Want to make creations as awesome as this one?

Transcript

La Justice est représentée par la déesse grecque Thémis, fille d’Ouranos et de Gaïa (le ciel et la terre). Première épouse de Zeus, elle représentait la justesse divine de la Loi. Elle veillait au bon rapport des dieux entre eux. La déesse Thémis est fréquemment représentée avec la balance, le glaive et le bandeau, différents symboles de la Justice.


La Justice est souvent représentée tenant dans la main gauche une balance dans laquelle elle mesure les forces pour et contre dans une affaire. Elle représente le jugement ultime, l’équilibre, l’ordre et l’équité. Elle signifie que le pouvoir de juger consiste à examiner et à peser les arguments des différentes parties afin d’être loyal. C’est un symbole non violent, prenant la paix sociale.

Le glaive de la Justice trouve son origine dans la mythologie grecque où elle est un attribut de Némésis, déesse de la vengeance. Il représente l’aspect répressif de la Justice et l’application des peines. En effet, sans force pour appliquer ses décisions, la balance est inutile. Le glaive permet de trancher les disputes et de sanctionner. C’est ce symbole qui a donné l’expression du "bras armé de la Justice" désignant les moyens de faire appliquer les décisions de justice. Le jugement est avant tout une décision finale, exécutoire qui tranche définitivement un conflit entre des intérêts diffèrent.

Recouvrant les yeux de la déesse Thémis, le bandeau est une représentation claire de l’impartialité de la Justice : on doit rendre la justice, sans faveur, ni crainte et ni parti pris. C’est cela qui a donné l’expression "la Justice est aveugle". Ainsi, elle ne peut savoir de quel côté la balance penche, ni savoir dans quelle direction tranche le glaive. Cette impartialité donne un coté mécanique et froid à la Justice. Cela est remis en question par la notion d’équité. En effet, le principe d’équité permet de retirer temporairement le bandeau des yeux de la Justice pour que celle-ci puisse regarder pleinement les personnes auxquelles s’adressent les règles de droit et ainsi rendre la Justice moins détachée des réalités de la société.