Want to make creations as awesome as this one?

Transcript


Le plus grand défi de l'histoire de l'humanité de Aurélien Barrau, chez Michel Lafon


Dans la première édition de ce livre, Aurélien Barrau nous disait : « La vie, sur Terre, est en train de mourir. L'ampleur du désastre est à la démesure de notre responsabilité. L'ignorer serait aussi insensé que suicidaire. Plus qu'une transition, je pense qu'il faut une révolution. Et c'est presque une bonne nouvelle.»

Dans cette nouvelle édition, il complète et affine son propos en analysant la nature des oppositions à la pensée écologique et en suggérant de nouvelles voies de résistance pour dépasser l'immobilisme suicidaire. [source éditeur]



La part du colibri de Pierre Rahbi chez Mikros


Ce texte de Pierre Rabhi nous amène à ouvrir les yeux sur le devenir de la planète et de l’espèce humaine, et propose une réflexion sur la nécessaire décroissance. Il apporte des solutions concrètes, réalistes, que chacun peut mettre en œuvre. Pierre Rabhi appelle à « l’insurrection des consciences » pour fédérer ce que l’humanité a de meilleur et cesser de faire de notre planète-paradis un enfer de souffrances et de destructions. Selon lui, la crise qui affecte la planète n’est pas structurelle, économique, écologique ou politique, mais avant tout profondément humaine.




Plan b pour la planète de Naomi Klein, chez Actes Sud


Dans ce volume qui réunit pour la première fois une décennie de textes passionnés (2010-2019), Naomi Klein nous engage à nous attaquer à la racine des problèmes en luttant contre le dérèglement climatique et les inégalités sociales et raciales liés.
Au moment où les océans montent aussi dangereusement que les flots de haine, ces textes brossent un portrait saisissant de l’état du monde, ainsi que des personnes et des mouvements qui se dressent pour faire du désastre en puissance l’occasion rêvée de transformer notre civilisation.



Une planète à sauver de Serge Marti, chez Odile Jacob


La révolution écologique est en marche qui va nécessairement bouleverser les modes de vie des individus et les stratégies politiques des États.
Le signal d’alarme le plus évident est le climat, dont le dérèglement affecte la planète entière, mais d’autres défis menacent : l’accroissement de la population et les méfaits de l’agriculture intensive, la pénurie d’eau potable et la montée des eaux de l’océan, le tarissement des matières premières et l’affaiblissement de la biodiversité.
Aveuglée par des promesses irréalistes de bonheur à court terme, l’humanité a pris le mauvais chemin de la production et de la consommation à outrance, oubliant qu’elle habitait un monde fini.






Drawdown, de Paul Hawken, chez Actes Sud


Un nombre toujours plus important de scientifiques nous mettent en garde : dans quelques années, il sera trop tard !
Drawdown propose une feuille de route à l’usage des gouvernements, des territoires, des villes, des entreprises et de chacun d’entre nous. Ce livre veut nous aider à surmonter la peur, la confusion et l’apathie, pour passer à l’acte.
Paul Hawken et 70 chercheurs ont élaboré un plan inédit : 80 solutions pour inverser le cours du changement climatique ; ils nous enjoignent à organiser notre action et commencer par ce qui aura le plus d’impact et construire une stratégie globale.



Un monde positif, Pascale Sury et Jonathan Bradfer, chez Mardaga


Pascale et Jonathan sont deux reporters partis faire le tour du monde avec la volonté de mettre en lumière ces hommes et ces femmes qui, aux quatre coins de la planète, œuvrent pour un avenir meilleur. Ils se sont allégés de tout, ont condensé leurs vies dans deux sacs à dos de 15 kilos et pris la route d’une vie nomade.

Du Chili à la Papouasie-Nouvelle-Guinée, du Bhoutan à l’Australie, en passant par le Groenland, le désert d’Oman, les steppes de Sibérie, les ruelles du Bangladesh, à travers l’Équateur, la Tasmanie, la Namibie…

Un monde positif s’est écrit au fil de la route et des rencontres. [source éditeur]



Le temps est venu de changer de civilisation de Edgar Morin, chez L'Aube


Edgar Morin nous livre ­diagnostic, pronostic et esquisse les possibilités d’une refondation politique. Du haut de ses 96 ans, le sociologue et philo­sophe Edgar Morin, viscéralement en lutte, ausculte la civilisation contemporaine, dissèque les innervations de son dépérissement et défriche les voies de sa revitalisation.

Interview d'Edgar Morin par François Busnel

Générations futures et droit privé de Emilie Gaillard chez LGDJ


Un droit des générations futures se forme, animé par une éthique de justice et de responsabilité transgénérationnelle. Il vise à protéger les générations futures, descendance au sein des familles, de la famille humaine, êtres à la fois de chairs et de sang et figures hautement symboliques. Malgré une apparence nébuleuse, une qualification des générations futures est possible. Au niveau constitutionnel, deux principes fondateurs du droit des générations futures pourraient être consacrés : le principe de non-discrimination temporelle et celui de dignité des générations futures. Ils insuffleraient un nouvel élan qui pourrait se concrétiser par une défense judiciaire des générations futures.

Interview d'Emilie Gaillard à France 24

Manuel de la grande transition du collectif FORTES, chez Les liens qui libèrent


Un collectif d’environ 70 enseignants-chercheurs d’une grande variété de disciplines (environnement, sciences du vivant, biologie, physique, économie, droit, gestion, philosophie, santé, sociologie, sciences politiques) s’est réuni pour réaliser le manuel de la « Grande Transition ».

L’ouvrage propose un socle de connaissances et de compétences, thématique par thématique. Il expose dans un langage clair et accessible les processus impliqués dans le réchauffement climatique et la dégradation du vivant, mais aussi les responsabilités des différents acteurs, le creusement des inégalités environnementales ou encore les mécanismes financiers qui en sont l’une des causes. Il identifie des leviers d’action individuels et collectifs.


Justice pour le climat ! : les nouvelles formes de mobilisation citoyenne de Judith Rochfeld, chez Odile Jacob


Prenant acte de l’échec de la gouvernance internationale, les citoyens sont entrés dans une « colère verte » qui les conduit souvent devant les tribunaux : victoire de la fondation Urgenda et de 894 citoyens contre l’État néerlandais en 2018 ; « Affaire du siècle » initiée en France en 2019 et faisant suite à la pétition qui a recueilli 2 millions de voix pour dénoncer l’inaction climatique de l’État ; multiples procès intentés au nom d’enfants (Our Children’s Trust aux États-Unis) ou d’entités naturelles considérées comme des personnes dotées de droits (fleuves ou forêts en Amérique latine et en Nouvelle-Zélande).
Ce livre présente et analyse ces procès inédits où se joue désormais le sort du climat. La notion de « bien commun » devrait y tenir un rôle central, conduisant à redéfinir les responsabilités de chacun : individus, entreprises, États.





La place des femmes : une difficile conquête de l'espace public de Michelle Perrot, éditions Textuel






Histoire de la misogynie : le mépris des femmes de l'Antiquité à nos jours de Adeline Gargam et Bertrand Lançon, éditions Arkhé


Aucune histoire de la misogynie n'avait jamais été publiée ni même écrite jusqu'à ce jour en France. Son sujet ne porte pas simplement sur la femme en tant que telle, mais sur le terrible constat qui s'impose quant aux regards péjoratifs portés sur les femmes et la féminité.
Ces regards sont ceux des hommes, parfois intériorisés par des femmes ; ils sont puissamment ancrés dans les mentalités par le langage, les théories, les images, les croyances et le droit. Ainsi, les vecteurs de la misogynie sont extrêmement divers : poètes, mythographes, artistes, médecins, philosophes, enseignants, médias, mais aussi hommes d'Eglise, politiques et juristes. Comme toute archéologie, ce livre définit un terrain de fouilles, l'Europe, et nous entraîne dans un voyage autour des textes, de l'antiquité au XXe siècle.




Service ou servitude de Geneviève Fraisse, éditions du Seuil


Si, à la suite du mouvement #MeToo, la prise de parole des femmes s’est exprimée avec une ampleur inattendue, aujourd’hui à qui incombe concrètement tant la charge matérielle que mentale du « service domestique » ?

Cette nouvelle édition de l’ouvrage précurseur de Geneviève Fraisse retrace la généalogie de la notion de service – de la domesticité au paradigme du care, de la question de l’emploi et de la hiérarchie sociale entre femmes à celle de la solidarité, du service « à la personne » à la construction d’une société commune aux deux sexes.






Femmes invisibles. Comment le manque de données sur les femmes dessine un monde fait pour les hommes de Caroline Criado Perez, éditions First


Bienvenue dans un monde fait par et pour les hommes... Un téléphone portable qui tient difficilement dans la main, un risque accru d'accidents de la route, une exposition plus importante aux produits chimiques des médicaments... Tous ces dysfonctionnements plus ou moins dangereux concernent les femmes. Pourquoi ? Parce que ce sont des hommes qui ont imaginé le monde dans lequel on vit, et qu'ils l'ont imaginé pour des hommes, à leur image.
Ainsi, les femmes sont 47% plus susceptibles d'être blessées lors d'accidents de la route car les tests de sécurité sont effectués sur des hommes d"1m77 et pesant 76 kilos, elles ont aussi davantage de mal réagir à certains médicaments, car encore une fois, les tests sont effectués sur des hommes... Cela semble incroyable, mais c'est pourtant une réalité : la plupart des infrastructures, équipements, que l'on utilise quotidiennement ont été pensées sans égard aux différences entre les sexes.







Femmes précaires, film de Marcel Trillat, éditions Phares et balises


En France, plus de trois millions de salariés travaillent à temps partiel et gagnent moins que le Smic. Et les trois quarts d’entre eux sont des femmes, élevant seules leurs enfants pour la plupart.
Marcel Trillat propose cinq portraits croisés de femmes vivant et travaillant dans des conditions précaires.


Voir un extrait


Les filles du coin : vivre et grandir en milieu rural de Yaëlle Amsallem-Mainguy, aux Presses de SciencesPo


Collégiennes, lycéennes ou jeunes actives, issues de milieux populaires, elles ont grandi et vivent dans la frange rurale de l'Hexagone. Celles qui travaillent ont le plus souvent un emploi au bas de l'échelle, quand bien même leur formation leur permettrait de prétendre à « mieux ».

Lors de son enquête, l'autrice est allée à la rencontre de cette partie de la jeunesse, elles lui ont raconté leur vie quotidienne, leurs relations familiales, leurs amours, les amitiés qui se font et se défont. Elles lui ont confié le poids de la réputation et de la respectabilité, la nécessité d’avoir du réseau et de savoir s’adapter face à l’éloignement des grandes villes et à la disparition des services de proximité. Elles lui ont décrit leur parcours scolaire, leurs rêves et leurs aspirations, et la question qui se pose à elles dès l’adolescence : partir ou rester ?







En découdre : comment les ouvrières ont révolutionné le travail et la société de Fanny Gallot, chez La découverte


Alors que depuis la fin des années 1990, le monde ouvrier revient sur le devant de la scène avec des luttes de plus en plus dures, le rôle joué par les femmes a été passé sous silence. À la différence des hommes, elles ont souvent effectué leur carrière entière dans la même usine et subissent de plein fouet l’épreuve des restructurations ou de la liquidation pure et simple.
Qui sont ces femmes décidées à « en découdre » ? Fanny Gallot s’est appuyée, entre autres, sur les témoignages précis des femmes engagées dans cette lente et profonde révolution. Elle raconte leurs histoires surprenantes et émouvantes, comme celles des ouvrières de Chantelle et Moulinex dont les luttes ont marqué l’actualité.






Le mythe de la virilité : un piège pour les deux sexes de Olivia Gazalé, chez Robert Lafont


Et si, comme les femmes, les hommes étaient depuis toujours victimes du mythe de la virilité ? Pour asseoir sa domination sur le sexe féminin, l'homme a, dès les origines de la civilisation, théorisé la hiérarchie des sexes en faisant de la supériorité mâle le fondement de l'ordre social, religieux et sexuel. Un discours fondateur qui n'a pas seulement postulé l'infériorité essentielle de la femme, mais aussi celle de l'autre homme
Historiquement, ce mythe de la virilité a ainsi légitimé la minoration de la femme et l'oppression de l'homme par l'homme. Depuis un siècle, ce modèle de la toute-puissance guerrière, politique et sexuelle est en pleine déconstruction, au point que certains esprits nostalgiques déplorent une "crise de la virilité". La réinvention actuelle des masculinités n'est pas seulement un progrès pour la cause des hommes, elle est l'avenir du féminisme.






Femmes de pouvoir. Une histoire de l'égalité professionnelle en Europe (XIXe-XXIe siècle) de Sylvie Schweitzer, chez Payot

Un siècle et demi de combats ont été nécessaires pour que s’installe une réelle égalité professionnelle entre les hommes et les femmes, et l’accès des femmes à tous les lieux de la décision et du pouvoir. La place des femmes et des hommes dans les professions supérieures s’organise au rythme des grandes étapes économiques qui, en particulier, créent de nouvelles professions. Chaque étape est marquée par des combats législatifs pour ouvrir aux femmes les secteurs d’enseignement, puis les métiers et responsabilité auxquels ils conduisent.Partout les femmes progressent à très vive allure dans les recrutements professionnels (82% des magistrats recrutés, 60% des commissaires de police, 75% des fonctionnaires de rang A, mais 30% des ingénieurs). Désormais, le combat des femmes s’est déplacé dans la sphère privée, où l’enjeu est l’égalité dans le travail domestique…


Femmes en politique, en finir avec les seconds rôles : de l'exclusion à la difficile conquête du pouvoir de Marlène Coulomb-Gully, chez Belin


En politique, les femmes sont rares aux postes clés où se décide notre avenir à toutes et à tous. Or elles sont éduquées et compétentes, et l'entre soi masculin n'a désormais ni sens ni efficacité. Dans ce livre caustique et pédagogique, l'auteure apporte une réflexion majeure en ces temps de crises et de choix décisifs qui requièrent la participation de toutes les intelligences et de tous les talents. Les leviers de changement existent, il faut les utiliser et en inventer d'autres.





Les femmes peuvent-elles être de grands hommes ? : sur l'effacement des femmes de l'histoire, des arts et des sciences de Christine Détrez, chez Belin


Le génie a-t-il un sexe ? Les femmes illustres font figure d'exception, en littérature, dans les arts ou les sciences, sans parler de la vie publique. Des lois garantissent pourtant l'égalité d'accès des deux sexes à l'école et à l'université, dont les filles sortent plus nombreuses et plus diplômées que les garçons. Comment alors expliquer qu'il y ait toujours si peu de femmes célébrées ? Pour donner la place qui leur revient aux femmes de talent, les initiatives se multiplient. Leur généralisation est indispensable pour construire une société égalitaire.





Pleins feux sur les femmes (in)visibles, Presses universitaires de Nancy


Cet ouvrage collectif offre un panorama interdisciplinaire et interculturel de l'invisibilisation des femmes au travers du temps. Ces formes d’oubli ou de non-reconnaissance de ces actrices sont, semble-t-il, intrinsèquement liées aux processus mis en place par les sociétés pour maintenir la prédominance masculine, que l’on désigne sous le concept récent de mentrification. Ce volume a pour objectif de mettre en lumière et de réhabiliter l’action de femmes libres et indépendantes, militantes, guerrières, politiciennes, érudites, scientifiques de haut vol ou artistes...




Culottées : des femmes qui ne font que ce qu'elles veulent de Pénélope Bagieu, chez Gallimard


Margaret, actrice « terrifiante », spécialisée à Hollywood dans les rôles de méchante ; Agnodice, gynécologue de l'Antiquité grecque qui dut se déguiser en homme pour exercer ; Lozen, femme apache, guerrière et chamane ; Annette, sirène australienne qui inventa le maillot de bain féminin… Pénélope Bagieu brosse avec humour et finesse quinze portraits de femmes, combattantes hors normes, qui ont bravé la pression sociale de leur époque pour mener la vie de leur choix.






Des élus sur le divan : les passions cachées du pouvoir local de Alain Faure chez Presses Universitaires de Grenoble


Alain Faure a choisi de décrypter les promesses et les trophées de la politique locale à partir de témoignages personnels. Il nous invite à découvrir l’empreinte des émotions politiques de l’enfance, l’adrénaline du pouvoir et les récits passionnés sur le bien commun local.

Dans un texte accessible et vivant, fruit de recherches documentées menées en France, en Italie et au Japon, l’ouvrage propose un éclairage humain et souvent intimiste des mystères du « goût du pouvoir local ». Cette approche comparative offre une analyse stimulante sur les motifs de l’engagement politique local, sur le coeur et les invariants du métier politique.


Ecoutez un podcast




Les émotions au pouvoir de Christian Le Bart chez Armand Colin


Cet ouvrage esquisse une histoire des émotions des politiques, entre contrainte institutionnelle de sang-froid et exigence médiatique d’expressivité. Il restitue le travail incessant des commentateurs pour traquer les émotions, en discuter la recevabilité, en mesurer l’authenticité. Il montre comment les personnalités politiques participent d’un gouvernement des émotions qui est aussi gouvernement par les émotions.



La Rhétorique du maire entrepreneur : critique de la communication municipale de Christian Le Bart




Une Echarpe de maire de Roger Quilliot chez Horvath


Des juristes ont analysé méthodiquement les pouvoirs du maire ; des journalistes ont traité avec plus ou moins de bonheur de ses activités ; quelques rares hommes politiques ont présenté un bilan de leur action ou dessiné les traits de la cité idéale. L'ambition de ce livre est tout autre : rassembler l'expérience vécue dans la dispersion quotidienne, en dégager les lignes de force, restituer les ambitions comme les déceptions du maire, ses affres et ses joies, l'odeur de ses combats.


Ces maires qui changent tout : le génie créatif des communes de Mathieu Rivat chez Actes Sud


Ce livre est la mise en récit de l’initiative en matière écologique, sociale et démocratique des maires et de leur commune.
La cité, l’endroit où nous vivons, ce que l’on appelle de plus en plus fréquemment “l’échelle locale”, offrirait un espace où l’innovation sociale et écologique, où la pratique démocratique seraient plus faciles et plus efficaces. Le maire, ce personnage politique encore très populaire, serait plus digne de confiance que nos ministres, députés ou président…



Profession : élu.e local.e : la fin d'un mythe républicain, pour un renouveau démocratique de Eric Kerrouche, Elodie Lavignotte, chez Berger-Levrault


Maires démissionnaires, crise des vocations, défiance des citoyens : la démocratie locale, un temps épargnée, est mise à l'épreuve. Et si l'une des clefs se trouvait dans la reconnaissance d'un statut pour les élus ?
La technicité des compétences exercées, le niveau de responsabilité assumée et le temps consacré à l'exercice du mandat font désormais des élus locaux, plus particulièrement les maires et adjoints, de véritables professionnels au service de la collectivité.
La politique devient ainsi un métier y compris à l'échelon local.







Profession homme politique de Philippe Garraud, chez l'Harmattan


La compétition politique, qui met aux prises des hommes d'appartenances partisanes différentes et d'orientations idéologiques antagonistes, conduit à privilégier tout naturellement les oppositions qui les divisent. Pourtant, si l'on observe attentivement les moyens utilisés pour conquérir ou conserver le pouvoir municipal et les carrières politiques des maires, ces divisions paraissent relativement secondaires. Hérédité politique et élective, phénomènes de cooptation et d'héritage, appropriation et cumul des mandats, pratiques et savoir-faire communs sont autant de signes d'un processus de différenciation sociale qui conduit à la constitution d'intérêts collectifs, propres à l'exercice d'un métier politique en tant que tel.
Une "classe politique" relativement homogène, unifiée et intégrée, se forme alors. On oublie trop souvent, en effet, que la finalité première des "entreprises politiques", qu'elles soient personnelles ou collectives, est la conquête ou la conservation de mandats électifs. Elle est soumise à des contraintes qui imposent dans une large mesure certaines pratiques et stratégies aux élus. Cet ouvrage, qui retrace la carrière politique des maires des cinq cents plus grandes communes de France depuis la Libération, s'efforce de mettre en évidence les mécanismes par lesquels les hommes politiques deviennent, quelle que soit leur orientation politique, des professionnels de la politique.
Pour eux, cette activité est inévitablement une carrière, faisant l'objet de rémunérations matérielles et symboliques, et soumise à des exigences auxquelles ils ne peuvent se soustraire s'ils veulent exercer durablement le pouvoir.




Paroles d'élus : le travail politique au quotidien de Jérôme Ferret, chez Eres


Cet ouvrage rend compte de nombreux entretiens menés avec des élus de la région Midi-Pyrénées : Jean-Michel Baylet, Dominique Baudis et Lionel Jospin sont notamment interrogés pour permettre de mieux cerner le rôle des élus locaux.






La profession politique de Michel Offerlé, chez Belin


En s'appuyant sur les acquis de la socio-histoire du politique, de la sociologie des professions et de la sociologie des élites politiques, les contributions originales réunies ici rouvrent la discussion sur le processus long de professionnalisation politique, sur les représentations qu'ont citoyens, publicistes, sociologues et hommes politiques du personnel politique, sur la composition des élites politiques et sur les enjeux et les effets de cette composition sur les formes de la représentation politique. Ce livre passionnera tous ceux qui s'intéressent aux débats concernant la profession de politique aujourd'hui.




La politique au quotidien de Laurent Godmer, chez ENS éditions


Que font exactement les femmes et les hommes politiques ? Comment s'organisent leurs activités quotidiennes ? En quoi consiste le travail des dirigeants politiques ? Que savons-nous de l'emploi du temps réel de nos représentants ? Cet ouvrage propose de répondre à ces questions relatives à la vie des démocraties représentatives à partir d'une enquête de sociologie politique inédite menée entre 2010 et 2013.





L'odeur de l'Inde de Pier Paolo Pasolini, chez Denoël


Au-delà du carnet de voyage qui révèle un regard, une sensibilité, une vision de l’autre et du monde, L’Odeur de l’Inde dessine l’autoportrait en creux d’un homme face à une humanité qui le fascine et le dépasse.



Dans les forêts de Sibérie de Sylvain Tesson, chez Folio


"Assez tôt, j'ai compris que je n'allais pas pouvoir faire grand-chose pour changer le monde. Je me suis alors promis de m'installer quelque temps, seul, dans une cabane dans les forêts de Sibérie. Là, pendant six mois, à cinq jours de marche du premier village, perdu dans une nature démesurée, j'ai tâché de vivre dans la lenteur et la simplicité.(...)
Et si la liberté consistait à posséder le temps ? Et si la richesse revenait à disposer de solitude, d'espace et de silence - toutes choses dont manqueront les générations futures ? Tant qu'il y aura des cabanes au fond des bois, rien ne sera tout à fait perdu".



Les routes de la vodka de Nicolas Legendre, chez Arthaud


Récit d'une tonitruante expédition entre steppe, désert et montagne où passent des routiers, des éleveurs nomades, un liquidateur de Tchernobyl, une jeune Ouzbek battue par son mari, un ex-agent des forces spéciales soviétiques, des employées du Transsibérien, un politicien kirghize… D’épiques saouleries succèdent aux rêveries et aux plongées dans l’Histoire. L’auteur, entraîné dans un périple initiatique, décrit dans une langue nerveuse et captivante un monde chamboulé par le communisme et par le capitalisme.



Islande au gré des vents de Annie et Pierre Régior, chez Pages du monde


Une longue errance à travers l’Islande : déserts de cendre maculés du vert fluorescent des mousses, volcans, glaciers, falaises et colonies d’oiseaux marins… Cet ouvrage nous amène avec Magnus lors de la récolte du duvet des eiders, avec Siggi suspendu aux falaises pour la collecte des oeufs, avec Jon pour le rassemblement des moutons.

Des jours sans fin de l’été aux lumières crépusculaires de l’hiver, ce livre nous fait découvrir la somptueuse nature de l’Islande et la vie de ses habitants.



Trait pour trait de Stéphanie Ledoux, chez Elytis

Depuis plusieurs années, la peintre-voyageuse Stéphanie Ledoux arpente le monde pour nous donner à voir les civilisations et les ethnies les plus reculées de la planète. Équipée de son matériel à dessin, de papiers ou de carnets qu'elle trouve parfois sur les lieux de ses expéditions, elle communique avec son trait le temps dilué d'un échange fraternel, des portraits saisissants à travers la Colombie, la Polynésie, en passant par la Chine, le Viêt-Nam ou l'Éthiopie, Stéphanie Ledoux enchante le regard.

Article


Sur ma planète Japon de Maëlle Bompas, chez Hikari


Sur ma Planète Japon est un carnet de voyage décalé, poétique et drôle dessinant la découverte du Japon par une jeune Française. Elle traverse le pays et croque son quotidien et ses aventures, en jonglant entre le couchsurfing, le workaway et l'autostop. Souvent de belles rencontres, parfois des mauvaises surprises. Maëlle raconte ses découvertes et ses aventures, loin des clichés, mêlant ses illustrations fraîches et sensibles à un sens de la narration.


Nos voisins du dessous de Bill Bryson, chez Payot


Bill Bryson avait déjà essayé de ressembler à Indiana Jones quand il avait sillonné l'Appalachian Trail aux États-Unis «(Promenons-nous dans les bois)». Pas sûr qu'il y réussisse mieux dans ce récit tout aussi hilarant que ses livres sur les Américains et les Anglais ? et aussi riche de connaissances que lorsqu'il raconte les secrets de l'univers ou d'une maison.




Un automne à Hanoï de Clément Baloup, chez La boîte à bulles


Le récit de voyage de deux mois à Hanoï, en 2001 est conçu comme un intermédiaire entre reportage et témoignage : ses histoires courtes nous font partager des rencontres, des moments touchants, des ambiances et une autre vision du monde. S'inspirant de la peinture vietnamienne, l'auteur nous entraîne dans un univers coloré et envoûtant, véritable mosaïque d'images et de sensations.



Voyage et formation de soi de Loïc Brémaud, chez Presses Universitaires de Rennes


Cet ouvrage envisage comme ressort essentiel du « voyage formateur » ce qui est éprouvé par le sujet voyageur. Il considère les dimensions expérientielles, notamment selon la perspective de l’autoformation existentielle. L’ouvrage est organisé autour de l’étude de voyages considérés pour leurs vertus initiatiques, de récits à la première personne de chercheurs ayant vécu des expériences de voyage au long cours, finalement de la mise en perspective des mobilités étudiantes. Cette collection de textes intéressera particulièrement les acteurs de la mobilité internationale, dans les champs de l’enseignement supérieur ou de la formation professionnelle.

Présentation


Les entrailles de New York de Julia Wertz, chez L'agrume


Loin d’un guide touristique, l'autrice nous raconte une histoire illustrée des blocs, des édifices et des entrailles de cette ville qui ne dort jamais. Dans cette bande dessinée originale et très documentée, elle montre l’architecture de la ville et son évolution – les boutiques historiques, les changements des façades et des enseignes –, et nous régale d’anecdotes méconnues de New York. Porté par le regard, le ton et l’humour de l'auteur, cet ouvrage entre documentaire illustré et bande dessiné propose une déambulation unique dans l’histoire et les rues de New York.




Histoire d'une nouvelle de Gilles Merminod, chez De Boeck


À l’ère des fausses nouvelles (fake news) et autres « faits alternatifs », il est plus que jamais nécessaire de comprendre comment les récits façonnent au quotidien l’information médiatique.


Empruntez ce livre



La banlieue du 20 heures de Jérôme Berthaut, chez Casterman


Jeune journaliste, Jimmy fait ses débuts au service des faits divers du journal télévisé. On l'envoie couvrir la banlieue : il découvre alors comment on fabrique l'information sur ces quartiers populaires.


L'information est un bien public de Julia Cagé, chez Le Seuil


La crise des médias et la défiance des citoyens envers l'information grandissent chaque jour et notre conviction est que cette situation n’a rien d’inéluctable. La confiance peut être regagnée en traitant le problème à la racine : la propriété des médias.





Mainstream de Frédéric Martel, chez Flammarion


Comment fabrique-t-on un best-seller, un hit ou un blockbuster ? Internet décuple leur puissance. Tout s'accélère.

Mainstream raconte cette nouvelle guerre globale de la culture et des médias.

Best-seller inattendu, le livre a été traduit dans une dizaine de langues et a suscité des débats dans de nombreux pays - il est lui-même devenu mainstream.



Fake news de Doan Bui et Leslie Plée, chez Delcourt


Des climatosceptiques aux platistes, des usines à clics d'Europe de l'Est aux Illuminati, des algorithmes devenus fous à Donald Trump (propagateur n°1 de « vérités » alternatives), les infox sont partout.

Ludiques et pédagogiques, les autrices nous font passer dans l'envers de leurs fabrications et nous réapprennent à aiguiser notre esprit critique.




Crédulité et rumeurs de Gérald Bronner, chez La bédéthèque


Ces dernières années, la diffusion et la multiplication des théories du complot ont accompagné les progrès de la communication. Jamais, depuis la démocratisation d'Internet, on a connu autant de mythes : nous vivons désormais sous la tyrannie des « fake news ».

Le sociologue Gérald Bronner est un optimiste, avec cet ouvrage, il nous explique comment ne pas nous laisser tromper par nos propres sens et intuitions.




Fact-checking vs fake news de Laurent Bigot, chez INA


A compter des années 2000, de plus en plus de médias se sont dotés de rubriques dites de "fact-checking" afin de vérifier la véracité de propos tenus par des responsables politiques dans la sphère médiatique et à l'ensemble des informations suspectes véhiculées dans l'espace public.
Cet ouvrage décrypte comment ces médias ont cherché à valoriser une démarche journalistique crédible. A travers ce parcours, c'est in fine la nécessité impérieuse d'une véritable politique d'éducation aux médias pour le grand public qui transparaît.

Les journalistes face aux réseaux sociaux de Valérie Jeanne Perreier, chez MKF


Les hommes politiques se sont emparés de Facebook, Twitter, Instagram ou encore Snapchat. Une situation délicate pour les journalistes dont le métier consiste à analyser et enquêter, et pas uniquement commenter ou diffuser des opinions de personnalités politiques.

Les réseaux sociaux se présentent comme de merveilleux outils d’expression démocratique et de diffusion de l’information mais ils contribuent aussi à la perte de confiance des citoyens dans les médias et dans les politiques.

Spécialiste des transformations des métiers du journalisme, l'autrice apporte un éclairage documenté et critique sur un sujet brûlant à l’heure d’une reconfiguration de la vie numérique et politique des citoyens.




The incredible Nellie Bly de Luciana Cimino, chez Abrams ComicArts

La biographie de roman graphique raconte l'histoire de Nellie Bly à travers Miriam, une étudiante fictive à la Columbia School of Journalism en 1921. En interviewant la célèbre journaliste d'investigation, Miriam découvre les aventures les plus sensationnelles de Bly...




Sociologie de Rennes, sous la direction de Thibault Tellier et Romain Pasquier, éditions La Découverte


Rennes est devenue l’une des villes françaises les plus dynamiques. Elle est généralement plébiscitée dans les sondages pour son art de vivre. Depuis 1990, Rennes Métropole représente la cinquième plus forte croissance démographique de France. Elle accueille chaque année plus de 5 000 nouveaux habitants, des étudiants ou de jeunes professionnels dans leur majorité. Moteur de la croissance régionale, dotée d’infrastructures et d’équipements de prestige, elle joue désormais dans la cour des capitales régionales les plus attractives dans la compétition territoriale hexagonale.
Quels sont les ressorts politiques, sociaux, culturels et économiques d’un tel développement ? Cet essor menace-t-il le « modèle rennais », fait d’équilibre entre croissance productive et solidarité sociale et territoriale ? Quels sont les enjeux à venir pour une capitale régionale désormais à une heure et demie de Paris ?

Ce livre entend apporter une contribution au débat public sur l’originalité et la persistance ou non du modèle rennais.


Podcast Ouest France




Chroniques rennaises : 2008-2014 : le mandat de Daniel Delaveau de Dominique Le Tallec, éditions Apogée


Daniel Delaveau est élu maire de Rennes le 21 mars 2008. Fidèle à l’héritage d’Edmond Hervé et aux valeurs de solidarité, il apportera sa détermination dans la poursuite de la « métamorphose de Rennes ». Couvent des Jacobins, EuroRennes, rénovation du centre ancien, quartier de la Courrouze, autant de chantiers qui s’ajoutent à la deuxième ligne de métro. Avec une action très volontariste sur le logement, la ville se reconstruit sur elle-même et les « formes urbaines » se diversifient. Infatigable militant de l’intercommunalité, il défendra le statut de métropole au service de toute la Bretagne et développera les coopérations avec les villes de l’ouest, notamment Nantes et Saint-Malo.
Dominique Le Tallec, son directeur de cabinet, propose quelques clefs pour saisir cette période en évoquant l’effervescence qui fait la qualité de vie et la qualité de ville.





Edmond Hervé, 30 ans pour une ville de Thibaut Boulais et Anne Chevrel






Un Acte de foi : trente ans au service de la cité de Henri Fréville, éditions Sepes





Une pièce en trois actes, un film de Alain Latimier et Bruno Le Roux


Pendant l'occupation, des jeunes comédiens de Rennes ont, sans le savoir, frappé les trois coups de la décentralisation dramatique. Du Centre dramatique de l'Ouest à l'actuel Centre européen de Production Théâtrale et Chorégraphique en passant par la Maison de la Culture, cette chronique illustre comment la décentralisation théâtrale en Bretagne, au-delà des hommes, des ombres et des lumières, a été exemplaire.


Une aventure rennaise de Jacques Lescoat, éditions FinisterrE


Secrétaire général adjoint de la ville de Rennes entre 1979 et 1987, Jacques Lescoat raconte l'aventure d'un géographe au sein de l'administration municipale. Et la « renaissance » du centre.


Podcast de Radio Laser




Rennes, Le Blosne : du grand ensemble au vivre ensemble de André Sauvage, éditions Presses Universitaires de Rennes


Le Blosne, y vivent aujourd'hui près de 20 000 habitants. Le livre d'André Sauvage en raconte l'histoire, en trois moments principaux. Le Blosne fût d'abord une campagne, que l'on visite en compagnie des habitants des fermes, du manoir et du château de Bréquigny.
Avec l'arrivée de Citroën vient le bouleversement : moment des chantiers de construction, des ruptures radicales opérées par une Zup sud lancée au milieu des années soixante. Le temps des fondations, le temps des "pionniers"... S'amorce alors la constitution d'une cité animée par des diversités culturelles, des conflits et des dynamiques associatives. Mais changée bientôt par l'arrivée du métro...




Rennes au XIXe siècle : architectes, urbanisme et architecture de Jean-Yves Veillard, éditions du Thabor




Rennes, la ville archipel de Jean-Yves Chapuis et Jean Viard, éditions de l'Aube


Jean-Yves Chapuis a construit la politique urbaine de Rennes. Répondant au sociologue Jean Viard, spécialiste de l’aménagement du territoire, il nous parle de la conception de la ville archipel, devenue non plus un refus de la ville mais un essai d’inventer la ville et de tenir compte du fait que la ville n’est pas figée.
La notion de ville archipel étant une notion sans cesse en évolution, l'auteur invite à construire un récit politique donnant une vision urbaine à nos concitoyens, incluant les questions d'agriculture, de développement durable, d’énergie, des nouvelles formes urbaines, d'économie, d'éducation…




Les femmes s'en vont en lutte ! : histoire et mémoire du féminisme à Rennes (1965-1985) de Patricia Godard et Lydie Porée, éditions Goater


Cet ouvrage se veut à la fois hommage aux militant.e.s des années 1960-1970-1980, outil de réflexion pour les féminismes contemporains et contribution à la recherche en histoire du féminisme et des mouvements sociaux.
Basées tant sur des témoignages d’actrices et d’acteurs des luttes pour l’égalité menées à Rennes pendant 20 ans que sur des archives, privées et institutionnelles, les analyses présentées montrent l’importante participation des Rennais.es aux luttes féministes et à la conquête de droits pour les femmes en France.


Entretien avec Lydie Porée

Rennes, berceau de la liberté : révolution et démocratie, une ville à l'avant-garde de Michel Denis, éditions Ouest France



Rennes : intelligence d'une ville de Pascal Ory et Michel Ogier, éditions Ouest France





Changer la vie, changer la ville : Rennes 1977 de Michel Phlipponneau, éditions Breizh








Histoire de Rennes, sous la direction de Gauthier Aubert, Alain Croix et Michel Denis, éditions Presses Universitaires de Rennes


Ce livre fait l'histoire de Rennes à partir d'un autre langage, l'image. Grâce à son iconographie exceptionnelle, il fait vivre Rennes des origines jusqu'au début du XXIe siècle. Rennes qui avait tout pour être sans histoire, sauf que l'histoire en a fait une capitale, puis lui a donné un illustre Parlement. Elle a connu le plus terrible incendie d'une ville en temps de paix, elle a accueilli le procès du capitaine Dreyfus et est devenu, paraît-il, la plus petite ville dotée d'un métro...

En attendant les robots : enquête sur le travail du clic de Antonio A. Casilli, chez Seuil


L'essor des intelligences artificielles réactualise une prophétie lancinante : avec le remplacement des êtres humains par les machines, le travail serait appelé à disparaître. Si certains s'en alarment, d'autres voient dans la " disruption numérique " une promesse d'émancipation fondée sur la participation, l'ouverture et le partage.
Les coulisses de ce théâtre de marionnettes (sans fils) donnent cependant à voir un tout autre spectacle. Celui des usagers qui alimentent gratuitement les réseaux sociaux de données...






Géopolitique de l'intelligence artificielle : comment la révolution numérique va bouleverser nos sociétés de Pascal Boniface, chez Eyrolles


Qu'est-ce que l'IA ? Quel enjeu pour l'emploi ? La souveraineté appartient-elle désormais aux GAFA ou bien est-ce au contraire une opportunité pour les citoyens de s'émanciper ? Quelles conséquences géostratégiques ? Autant de questions de fond que cet ouvrage vient éclairer de façon accessible, concise et pédagogique.






Twitter et les gaz lacrymogènes : forces et fragilités de la contestation connectée de Zeynep Tufekci, chez CAE éditions


Les mouvements sociaux à travers le monde utilisent massivement les technologies numériques. Zeynep Tufekci était présente sur la place Tahrir et en Tunisie lors des printemps arabes, à Istanbul pour la défense du parc Gezi, dans les rues de New York avec Occupy et à Hong-Kong lors du mouvement des parapluies. Elle y a observé les usages des téléphones mobiles et des médias sociaux et nous en propose ici un récit captivant.



La smart city en 10 questions : comprendre les nouveaux enjeux numériques urbains de Sarah Emmerich, chez Territorial éditions


L'expression smart city porte en elle les nombreuses promesses de la ville de demain : il ne s'agit plus seulement de construire une ville hyperconnectée, réactive, efficace, «responsive» ; il faut également répondre aux immenses enjeux de l'indispensable transition énergétique, de la révolution écologique. Très logiquement, la smart city vise à devenir une green city. Pour comprendre les évolutions à l'œuvre sur le territoire urbain, il faut appréhender les enjeux de la nouvelle ère digitale, comprendre la logique des réseaux et se saisir de la question de la donnée.



Djihad 2.0 de Olivier Toscer, chez Doc and film


A travers une maîtrise sans faille des réseaux sociaux et la production à la chaîne de vidéos ultra-violentes, truffées d'effets spéciaux et montées comme des clips de rap, les terroristes de l'organisation "Etat islamique" (ou Daesh) martèlent leur message de haine. Pourquoi en si peu de temps, Internet est-il devenu une sorte d'agence de voyage vers le djihad armé ? Qui sont ces redoutables cyber-recruteurs des réseaux terroristes ? Peut-on lutter contre ces mécanismes d'embrigadement ? Qu'ils soient chercheurs en géopolitique, psychologues, spécialistes du renseignement ou de la communication de crise, les meilleurs experts du cyber-terrorisme décryptent les tenants et les aboutissants de ce djihad virtuel.



Mémoires vives de Edward Snowden chez Seuil


En 2013, un jeune homme de 29 ans surprend le monde entier en quittant la communauté du renseignement et en révélant que le gouvernement des États-Unis poursuit le projet secret de collecter toutes nos conversations téléphoniques, nos textos et nos emails. Ils veulent établir un système de surveillance de masse sans précédent, capable de s'infiltrer dans la vie privée de chaque personne sur la planète.






La vie algorithmique : critique de la raison numérique de Eric Sadin, chez L'échappée


Ce livre examine, en s’appuyant sur une foultitude d’exemples, la quantification et la marchandisation intégrales de la vie qui s’instituent, soutenues par l’industrie du traitement des données, aujourd’hui dotée d’un pouvoir qui perturbe nombre d’acquis démocratiques fondamentaux.
Avec une rare lucidité et une écriture d’une précision clinique, Éric Sadin dévoile les impensés, analyse les processus en cours, dresse une cartographie détaillée des forces à l’œuvre… Observations et réflexions qui dessinent une nouvelle condition humaine, et en appellent à la politisation des enjeux induits par la puissance toujours plus totalisante détenue par les systèmes computationnels.



Apocalypse cognitive de Gérald Bronner, chez PUF


Jamais, dans l’histoire de l’humanité, nous n’avons disposé d’autant d’informations et jamais nous n’avons eu autant de temps libre pour y puiser loisir et connaissance du monde. Le déferlement d’informations a entraîné une concurrence généralisée de toutes les idées, une dérégulation du « marché cognitif » qui a une fâcheuse conséquence : capter, souvent pour le pire, le précieux trésor de notre attention. Nos esprits subissent l’envoûtement des écrans et s’abandonnent aux mille visages de la déraison.


Le monde qui vient ou comment reprendre le contrôle sur les technologies de Christophe Victor, chez Plon


Pour la première fois, l'homme a à sa portée la capacité de manipuler la matière à l'échelle atomique, de modifier génétiquement des êtres vivants, d'augmenter son potentiel physique et cognitif... jusqu'à modifier les lois de la nature et l'essence même de l'être humain. L'auteur analyse comment ces mutations technologiques bouleverseront demain notre environnement, notre consommation, notre travail, nos démocraties, notre santé...
Pour le meilleur ou pour le pire ? Cet ouvrage esquisse des propositions pour le bâtir, pour que le monde qui vient ne soit pas pire que le monde que nous quittons.



Cybermonde, la politique du pire de Paul Virillo, chez Textuel


S'insurgeant contre le fantasme de la démocratie virtuelle, l'auteur lance ici un véritable appel à la résistance. Il réfléchit à haute voix sur les conséquences morales, politiques et culturelles de l'accélération du temps mondial, le cybermonde.


City booster de Patrick Ropert, chez Débats publics


Les mégalopoles qui structurent le quotidien de la vie de l'humanité naissent, grandissent, et préparent notre avenir. Dans ce foisonnement, les gares seront les centres nerveux des villes de demain. Sans gare, la cité ne pourra se développer harmonieusement. Hubs du futur, point de ralliement, de croisement et de rencontre de toutes les populations, sans exclusion, réconcilieront la mobilité avec le bien-être, la ville avec ses quartiers et périphéries, en favorisant le développement économique, en replaçant l'environnement au coeur de la cité et en conciliant la sphère digitale et le monde physique.
Le XXIe sera celui de la mobilité voulue, et du développement des mégalopoles connectées, au sein de cités elles-mêmes interconnectées. Le siècle des gares est arrivé.


Regardez l'iterview de l'auteur sur TVR




Métropoles mobiles, défis institutionnels et politiques de la mobilité dans les métropoles françaises, chez Presses Universitaires de Rennes


La plupart des grandes agglomérations françaises sont devenues des métropoles reconnaissant ainsi une réalité à l'oeuvre depuis plusieurs décennies, territoires aux tensions très fortes du fait des pratiques de mobilité, en leur sein, comme à leur périphérie.
Comment peuvent se faire écho les nouvelles échelles de gestion politique de ces mobilités et les pratiques sociales ? Plusieurs territoires confrontés à ces questions sont ici observés : situation parisienne, Brest ou des territoires ruraux polarisés par des centres urbains pourtant distants, pour lesquels l'automobilisme joue toujours un rôle majeur.




Motilité et mobilité : mode d'emploi de Vincent Kaufmann, Emmanuel Ravalet, Élodie Dupuit


Le Laboratoire de sociologie urbaine de l'EPFL défend une approche originale de la mobilité consistant à analyser les dispositions de la population en la matière et le passage à l'acte de se déplacer, plus que les déplacements proprement dits. Ainsi, chaque personne ou groupe se caractérise par des propensions plus ou moins grandes à se mouvoir, propensions approchées à partir de la notion de « motilité ».
Initialement développées en 2002, la motilité et la conception de mobilité qui lui est associée ont connu un écho scientifique important. Cet ouvrage tire le bilan des travaux qui ont utilisé cette notion, afin de démontrer son utilité sur les plans théorique et empirique et de mettre en évidence les étapes à franchir pour en faire un concept scientifique et un outil opérationnel stabilisé.

Regardez l'nterview de l'auteur


Nouvelles idéologies urbaines, dictionnaire critique de la ville mobile, verte et sûre de Hélène Reigner, Thierry Brenac et Frédérique Hernandez, chez Presses Universitaires de Rennes


Peut-on se fier aux adjectifs-sésame tels que vert, citoyen, éco-responsable, propre, civilisé, doux ou apaisé qui qualifient les politiques contemporaines ? Cet ouvrage rassemble des points de vue critiques et documentés autour d'une trentaine de slogans, notions et outils techniques relatifs à la mobilité urbaine durable en insistant sur les implications sociales et politiques de leur usage et la complexité de leurs effets. Son ambition est de nourrir les réflexions et le travail d'argumentation, de rendre visible des controverses, d'ouvrir des débats, de politiser au sens noble du terme les objets contemporains de la mobilité durable.


Consultez le replay du colloque


Ars mobilis, repenser la mobilité comme un art. Vers une nouvelle économie du mouvement de Georges Amar, chez Fyp éditions


Face aux enjeux considérables, résumés sous le terme général de « soutenabilité » (environnementale, économique, sociale), l’erreur serait de croire que nous trouverons les solutions de demain dans les paradigmes d’hier. Pour stimuler vraiment la recherche, l’innovation, l’évolution créatrice, il faut maintenir ouvert le concept même de mobilité.

Georges Amar propose un travail de prospective et porte un regard inédit et riche de sens en considérant la mobilité comme un art : l’art d’une ville vivable et vivace.






Le pouvoir de la pédale, comment le vélo transforme nos sociétés cabossées ? de Olivier Razemon, chez Rue de l'échiquier


Le vélo est un moyen de transport rapide, fiable, bon marché, sain, peu consommateur d'espace, économe en énergie et non polluant. Pour les distances comprises entre 500 mètres et 10 kilomètres, il constitue souvent le mode de déplacement le plus efficace, le plus bénéfique pour la société et aussi le plus agréable. De nombreux usagers, ainsi que certains décideurs, semblent avoir pris conscience de ces atouts innombrables. Mais lorsqu'on présente la bicyclette comme un moyen de transport amené à se développer, on assiste à une levée de boucliers : le vélo devient soudain « véhicule du pauvre », « instrument difficile à manier » ou « talisman écologique pour bourgeois rêveur ».
Avec cet essai « poil à gratter », Olivier Razemon livre un vibrant plaidoyer pour une transition cyclable.


Lire une chronique de l'auteur




Trams du ciel. Atlas mondial des téléphériques et autres transports urbains à câble. Funiculaires, ascenseurs, minimétros de Jean-Robert
Mazaud, chez La Découverte


Cet atlas mondial du transport à câble en milieu urbain est d’abord une invitation à des voyages extraordinaires auteur de la Terre. C’est aussi un inventaire géographique de situations spécifiques liées à l’éloignement ou au désordre des villes (recherche des trajectoires directes, survol d cités encombrées, franchissement d’infrastructures routières ou ferroviaires, traversées de paysages naturels ou artificiels). Il épouse un sujet contemporain mais il est aussi un support de rêverie, de fiction ou d’utopie, un témoignage de la richesse des lieux et de la créativité des architectes et des ingénieurs.





Rennes à l'heure des nouvelles mobilités, dans Place publique, n° 29, mai-juin 2014


Télécharger le dossier

L'odyssée électrique de Rémy Fernandes-Danré et Amsky Anir, chez Elytis

Trois roues, trois amis, cent vingt jours, vingt mille kilomètres et seize pays traversés ; les données chiffrées de L'Odyssée électrique augurent une aventure pleine de rebondissements. Fraîchement sortis de leurs études, les comparses Karen, Ludwig et Rémy entreprennent une chevauchée singulière : relier en quatre mois la capitale de la Thaïlande à Toulouse, en tuktuk électrique. Baptisé "The Pilgreens", le projet a pour ambition de mettre la jeunesse à l'épreuve en se mobilisant autour des enjeux climatiques avec abnégation face aux difficultés, mais aussi de promouvoir le réel potentiel de la mobilité électrique.






Kilometre Zéro, une épopée ferroviaire de Piatzszek et Bossard chez Bamboo éditions


Nicolas Koechlin, l’homme le plus riche d’Alsace, se lance dans un projet fou : la construction de la plus grande ligne de train internationale de l’époque : le Strasbourg/Bâle.

En ces années 1830, le train n’en est qu’à ses balbutiements. Nicolas va relever ce défi avec son courage, sa générosité, mais aussi sa rouerie et sa folie.

Cette grande aventure ferroviaire bouleversera le destin des Koechlin, mais aussi celui de toute la ville de Mulhouse et d’une région, l’Alsace.





Rennes, les vies d'une ville, catalogue de l'exposition au Musée de Bretagne, du 20 octobre 2018 au 25 août 2019, éditions Presses universitaires de Rennes


Accompagnant l'exposition éponyme, ce livre constitue une synthèse pluridisciplinaire des connaissances sur l'histoire de la transformation de la ville, de sa création jusqu'à aujourd'hui, notamment à partir des fouilles effectuées. L'ouvrage croise études archéologiques, analyses historiques et sociologiques pour comprendre les mutations urbaines à l’œuvre et nous invite à poser un nouveau regard sur l'histoire de Rennes et son évolution urbaine, de la période gallo-romaine à l'époque contemporaine et à nous approprier cet héritage commun.


Interview de Manon Six


Sociologie du journalisme d'Erik Neveu, chez La Découverte


Suspectés de « faire l’opinion », d’être trop proches des puissants ou au contraire sans cesse négatifs, les journalistes exercent une profession chahutée. Un exercice salutaire du droit de critique exige de comprendre la réalité du travail quotidien d’un métier de plus en plus éclaté selon les médias, statuts et titres. Cet ouvrage propose à qui veut saisir le quotidien du travail journalistique un état des recherches internationales et un ensemble de pistes de réflexion.