Want to make creations as awesome as this one?

Transcript

Sommes-nous la cause de la derniere crise biologique sur Terre?

L'impact de l'Homme

Selon de nombreux scientifiques, nous serions en train de vivre une nouvelle extinction de masse provoquée cette fois par l'activité humaine. Le taux actuel de disparition des espèces est le plus élevé jamais enregistré (entre 17 000 et 100 000 espèces disparaissent chaque année). Une espèce de plante sur huit est menacée d’extinction, un cinquième de toutes les espèces vivantes pourrait disparaître dans les 30 ans. Certains estiment que l’homme serait à l’origine d’une sixième crise biologique majeure.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Sujet:Sqguy652fh4iu0qh#:~:text=Une%20esp%C3%A8ce%20de%20plante%20sur,'impact%20de%20l'Homme.

Nous le faisons depuis le tout début du XXe siècle beacoup plus que jamais dans notre histoire

Les consequences

L'Homme est le catalisateur de la crise écologique, il augmente la gravité de l'effet de sert et creer des problémes par lui-même aussi. Comme par exempe les espèces invasives detruisant l'ecosystème
, ou toute sorte de déchêts étant dengerux pour les ecosystèmes. Aussi toute sorte d'activitées humaines comme la deforestation, ou même une vie tranquille en ville, qui génére des pollutions.

QUE FAIRE?

Comme on peut le voir, au 19eme siècle les émissions de charbon sont les premières à être élevées, et puis avec la révolution industrielle toute sorte d'émissions qui induisent le réchauffement climatique.


L'agriculture est responsable de la pollution et la dégradation des sols, de l'eau et de l'air. Elle est donc responsable d'une partie de la déforestation et utilisent une très grande partie d'eau, par exemple 1 500 litres d'eau pour produire 1 kg de blé. Et environ 5 millions de tonnes de blé tendre sont transformées en farine chaque année. Donc 7.5 billions de litres d'eau est utilisé que pour du blé.














source:

https://www.passioncereales.fr/la-filiere/la-filiere-en-chiffres

SOURCES:


https://www.lemonde.fr/biodiversite/article/2017/07/10/la-sixieme-extinction-de-masse-des-animaux-s-accelere-de-maniere-dramatique_5158718_1652692.html#:~:text=Dans%20une%20%C3%A9tude%20tr%C3%A8s%20alarmante,d'animaux%20et%20en%20%C3%A9tendue.&text=Lecture%206%20min.&text=C'est%20ce%20qu'ils,nomment%20%C2%AB%20un%20an%C3%A9antissement%20biologique%20%C2%BB.

https://reporterre.net/La-sixieme-crise-d-extinction-des-especes-c-est-maintenant

-Google image

https://www.conservation-nature.fr/ecologie/la-deforestation/


https://fr.wikipedia.org/wiki/Sujet:Sqguy652fh4iu0qh#:~:text=Une%20esp%C3%A8ce%20de%20plante%20sur,'impact%20de%20l'Homme.

LA DEFORESTATION


La conséquence la plus connue de la déforestation est la menace de la biodiversité. En effet, la forêt est un habitat très dense en biodiversité mondiale, certaines forêts étant même de véritables hub de biodiversité parmi les plus riches du monde. Qu’il s’agisse de mammifères, d’oiseaux ou encore d’insectes, d’amphibiens ou de végétaux, la forêt abrite des espèces parfois rares, souvent fragiles.
En détruisant ces milieux naturels, les activités humaines menacent donc l’existence de ces espèces

Ainsi, dans certaines régions d’Afrique, les grands singes comme les gorilles argentés sont en voie de disparition à cause de la réduction progressive de leur habitat naturel, notamment à cause de la déforestation.












source: https://youmatter.world/fr/definition/deforestation-definition-causes-consequences-solutions/

LES ELEMENTS TOXIQUES


Les usines de l'Homme, plus précisément les usines chimiques. Ces polluants atmosphériques peuvent être toxiques pour les animaux en perturbant leur fonction endocrinienne, en endommageant leurs organes, en accroissant leur vulnérabilité au stress et à la maladie, en diminuant leur succès de reproduction et en causant possiblement leur mort.







source:

https://www.canada.ca/fr/environnement-changement-climatique/services/pollution-atmospherique/qualite-environnement-economie/ecosysteme/animaux-sauvages.html


IMPACT DES USINES


Les usines font des dégâts considérables, dont la pollution. Il ne passe pas un jour sans qu’un animal marin soit retrouvé mort des suites de la pollution plastique. Si les tortues sont particulièrement concernées par cette hécatombe, les lions de mer, les dauphins et les baleines, les phoques et les oiseaux marins sont eux aussi touchés. Chaque année, selon les chiffres de l’Unesco, ce sont plus d’un million d’oiseaux marins et plus de 100 000 mammifères marins qui meurent à cause des déchets plastiques. Il faut dire que nos océans débordent de plastique : 8 millions de tonnes de déchets en plastique se retrouvent dans les océans chaque année. Sans compter les micro-plastiques sur les plages et les déchets dans les abysses qui n’ont pas encore été quantifiés…



















https://bebiodiversity.be/biodiversity-is-a-balance/


LES SOLUTIONS

D’abord, les métropoles, en tant que maîtres d’ouvrage, peuvent déjà apporter leur pierre à l’édifice des solutions à développer. L’élu écologiste a ainsi rappelé les bases, comme par exemple la végétalisation des agglomérations, méthode « la plus efficace pour lutter contre l’îlot de chaleur urbain ». C’est l’une des grandes lignes inscrite au PCET du Grand Lyon, avec pour objectif de planter 3000 arbres par an (1000 en renouvellement, 2000 en supplément). Dans toute opération d’urbanisme, la question « qu’est-ce qu’on plante ? » est donc posée, avec la question sous-jacente du choix des espèces adaptées aux évolutions du climat.
La végétalisation des toits reste plus difficile à développer à grande échelle, alors qu’en termes de confort l’été, « l’isolation contre la chaleur est primordiale ».
Finalement, « le retour de la nature en ville est la clé, martèle l’élu. Il y a encore quelques personnes qui trouvent que c’est de l’argent public gaspillé, mais le plus grand nombre apprécient les opérations, pour le plaisir de la ville qu’elles font naître ».

Prenons par exemple la voiture électrique. Elle est souvent présentée comme LA solution pour une mobilité durable et « zéro émission ». Mais dans les faits, la voiture électrique a aussi des impacts sur l’environnement. D’abord elle n’est pas « zéro émission » : elle émet du CO2, à hauteur de ce que le mix électrique qui sert à la recharger en émet lui-même. C’est-à-dire que si vous roulez avec une voiture électrique rechargée sur un réseau fonctionnant au charbon, vous émettez probablement autant voire plus de CO2 qu’avec une voiture à essence. Pour qu’une voiture électrique émette peu de CO2, il faut qu’elle soit rechargée sur un mix décarbonné (renouvelable et/ou nucléaire) et encore là, elle émettrait quand même du CO2. Mais en plus, la voiture électrique pose d’autres problèmes écologiques : la gestion des métaux et matériaux utilisés dans les batteries, ou leur recyclage en fin de vie par exemple. Quoi qu’il en soit, il y a donc toujours un impact non négligeable sur l’environnement et ce même si la voiture électrique est beaucoup plus écologique que la voiture essence ou diesel.

A visiter ce site: https://fr.wikipedia.org/wiki/Sujet:Sqguy652fh4iu0qh#:~:text=Une%20esp%C3%A8ce%20de%20plante%20sur,'impact%20de%20l'Homme.

SOURCES



https://www.lagazettedescommunes.com/554512/face-a-la-crise-ecologique-inventer-les-solutions-a-lechelle-des-territoires/