Want to make creations as awesome as this one?

Transcript

Diptyque n°8 : UN texte antiques / UN TEXTE Moderne

THÈME : VIVRE DANS LA CITÉ
Séquence : DEVENIR UN citoyen romain

Œuvres confrontées : Tacite, Annales & Discours de François Hollande du 15 Avril 2017

Student: Méline MOREAU 1ère5

Date 04/04/2022

Tacite de son nom complet, Publius Cornelius Tacitus Caecina Paetus est né en 58 et est décédé vers 120. Il fut philosophe, historien et sénateur romain. On connaît peu de détails sur la vie de Tacite. Cependant, on sait qu’il est né sous Néron, qu’il est sûrement originaire d’Italie du Nord ou de Gaule narbonnaise. Issu d’une famille de l’ordre équestre, son père était procurateur de la province de Gaule Belgique ; il était également appelé Cornelius Tacitus. Tacite fut un « homo novus » puisqu’il fut le premier membre de sa lignée à entrer au Sénat.

    Présentation du premier support :

    Les écrits les plus connus de Tacite, mais également les derniers, sont les Annales. Le titre d’Annales vient du fait que Tacite décrivait les évènements année par année, il n’a pas été directement donné par Tacite. En effet, le titre original serait Ab excessus divi Augusti qui signifie « Après la mort du divin Auguste ». Les livres couvrent la période des quatre empereurs Julio-Claudiens, successeurs de l’Empereur Auguste fondateur de l’empire romain. Ils s’étendent ainsi de la mort d’Auguste en 14 jusqu’à celle de Néron en 68. Tacite, aborde donc dans ses écrits les règnes de Tibère, Claude, Caligula et Néron. Cependant, tous les écrits ne nous sont pas parvenus, une grande partie a été perdue pendant le premier millénaire. En effet, il y avait initialement 18 livres ; la plus grande partie qui nous est parvenue parle particulièrement du règne de Néron et de Tibère, mais les écrits concernant le règne de Caligula nous sont inconnus.


      Ce texte est un discours tiré des Annales, XI, 24, qui fut prononcé par l’empereur Claude, originaire de Gaule Narbonnaise, qui avait convoqué les sénateurs dans le but d’ouvrir aux notables Gaulois l’accès à la magistrature. À travers ce discours, l'empereur Claude fait l'éloge du système ouvert de la société romaine, il a la volonté de convaincre et d'être un modèle pour le futur en accordant l'accès à la magistrature.

        Return

        TACITE


        François Hollande est né à Rouen le 12 août 1954. C'est un haut-fonctionnaire et homme d'état français. Du 15 mai 2012 au 14 mai 2017, il est président de la République française ; il est élu chef de l'État face au président sortant Nicolas Sarkozy avec au second tour 51,6 % des suffrages. Sa présidence est marquée par la loi sur le mariage homosexuel, une augmentation de la fiscalité puis un virage social-libéral ; par des interventions militaires notamment au Mali, en Centrafrique et au Moyen-Orient ainsi que par la tenue de la conférence de Paris sur le climat. Enfin, pour l'institution de l'état d'urgence suite à plusieurs attentats islamistes en France. C’est une première sous la Ve République, mais François Hollande ne souhaite pas se représenter pour un second mandat. En effet, il est confronté à un risque d'échec à une primaire de gauche en raison de très faibles intentions de vote. Après son mandat, même s’il y est membre de droit à vie, il ne siège pas au Conseil constitutionnel et n'occupe pas de fonction de premier plan.
        Le support que nous étudions est un discours prononcé par le président de la République François Hollande à l'occasion de la naturalisation des tirailleurs africains à Paris le 15 avril 2017. Le président explique que donner la nationalité française à ces 28 tirailleurs africains, c'est leur rendre justice. Il parle notamment des sacrifices qu’ont fait ces tirailleurs et du fait qu’ils font partie de l'histoire de France. À travers ce discours, François Hollande concrétise une promesse faite en décembre 2016. En effet, lors d’une cérémonie à l’Élysée le samedi 15 avril, seront naturalisés d’anciens combattants venus d'Afrique qui ont prêté main forte lors de la première et la seconde guerre mondiale à la France ou en Indochine. Sur près d'un millier de tirailleurs, 28 se voient recevoir des mains de François Hollande la nationalité française. Selon les historiens, 200 000 tirailleurs ont combattu dans les rangs de l'armée française lors de la Première Guerre mondiale 150 000 pour la seconde guerre et 60 000 en Indochine.


          Présentation du deuxième support :

          Return

          François Hollande

          Parmi ces 28 tirailleurs nés entre 1927 et 1939, on compte deux Congolais, deux Centrafricains, un Nigérien et 23 Sénégalais. Ils vivent majoritairement en région parisienne et vont donc retrouver une nationalité perdue à l'indépendance des colonies en 1960. L'ancien président Jacques Chirac avait aligné les pensions des tirailleurs sénégalais sur celle des anciens combattants français ; en 2007, dix ans plus tard, François Hollande leur a accordé la nationalité française.

          Return

          Ces deux œuvres présentent beaucoup de points communs. Tout d'abord, nous avons ici deux discours. En effet, on le voit dans le texte de Tacite par des verbes de parole « exorsus est » L.3 qui annonce un discours mais également dans les premières lignes où on annonce le discours par l’expression « statim contra disseruit et vocato senatu ita exorsus est » L.2 qui signifie « après avoir convoqué le sénat, il les combattit encore par ce discours » on a ensuite des guillemets qui servent à montrer la retranscription de parole. On peut donc bien affirmer ici que le texte de Tacite retranscrit un discours, celui de l’empereur Claude. La deuxième œuvre est le discours de François Hollande du 15 avril 2017. On voit ici que c’est un discours par l’utilisation du pronom personnel « vous » L8-9-11. En effet, le « vous » qui représentait ici les tirailleurs africains, on le voit dans l’expression « Vous êtes l’histoire de la France » L.11 montre ici que François Hollande s’adresse directement à ces 28 hommes à travers un discours.

          Return

          Ensuite, dans ces deux discours, les hommes politiques parlent en leur nom. En effet, dans le texte de Tacite, on voit l’utilisation de la première personne du singulier avec « mei » L.3 qui signifie « moi » et le verbe ignorer conjugué à la première personne du singulier : « ignoro » L.8 ce qui montre que c’est l’empereur Claude qui prend la parole, c’est lui qui prononce le discours. Dans le discours de François Hollande, on voit que c’est lui qui prend la parole et parle en son nom avec également l’utilisation de la première personne du singulier : « je » L.11 et du verbe qui suit « pose » conjuguer à la première personne du singulier. On peut donc affirmer que ces deux œuvres sont des discours.

          Return

          À travers ces discours, l’empereur Claude et François Hollande cherchent à interpeller l’auditeur. En effet, Claude dans son discours utilise des questions rhétoriques « Num paenitet Balbos ex Hispania nec minus insignis viros e Gallia Narbonensi transivisse ? » L13-15 qui signifie « Est-on fâché que les Balbus soient venus d'Espagne, et d'autres familles non moins illustres, de la Gaule narbonnaise ? » l’empereur convoque des exemples ce qui interpelle et par ses questions, il invite les auditeurs à réfléchir. Nous avons le même fonctionnement dans le discours de Francois Hollande. En effet, il cherche aussi à interpeller l’auteur et pour cela, il n’utilise pas des questions rhétoriques, mais convoque plusieurs exemples avec des chiffres : « 230 000 soldats » L2, « 25 000 tirailleurs sénégalais sont morts » L4, « 36 000 ont été blessés » L5, « ils furent 60 000 à se battre […] 30 000 ont été faits prisonniers, 5 000 ont été tués »

          L6-7. Ces chiffres interpellent l’auditeur, car on parle
          de beaucoup de prisonniers, d’hommes blessés voire
          même de morts et leur nombre pousse l’auditeur à
          réfléchir. On peut donc confirmer que les deux
          locuteurs cherchent à interpeller l’auditeur en
          utilisant des exemples précis.

          François Hollande lors de son discours

          Return

          Dans ces deux discours, on utilise le champ lexical du combat. Dans le texte de Tacite, l’empereur Claude, utilise le champ lexical du combat : « pugnavimus » L31 (nous nous sommes battus), « adversam » L32 (contre), « obsides » L34 (otages), « bella » L35 (la guerre), « adversus » L36 (contre) , « pax » L37 (la paix). Ce champ lexical montre que désormais même s’il y a eu la guerre, la paix règne et cette paix est présente grâce à l’assimilation dans la société romaine des peuples étrangers. Claude cherche ici à convaincre les sénateurs. On voit également l’utilisation du champ lexical du combat dans le discours de François Hollande : « Grande Guerre » L2 (= Première Guerre mondiale), « soldats » L. 2-3-5, « Seconde Guerre mondiale » L5, « se battre » L6, « tués » L7,

          « survivants » L8. Ici, on montre encore une fois qu’il y a eu la guerre et maintenant que la paix est restaurée, il est légitime de donner la nationalité française aux personnes qui ont combattus pour la France tout comme dans le texte de Tacite donnait l’accès à la magistrature.

          Des tirailleurs

          Return

          Ensuite, dans les deux discours, on montre que donner l’accès à la magistrature ou la nationalité française sont de bonnes choses. En effet, dans le discours de l’empereur Claude l’ énumération : « Jam moribus atrisbus adfinitatibus » L48 qui signifie : « Déjà les mœurs, les arts, les alliances » montre que par l’assimilation des peuples étrangers Rome a gagné. Claude montre les bienfaits d’une société ouverte dont il fait le panégyrique. Il faut donc donner accès à la magistrature pour les notables Gaulois, car cela pourrait être bénéfique à la société. Dans le discours de François Hollande, il dit que « ceux qui se sont battus pour la France et qui font le choix d’y vivre doivent pouvoir devenir français » L12-13, on montre ici que donner la nationalité française à ces 28 hommes ce n’est que leur rendre justice pour leurs sacrifices, leur courage et l’aide qu’ils ont apportée. Il faut donc donner la nationalité française à ceux qui ont combattu pour la France pour vivre dans une société plus solidaire. Les droits qui seront donnés à la suite de ces discours vont donc être bénéfiques pour la société.

          Return

          Return

          Return

          Enfin, ces démarches vont être bénéfiques dans le futur. En effet, dans le discours de Claude, on a l’utilisation des verbes au futur « inveterescet » L44 qui signifie : s’enracinera « erit »(L44) qui signifie : sera. Ici, on suggère l’aspect progressiste de la démarche. En effet, ces démarches vont être bénéfiques dans le futur de la société, le but ici est de laisser sa trace dans l’histoire et de marquer le futur de façon importante. On le voit dans le discours avec le polyptote « exemplis », « exemplas » L44 qui montre que les exemples utilisés par Claude seront parmi les exemples futurs de cette société, et même des sociétés futures. Dans le discours de François Hollande, il dit que donner la nationalité à ses tirailleurs c’est leur rendre justice, car ils ont combattu pour la France et l’expression « Aujourd’hui je pose un nouveau principe » L12 nous montre que François Hollande instaure un principe qui va durer dans le temps, il veut donner l’exemple en étant le premier à le faire et espère ainsi impacter l’histoire tout comme ces tirailleurs qui sont « l’Histoire de la France » L11. On a également dans ce discours la majuscule au mot « Une Nation » L.13 ce qui montre son importance. François Hollande veut une nation plus solidaire est plus juste.

          Pour conclure, nous pouvons dire que même si ces deux discours, en apparence peu similaires étant donné qu'ils n'abordent pas le même sujet et qu'ils ne datent pas de la même époque, possèdent tout de même des points communs notamment par le fait que l’empereur Claude et François Hollande ont tous les deux convoqués des exemples et de vouloir impacter les sociétés futures par leurs actes.

          Conclusion

          Return