Want to make creations as awesome as this one?

Transcript

1858: une france pauvre
=> dépences=recette

26 mai 1864: droit de coaliton accepté => un droit grève mais limité: les grèvistes ne doivent pas empêcher les autres travailleurs/ pas de violances/ pas de salaire..
=> Emile Ollivier, un républicain rallié au second Empire commente ce tout nouveau texte de loi:
"seulement, de même que la guerre ne sera vaincue qu'a force de civilisation et de lumière, la grève aussi ne sera vaincue qu'a force de liberté et d'instruction [...] avec le temps la liberté des coalitions tuera la grève"
Emile Ollivier dit ici que les grèves ne feront qu'évoluer la société et ainsi elles "deviendront plus rares"

17 fevrier 1864: manifeste des 60 = Ecrit par Henri Tolain et signé par 60 ouvriers. Il propose alors les "candidatures ouvrières ", c'est a dire qu'il se présente aux elections législatives avec l'accord de Napoléon III afin de representer la classe ouvrière. Il présente ainsi dans cette lettre publiée dans le journal "l'Opinion nationale" ses préocupations/ son programme:
=> diminuer le chômage/ameliorer les salaires/ un travail sur les conditions des enfants travailleurs/demande le droit de grève

La question sociale durant le second empire

Janvier 1870: grève creusot=> après le licenciment de 3 ouvriers par Egène Schneider les métallurgistes entrent en grève, ainsi les mineurs prennet eux aussi part de cette grève: ils revendiquesnt un meilleur salaire. Shneider est un Homme puissant car il est aussi maire de la ville et president du corps legislatif => il fait appel a 3000 soldats pour retablir l'ordre => procés de 25 grèvistes => le travail reprend après 23 jours de grève sans amélioration.

Introduction:

Dans un contexte de pauvreté, Napoléon III souhaite "l'extinction du paupérisme" (ouvrage de 1844) avec le lancement de l'industrialisation. Ainsi la question sociale devient une occupation de premier plan tout au long du second empire.