2) Quel âge as-tu ?


3) quel superbe paysage !


4) Je suis entrain de faire mes devoirs.


5) N’as-tu pas oublié ton pull chez Lisa ?


6) Ne viens pas chez moi demain.


*

EXERCICE 2

Exercice 2. Sur ta feuille, mets ces phrases à la FORME NÉGATIVE et au TYPE de phrase indiqué entre parenthèses.

Ex. Vous m’ennuyez. (injonctif). Ne m’ennuyez pas.


1) Reste-t-il encore du pain ? (déclaratif)


2) Tu écoutes ce qu’on te dit. (injonctif)


3) Son chat sort-il uniquement la nuit ? (déclaratif)


4) Il est prêt à nous accompagner. (interrogatif)


5) Vous arroserez les jardinières en notre absence. (injonctif)


*

EXERCICE 3

Exercice 3. Sur ta feuille, reformule ces phrases en utilisant des PHRASES NÉGATIVES DE SENS PROCHE.

Ex. Il parle sans cesse. Il n’arrête pas de parler.


1) Ce projet est déraisonnable.


2) Mes tentatives pour réconcilier les deux amis ont échoué.


3) Cette recette de cuisine est inratable.


4) Les images ont disparu de l’écran.


*

EXERCICE 4

Exercice 4. Sur ta feuille, réponds à ces questions par une PHRASE NÉGATIVE en modifiant les mots soulignés.

Ex. Avez-vous déjà fini ? Non, nous n’avons pas encore fini.


1) Reste-t-il encore des chocolats ?


2) Voulez-vous boire quelque chose ?

3) Veux-tu te promener ou aller au cinéma ?


4) Fais-tu quelquefois des randonnées en montagne avec tes parents ?


*


EXERCICE 5

Exercice 5. Dans les phrases suivantes : 1) souligne le MOT NOYAU (nom ou verbe) ; 2) entoure le numéro des phrases NOMINALES.


1) Marco Polo livre ses souvenirs de voyage.


2) Le Livre des Merveilles, un véritable reportage médiéval.


3) A l’abordage !


4) L’aventurier risque sa vie sans crainte.


5) Grand succès pour ce roman d’aventure.


6) Lisez ce roman d’aventure.


*

EXERCICES

EXERCICE 6

Exercice 6. Sur ta feuille, transforme les PHRASES VERBALES en PHRASES NON VERBALES et les PHRASES VERBALES en PHRASES NON VERBALES. Ex. Chute du leader de la course cycliste. Le leader de la course cycliste a chuté.


1) Il y a beaucoup de vent !


2) Augmentation des prix en mars.


3) Venez à mon secours !


4) Mettons-nous à table !


5) On a découvert un site archéologique extraordinaire.


6) Debout !


*


EXERCICE 7

Exercice 7. Dans chacune des phrases suivantes, souligne les VERBES CONJUGUES puis entoure le numéro des PHRASES SIMPLES.


1) La cavalière galope et franchit l’obstacle.


2) Depuis une semaine, des travaux gênent l’accès au bâtiment.


3) Alicia fait partie d’une troupe de théâtre.


4) J’ai retrouvé un livre que je lisais sans cesse lorsque j’étais enfant.


5) Tu n’es vraiment pas raisonnable. Tu manges trop de bonbons.


*


EXERCICE 8

Exercice 8. Sur ta feuille, transforme ces PHRASES NOMINALES en PHRASES VERBALES.


1) Entrée interdite.


2) Signature des parents obligatoire.


3) Baisse du prix de l’essence.


4) France- Angleterre : 1-0.


5) Interdiction de boire de l’alcool.


6) Disparition de bijoux à Paris.


7) Départ du train à 18 heures.


*


EXERCICE 9

Exercice 9. Sur ta feuille, transforme ces PHRASES VERBALES en PHRASES NOMINALES pour en faire des titres d’articles.

Ex. Les collégiens profitent enfin des vacances. → Vacances bien méritées pour les collégiens.

1) Trois chiens ont été enlevés dans un parc.

2) Les jardins de Versailles accueillent le public dès demain.

3) Une intoxication alimentaire a provoqué l’hospitalisation de quinze personnes.

4) De nombreux dégâts écologiques apparaissent chaque année.


*


EXERCICE 10

Exercice 10. Sur ta feuille, transforme les PHRASES NON VERBALES en PHRASES VERBALES.


1) Défaite malheureuse des bleus en finale.

2) Interdiction des téléphones portables au collège.

3) Violent incendie à Paris dans le vingtième arrondissement.

4) Diminution sensible de la pollution dans les grandes villes.


*

EXERCICES

EXERCICE 11

Exercice 11. Précise sur ta feuille si les phrases ci-dessous sont verbales ou non verbales. Souligne sur la fiche les verbes conjugués des phrases verbales.


1) Inquiétante fonte des glaces en Antarctique.


2) Les scientifiques s’inquiètent de la fonte des glaces en Antarctique.


3) Où Paul s’est-il rendu ?


4) Merveilleux voyage à l’île de la Réunion.


5) Défense de stationner.


6) Au programme : visite du lycée professionnel et de ses ateliers.


*


EXERCICE 12

Exercice 12. Souligne les verbes conjugués dans les phrases ci-dessous et précise, pour chacune d’elle, s’il s’agit d’une PHRASE SIMPLE ou d’une PHRASE COMPLEXE.

1) Louisa prépare son concours.

2) les trains vont vite et relient les villes rapidement.

3) La fenêtre entrouverte laisse passer les nombreux petits rayons de soleil en ce doux soir d’automne.

4) Va, file mais reviens vite !

5) Ces lourds rideaux rouges empêchent la lumière d’entrer dans la salle.

*


EXERCICE 13

Exercice 13. A quel type de phrase appartiennent les phrases suivantes ? Note cela sur ta feuille.

1) Je n’ai rien entendu !

2) Ajouter cent grammes de sucre.

3) Comme ce ciel étoilé est magnifique !

4) J’ai loué un bungalow au bord de la mer pour cet été.

5) Ne me dérange pas aujourd’hui.

6) Je suis malade.

7) Est-ce que tu peux m’accompagner jusqu’à l’arrêt de bus ?

8) Pendant ces vacances, vous êtes souvent allés vous promener.

9) Qui vient dîner ce soir ?


*

EXERCICE 14

Exercice 14. Dans ces phrases injonctives, précise sur ta feuille laquelle exprime un ordre, un conseil, une interdiction, une prière, une invitation.

1) Ne joue pas avec l’ordinateur avant d’avoir fini ton travail.

2) Viens manger avec nous à la cantine ce vendredi.

3) Range tes affaires.

4) Venez-moi en aide.

5) Prenez un peu de repos.


*


EXERCICE 15

Exercice 15. Transforme ces PHRASES NEUTRES en PHRASES EMPHATIQUES. Utilise ou non un présentatif (suivi de que ou qui). Mets en relief l’élément souligné.

1) Le train a déraillé à la sortie de la gare de Chambéry.

2) Le poulet fermier a fait la réputation gastronomique de la Bresse.

3) Les chaînes sportives retransmettent les matchs de la coupe du monde.

4) Les violettes fleurissent à la mi-février.

5) Lesurques fut accusé à tort dans l’affaire des courriers de Lyon.

6) La dernière étape du Tour de France fut remportée par Tony Chavel.

7) On peut admirer le soleil à minuit au-delà du cercle polaire.

8) Les plus fortes marées se situent sur les côtes du Nord de la Bretagne


*


*

EXERCICES

EXERCICE 1

Exercice 1. Donne la forme des phrases suivantes. Écris la réponse dans ton classeur. Il y a plusieurs formes dans une seule phrase.

1. Il n’a pas plu cet automne.


2. « La vérité, je la dirai. » (E. Zola).


3. Les bâtiments ont été construits par des ouvriers dans les années 90.


4. C’est avec ma meilleure amie que je veux partir en vacances.

5. Les électeurs n’ont pas été entendus par les politiciens.


6. Rien ne sert de courir. Il faut partir à point.


7. Voici des nuages monstrueux qui envahissent le ciel.


*

EXERCICE 2

Exercice 2. Dans les phrases suivantes, souligne les verbes conjugués et encadre les propositions indépendantes. Précise dans ton classeur, quand c’est le cas, le lien qui les unit (juxtaposées ou coordonnées).


Ex. : Il monte dans la voiture et démarre. → [Il monte dans la voiture] et [démarre.] → Il s’agit de deux propositions indépendantes coordonnées.


1. Pierre et Paul partiront en vacances au bord de la mer cet été.


2. J’ai tiré les rideaux puis j’ai ouvert la fenêtre.


3. J’aurais aimé que nous allions ensemble au cinéma ; tu n’as pas voulu…


4. J’aurais aimé que nous allions ensemble au cinéma ; tu n’as pas voulu donc j’ai proposé à quelqu’un d’autre de m’accompagner.


5. Va faire les courses et prends les aliments suivants : pommes, beurre, avocat, mayonnaise…


6. Je dois acheter les aliments suivants : pommes, beurre, avocat, mayonnaise…


7. « Va, cours, vole et nous venge ! » (Pierre Corneille, Le Cid).


8 « Deux Pigeons s'aimaient d'amour tendre. / L'un d'eux s'ennuyant au logis /

Fut assez fou pour entreprendre / Un voyage en lointain pays. »


(Les Deux Pigeons, Jean de La Fontaine / NB : il s’agit d’une poésie dont les vers sont séparés par le signe /).


9. Paul aurait aimé acheter un nouveau vélo ; or, il n’a pas suffisamment d’argent pour le faire.


10. Prendre son temps pour travailler est nécessaire.


*

EXERCICE 3

Exercice 3. Souligne les verbes conjugués dans les phrases suivantes. Place tes crochets pour délimiter les propositions puis nomme (dans ton classeur) ces propositions indépendantes.


1. Alice ne s’était pas fait mal et elle fut vite sur pied.


2. Elle leva les yeux mais tout était noir au-dessus de sa tête.


3. Devant elle s’étendait un long couloir ; elle y vit courir le lapin blanc.

4. Elle décida de le suivre ; or il disparut en tournant à un coin.


5. Elle tourna le coin à son tour mais le lapin avait disparu.


6. Alice se trouva devant plusieurs portes, elle avait marché un moment.


7. Brusquement, elle vit une table ; cependant sur celle-ci se trouvait une petite clé d’or.

8. Alice réfléchit : la clef pouvait ouvrir une des deux portes.


D’après Lewis Caroll, Alice au pays des merveilles, Pauvert, éditions Fayard, 2000.

EXERCICE 4

Exercice 4. Dans les extraits suivants repère les propositions indépendantes

et précise dans ton classeur si elles sont juxtaposées ou coordonnées.

Dans ce dernier cas, relevez le mot coordonnant.


a.Un grand rosier se dressait près de l’entrée du jardin, les roses y étaient blanches, mais trois jardiniers s’affairaient à les peindre en rouge.


Alice trouva cela bien étrange et elle s’approcha pour les regarder faire.


b.La Tortue fantaisie poussa un profond soupir et se frotta les yeux du revers d’une de ses pattes.

Elle regarda Alice et tenta de parler, mais durant une minute ou deux, les sanglots lui étouffèrent la voix.


c. Le Lièvre de Mars prit la montre et la contempla d’un air maussade ; puis il la plongea dans sa tasse de thé et la contempla de nouveau, mais il ne trouva rien à dire.


Lewis Caroll, Alice au pays des merveilles (1865), Maxi-Livres (2004).


*


EXERCICE 5

Exercice 5. Souligne les verbes conjugués, découpe ces phrases en propositions

à l'aide de crochets. Dis si elles sont coordonnées (C) ou juxtaposées (J) et surligne le lien qui t’a permis de déterminer cela.


1. L’équipe des petits ira faire la sieste, les autres iront à la piscine. ( )


2. L’interprète nous parlait depuis une heure mais nous ne comprenions pas le moindre mot. ( )


3. Nathalie a attrapé la grippe car elle n’était pas assez couverte. ( )


4. Des poissons volants bondissaient hors de l’eau, des dauphins nous

entouraient, des pélicans planaient lourdement au-dessus de notre radeau. ( )


5. Nous irons camper à la montagne ou nous louerons une villa au bord de la

mer. ( )


6. Je me suis fait vacciner or ce n'est pas obligatoire. ( )


*

EXERCICES

EXERCICE 6

Exercice 6. Transforme les deux phrases simples en une phrase complexe

munie de deux propositions indépendantes coordonnées.


1. Les jonquilles sortent de terre. C'est le printemps.


2. Elle n'a pas compris l'exercice. Elle demande des explications.


3. Pascale regarde la télévision. Elle a envie de se distraire.


4. Je voudrais me reposer. Je n’ai pas le temps de me reposer.


*

EXERCICE 7

Exercice 7. a) Transforme (dans ton classeur) ces propositions juxtaposées en propositions coordonnées en t’aidant des outils suivants : mais, car, donc, en effet, pourtant, ainsi, et. b) Souligne les verbes conjugués. c) Encadre les propositions. d) Nomme l’outil de liaison : adverbe de liaison ou conjonction de coordination ?


a) Elle ne pouvait pas rentrer : elle avait oublié ses clés.


b) Je suis partie quelques jours, je me suis bien reposée.


c) Il faisait très beau ; elle n’osait pas sortir.


d) J’ai marché pendant quatre heures : je suis épuisé.


*

EXERCICE 8

Exercice 8. Précise si les informations suivantes sont vraies ou fausses. Quand les réponses sont fausses, donne la réponse juste dans ton classeur.


a) Une proposition peut contenir plusieurs verbes conjugués.

b) Une phrase peut contenir plusieurs verbes conjugués.

c) Une phrase peut contenir plusieurs propositions.

d) Une phrase comporte toujours au moins un verbe conjugué.

e) La proposition subordonnée est toujours reliée à la principale par une conjonction de subordination.


*

EXERCICE 9

Exercice 9. Dans ton classeur, recopie les phrases suivantes. a) Souligne les verbes conjugués. b) Encadre les propositions. c) Nomme-les : proposition principale et proposition subordonnée relative. d) Souligne les antécédents.


a) Tu as eu une idée que je trouve géniale.


b) Le professeur de géographie nous rend le contrôle que nous avons fait jeudi.


c) L’oiseau cherche un endroit favorable où il fera son nid.


*



EXERCICE 10

Exercice 10. Dans ton classeur, recopie les phrases suivantes. a) Souligne les verbes conjugués. b) Mets la proposition subordonnée relative entre crochets. c) Souligne l’antécédent. d) Donne la fonction de la proposition subordonnée relative.


a) Nous suivons un long chemin de terre qui mène à une ferme isolée.


b) Les livres que j’ai lus cette année sont rangées sur l’étagère du salon.


c) Toi qui a une belle voix, chante-nous une petite chanson.


d) Ne prends pas ce fruit vert, mange plutôt celui qui est mûr.


*

EXERCICES

EXERCICE 11

Exercice 11. Entoure les pronoms relatifs des exercices 9 et 10 et donne leur fonction dans ton classeur.


a) Tu as eu une idée que je trouve géniale.


b) Le professeur de géographie nous rend le contrôle que nous avons fait jeudi.


c) L’oiseau cherche un endroit favorable où il fera son nid.


a) Nous suivons un long chemin de terre qui mène à une ferme isolée.


b) Les livres que j’ai lus cette année sont rangées sur l’étagère du salon.


c) Toi qui a une belle voix, chante-nous une petite chanson.


d) Ne prends pas ce fruit vert, mange plutôt celui qui est mûr.


*

EXERCICE 12

Exercice 12. Recopie les phrases suivantes dans ton classeur. Souligne les

verbes conjugués. Dans chaque phrase, place tes crochets pour délimiter les différentes propositions. Détermine ensuite le nom de chaque proposition : proposition principale + proposition subordonnée relative OU proposition

principale + proposition subordonnée conjonctive complétive. Justifie ton choix.

1. Devant le cinéma, j’ai longtemps attendu une amie qui n’est jamais venue.

2. Je veux que tu prennes soin de tes affaires.

3. Hier, Claude a souhaité qu’il pourrait gagner au loto aujourd’hui.

4. Ce sont des milliers d’étoiles que je vois briller très haut dans le ciel.


*

EXERCICE 13

Exercice 13. Souligne les verbes conjugués. Mets entre crochets les propositions subordonnées relatives, entoure le pronom relatif qui les introduit, souligne leur antécédent


a- Cette élève qui porte un pull est brillante.

b- Le livre que nous lisons en classe est passionnant.

c- Le film dont je vous ai parlé est écrit à partir de ce livre.


*

EXERCICE 14

Exercice 14. Mets entre crochets les propositions subordonnées complétives, entoure le mot qui les introduit, précise leur nature (conjonctive ou

interrogative indirecte) et donne leur fonction.

a- Il faut qu’il soit plus sérieux.

b- Il se demande s’il doit arriver plus tôt.

c- Je sais que vous pouvez réussir.

d- Je ne sais pas à qui je dois adresser ce courrier.


*



EXERCICE 15

Exercice 15. Mettez entre crochets les subordonnées circonstancielles, entourez le mot qui les introduit, précisez leur nature et donnez leur fonction

a- S’il n’arrive pas à l’heure, nous réchaufferons le dîner.

b- Les élèves sont heureux parce qu’ils ont leur brevet.

c- Dès que je pars, mon chien va se coucher.

d- Il a travaillé si bien qu’il a finalement obtenu son brevet.


*

EXERCICES

EXERCICE 16

Exercice 16. Dans chaque phrase, souligne les verbes conjugués, délimite entre crochets les propositions et précise si elles sont juxtaposées ou coordonnées.

1) Mon fils est malade ; il ne viendra pas en classe aujourd'hui.

2) Nous te félicitons : tu as réussi un exploit donc nous sommes fiers de toi.

3) Dépêche-toi ou nous allons être en retard et nous allons manquer le train.

4) Samuel court, il fait du vélo, il nage : c'est un grand sportif.


*

EXERCICE 17

Exercice 17. Souligne les verbes conjugués. a) Identifie, pour chacune des phrases, à l'aide de deux couleurs différentes, la proposition principale (en rouge) et la (les) proposition(s) subordonnée(s) (en bleu). b) Donne la classe grammaticale de chaque proposition subordonnée (conjonctive, interrogative...)


1. Donnez-lui enfin la réponse qu'il attend.

2. Si tu le souhaites, tu peux m'accompagner en ville afin que nous achetions nos cadeaux de Noël.

3. Crois-tu qu'il m'accompagnera en ville ?

4. La ville où il habite n'est pas très grande.

5. Mon frère souhaiterait que je lui fasse découvrir cette ville qui est réputée pour son vieux quartier historique.

6. Il me demande si je suis d’accord pour l’accompagner.

7. Maria a bien révisé pour ses examens cette semaine si bien qu’elle peut se détendre ce week-end.


*

EXERCICE 18

Exercice 18. Donne la classe grammaticale des propositions subordonnées soulignées. Lorsqu’il s’agit de subordonnées circonstancielles, tu préciseras la circonstance exprimée.

Dès que j’entre dans un grand magasin, je suis stupéfaite de voir que tout est fait pour inciter à acheter.

Les rayons qui débordent de marchandises sont bien éclairés et mis en scène, afin que le consommateur se dirige automatiquement dans cette direction.


Tout est mis en rayon au mois de novembre, alors que les gens ne commencent leurs achats que plus tard.

Bien que je sois tentée, je n’achète rien cette fois-ci, parce que mon budget ne me le permet pas.


Si je le pouvais, j’offrirais cette immense peluche à mon neveu.

Je pense que je pourrais lui faire ce beau cadeau dans un mois.


*

EXERCICE 19

Exercice 19. Souligne les verbes conjugués. Encadre les propositions. Nomme-les. Dans chaque phrase, entoure la conjonction de subordination et précise la relation qu'elle met en évidence : temps, cause, conséquence, but.

1) L'eau est trop froide, si bien que personne ne veut se baigner.

2) Les jardiniers font les dernières plantations avant que l'hiver n'arrive.

3) Il tond la pelouse toutes les semaines afin que son jardin soit parfait.

4) Personne ne lui parle parce qu'il est très désagréable.


*

EXERCICES (suite)

EXERCICE 1

Exercice 1. Donne la forme des phrases suivantes. Écris la réponse dans ton classeur. Il y a plusieurs formes dans une seule phrase.

1. Il n’a pas plu cet automne.

2. « La vérité, je la dirai. » (E. Zola).


3. Les bâtiments ont été construits par des ouvriers dans les années 90.

4. C’est avec ma meilleure amie que je veux partir en vacances.


5. Les électeurs n’ont pas été entendus par les politiciens.

6. Rien ne sert de courir. Il faut partir à point.

7. Voici des nuages monstrueux qui envahissent le ciel.


*

EXERCICE 2

Exercice 2. Dans les phrases suivantes, souligne les verbes conjugués et encadre les propositions indépendantes. Précise dans ton classeur, quand c’est le cas, le lien qui les unit (juxtaposées ou coordonnées).

Ex. : Il monte dans la voiture et démarre. → [Il monte dans la voiture] et [démarre.] → Il s’agit de deux propositions indépendantes coordonnées.

1. Pierre et Paul partiront en vacances au bord de la mer cet été.


2. J’ai tiré les rideaux puis j’ai ouvert la fenêtre.

3. J’aurais aimé que nous allions ensemble au cinéma ; tu n’as pas voulu…

4. J’aurais aimé que nous allions ensemble au cinéma ; tu n’as pas voulu donc j’ai proposé à quelqu’un d’autre de m’accompagner.

5. Va faire les courses et prends les aliments suivants : pommes, beurre, avocat, mayonnaise…

6. Je dois acheter les aliments suivants : pommes, beurre, avocat, mayonnaise…

7. « Va, cours, vole et nous venge ! » (Pierre Corneille, Le Cid).

8 « Deux Pigeons s'aimaient d'amour tendre. / L'un d'eux s'ennuyant au logis / Fut assez fou pour entreprendre / Un voyage en lointain pays. » (Les Deux Pigeons, Jean de La Fontaine / NB : il s’agit d’une poésie dont les vers sont séparés par le signe /).

9. Paul aurait aimé acheter un nouveau vélo ; or, il n’a pas suffisamment d’argent pour le faire.

10. Prendre son temps pour travailler est nécessaire.


*

EXERCICE 3

Exercice 3. Souligne les verbes conjugués dans les phrases suivantes. Place tes crochets pour délimiter les propositions puis nomme (dans ton classeur) ces propositions indépendantes.

1. Alice ne s’était pas fait mal et elle fut vite sur pied.

2. Elle leva les yeux mais tout était noir au-dessus de sa tête.

3. Devant elle s’étendait un long couloir ; elle y vit courir le lapin blanc.

4. Elle décida de le suivre ; or il disparut en tournant à un coin.

5. Elle tourna le coin à son tour mais le lapin avait disparu.

6. Alice se trouva devant plusieurs portes, elle avait marché un moment.

7. Brusquement, elle vit une table ; cependant sur celle-ci se trouvait une petite clé d’or.

8. Alice réfléchit : la clef pouvait ouvrir une des deux portes.


D’après Lewis Caroll, Alice au pays des merveilles, Pauvert, éditions Fayard, 2000.

EXERCICE 4

Exercice 19. Souligne les verbes conjugués. Encadre les propositions. Nomme-les. Dans chaque phrase, entoure la conjonction de subordination et précise la relation qu'elle met en évidence : temps, cause, conséquence, but.

1) L'eau est trop froide, si bien que personne ne veut se baigner.

2) Les jardiniers font les dernières plantations avant que l'hiver n'arrive.

3) Il tond la pelouse toutes les semaines afin que son jardin soit parfait.

4) Personne ne lui parle parce qu'il est très désagréable.


*