Want to make creations as awesome as this one?

Transcript

au panthéon et aux archives nationales

à la découverte de Simone Veil :

Commencer

( et Joséphine Baker)

Le panthéon

04h00 → Départ du lycée

09h40 → Arrivée au Panthéon

10h00 → Ouverture du Panthéon aux visiteurs

10h05 → Présentation du quartier Latin où se trouve le Panthéon mais aussi la Sorbonne dans le 5ème arrondissement de Paris. Nous apprenons que le Panthéon est un monument majeur dédié aux "Grands Hommes de la Nation" qui a été construit juste après la Révolution. A partir de ce moment, sa fonction change plusieurs fois entre Panthéon et Eglise dédiée à Sainte Geneviève. C'est un édifice de style néoclassique s'inspirant du panthéon antique de Rome..

10h15 → Passage à l'intérieur du monument : découverte rapide des différentes oeuvres exposées qui datent de périodes différentes de la construction de l'édifice (ex: peintures au plafond [ci-contre, à gauche]) jusqu'à nos jours (ex: art contemporain [ci-contre, à droite]).

10h35 → Discussion sur les valeurs de la nation qui ont été défendues de manières différentes par les Grands Hommes / Femmes qui sont rentrés au Panthéon. Exemples : Liberté, égalité, fratenité, démocratie, respect et laïcité.

10h50 → Découverte du pendule de Foucault qui est un dispositif expérimental permettant de prouver la rotation de la Terre sur elle-même dans un référentiel Galiléen car en le lachant à une certaine heure à la graduation correspondante nous observons plus tard que le pendule ne revient plus au même point qu'au départ. En effet, la Terre a bougé dans ce référentiel alors que le pendule décrit toujours la même trajectoire car il est attaché par un fil de fer au plafond, 68m plus haut.

11h05 → Arrivée dans la crypte où nous remarquons dans un premier temps des plaques, chacune étant dédiée à la mémoire de nombreuses personnes comme celle ci-contre.

11h10 → Arrivée devant le tombeau de Victor Hugo (ci-contre). S’en suit une discussion sur ses plus grandes oeuvres littéraires dans tous les genres ainsi que son engagement politique comme député puis sénateur. De plus, nous apprenons que ce sont les valeurs de liberté et de laïcité qu’il défend, et les combats contre la censure, la peine de mort ainsi que ceux pour la liberté de la presse et les droits des femmes et enfants, qui lui ont permis d’être panthéonisé en 1885 marquant ainsi le retour du bâtiment en tant que Panthéon et non en tant qu’église. Nous apprenons aussi que ses funérailles, soit son entrée au Panthéon, rassemblent plus de 4 millions de personnes dont un cortège de près de 2 millions d'individus lors d’une immense cérémonie à Paris. Par ailleurs on note qu'il se trouve dans la même salle qu'Emile Zola et qu'Alexandre Dumas qui sont eux-aussi des écrivains engagés.

Affiche d'une exposition sur Victor Hugo au Panthéon

Source : https://www.paris-pantheon.fr/Actualites/Victor-Hugo-La-Liberte-au-Pantheon

à la France. Lorsqu'elle était jeune adulte, son mari lui a interdit de suivre des études pour devenir juge donc, elle s'est occupée de ses enfants avant de passer le concours de magistrate ce qui lui a permis de venir notamment en aide aux femmes incarcérées en Algérie et qui devaient souvent rester dans les même prisons que les hommes. Par la suite, elle poursuivra sa carrière politique en devenant ministre de la Santé, un poste lui permettant de mettre en place une loi autorisant l'IVG, soit l'avortement, ce qui renforce donc les droits des femmes et permet d'éviter les risques dûs aux avortements clandestins. Par la suite, elle participera à la construction de l'Union Européenne en devenant en 1979 la 1ère femme présidente du parlement Européen, ainsi elle défend aussi les valeurs démocratiques de l'UE. Finallement, nous avons vu qu'après une longue période de silence, elle a décicidé de travailler pour la mémoire de la Shoah et de combattre de négationisme. C'est grâce à ses nombreux combats pour les valeurs de la nation qu'Emmanuel Macron décidera de la panthéoniser le 1er Juillet 2018.

Entrée de la salle funéraire où se trouve Simone Veil

Simone Veil au Panthéon:

11h30 → Passage devant le tombeau de Simone Veil se trouvant dans la même salle funéraire que son mari, René Cassin, Jean Monnet, Jean Moulin et André Malraux qui sont tous des personnalités de la droite politique. Nous parlons ensuite de la vie de cette femme qui était entièrement dédiée

Photographie de Simon Veil à l'Assemblée Nationale

Source :https://images.rtl.fr/~c/770v513/rtl/www/1177559-simone-veil-le-12-septembre-1982.jpg

11h40 → Arrivée devant le tombeau de Joséphine Baker qui n’est pas réellement dans la tombe car, en effet, seule une poignée de terre venant de l’endroit où elle est enterrée y est contenu. Nous apprenons qu’elle était américaine mais a décidé de venir en France où, malgré l’époque, elle est devenue une véritable star bien qu'étant noire de peau ce qui lui semblait bien moins possible aux Etats-Unis à cause de la ségrégation. Par conséquent, elle a utilisé sa notoriété importante afin de lutter contre le racisme. Appréciant donc la France qui est son pays adoptif ainsi que ses valeurs, elle décide pendant la 2ème Guerre Mondiale de s’engager en tant qu’espionne dans la Résistance française. Plus tard, en 1963, elle se tiendra aux côtés de Martin Luther King le jour de son fameux discours “I have a dream” qui expose le rêve de ce dernier d’avoir une Amérique où les noirs soient considérés comme égaux aux blancs. C’est donc comme artiste, résistante et militante contre le fléau du racisme que Joséphine Baker est panthéonisée le 30 novembre 2021.

Joséphine Baker au Panthéon:

Salle funéraire dans laquelle se trouve le tombeau dédié à Joséphin Baker (à gauche)

Portrait photographique de Joséphine Baker

Source :https://soundbeat.org/episode/josephine-baker/

12h00 → Pose déjeuner au Jardin du Luxembourg


Du panthéon aux archives nationales

14h05 → Arrivée aux archives nationales


11h45 → Sortie du Panthéon, marche vers le Jardin du Luxembourg

12h40 → Marche vers l’autobus

12h50 → Départ vers les archives nationales


Les archives nationales

14h15 → Prise en charge par l’employée des archives. Montée au 2ème étage vers une salle où nous retrouvons plusieurs documents liés à la vie de Simone Veil. Entre autres nous retrouvons des unes de journaux notamment lorsque Simone Veil était éclaireuse lors de son enfance mais aussi des documents plus officiels tels qu’une demande de bourse après la 2nde Guerre Mondiale. Tout d'abord, nous définissons ce qu'est une archive soit un document que l'on conserve pour témoigner de quelque chose qui peut être officiel ou administratif comme des factures que l'on garde ou bien encore personnel à l'image de nos albums de photos par exemple. On nous explique aussi que beaucoup de documents sur Simone Veil peuvent être retrouvés aux archives nationales car, à sa mort, ses enfants ont donné la majorité de ses documents personnels dont des lettres aux archives. Dans cette salle, on nous explique les différents thèmes, liés à certaines parties de la vie de Simone Veil et à ses différents combats, sur lesquels nous allons travailler.

Localisation des archives nationales à Pierrefitte-sur-Seine (Google Maps)

14h40 → Passage dans une autre salle où nous nous divisons en groupes de 2 à 4. Les archives en lien avec le thème que notre groupe (Hugo, Mathys, Edwin, Gabriel) étudie nous sont distribuées. Plus précisément, il s’agit d’un article de plusieurs pages du journal "Le Matin" paru le 30 Octobre 1978 et dans lequel Simone Veil, qui est ministre de la santé à l'époque, répond aux propos négationnistes de Louis Darquier De Pellepoix, ancien commissaire général des questions juives sous le régime de Vichy, car elle à bien sûr une forte légitimité sur le sujet étant elle-même une ancienne déportée lors de la 2nde Guerre Mondiale. Nous lisons chacun une des pages avant de tout mettre en commun. Pour commencer, Mme Veil affirme que ces horribles évènements ont eu lieu, avant de fermement condamner les idées des nazis et en particulier l'antisémitisme. Très touchée par les propos aberrants de Darquier De Pellepoix, elle met fin en quelque sorte au tabou du génocide dont personne, y compris elle, ne parlait jusque là. Elle explique que le négationnisme est une des seules, si ce n'est la seule, limite à la liberté d'expression car cette banalisation du racisme pourrait se propager ce qui est un véritable danger pour la société d'autant plus qu'à l'époque les Nord-Africains souffraient beaucoup de ce fléau. De plus, elle exprime dans cette interview son choc quant au fait que Darquier De Pellepoix n'ait pas été extradié et peut continuer à vivre en toute impunité en Espagne.
,

15h20 → Mise en commun du travail avec une brève présentation orale d'un membre de chaque groupe concernant ce qu'ils ont appris. Entre autres, nous découvrons les différents membres de la famille de Simone Veil, leurs caractéristiques et leurs liens entre-eux ainsi que ce qui leur est arrivé pendant la 2nde Guerre Mondiale. Nous voyons ensuite ce qu'elle a fait dans sa carrière professionelle plus précisément en élaborant notamment sur des points vus le matin au Panthéon, soit sa carrière de magistrate, ministre de la santé et présidente du parlement européen.

15h55 → Visite rapide du bâtiment. Après être descendu au rez-de-chaussé, nous nous rendons dans une salle où sont stockées des archives. La dame nous faisant la visite nous explique notamment que les salles doivent rester assez froides pour faciliter la conservation et que la température est stable toute l'année, qu'en général un seul exemplaire d'un document est conservé aux archives, que ces exemplaires peuvent être retrouvés dans cet immense bâtiment grâce à leur cote qui leur est unique, que seule une faible proportion des archives ont été numérisées, que l'on compte la quantité d'archives en mètres liinéaires (ml) et que le site de Pierrefitte-sur-Seine contient environ 320kml d'archives. Finalement, elle nous explique que les archives se trouvant dans une même salle ont le plus souvent le même thème mais que dans celle où nous nous trouvions, il y avait surtout des documents d'une taille importante pour faciliter le transport jusqu'à la salle de lecture.

Photographies de l'intérieur d'une salle d'archives :

16h10 → Découverte de la salle de lecture où les archives sont lues car, bien sûr, les archives doivent rester sur place. Certains prennent des photographies des documents avec leur smartphone afin de les consulter plus tard. Des ordinateurs sont à disposition pour rechercher des informations sur les archives et notamment les cotes de certaines pour pouvoir ensuite aller les chercher. Il est aussi possible dans cette salle d'identifier la position de documents n'apparaissant même pas sur le site internet.

19h30 → Arrivée au lycée


16h20 → Sortie des archives nationales

17h00 → Départ des archives nationales


Avis Personnel :

Tout d'abord j'ai beaucoup apprécié la sortie dans sa globalité et je vous remercie de l'avoir mise en place.

Au panthéon, j'ai été grandement impressionné par la diversité des oeuvres et sculptures du lieu dès notre arrivée à l'intérieur du bâtiment et j'ai trouvé le fait de pouvoir être à moins d'un mètre de certains Grands Hommes et Femmes de la Nation très impressionnant lorsque nous étions dans la crypte. J'ai aussi fortement apprécié d'avoir un guide qui a pû nous livrer des détails que nous n'aurions pas eu autrement et notamment pour le pendule de Foucault. Malheureusement, il me semble que nous étions extrêmement loin d'avoir assez de temps pour découvrir l'ensemble des spécificités du Panthéon et surtout pour la partie qui n'était pas la crypte car il y avait des panneaux (physiques et interactifs) très complets mais nous n'avons pas pû les lire. Ensuite, j'ai trouvé la pause méridienne au jardin du Luxemboug très agréable.

Par la suite, aux archives nationales, j'ai d'abord été frappé par la taille du lieu, son architecture moderne et plus tard par le nombre d'archives qui y sont contenues. La possibilité de voir des documents authentiques et ensuite de travailler dessus (pour certains groupes) était aussi intéressante mais j'ai trouvé la visite du lieu en elle même plus captivante car on a pû poser beaucoup de questions sur ce lieu passionnant et parce qu'il me semblait que la partie "travail" aurait pû être faite en classe car lors de la visite, l'employée des archives nous a confié que les documents sur Simone Veil était numérisés et accessibles en ligne pour la plupart.

En bref, j'ai adoré la sortie. J'ai été très impressionné par le Panthéon mais j'aurais souhaité que l'on y passe un peu plus de temps. De plus, je suis aussi ravi d'avoir découvert les archives nationales et leur fonctionnement.

LA FIN.