Want to make creations as awesome as this one?

Transcript

Par exemple ...
...en lien avec le dérèglement climatique.

Faire débattre les élèves en classe

7 avril 2022
I. GAUTHIER

recueil de vos conceptions initiales ...

débattre ?

1

Education à la citoyenneté et formation de l'esprit critique

les vertus du débat

2

  1. Faire débattre les élèves permet de développer leur esprit critique.
  2. Avoir de l’esprit critique, c’est d’abord être capable de défendre ses opinions.
  3. Savoir argumenter est un élément essentiel pour développer l’esprit critique.
  4. Faire débattre les élèves peut être risqué et contre-productif.
  5. Faire débattre les élèves fonctionne même si l’on n’a rien préparé en amont.
  6. L’objectif pédagogique d’un débat est de faire acquérir des connaissances aux élèves.
  7. Le débat permet de travailler plusieurs choses à la fois.
  8. Organiser un débat fait perdre du temps aux élèves.
  9. Le débat est la seule manière de travailler l’argumentation et l’oral.
  10. Il n’existe pas de règles meilleures que d’autres pour faire débattre les élèves.

Quelle relation entre débat et esprit critique ?

L’esprit critique est à la fois un état d’esprit et un ensemble de pratiques qui se nourrissent mutuellement. En effet, l’esprit critique n’est jamais acquis, il est une exigence, toujours à actualiser. Il naît et se renforce par des pratiques, dans un progrès continuel : on ne peut jamais prétendre le posséder parfaitement et en tous domaines, mais on doit toujours chercher à l’accroître.

S’informer correspond à prendre le temps de s’informer et comprendre avant de juger.

Évaluer l’information correspond à en chercher la source et à comprendre qu’une connaissance est construite et comment elle se construit.

Distinguer les faits et les interprétations correspond à différencier les faits de l’interprétation qui les relie et les explique.

Confronter les interprétations correspond à prendre acte des débats entre les interprétations et de la nécessité du pluralisme en ne s’arrêtant pas à la première explication présentée.

Évaluer les interprétations correspond à distinguer les interprétations validées par l’expériences, les hypothèses et les opinions liées à nos croyances.

Faire débattre les élèves permet de développer leur esprit critique.

Avoir de l’esprit critique, c’est d’abord être capable de défendre ses opinions.

Savoir argumenter est un élément essentiel pour développer l’esprit critique.

Faire débattre les élèves peut être risqué et contre-productif.

Faire débattre les élèves fonctionne même si l’on n’a rien préparé en amont.

L’objectif pédagogique d’un débat est de faire acquérir des connaissances aux élèves.

Le débat permet de travailler plusieurs choses à la fois.

Organiser un débat fait perdre du temps aux élèves.

Le débat est la seule manière de travailler l’argumentation et l’oral.

Il n’existe pas de règles meilleures que d’autres pour faire débattre les élèves.

Faire débattre les élèves permet de développer leur esprit critique.

  • Oui

    Bonne réponse.
    Oui, faire débattre les élèves permet aux élèves de développer leur esprit critique. D’abord en matière de capacités : argumenter, raisonner, formuler des hypothèses, etc. ; mais aussi en matière d’attitudes, car c’est un exercice qui permet de forger des savoir-être essentiels en lien avec l’esprit critique : écouter et entendre des avis différents, savoir changer d’avis, être curieux de l’avis des autres, faire preuve de courage intellectuel pour justifier ses propres opinions, etc.

Avoir de l’esprit critique, c’est d’abord être capable de défendre ses opinions.

  • Oui

  • Non

    Bonne réponse.
    Vous avez raison, ce n’est pas un aspect essentiel de la pensée critique et certainement pas au point de confondre ses opinions avec les faits. Bien entendu, il faut une certaine forme de courage intellectuel, et la cohérence entre ce que nous croyons et ce que nous affirmons est essentielle sur le plan psychologique. Mais être capable de défendre ses opinions est conditionné au fait de savoir en changer (avec de bonnes raisons), ce qui n’est pas toujours facile. Apprendre à débattre permet directement de s’y exercer.

Savoir argumenter est un élément essentiel pour développer l’esprit critique.

  • Oui

    Bonne réponse.
    Oui, car l’argumentation fait partie de « l’outillage critique » : savoir construire un raisonnement valide afin de justifier son opinion sur un sujet donné est à la base de toute expression critique, comme apprendre à repérer les arguments non valides ou fallacieux entendus dans certains discours.

  • Non



Faire débattre les élèves peut être risqué et contre-productif.

  • Oui

    Bonne réponse.
    Oui, cela peut être risqué et contre-productif. Nombreux sont les collègues qui ont déjà fait l’expérience de déconvenues en classe. Mais sont-elles plus fréquentes que lors d’un cours classique ? Que ce soit pour un débat ou pour toute autre forme d’activité, la préparation et la manière de gérer les possibles débordements sont un enjeu majeur. Lors d’un débat, le risque se situe sur la parole de l’élève qui est bien plus libre que dans un cours classique. Il faut donc s’y préparer et penser à tous les garde-fous nécessaires.

  • Non

Faire débattre les élèves fonctionne même si l’on n’a rien préparé en amont.

  • Oui

    Bonne réponse.
    Oui, organiser un débat quand le moment s’y prête peut très bien fonctionner. Mais cela ne se passera bien qu’à condition d’avoir déjà réalisé des débats auparavant afin d’être préparé à son organisation et à sa gestion. Débattre, ce n’est pas seulement donner la parole aux élèves.

  • Non

L’objectif pédagogique d’un débat est de faire acquérir des connaissances aux élèves.

  • Oui

    Bonne réponse.
    Oui, cela peut être un des objectifs du débat. Mais ce n’est pas le seul (voir question 1). Tout dépend de ce que l’on veut en faire. Débattre pour argumenter, débattre pour apprendre à écouter, débattre pour présenter différents points de vue sur un sujet, débattre pour mimer un échange entre personnages fictifs, etc.

  • Non

Le débat permet de travailler plusieurs choses à la fois.

  • Oui

    Bonne réponse.
    Le débat permet de travailler plusieurs compétences à la fois : savoirs et savoir-être peuvent être des objectifs conjoints du débat. Mais on s’aperçoit qu’il vaut mieux isoler ceux-ci afin de les travailler, dans un premier temps, de manière indépendante. Lorsque les élèves ont acquis les bases d’une forme de débat donnée, il est plus facile d’y ajouter d’autres objectifs.

  • Non

Organiser un débat fait perdre du temps aux élèves.

  • Oui

  • Non

    Bonne réponse.
    Bien entendu, prendre le temps d’organiser un débat, c’est forcément rogner sur d’autres moments tout aussi importants. Mais rien de nouveau avec le débat : il est question de choix pédagogiques. Enseigner, c’est aussi choisir la meilleure manière pour transmettre certains contenus et compétences. Prendre du temps pour lire un texte ou en faire écrire rogne également sur d’autres types d’activités… À nous de juger lesquelles aident le mieux à remplir nos objectifs.

Le débat est la seule manière de travailler l’argumentation et l’oral.

  • Oui

  • Non

    Bonne réponse.
    Non, bien entendu. C’est une forme parmi d’autres. Multiplier les manières de faire, c’est s’assurer de satisfaire aux différences entre tous les élèves, qui n’apprécient pas et ne progressent pas également dans un même type d’activité.

Il n’existe pas de règles meilleures que d’autres pour faire débattre les élèves.

  • Oui

  • Non

    Bonne réponse.
    Non effectivement. Il existe bien des règles pour faire débattre les élèves, des règles de base qui, si on les suit, permettent – toutes choses étant égales par ailleurs – de mettre en place un cadre favorable à l’échange : expliciter les règles de prise de parole, cadrer les limites de la discussion, attribuer (selon les types de débats) des rôles à certains élèves et, surtout, demander de justifier chaque prise de position (pour quelles raisons penser ce que l’on pense ?) et de donner des arguments appuyant chaque opinion. Ensuite, chaque type de débat a ses propres règles, bien entendu.

Des formes multiples

les différents types de débats

3

photolangage

1

source :


1

Choisir un lot d’images variées illustrant le thème

Les étapes

3

L’animateur / enseignant pose une question. Par exemple : « Quelle est l’image qui vous fait le plus penser au changement climatique?"

5

Après quelques minutes, l’animateur invite les participants, à tour de rôle, à présenter l’image qu’ils ont choisie et exprimer les raisons de leur choix (en quoi cette image se rattache au thème du changement climatique pour eux). Les autres participants écoutent.

2

Disposer les images aléatoirement sur une surface plane

4

Les participants sont invités à parcourir les différentes images dans le silence, puis à en choisir une qui leur parle.

6

Suite à ce temps individuel, le groupe peut échanger / débattre de manière informelle sur ce qui vient d’être exprimé.

Quand ?

Plutôt pour recueillir les conceptions initiales, pour poser une problématique etc. ...

Le
débat mouvant

2

Exemple :
Une affirmation !

D'accord ? / Pas d'accord ?


Chacun se répartit dans la salle selon son opinion

  • explication des règles de conduite
  • présentation du fonctionnement
  • première affirmation
  • échanges d'arguments des 2 côtés
  • évolution du positionnement
  • apport éventuellement de faits (chiffres clés etc...)
  • échanges d'arguments ...
  • ...
  • seconde affirmation etc. ...
  • ...
  • bilan : prise d'engagements, écriture de slogans ...

" Les conséquences du changement climatique ne seront pas dramatiques ici ! "

Author's name : réseau national d'éducation à l'environnement.

" Atténuer le réchauffement climatique à 2°C n'est plus d'actualité, hâtons nous de nous adapter ! "

Author's name : bibi

Le débat mouvant ?

pas si facile ! ...

la question

les étapes

l'évaluation

avantages limites

Exemple :

débat à partir d'un abaque (ex : abaque de Régnier)


3

Plusieurs étapes à suivre ...

1ère étape :

2ème étape :

4 ème étape :

5 ème étape :

6 ème étape :

3 ème étape :

L’animateur expose les objectifs et les modalités de l’animation


2e étape : Explication du code couleur permettant à chacun de se positionner (un peu sur le principe du feu vert / feu rouge)

Exemple
- le vert foncé : oui (je suis d’accord avec l’item);
- le vert clair : oui (je suis d’accord avec l’item) mais...
- le jaune : oui (je suis d’accord avec l’item) et non (je ne le suis pas) - (Cette option peut ne pas être proposée, pour inviter les participants à se positionner.
- le rose : non (je ne suis pas d’accord avec l’item) mais...
- le rouge : non (je ne suis pas d’accord avec l’item);
- le blanc : je ne sais pas. (Cette option peut également ne pas être proposée).

3e étape : Dénomination de chaque participant par une lettre de l’alphabet.


4e étape : Énonciation orale des différents items par l'animateur (10 minutes). L'animateur/formateur/enseignant aura pris soin de choisir des items suffisamment « ouverts » pour laisser place à la discussion. Il ne s’agit en aucun cas de répondre à un « vrai » ou « faux ». Après chaque énonciation, les membres du groupe se positionnent à l’aide de leurs cartons de couleur. L'intervenant saisit, dans les cases du tableau réalisé à cet effet, les couleurs présentées par chacun. Cela permet de visualiser très rapidement l’opinion générale du groupe. Cette étape s’effectue en silence, sans argumentation ni discussion.

l’animateur affiche les réponses des participants sur un tableau quadrillé

chacun argumente la couleur de son choix

puis l’animateur provoque un débat collectif.

exemple / proposition :

1 abaque de Régnier à partir d'affirmations concernant l'alimentation ou des menus ...

débat jeu de rôle :
ex conseil municipal ... (prise de décision)

4

Jeu de rôle pour faire débattre

Jouer à débattre (l'arbre de la connaissance)

Euismod tincidunt ut laoreet dolore magna aliquam erat volutpat.

En terminale Enseignement Scientifique (choisir le mix énergétique adapté à une région donnée)

Choix pour des cantines scolaires (Ressource Citadelle à venir ... )

  1. construire des connaissances
  2. construire et développer des arguments
  3. construire des citoyens / futurs citoyens
  4. prendre en compte des valeurs (celles de son personnage)
  5. évaluer à quel point nos valeurs propres influent les décisions des personnages joués

Des variantes et des approches différentes

Q sort

Q-sort est un terme consacré en pédagogie ; il a une origine anglaise : «Question-sort », c’est à dire liste de questions et d’items.

L’objectif du Q-sort est de faire émerger les représentations, préjugés et idées reçues, qu’un groupe a d’un concept donné.

Il permet de les exprimer et de les préciser.

L’objectif est également de créer une demande d’approfondissement en ouvrant le débat et l’échange.

dernier exemple

4

1

4

3

2

+ 2 exemples

alimentation mondiale et agrocarburants

nourrir le monde et semences

(voir drive...)


Chaque personne réfléchit individuellement à la liste d’items* qui lui est proposée et doit identifier :

- 3 items qui lui paraissent vrais ;

- 3 items qui lui paraissent faux.

Ce premier temps dure en général 10 minutes.

Les personnes se réunissent ensuite au hasard en petits

groupes de 3 à 5 personnes, par exemple, avec son voisin

de gauche et de droite. Ils choisissent alors ensemble 3

items qui paraissent unanimement vrais et 3 unanimement

faux. Ils notent aussi sur une partie de leur feuille, les

items sur lesquels il ne peut y avoir consensus.

Ce temps mérite d’être assez long, à savoir 30 minutes

: c’est un moment de confrontation des représentations

dans un groupe et de construction d’un argumentaire.

Chaque groupe expose ensuite ses résultats à l’ensemble des participants. L’enseignant inscrit dans trois colonnes au tableau : les items vrais, les faux et les divergents.


L’analyse (45 minutes)

Le tableau met en évidence les divergences et les points de convergence entre groupes. L’enseignant peut laisser place à un temps d’échange où il est possible de débattre, demander des précisions, reformuler des arguments...

Pour finir, il est possible de prendre un dernier temps pour vérifier, tous ensemble, si un item est incontestablement vrai ou faux ou partiellement vrai.

Si l’on veut conserver ce qui s’est dit pendant le débat, il vaut mieux prévoir un ou deux secrétaires qui transmettront leur compte-rendu aux participants.

On peut ainsi débattre pour apprendre à argumenter mais on peut aussi le faire pour s’impliquer localement, pour trouver des solutions locales, mêmes partielles.

choisir une forme de débat et en groupe concevoir une activité menant à un débat

application

5

Votre mission

Réfléchir à une activité menant à / incluant un débat
--> présentation brève pour mise encommun et échanges

objectifs

consigne

groupes

évaluation

ressources

organisation

constitution des groupes

pour les élèves

pour les enseignants

ressources

6

pour poser le cadre avec les élèves

https://view.genial.ly/6008b361308af00d80bad148/presentation-debat-methode-ok

<-- les règles du débat

une video
-->
cible de Graham

https://youtu.be/ohU1tEwxOSE

un dossier partagé de ressources

dossier de ressources

formation Magistère

des sites ...

Quelle satisfaction ?

merci répondre à ces quelques questions ?

Thanks!