Want to make creations as awesome as this one?

More creations to inspire you

SUNITA NARAN

Interactive Image

DESMOND TUTU

Interactive Image

BERTA CÁCERES

Interactive Image

VANDANA SHIVA

Interactive Image

CRAIG HODGES

Interactive Image

VIRTUAL LIBRARY

Interactive Image

Transcript

Les nouvelles faNtastiques

Quelles visions de notre monde
les nouvelles fanstiques donnent-elles ?

Lire des nouvelles fantastiques

Ecrire UNe nouvelle fantastique INteractive

Outils pour améliorer VOTRE texte

TEST, QUIZ, DIVERS...

Utiliser les temps du récit

Accorder les participes passés

Améliorer ses descriptions

Eviter les répétions

Exprimer la peur et le doute

QUIZ !

Cours : chemin interactif

Start

QUIZ !

Pour approfondir...

Pour approfondir...

Write a subtitle

00 Write an amazing title here

- Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit.


- Proin urna leo, porta at porta et, venenatis nec dui.

Write a title

- Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Proin urna leo, porta at porta et, venenatis nec dui. Pellentesque molestie viverra fermentum.


- Pellentesque vitae turpis vel quam feugiat ornare. Quisque elit mi, iaculis vitae congue eu, facilisis quis elit. Proin ipsum mauris, semper nec imperdiet sed, tempor ac elit.

00 Write an amazing title here

Write a subtitle

- Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit.


- Pellentesque vitae turpis vel quam feugiat ornare.

- Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit.


- Pellentesque vitae turpis vel quam feugiat ornare.

Write a subtitle

00 Write an amazing title here

Quelques idées et thèmes...

Travailler un brouillon

Les pads

SUJET :Ecrivez une nouvelle fantastique interactive dont une des fins possibles sera caractéristique du genre.

Quelques pièges à éviter !

apparition

D'après une nouvelle de Guy de Maupassant

Vous allez lire une nouvelle interactive
adaptée de Apparition de Guy de Maupassant

L'aventure du personnage principal dépendra de vos choix ...

On parlait de séquestration à propos d’un procès récent. C’était à la fin d’une soirée intime, rue de Grenelle, dans un ancien hôtel, et chacun avait son histoire, une histoire qu’il affirmait vraie.
Alors le vieux marquis de La Tour-Samuel, âgé de quatre-vingt-deux ans, se leva et vint s’appuyer à la cheminée. Il dit de sa voix un peu tremblante :

* * *
Moi aussi, je sais une chose étrange, tellement étrange, qu’elle a été l’obsession de ma vie. Voici maintenant cinquante-six ans que cette aventure m’est arrivée, et il ne se passe pas un mois sans que je la revoie en rêve. Il m’est demeuré de ce jour-là une marque, une empreinte de peur, me comprenez-vous ? Oui, j’ai subi l’horrible épouvante, pendant dix minutes, d’une telle façon que depuis cette heure une sorte de terreur constante m’est restée dans l’âme. Les bruits inattendus me font tressaillir jusqu’au cœur ; les objets que je distingue mal dans l’ombre du soir me donnent une envie folle de me sauver. J’ai peur la nuit, enfin.

Oh ! je n’aurais pas avoué cela avant d’être arrivé à l’âge où je suis. Maintenant je peux tout dire. Il est permis de n’être pas brave devant les dangers imaginaires, quand on a quatre-vingt-deux ans. Devant les dangers véritables, je n’ai jamais reculé, mesdames.
Cette histoire m’a tellement bouleversé l’esprit, a jeté en moi un trouble si profond, si mystérieux, si épouvantable, que je ne l’ai même jamais racontée. Je l’ai gardée dans le fond intime de moi, dans ce fond où l’on cache les secrets pénibles, les secrets honteux, toutes les inavouables faiblesses que nous avons dans notre existence.
Je vais vous dire l’aventure telle quelle, sans chercher à l’expliquer. Il est bien certain qu’elle est explicable, à moins que je n’aie eu mon heure de folie. Mais non, je n’ai pas été fou, et je vous en donnerai la preuve. Imaginez ce que vous voudrez. Voici les faits tout simples.

C’était en 1827, au mois de juillet. Je me trouvais à Rouen en garnison.
Un jour, comme je me promenais sur le quai, je rencontrai un homme que je crus reconnaître sans me rappeler au juste qui c’était. Je fis, par instinct, un mouvement pour m’arrêter. L’étranger aperçut ce geste, me regarda et tomba dans mes bras.
C’était un ami de jeunesse que j’avais beaucoup aimé. Depuis cinq ans que je ne l’avais vu, il semblait vieilli d’un demi-siècle. Ses cheveux étaient tout blancs ; et il marchait courbé, comme épuisé. Il comprit ma surprise et me conta sa vie. Un malheur terrible l’avait brisé.
Devenu follement amoureux d’une jeune fille, il l’avait épousée dans une sorte d’extase de bonheur. Après un an d’une félicité surhumaine et d’une passion inapaisée, elle était morte subitement d’une maladie de cœur, tuée par l’amour lui-même, sans doute.

Il avait quitté son château le jour même de l’enterrement, et il était venu habiter son hôtel de Rouen. Il vivait là, solitaire et désespéré, rongé par la douleur, si misérable qu’il ne pensait qu’au suicide.

« Puisque je te retrouve ainsi, me dit-il, je te demanderai de me rendre un grand service, c’est d’aller chercher chez moi dans le secrétaire de ma chambre, de notre chambre, quelques papiers dont j’ai un urgent besoin. Je ne puis charger de ce soin un subalterne ou un homme d’affaires, car il me faut une impénétrable discrétion et un silence absolu. Quant à moi, pour rien au monde je ne rentrerai dans cette maison."

CHOIX 1

Le narrateur essaie de convain- cre son ami de l'accompagner.
Cette maison semble abriter
de terribles secrets qu'il serait risquer d'affronter seul.

CHOIX 2

Le narrateur accepte non sans crainte de répondre positi-vement à la demande de son ami pensant que c'est le souvenir de cette femme qui lui interdit de remettre les pieds dans cette maison.

" Pourquoi ne m'accompagnes-tu pas ? Tu ne pourras faire pleinement ton dueil qu'en revenant dans cette maison, dans cette chambre." Et il se mit à pleurer, la visage caché entre ses mains. Je posai ma main sur son épaule pour le réconforter, il la rejeta brutalement. Je remarquai que son visage avait changé. Ce n'était plus l'homme triste et mélancolique qui m'accueillait tout à l'heure. Ces yeux exorbités etaient injectés de sang, son visage déformé par la fureur, par la folie... Il se jeta sur moi, saisit ma veste et me repoussa violemment en hurlant :
" Personne ne m'obligera à revenir là-bas, personne ne m'obligera à replonger dans ce passé, personne ne sait..."
Tout à coup, je sentis la grande fenêtre du salon se briser contre mon dos, je basculai en arrière, et chutai avec mon ami, mortellement.


MORT

Recommence l'histoire !
Et fais les bons choix...

« Je te donnerai la clef de cette chambre que j’ai fermée moi-même en partant, et la clef de mon secrétaire. Tu remettras en outre un mot de moi à mon jardinier qui t’ouvrira le château.

« Mais viens déjeuner avec moi demain, et nous causerons de cela. »
Je lui promis de lui rendre ce léger service. Ce n’était d’ailleurs qu’une promenade pour moi, son domaine se trouvant situé à cinq lieues de Rouen environ. J’en avais pour une heure à cheval.
À dix heures, le lendemain, j’étais chez lui. Nous déjeunâmes en tête à tête ; mais il ne prononça pas vingt paroles. Il me pria de l’excuser ; la pensée de la visite que j’allais faire dans cette chambre, où gisait son bonheur, le bouleversait, me disait-il. Il me parut en effet singulièrement agité, préoccupé, comme si un mystérieux combat se fût livré dans son âme.

Enfin il m’expliqua exactement ce que je devais faire. C’était bien simple. Il me fallait prendre deux paquets de lettres et une liasse de papiers enfermés dans le premier tiroir de droite du meuble dont j’avais la clef. Il ajouta :
— Je n’ai pas besoin de te prier de n’y point jeter les yeux.
Je fus presque blessé de cette parole, et je le lui dis un peu vivement. Il balbutia :
— Pardonne-moi, je souffre trop.
Et il se mit à pleurer.
Je le quittai vers une heure pour accomplir ma mission.
Il faisait un temps radieux, et j’allais au grand trot à travers les prairies, écoutant des chants d’alouettes et le bruit rythmé de mon sabre sur ma botte.

Puis j’entrai dans la forêt et je mis au pas mon cheval. Des branches d’arbres me caressaient le visage ; et parfois j’attrapais une feuille avec mes dents et je la mâchais avidement, dans une de ces joies de vivre qui vous emplissent, on ne sait pourquoi, d’un bonheur tumultueux et comme insaisissable, d’une sorte d’ivresse de force.
En approchant du château, je cherchais dans ma poche la lettre que j’avais pour le jardinier, et je m’aperçus avec étonnement qu’elle était cachetée. Je fus tellement surpris et irrité que je faillis revenir sans m’acquitter de ma commission. Puis je songeai que j’allais montrer là une susceptibilité de mauvais goût. Mon ami avait pu d’ailleurs fermer ce mot sans y prendre garde, dans le trouble où il était.
Le manoir semblait abandonné depuis vingt ans. La barrière, ouverte et pourrie, tenait debout on ne sait comment. L’herbe emplissait les allées ; on ne distinguait plus les plates-bandes du gazon.

Au bruit que je fis en tapant à coups de pied dans un volet, un vieil homme sortit d’une porte de côté et parut stupéfait de me voir. Je sautai à terre et je remis ma lettre. Il la lut, la relut, la retourna, me considéra en dessous, mit le papier dans sa poche et prononça :
— Eh bien ! qu’est-ce que vous désirez ?
Je répondis brusquement :
— Vous devez le savoir, puisque vous avez reçu là-dedans les ordres de votre maître ; je veux entrer dans ce château.
Il semblait atterré. Il déclara :
— Alors, vous allez dans... dans sa chambre ?

Le personnage insiste
malgré la terreur qu'il lit dans les yeux de son interlocuteur.

Le personnage renonce et
préfère revenir accompagner de son ami.

CHOIX 1

CHOIX 2

Je ne disai rien à mon ami de la peur qui m'avait ramené chez lui et prétextai ne pas avoir encore eu le temps d'accomplir ma mission. " Pourquoi ne m'accompagnes-tu pas ? Tu ne pourras faire pleinement ton dueil qu'en revenant dans cette maison, dans cette chambre." Et il se mit à pleurer, la visage caché entre ses mains. Je posai ma main sur son épaule pour le réconforter, il la rejeta brutalement. Je remarquai que son visage avait changé. Ce n'était plus l'homme triste et mélancolique qui m'accueillait tout à l'heure. Ces yeux exorbités etaient injectés de sang, son visage déformé par la fureur, par la folie... Il se jeta sur moi, saisit ma veste et me repoussa violemment en hurlant :
" Personne ne m'obligera à revenir là-bas, personne ne m'obligera à replonger dans ce passé, personne ne sait..."
Tout à coup, je sentis la grande fenêtre du salon se briser contre mon dos, je basculai en arrière, et chutai avec mon ami, mortellement.


Je commençais à m’impatienter.
— Parbleu ! Mais est-ce que vous auriez l’intention de m’interroger, par hasard ?
Il balbutia :
— Non... monsieur... mais c’est que... c’est qu’elle n’a pas été ouverte depuis... depuis la... mort. Si vous voulez m’attendre cinq minutes, je vais aller... aller voir si...
Je l’interrompis avec colère :
— Ah ! çà, voyons, vous fichez-vous de moi ? Vous n’y pouvez pas entrer, puisque voici la clef.
Il ne savait plus que dire.
— Alors, monsieur, je vais vous montrer la route.
— Montrez-moi l’escalier et laissez-moi seul. Je la trouverai bien sans vous.
— Mais... monsieur... cependant...
Cette fois, je m’emportai tout à fait :
— Maintenant, taisez-vous, n’est-ce pas ? ou vous aurez affaire à moi.
Je l’écartai violemment et je pénétrai dans la maison.

Je traversai d’abord la cuisine, puis deux petites pièces que cet homme habitait avec sa femme. Je franchis ensuite un grand vestibule, je montai l’escalier et je reconnus la porte indiquée par mon ami.
Je l’ouvris sans peine et j’entrai.
L’appartement était tellement sombre que je n’y distinguai rien d’abord. Je m’arrêtai, saisi par cette odeur moisie et fade des pièces inhabitées et condamnées, des chambres mortes. Puis, peu à peu, mes yeux s’habituèrent à l’obscurité, et je vis assez nettement une grande pièce en désordre, avec un lit sans draps, mais gardant ses matelas et ses oreillers, dont l’un portait l’empreinte profonde d’un coude ou d’une tête comme si on venait de se poser dessus.
Les sièges semblaient en déroute. Je remarquai qu’une porte, celle d’une armoire sans doute, était demeurée entrouverte.
J’allai d’abord à la fenêtre pour donner du jour et je l’ouvris ; mais les ferrures du contrevent étaient tellement rouillées que je ne pus les faire céder.

Le personnage utilise son sabre pour forcer les ferrures.

Le personnage s'accoutume à l'obscurité.

CHOIX 1

CHOIX 2

J’essayai même de les casser avec mon sabre, mais c'est lui qui se rompit. Comme je m’irritais de ces efforts inutiles, et comme mes yeux s’étaient enfin parfaitement accoutumés à l’ombre, je renonçai à l’espoir d’y voir plus clair et j’allai au secrétaire.
Je m’assis dans un fauteuil, j’abattis la tablette, j’ouvris le tiroir indiqué. Il était plein jusqu’aux bords. Il ne me fallait que trois paquets, que je savais comment reconnaître, et je me mis à les chercher.
Je m’écarquillais les yeux à déchiffrer les suscriptions, quand je crus entendre ou plutôt sentir un frôlement derrière moi. Je n’y pris point garde, pensant qu’un courant d’air avait fait remuer quelque étoffe. Mais, au bout d’une minute, un autre mouvement, presque indistinct, me fit passer sur la peau un singulier petit frisson désagréable. C’était tellement bête d’être ému, même à peine, que je ne voulus pas me retourner, par pudeur pour moi-même. Je venais alors de découvrir la seconde des liasses qu’il me fallait ; et je trouvais justement la troisième, quand un grand et pénible soupir, poussé contre mon épaule, me fit faire un bond de fou à deux mètres de là. Dans mon élan je m’étais retourné, la main sur la poignée de mon sabre...

Il n'était pas là. Je l'avais rompu et abandonné. Je me sentis si vulnérable, que je m'enfuis comme un lâche. Je ne disai rien à mon ami de la peur qui m'avait ramené chez lui et prétextai ne pas avoir encore eu le temps d'accomplir ma mission. " Pourquoi ne m'accompagnes-tu pas ? Tu ne pourras faire pleinement ton dueil qu'en revenant dans cette maison, dans cette chambre." Et il se mit à pleurer, la visage caché entre ses mains. Je posai ma main sur son épaule pour le réconforter, il la rejeta brutalement. Je remarquai que son visage avait changé. Ce n'était plus l'homme triste et mélancolique qui m'accueillait tout à l'heure. Ces yeux exorbités etaient injectés de sang, son visage déformé par la fureur, par la folie... Il se jeta sur moi, saisit ma veste et me repoussa violemment en hurlant :
" Personne ne m'obligera à revenir là-bas, personne ne m'obligera à replonger dans ce passé, personne ne sait..."
Tout à coup, je sentis la grande fenêtre du salon se briser contre mon dos, je basculai en arrière, et chutai avec mon ami, mortellement.


Comme je m’irritais de ces efforts inutiles, et comme mes yeux s’étaient enfin parfaitement accoutumés à l’ombre, je renonçai à l’espoir d’y voir plus clair et j’allai au secrétaire.
Je m’assis dans un fauteuil, j’abattis la tablette, j’ouvris le tiroir indiqué. Il était plein jusqu’aux bords. Il ne me fallait que trois paquets, que je savais comment reconnaître, et je me mis à les chercher.
Je m’écarquillais les yeux à déchiffrer les suscriptions, quand je crus entendre ou plutôt sentir un frôlement derrière moi. Je n’y pris point garde, pensant qu’un courant d’air avait fait remuer quelque étoffe. Mais, au bout d’une minute, un autre mouvement, presque indistinct, me fit passer sur la peau un singulier petit frisson désagréable. C’était tellement bête d’être ému, même à peine, que je ne voulus pas me retourner, par pudeur pour moi-même. Je venais alors de découvrir la seconde des liasses qu’il me fallait ; et je trouvais justement la troisième, quand ...

un grand et pénible soupir, poussé contre mon épaule, me fit faire un bond de fou à deux mètres de là. Dans mon élan je m’étais retourné, la main sur la poignée de mon sabre, et certes, si je ne l’avais pas senti à mon côté, je me serais enfui comme un lâche.
Une grande femme vêtue de blanc me regardait, debout derrière le fauteuil où j’étais assis une seconde plus tôt.
Une telle secousse me courut dans les membres que je faillis m’abattre à la renverse ! Oh ! personne ne peut comprendre, à moins de les avoir ressenties, ces épouvantables et stupides terreurs. L’âme se fond ; on ne sent plus son cœur ; le corps entier devient mou comme une éponge ; on dirait que tout l’intérieur de nous s’écroule.

CHOIX 1

Le personnage utilise son révolver pour se défendre.

CHOIX 2

Le personnage utilise une gousse d'aïl.

CHOIX 3

Le personnage reste silencieux.

Je pris mon revolver, le pointai vers la femme, que dis-je, vers cet abominable fantôme. Mon doigt pressa la gachette. La balle traversa son corps, ricocha contre le mur et revint vers moi pour me percer le coeur.

Comme toute personne prévoyante, j'avais toujours sur moi un gousse d'aïl. Ma mère ne me laissait jamais sortir sans elle. "Prends ton manteau et ta gousse mon chéri... On est jamais à l'abri d'une petite pluie ou d'un vampire !"

Un vampire ! Mince... Ma gousse d'aïl serait inutile...

Je ne crois pas aux fantômes ; eh bien ! j’ai défailli sous la hideuse peur des morts, et j’ai souffert, oh ! souffert en quelques instants plus qu’en tout le reste de ma vie, dans l’angoisse irrésistible des épouvantes surnaturelles.
Si elle n’avait pas parlé, je serais mort peut-être ! Mais elle parla ; elle parla d’une voix douce et douloureuse qui faisait vibrer les nerfs. Je n’oserais pas dire que je redevins maître de moi et que je retrouvai ma raison. Non. J’étais éperdu à ne plus savoir ce que je faisais ; mais cette espèce de fierté intime que j’ai en moi, un peu d’orgueil de métier aussi, me faisaient garder, presque malgré moi, une contenance honorable. Je posais pour moi, et pour elle sans doute, pour elle, quelle qu’elle fût, femme ou spectre. Je me suis rendu compte de tout cela plus tard, car je vous assure que, dans l’instant de l’apparition, je ne songeais à rien. J’avais peur.
Elle dit :
— Oh ! monsieur, vous pouvez me rendre un grand service !
Je voulus répondre, mais il me fut impossible de prononcer un mot. Un bruit vague sortit de ma gorge.
Elle reprit :
— Voulez-vous ? Vous pouvez me sauver, me guérir. Je souffre affreusement. Je souffre, oh ! je souffre !
Et elle s’assit doucement dans mon fauteuil. Elle me regardait :
— Voulez-vous ?

CHOIX 1

Le personnage accepte.

CHOIX 2

Le personnage refuse.

"Peignez-moi, oh ! peignez-moi ; cela me guérira ; il faut qu’on me peigne. Regardez ma tête... Comme je souffre ; et mes cheveux comme ils me font mal !"
Elle répétait cette phrase sans cesse, d'une voix toujours plus roque, plus déchirée , plus terrifiante. Il ne s'agissait plus d'un cris mais d'un son inhumain émanant des entrailles de la terre . Les murs de la pièce se mirent à trembler. La terreur glaçait mon sang, mes tympans allaient se perforer, je ne parvenais plus à respirer. Oh ! Ma mort était proche. J'avais l'impression que si la maison ne s'éffondrait pas sur moi, ce serait mon corps tout entier qui se déchiquetrait comme un cristal se brise en mille morceaux. Je défaillis et m'évanouis ...

Je me réveillai dans mon lit, en sueur.
Tout cela n'était donc qu'un rêve. Je constatai avec agacement que la mission confiée par mon ami me tourmentait profondément. J'avais prévu de l'accomplir cette après-midi là, mais bien qu'il ne fût que cinq heures du matin, je décidai de m'habiller et de partir, comme pour conjurer ma peur. Quelle ne fut pas ma surprise en regardant le reflet de mon visage dans le miroir. Un mince filé de sang perlait de mon oreille et rayait ma joue. J'allais l'essuyer avec un mouchoir quand soudain, la main qui se glissait dans la poche de mon veston, rencontra une résistance étrange. Mon sang se glaça. Je m'immobilisai, pétrifié, sidéré. Non ! Cela ne se pouvait point ! Pourtant, fébrilement, lentement, immanquablement, je retirai de ma poche un peigne.

Je fis : « Oui ! » de la tête, ayant encore la voix paralysée.
Alors elle me tendit un peigne en écaille et elle murmura :
— Peignez-moi, oh ! peignez-moi ; cela me guérira ; il faut qu’on me peigne. Regardez ma tête... Comme je souffre ; et mes cheveux comme ils me font mal !
Ses cheveux dénoués, très longs, très noirs, me semblait-il, pendaient par-dessus le dossier du fauteuil et touchaient la terre.
Pourquoi ai-je fait ceci ? Pourquoi ai-je reçu en frissonnant ce peigne, et pourquoi ai-je pris dans mes mains ses longs cheveux qui me donnèrent à la peau une sensation de froid atroce comme si j’eusse manié des serpents ? Je n’en sais rien.
Cette sensation m’est restée dans les doigts et je tressaille en y songeant.
Je la peignai. Je maniai je ne sais comment cette chevelure de glace. Je la tordis, je la renouai et la dénouai ; je la tressai comme on tresse la crinière d’un cheval. Elle soupirait, penchait la tête, semblait heureuse.
Soudain elle me dit :

« Merci ! » m’arracha le peigne des mains et s’enfuit par la porte que j’avais remarquée entrouverte.
Resté seul, j’eus, pendant quelques secondes, ce trouble effaré des réveils après les cauchemars. Puis je repris enfin mes sens ; je courus à la fenêtre et je brisai les contrevents d’une poussée furieuse.
Un flot de jour entra. Je m’élançai sur la porte par où cet être était parti. Je la trouvai fermée et inébranlable.
Alors une fièvre de fuite m’envahit, une panique, la vraie panique des batailles. Je saisis brusquement les trois paquets de lettres sur le secrétaire ouvert ; je traversai l’appartement en courant, je sautai les marches de l’escalier quatre par quatre, je me trouvai dehors je ne sais par où, et, apercevant mon cheval à dix pas de moi, je l’enfourchai d’un bond et partis au galop.

Je ne m’arrêtai qu’à Rouen, et devant mon logis. Ayant jeté la bride à mon ordonnance, je me sauvai dans ma chambre où je m’enfermai pour réfléchir.
Alors, pendant une heure, je me demandai anxieusement si je n’avais pas été le jouet d’une hallucination. Certes, j’avais eu un de ces incompréhensibles ébranlements nerveux, un de ces affolements du cerveau qui enfantent les miracles, à qui le Surnaturel doit sa puissance.
Et j’allais croire à une vision, à une erreur de mes sens, quand je m’approchai de ma fenêtre. Mes yeux, par hasard, descendirent sur ma poitrine. Mon dolman était plein de longs cheveux de femme qui s’étaient enroulés aux boutons !

CHOIX 1

Le personnage, persuadé de sombrer dans la folie, consulte un médecin.

CHOIX 2

Le personnage part raconter ses mésaventures à son ami pour obtenir des explications.

Le docteur Ribaut sut calmer mes angoisses. Je n'étais pas fou, j'avais été atteint d'un accès de folie, une manifestation brève, ponctuelle, qui n'avait donc rien d'inquiétant, dûe à un état de fatigue et de tension que les contraintes de mon métier, tout comme l'étrangeté de mon ami, ou encore la mauvaise nuit passée la veille de l'affaire, pouvaient expliquer. "Les hallucinations sont fréquentes dans de tels cas," m'assura-t-il. Le repos à lui seul me guérirait. En ce qui concerne la présence des cheveux, le médecin me raconta à partir du récit que je lui avais fait de ma journée, trois histoires qui expliquaient rationnellement comment ces cheveux s'étaient enroulés autour du bouton de ma veste. Ses versions étaient-elles moins crédibles que la mienne ? Certes non ! "D'ailleurs, ces cheveux... Pourrais-je les voir ? les avez-vous conservés ? " m'interrogea-t-il. " Êtes-vous certain qu'ils aient réellement existé ?", conclut-il après que j'eus répondu négativement à sa première question.

Je rentrai chez moi rassuré et décidé de prendre soin de moi. J'écrivis à mon ami pour lui expliquer que j'étais malade et que je ne pouvais tenir mon engagement. Dans la foulée, je brulai ses lettres. Restent de cette histoire quelques cauchemars nocturnes et une admiration parfois inquiète face aux pouvoirs fantastiques de notre esprit .

Je les saisis un à un et je les jetai dehors avec des tremblements dans les doigts.
Puis j’appelai mon ordonnance. Je me sentais trop ému, trop troublé, pour aller le jour même chez mon ami. Et puis je voulais mûrement réfléchir à ce que je devais lui dire.
Je lui fis porter ses lettres, dont il remit un reçu au soldat. Il s’informa beaucoup de moi. On lui dit que j’étais souffrant, que j’avais reçu un coup de soleil, je ne sais quoi. Il parut inquiet.
Je me rendis chez lui le lendemain, dès l’aube, résolu à lui dire la vérité. Il était sorti la veille au soir et pas rentré.
Je revins dans la journée, on ne l’avait pas revu. J’attendis une semaine. Il ne reparut pas. Alors je prévins la justice. On le fit rechercher partout, sans découvrir une trace de son passage ou de sa retraite.
Une visite minutieuse fut faite du château abandonné. On n’y découvrit rien de suspect.
Aucun indice ne révéla qu’une femme y eût été cachée.
L’enquête n’aboutissant à rien, les recherches furent interrompues.
Et, depuis cinquante-six ans, je n’ai rien appris. Je ne sais rien de plus.

FIN

La fin d'une nouvelle fantastique
doit laisser le lecteur dans une forme d'hésitation entre explication rationnelle de l'événement surnaturel et une explication irrationnelle ....

La fin de la nouvelle que j'ai lue
est caractéristique du genre fantastique...

La fin de la nouvelle que j'ai lue n'est pas caractéristique du genre fantastique...

QUIZ

You can write a subtitle here

FIN

La fin d'une nouvelle fantastique
doit laisser le lecteur dans une forme d'hésitation entre explication rationnelle de l'événement surnaturel et une explication irrationnelle ....

La fin de la nouvelle que j'ai lue
est caractéristique du genre fantastique...

La fin de la nouvelle que j'ai lue n'est pas caractéristique du genre fantastique...

QUIZ

You can write a subtitle here

FIN

La fin d'une nouvelle fantastique
doit laisser le lecteur dans une forme d'hésitation entre explication rationnelle de l'événement surnaturel et une explication irrationnelle ....

La fin de la nouvelle que j'ai lue
est caractéristique du genre fantastique...

La fin de la nouvelle que j'ai lue n'est pas caractéristique du genre fantastique...

QUIZ

You can write a subtitle here

Guy de Maupassant : Apparition. Texte publié dans Le Gaulois du 4 avril 1883, puis publié dans le recueil Clair de lune (pp. 133-145).

BIEN VU !

Guy de Maupassant : Apparition. Texte publié dans Le Gaulois du 4 avril 1883, puis publié dans le recueil Clair de lune (pp. 133-145).

NON !

Demande des explications à ton professeur !

Guy de Maupassant : Apparition. Texte publié dans Le Gaulois du 4 avril 1883, puis publié dans le recueil Clair de lune (pp. 133-145).

BIEN VU !