Want to make creations as awesome as this one?

Transcript

est-ce que la réinterprétation des mythes nous permet de dénoncer les travers de notre époque et de faire passer des messages afin de nous ammener a y réfléchir

start

plan

1. L'histoire de Médée

2. Réinterprétation de la pièce de théâtre médée de Jean anouilh

3. Réinterprétation en peinture de Médée par Louis Victor Mottez

4.Conclusion

l'histoire de médée

«ces enfant je les tuerai, oui les miens (...)et quand j’aurai saccagé de fond en comble le foyer de Jason, je quitterai le pays
que leur servirait de vivre ? Je n’ai pour eux ni patrie, ni maison ,ni recours qui puisse écarter le malheur
coupable, je sais bien que le fut : le jour où j’ai déserté le foyer paternel ,conquise par les paroles d’un Grec…»

«Allons, ô ma pauvre main, prends ton épée, Prends-la, avance vers la ligne d'une vie misérable, Ne lâche pas, ne te rappelle pas à quel point tu les aimais, Tes enfants, comment tu les as mis au monde, rien que ce Jour-ci qui tire à sa fin, oublie tes fils, Et pleure après, même si tu les tues, Tu les auras aimés — je serai, moi, une femme infortunée. »

CitatioN

+

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetuer adipiscing elit, sed diam nonummy nibh euismod tincidunt ut.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetuer adipiscing elit, sed diam nonummy nibh euismod tincidunt ut.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetuer adipiscing elit, sed diam nonummy nibh euismod tincidunt ut.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetuer adipiscing elit, sed diam nonummy nibh euismod tincidunt ut.

Jean Anouilh dramaturge
français

NOM: Jean Anouilh
SIECLE DE NAISSANCE: 20e siècle
METIER: dramaturge
VERSION DONNE DE MEDEE: femme sanguinare, puissante , et monstrueuse


la réinterprétation de médée par jean anouilh

réinterprétation en peinture de MEDEE PAR MOTTEZ VICTOR LOUIS

.
NOM: MOTTEZ VICTOR LOUIS

SIECLE DE NAISSANCE : 19E SIECLE


VERSION DONNEE DE MEDEE:
MEDEE REPRESENTE AVEC DES SENTIMENTS HUMAINS

Médée de Mottez Victor Louis musée des beaux-arts de Blois

.

«Allons, ô ma pauvre main, prends ton épée, Prends-la, avance vers la ligne d'une vie misérable, Ne lâche pas, ne te rappelle pas à quel point tu les aimais, Tes enfants, comment tu les as mis au monde, rien que ce Jour-ci qui tire à sa fin, oublie tes fils, Et pleure après, même si tu les tues, Tu les auras aimés — je serai, moi, une femme infortunée. »

conclusion

avez-vous des questions ?

fate / grand order