Want to make creations as awesome as this one?

Transcript

treiz'effrayant

projet 4ème

Commencer l'aventure

C’était une journée comme les autres. Je rentrais du collège, un peu fatiguée.
Je fis mes devoirs, puis j’allai à l’hôpital rendre visite à mon frère.
Il était dans le coma depuis quelques années
à cause d’un accident de voiture.
Ce jour-là, c’était son anniversaire, il avait eu vingt ans.

DANGEUR

I

De Louna Belair (4e2)

Je vais vous raconter mon histoire mais tout d’abord place aux présentations.
Je m’appelle Frédéric Pacôme, j’ai 28 ans et je travaille en tant que podologue dans
un mignon petit quartier de Los Angeles. Je suis grand et fin avec de jolis yeux
verts et une belle tignasse blonde, enfin c’est ce qu’on dit !
Un jour, alors que je me rendais à mon cabinet, je croisai une belle femme
assise sur un banc. Elle était grande et mince, magnifique !
Je décidai d’aller lui parler.

CAROLINA

II

De Louise Le Calvez et Baptiste Mehat (4e3)

Pour mes 15 ans, mes parents m’ont offert un jeu vidéo, Stranger Fighters.
Toute ma famille était présente et c’était super ! On avait fait du foot, joué à la
console mais je ne voulais pas essayer mon nouveau jeu. Je voulais le garder pour en profiter seul plus tard.
Le soir, une fois ma famille partie, je suis monté dans ma chambre, là où
j’avais précautionneusement rangé mon cadeau.
Je gravis l’escalier et au fur et à mesure des marches,
j’avais une étrange impression : le jeu m’attendait …

le jeu vidéo

III

De Judith Le Goas et Lilou Planella (4e3)

Je revenais du magasin avec ma mère et mon père. C’était le jour de
l’anniversaire de ma sœur, elle avait sept ans. On avait acheté une poupée assez
belle qui disait « je t’aime maman, je t’aime maman ». Je rentrai à la maison avec
mes parents quand je vis ma sœur couchée sur le canapé : télé allumée, Kaplas par
terre et son bol de lait à peine bu.
Je lui apportai la poupée que je tenais dans mes mains. Elle fit une grimace.
- Comment ? Tu n’aimes pas la poupée ? M’offusquai-je

LA POUPEE HANTée

IV

De Gabin Bougeard (4e1)

Bip Bip Bip
J’entendais mon réveil sonner mais je restais là, allongée sur mon lit à
regarder fixement le plafond comme à mon habitude. Pourquoi m’étais-je couchée
si tard... ? Après cinq bonnes minutes de réflexion, je me levai et allai prendre une
douche chaude pour redonner vie à mon corps encore endormi. Je descendis les
longues et dures marches de l’escalier. Maman m’avait préparé mon petit déjeuner.
Elle détestait me savoir aller au collège sans avoir manger. Je partis en direction de
l’établissement, il faisait froid. Quelques minutes de marche étaient passées,
j’entendis un bruit sourd à ma droite, je regardai.
Une fille venait de tomber de son vélo alors j’accourus pour l’aider.

STEPHANIE

V

D’Angèle Bavier et Noam Dronet (4e2)

THE LOST LIFE

VI

De Maé Lecomte (4e1)

Que s’est-il vraiment passé ce jour-là ? Est-ce que c’était un rêve ? Je m‘en
souviens très clairement, même trois ans après...
A l’époque, j’avais quatorze ans et je ne vivais pas très bien mon
adolescence : mes parents venaient de se séparer et mon père s’était trouvé une
nouvelle compagne. Mes amis ne me comprenaient pas,
j’étais un « Pleurnichard »
comme ils disaient. J’aurais aimé être une personne ayant de la valeur dans la
« hiérarchie » du collège, mais j’étais juste une personne
« étrange au fond de la cour ».
C’était un véritable cauchemar pour moi. Enfin c’est ce que je croyais.

L’ASCENSEUR HANTE

VII

De Cloé Jégat (4e2)

C’était il y a un an, jour pour jour, que cela avait commencé…
Ma mère, comme tous les samedis, me demanda d’aller chercher le courrier,
car elle attendait «une facture importante », comme ils disent, eux, les adultes. Il
était environ huit heures du matin, il y avait de la rosée sur la pelouse, je sentais la
fraîcheur de l’herbe sous mes pieds. Dans la boîte aux lettres, il y avait un
prospectus, aux couleurs très vives : on voyait de jeunes enfants, qui avaient
environs huit ans, qui tiraient à la carabine vers des ballons qui s’envolaient. Le
papier semblait vieux et était mouillé, sans doute à cause de la pluie qui était
tombée la veille. En lettres capitales, il était écrit :
« SUPERBE FÊTE FORAINE DE LA VILLE ».

LE CAUCHEMAR ÉVEILLÉ

VIII

De Lison Coudé et Sarah Beridel (4e3)

Je m’appelle Mike, j’ai quinze ans et j’habite dans un petit village aux
alentours de Montréal au Canada. Je suis plutôt du genre aventurier, sportif et
surtout j’aime beaucoup le camping. C’est pour ça que j’ai eu envie d’en faire avec
mes amis, même si eux n’étaient pas très enthousiastes au départ. Après une
semaine de préparation, nous nous rejoignîmes devant l’église du village, avec nos
vélos et nous prîmes la direction de la forêt.

REVE OU REALITE ?

IX

De Louise Delépine (4e3)

C’était un soir, un soir pluvieux. Mes parents étaient partis chez leurs amis
pour le week-end, pour un anniversaire, je n’étais pas invitée et honnêtement, je
n’avais pas envie d’y aller. J’avais la maison pour moi toute seule pendant deux
jours, j’étais enfin tranquille, je pouvais faire ce que je voulais !
J’aimais être seule contrairement à mes amis adolescents qui eux, auraient
déjà invité tous leurs amis pour faire la fête. Mais bon, je ne cachais pas que j’avais
un peu la frousse de devoir garder seule cette immense et vieille maison.

LE DEMENAGEMENT

X

De Louann Lenevé (4e2)

C’était officiel, je n’étais plus parisien… Ce matin à avaient heures, mes
parents avaient mis les derniers cartons dans la voiture et puis nous étions partis.
Mes amis… ils allaient tous me manquer. Mais comme ma mère me le répétait
depuis des jours, c’était important de recommencer à zéro et mon père ne pouvait
pas refuser ce nouveau poste.
Nous étions arrivés vers quatorze heures à Celles à environ trois quart
d’heure de Montpellier. J’avais déjà vu la nouvelle maison en photo mais elle était
vraiment, vraiment plus petite en vrai. Mes parents m’appelèrent pour ranger les
cartons de déménagement.

LA VOITURE NOIRE

XI

De Yunnan Le Bervet--Vitre (4e2)

Je m’appelle James et à l’époque, j’avais quatorze ans, et j’allais rentrer en
troisième. C’était le mercredi 1er septembre, la veille de la rentrée, je me réveillai
vers sept heures trente et tout le monde dormait : mon père, ma mère, ma sœur
et mon chien. J’avais fait une insomnie comme pratiquement toutes les nuits depuis
deux semaines. Je ne savais pas pourquoi, depuis un certain temps, je me sentais
angoissé, j’avais l’impression de ne plus être chez moi, que quelque chose avait
changé et je ne savais pas ce qu’il y avait de différent. J’avais juste la sensation de
vide autour de moi, je sentais que je n’étais plus la même personne mais je n’avais
aucune explication à cela. J’avais également l’impression de m’énerver plus vite
d’être triste plus rapidement mais bien-sûr je ne savais pas pourquoi. Bref. Je
continuais de vivre malgré ce mal-être grandissant.

UNE NUIT SEULE

XII

D’Aliya Janah et Léna Nouvel (4e1)

C’était un soir d’hiver, mes parents étaient partis voir leurs amis. Ils m’avaient
dit qu’ils rentreraient le lendemain dans la matinée.
J’avais donc la maison pour moi toute seule.
Aucun bruit, seul le silence régnait. Assise avec mon chien Dino sur mon lit
à l’étage, je mis en route mon ordinateur pour visionner un bon film d’horreur.
J’adorais ce genre de film. Au bout d’un quart d’heure, mon chien se redressa d’un
coup et alla d’un pas décidé gratter à ma porte qui était fermée. Je mis mon film
sur pause, me levai et ouvris ma porte pour que Dino puisse sortir. Je me rassis et
remis mon film en marche. Brusquement, mon ordinateur s’arrêta, les lumières
s’éteignirent.

PLEIN PHARE

XIII

De Fiona Lamy et Nathan Levêque (4e1)

Pourquoi a-t-il fallu que ce jour arrive ? Nous partions en vacances, mon
frère, mes parents et moi. C’était un soir d’été, début Août, nous étions en voiture
en direction de la maison de vacances de mes grands-parents en Californie.
Il était environ 23 heures, le GPS indiquait qu’il restait un peu moins d’une
heure de trajet. La route était déserte. Personne. Ni voiture, ni piéton.

fin