Want to make creations as awesome as this one?

Transcript

Les conditions féminines au XIXe siècle

Une enquête préparée par Mme MAILLARD, collège de Dadonville

sur une idée originale de Adélaïde Courant

La femme
aux urnes !

L'égalité
pour tous
et toutes !

Elle c'est Caroline Rémy dite Séverine (1855-1929), écrivaine, journaliste et féministe.

Retiens bien son nom car tu la recroiseras plus loin dans le jeu.

Elle c'est Henriette Hubert (née Legrand).

Elle est issue de la moyenne bourgeoisie de Paris.

Nous sommes en 1914 et Henriette Hubert participe avec d'autres suffragettes à une manifestation féministe pour réclamer le droit de vote pour les femmes.


C'est ce personnage fictif que tu vas suivre tout au long de cette enquête.

Mme Henriette Hubert est arrêtée le 5 juillet 1914 pour s'être enchaînée, en marge de la manifestation, aux grilles du Palais Bourbon (l'Assemblée nationale).


Elle est enfermée à la prison-hôpital pour femmes de Saint Lazare, à Paris dans le 10e arrondissement.

Elle ne peut compter sur le soutien de son mari : celui-ci cherche à utiliser son arrestation pour la faire passer pour "folle" et ainsi divorcer plus rapidement sans avoir à lui payer quoi que se soit.


Elle est défendue par Maître Anthony Aubin assisté de Maître Landowski.

M. Arthur Valin travaille pour ces deux avocats. Il a en charge d'enquêter sur Mme Henriette Hubert en vue de son procès pour prouver au juge qu’elle n’est pas folle.

C'est donc lui que vous incarnerez tout au long du jeu : il vous faudra donc enquêter sur la vie de cette femme de sa naissance à son emprisonnement pour comprendre les raisons de son engagement politique.

Pour réaliser cette enquête, quelques points sont à respecter :


- les flèches violettes permettent d'avancer dans le jeu

- la petite maison en haut à droite de l'écran permet à tout moment de revenir au détail des différentes missions.

- il faut faire les missions dans l'ordre (Mission 1, 2, 3, 4 pour parvenir à la mission finale)

- enfin ce jeu constitue le cours, il faut donc bien noter au fur et à mesure du jeu les réponses aux questionnaires.


Bonne chance !

L'éducation reçue par Mme Henriette Legrand dans son enfance

La carrière professionnelle de Mme Henriette Legrand

La vie maritale et familiale de Mme Henriette Hubert (née Legrand)

L'engagement politique de Mme Henriette Hubert (née Legrand)

L'incarcération et le procès de Mme Henriette Hubert (née Legrand)

Arthur Valin, l'enquêteur, note dans son carnet que l'éducation reçue par Henriette Legrand est classique pour la fin du XIXe siècle. Les avocats pourront donc démontrer le jour du procès que leur cliente a appris dès son enfance le rôle qui lui a été assigné dans la société. Regarde cette vidéo pour comprendre l'éducation qu'elle a reçue :

Regarde la vidéo puis réponds au questionnaire en cliquant sur le bouton ci-contre(n'oublie pas de noter les bonnes réponses sur ton cahier en même temps !!!)

Arthur Valin découvre que sa cliente, Henriette Hubert (née Legrand) est allée à l'école et s'est retrouvée en classe avec Mme Nicole Girard-Mangin (clique sur sa photo pour en apprendre plus sur cette femme au parcours étonnant : la seule femme médecin de l'armée française pendant la 1ere guerre mondiale !).

Bravo ! Tu as trouvé le code pour déverrouiller cette première mission concernant l'éducation de Mme Henriette Legrand (épouse Hubert) ! Tu peux maintenant poursuivre en passant à la 2e mission !

Arthur Valin continue son enquête et note que sa cliente poursuit des études de peinture aux Beaux-Arts de Paris en attendant son mariage. Elle y rencontre la peintre Rosa Bonheur

Il observe également que sa cliente développe un certain esprit critique à côtoyer le monde des arts. Mais cette réflexion, il la garde pour lui. Les juges du début du siècle se méfient des femmes indépendantes.

Apprends à mieux connaitre les artistes féminines du XIXe siècle grâce cette mission !

Voici quelques peintures réalisées par Rosa Bonheur (à observer attentivement ...) :

A quelle date les femmes ont-elles été autorisées à suivre les cours théoriques des Beaux Arts à Paris ?

1

8

9

7

Pour en connaître davantage sur Rosa Bonheur et les artistes femmes de son époque, visionne la vidéo suivante (juste le passage sur Rosa Bonheur, à peu près 3 minutes, jusqu'à 37'50 environ). Elle va t'aider à compléter le texte à trous dont le lien se trouve en bas de la page :

Sarah Bernhardt

Camille Claudel, dans son atelier

Clique ici pour compléter le texte à trous

Bravo ! Tu as trouvé le code pour déverrouiller cette deuxième mission concernant la vie professionnelle comme artiste de Mme Henriette Legrand (épouse Hubert) ! Tu peux maintenant poursuivre en passant à la 3e mission !

Arthur Valin poursuit son enquête et note que sa cliente s'est mariée avec M. Charles Hubert (notaire) en 1900. Elle a eu deux enfants (Louise et Jean). Elle ne travaille pas en dehors de son foyer : son mari pourvoit à ses besoins.

Mme Hubert s'est toujours conformée au Code Civil (Code établit en 1804 qui régit notamment les relations au sein de la famille entre les époux et entre les parents et les enfants).

Découvre le Code Civil grâce à cette mission !

Code civil -Art. 373

"Le père seul exerce l'autorité parentale durant le mariage"

C'est à dire que seul le père peut prendre des décisions concernant les enfants, la femme n'a rien le droit de décider en ce qui les concerne.

En 1804, le Code civil ou "Code Napoléon" inscrit dans la Loi l'infériorité des femmes.

"La femme passe de l'autorité de son père à celle de son mari. Elle est une éternelle mineur qu'il faut protéger. La femme est obligée d'habiter avec le mari, et de le suivre partout où il juge à propos de résider [habiter]. Le mari est obligé de la recevoir". [...]

"Les mineurs, les femmes mariées, les criminels et les débiles mentaux n'ont pas le droit de passer un contrat."

"Le mari pourra demander demander le divorce si sa femme commet un adultère." [...]

"La femme pourra demander le divorce si le mari commet un adultère dans leur maison." [...]

"La femme contre laquelle la séparation de corp sera prononcé pour cause d'adultère, sera condamnée par le même jugement, et sur réquisition du ministère public, à la réclusion dans une maison de correction (=prison) pendant un temps déterminé, qui ne pourra être moindre de trois mois, ni excéder deux années".

"Le mari s'occupe seul des biens de la famille. Il peut les vendre et les donner sans l'accord de sa femme".

La gestion des biens du ménage :

"Le lendemain de leur arrivée, elle dit à Julien :

- Mon chéri, veux tu me rendre l'argent de maman, parce que je veux faire mes emplettes ?

Il se tourna vers elle avec un visage mécontent :

- Combien te faut-il ? Elle fut surprise et balbutia :

- Mais ... ce que tu voudras. Il repris :

- Je vais te donner cent francs; surtout ne les gaspille pas. Elle ne savait plus que dire, interdite, et confuse. Enfin elle prononça en hésitant :

- Mais ... Je ... t'avais remis cet argent pour ... Il ne la laissa pas achever.

- Oui, parfaitement. Que ce soit dans ta poche ou dans la mienne, qu'importe, du moment que nous avons la même bourse".

D'après G. de Maupassant, Une vie, 1883

"Le père seul exerce l'autorité parentale durant le mariage."

Cela veut dire que seul le père a le droit de décider ce qui est bon pour ses enfants, sa femme n'a pas le droit de participer aux décisions concernant ses enfants.

"Le mari doit protection à sa femme, la femme doit obéissance à son mari". (...)

Bravo ! Tu as trouvé le code pour déverrouiller cette 3e mission concernant la vie maritale de Mme Henriette Hubert (née Legrand) ! Tu peux maintenant poursuivre en passant à la 4e mission !

Arthur Valin, en faisant des recherches chez Henriette, a découvert qu'elle a une collection impressionnante de bijoux aux couleurs semblables : vert, violet et blanc.


Ce n'est pas forcément très étonnant qu'une bourgeoise possède autant de bijoux.

Mais son mari explique à Arthur Valin que ce sont ces bijoux qui ont éveillé sa méfiance... Il avait l'habitude de lui en offrir, bien sûr... Mais, il y a quelques mois, elle a commencé à insister pour que les bijoux qu'il lui offre possèdent ces trois couleurs... Il ne comprenait pas bien ce choix de couleurs, mais après tout... Les goûts des femmes ça ne se discute pas, non ?!!!!

Sauf qu'ensuite, il s'est rendu compte que les féministes anglaises (les suffragettes) portent systématiquement ces couleurs lors de leurs manifestations !!! Apparemment, en société, en France, c'est devenu un code "secret" qu'elles utilisent pour se reconnaître entre elles !!!! Il espère donc que sa femme n'est pas devenue une de ces féministes !!! Manquerait plus qu'elle se mette à réclamer le droit de vote !!

Féministes lors d'une manifestation

Arthur Valin a presque terminé son enquête. Il découvre que lors d'un événement mondain, Henriette Hubert rencontre Caroline Rémy (si tu cliques sur sa photo, tu pourras découvrir la vie de cette femme assez extraordinaire !) qui la sensibilise aux combats des féministes.


Elle intègre alors le journal La Fronde (journal cofondé par Caroline Rémy et Marguerite Durand (en cliquant sur sa photo, tu pourras découvrir sa vie) pour lequel elle écrit des articles.

Arthur Valin inscrit également dans son carnet qu'à partir du moment où Henriette Hubert s'engage auprès des féministes, c'est là qu'elle a commencé à demander à son mari des bijoux vert, violet et blanc... Son mari a donc raison de craindre qu'elle soit une féministe ! Manifestement, elle a bien adhéré à ces idées nouvelles !!!!

Marguerite Durand

Caroline Rémy dite Séverine

Découvre les actions des féministes grâce à cette mission !

Marguerite Durand

Comédienne, journaliste, femme politique (1864-1936)

Ancienne actrice, journaliste, elle fonde en 1897 le premier quotidien féministe.


Marguerite Durand et sa jeune lionne, baptisée « Tigre », qu’elle élève dans le jardin de son petit hotel, près du parc Monceau.
Après un passage au Conservatoire et une carrière au théâtre, Marguerite Durand devient journaliste à « La Presse » et au « Figaro ». Sa participation au Congrès Féministe International de 1896 lui fait prendre conscience de la justesse des revendications des participantes et elle fonde, l’année suivante, le journal « La Fronde », premier quotidien féministe. D’autres suivront, « L’Action », en 1905 ou « Les Nouvelles », en 1909.


« Non, pour nous, le féminisme ce n’est pas la lutte contre l’homme, ce n’est pas la bataille des sexes... mais nous ne voulons pas que la femme, représentant une valeur sociale égale à celle de son compagnon en tant qu’ouvrière, ménagère, génératrice, soit sa subordonnée et soit traitée en accessoire par les lois et par les mœurs »

Elle milite pour les droits des femmes, notamment le droit de vote et la présence des femmes aux élections. Elle participe à la création de syndicats féminins particulièrement pour les employés et les ouvrières.

Son souci de collecter et de conserver les documents relatifs à l’histoire des femmes et à leur rôle dans la société lui permet, en 1931, avec la Ville de Paris, de créer la première bibliothèque féministe française qu’elle dirigera jusqu’à sa mort, en 1936, à l’âge de 72 ans.


Page réalisée avec la contribution de Mix-Cité. Page extraite du site internet 8mars.info

N'oublie pas de recopier les bonnes réponses sur ton carnet d'enquête !

Bravo ! Tu as trouvé le code pour déverrouiller cette 4e mission concernant l'engagement politique de Mme Henriette Hubert (née Legrand) ! Tu comprends maintenant pourquoi elle était à cette manifestation du 5 juillet 1914 à Paris, considérée comme la première journée des Femmes en France. Tu peux maintenant poursuivre en passant à la 5e mission !

Enfin Arthur Valin rencontre Henriette Hubert en prison : elle a pour compagne de cellule Alice Vermeille, blanchisseuse (Clique sur la photo en noir et blanc d'Alice Vermeille pour en apprendre un peu sur ce métier oublié, notamment l'autre nom qu'on lui donne... tu en auras besoin pour la suite), arrêtée pour vol à l’étalage.


Arthur Valin comprend que sa cliente est privilégiée. Elle n'a jamais connu la faim ou le froid, elle a toujours eu un toit sur la tête, elle a pu apprendre à lire et à écrire, elle s'est cultivée grâce aux études qu'elle a pu faire.

Arthur Valin remarque que comme Alice, Henriette est considérée comme une mineure aux yeux de son mari et de l'Etat.

Découvre le travail féminin au XIXe siècle dans cette mission !

Il en vient à la conclusion que cette situation les révoltent alors que l'une pourvoit comme elle peut aux besoins de sa famille (Alice) et que l'autre cherche à s'investir dans la société par ses engagements sociaux et professionnels (Henriette). Il insistera sur ce dernier point auprès des juges.

Le dortoir des femmes à la prison St Lazare

Texte d'Emile Zola

De quel tableau se rapproche le texte d'Emile Zola ?

1

2

3

4

Le travail au lavoir

"Le lavoir était situé vers le milieu de la rue. C'était un immense hangar, à plafond plat, monté sur des pieds de métal, fermé de larges fenêtres. Un plein jour blafard passait librement dans la buée chaude suspendue comme un brouillard laiteux. Des fumées montaient de certains coins, noyant les fonds d'un voile bleuâtre. Il pleuvait une humidité lourde, chargée d'une odeur savonneuse, moite continue ; et par moments, des souffles d'eau de javel dominaient. Le long des batteries, aux deux côtés de l'allée centrale, il y avait des files de femmes, les bras nus jusqu'aux épaules. Elles tapaient furieusement, riaient, se renversaient pour crier un mot dans le vacarme, se penchaient au fond de leur baquets."

D'après Emile Zola, l'Assommoir, 1877.


1. Batteries : bassin où l'on lave le linge.

2. Baquets : bassine en bois.

En 1928, les femmes représentent 38% de la population active mais leur salaire est majoritairement plus faible que celui des hommes.

Pour le découvrir clique sur les bonnes icônes et n'oublie pas de compléter le carnet de l'enquêteur.

Quels métiers féminins se développent avec la Révolution industrielle ?

Tu as raison avec la Révolution industrielle des métiers se développent avec celui d'institutrice.
Avec l'ouverture de l'enseignement aux filles à partir de 1850 et surtout avec les lois Ferry de 1881-1882, l'Etat embauche un personnel féminin plus nombreux pour travailler dans ses écoles publiques, laïques et gratuites.


Tu as raison avec la Révolution industrielle des métiers se développent avec celui de sage-femmes, d'infirmières, de médecin. Petit à petit les femmes accèdent aux études supérieures et peuvent ainsi mieux se former.

Nicole Mangin, l'unique femme médecin mobilisée pendant la guerre de 1914-1918 et envoyée à Verdun



Gloups... Recommence !

Ce métier existait déjà depuis longtemps à l'époque !

Tu as raison avec la Révolution industrielle des métiers se développent avec la Révolution industrielle comme celui de demoiselle de vente dans les Grands magasins (Au bon marché par exemple) auprès d'une clientèle aisée.

Tu as raison avec la Révolution industrielle des métiers se développent avec celui de l'ouvrière
(dans les mines pour trier le minerai, dans les filatures de coton, dans les usines, ...).
Le travail ne manque pas.

Gloups... Recommence !

Ce métier existait déjà depuis longtemps à l'époque !

Gloups... Recommence !

Ce métier existait déjà depuis longtemps à l'époque !

M. Arthur Valin arrive au terme de son enquête et relit avec attention son carnet d'enquête : 3 femmes avant-gardistes ont croisé la route d'Henriette et ont influencé son parcours.

é

é

e

s

a

m

n

i

c

p

Rosa Bonheur

Caroline Rémi, dite Séverine

Nicole Girard-Mangin

Qu'est-ce que ces 3 femmes ont en commun ?

Indice 1 :

as-tu pensé à déplacer les photos de ces femmes ?


Indice 2 :

https://www.anagrammeur.com/

Félicitations !





Nous sommes le 02 août 1914, l’ordre de mobilisation générale est annoncé.
La Première Guerre Mondiale est en marche . Mais ceci est une autre histoire.

Mme Henriette Hubert est finalement jugée mais relaxée

(libérée) grâce à votre enquête.