Want to make creations as awesome as this one?

Appuyer bien sur tout les + et les choses interactive cela fait partie du devoir.

Transcript

Adventure

start

'S

index

1. Prologue

2. Chapitre 1

3. Chapitre 2

4. Chapitre 3

5. Chapitre 4

6. Chapitre 5

7. Prochain voyage

8. Prête pour le départ

ÉCRIRE et COMMUNIQUER : L’INTIME

Home

Prologue

Si tu n’es pas autorisé à lire ce carnet, REPOSE le immédiatement !

Je sais que cette histoire paraît dingue.
Mon cher lecteur, tu dois te demander où je suis passée et quand je reviendrai. Voilà pourquoi je te laisse ce carnet –au cas où il m’arriverait quelque chose et qu’on ne me revoie plus jamais. Regarde bien tout ce qu’il y a dedans. Appelle les numéros de téléphone. Va sur les sites internet. Tout ce qui s'y trouve est important. Grâce à ce carnet tu comprendras tous ce qui s'est passé. Et crois-moi, tu es loin de te douter de ce qui m'ai arrivé.
Prend bien soin de ce carnet !
Mais surtout pas un mot à PERSONNE, sauf si tu as envie de finir impliquée jusqu’au cou, comme moi. Ne t’en fais pas, je m’en sortirai (enfin j’espère). Après tout, c’est peut-être le début d’une nouvelle vie pour moi. Ce qui est sûr, c’est que plus rien se sera comme avant.

Bisous,

Maëlys.

PS: surtout n'hésite pas à appuyer sur tout les boutons, des surprises peuvent apparaitre

Je pense donc j’existe, c’est l’existence du moi, c’est ma seule certitude...

la personne

Je vis ma vie et je deviens

que je veux être au plus profond de moi

Chapitre 1: introduction

Les objectifs

Mon année d'étudiante fut forte en émotions. Chaque cours était différent et me permettait d'accroître mes connaissances. Lors de mon deuxième semestre, j'ai eu un cours plus différent. "HPEIEC2 - ECUE Ecrire et communiqué : l'intime", le cours parait compliqué mais il permet de mieux comprendre notre pensé souvenir, nous replonger dans ressouvenir et sensations qu'on croyait perdus. J'en ai plusieurs appris sur moi dans ce cours que dans n'importe quel autre. Dans mes études, on prime le fait de mieux comprendre notre société mais pour bien connaitre les individus il faut commencer par se connaitre. Ce cours nous fait remonter des souvenirs et sensations, mais également, les ateliers d'écriture, font en sorte qu'on partage ces derniers.

Mes objectifs personnels

Ch1

Devenir étudiante et arrivée dans une nouvelle école est assez stressant. Je vais t'expliquer ce qui s'est passé lors de cette année dans ma nouvelle faculté qui est celle de Carlone.

Pour débuter une nouvelle vie, il faut se donner des objectifs. Etat une fille de la campagne et de l'arrière-pays niçois il fallait que je me force à accomplir au long de cette année des objectifs à atteindre afin de m'épanouir.
En quelque sorte je devais devenir la version 2.0 de moi-même sans perdre de vue qui je suis vraiment.
Les objectifs personnels que je me suis donnés ont pour but d'améliorer ma personnalité, de laisser mes envies s’exprimer. Il peut s’agir d’activités ou de travail, le plus important c’est que ce type d’objectifs m'aide à être épanouie et satisfaite de moi-même. Se fixer des objectifs et faire tout ce que nous pouvons pour les atteindre sont quelques-unes des premières décisions à prendre lorsque nous souhaitons changer de vie et grandir. Pour réaliser nos rêves, nous devons les concrétiser et nous fixer des objectifs pour nous guider et tracer un chemin à suivre.

  1. Améliorer mon comportement avec les autres.
  2. Faire des activités qui m'amusent (=il peut s’agir de dessin, de couture, de création de bijoux et bien d’autres).
  3. Lire de nouveaux et de nombreux livres.
  4. Etre plus sociable avec les personnes qui m'entoure (vaincre ma timidité)
  5. Essayer de moins stresser au quotidiens
  6. Avoir des routines et des habitudes qui m'apaisent.
  7. Etre fier de mon parcours et m'encourager après chaque objectif accompli.
  8. Réussir mes semestre et mon année.
  9. Continuer le sport.
  10. Ne pas me surmener et choisir au début des objectifs faciles avec un durée de réalisation assez importante.
  11. Apprendre de nouvelles langues, améliorer les langues déjà acquises

Mon cheminement personnel

MES objectifs propres (dans MES études et/ou votre vie professionnelle) et ce que ce travail M'a apporté

Le secret est dans les détails

+



+


"Ces "je me souviens" ne sont pas exactement des souvenirs, et surtout pas des souvenirs personnels, mais des petits morceaux de quotidien, des choses que, telle ou telle année, tous les gens d’un même âge ont vues, ont vécues, ont partagées, et qui ensuite ont disparu, ont été oubliées ; elles ne valaient pas la peine d’être mémorisées, elles ne méritaient pas de faire partie de l’Histoire, ni de figurer dans les Mémoires des hommes d’Etat, des alpinistes et des monstres sacrés.



Il arrive pourtant qu’elles reviennent, quelques années plus tard, intactes et minuscules, par hasard ou parce qu’on les a cherchées, un soir entre amis ; c’était une chose que l’on avait apprise à l’école, un champion, un chanteur ou une starlette qui perçait, un air qui était sur toutes les lèvres, un hold-up ou une catastrophe qui faisait la une des quotidiens, un best-seller, un scandale, un slogan, une habitude, une expression, un vêtement ou une manière de le porter, un geste, ou quelque chose d’encore plus mince, d’inessentiel, de tout à fait banal, miraculeusement arraché à son insignifiance, retrouvé pour un instant, suscitant pendant quelques secondes une impalpable petite nostalgie."


--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


Ce sont des petits élément d’un quotidien, des traces du passer qui reviennes. Elle revienne par hasard car nous les avons chercher. Travailler sur la mémoire longue mais également courte.


Il s’autorise comme Proust une dernière phrase,


La mémoire construit l’identité interne (psychologique) d’un individu. La mémoire inscrit l’homme dans un espace temporel et construit son histoire: ainsi on peut se rappeler du passé ou se projeter vers le futur.

Dans notre cerveau, il existe plusieurs formes de mémoire. On enregistre les informations grâce à la connexion des neurones entre eux. Dans le cortex cérébral, les informations deviennent des signaux électriques qui suivent les chemins tracés par les neurones. Ces chemins sont discontinus, et les fossés qui les lient les uns aux autres sont appelés : les synapses. C’est en traversant ces synapses que les signaux électriques libèrent une substance chimique qui créer des ponts ; les chemins qui étaient alors discontinus deviennent praticables : le stockage de l’information est favorisé.


Notre mémoire nous rappelle des moment du quotidien passer mais aussi présent, le touché a vue, le goût, nous ramène a des moment oublié, reviennent a la surface. On revis le moment de notre passé.

Variété des souvenirs, mélanges de slogans publicitaire, d’écoles, de moment en famille… La mémoire est très affective (émotions) et sensorielle (perception). Souvenir a la fois modeste, insignifiant et qui disent tout.


Si on rajoute des prénoms, une habitude vestimentaire, des attitudes, on va tjrs associé a un personnage le récit va devenir plus réelle.

Les souvenirs permettent d’éclairer le moment présent, de se réapproprier son histoire, de la poursuivre, d’étoffer sa personnalité. Aller à la recherche de ses souvenirs, c’est comme mettre en ordre sa maison. On enlève la poussière, on se débarrasse d’objets devenus inutiles et, parfois, on retrouve un objet de valeur perdu.

J'ai choisi ces souvenirs et j'ai écrit de cette manière pour une bonne raison. J'ai voulu cas traversent mes mots tu ressens le moment que je décris. J'ai essayé qu'à travers mes mots tu ressentes le souvenais comme si tu étais en train de le vivre toi-même.
Pour comprendre ce qui m'est arrivé tu dois comprendre ce que je pense et connaisse mes anecdotes.
Comprendre qui je suis, connaitre ma pop culture et tous ce que m'a apprise la vie.
Les souvenirs, ne sont pas simplement un retour vers le passé. Ils sont notre identité. Les souvenirs d'enfance peuvent être une énorme source d'énergie. D'autant plus que nous avons la capacité de transformer des souvenirs de situations désagréables en moments amusants, agréables, qui nous rappelle des moments agréables. Tout au long de notre existence, nous interagissons avec nos souvenirs. Grâce à eux, nous fabriquons une partie de notre personnalité et de notre rapport au monde. Nos souvenirs d'enfance en disent long sur qui nous sommes en tant qu'adultes, ce que nous voulons ou ce à quoi nous aspirons.

"La musique donne une âme à nos coeurs et des ailes à la pensée".

platon

note de cours

Consigne

Chapitre 2: L'inventaire

Je me souviens du stresse qui monter au moment où la prof rendait les copies avec la note et rajoutait un petit commentaire « peut mieux faire »

Je me souviens des câlins de ma maman quand j’étais triste.

Je me souviens de l’odeur des gâteaux et des biscuits au chocolat qui flottait dans l’air a l’heure du goûter en maternelle.

Je me souviens de mon premier baiser.

CH2

Je me souviens des papillons dans le ventre que j’ai eu la première fois que je l’ai vue.

Je me souviens de la première fois où j’ai vue les Harry Potter et que j’ai rêver d’aller à Poudlard

Je me souviens des rentrés scolaire où l’on se demandé dans quel classe nous allons être.

Je me souviens du moment où on nous a annoncé que l’ont aller être confiné pendant 15 jours mais que ça a durée bien plus longtemps. On était bête de penser qu’on allait faire des soirée tout les jours avec les copains.

Je me souviens du bruit des billes rebondissant sur les plaques d’égouts

Je me souviens encore de ce jour-là comme si c'était hier. J’étais en CE2, dans la salle de classe avec mes camarades. C’est ce jours là où nous avons compris que le père noël n’existait pas.

Je me souviens que je menais une vie de petite fille. J'adorais les frites avec du ketchup, Jean-Claude Van Damme était mon héros préféré, je portais des basket a scratche Adidas.

Je me souviens de la musique de la publicité de la purée qui ne voulait plus quitter les pensé de ceux qui l’écouté.

Je me souviens des pubs de fast food qui me donner faim a l’heure du repas.

Je me souviens Des clips de Michael Jakson et de son clip Thriller qui nous glacé le sang, une terreur qui parcourait tout notre corps. Pleins de questions qui venait dans nos tête, les loup-garou existe ? La ville va finir en zombie ? On ne savais pas mais c’était sur que nous allions les retrouver dans nos cauchemars

Je me souviens que le monde n’est pas toujours jolie et que à tout moment nous pouvons repartir en guerre.

Tu retrouveras sur la page suivante une vidéo, qui te permettras de mieux comprendre mes pensée.

L'audio des souvenirs

peut-être besoin d'être téléchargé

Edgar Po

Guy de Maupassant

Alain Robbe-Grillet

Todorov

Consigne

+

Exercice : Sur au moins 10 lignes, décrire l’objet choisi avec le plus d’objectivité possible ( pas de « je », rien de connoter)


  • Décrire l’objet

  • Forme de récit où on raconte une histoire dans lequel cet objets a une fonction et d’une manière très subtil, on comprend que cet objet est relier a nous et à quelque chose et qu’il a une force.

  • On peut jouer du fantastique étrange. Parfois, le récit est raconté du point de vue de l’objet.

  • Deuxième paragraphe : ultra perso, plus d’objectivité.



Il avait un idéale d’écriture, les nouveaux romans laissaient tomber : récit, narration. Il cessait les effet de réel et travaillait dans un soucis et quasi d’objectivité d’écriture.

Il opte sur pour un regard omniscient, à la manière d’un ethnographe. Il y a un regard objectif, adjectif qui caractérisent les objets qui renvoient à la vu

Un fantastique qui nous reflet basculer dans le réel mais des fois où nous avons aucune explication et par dans l’irréelle. Cela créé des petite tension. Alors que les nouvelles aventure est dans le fantastique étrange. On est pas passer dans le réel barbare, des situation par contre qu’on a du mal et comprendre avec un mal être car il y un truc qui colle pas un effet de basculement. Il y a des élément incongru qui se déroule.

C'est un écrivain qui a voulu définir le fantastique : fantastique merveilleux (Disney, star-wars) et le fantastique étrange (une étrangeté qui se produit, le spectateur va être mis dans une situation d’hésitation, réalité ou virtuelle.)

Le bureau avait une place importante pour ceux dernier ou l’objet était devenue un objet de mémoire où on pouvait retrouver des lettres qui retraçait des histoire douloureuse, mais aussi belle. On pouvait y retrouver également des photographie => capter un moment. La question de nostalgie se créé.
L’objet créé des souvenir involontaire.

Chapitre 3: objet

Mon objet

+

Exercice : Sur au moins 10 lignes, décrire l’objet choisi avec le plus d’objectivité possible ( pas de « je », rien de connoter)


  • Décrire l’objet

  • Forme de récit où on raconte une histoire dans lequel cet objets a une fonction et d’une manière très subtil, on comprend que cet objet est relier a nous et à quelque chose et qu’il a une force.

  • On peut jouer du fantastique étrange. Parfois, le récit est raconté du point de vue de l’objet.

  • Deuxième paragraphe : ultra perso, plus d’objectivité.



Il est toujours là, qu'on le veuille ou non nous le voyons et nous l'entendons.Il est personnel, beaucoup disent qu'il y a "toute leur vie" dans cet objet. Que s'il le perdait ou le casser ils perdraient une partie d'eux même. Comme s'il était le prolongement de notre corps. Pourtant, beaucoup d'individus le possèdent mais on le rend unique et personnel par la manière dont nous l'utilisons.


C'est un appareil de communication conçu à l'origine pour transmettre la voix humaine et communiquer à distance. Il nécessite une infrastructure terrestre ou spatiale pour fonctionner. Pourtant même quand il est déconnecté à internet, il nous fait découvrir le monde, nous rappelle des souvenirs. Mon téléphone est comme un couteau suisse, il me donne l'heure, il me sert de calendrier, il est mon album photo, il me permet de communiquer avec le monde, me tenir au courant de la vie de mes proches ou même de mes stars favorites.

Quand je vois que son être devient rouge puis ferme les yeux, j'ai l'impression d'être abandonné et je le sens seul. Comme s'il n'y avait que lui pour me tenir compagnie, comme-ci seul lui était important. Je suis pourtant connecté au monde grâce à lui mais d'un autre côté il m'en sépare. Heureusement nous nous retrouvons après son rechargement.

Chapitre 4: Sophie Calle

J'ai adoré faire ce travail, il m'a fait replonger dans mon passé.


Grâce à cet exercice j’ai pu partager mon histoire mais également j’ai compris que j’étais enfin passé à autre chose dans mon esprit et mon corps il est en paix.

En lisant histoire tu vas comprendre pourquoi je te dis ça.

Chaque partie, chaque page de ce carnet que je t’ai laissée montre comment je suis arrivé jusqu’ici et aussi pourquoi ça a conduit à ma perte.

Sur ma route j’ai rencontré des personnes, je t’ai d’ailleurs laisser leur témoignage parce que eux aussi voulaient partager leur douleur à la manière de Sophie Calle.

Bon je te laisse lire, je ne te dérange pas plus.

Sophie Calle ->

+

L’ÉCRITURE DU DEUIL AMOUREUX CHEZ SOPHIE CALLE : LA DIMENSION CYCLIQUE DANS DOULEUR EXQUISE

→ Si le deuil est en soi une épreuve douloureuse, l’écrire peut être aussi, sinon plus éprouvant. En effet, transcrire cette peine est un exercice difficile en ce qu’il implique pour le sujet de rationaliser la douleur qui en découle, de concrétiser des sentiments pénibles à mettre en mots. C’est en ce sens que l’écriture du deuil est traversée par différentes formes : perdre quelqu’un dans la mort, par un départ, un conflit ou un rejet génère différentes émotions qui à leur tour se voient transposées diversement dans le récit, transformant l’écriture en un geste qui catalyse la souffrance. Toutefois, il semble que, peu importe les modalités d’écriture par lesquelles il est évoqué, le deuil demeure un travail sur soi - c’est-à-dire un processus qui demande au sujet de gérer cette perte.

→ Dans Douleur exquise, Sophie Calle est celle qui reste, l’homme qui la quitte est l’être perdu. Le récit se présente comme un compte à rebours des 92 jours - la période « Avant la douleur » - qui ont menés Calle à la rupture avec son amant de l’époque, alors qu’elle se trouvait au Japon.

→ Alors qu’il s’agit du récit d’une de ses ruptures amoureuses, Calle s’exclut de son ouvrage en s’effaçant derrière des photos de paysages et d’objets, derrière les récits d’amis et d’étrangers pour déjouer ce silence créé par l’absence de l’autre, par ce blanc qui, comme on l’a vu avec Forest et Ammour-Mayer, peut difficilement s’énoncer. En convoquant l’ordinaire, le quotidien avec des photos et de courts textes, puis en se servant de récits d’autres personnes, des anecdotes de leurs propres pertes, elle cherche à contourner l’absence de l’homme et à mettre en mots sa peine par l’entremise de sa propre absence. Si, comme le souligne Isabelle Décarie, l’œuvre de Calle « s’articule autour d’objets et de lieux qui témoignent d’un manque à voir » (Décarie, 2004, 34), Douleur exquise démontre que l’absence et le vide se manifestent également de manière figurative et que le deuil amoureux prend cette forme particulière.



→ Une temporalité de l’ironie tragique = L’ ironie tragique se manifeste lorsque la fatalité prend la forme d’un sort cruellement moqueur. Par exemple, c’est en croyant sauver sa vie (ou son amour) que le héros, inconscient ou insuffisamment lucide, précipite en réalité sa perte.



→ Extrait d’un journal intime, comme un réseau social, comme si elle a = avait poster chaque jours ce qui c’est passé, l’événement tragique.

→ Elle décompte le jour de la douleur et de la rupture

→ Message d’accident = on lui annonce que son père a eu un accident

→ Téléphone rouge = annonce rupture de son compagnons

→ M., l’homme en question, devait la rejoindre à New Delhi à la fin de son séjour, rencontre qui n’a finalement jamais lieu. Puis, suivent 99 récits de la peine d’autres personnes - la période « Après la douleur », des histoires à travers lesquelles Calle a voulu « épuiser sa propre histoire à force de la raconter, ou bien relativisé sa peine face à celle des autres » (DE1, quatrième de couverture). On y trouve côte à côte l’histoire de la rupture de Calle et celle de ces gens à qui elle a demandé : « Quand avez-vous le plus souffert? »

→ Dans l’expo il y avait deux panneaux :

  • panneaux gauche récit jours après jours

  • panneau droit

Avant la douleur

En 2017, je vivais une vie plein de tourment, tous les quatre matins je voyais mon monde s’écrouler. Pour continuer à supporter mon quotidien, à l’aide de ma famille, j’essayais de vivre des choses simples et joyeuses pour me changer les idées. Au mois d’août, nous étions en vacances en Espagne, bronzage, détente, baignade et rigolade était au programme. Une simple semaine qui nous avait envoyés hors du temps, hors de cette vie plein de sacrifice et de chagrin.

17/08/2017

J-30

18/08/2017

J-29

On vivait de bons moments en Espagne, comme ci ce voyage nous avait envoyés hors du temps. Loin des problèmes quotidiens, juste des moments simples entourés de nos proches.

De retour au domicile familiale, une découverte nous avaient brisé le cœur. Un membre de ma famille nous avait quittés, il nous était arraché à notre famille.

Mon animal de compagnie que j’avais chéri une grande partie de ma vie avait perdu la vie sans qu’on puisse faire quelque chose.

Photo de Guyzmo

J-27

J’ai longtemps tenu ce voyage comme responsable. Pourtant, j’étais loin de m’imaginer que ce n’était pas le moment le plus douloureux de cette année-là.

Espagne avec mes parents et mon frère 2017

23/08/2017

J-24

24/08/2017

on avait allumé une bougie en son honneur

J-23

Le 3 septembre 2017, c’était une journée fort agréable. Nous avions décidé de faire une journée en famille dans un parc d’attractions afin d’ajouter des souvenirs de moment familial à notre mémoire. Tout ce passer bien, on n'arrêtait pas de faire des manèges et de rigoler en permanence. Mais, dès qu’il avait fallu retourner à la voiture, ma maman avait reçu un message inattendu et surtout pas prévu...

J-13

Le 12 septembre 2017.

Nous avions accueilli un nouveau membre de la famille. Malgré la promesse que je m’étais faite, qui était de ne plus prendre d’animal de compagnie, j’avais craqué pour ce petit chat, un coup de foudre instantané entre elle et moi. Le jour de notre sortie dans le parc d’attractions, ma mère avait reçu un message Facebook d’un ami à elle qui voulait donner un chaton. Au moment où j’ai vu sa photo je suis directement tombé sous son charme. Elle s’est mise en travers de ma route sans crier gare, elle était devenue mon univers. Il m’était donc évident que je ne devais pas la perdre, coûte que coûte..

J-4

J-2

J-3

J-1

Chaque mois mes parents aller faire les courses afin de remplir notre frigo.

Le vendredi 15 septembre 2017 ils ont décidé d’y aller.
Vivant dans un quartier se situant dans un village à la campagne mes parents décidèrent de ne pas fermer le portail comme nous l’avons déjà fait maintes et maintes fois. On ne pensait pas que la soirée allait se passer ainsi.
Pourquoi en laissant le portail ouvert il y va avoir un accident sur la protection de leur fille alors que ça faisait sept ans qu’ils y vivaient et qu’il n’avait jamais eu de problème.
J’étais resté à la maison pour prendre soin de mon nouveau chaton. Comme je possède un deuxième chat, qui elle est plus âgée, j’avais décidé de partager mon affection afin qu'il n'y ait pas de jalouse.

H-1

15 septembre 2017, Clans, 20H35

Aprés la douleur

Le soir du 15 septembre fut une soirée forte en émotions.

Je regrettais énormément d'être sortie à ce moment-là. Les images n'arrêtaient pas de défiler dans ma tête. Je me revoyais, en toute innocence, en train d’ouvrir la porte menant à mon jardin, que je m'étaie dirigeais vers la véranda pour prendre soin de mon deuxième chat. Il faisait déjà nuit, je caressais mon chat, on arrivait à s’apaiser l’une avec l’autre. Jusqu’au moment, rien qu’un instant, où du jour au lendemain d’une seconde à une autre ma vie avait changé.
Je me rappelle qu'à ce moment-là, j’avais vu que mon chat faisait une drôle de tête. J’avais donc décidé de me retourner et j'avais vu ce molosse, ce chien, avec un regard plein de haine, de la bave qui coulait de sa gueule. Une peur m'envahit mais surtout un instinct de protection envers mon animal s'était créé. Ayant perdu mon chat il y a peu de temps il était hors de question que celle qu’il me restait devait perdre la vie. Au lieu de sauver ma peau en essayant de sortir de cette véranda j’avais préféré sauver mon chat, je m'étais mise entre les deux et heureusement pour moi mon chat fut sauvé. Malheureusement je n’avais pas eu cette chance.

Malgré qu’on peut dire que j’ai eu de la chance dans mon malheur ce n’est pas comme ça que je le perçois. quand j’eus réussi à sortir de cette pièce infernale.
Je ne comprenais pas ce qui venait de m’arriver, j’avais réussi à atteindre ma maison sans que je ne sache comment.

Il y avait un silence de "mort", j’étais en crise de panique, mon souffle était coupé mon rythme cardiaque dédoubler mais surtout je tremblais.

Tous mes gestes étaient au ralenti. J'avais décidé de regarder mes mains et ne compris pas pourquoi il y avait autant de sang dessus.
Puis me rapprochant les mains de mon visage j'avais compris la situation, que ce sang sortait de mon nez et de mes joues.

Ce soir-là je me rappelle encore le cri que j’avais poussé comme des cris qu’on peut entendre dans les films d’horreur. J’ai crié de toutes mes forces, un cri strident, un cri d’horreur.

Il y a 1 heure, mes parents venaient de rentrer, ils ne comprenaient pas ce qui se passer puis à mon visage et mes bégaiements et le son que j’essayais de faire sortir de ma bouche, ils avaient compris.

Mon papa avait décidé de sortir le chien de mon jardin, de notre propriété privée. Quant à ma mère elle avait décidé de rester à mes côtés pour me cajoler.
Je n’étais plus maître de mon corps, la peur, l’angoisse, la tristesse et la confusion avais envahi mon corps. Plein de questions avait traversé mon esprit comme pourquoi est-ce que ça devait m’arriver à moi ? pourquoi mes chats sont les cibles potentielles de la mort ? pourquoi on veut m’enlever mes sources de bonheur ? mais surtout pourquoi le chien de mes voisins qu’on côtoie depuis des années avait décidé de rentrer par effraction chez moi alors qu’il ne devrait même pas sortir de sa propriété car étant un berger allemand il aurait dû être en permanence sous surveillance et géré par ses maîtres.

Le 15 septembre 2018 j’ai eu un grave accident de BMX Race durant lequel j’ai subi un traumatisme crânien, je ne me souviens donc pas de tout mais je vais tacher de vous en raconter un maximum.

Je vais donc vous racontez comment ça s'est passé en passant par les circonstances, l’accident et les conséquences.

Je me réveille sous un grand soleil, un samedi matin banale, je me dépêche pour aller déjeuner réuni mes affaires, prépare mon vélo puis me mets en route pour le BMX.

Il y a 1 jours, la nuit que je venais dépasser fut très compliquée. Je faisais que pleurer, crier, et même allonger je revis la scène. J’étais pétrifié comme si mon corps hurlait mais que moi je ne pouvais rien faire, ma bouche pourtant fermer, je sentais qu'à l'intérieur de moi je criais du plus profond de mon âme.

Arrivé au BMX il fait chaud on est encore au mois de septembre.

La tenue lourde, la dorsale me tient horriblement chaud.
Je retrouve mes amis qui vont m’accompagner dans mon entrainement je leur dis donc "bonjour".

L’entrainement va commencer j’enfile donc mes gants puis mon casque intégral.

Ma concentration est au maximum je n’entends presque rien seulement mon souffle qui résonne dans mon casque.




Il y a 2 jours, ce fut très compliqué. Je n’ai pas pu aller au collège pour des raisons évidentes, j'étais d'une part traumatisée mais également blesser physiquement.

J’ai dû aller à l’hôpital car mon nez était fracturé, j'avais également deux yeux au beurre noir. Mon visage était déformé mais mon cœur était encore plus brisé.
Quand ce matin-là je m'étais levé et vu mon reflet dans la glace, je n’ai pas reconnu la personne en face de moi.
Mon visage était déformé, boursouflé, mais également traumatisé comme moi. J’étais, il était, le reflet de mon âme.

Je saisis donc mon vélo, j’agrippe les poignées placent mon pied calmement et proprement sur la pédale et me voilà parti pour un premier tour d’échauffement, la première bosse réveille mes muscles.

Je commence à pédaler à faire marcher le haut de mon corps pour accompagner le vélo.




Il y a 10 jours, j’ai pu enfin retourner au collège retrouver mes camarades et un semblant de vie normale.

Mais quand je me retrouvais, seul loin de mes amis, loin du collège, loin du bus scolaire, mais également loin de mes parents quand je me réfugiais dans ma chambre, il n’y avait que dans mes pensées à ce moment-là. Je ne pouvais penser à rien d’autre, dès que je fermais mes yeux je le voyais, dès que je les ouvrais j’avais peur qu’il ne se tienne devant moi.
Sécher mes larmes était devenu une banalité, me réveiller en sursaut était devenu mon quotidien, être réconforté par mes parents était devenu un moment simple et sans saveur.

Arrivé à la fin de la piste j’effectue un enroulé, cela consiste à amortir une bosse tout en prenant de la vitesse en se mettant sur la roue arrière au sommet de la bosse, puis en poussant sur les jambes pour prendre de la vitesse.

Mon enroulé est un peu brouillon mais comme chaque fois c’est le premier jusque-là riend’anormale.

Arrivé à nouveau au départ je bois un coup car la chaleur m’assèche terriblement.



Il y a 15 jours, je rentrais tranquillement du collège avec ma meilleure amie. Elle qui avait déjà très peur des chiens depuis sa tendre enfance était encore plus paniquée depuis que je lui avais raconté ce qui m’était arrivé.

Au moment où on descendait du bus, nous avons vu ce chien, ce molosse, que, malheureusement, je connaissais très bien. Il est arrivé vers nous en courant comme si la scène que j’avais vécue ne suffisait pas, il en fallait une deuxième.

J’étais terrifiée, mon ami également, j’ai dû appeler mon père alors que ma maison était à moins de cent mètres, pour qu’il vienne nous chercher car lui n’avait pas peur et là était toute la différence entre nous deux. Bien que j’aie eu peur en entendant la venue de mon père je préférais défendre mon ami que me défendre moi-même car encore une fois il m’était impossible de savoir que mes amis peuvent être blessés alors que je suis là pour les défendre

Je remonte sur mon vélo et pars pour un deuxième tour, tout se passe bien je commence à être plusieurs alaises et surtout plus rapide je m’arrête au sommet du deuxième virage pour reprendre mon souffle et effectuer un passage technique sur la troisième ligne.

J’enroule la première bosse amortie les suivantes et là c’est le trou noir...

A mon réveil tout le club et autour de moi mes parents et les pompiers sont aussi à mes côtés, le monde qui m’entoure à l’air soulagé de me voir à nouveau conscient.




Il y a 1 an, mon nez était et est pour moi très sensible.

Je ne savais pas si c’était de nature psychologique ou simplement physique mais il était hors de question qu’on me le touche, même du petit doigt, une pichenette était pour moi intolérable.
J’ai réussi à reprendre le cours de ma vie mais de nouvelle phobie avait fait leur apparition. Quand je marche dans la rue j’avais peur qu’un chien m’attaque surtout les gros.
Dès que je voyais un berger allemand je pleurais, dès que je devais raconter mon histoire je pleurer et bien sûr je ne pouvais plus sortir dans mon jardin la nuit, la véranda était pour moi inaccessible la nuit tombée.

Les pompiers me transportent au camion je me sens lourd, une terrible migraine brouille mes pensées.

A ce moment je ne me souviens de rien. Ils saisissent les poignées de la civière et me rentrent dans le camion les souvenirs commencent à revenir.

Lors du chemin vers l’hôpital ma migraine s’amplifie je vomis à plusieurs reprises. Je suis dans une position désagréable la minerve qui m’entoure le cou m’empêche totalement de bouger, le camion roule vite ce qui ne m’aide pas à me calmer ma migraine s’amplifie.



Il y a 2 ans, l’histoire est pour moi encore sensible je ressens encore ce traumatisme en moi.

Je fais encore des cauchemars, je me réveille en sueur et terrifiée. Maintenant j’arrive à retourner dans la véranda la nuit. Mais je n’y reste pas longtemps.
Je pleure un peu, voire plus du tout quand je raconte l'histoire, j’arrive à contenir mes larmes.

Arriver à l’hôpital les pompiers m'enlève toutes mes protections pour que je puisse me sentir peu libre mais également m'ausculté, cela me permet de reprendre mon souffle.

Je commence à aller mieux, j’effectue des examens, tout va bien finalement plus de peur que de mal je vais pouvoir rentrer chez moi.

Aujourd’hui j’ai 19 ans à l’époque j’en avais 14.

Et pourtant même si c’était il y a cinq ans pour moi c’était comme si c’était hier.
Mais aujourd’hui j’arrive à prendre du recul sur tout ce qui est arrivé. J’arrive à prendre ça à la rigolade, j’arrive à raconter mon histoire dans un devoir pour ma prof. J’arrive à marcher dans la rue sans avoir trop peur. Mais je n’arriverai jamais à laisser mon portail ouvert sans surveillance, à ne pas protéger mes proches, mes animaux, ma famille.
Voilà mon histoire, voici une partie de ma vie, mais, en aucun cas cela représente qui je suis !

Je ne pensais pas que ça pouvait m'arriver un jour et pourtant. On ne peut pas savoir ce qui peut nous arriver, même avec des protections le danger et partout.

Aujourd'hui, je fais encore plus attention quand je fais du vélo ou toutes autres activités.

Maintenant j'en rigole et ça fait une bonne anecdote à raconter autour d'un repas.

Mais le Martin d'il y a 4ans n'a pas trouvé sa très drôle.

Consigne

+

Tu racontes un rêve (en précisant que tu t’es endormis et que tu rêves), le rêve doit mélanger le fantastique (1er paragraphe) et 2e paragraphe tu parles de ce rêve-là qui a un impact dans ta vie réelle



de la poésie au récit de rêve

Chapitre 5:

Rêves et images nocturnes

  • Paul Auster
  • Robert Desnos, « Un jour qu’il faisait nuit », Corps et biens, 1923
  • Victor Hugo, Le Dernier jour d'un condamné, 1829
  • Michel Leiris, L’Age d’homme, 1939

Auteur vu dans cet atelier:

Ce que j'ai appris dans cet atelier

Tu me connais et tu sais que je crois beaucoup en la signification des rêves.

Lors de l'un de mes cours à la fac, ma prof nous a proposé de faire un atelier sur les rêves. J'ai tout de suite était conquise par le sujet, puisque chez moi l'interpretation des rêves est tres importante. Nous avons d'ailleur plusieur livre qui traite de se sujet comme "Interprétez les rêves" de Zolar.

Selon le dictionnaire Larousse, le rêve est une production psychique survenant pendant le sommeil, et pouvant être partiellement mémorisée. C'est le fait de laisser aller librement son imagination, idée chimérique.

Les rêves permettent de nous évader de notre quotidiens mais va également nous pemettre de nous allerter de ce qui va arriver. J'aime savoir ce qui signifit et dans cet atelier j'ai pus expliquer mon ressentit et mon experience.


PS: Ma chanson préféré de Disney est "Ce Rêve Bleu" d'ALADIN. 😉

Mon rêve

Pendant une semaine j’étais très stressé, j’attendais une réponse pour mon avenir j’étais persuadé qu’elle allait être négative, je n’arrêtais pas de réfléchir. Je voulais qu'une chose, dormir, pour ne plus avoir à penser à cette chose qui me stresse. Mais j’ai oublié que mon subconscient travaillé énormément et qu'il voulait communiquer avec moi. Alors, quand je fermai les yeux j'ai commencé à rêver que...

Je marchais tranquillement dans mon village. Alors que j’avais mes écouteurs dans les oreilles, j’ai entendu qu’on m’appelait. Je me suis alors retourné, c’était ma meilleure amie qui était en train de m'appeler. J’étais assez nerveuse je ne comprenais pas pourquoi, mais j'ai préféré ignorer ce sentiment et j'ai commencé à marcher vers elle. Puis, d’un seul coup, mon copain apparu à son tour, il m'adressa un joli sourire puis disparait. J’ai trouvé ça étrange. Puis d'un seul coup et sans comprendre comment, je me suis retrouvé dans un gymnase à faire de la gymnastique alors que clairement je ne suis pas du tout gymnaste. J’étais en train de faire des saltos des backflips. Et d'un coup plus rien, tout s’arrêta j’étais comme figé dans les airs, impossible pour moi de faire quelque chose, comme si j’étais invalide. La seule chose que j'ai réussi a faire c'est de baisser mes yeux vers le sol, c'est à ce moment que j'ai aperçu, en dessous de moi, que se trouvait une invitation pour me convier à….

Je me suis réveillé d’un seul coup sans que je le veuille.

Je me suis directement redressé sur mon lit puis je me suis rendormi comme ci de rien n'était. En me réveillant j’étais assez malheureuse parce que j’attendais une importante nouvelle qu’elle est peut-être changée ma vie, une nouvelle que beaucoup de jeunes de mon âge attendent.
"Est-ce que je vais enfin avoir le permis !?"
Je l’avais passé 3-4 jours avant mais j’étais persuadé de l’avoir loupé. Puis, j’ai entendu une notification sur mon téléphone, on venait de m’annoncer que j’étais reçu à l’examen du permis ! C’est bon j’avais mon permis ! Une joie a envahi tout mon corps, j’ai sauté sur mon lit de bonheur.
Après que la frénésie soit descendue, j’ai repensé à mon rêve. Et je me suis dit beaucoup de choses étais en train de m’avertir que j’allais avoir le permis, par exemple quand on nous appelle dans un rêve, cela signifie que de bonnes nouvelles vont arriver. Ensuite quand j’étais nerveuse à l’approche de ma meilleure amie cela signifie que beaucoup de chance va arriver. Puis, quand notre petit copain disparaît alors notre vie sera très heureuse.
Après vous allez me dire: pourquoi Maëlys tu as rêvé que tu étais dans un gymnase en train de faire de la gymnastique ? Il faut savoir que quand nous faisons de la gymnastique dans un gymnase cela signifie que vos soucis s'effaceront et que tout le stress que je me faisais autour de la question "est-ce que je vais avoir mon permis ?" s’est envolé comme le prédit mon rêve. Et puis l’invitation signifie que de bonnes nouvelles vont arriver.
Qu’on y croit ou qu'on n'y croit pas les rêves ont des significations, pas seulement pour lire l’avenir mais c’est une forme de traduction de nos pensées tout ce qu’on rejette, tout ce qu’on ne veut pas dire, notre rêve, notre subconscient nous fait un joli film pour l’exprimer à notre place.

Mon prochain voyage se trouve là où c'est orange !

J'ai hâte d'y aller mais en ce moment je n'arrête pas de rêver que mes proches et des enfants se font piquer par des guêpes. Mais aussi que des léopards se bousculent j'espère que c'est rien de grave...

+

Significations :


Prête pour le voyage !

J'ai l'impression qu'on me suit

J'ai peur que ce soit