Want to make creations as awesome as this one?

Transcript

Ecrire et communiquer: l'intime

Par Alessia Chimera

Mon entrée à la fac:

Le jour ou j'ai appris que j'étais prise à la fac je me suis tout de suite imaginé une nouvelle vie dans une nouvelle ville avec un nouvel entourage et surtout de l'autonomie. Pour la première fois de ma vie je vais devoir vivre seule et affroter les alèas de la vie à ma façon. J'apréhendais ce moment mais en même temps j'avais hâte
J'y allais dans l'espoir que ma vie change du tout au tout. J'y ai alors découvert de nouvelles personnes, de nouveaux lieux mais aussi et surtout de nouvelles matières.
Certaines m'aya,t plus intéressé que d'autres tel que le débat et le cours d'écrire et communiquer l'intime. Le but de ce cours etant de retranscrire son intime sous diférentes formes. Même si dans un premier temps ce cours peut paraître effrayant dans le fait de devoir dévoiler sa vie il y a aussi quelque chose de rassurant au fait de se confier. En les réalisant je me suis rendue compte de certaines choses comme du fait que certains passages de ma vie me blessait encore. j'ai décidé de presenter mes differents travaux dans ce tableau de bord afin que ceux de mon entourage me comprennent un peu mieux mais aussi pour que moi je puisse mettre un mot sur certaines de mes émotions.

Exercice n°1:

"Je me souviens"


  • Je me souviens de l’excitation et des insomnies la veille des sorties scolaires en pensant au moment du pique nique ou j’allais pouvoir jouer avec toute la classe

  • Je me souviens du stress et de la boule aux ventre avant de devoir passer devant toute la classe pour ma poésie

  • Je me souviens du jour ou j’ai choisi mon chat parmis tout ces chatons

  • Je me souviens du mal de coeur en rentrant dans la voiture avant de prendre la route pendant plusieurs heures pour aller chez mon père

  • Je me souviens des dessins animés tôt le matin avant d’aller à l’école

  • Je me souviens de tout les dimanches matins à la chorale de la messe ou on chantait des louanges dès le matin

  • Je me souviens d’avoir mis en place des stratégies avec ma cousine pour qu’on dorme l’une chez l’autre après le repas de famille

  • Je me souviens de la douceur du poisson raie que j’ai touché au musée océanographique

  • Je me souviens qu’on finissait tous a midi le lundi mais qu’on devait tous attendre le bus à seize heures

  • Je me souviens de la publicité “panzani pesto” ou la musique me restait dans la tête pendant des heure et que je la chantais à chaque fois que je mangeais des pâtes

  • Je me souviens de l’odeur des frites à la cantines à 11h pendant le cours de Monsieur Iroir ou personne n’arrivait à se concentrer

  • Je me souviens des comptines “Trois petits chats” et “biscarabiscarabosoldat”

  • Je me souviens des jours de fortes pluies ou le lac de l’argens finissait par déborder, qu’on ne pouvait pas aller à l’école et qu’on devait aider les voisins

  • Je me souviens de Joy ma meilleure amie qui venait chez moi me réveiller tous les matins et qu’elle m’attendait pendant que je me préparais pour qu’on aille à l’école ensemble

  • Je me souviens du jour ou j’ai annoncé ma première observation à ma mère a cause de bavardages j’étais en pleurs et ma soeur m’avait rassuré en me disant qu’elle avait dû changer de carnet tellement elle en avait eu beaucoup

Dans cet exercice on devait se rememorer des souvenirs qu'ils soient personnells ou collectifs à la façon de George PEREC dans son écriture de "Je me souviens" en 1978.

Cet exercice consistait à écrire 15 souvenirs ou seulement des élements du quotidien qui ont été oubliés au fil des années tout en respectant l'anaphore "je me souviens". Il fallait aussi essayer d'y intégrer différentes types d'images sensoriels tels que le visuel, le sonore ou encore l'olfactif. cet exercice m'a beaucoup plus car je suis le genre de personne qui se rappelle des moindres petits moments surtout lorsqu'ils m'ont marqués. Mais il fallait pas seulement que j'utilise des souvenrs personnels mais aussi des souvenirs collectifs de ma génération. j'ai pris ce travail comme un devoir d'enfant d'un coté pour sa simplicité maais aussi pour le fait que tout ces moments je les ai vécus durant mon enfance et je trouvais donc ça normal d'intégrer des icônes qui reflètent a l'enfance.
Dans l'exercice il était aussi demander un support sonore, c'est donc l'exercice qui m'a pris le plus de temps pour la mise en page et l'alignement des informations. Ce n'est pas le travail dont je suis le plus fière mais c'est le travail qui m'a semblé le pjus naturel, je n'ai pas eu à me creser la tête j'ai même du faire un tri sur mes idées car j'en avais beaucoup qui me venait en tête. Mais je doit quand même avouer que les souvenirs personnelles sont plus simples a trouver que les collectifs surtout qu'on doit se demander si c'est quelque chose que seul nous avons vécu ou si d'autres gens connaissent ce sentiment ou ce moment .

Exercice n°2:

Chaque enfant rêverait de le posséder. Il a de longues oreilles et un corps ovale, des couleurs virant du jaune au blanc. Ses longues oreilles ressemblant à celle d'un lapin dans un dessin animé et son bavoir ressemblant à ceux que les bébé porte pour ne pas se salir lorsqu'ils mangent. Il semble léger. Sur son bavoir deux lettres apparaissent A et C ainsi qu'une coccinelle entre ses deux lettres. Ces pattes arrières qui ne sont de simples demi-cercle et ses bras qui ressemblent au bras d'un humain font de lui une peluche unique. Il n’est pas doux commes les autres peluches, sa matière est peu commune ce qui le rend encore plus unique.

Je me souviens exactement le jour où on me l’a offert, c’était lors d’une énième journée passée à la salle de basket ou je m’ennuyais étant trop grande pour rester avec les adultes mais trop petite pour rester avec les autres enfants. Cette jeune fille de 18 ans m’avait offert cette peluche avec mes initiales dessus pour me tenir compagnie durant ces longues journées. Cette jeune fille qui était très proche de la famille a par la suite déménagé mais sa peluche elle est restée constamment avec moi. Je ne m’amusais qu’avec ce lapin en peluche pendant des heures. 14 ans plus tard, je me retrouve à jouer dans la même équipe que la jeune fille qui m’a offert cette peluche. A ce jour ce lapin m’accompagne encore il ne se passe pas une nuit ou je dors pas avec.

L'objet:

Pour cet exercice, il fallait que nous choisissions un objet, qu'on en fasse la description et que par la suite on raconte un événement qui nous rappelle cet objet. J'ai alors choisi de prendre une de mes peluches qui contient mes initiales. Elle est importante car la pesonne qui me l'a offert lorsque je n'étais qu'un bébé est toujours dans ma vie. Je dois avoir une cinquantaine de peluches toutes importantes mais j'ai décidé de parler de celle ci car c'est a plus ancienne que j'ai mais aussi car j'ai joué avec un nombre incalculables de fois. J'ai trouvé ce travail compliqué car j'ai eu du mal à décrire la peluche de façon neutre sans utiliser d'adjectifs qu'ils soient qualitatifs ou péjoratifs. Cependant je n'ai pas eu de mal à choisir cet objet ni à trouver le moment qui m'avait marqué. Le plus dur etait donc l'écriture mais j'ain quand même apprecier ce travail car il m'a permis de m'entrainer aaa rédiger de façon neutre ce qui va grandement me servir pour la suite de mes études. J'ai aussi voulu donner un air enfantin à cet exercice car les peluches sont le symbole principal de l'enfance et de plus me rappeler ces souvenirs d'époque m'ont ramené a cette période ou le seul problême etait de pas oublier ce doudou pour ne pas passer de heures entières à m'ennuyer. Aujourd'hui je reste tout autant dans les salles de basket mais je n'ai plus besoin de ce doudou pour me tenir compagnie. Pour conclure, ce deuxième exercice m'a intéressé mais j'y ai vu plus de difficultés que le premier mais je sui squand même resté dans la même ambiance de retour en enfance.

Exercce n°3:

Avant la perte

IL y 14 ans, Finette, qui était le chat de la compage de mon père a accoucher de ses deux portées pendant que ma soeur et moi y etions en vacances. Alors que ma mère était catégorique sur le fait de ne plus avoir d'animaux ma soeur avait craqué sur une de ces petites boules de poil colorés et lui avait même deja trouvé un prenom "Sissy". Après des heures de négociations téléphoniques, ma mère finit par céder tout en expliquant qu'elle ne s'en occuperais pas que seule moi et ma soeur auront toutes les responsabilités. La phrase typiquement mensongère de chaque parent. Nous sommes par la suite partis en voiture pour les 5h30 de route qui nous ramènent chez nous ôu notre mère nous attendait de pied ferme pour au final craquer totalement pour cette mini boule de poil.

Jour -365

On déménage. Sissy va passer d'un petit appartement à une grande campagne. Elle va enfin pouvoir découvrir le monde extèrieur. Malheureusement parmis ses aventures d'exploration elle choppe un foutu virus des dents contagieux pour les chats. On espere que ca va aller

Jour -4

Je pars chez mon père en vacances pour la semaine. Je ne m'inquiète pas pour sissy car le vétérinaire a dit que que tout allait mieux et qu'on avait enfin plus besoin de cortisone pour l'apaiser

Chez mon père, Le vendredi 26 février 2021, 14h50

Après la perte

Je pensais réellement qu'on étais sorti de toutes cette histoire de virus des dents mais j'ai en fait appris qu'il lui restait une opération à faire avant de la soigner complètement. Ma famille a préfere ne pas m'en parler pour ne pas me faire de peine. Mais ce jour la lorsque j'ai entendu la voix de ma soeur en pleurs a travers le téléphone, elle a causé la plus grosse peine que j'ai eu a affronter jusqu'à maintennt et pourtant j'ai perdu des personnes de ma famille auparavant. Mais avec elle ce n'etait pas pareil elle etait tout le temps la quand ça n'allait pas c'etait ma motivation dans la vie de tout les jours et encore à ce jour c'est elle ma plus grosse perte. J'ai eu du mal à en parler, je préferais garder ça pour moi au début mais mes amis n'ont pas tarder a se rendre compte que je n'allais pas bien, ils ont attendu que j'ai le courage de leur en parler. Lorsque j'ai enfin réussi je leur ai demandé quelle a été leur plus grosse douleur jusqu'a présent. Je voulais me rassurer, me dire qu'il y a pire, que de la ou elle est elle nous surveille et elle nous attends. Mon papy veille peut etre sur elle a l'heure qu'il est....

(Souvenirs)

Il y a 3 jours, mon chat depuis 13 ans est décedé. Je rentre de ma semaine chez mon père et je dois affronter le fait de voir ses endroits préferés vides. J'observe son panier qui n'a pas bougé d'un poil depuis mon départ. Elle n'est pas dedans, elle n'est pas non plus sur le canapé ni même sur le lit de maman. Elle est nulle part et j'ai du mal à m'en remettre. Mais je réalise enfin que je ne la verrais plus, que je ne la caresserais plus et que je ne l'aurais plus jamais. Ma sissy, notre beauté des îles

Durant mes années collèges, j'y allais avec la boule aux ventre. J'avais peur de ce qu'allait être les remarques aujourd'hui. Sur mon corps ou sur ma personnalité je ne sais pas lesquelles était les pires.Ca venait d'un groupe de garçons de ma classe mais je savais que certains était gentil et que seul l'un d'eux les contrôlait. Je les detestais mais surtout je ME detestais. Cette période m'a brisé mais j'ai appris, j'ai grandis et j'essaye d'aller de l'avant en passant à autre chose car il ne mérite pas que je sois brisé pour eux, il ne mérite que je sois malheureux.

Il y 1 an et demi, Mon chat est décedé. Et encore à ce jour je ne peut pas la remplacer. Les gens nous disent de prendre un nouveau chat ça nous permetteras de penser à autre chose. Mais si on a pas envie de penser à autre chose et qu'on ne souhaite pas la remplacer. De plus notre chien n'apprécierait pas de nouveau partenaire. Il avait réussi à accepter Sissy car il avait compris à quel point c'etait important pour nous. Mais sissy restera pour toujours notre seul et unique chat.

J'étais folle amoureuse de ce garçon. Il avait tout contrôle sur moi et il le savait, il en jouait. J'aurais tout donné pour lui mais ce n'était pas réciproque et je m'en suis rendue compte trop tard. Je voulais prendre mon temps pour moi c'était important et si c'était réellement le bon il n'allait pas m'en vouloir et respecter mes choix. Au début il semblait d'accord avec moi mais par la suite je pense qu'il à changé d'avis cr il s'est jeté au pied de cette fille dont je me méfiais au départ. J'ai passé un an à pleurer pour lui.

Ce travail fut le plus compliqué à rédiger tout simplement car il abordait un des sujets les plus compliqués de ma vie entière. Durant son écriture je n'ai pas pu retenir mes larmes à certains moments mais ça fait du bien de pleurer non ?
Certains peuvent se dire que ce n'est qu'un chat il y a bien pire comme perte comme celle d'un parent ou d'un ami. Mais pour moi c'était mon amie et chacun à le droit d'intérpréter ses événements à sa façon. Ce travail on a du le faire sous la forme du projet de Sophie Calle, il fallait choisir un événement fort qui a provoqué soit une grande douleur, soit un grand bonheur, soit une réelle frayeur, soit un effet de surprise, etc. Il peut s'agir d'un événement vécu sur le plan personnel ou médiatique, mais aussi d'un événement fictif . Mais je dois avouer que ce travail fut aussi le plus libérateur. Le fait de parler de ses sentiments fait toujours bien, mais la on a pu y mettre des mots mais aussi des images dessus ce qui fait que sa création malgrè la tristesse qui resurgit permet aussi d'un autre côté un sentiment de soulagelement.
De plus, ce fut le travail de cette matière de l'intime qui m'a pris le plus de temps pour être réalisé, que ce soit pour trouver les images pour se remémorer de l'ordre des événements ou même le fait d'interoger les gens sur leurs tristesses et qu'ils acceptent d'en parler à coeur ouvert. Pour conclure, ce travail nous laisse sur une humeur partagé, bien qu'il soit très intéressant à la production il porte tout de même atteinte à notre vie privéee. Ce qui rend toujours la chose plus dur.

Exercice n°4:

Le rêve:

C'est la veille de mes partiels, mais contrairement a ce que l'on pourrait penser je ne stresse pas pour mes partiels je stresse pour mon permis. Ce soir j'ai du mal à trouver le sommeil mon amis Lucas m'as informé qu'il n'avais pas eu le sien à cause d'une faute éliminatoire.
Mais quelques heures plus tard, je me retrouve dans la voiture de ma mère, je dois l'accompagner pour faire son taxi pendant qu'elle livre ses derniers colis. Tout se passe bien je conduis bien. Au bout d'un moment elle me fais conduire dans le centre du village de la bouverie en plein quartier résidentiel. Devant nous j'aperçois la voiture de l'auto école je reconnais Luc mon moniteur. Alors que dans ce quartier résidentiel la vitesse est limité a 30 je vois que l'auto école accélère. Je me rends compte qu'ils vont beaucoup trop vite mais surtout qu'ils perdent le contrôle de la voiture. Je les vois foncer droit vers une barrière ou derrière elle se cache le vide. En une seconde pouf je ne vois plus leur voiture. Je me met à hurler, je me gare sur le côté et je vais voir comment ils vont. Lorsque je sors de la voiture je me rends compte qu'ils ne sont finalement pas tombés dans le vide, ils sont la à côté, ils vont tout les deux biens ce n'est rien que de la taule froissée. Je me réveille donc perplexe mais rassurés par le fait que ce n'est qu'un rêve.

Une semaine après, vient le grand jour je vais passer mon permis. Je me retrouve avec un garçon que je connais ca me déstresse. On parle, on se rassure et on attends. On passe tout les deux notre heure de conduite qui sont deux grandes catastrophes mais on en rigole. Et maintenant c'est l'heure de l'examen je commence alors qu'il doit m'attendre sur le parking. Mon parcours se passe bien malgré quelques erreurs. Apres viens son tour je dois moi attendre sur le parking. Il m'explique après que ça s'est pas très bien passé mais il reste quand même détendu. On attends alors tout les deux que Luc ai fini de discuter pour pouvoir rentrer à l'auto école. Sur le chemin on discute de nos prestations, Luc nous explique ce qu'il en a pensé tout en conduisant. Alors qu'il prend un rond point comme à son habitude, une voiture manque de nous foncer dedans de très peu. Ce court de moment de panique m'a rappelé le moment que j'ai vécu dans mon rêve il y a une semaine sauf que cette fois j'étais moi aussi dans la voiture.

Pour cet exercice, on devait s'inspirer des textes de Victor Hugo et de Michel Leiris.
On devait raconter un rêve qu'il soit réel ou fictif, même si le réel était préferable, et ensuite raconter un évenement qui peut réferer à ce rêve. Ce fut assez simple car ce rêve et cet action fut recents. Je l'avais vécu seulement un mois avant de devoir faire ce travail. Il est difficile de se rappeler de ses rêves, la plupart du temps on les oublie le matin même ou tout au long de la journée. Mais je ne sais pas pourquoi, celui-ci m'est restéé bien en tête. En fait je pense savoir très bien pourquoi, c'est parce que je stressais à l'idée que ce soit un signe du fait que j'allais rater mon permis. J'ai gardé ce rêve pour moi je n'en ai parlé a personne même pas à ma mère qui était très impliqué dans l'obtention de mon permis. Selon moi je ne dirais pas que cet exercice était compliqué je dirais même qu'il était plutôt facile une fois que j'avais mes idées bien en tête. Après avoir eu les résultats pour mon permis je me suis rendue compte que je n'aurait pas du stresser autant par rapport à ça mais que c'était peut être tout simplement le fait qu'on allait frôler une voiture dans un rond point avec le moniteur qui était au volant. Pour conclure, j'ai bien aimé cet exercice mais je ne trouve pas que c'était mon préferé a réaliser, c'était seulement lui qui m'a pris le moins de temps.

Mercii d'avoir lu mon histoire