Want to make creations as awesome as this one?

More creations to inspire you

Transcript

Etre femme à Dunkerque : une exposition du CMUA - Archives de Dunkerque

Avant propos
Laurence Degunst,
Professeure missionnée DAAC au CMUA

En 2010, à l'occasion des Journées Européennes du Patrimoine, le CMUA - Archives de Dunkerque pésentait une exposition temporaire intitulée : "Etre femme à Dunkerque". Ce sujet local s'insère dans une réflexion que mènent, depuis quelques décennies, certain(e)s historien(ne)s.

Dans les années 1970, Michelle Perrot, Fabienne Bock et Pauline Schmidt s'interrogeaient : « Les femmes ont-elles une histoire ? »

La question est posée, et se décline selon l’évolution de cette réflexion épistémologique : « Une histoire des femmes est-elle possible ?»,

« Une histoire sans les femmes est-elle possible ? ».


Ces recherches ne pouvaient qu’avoir un écho dans l’écriture des programmes d’histoire. Au cycle 4, en classe de quatrième, on s’interroge sur « les conditions féminines dans une société en mutation », on s’attache à montrer que les femmes participent à l'histoire et que « la revendication féminine de l’égalité avec les hommes est déjà présente avant 1914 ».


Cette place des femmes dans l’histoire, leur combat, jamais achevé, pour l’obtention de leurs droits et de la parité, investit d’autres champs, celui de l’Education Morale et Civique et celui des valeurs de la République.


L’objectif de cette présentation est de vous faire découvrir quelques aspects de cette exposition « Etre femme à Dunkerque ».

Vous pouvez l''emprunter gratuitement pour mener un projet pédagogique au sein de votre établissement.


Le programme pédagogique du CMUA

Préface
William Maufroy
Conservateur en Chef du Patrimoine,
Directeur du Centre de la Mémoire Urbaine d'Agglomération

L'insertion dans les programmes

Programme Histoire 4eme Thème 3 : Société, culture et politique dans la France du XIXe siècle

"Les femmes restent également exclues de la vie politique. Mis à part en Finlande (1906) et en Norvège (1913), c’est le cas dans toutes les autres démocraties européennes, mais cette exclusion sera plus durable en France. Le travail féminin est pourtant une réalité ancienne : 6,2 millions de femmes sont actives en 1866, soit un tiers de la population active totale, et encore ce chiffre est-il probablement sous-évalué du fait de l’activité des femmes d’agriculteurs, d’artisans et de commerçants. Les femmes, moins syndiquées que les hommes, participent cependant aux mouvements de grève (elles sont 27% des grévistes du Midi entre 1903 et 1914), et des grèves se produisent dans des secteurs où le travail féminin domine (comme dans le textile). Elles obtiennent certains droits, comme la libre disposition de leur salaire (1907) et le congé de maternité de 8 semaines (non rémunéré), en 1909. En 1907, elles deviennent électrices et éligibles aux tribunaux des prud’hommes. De plus, elles rattrapent au long du XIXe siècle leur retard d’alphabétisation sur les hommes. La première bachelière est diplômée en 1861, et en 1881 une femme est pour la première fois reçue à l’externat de médecine. L’enseignement secondaire féminin se met en place en 1867 et 1880. En 1900, les femmes ont le droit de plaider comme avocates. Le sport féminin commence son essor à la Belle Époque. Mais la revendication du droit de vote, présente dès 1848, portée ensuite par des militantes comme Hubertine Auclert, ne trouve pas de débouché, quand bien même elle attire la sympathie de quelques députés comme Ferdinand Buisson.


Cycle 2,3,4,EMC Egalité, diversité et discriminations


  1. Citoyenneté et valeurs de la République: égalite-filles-garcons-et-prevention-des-violences-sexistes-et-sexuelles



https://eduscol.education.fr/1629/egalite-filles-garcons-et-prevention-des-violences-sexistes-et-sexuelles

Des femmes à l'origine de Dunkerque?

La ville de Dunkerque s'étonne quand Minerve lui récite son histoire tumultueuse.
Gravure de Krafft tirée de l'histoire de Dunkerque par Faulconnier.




Pourquoi cet étonnement ?


D’après la tradition, les femmes ont joué un rôle dans la fondation de Dunkerque. Deux femmes captives, vouées à un sacrifice satanique furent sauvées par l’évêque Saint Eloi. Elles emmenèrent le saint homme dans le village de leurs parents.

Ce dernier évangélisa la population et favorisa la construction d’une Eglise dans la dune (origine du mot Dunkerque).

D'autres femmes fameuses sont passées à Dunkerque. Ainsi, la pirate Louise-Marguerite de Bréville, contemporaine de Jean Bart, serait morte à Dunkerque des blessures reçues au combat.


La figure traditionnelle de la femme dunkerquoise


Les Bazennes recoivent le Président de la République Emile Loubet. CMUA 12FI 1162

Qu'est ce qu'une Bazenne?


Selon l’historien, Raymond de Bertrand, on appelle « bazenne », la cabaretière, l’hôtesse, la paysanne ou la femme du maitre ouvrier.

L’étymologie flamande du mot (Baes ou Baezes est le maitre de pêche) témoigne que ces femmes sont liées au monde de la mer et des pêcheurs. Le terme est plus largement employé pour désigner ces dunkerquoises qui vendent les poissons à la criée.

Elles représentent la ville et sont les ambassadrices de Dunkerque. Ce sont elles qui reçoivent les chefs d’Etat français ou étrangers à qui elles offrent un poisson d’argent ou de vermeil (rappel du poisson offert à la Tzarine en 1901). Cette institution perdure sous forme association loi 1901.


Les femmes à Dunkerque sont liées aux métiers de la mer :

Pendant l'absence des maris, partis à la pêche cotière, elles vendent le poisson sur la place du Minck ou en déambulant dans les rues, poussant leur charette, et criant pour attirer les clients : "platjes" (limande ou sole) ou "geernaert"(crevettes). On les appelle des poissardes.





Le statut des femmes à Dunkerque sous l'Ancien Régime

Le travail des femmes est un fait ancien


A Dunkerque, comme dans le reste de la France, le travail féminin prend de nombreuses formes : domestiques, servantes, journalières agricoles et femmes de peine. En Flandre, les femmes participent aussi à la production textile à domicile ou en manufacture. Dans les ceintures maraichères, elles approvisionnent le marché alimentaire. En ville, à Dunkerque, elles tiennent des commerces et des cabarets.

Souvent, la femme concourt à la survie quotidienne en aidant son conjoint qu'il soit commerçant, artisan ou paysan. Elle fait "marcher la boutique" en l'absence du mari et son autorité est reconnue par la réglemention des corporations. Cependant si la femme peut commander aux apprentis et aux compagnons, elle accède rarement à la maîtrise.


Etat des maitres chirurgiens de Dunkerque de 1750 (série Ancienne 472)

Que nous révèle ce document ?

La 10 ème ligne du document mentionne la veuve du sieur « Arqueboute tenant un garçon »


La veuve du sieur Arqueboute est reconnue dans la profession de chirurgien car elle est assistée d’un homme (le garçon). On peut penser que cette femme aidait son mari dans sa profession et qu’elle peut perpétuer l’exercice de son défunt mari (et sans doute préparer la succession au profit de son fils) parce qu’elle est assistée d’un homme.


Ceci témoigne du statut ambiguë de la femme : son travail est reconnu par ses pairs (elle dirige) mais seule la présence d’un élément masculin lui permet de poursuivre sa profession.



L'évolution du travail des femmes depuis la révolution industrielle


Ouvrières dans une filature 50F138/11Fonds Adeline Debaeme-Kiescoms

L'ère industrielle fait-elle évoluer la condition féminine?


La révolution industrielle change peu le statut des femmes. En ville, elles occupent les mêmes fonctions qu'auparavant : servantes, femmes de peine dans les cafés (nombreux), les estaminets...

Elles continuent de travailler dans le textile, le cadre change : c'est celui maintenant des usines de filatures. Leur salaire est inférieur à celui des hommes. Elles sont devideuses, fileuses...

Quelques changements s'amorcent : les femmes travaillent dans les nouveaux métiers du port : dockers, soudeuses aux chantiers de construction navale. Les trente glorieuses et la tertiarisation de l'économie leur permet d'intégrer des métiers administratifs, médicaux, bancaires...

La nouveauté est ausi la façon dont le labeur féminin est considéré par le prolétariat ( « un mal nécessaire »), par le patronat ( « un calcul économique»), par l’ensemble de la société bourgeoise (« un objet de compassion »).


Main d'oeuvre secondaire, la femme perçoit une rémunération plus faible que celle de l'homme (phénomène persistant de nos jours)



L'enseignement des filles



Une classe de filles à Dunkerque de l'école Paul-Bert Rosendael.Milieu du XXe siècle. Collection particulière
La même école pour tous : laïque, gratuite et obligatoire ?


Les lois scolaires de 1881 et 1882 rendent l'école gratuite (1881), obligatoire et laique (1882) pour les filles et les garçons.

Le système éducatif a longtemps été source de discrimination envers les filles. Dans l'Ancien Régime, A l'école, filles et garçons sont séparés. Les cours sont spécifiques et destinent les filles à être des épouses et mères accomplies.


Vers la femme libérée


Jeunes mariés à Rosendaël Milieu XXe Coll. particulière


Comment l'idée de l'égalité filles-garçons émerge-telle?


  • La mère au foyer

Pendant longtemps la place de la femme dans la société se conçoit comme celle d'une femme mariée, bonne épouse et bonne mère. Les jeunes filles de bonne famille, éduquées dans des couvents, éloignées de la tentation attendent de rencontrer leur prétendant. La vertu des filles célibataires est célébrée lors de fête comme celle des catherinettes ou des rosières.

Dans les classes populaires les femmes travaillent souvent jusque leur mariage.


  • L'impact des guerres

Les guerres montrent que les femmes sont des citoyennes et des combattantes. A Dunkerque, en Février 1871, l'explosion de la cartoucherie située dans l'ancien casino de Malo-les-bains fait 23 morts et beaucoup de blessés, femmes et enfants. Lors de la guerre 14/18, les femmes participent à l'effort national. Pendant la seconde Guerre mondiale, des dunkerquoises entrent en résistance telle que Marthe Houchart. D'autres sont remarquables par leur dévouement telle que soeur Rose, de son nom civil Hélène Vanalderwelt.


  • La conquête des droits

Le code civil de 1804 (Code Napoléon) consacre le statut d'infériorité de la femme en instituant l'incapacité juridique de celle-ci. Souvent évoqué, dès la fin de la 1ere Guerre mondiale; le droit de vote est refusé aux femmes en France Il faut attendre avril 1944 pour qu'une loi reconnaisse enfin ce dernier aux femmes françaises...

La marche vers l'égalité filles-garçons ne fait que commencer




Quand les femmes dirigeaient la Flandre

Marguerite de Flandre et son époux Guillaume de Dampierre
Sanderus


Des femmes au pouvoir à Dunkerque?


Au Moyen Âge, Dunkerque est passé sous l'autorité des comtes de Flandre ou plutôt, de 1205 à 1278, de deux comtesses : Jeanne de Flandre (ou de Constantinople) et sa sœur Marguerite de Flandre. Cette situation peut sembler étonnante au vu de la loi salique. Que dit cette loi?

Loi salique : En France des difficultés de succession au XIVe poussent les juristes, au service du roi, à utiliser un extrait d'un code de loi (élaboré entre le début du IVe et VIe siècle pour le peuple des francs dits saliens). Ils affirment que le trône de France ne peut être confié à une femme tant que des héritiers mâles existent. Cette loi de succession se précise au cours des siècles et devient une des lois fondamentales du Royaume au XVIe. Elle ne s'applique pas forcément aux possessions des seigneurs.

Au XIIIe siècle, en Flandre, les femmes sont des acteurs du pouvoir et de l'histoire.


Une approche thématique

Etre femme à Dunkerque et en France

1860-1900

En France

1861: 1ere bachelière

1881 : 1ere femme reçue à l’externat de médecin

Entre 1867 et 1880 mise en place du enseignement secondaire féminin.

En 1900, les femmes ont le droit de plaider comme avocates

1944-46

En France

1944: Les femmes obtiennent le droit de vote et d’éligibilité par ordonnance du Général DE

GAULLE

1946 : Le principe d’égalité entre les femmes et les hommes est inscrit dans le préambule de la Constitution

1967-75

1909

En France

1909: Congé de maternité de 8 semaines (non rémunéré) reconnu aux femmes

1938

Les femmes peuvent s’inscrire à l’université sans l’autorisation de leur mari

1907

1907 Les femmes sont électrices et éligibles aux tribunaux des prud’hommes.

1966

1966 : Les femmes peuvent gérer leurs biens propres et exercer une activité professionnelle

sans le consentement de leur mari.

2000.....

2001 : Egal accès des femmes et des hommes aux fonctions électives.

2004 : Eviction du conjoint violent du domicile conjugal

2005 : choix obligatoire d’un statut pour le conjoint collaborateur pour les PME

2006 : La loi relative à l’égalité salariale entre les femmes et les hommes

Découvrez des femmes qui ont joué un rôle dans l'histoire de France

Découvrez les actrices de l'histoire locale

Simone Veil (1927- 2017)

Femme politique française . Porteuse de la loi sur l’interruption volontaire de grossesse, européenne convaincue. Académicienne. Voir

https://www.gouvernement.fr/1927-2017-c-etait-simone-veil


Gisèle Halimi (1927-2020 ), Avocate, militante féministe et femme politique franco-tunisienne. Signataire du manifeste des 343 et avocate du procès de Bobigny.


Geneviève Anthonioz-De Gaulle (1920 – 2002) Résistante française, déportée en 1944 au camp de Ravensbrück, puis militante des droits de l’homme et de la lutte contre la pauvreté, présidente d’ATD Quart Monde. Entre au Panthéon en 2015.

Nicole Girard-Mangin (1878-1919), Unique femme médecin à exercer en première ligne pendant la guerre de 1914-18. Mobilisée par erreur le 2 août 1914, elle occulte sa condition féminine et se porte volontaire pour exercer à Verdun.


Irène Joliot-Curie, Physicienne et chimiste et femme politique. fille de Pierre et Marie Curie. Elle a obtenu Prix Nobel de Chimie en 1935 avec son mari Frédéric Joliot pour la découverte de la radioactivité artificielle.


https://musee.curie.fr/decouvrir/la-famille-curie



Louise Michel (1830 – 1905) Institutrice, militante révolutionnaire et libertaire française



Clémence Royer (1830-1902) Philosophe et scientifique. Elle a été la première femme professeure sans chaire à la Sorbonne. Elle fut à la fin du XIXe siècle une figure du féminisme et de la libre-pensée. On lui doit la première traduction en français de l’origine des espèces de Charles Darwin et d'avoir introduit ainsi le Darwinisme en France en 1862.


Simone de Beauvoir

Simone de Beauvoir (1908-1986) est une féministe, philosophe et femme de lettres française. Figure importante du féminisme, elle a participé au mouvement de libération des femmes dans les années 1970.


Après la visite de l'exposition:

  • La date à laquelle les femmes ont obtenu le droit de vote. Et de percevoir le retard de la France en ce domaine,
  • La présidence de la Ve République, pendant laquelle le droit des hommes a le plus favorablement évolué,
  • Le statut des femmes sous l'Ancien régime : leurs occupations et la reconnaissance qu'elles

en obtiennent dans la société,
  • L'évolution de leurs métiers avec la Révolution Industrielle,
  • Le statut juridique de la femme défini par le code civil en 1804,
  • La raison pour laquelle, une fresque de la mairie de Dunkerque représente Jeanne
de Flandre,
  • Le nom de la figure emblématique de la femme à Dunkerque,
  • Le rôle qu'assignait l'Ecole de Jules Ferry aux femmes.

Ils connaissent des femmes qui ont été actrices dans l'histoire sur le plan local et sur le plan national et savent intégrer leurs actions dans le contexte de l'époque.

Les élèves sont capables de préciser :

https://histoireparlesfemmes.com

Un point de vue d'une étudianet en Histoire. "Cesite veut rappeler l’existence de ces nombreuses femmes qui ont fait basculer l’histoire de l’humanité, d’une manière ou d’une autre. Il s'agit simplement de rappeler que l’Histoire n’est pas uniquement une affaire d’hommes mais bien de femmes et d’hommes."

https://www.egalite-femmes-hommes.gouv.fr/dossiers/bibliotheque-des-femmes-celebres/

Un site officiel pour rappeler le rôle des femmes dans l'histoire

https://histoire-image.org/fr/hors-series/femmes

Un dossier fourni sur des ressources mettant en scène l'histoire des femmes. Des précieuses indications bibliographiques

La Française, sous-titré Journal de progrès féminin, est créé en 1906 par la féministe Jane Misme. Le titre paraîtra jusqu'en 1940.

https://www.franceculture.fr/emissions/serie/histoire-des-femmes-ecrire-l-histoire-des-femmes-par-michelle-perrot

Un ensemble de Podcast sur l'histoire des femmes: son écritures, ses histoiriennes...

Le livret complet de l'exposition Septembre-octobre 2010

Contacter le CMUA pour l'emprunt de l'exposition

CMUA- Archives de Dunkerque

veronique.delaporte@cud.f

Tel: 0359278120