Want to make creations as awesome as this one?

More creations to inspire you

A2 - ABENTEUER AUTOBAHN

Horizontal infographics

TEN WAYS TO SAVE WATER

Horizontal infographics

GRETA THUNBERG

Horizontal infographics

STEVE JOBS

Horizontal infographics

FIRE FIGHTER

Horizontal infographics

ONE MINUTE ON THE INTERNET

Horizontal infographics

Transcript

2003

Fin de cavale pour Yvan Colonna, qui a fui la police pendant 4 ans

1998

Assassinat du préfet de Corse Claude Erignac, Yvan Colonna suspect N°1

1999

Début de cavale pour Yvan Colonna qui devient l'homme le plus recherché de France

2022

Assassinat d'Yvan Colonna par son codétenu à la prison d'Arles

Yvan Colonna,

5 dates marquantes

1981

Yvan Colonna décide de retourner en Corse à Cargèse, terre de ses racines

En 1975, toute sa famille s'installe à Nice où Jean-Hugues Colonna, son père, alors enseignant d'éducation physique, a été muté. Après un baccalauréat D, Yvan Colonna entame des études pour devenir professeur d'éducation physique et sportive. Il les abandonne en 1981 et retourne en Corse après avoir effectué son service militaire dans la brigade de sapeur-pompier de Paris. Il s'installe à Cargèse, où il se lance dans l'élevage de chèvres. C'est alors qu'il rejoint et milite dans des mouvements nationalistes proches du Front de libération national corse (FLNC).

Le vendredi 6 février 1998, Claude Erignac, préfet de Corse et de Corse-du-Sud depuis le , dépose sa femme Dominique devant le théâtre du Kallisté, rue du Colonel-Colonna-d'Ornano, au cœur de la ville d'Ajaccio où ils doivent assister à un concert de musique classique.

Puis, il gare sa voiture et rejoint le théâtre à pied, croise sans le savoir Alain Ferrandi, le chef du commando, puis passe à la hauteur de Pierre Alessandri, un autre nationaliste chargé de couvrir le tueur en cas de problème.

Yvan Colonna l'abat dans le dos à 21 h 15. Le préfet est atteint par trois balles de calibre 9 mm, une dans la nuque à bout portant et deux dans la tête pour l'achever alors qu'il est à terre.

Dénoncé à plusieurs reprises, pendant un an et demi par quatre des six nationalistes coaccusés, pour l'assassinat du préfet Erignac commis le 6 février 1998 à Ajaccio, ainsi que par leurs épouses, plusieurs étant revenus sur leurs déclarations au bout de dix-huit mois, Yvan Colonna prend la fuite le .

Il retire 30 000 francs à la banque de Cargèse, dit au revoir à son fils, et disparaît dans le maquis. Le visage de Colonna est alors placardé dans les gendarmeries, les gares, les aéroports. La police fouille les phares de Corse, survole les montagnes de l'île avec des avions dotés de caméras thermiques, pour repérer les sources de chaleur. Naissent alors des soupçons autour de sa présence à La Ciotat, dans le Loiret, ou dans le Val-de- Marne, d'où le berger a posté un courrier, en décembre 2000. Il s'agit de deux pages adressées à l'hebdomadaire nationaliste U Ribombu, en langue corse, dans lesquelles Colonna exclut de se rendre. «Je dis avec force que je n'ai pas participé aux faits qui me sont reprochés», écrit-il avant de conclure : «Vive le peuple corse, vive la nation corse.»
Colonna est alors recherché dans les 178 pays de la zone Interpol. On le croit caché sur l'île italienne de Montecristo, à 40 kilomètres à l'est de la Corse, ou au Venezuela. On l'imagine au Maroc, au Brésil, à Madagascar, et même dans un camp de révolutionnaires en Amérique du Sud, d'où la France fait rapatrier les sous-vêtements d'un suspect pour une analyse ADN. Ce ne sont pas ceux de Colonna. Le berger, introuvable, devient une icône en Corse où fleurissent des graffitis «Gloire à toi, Colonna».

Après s'être soustrait pendant plus de quatre ans à la justice, il est arrêté près d'Olmeto le 4 juillet 2003 et transféré le lendemain 5 juillet à la prison de la santé, à Paris. Le ministre de l'intérieur Nicolas Sarkozy déclare le soir de l'arrestation que « la police française vient d'arrêter Yvan Colonna, l'assassin du préfet Érignac », ce qui lui vaut des reproches pour atteinte à la présomption d'innocence et des poursuites judiciaires de la part d'Yvan Colonna. Yvan Colonna a engagé une procédure mais le tribunal de Paris n'a pu que reporter son jugement à la fin des fonctions présidentielles de Nicolas Sarkozy en raison de son immunité. Une semaine après son arrestation, ses complices étaient condamnés à des peines allant jusqu'à la réclusion criminelle à perpétuité.

Le , à 10 h 10, Yvan Colonna, seul dans la salle de sports de la maison centrale d'Arles, est violemment agressé par Franck Elong Abé, un codétenu chargé de l'entretien de la salle de sports. Camerounais âgé de 36 ans,

l'agresseur purge une peine de neuf en de prison pour "association de malfaiteurs en vue de la préparation d'acte terroriste". Son parcours pénitentiaire est émaillé d'incidents violents : tentative d'évasion, incendies volontaires, etc. Ce drame créera un véritable mouvement contestataire en Corse et des affrontements avec les forces de l'ordre. Les Corses portent la responsabilité de ce drame sur le gouvernement et la police qui ont laissé Yvan Colonna à son sort.

Cet assassinat est marqué par de nombreuse faille de sécurité comme le révélera l'enquête. Caméras défaillantes, gardes en sous-effectif, qui ne manquera d'agacé les Corses.

Timeline Infographic

LOREM IPSUM DOLOR

1990

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetuer suscipit lobortis nisl

2000

Adipiscing elit, sed diam nonummy nibh

wuismod tincidunt

2010

Euismod tincidunt ut laoreet dolore magna aliquip ex ea comodo

1995

Suscipit lobortis nisl ut aliquip ex ea comodo lorem ipsum dolor

2005

Duis autem vel eum iriure dolor in iusto laoreet dolore magna

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetuer adipiscing elit, sed diam nonummy nibh euismod tincidunt ut laoreet dolore magna aliquam erat volutpat. Ut wisi enim ad minim veniam.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetuer adipiscing elit, sed diam nonummy nibh euismod tincidunt ut laoreet dolore magna aliquam erat volutpat. Ut wisi enim ad minim veniam.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetuer adipiscing elit, sed diam nonummy nibh euismod tincidunt ut laoreet dolore magna aliquam erat volutpat. Ut wisi enim ad minim veniam.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetuer adipiscing elit, sed diam nonummy nibh euismod tincidunt ut laoreet dolore magna aliquam erat volutpat. Ut wisi enim ad minim veniam.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetuer adipiscing elit, sed diam nonummy nibh euismod tincidunt ut laoreet dolore magna aliquam erat volutpat. Ut wisi enim ad minim veniam.