Want to make creations as awesome as this one?

Transcript

Les risques professionnels


ADVF- Compétences Transversales

Le contexte du métier

L’exercice du métier d’Aide à domicile comporte des particularités liées :

  • Au public
  • Aux missions
  • Aux conditions de travail


Le public

  • Des personnes âgées
  • des personnes âgées dépendantes
  • des personnes fragilisées: malades, atteintes de handicap...
  • des familles
  • des enfants

Les missions

  • Entretien du logement
  • entretien du linge
  • Préparation des repas / courses
  • aide aux gestes de la vie quotidienne
  • prise en charge des enfants

Les conditions de travail

  • De nombreux déplacements en voiture
  • Des horaires atypiques
  • Des interventions fractionnées, souvent courtes
  • L’intervention en milieu privé (le domicile des personnes: spécifique, avec produits et matériel différents…)
  • Des activités où l’aide à domicile est souvent isolée face à de nombreux acteurs (bénéficiaires, famille, médecin, infirmière…)

Les risques professionnels: généralités

Les risques physiques

Les chutes de plain-pied sont relativement fréquentes au domicile et sont la source de foulures, entorses, plaies, contusions, voire fractures…
chutes de plain-pied et de hauteur (sol encombré ou abimé, espace exigu, éclairage déficient, travail en hauteur sans équipement adapté…)

  • Essuyer aussitôt les sols rendus glissants par de l’eau, des salissures… notamment dans la cuisine, aux abords des lavabos, des WC
  • Ranger tout ce qui encombre les sols
  • se chausser de chaussures de travail fermées et antidérapantes
  • utiliser plutôt des manches télescopiques plutôt que de grimper sur une chaise ou sur un escabeau
  • respecter les gestes et postures lors des transferts, lors des activités d'entretien du logement et du linge
  • ...

Les TMS: Troubles Musculo-Squelettiques

Les métiers de l'aide à domicile sont particulièrement exposés à des troubles musculo-squelettiques et affections péri articulaires :

  • lombalgies
  • lésions des disques inter vertébraux
  • lésions de ligaments (tendinites de l'épaule et du coude par exemple )
  • douleurs sciatiques
  • lésions chroniques du ménisque
  • ...

Par ailleurs, la station debout et prolongée avec piétinement expose à des troubles circulatoires et veineux.

La majeure partie des accidents du travail et des maladies professionnelles chez les aides à domicile est liée à des expositions aux risques physiques : gestes répétitifs (balayage, repassage…), manutentions de charges lourdes (courses, levers et couchers des bénéficiaires) et postures contraignantes (accroupi, bras en l’air…). Ils sont favorisés par des problèmes d’organisation tels que le manque de temps ou le stress.

Prévention des TMS: voir Gestes et Postures (au CFP) ET formations à l'utilisation des aides techniques

Les risques biologiques

Ce sont les risques infectieux provoqués par des micro-organismes pathogènes (microbes) par contact avec des personnes malades, du linge, des objets ...

Respect des règles d'hygiène

Les risques chimiques

Globalement, les produits ménagers contiennent des tensio-actifs de synthèse, issus de la pétrochimie.
Ils peuvent provoqués des irritations de la peau, des allergies cutanées et respiratoires. Ce sont des polluants importants: ils sont peu ou mal biodégradables et libèrent en se décomposant des composés chimiques parfois plus toxiques que le produit initial.
Tous ces produis ont forcément des effets sur l’environnement mais aussi sur les utilisateurs et les occupants du logement.
On constate aujourd’hui une recrudescence des maladies de peau (dermites, eczéma, urticaire…), des maladies des voies respiratoires et même des cancers.

Produits d’entretien: la liste noire de 60 millions de consommateurs
Presque toutes les marques sont concernées: Ajax, canard, carolin, cif cillit bang, destop, febreze, harpic, la croix, mir, saint-marc, rainett…

Ils contiennent une ou plusieurs substances indésirables, c'est à dire allergisante, irritante, corrosive et/ou risquées pour l’environnement
L’enquête démontre également que le nombre d’allergènes ne cessent d’augmenter.
Les sprays antibactériens et les désodorisants sont particulièrement pointés du doigt, alors que leur efficacité et/ou leur utilité n’est pas démontrée, d’après l’Anses (Agence de Sécurité Sanitaire)
Les fabricants sont accusés de miser sur la phobie des microbes


Les sprays antibactériens et les désodorisants sont particulièrement pointés du doigt, alors que leur efficacité et/ou leur utilité n’est pas démontrée, d’après l’Anses (Agence de Sécurité Sanitaire)
Les fabricants sont accusés de miser sur la phobie des microbes

« Assouplissants, désodorisants de réfrigérateur ou de lave-vaisselle, brume d’oreiller, nettoyants de lave-linge, eau de Javel, bougies parfumées… on multiplie les molécules, tout cela se mélange à la pollution, au soleil et donne des molécules encore plus toxiques » explique Adeline Tregouët, rédactrice en chef du magasine de l’INC.


Les risques psychosociaux

Ce sont des risques qui peuvent être induits par l’activité elle-même ou générés par l’organisation et les relations de travail.


Les aides à domicile sont confrontés à des situations émotionnelles difficiles:

  • précarité des bénéficiaires
  • agressivité
  • troubles cognitifs
  • fin de vie
  • Travail en autonomie, seul(e) au domicile
  • responsabilités
  • faire face aux situations d'urgence
  • sollicitations morales
  • être témoin de tensions (couple, famille...)
  • situations de maltraitance

Ce qui entraîne une charge mentale lourde, d’autant plus difficile à supporter que le travail se fait de façon solitaire.



Les risques psychosociaux peuvent engendrer des pathologies voire des accidents du travail et avoir des conséquences irréversibles :
  • troubles émotionnels
  • troubles du sommeil : peuvent altérer la vigilance (avec lourdes conséquences pour les personnes aidées et pour l’Aide à domicile)
  • troubles digestifs : coliques, gastralgies, gastrites, colopathies…
  • hypertension
  • problèmes cardio-vasculaires
  • troubles métaboliques
  • troubles musculo-squelettiques (le stress est aujourd’hui reconnu comme étant une cause évidente de ces TMS)
  • troubles anxio-dépressifs
  • Epuisement professionnel

Le syndrome d’épuisement professionnel est la conséquence d’une fatigue tant physique qu’émotionnelle. C’est l’ensemble de réactions consécutives à des situations de stress professionnel chronique.

L’épuisement professionnel (usure professionnelle; burnout)

1. Epuisement physique avec sensation d’être « vidé » et impression de subir les situations
  • Douleurs dorsales
  • Maux de tête, migraines
  • Tensions musculaires
  • Infections à répétition
  • Douleurs à l’estomac ou autres

2. Epuisement émotionnel avec motivation qui a disparue
  • Irritabilité
  • Impatience
  • Énervement envers les personnes aidées
  • sautes d'humeur face au comportement de personnes aidées (et avec sa propre famille)
  • Pessimisme
  • Sentiment de ne pas être considéré

Les signes du burnout

  • Irritabilité
  • Énervement
  • Variations des émotions
  • Réactions inadaptées ou disproportionnées au comportement des personnes aidées
  • Agressivité
  • Sentiments négatifs vis-à-vis de la personne aidée
  • Parfois hyperactivité fébrile
  • Fatigue qui ne cesse pas même après quelques jours de congès

Conséquences

  • Manifestations émotionnelles
  • Manifestations physiques pouvant aller jusqu’à des nausées, des vertiges
  • Diminution de la concentration
  • Difficultés à effectuer plusieurs tâches à la fois
  • Difficultés à prendre des décisions
  • Oublis, erreurs, fautes
  • Isolement social
  • Comportement agressif
  • Comportements addictifs
  • Dépression
  • Maladies somatiques
  • Arrêt maladie
  • maltraitance

Prévention de l'épuisement professionnel

  • dialoguer avec des personnes ressources: proches, collègues, psychologue, syndicat, groupe de parole de la structure, responsables de la structure...
  • profiter de la salle détente
  • pratiquer exercices de relaxation, méditation
  • pratiquer une activité qu'on aime (lecture, cinéma, marche, loto...)
  • extérioriser ses peurs, ses craintes, ses angoisses, sa colère (sport, groupe de parole, yoga...)
  • prendre soin de soi
  • Ecouter son corps
  • utiliser les bons gestes (gestes et postures)
  • savoir se reposer, prendre des temps de repos
  • manger équilibré

  • avoir une bonne hygiène de vie
  • Respecter les limites et la posture professionnelles
  • savoir prendre du recul face à certaines situations
  • formation professionnelle (pathologies, fin de vie...)
  • gestion du stress
  • gestion de l'agressivité
  • mise à jour des gestes de premiers secours
  • savoir repérer les signes d'un début d'épuisement professionnel
  • en discuter avec son médecin ou le médecin du travail (possibilité de prendre RV avec médecine du travail)

  • Effectuer de la prévention des accidents professionnels (ranger, respect des règles de sécurité...)
  • Pratiquer le relaxation biodynamique (techniques de respiration, travail sur les postures physiques, avoir une connaissance de soi...)
  • Pratiquer une activité physique qui plaise
  • Maintenir un lien social en dehors du travail (famille, amis...)
  • Savoir dire non, savoir expliquer les limites du métier aux bénéficiaires
  • Avoir une bonne alimentation: 4 repas par jour à heures régulières, manger équilibré, s'hydrater
  • Communiquer de façon adaptée avec les bénéficiaires, avec l'équipe, avec la hiérarchie; ne pas garder pour soi
  • savoir se détendre: loisirs, temps de repos, passions...



  • mettre des barrières émotionnelles entre bénéficiaires et nous: ne pas rentrer dans une relation trop affective, être vigilant à garder une posture professionnelle dans la relation
  • Pratiquer l'humour, dédramatiser certaines situations
  • Etre conscient que l'agressivité de certaines personnes n'est pas contre vous mais contre la maladie
  • Au moindre signe, consulter rapidement et ne pas attendre
  • Accepter une charge de travail raisonnable
  • Ménager son sommeil
  • respecter le repos hebdomadaire
  • participer à des groupes de parole, à des suivis par des psychologue au sein de la structure


  • Ne pas mélanger vie professionnelle et vie personnelle; savoir décrocher
  • Savoir prendre soin de soi physiquement
  • Prendre du temps pour soi
  • Avoir une bonne estime de soi
  • Avoir un suivi médical régulier
  • Etre sensibilisé (formations, informations) sur l'épuisement professionnel
  • Echanges et analyse de pratiques professionnelles
  • Droit de retrait ?
  • Prendre RV à la médecine du travail
  • Prendre RV à la CARSAT
  • Etre sur de son choix professionnel

Les risques routiers

= Risques liés aux fréquents déplacements professionnels d’un domicile à l’autre.

Le risque routier englobe :

Le risque TRAJET
Couvert par l’Assurance Maladie - Risques professionnels (Article L411-2 du code de la Sécurité sociale), le risque Trajet concerne les déplacements essentiellement effectués entre le domicile du salarié et le lieu de travail

Le risque MISSION
également couvert par l’Assurance Maladie - Risques Professionnels, au titre des accidents du travail (Article L411-1 du code de la Sécurité sociale), concerne les déplacements effectués dans le cadre de l’activité professionnelle pour le compte de l’employeur (d'un domicile à l'autre).

https://www.risquesprofessionnels.ameli.fr/fileadmin/fiches_statistiques/NAFAPE_2019_Q_000_8810A_SY.pdf