Want to make creations as awesome as this one?

Transcript

Favoriser les apprentissages

Eviter les Neuromythes

Il s'agit d'une croyance très populaire sur le fonctionnement de notre cerveau, mais qui est complètement fausse !
Il peut s'agir d'une théorie obsolète, d'une théorie mal ou surinterprétée, voire dans certains cas d'un canular ou d'une bonne vieille escroquerie.
Il est important de les détecter et de les combattre

VRAI

FAUX

L'importance de l'ordre des mots 1/7

Sleon une édtue de l'uvinertisé de Cmabrigde, l'odrre des ltteers dnas un mot n'a pas d'ipmrotncae, la suele coshe ipmrotnate est que la pmeirère et la drenèire sioent à la bnnoe pclae. Le rsete peut êrte dnas un dsérorde ttoal et vuos puoevz tujoruos lrie snas porlblème. C'est prace que le creaveu hmauin ne lit pas chuaqe ltetre elle-mmêe, mias le mot cmome un tuot.

Cette étude qui défendrait le principe d'une lecture globale n'existe pas. Peu d'inversion en réalité.

Les mots sont simples et on s'appuie sur une compréhension globale du texte

Exemple des chiffres et lettres : mot complexe en dehors de tout sens

Le cerveau, très fort en comparaisons, arrive à trouver des ressemblances entre le mot qu'il lit et le « mot réel » qu'il possède dans sa « base de données »

Parution dans le monde en 2003?

VRAI

FAUX

Question 2/7

On entend souvent dire que nous n'utilisons que 10% de notre cerveau. Les 90% restants formeraient un potentiel d’intelligence que seuls quelques génies seraient capables de mettre à profit. Ce phénomène est notamment mis en évidence par l'imagerie cérébrale (IRM) qui montre que quand nous effectuons une tâche, seules quelques zones spécifiques du cerveau s'activent.

https://lejournal.cnrs.fr/nos-blogs/aux-frontieres-du-cerveau/neuromythes-le-mythe-des-10

Origine inconnue :

Certaines régions ne produisant pas d'effet visible sur notre comportement quand elles sont lésées, les scientifiques en on d'abord déduit qu'elles ne servaient à rien ?

Mauvaise interprétation de l'imagerie cérébrale ?

Notre cerveau s'allume comme un sapin de Noël car c'est tout un réseau cérébral qui s'active

VRAI

FAUX

Question 3/7

Le cône d'apprentissage

BOF

Il est totalement infondé mais ses conclusions ne sont pas bêtes. En effet, les pourcentages que vous voyez dans la pyramide ne sont issus d'aucune étude scientifique. De plus la pyramide laisse de côté une multitude de paramètres qui influencent l'apprentissage pour simplifier excessivement la réalité. Par contre, la pyramide suggère qu'un mode d'apprentissage multimodal et actif est plus efficace qu'un mode passif et unimodal, ce qui est aujourd'hui étayé par de nombreuses études scientifiques.

VRAI

FAUX

Question 4/7

Mémoriser modifie la structure du cerveau

BOF

C'est une étude de Maguire et al. (2000) qui a mis ce phénomène en évidence (chez les chauffeurs de taxi londoniens)

Lequel ? La Plasiticité Synaptique, autrement dit la capacité de notre cerveau à évoluer en fonction de nos expériences. Comment ça marche ? Quand l'hippocampe fabrique une trace mnésique, il met en réseau ses différentes composantes.

Quand nous sollicitons à nouveau la trace (par exemple en révisant) le réseau se renforce.

Si on ne la sollicite plus, le réseau s'affaiblit.

Ainsi, la structure de notre cerveau et de notre hippocampe change en fonction de nos apprentissages.

Par contre, l'hippocampe des chauffeurs est tellement saturé qu'ils ont du mal à apprendre de nouveaux itinéraires !

Origine inconnue :

Certaines régions ne produisant pas d'effet visible sur notre comportement quand elles sont lésées, les scientifiques en on d'abord déduit qu'elles ne servaient à rien ?

Mauvaise interprétation de l'imagerie cérébrale ?

Notre cerveau s'allume comme un sapin de Noël car c'est tout un réseau cérébral qui s'active

Il est totalement infondé mais ses conclusions ne sont pas bêtes. En effet, les pourcentages que vous voyez dans la pyramide ne sont issus d'aucune étude scientifique. De plus la pyramide laisse de côté une multitude de paramètres qui influencent l'apprentissage pour simplifier excessivement la réalité. Par contre, la pyramide suggère qu'un mode d'apprentissage multimodal et actif est plus efficace qu'un mode passif et unimodal, ce qui est aujourd'hui étayé par de nombreuses études scientifiques.

VRAI

FAUX

Question 5/7

On mémorise mieux selon le canal sensoriel

BOF

Origine inconnue :

Certaines régions ne produisant pas d'effet visible sur notre comportement quand elles sont lésées, les scientifiques en on d'abord déduit qu'elles ne servaient à rien ?

Mauvaise interprétation de l'imagerie cérébrale ?

Notre cerveau s'allume comme un sapin de Noël car c'est tout un réseau cérébral qui s'active

VRAI

FAUX

Question 6/7

Réviser la veille permet de mieux mémoriser les notions importantes

BOF

Principe d' Apprentissage distribué

il est plus efficace d'espacer nos apprentissages, c'est-à-dire de faire plusieurs sessions d'apprentissage légères plutôt qu'une seule grosse session.

Espacer l'apprentissage laisse aussi la place au sommeil et à la consolidation mnésique !

C'est aussi un formidable moyen de renforcer la connexion des neurones, car quand le cerveau a le temps de consolider entre deux activations, celles-ci se renforcent (Smolen et al., 2016) ! Ce n'est pas le cas quand les activations sont trop proches (apprentissage massé). Par conséquent, il vaut mieux apprendre moins longtemps mais plus souvent !

VRAI

FAUX

Question 7/7

les émotions facilitent la mémorisation

BOF

l'hypothèse des marqueurs somatiques (Damasio, 1995).

Quand nous vivons une expérience, nous associons sa représentation cognitive à notre vécu émotionnel dans ce que l'on appelle un marqueur somatique. Quand nous nous retrouvons dans une situation similaire, ce marqueur se réactive pour orienter notre comportement. Ainsi, nos émotions nous aident à bien décider ! Un exemple édifiant ? Phineas Gage !


https://www.cairn.info/revue-cahiers-critiques-de-therapie-familiale-2002-2-page-73.htm





Combattre les neuromythes

Tout d'abord parce que selon le principe d'asymétrie de Brandolini, "la quantité d'énergie nécessaire pour réfuter du bullshit est supérieure à celle nécessaire pour le produire"

Les fausses croyances continuent à influencer notre perception même après réfutation. On appelle cela des "échos de croyances".
Cet écho de croyance vient du fait que cette information, même fausse, nous permet de construire un modèle mental cohérent du monde qui nous entoure. Supprimer l'information, c'est donc détruire la cohérence de ce modèle.

Alors, on fait quoi ?
Première chose : dénoncer ! Appelons un bullshit... un bullshit !
Deuxième chose : déconstruire : argument d'autorité, avec des contre-exemples pour montrer qu'un autre modèle cohérent, avec de vraies informations, existe.
Troisième chose : questionner les sources, les auteurs, les arguments, faire preuve d'esprit critique !