Want to make creations as awesome as this one?

Transcript

Le VIH :

Virus de l'immunodéficience humaine

Le VIH, c'est quoi ?


Comment ce virus a t-il pu être à l'origine du SIDA ?

Start

Sommaire

Comment ce virus (VIH) a t-il pu être à l'origine du SIDA ?


  • Description du VIH
  • Comment fonctionne t'il ?
  • Qu'elles en sont ses phases ?
  • des solutions ? de la prévention ?

  • Ne pas confondre Le VIH et le SIDA
  • Le VIH, La cause du pandémie ?
  • courte réponse

explication du VIH :

Réponse à la question :

Le VIH
c'est quoi ?

Le VIH à l'origine du SIDA ?

Appuie là où tu veux en apprendre un peu plus

Le VIH c'est quoi ?

Appuie pour en savoir plus :

Fonctionnement

Phases

Retour au menu

Description du VIH

Le VIH : Virus de l'immunodéficience humaine (ou VIH-1)


Ce virus se nommant donc VIH est une espèce de rétrovirus* infectant l'humain.

Il est responsable du syndrome d'immunodéficience acquise : un état affaibli du système immunitaire

le rendant vulnérable à de multiples infections opportunistes*


infections opportunistes :

Maladie causée par des germes habituellement peu agressifs qui provoquent des infections chez les personnes ayant un système immunitaire déficient (greffe d'organe, chimiothérapie, ou sida)

-> ou notamment le VIH affaiblissant le système immunitaire


rétrovirus :

Un rétrovirus est un groupe de virus, ils possèdent donc des caractéristiques spéciales que l'on ne retrouve pas chez les virus.

Comment fonctionne t-il ?


Le VIH pénètre dans certaines cellules du système immunitaire humain. Celles-ci constituent son unique milieu de vie, dans lequel il se multiplie. En dehors des cellules, il est totalement inerte.

Parmi elles, figurent les lymphocytes T4, qui coordonnent les réactions immunitaires. Ce virus atteint tous les organes du système immunitaire 24 heures après la contamination.


Le VIH est en effet le virus responsable du SIDA qui est le stade ultime de la maladie en absence de traitement pour contrer le virus. Le VIH se transmet par voie sexuelle, sanguine et de la mère à l'enfant. Ils s'attaquent donc aux cellules du système immunitaire (lymphocytes T4 ou CD4) comme dit plus haut, et les détruit progressivement.


une vidéo expliquant aussi son fonctionnement :

vidéo source

Qu'elles en sont ses phases ?


Sans traitement, lee VIH continue son chemin sans ralentissement ni aucun autre soucis à son égard.


Dans le cas où la séropositivité* n'est pas dépistée/diagnostiquée, le VIH évolue progressivement en 4 phases principales :




Les 4 phases

1/ La primo-infection :


C’est l’invasion progressive de l’organisme par le VIH jusqu’à la colonisation complète du corps (notamment dans le tube digestif, les ganglions, la rate et le thymus).

Lentement, une réponse immunitaire destinée à combattre le virus se met en place dans l'organisme, qui entraînera la diminution de la charge virale après le pic de réplication* intense initial des premières semaines et mois.

La charge virale* est extrêmement forte, d’où un risque très élevé de transmission.

Les anticorps apparaissent entre 2 et 3 semaines. Ces éléments constituent le passage d'un statut séronégatif-ve* à séropositif-ve*, ou séroconversion*. La primo-infection peut s’accompagner de symptômes divers, comme un syndrome pseudo-grippal, ou pas.


2/ La phase asymptomatique :


C’est la période, entre deux et cinq ans, pendant laquelle il n’y a pas forcément beaucoup de symptômes ressentis. Le virus désorganise, attaque et use le système immunitaire. Les CD4 (cellules du système immunitaire) baissent lentement.


3/ La phase d’accélération :


L’augmentation de la réplication virale, due à l’épuisement du contrôle immunitaire, provoque une chute plus rapide des CD4.


4/ La phase sida :


Les défenses immunitaires se sont suffisamment effondrées pour laisser se développer les maladies opportunistes (maladies qui surviennent lorsque le système immunitaire a quasiment disparu).

Sans traitement, l’évolution est rapidement mortelle. En France, le stade sida est défini médicalement par la survenue d’une maladie opportuniste chez la personne. Aujourd'hui, la "phase sida" n'est plus ni définitive ni inéluctable grâce à l'accès et la mise sous traitements antiretroviraux (ARV) efficaces.



Séropositivité :

Caractère positif d'un test immunologique visant à mettre en évidence la présence dans le sang d'anticorps spécifiques


Séronégatif :

C'est une personne qui présente un sérodiagnostic négatif, dont le sérum sanguin ne contient aucun anticorps spécifiques d'un antigène donné.


Séropositif :

L'inverse de séronégatif, donc un sérum sanguin qui contient des anticorps spécifiques.


Séroconversion :

C'est donc le fait qu'une personne étant séronégative deviennent séropositive ou plus rarement l'inverse.


Chare virale :

C'est la quantité de virus présent dans le sang circulant. En la mesurant, ceci permet d'évaluer la sévérité de l'infection et l'efficacité des traitements contre le VIH


Réplication :

Mécanisme de copie par lequel le matériel génétique se reproduit



Source

Des solutions ? De la prévention ?


La prévention :


Face au VIH, la meilleure stratégie reste la prévention. Le préservatif protège en effet de la transmission sexuelle et la transmission au cours de la grossesse ou de la naissance est désormais évitable.

En france, le diagnostif de l'infection par le VIH repose sur la détection dans le sang d'anticorps dirigés spécifiquement contre ce virus, grace à : un test réalisé en laboratoire d'analyse médicale, à partir d'une prise de sang, un test rapide d'orientation diagnostique (TROD) auprès d'associations ou dans des centre de dépistage (anonyme et gratuit), un autotest (disponible depuis septembre 2015) pour les personnes désireuses de se tester à leur domicile.

En cas de résultat positif à l'autotest et au TROD, une confirmation est nécessaire par un test en laboratoire étant plus précis.

Les traitements disponibles, dans l'attente d'un vaccin efficace (toujours en étude) consistent à associer plusieurs médicaments qui empechent la multiplication du virus dans l'organisme et permettent au système immunitaire de se renforcer.


Une campagne de prévention diffusée en Belgique :

Le nombre de nouvelles infections a chuté de 36% dans le monde entre 2000 et 2007 grâce aux campagnes de prévention massive. L'usage du préservatif (masculin et féminin), quand il est bien utilisé, est le seul moyen de se prémunir totalemment d'un risque de contamination lors d'un rapport sexuel.

Le nombre de dépistage a casiment doublé suite aux campagnes massives.


Il y a aussi eu une campagne de préventation sur les modes de contamination du VIH : En voici une affiche

Des Solutions :

Les moyens de lutte contre le VIH indivuel et collectif :

Il existe plusieurs outils pour éprouvés pour se protéger et protéger autrui de l'infection par le VIH. Le choix de l'outil est à adapter à la situation. Il est donc important de tous les connaître ;

- Le "treatment as prevention" (traitement préventif) réduit le risque de transmission chez les séropositives.

- la prophylaxie pré-exposition : emplêche une contamination de façon préventive

- le gel lubrifiant ne protège pas mais diminue les lésions lors de l'acte sexuel

- le traitement post-exposition permet d'éliminer le VIH dans les 48h suivant un rapport à risque

- les préservatifs constituent une barrière mécanique contr ele VIH

- Le dépistage permet de connaitre son statut sérologique et d'agir en conséquence


La plupart des traitements actuels associent trois molécules anti virale : c'est la trithérapie. Ils bloquent la multiplication du virus, en agissant à différentes étapees. La plupart des personnees recevant un traitement ont une charge virale devenu indétectable. Ces traitements, notamment s'ils sont débutés rapidement après l'infection, prolongent considérablement l'espérance de vie des personnes atteintes

Il n'y a donc pas de réel moyen de s'en sortir mis à part de ralentir la maladie, aucun vaccin n'a été trouvé mais nous pouvons faire attention de ne pas être contaminer.

Le VIH à l'origine du SIDA ?

Appuie pour en savoir plus :

Epidémie/pandémie

Revient au menu

Petit rappel : Ne pas confondre Le VIH et le SIDA


Une infection par le VIH rend séropositif, mais ne provoque pas tout de suite le SIDA (immunodéficience).

En effet, une fois dans l’organisme, le virus attaque les cellules du système immunitaire et diminue ses défenses.

En réponse, des anticorps anti‑VIH sont produits : la personne est alors séropositive au VIH.

Le virus mute constamment, donc les défenses immunitaires ne suffisent pas à l’éliminer. Sans traitement, l’individu va développer un SIDA et devenir sensible à des maladies opportunistes, pouvant entraîner la mort.



La pandémie du SIDA


La pandémie du SIDA a commencé le 5 juin 1981.


Des chiffres :


Le VIH est bien un virus étant la cause d'une pandémie.

En effet, dans le monde en 2017, 0.8% de la population étant agées de 15 à 49 ans étaient porteuses du VIH. Depuis l'émergence du sida en 1980, 35 millions de personnes sont décédées dans le monde à cause de cette maladie.

Voici le pourcentage de personnes infectées dans chaque continent : en Afrique 4.1%, en Amérique 0.5%, en Europe 0.4%, en Asie du sud est 0.3%, dans le pacifique ouest et au moyen-orient 0.1%.

On voit donc bien que Le VIH circule beaucoup plus en Afrique que dans le reste du monde.

Nous avons aussi le nombres de personnes infectées en France pour les moins de 25 ans suivant les années, en 2003, 780 cas recencés, en 2007, 590 cas recencés, en 2013, 705 cas recencés et pour finir en 2016, 660 cas recencés. On voit donc depuis 2003 une stabilisation des personnes infectées ayant moins de 25 ans.

Aussi, en France, on est passé en 2017 de 172 cas au début d'année a 6000 nouveaux cas pendant l'année.

37 millions de personnes vivent avec le VIH dans le monde mais seulement 75% d'eux le savent.


Les différents mode de transmissions :


Cette épidémie est dû aux différents modes de transmission plus ou moins risquer (j'argumente la question, l'idée a été arbordé dans "le VIH c'est quoi ?")
Tout d'abord, par voix sexuelle. On peut l'attraper par le vecteur du sperm/liquide séminal, sécrétion vaginnales, liquide rectal et les différentes situations de contamination sont la pénétration avec un rique élévé, de faire une fellation ou un cunnilingus avec un risque faible, de recevoir une fellation, un cunilingus, ou encore se masturber avec un risque nul et aussi s'embrasser avec un risque nul.
Aussi, par la voix sanguine. On peut l'attraper par le vecteur du sang, l'utilisation d'une seringue contaminée (usager de drogue injectable), une piqure ou coupure par du matériel contaminé (personnel de santé).
Et pour finir, par voix mère-enfant, on peut l'attraper par le vecteur de sécretions vaginale le sang ou le lait maternel. Les 3 situations possibles sont la grossesse (sang), l'accouchement (sang, sécrétion vaginale) et l'allaitemennt maternel.


Des objectifs et des engagements internationaux ont été fixés en 2011 pour réussir à contrer le SIDA. voici les résultats obtenus en 2015 :


En 2011, les états membres de l'organisation des Nations unies ont souscrit des engagements en matière de prophylaxie (ce terme désigne l'emsemble des campagnes de préventions, pratiques et traitements visant à éviter l'apparition ou la propagation d'une maladie concernant le sida.) La "massification" du traitement fait partie des plus grands succès de la riposte mondiale de sida à ce jour. Entre 2014 et 2015, le nombre de personne sous traitement a augmenté d'environ un tiers. En effet, en 2015, 57% de personnes sont diagnostiquée mais est plus bas que leur objectif de 2011 étant de 90% ce qui est énorme. Aussi, 46% de personnes sont sous thérapie, contre 81% d'objectif en 2011 et pour finir, 38% de personnes traitees et ayant une charge virale nulle, contre un objectif de 73% en 2011.

conclusion


Le VIH est donc bien la cause du SIDA et de sa pandémie étant donné que le SIDA est la dernière phase du VIH. La pandémie a débuté le 5 juin 1981.

Les chiffres des personnes séropositives n'ont pas cessés d'augmenter, à cause de nombreux modes de transmissions ou même le nombre faible de traitements au moment des faits. Aujourd'hui de nombreux traitements sont disponibles pour ralentir la charge virale car nous n'avons pas de vaccin encore trouvé aujourd'hui. Et le nombre de cas se stabilise. On ne peut donc pas stopper la maladie mais la ralentir.