Want to make creations as awesome as this one?

Programme de lutte contre le harcèlement

Transcript

Protocole pHARe

La lutte contre le harcèlement est une priorité du ministère de l’Éducation nationale,

de la Jeunesse et des Sports.

En visite au collège Le Saussay, à Ballancourt-sur-Essonne,

le ministre, Jean-Michel Blanquer, a annoncé la généralisation, sur tout le territoire,

du programme de lutte contre le harcèlement "pHARe", sur la base de l’expérimentation

menée, depuis 2 ans, dans 6 académies.

Le programme

  • Tous les établissements devront se doter d’ambassadeurs "non au harcèlement"


  • Dans tous les établissements, les comités d’éducation à la santé, la citoyenneté et l’environnement seront mobilisés sur la question de la prévention du harcèlement, afin de dresser un état des lieux propre à chacun et de déterminer un plan d’action

  • Les instances de démocratie scolaire – conseils de vie collégienne, conseils de vie lycéenne – seront également, partout, invitées à s’emparer du sujet


  • Les écoles et établissements constitueront une équipe pluri-catégorielle, qui sera formée à la prise en charge spécifique du harcèlement, et des modules en ligne seront mis à disposition des élèves


  • Les parents seront associés à cette démarche à travers des ateliers.

Le harcèlement scolaire

Le harcèlement scolaire consiste en tout type de maltraitance ou agression psychologique, verbale ou physique menée à bien au sein de l'école, mais pas forcément dans les salles de classe.

Ce type de maltraitance scolaire se distingue car le harceleur intimide la victime de façon réitérée, impliquant un abus de pouvoir, et ce, que le harcèlement soit mené par une seule personne ou par un groupe.
Les conséquences de cette maltraitance peuvent être physiques et psychologiques, telles que :

Phobie scolaire / Anxiété, nervosisme /Dépression /Isolement/ Suicide.

Le harcèlement

Harcèlement moral, professionnel, scolaire, sexuel, de rue...
Tous les types de harcèlement sont punis par la loi.

Le harcèlement est un comportement offensif et perturbateur, générant chez la victime un sentiment d'angoisse et de mal-être. Ce sont des comportements durables dus à un déséquilibre de pouvoir entre les personnes concernées (harceleur et harcelé), qui peuvent avoir de graves conséquences chez celui ou celle qui en souffre, aussi bien physiques que psychologiques.

Le cyber-harcèlement

Bien qu'il soit aussi connu sous le nom de harcèlement virtuel, il est tout à fait réel. C'est le plus contemporain de tous les types de harcèlement : ici, le harceleur ou le groupe de harceleurs se sert des moyens de communication digitaux ou des réseaux sociaux pour perpétrer une série d'offensives personnelles :

  • Propagation de fausses rumeurs
  • Raids sur les réseaux publics de la personne (insultes en masse)
  • Envoi de messages privés aux contacts de la personne
  • "Revenge porn" : diffusion d'images à caractère intime de la personne sans son consentement
  • Création de faux profils usurpant l'identité de la personne pour la dénigrer.
  • La motivation principale d'un cyber-harceleur est de causer du mal-être et de l'angoisse psychologique et émotionnelle chez la victime.

Les conséquences de cette maltraitance

Elles peuvent être physiques et psychologiques

- absentéisme et décrochage scolaire
- phobie scolaire
- troubles du métabolisme et du comportement
- comportements violents
- anxiété, nervosisme
- dépression
- isolement relationnel
- suicide

La loi

Article 222-33-2-2Version en vigueur depuis le 06 août 2018

Le fait de harceler une personne par des propos ou comportements répétés ayant pour objet ou pour effet une dégradation de ses conditions de viese traduisant par une altération de sa santé physique ou mentale est puni d'un an d'emprisonnement et de 15 000 € d'amende lorsque ces faits ont causé une incapacité totale de travail inférieure ou égale à huit jours ou n'ont entraîné aucune incapacité de travail.

L'infraction est également constituée :

a) Lorsque ces propos ou comportements sont imposés à une même victime par plusieurs personnes, de manière concertée ou à l'instigation
de l'une d'elles, alors même que chacune de ces personnes n'a pas agi de façon répétée ;

b) Lorsque ces propos ou comportements sont imposés à une même victime, successivement, par plusieurs personnes qui, même
en l'absence de concertation, savent que ces propos ou comportements caractérisent une répétition.

Les faits mentionnés aux premier à quatrième alinéas sont punis de deux ans d'emprisonnement et de 30 000 € d'amende :

1° Lorsqu'ils ont causé une incapacité totale de travail supérieure à huit jours ;

2° Lorsqu'ils ont été commis sur un mineur de quinze ans ;

3° Lorsqu'ils ont été commis sur une personne dont la particulière vulnérabilité, due à son âge, à une maladie, à une infirmité,
à une déficience physique ou psychique ou à un état de grossesse
, est apparente ou connue de leur auteur ;

4° Lorsqu'ils ont été commis par l'utilisation d'un service de communication au public en ligne ou par le biais d'un support numérique ou électronique ;

5° Lorsqu'un mineur était présent et y a assisté.

Les faits mentionnés aux premier à quatrième alinéas sont punis de trois ans d'emprisonnement et de 45 000 € d'amende
lorsqu'ils sont commis dans deux des circonstances mentionnées aux 1° à 5°.

Equipe ressource pHaRe

  • Vie scolaire
    Mme Hannois – CPE
  • Pôle médico-social

  • Enseignants
    Mme Nicq, M. Destoop, M.Bouko, M.Génévrier

Les ambassadeurs

Ce sont 35 élèves, volontaires, qui seront formés pour tourner chaque semaine.

Des groupes de 10 ambassadeurs assisteront à une réunion hebdomadaire pour faire le point.

Ces élèves porteront un signe distinctif pendant les récréations et les pauses méridiennes afin d'être rapidement identifiés.

Si une victime potentielle vient voir un de ces ambassadeurs, ils iront dans la salle dédiée au sous-sol (près du nouveau foyer) et ils rempliront la fiche "victime" qui sera transmise à un des membres du COPIL qui prendra le relais avec l'ensemble de l'équipe (Mme Hannois, CPE ; Mme Nicq (CDI), M. Destoop (salle 101), M.Génévrier (salle 201) ou M.Bouko (salle 202)

Réalisations gagnantes du concours d'affiches sur le thème du harcèlement

Actions mises en place au sein de l’établissement

Depuis quelques années de nombreuses actions ont été mises en place au collège.

  • la Quinzaine de lutte contre le harcèlement
  • Un escape game : en réel jusqu'à l'apparition du COVID ; virtuel depuis 2 ans pour éviter le brassage d'élèves.
  • Sensibilisations aux dangers des écrans : 2 actions
  • Visionnage du film : Marion, 13 ans pour toujours
  • Une pièce de théâtre pour les classes de 5ème (novembre 2021) : la carotte et le bâton
  • Creation de badges
  • Un concours d'affiches sur cette thématique.
  • Action à venir : les dangers d'Internet en 6ème. Egalité filles/garçons

Quelle procédure se déclenche en cas de détection d’un cas de harcèlement ?

1. Détection - suspicion d'un cas
(
par un message oral ou écrit d'un élève ou d'un adulte, d'un responsable légal)


2.
ALERTE pHare : qui reçoit la victime ?
Rédaction de la fiche et tranmission aux membres de l’équipe pHare


3. Répartition des rôles : qui reçoit les témoins et auteur(s) présumé(s)?

Rédaction des fiches et transmission aux autres membres de l'équipe


4. Réunion équipe ressource pHare

croisement des informations et suite(s) à donner

Je suis élève et je suis au courant d'un fait de harcèlement ou je suis la victime.

1. Je préviens un élève ambassadeur qui saura qui alerter


2.
je préviens un adulte
Mme Hannois, un.e professeur.e , un.e AED...
et celui-ci signalera le fait à la Copil (équipe ressource pHAre)


Mais je ne reste pas seul.e et je ne garde pas cela pour moi !

Je suis un adulte (membre de la Cité scolaire ou parent)
et je suis au courant d'un fait de harcèlement
ou je repère une situation suspecte

1. Je rassemble des preuves si elles existent (petits mots, dessins..)

2. Je fais un rapport à un des membres de la Copil (équipe ressource pHARe) via Pronotes ou la messagerie ENT