Want to make creations as awesome as this one?

Transcript

Le massacre

de la
Saint-Barthélemy

Elève: Félicie Marcillaud
Classe: 2nde5

Index

Tableau

Fiabilité

Récit

Au Royaume de France au XVIe S, les protestants recrutent dans diverses couches de la population, depuis la

bourgeoisie moyenne jusqu'à la haute noblesse. Ces recrutements gènent les catholiques car des personnes de plus en plus proches du roi deviennent protestantes. Cela engendre une guerre civile en 1570. Pourtant, le roi de France Charles IX et sa mère, une grande femme de pouvoir, Catherine de Médicis, décident de mettre fin à cette guerre de religion en signant le traitéde paix de Saint-Germain-en-Laye le 8 août 1570. Pour renforcer la paix entre ces deux religions, Catherine de Médicis décide de procéder à une politique de conciliation entre catholiques et protestants en mariant sa fille Marguerite de Valois, catholique, avec Henri de Navarre, protestant le 18 août 1572.Pour célébrer cette union, 15 000 protestants, de toute catégorie sociale tels que des nobles, des soldats, des chefs militaires et bien d'autres viennent à Paris. Parmi ces gens figure Gaspard de Coligny, un protestant très populaire et ami proche de Charles IX.

Le 22 août, de grandes fêtes se produisent à Paris. C'est alors qu'un attentat contre Coligny a lieu, auquel il
survivra. La plupart des protestants sont déboussolés et tristes face à cette nouvelle. Le commanditaire suspecté de cet
attentat est Henri de Guise, un catholique accusant Coligny d'avoir tué son père. Face à cet événement, Charles IX dit qu'il va punir ses aggresseurs. Mais au moment où il prononce ces paroles, Henry de Guise l'entend et ne le tolère pas, il décide alors de quitter Paris avec tous ses soldats. Suite à ce départ, Catherine de Médicis se sent éperduement menacée. Elle se réunit avec ses proches puis décide de briser le mouvement protestant en assassinant les chefs protestants, une dizaine de personnes, le 23 août au soir. Au même moment Henry de Guise revient avec ses soldats pour décapiter Coligny.

C'est alors que débute le massacre de la Saint Barthélemy. 3 interminables jours se succèdent où des massacres se déroulent en continu. On compte entre 3 000 et 10 000 morts. Ce massacre, local dans un premier temps à Paris, s'étend dans toute la France. Les historiens sont sûrs d'une chose, ce massacre n'est pas un ordre du roi ou bien de sa mère. Pourtant, le 26 août 1572, Charles IX déclare à l'assemblée notable que c'est lui qui a ordonné ce massacre. Il le fait car voulant l'arrêter, son autorité à été ignorée, et il perdrait la face devant la population s'il disait que ce n'était pas lui.

Le massacre de la Saint-Barthélemy

François Dubois, de 1576 à 1584.

1

1

1

A

B

2

C

D

3

2

2

Coligny se faisant jeter par la fenêtre par De Guise et ses hommes.

Coligny se fait décapiter.

Le corps de Coligny est trainé jusqu'au Gibet de Montfaucon.

Le Louvre.

Le gibet de Montfaucon.

Catherine de Medicis observant un tas de cadavre.

Catherine de Medicis se fait arrêter par des hommes militaires.

Catherine de Medicis est jetée dans la Seine.

Eglise des Grands-Augustins.

La montagne de Sainte-Geneviève.

Femmes et enfants tués.

La fiabilité historique de ce tableau peut être remise en question. En effet, nous savons que le peintre François Dubois est protestant. Il aurait pu manipuler la personne regardant le tableau en peignant les catholiques comme des assassins et les protestants comme des victimes; il suscite alors de la peine et de l'empathie chez la personne qui regarde le tableau. On y voit des enfants et des femmes sans défense se faire massacrer. Cela peut être expliqué par un sentiment de rancoeur développé suite au massacre et exprimé lors de la réalisation de son tableau.
Son tableau se lit un peu comme une bande dessinée mettant en scène le massacre, on y voit les mêmes personnages à différents endroits du tableau notamment Coligny et Catherine de Medicis. Par conséquent on pourrait penser qu'il était bien là et qu'il a vu chaque scène se dérouler sous ses yeux.
Un autre élément remet en cause ce tableau car on voit Catherine de Médicis dehors sur le "champ de bataille", mais elle se fait également jeter dans la seine. On peut en déduire que Dubois possède une grande haine envers elle et qu'il la tient responsable de ce massacre. Or, nous savons que ce n'est pas Catherine de Medicis qui a ordonné ce massacre.
Ce tableau est donc une interprétation de l'histoire, une opinion du peintre.

    Merci pour votre

    attention