Want to make creations as awesome as this one?

Transcript

La "3ème révolution agricole" d'Emmanuel Macron (En Marche)

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetuer

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetuer

Loi d'orientation et d'avenir

01

Investir dans
l’innovation

02

03

Mise en oeuvre de clauses miroirs

04

Adapter si besoin Farm to Fork

05

Plans d'autonomie
alimentaire

Emmanuel Macron souhaite mettre en œuvre une loi d’orientation et d’avenir pour assurer le renouvellement des générations, la formation et l’installation des jeunes agriculteurs. Il vise 20 000 agriculteurs installés par an.

Le programme du président sortant prévoit un investissement massif dans l’innovation  : robotique, numérique, sélection variétale...

Un plan d’autonomie alimentaire dans chaque territoire ultramarin pour soutenir l’économie locale et lutter contre la vie chère.

"La France portera une adaptation de la stratégie européenne 'Farm to Fork', qui reposait sur un monde d'avant-guerre en Ukraine ", a précisé Emmanuel Macron.

L'agriculture "libérée du productivisme et du marché" de Philippe Poutou (NPA)

Nous défendons une agriculture paysanne pour nous nourrir sainement et de manière diversifiée, en tenant compte des ressources et des saisons. Il faut permettre aux paysan.ne.s de vivre de leur travail, mais aussi lutter contre le réchauffement climatique et participer à l’aménagement des territoires.

"

  • Interdiction des intrants chimiques
  • Développement des circuits courts : aides aux filières autogérées et aux coopératives.
  • Vers le tout biologique sur 10 ans
  • En finir avec l’élevage industriel, maltraitant pour les animaux et les salarié•e•s
  • Moratoire sur les dettes des agriculteurs•trices
  • Fonds public d’acquisition de foncier pour l’installation en coopérative de jeunes agriculteurs•trices

Nathalie Arthaud
(Lutte ouvrière)

Mettre fin à l'élevage et à l'abattage "intensifs"

Aide aux petits paysans en difficulté financière

Fin de la logique capitaliste

L'accompagnement financier des petits paysans en difficulté se ferait en prélevant sur les profits des grosses entreprises céréalières ou de l'industrie agroalimentaire.

Les campagnes, "grande cause nationale" de Jean Lassalle (Résistons !)

  • Affecter 3 milliards d'euros aux campagnes
  • Redistribuer la Pac vers les petits agriculteurs
  • Doter toutes les filières des outils de première ou deuxième transformation à proximité des territoires
  • Replacer les coopératives agricoles sous la responsabilité directe des paysans
  • Un "ticket paysan" (sur le modèle des tickets restaurants) pour favoriser les circuits courts
  • Renforcer les prérogatives des Safer
  • Conditionner l'octroi des SIQO à la transmissibilité des exploitations

L'agriculture "écologique et paysanne" de Jean-Luc Mélenchon (La France insoumise)

Instaurer une agriculture relocalisée, diversifiée et écologique et créer 300 000 emplois agricoles

  • Garantir des prix rémunérateurs aux producteurs par des prix planchers pour les agriculteurs, interdire les ventes à perte et mettre en place une caisse de défaisance pour reprendre les dettes agricoles des convertis au 100 % bio
  • Refondre la PAC et orienter les aides publiques agricoles vers la production écologiquement soutenable, l’intensité en main d’oeuvre des exploitations et le développement des protéines végétales
  • Réforme agraire pour encourager l’installation de nouveaux agriculteurs
  • Lutter contre l’artificialisation des sols
  • Planifier la réduction progressive des doses d’engrais et de pesticides, interdire immédiatement les plus dangereux (glyphosate, néonicotinoïdes)
  • Instaurer un protectionnisme écologique en fonction des conditions de production et de rémunération du travail agricole
  • Encadrer les prix alimentaires par des prix maximaux établis par un coefficient multiplicateur et limiter les marges de la grande distribution
  • Développer les circuits courts




Marine Le Pen (Rassemblement national) veut "défendre nos agriculteurs et une alimentation
de qualité pour tous"

Garantir aux paysans des prix respectueux de leur travail et mettre
un terme aux marges abusives de la grande distribution

Interdire les importations de produits agricoles ne respectant pas les
normes de production française.

Contraindre les cantines à utiliser

80% de produits agricoles français

Mettre en place un « plan abattoirs » pour assurer des conditions

dignes et interdire l’abattage sans
étourdissement.

Généraliser l’étiquetage sur l’origine et la qualité des produits alimentaires.

"Donner un nouveau souffle" à l'agriculture, pour Eric Zemmour (Reconquête !)

01

02

03

Permettre aux agriculteurs d’être mieux rémunérés

Protéger les agriculteurs face à la concurrence déloyale

Le renouvellement des générations des agriculteurs, l’innovation et l’amélioration du traçage de la viande, objectifs prioritaires

- En faisant en sorte que la grande distribution ne puisse plus imposer ses prix aux producteurs en mettant fin aux regroupements de plusieurs enseignes au sein de centrales d’achat communes

- En privilégiant les circuits courts en augmentant la part de produits locaux dans la restauration collective en entreprise et dans les écoles

Un objectif qui passera par :

- un moratoire sur la participation de la France aux négociations actuelles et futures des traités de libre-échange, qui pénalisent trop souvent nos agriculteurs

- l'interdiction de la surtransposition dans notre droit des normes européennes

- l'interdiction de toutes les importations de produits agricoles que les agriculteurs français n’ont pas le droit de produire en France compte tenu des normes de production françaises et européennes

- la reconquête de la souveraineté alimentaire française et cultiver en France tous les produits qui peuvent l’être en orientant les aides publiques à la production et à l’innovation

Les mesures pour y parvenir :

- Favoriser le renouvellement des générations d’agriculteurs notamment en augmentant la Dotation Jeune Agriculteur, en simplifiant les procédures d’installation et d’achat de foncier, en proposant des formations, des parrainages et des garanties bancaires

- Exonérer de droit de donation et succession toute transmission familiale d’une exploitation agricole, revitaliser et diversifier notre agriculture en encourageant l’installation de nouveaux producteurs

- Financer la recherche et l’innovation en robotique agricole ce qui doit permettre de réduire de façon réaliste et non dogmatique l’utilisation des produits phytosanitaires

- Indiquer sur tous les produits contenant de la viande le mode d’abattage des animaux (conventionnel avec étourdissement ou rituel sans étourdissement)

Fabien Roussel (Parti communiste) veut "Changer radicalement de cap" pour l'agriculture

1

2

3

Loi d’orientation et de programmation agricole

+info

Il s'agit de

- garantir des prix de base rémunérateurs du travail paysan, tout en contenant les prix des produits industriels nécessaires à la production

- lancer un programme de moyen terme d’installation de jeunes paysans-travailleurs (doublement des fonds de la dotation d’installation de jeunes agriculteurs, actions nouvelles de compensation des handicaps...)

- mettre en place une conférence annuelle réunissant les organisations professionnelles par filière, le gouvernement et les centrales d’achat pour déterminer les prix par production, interdire les reventes à perte mais aussi stopper l’augmentation irraisonnable des prix de vente dans les supermarchés.

- créer des conditions d’un processus de transition agro-écologique de la production agricole

- créer un régime public d’assurance contre les aléas climatiques, sanitaires et environnementaux

- prolonger la loi Chassaigne sur toutes les retraites agricoles au niveau du régime commun

Une autre application de
la dernière réforme de la politique agricole commune

+info

Une nouvelle politique agricole commune qui devra :

- soutenir prioritairement les 60 premiers hectares, mettre en place des aides dégressives, plafonnées à 150 000 euros par exploitation

- remplacer le système d’aide à l’hectare par une aide à l’actif agricole

Revoir les accords de libre échange et sortir l’agriculture des négociations de l’OMC

+info

Les importations de produits alimentaires provenant de pays qui ne respectent pas les mêmes normes sanitaires et environnementales que celles exigées à nos producteurs seront lourdement taxées, dans le même temps, des traités de protection sociale, sanitaire et écologique seront négociés, afin d’aider les pays les plus pauvres à respecter les meilleures normes.

Anne Hidalgo (Parti socialiste) promeut l'agroécologie

Permettre notre souveraineté
alimentaire, le renouvellement des générations
et assurer un revenu décent

L’agroécologie,
un nouveau modèle agricole pour tous

Priorité : une politique d’installation des jeunes agriculteurs, de lutte contre l’accaparement des terres et l’artificialisation des sols. "Nous ferons adopter par le Parlement une loi de régulation, de partage et de protection du foncier agricole, et un plan décennal de renouvellement des générations".

Soutien aux revenus agricoles par le renforcement des organisations de producteurs et des collectifs d’agriculteurs, la conclusion de contrats tripartites et pluriannuels contribuera à la stabilité des revenus des agriculteurs

Revalorisation des retraites agricoles

- Sortir de l’usage des engrais de synthèse et des pesticides, de manière rapide pour les plus toxiques comme le glyphosate. Par ailleurs, nous interdirons d’usage les néonicotinoïdes — insecticides tueurs d'abeille —dans les 100 premiers jours du quinquennat.

- Plan pour améliorer l’autonomie européenne en protéines végétales dès 2030,

- Investir dans la formation des jeunes agriculteurs et la formation continue des exploitants et des salariés, par un triplement des moyens de formation sur 5 ans,

- Promotion, via des aides ciblées, des modèles agroécologiques autour de la polyculture-élevage,

- Atteindre 30 % de la surface agricole utile en agriculture biologique en 2030,

- « Assises du bien-être animal », pour y engager l’ensemble des filières d’élevage, et marquer de nouveaux progrès partagés avec tous les acteurs

Nicolas Dupont-Aignan (Debout la France)

Une nouvelle politique pour garantir les prix des produits et les revenus

Simplifier la vie de nos agriculteurs et alléger leurs charges

Encourager les bonnes pratiques agricoles et préserver les équilibres de la biodiversité

- une vraie PAC et ses 3 volets : préférence communautaire, prix garantis et quotas ou mettre en oeuvre une politique agricole nationale

- Instaurer et maintenir au sein d’un tunnel « maximum-minimum » des prix garantis

- Exiger l’étiquetage obligatoire du pays d’origine des produits et renforcer la DGCCRF (Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes) pour mieux contrôler le respect des lois.

- Instaurer une exception agricole à l’OMC et dans tous les accords commerciaux sur le modèle de l’exception culturelle et rejeter l’accord UE / Mercosur et le CETA.

- Supprimer les cotisations sociales agricoles

- Mettre fin à l’accumulation des normes et des réglementations écologiques toujours plus absurdes

- Soutenir une agriculture à la fois moderne et respectueuse du sol et de la terre et favoriser les agriculteurs français

- Revaloriser de 30 % l’aide à la conversion à l’agriculture biologique

- Permettre une validation plus souple des trimestres de cotisation vieillesse pour les femmes d’agriculteurs qui ont œuvré à l’activité de leur conjoint et permettre le choix des 25 meilleures années pour le calcul de la retraite des exploitants

- Restructurer la dette des agriculteurs surendettés en créant un fonds par lequel l’Etat serait prêteur en dernier ressort et inciter les banques à financer leurs projets. A titre d’exemple, en cas de difficultés, l’État rachète la dette et la rééchelonne

- Soutenir l’installation des jeunes agriculteurs et instaurer un cautionnement public de 50 % pour les prêts contractés à l’installation.

- Donner les moyens juridiques de s’opposer à la vente de nos terres à des puissances étrangères qui ne partagent pas nos objectifs de politique publique et limiter par la loi les possibilités d’achats par les ressortissants de pays où les Français ne peuvent pas acheter de terres.

- Privilégier les circuits courts

- Lancer un grand plan de production et de consommation de fruits et légumes

- inciter les collectivités publiques telles que les cantines scolaires à se fournir chez des producteurs locaux et à privilégier le bio français

- Interdire les OGM

- Investir massivement dans la formation

- Créer ou renforcer les filières agro-industrielles

- Une politique volontariste de gestion de l’eau incluant la possibilité de retenir l’eau excédentaire de l’hiver pour l’utiliser l’été

- Encourager une agriculture de régénération des sols

Mettre un terme à l'agribashing et "restaurer l'agrifierté", pour Valérie Pécresse (Les Républicains)

step 1

Duis autem vel eum iriure dolor in hendrerit in

+info

Renouveler
les générations

+info

  • Encourager nos aînés à transmettre en supprimant la taxation sur les plus-values lors de cessions d’exploitation à un jeune agriculteur.
  • Protéger les agriculteurs faisant le choix de la transmission à un jeune en créant un complément de retraite.
  • Garantir une retraite décente à nos aînés en revalorisant les pensions de réversion, cas d’absence de droits direct à pension, qui passeront de 54 à 75% et en faisant en sorte qu’aucune retraite d’un agriculteur ayant cotisé toute sa vie ne soit inférieure au SMIC.
  • Faciliter l’accès à la profession des plus jeunes en soutenant les dispositifs de portage foncier : un organisme achète le foncier, souvent trop cher, et le cède au bout de quelques années pour étaler l’investissement initial.
  • Féminiser les métiers agricoles en élargissant les aides au remplacement pour les futures mamans et en développant les services de garde en milieu rural.
  • Alléger la fiscalité des transmissions pour un héritier en ligne directe en doublant l’abattement de 100 000€ à 200 000€.

Simplifier la réglementation

+info

  • Mettre fin à la surtransposition systématique des directives agricoles.
  • Réviser, dès les 6 premiers mois du mandat, la réglementation française existante issue du cadre juridique agricole européen.
  • Mettre en place un comité de réforme des services publics pour raccourcir et simplifier nos codes dans lesquels nos agriculteurs se perdent.

Choc d'investissement

+info

  • Adapter nos exploitations au changement climatique en encourageant le stockage de l’eau.
  • Adopter une stratégie réaliste en dotant le ministère de l’Agriculture d’un pouvoir réel sur la question du stockage et des produits sanitaires et en refusant la stratégie zéro phyto en l’absence d’alternative.
  • Soutenir la diversification des exploitations en misant notamment sur les biocarburants :
  • Rémunérer les agriculteurs pour le prix des services qu’ils rendent à l’environnement
  • Lancer un « choc de recherche » pour recréer de la valeur ajoutée en France et gagner le combat contre le dérèglement climatique
  • Investir massivement dans les infrastructures logistiques

Un travail rémunérateur

+info

  • Augmenter immédiatement le revenu des agriculteurs en baissant d’un tiers, dès 2022, les cotisations vieillesse.
  • Améliorer la compétitivité des exploitations en baissant le niveau de la taxe foncière sur le non bâti : l’abattement forfaitaire sur les terres agricoles sera plus que doublé et passera de 20% à 50%.
  • Soutenir l’emploi agricole en pérennisant l’allègement des charges patronales « Tode » pour les employeurs de travailleurs saisonniers.
  • Soutenir l’apprentissage en exonérant totalement de charges patronales les exploitations de moins de 10 salariés qui prennent un jeune en apprentissage.
  • Garantir la solidarité de l’Etat aux côtés des filières agricoles en couvrant le reste à charge insupportable qu’elles subissent lors des crises climatiques, sanitaires, etc.

Confiance
retrouvée

+info


  • Exiger la réciprocité des standards commerciaux et de nos normes
  • Réformer les règles de la commande publique pour instaurer une préférence et un recours au local accru dans la restauration scolaire, hospitalière et administrative.
  • Une Pac plus protectrice et garante d’une concurrence loyale.
  • Instaurer une taxe carbone aux frontières.
  • Instaurer une traçabilité totale des produits agricoles et agroalimentaires et l’étiquetage généralisé de l’origine des produits.


Une agriculture "respectueuse du climat et du vivant", pour Yannick Jadot (EELV)

  • Sortir de l'élevage industriel
  • Sortir des pesticides et engrais de synthèse
  • Approvisionnement 100 % bio et local dans les cantines
  • Un "revenu paysan digne"
  • Favoriser les transmissions envers des exploitations agroécologiques

- Fin de l'élevage en cage d’ici 2025

- Interdiction de l’élevage et l’importation pour les fourrures

- Interdiction des méga-installations d’élevage.

- Interdiction de l’exportation d’animaux vivants hors de l’UE et limiterons leur transport au sein de l’UE à 8 heures.

- Généralisation des abattoirs mobiles.

- Développement de la consommation de protéines végétales et de viande locale et bio.

- Fin de la “viande cellulaire”

- Diviser par deux l’usage des engrais et des pesticides de synthèse d’ici 2027, demander la suppression des pesticides en Europe en 2035

- Dès 2022, interdiction des néonicotinoïdes, du glyphosate et des pesticides et fongicides les plus dangereux

- Rémunération des services rendus à la nature par les agriculteurs

- lutte contre le surendettement et le surinvestissement en agriculture, en proposant une reprise de dette par la Caisse des dépôts et consignations (CDC), en réorientant les aides à l’investissement vers les systèmes les plus autonomes.

- Augmentation du service de remplacement.

- Un dispositif public mutualisé des calamités agricoles

- Encourager l’initiative des collectivités territoriales pour l’Installation et la transmission des exploitations

- Inciter financièrement à la transmission, avec une prime au cédant pour une installation en système agroécologique