Want to make creations as awesome as this one?

Transcript

Arantxa Olhagaray, 2ndE

IT

Chapitre 1

"Vous flotterez aussi"

Beverly Marsh

Lisibilité ; 4/5

Originalité de l'histoire ; 5/5

1er de
couverture;
3/5

L'histoire ; 5/5

note globale

17/20

En soit, ce livre ne contient pas un vocabulaire compliqué. Mais Stephen King a sa propre manière d'écrire, ce talent a donné du relief à chaque détail semblant insignifiant, cette maitrise à nous plonger dans le récit en rendant le tout vivant et réel. Cependant Ça n'est pas un livre que je pourrais lire en continu, je me suis souvent sentie obligée de faire des pauses, dû quelquefois à la lenteur de l’avancée de l'intrigue, ou après la lecture de certains passages.

L'histoire nous immerge totalement dans son époque, par son côté joyeux, ce roman pouvant être comparé à une allégorie de l'enfance, de sa sincérité, de sa confiance, de son instinct et sa loyauté. Nous montrant aussi un côté beaucoup plus sombre de cette dernière ; la scolarité et surtout le harcèlement de nos 7 jeunes héros, l'exclusion sociale, la maltraitante parentale, mais surtout leurs peurs, des peurs primaires liées à l'enfance.
Rien ne leur sera épargné, nous ouvrant les portes à de l'horreur/fantastique qui est un style maitrisé par Stephen King. Il nous offre 7 personnages principaux ; Richard "Richie" Tozier, Bill Denbrough, Edward "Eddie" Kaspbrak, Stanley Uris, Beverly March, Ben Handscome et Mike Hanlon.
Ces personnages sont travaillés, remplis de détails, allant de leurs différences de caractère à leurs tics de langage, leur humour. Des détails qui ne font que nous plonger un peu plus dans cette immersion, car cette atmosphère offerte ne tient qu'à eux. C'est pourquoi, même si nous pouvons reprocher au tome 1 cette longueur, qui semble nous éloigner de l'intrigue, cela vaut le coup et nous introduit à la perfection les personnages que nous allons suivre pendant 800 pages. Il faut aussi savoir que les deux tomes sont complémentaires, formant à la base une seule et même œuvre de 1400 pages, soit l'un des plus gros livres de Stephen King.

Il est intéressant de savoir que Stephen King s'inspire généralement de ses rêves pour écrire .C'est ce qui fait de ses œuvres des histoires originales et qui savent se démarquer et Ça ne déroge pas à la règle. Il mélange fantaisie et horreur au cœur des années 50. Ce qui fait son charme et son originalité sont ses multiples interprétations face à l'origine de ce monstre, autant métaphorique que physique. Cette bouffée d'air frais nous faisant alterner entre présent et passé. Cette atmosphère, nous transportant dans la jeunesse et l'ouverture à l'adolescence si bien retranscrite tout en gardant le côté horrifique. Stephen King a su jouer de cela pour nous offrir une intrigue plutôt simple, mais pas simpliste.

1er de couverture

La première de couverture varie en fonction des versions.
Celle-ci est très épurée, nous avons un fond blanc avec le visage du clown qui s'y fond, essentiellement composée de rouge et de blanc.l'étoile signifie que c'est le chapitre 1, cette histoire étant en 2 tomes.le clown nous fait un grand sourire,comme pour nous prévenir, nous sommes ses proies, nous les lecteurs.En tout cas, Nous effrayer l'amuse, et on le comprend dès le début.

J’ai adoré ce livre qui possède son ambiance propre, qui se montre captivant. En effet Ça a su marquer des générations, tant par les souvenirs de l’enfance et de l’amitié que par son emblématique clown, nommé Pennywise, grippe-sou en français .J’ai lors de ma lecture eut l’impression de faire partie des ratés. Je m’y suis attachée. J’ai apprécié que le premier tome ne compte que la rencontre avec ça pour chaque enfant, parsemé des moments présents se déroulant 27 ans après. Je le recommande vivement à tous ceux qui comme moi, n’ont vu que la récente adaptation en film de 2017. Aucune scène n’a su me laisser de marbre, aussi crue et macabres soit elles. Même les plus légères, dépeignant une partie de vie tranquille de nos héros qui donne du baume au cœur, on comprend vite que l’espoir dans ce livre est ces enfants qui doivent sauver Derry. Entre horreurs, rires et amitiés : Ça c’est un peu de tout ça et bien plus encore

Amorce ;

C’est le début de l’été dans une petite ville située dans le fond du Maine nommée Derry .Les vacances scolaires de 1958 viennent de débuter et les enfants de cette ville sont prêts à en profiter.
Enfin, pas vraiment.
Derry, d’habitude calme et sans problème cache en réalité un lourd secret, et il ne suffit pas d’aller bien loin pour le trouver. C’est Bill Denbrough qui commencera les recherches, rongé par la culpabilité et le manque de son petit frère Géorgie. disparu quelques mois plus tôt.Il y entraînera son groupe d'amis, composé de personnes unies par leur différence, ceux qui sont toujours moqués des autres soit pour leur apparence, leur origine sociale ou bien leur handicap. Ensemble, dans l’endroit qui leur sert de parc de jeu, surnommé les friches mortes ils traqueront et finiront traqués par une entité prenant la forme de leur plus grande peur, ce matérialisant pourtant la plupart du temps en un simple clown. Mais, dans une ville austère et dénuée de solidarité où les enfants sont la principale cible de cette chose, de ça, est-ce vraiment une bonne idée d’envoyer un groupe surnommé les ratés d’à peine 12 ans combattre ce qui effraie et divise cette ville depuis plusieurs siècles ?