Want to make creations as awesome as this one?

Transcript

Mon carnet de voyage

Louise Pagnon

Namibie 🇳🇦

Août 2020

Map

Namibie

Lorem ipsum dolor sit amet

Ma Famille

Rose

Jeanne

Anne

Louise

Jules

Raphaël

Agathe

Jour 1

Après un trajet interminable depuis Paris. Nous voilà enfin arrivés à Windoek, la capitale de la Namibie.

Le soleil brûle avec férocité !( personnification )
Direction l'agence de location pour récupérer notre 4x4 avec tente sur le toit.
A nous l'aventure!!!
Nous démarrerons par quelques heures de route à travers le désert.
Pour la première nuit, afin de reprendre des forces nous avons choisi de dormir à l'hôtel.
Pendant que nous découvrons les chambres les parents préparent le planning des jours à venir.
La journée a été longue, il est temps de se coucher...

Nous prenons la route vers l'ouest, direction Swakopmund. Nous allons faire du kayak au milieu des colonies d'otaries.

L'odeur fétide de cette masse d'animaux nous accueille!
C'est irrespirable tellement c'est fort! Les otaries sont les unes sur les autres. Certaines dorment, d'autres jouent à se mordre. Elles sont plutôt épaisses mais très agiles.
Nous revêtons nos combinaisons étanches et grimpons dans nos embarcations. La température de l'eau est très fraîche, il ne faut surtout pas chavirer. Les otaries sautent tout autour de nous avec une grâce de chat (métaphore) et font tanguer nos kayaks au risque de les faire se retourner. Les plus malines arrivent même à monter sur les canoës... elles nous donnent des sueurs froides! Nous pagayons au milieu de cette nature incroyable et savourons ce moment hors du temps.
J'ose caresser le dos d'une otarie alors qu'elle passe juste à côté de moi, la sensation est plutôt agréable, sa peau est douce et fraîche. Ses longues moustaches sont piquantes.
L'immensité qui nous entoure est remplie d'otaries. Les colonies se succèdent sur des kilomètres, parfumant l'air d'une odeur nauséabonde.

Jour 2

Jour 3 et 4

Après quelques heures de route depuis Swakopmund nous arrivons enfin à Sossusvleig. Une longue balade sur le sable nous attend .

Aujourd'hui nous allons gravir la "Big Daddy" une dune de sable énorme, la plus grosse d'Afrique.
Je scrute cet endroit merveilleux, du sable, du sable et encore du sable rien d'autre . Nous commençons à monter. Mon frère en tête, explore, moi, je le suis de près! Le reste de la famille est derrière .Nous marchons sur une crête de sable peu large. Je discerne au loin un couple qui comme nous, arpente la dune gigantesque. Marcher dans le sable chaud n'est pas facile car je m'enfonce, mais la douce sensation du sable au contact de ma peau est agréable. Fréquemment, nous devons faire des pauses et reprendre des forces. Nous profitons de ces pauses pour examiner le paysage.Un soleil brûlant comme le feu(comparaison) et puis ... Une immensité de dunes, c'est incroyable.
Par ci par là, des animaux qui supportent ce climat aride. Un reptile apparaît au loin. . Après avoir examiné cette " petite" bête avec crainte, nous poursuivons notre ascension.
Nous distinguons au loin des arbres séchés sur un sol blanc plâtre, nous irons les voir demain.
Enfin, le moment tant attendu arrive! Nous y sommes! A 325 mètres de haut! Nous avons gravi cette dune en quasiment deux heures. Nous sommes les rois du désert du Namib!
Il est temps de redescendre car la nuit tombe vite ici...
La descente est un vrai moment de plaisir, nous dévalons la pente en courant, nos jambes semblent s'emballer tellement nous sommes pris par nos folles enjambées.
Une fois en bas, nous admirons cette immense dame. Encore impressionnés par ce que nous venons d'accomplir et par la beauté de ce lieu.

Le lendemain, c'est un autre lieu mythique qui nous attend: le désert de Sossusvleig! Le paysage est invraisemblable.
Des dizaines d'arbres pétrifiés envahissent le sol de sel et d'argile. Ceux que l'on discernait à peine hier du haut de l'immense dune.
Nous parcourons ce désert étrange, au milieu d'un sol marbré par des plaques d'argile séchées. Les arbres noirs, ressemblent à des sculptures. Ils semblent avoir été figés, comme si le temps s'était arrêté...
Ce soir nous passerons la nuit dans nos tentes sur le toit de nos 4x4. Il faut rentrer avant le coucher du soleil afin de préparer à manger sans avoir trop froid car la température dans le désert change vite. Les journées sont chaudes mais les nuits sont très froides, alors il faut anticiper...

Nous reprenons la route vers le nord, pour rejoindre le parc d'Etosha.

Ce parc immense concentre des centaines de milliers d'animaux à l'état sauvage. Nous passerons 2 jours à arpenter les pistes poussiéreuses d'Etosha à la recherche d'animaux sauvages.
Les points stratégiques où trouver les bête sont les points d'eau. Ils sont souvent pris d'assaut par les 4x4 de touristes qui se passent le mot. En effet, la faune s'y rend pour se désaltérer plutôt en début et fin de journée. Les bruits sont surprenants... Les animaux semblent communiquer entre eux. Certains barrissent, d'autres rugissent, les zèbres hennissent et les oiseaux chantent. Toute cette animation caractérise le parc. En journée cela semble amusant mais à la nuit tombée, ces bruits sont effrayants... Les animaux sont chez eux et ils nous le font ressentir à travers leurs comportements.
A nous de nous adapter et les déranger le moins possible...
Souvent, nous tombons sur des carcasses qui régalent les vautours et les hyènes. Ils semblent se délecter des dépouilles grouillantes d'asticots et dégoulinantes de matières étranges...
La végétation est excrément sèche, la seule flore verdoyante se trouve vers les points d'eau. Je me demande même de quoi peuvent se nourrir tous ces animaux?
Les journées passent à une vitesse folle, bien que nous devions rester dans les véhicules plus de 8heures par jour en sortant le moins possible, pour des raisons de sécurité.
Il est temps de quitter ce parc qui fut le meilleur moment de notre séjour. Nous quittons le nord pour rejoindre Windoek et rentrer en France.



Jour 5 et 6

Fin d'un beau voyage et découverte de l'Afrique. C'est malheureusement le retour en France.