Want to make creations as awesome as this one?

Transcript

LE

« BAC DE FRANÇAIS »

LYCEE MARIE CURIE

1ères STL1 - STMG3
Année 2021-2022
Mme Disclyn

expliqué aux parents

Votre enfant, actuellement en 1ère technologique,

va passer en juin prochain
les épreuves anticipées de français (EAF).

En quoi consistent-elles ?

ATTENTION : Pour se présenter à l’examen en juin, le candidat doit être en possession d’une pièce d’identité en cours de validité.

UN ECRIT


Durée : 4h
Coefficient : 5

Le candidat a le choix entre 2 travaux d’écriture :

Un commentaire de texte

Le texte n’a pas été étudié en cours
(sauf heureux hasard !)

Une contraction (= résumé de texte) + un essai (=sujet de réflexion)
portant sur l'oeuvre d'Olympe de Gouges
et le parcours associé étudiés en cours depuis Septembre

QUAND ?

Le jeudi 16 juin 2022
de 14h à 18h

12mn

un oral
coefficient : 5

8mn

Une analyse portant sur un texte étudié pendant l'année

(donc il suffit d'apprendre les analyses faites en classe ! )

Un entretien portant sur un livre choisi par l'élève (donc il suffit de préparer ce que l'on a à dire sur cette oeuvre...)

QUAND ?

après l'écrit
Entre le 29 juin et le 6 juillet

L'élève reçoit une convocation à la fin mai. Les oraux ont lieu du 29 juin au 6 juillet (en tenir compte pour d'éventuels projets de vacances ou de jobs d'été)

Un temps de préparation

30mn

l'accueil

et la preparation

EN SAVOIR PLUS SUR L'oral

Cliquer sur les photos pour accéder aux explications.

l'expose

L'ENTRETIEN

La première partie de l'oral porte sur des textes étudiés pendant l’année.

Après avoir vérifié la pièce d'identité et la convocation de l'élève, l'examinateur lui indique quel texte il a choisi dans la liste fournie quelques semaines auparavant par le professeur de la classe, ainsi qu’une question de grammaire portant sur un passage du document.


Le candidat dispose ensuite de 30 MINUTES pour se préparer. Il a à sa disposition le texte qui lui a été attribué ainsi que des feuilles de brouillon. Il n’a droit à aucun autre document.

Il est fortement conseillé d'apporter une montre pour bien organiser son temps de préparation, au cas où il n'y aurait pas de pendule dans la salle. Le téléphone portable est, bien sûr, strictement interdit.

L’EXPOSÉ. Le candidat a 12 MINUTES pour présenter la lecture linéaire du texte et répondre à la question de grammaire. (NB : l’exposé peut durer moins de 12 mn, c’est l’élève qui organise son temps). Au cours de cette première partie, l’examinateur n’est pas censé prendre la parole.


Le barême prend en compte plusieurs éléments :

  • 2 points pour la lecture du texte. Elle doit être fluide, expressive et rendre compte de la compréhension du texte par le candidat.
  • 8 points pour la présentation de la lecture linéaire. On présente le texte dans l'ordre dans lequel il a été écrit. On réfléchit à ce que l'auteur dit, aux effets qu'il a voulu produire, aux moyens qu'il a utilisés pour y parvenir.
  • 2 points pour la question de grammaire

L’ENTRETIEN – 8MN

Il porte sur un livre choisi par l'élève dans une liste validée par son professeur. Il peut s’agir d’une des œuvres étudiées pendant l'année ou d’une « lecture cursive » en lien avec une des séquences vues en classe.

  • Le candidat présente en 2-3 minutes maximum le livre qu’il a choisi, il justifie son choix.
  • L’examinateur interroge le candidat sur le livre qu’il vient de présenter, sur des notions précises en lien avec le thème, l’objet d’étude etc. Même si l’entretien est mené par l’examinateur, il est évident que plus le candidat développe ses réponses, meilleure sera la note. On attend d’un élève de 1ère qu’il soit capable de mener l’argumentation de façon autonome.

LIRE

PARLER

ETRE CURIEUX

TRAVAILLER AVEC METHODE

Quelques conseils pour progresser en français

CLIQUER SUR LES IMAGES

LIRE, OUI, MAIS QUOI ?


Obligatoirement les œuvres intégrales étudiées en classe ainsi que les lectures cursives (personnelles) demandées pour chaque séquence.

Ces lectures permettront d’enrichir la réflexion si l’élève choisit la dissertation à l’écrit. Le fait d’avoir fait plusieurs lectures permet également à l’élève de faire un vrai choix pour l’entretien. Il y présentera un livre qu’il a choisi pour de bonnes raisons, pas un livre choisi par défaut, par exemple parce qu'il n'a pas lu les autres, ce qui conduit souvent à des prestations médiocres.



D’autres livres (romans, pièces de théâtre…), des extraits d’œuvres littéraires dans les manuels de français, la presse etc.

Ne pas attendre le dernier moment pour se préparer à l’oral. On ne revoit pas une vingtaine de textes en trois jours


Participer le plus souvent possible en cours


S’obliger à formuler des phrases complètes quand on parle à haute voix


S’entraîner à partir des textes étudiés en classe : sans ses notes, essayer de retrouver les observations qui ont été faites.


Pratiquer l’oral à deux ou trois

Une suggestion : on peut expliquer à un interlocuteur de bonne volonté (parents, etc.) ce qu’on a retenu d’un texte, de son auteur etc.

On peut aussi s’entraîner seul et même s’enregistrer. Formuler une idée à haute voix n’est pas facile, même quand on connaît bien son sujet. Il faut s’y préparer.


S'entraîner régulièrement à lire les textes à voix haute.


RAPPEL : un oral blanc a lieu en mars. Il est IMPERATIF de commencer à s'y préparer pendant les vacances de février. On peut revoir les textes étudiés, relire ou au moins reparcourir les œuvres du programme, les lectures cursives etc.

Etre actif, curieux : se demander ce que l’on pense d’un texte, pourquoi, en quoi il se rapproche ou se distingue des

autres, si l’on est d’accord avec l’auteur...


S’intéresser à l’actualité. En effet, des préoccupations majeures d’aujourd’hui (les atteintes aux droits de l’homme,

le fanatisme religieux, le pouvoir politique etc.) étaient déjà des thèmes de réflexion pour les écrivains des siècles

précédents. On peut être amené à y réfléchir en cours et à l’oral.


Avoir le "réflexe dictionnaire" quand on rencontre un mot nouveau ou quand on n'est pas sûr du sens d'un mot.


Chercher à enrichir sa culture : théâtre, musées, mais aussi télévision, Internet bien utilisés sont des sources

inépuisables.

Etre attentif en cours et prendre des notes avec soin.


Ranger ses cours et ses documents soigneusement pour éviter la panique de dernière minute.


Pratiquer l’écrit pour améliorer ses qualités rédactionnelles.


Pour se préparer au commentaire, s’entraîner à partir des textes étudiés en classe : sans ses notes, essayer de retrouver les observations qui ont été faites, faire un plan, rédiger quelques paragraphes etc. DE NOMBREUX CONSEILS SONT DONNES EN COURS.


Soigner l’expression écrite dès qu’on a l’occasion d’écrire, notamment quand on fait ses devoirs. Appliquer les méthodes vues en cours.


Apprendre le cours ; on a coutume de dire qu’il n’y a « rien à réviser en français ». C’est faux. On doit avoir une bonne maîtrise de notions précises, voire en connaître parfaitement la définition qui peut être demandée à l’oral (quelques exemples : les figures de style, les registres, les différentes formes d’argumentation etc.)


Compléter les acquis du cours. On n’a pas assez d’heures en classe pour tout dire, tout voir ou revoir. L’élève doit compléter ses connaissances par lui-même. On peut bien sûr acheter des annales et des ouvrages parascolaires. Mais on y retrouvera les mêmes notions que dans les cours et éditions scolaires des œuvres étudiées. Inutile d’y consacrer des fortunes, surtout à une semaine de l’examen…

Quelques suggestions :

  • L’interroger sur ce qu’il fait, sur ce qu’il a appris, voire lui faire réciter ses analyses.
  • L’amener à développer, expliquer, argumenter.
  • Lui demander notamment de parler des livres qu’il a lus : qu’est-ce que cela raconte, qu’en a-t-il pensé ?
  • On peut même, pourquoi pas, si l’on aime cela, lire les livres qu’il a choisis et en discuter avec lui.
  • L'encourager.

comment aider

son enfant ?

Bon courage,

aux parents et aux enfants !

Home