Want to make creations as awesome as this one?

Transcript

De quels droits?

Oeuvre intégrale : Olympe de Gouges, Déclaration des Droits de la Femme et de la Citoyenne

Parcours associé : Ecrire et Combattre pour l'égalité
Objet d'étude : La littérature d'idées du XVIe au XVIIIe siècles

début

SéqueNce 4

INDEX

I.L'ancien régime:
le royaume des inégalités

II. Les règnes agités du XVIIIe siècle

III. Le siècle des Lumières

IV. La révolution française et ses conséquences

V. La situation des femmes après la révolution

VI. Olympe de Gouges, Une femme au temps de la révolution

VII. La DDFC

Partie 1

I. L'ancien régime, royaume des inégalités

Premier rappel historique : retour sur la société inégalitaire d'Ancien Régime qui a abouti à la Révolution française

LOREM IPSUM

A. Une société d'ordres

  • 3 ordres distincts
  • Le 3e est au service des 2 premiers

+ info

+ info

B. Et pour les femmes, c'est encore pire.

Comme dans le Tiers-Etat

Dans les classe privilégiées

Tenues à l'écart des fonctions de pouvoir, des académies des sciences et des Arts.

Seules quelques exceptions deviennent savantes ou artistes reconnues.

Aucun droit sauf quand elles deviennent veuves.

Considérées comme "naturellement" inférieures à l'homme et trop émotives

Comme dans la noblesse, elles sont "mineures" : aucun droit

Seuls les hommes prennent des décisions pour la famille.

La force physique étant nécessaire pour le travail paysan, à nouveau

elles étaient considérées comme naturellement inférieures.

Peu de sources cpdt.

partie 2

II. Les règnes agités du XVIIIe siècle

Le "siècle des Lumières" commença dans la prospérité pour finir dans le sang

+ info

+ info

Le règne de Louis XV

Pour les classes aisées,
la prospérité...

... possible par l'exploitation du peuple & des esclaves

Régence + règne de Louis XV = période de croissance éco, qui profite surtout à la noblesse et au clergé.

Paysans en métropole comme esclaves dans les colonies étaient exploités au profit des nobles.

Le règne de Louis XV

L'effritement de l'autorité royale

D'abord surnommé "Le bien aimé", Louis XV voit sa popularité & son autorité sombrer à cause de sa vie privée

+ info

Le roi est fortement influencé par ses Maîtresses, notamment Mme de Pompadour, qui place ses proches à de hautes responsabilités. Le roi apparaît alors comme faible

Le règne de Louis XVI

Un royaume en crise

Les années 1770 & 1780 sont marquées par des crises économiques, frumentaires ( = mauvaises récoltes), institutionnelles ainsi que par des affaires mettant en cause la reine.

Le royaume est en banqueroute, et roi est forcé de convoquer les Etats généraux,

+ info

Les gouvernements successifs échouent à redresser la situation. Une réforme de l'Etat devient nécessaire.

partie 3

III. Le siècle des Lumières

Le XVIIIe est traversé par un courant de pensée qui va trouver son aboutissement dans les idéaux révolutionnaires.

LOREM IPSUM

LES LUMIERES, UN MOUVEMENT EUROPEEN

David Hume - Écosse

Adam Smith - Écosse

John Locke - Angletterre

J. J. Rousseau - Suisse

Carl von Linné -
Suède

Emmanuel Kant -
Prusse ( = Allemagne)

Cesare Beccaria -
Italie

De nombreux auteurs n'étaient pas français

Lorem ipsum dolor sit amet consectetuer adipiscing

Lorem ipsum dolor sit amet consectetuer adipiscing

Lorem ipsum dolor sit amet consectetuer adipiscing

Lorem ipsum dolor sit amet consectetuer adipiscing

les combats des lumières

Pour les Lumières, l'absolutisme royal n'est pas un bon système : ils préfèrent un système plus libéral, qui va de la monarchie parlementaire comme en Angleterre, à la république. La séparation des pouvoirs est le seul moyen d'avoir un système équilibré.

Si les Lumières n'étaient pas contre la religion (seul Diderot évolue vers le rejet de la religion), les Lumières ont pour la plupart combattu pour la tolérance religieuse (notamment Voltaire), et la fin de l'emprise de l'Église sur la vie.

CONTRE L'ABSOLUTISME

CONTRE L'OBSCURANTISME

+ info

La religion guidait vraiment tous les aspects de la vie. De plus, même si la plupart des avancées scientifiques avaient été le fait de croyants voire d'hommes d'Église, l'inadéquation entre les nouvelles découvertes et les textes religieux, ainsi que le refus par l'Église de la transmission de ces connaissances) ont rendu l'opposition entre l'Église et les Lumières inévitable.

Les lumières

Les Lumières & les sciences

On l'oublie, mais les Lumières n'é-taient pas que des philosophes : des lois fondamentales de la physique comme celle de la conservation de la masse ont été trouvées à cette époque, de même que les principes de classification des espèces pour les sciences naturelles. C'est aussi durant ce siècle que Coulomb énonce ses lois pour l'électricité, et que Benjamin Franklin effectue ses expériences.

+ info

Les Lumières étaient aussi des scientifiques

Bien entendu, certaines des idées des Lumières sont aujourd'hui périmées, ne serait-ce que le concept de races selon Linné, ou la croyance selon laquelle le savoir éloigne de la barbarie : le XXe siècle a montré les limites de cette idée.

les lumières

Les auteurs majeurs

+ info

+ info

+ info

+ info

Montesquieu

Le théoricien de la séparation des pouvoirs.

Voltaire

Le champion de la tolérance.

Rousseau

L'Homme est bon par nature, c'est la civilisation qui le corrompt.

Diderot

Le coordinateur de l'Encyclopédie.

  • Charles-Louis de Secondat, Baron de la Brède et de Montesquieu, 1689 - 1755.

  • Est très instruit et s'intéresse rapidement aux sciences et à la philosophie.

  • Un homme qui voyage

  • Une oeuvre en partie tournée vers l'Histoire et la politique

  • Oeuvre importante Lettres Persanes, roman épistolaire (1721) & L'esprit des Lois, essai (1748)


  • Dates : 1694 – 1778

  • Nom complet : François Marie Arouet Le Jeune (orthographe latine, où « j » et « u » n'existent pas » : Arovet Le Ieune → Arovet L I → anagramme de Voltaire)

  • Issu d'une famille de petite noblesse de robe

  • connaît rapidement le succès au théâtre (Oedipe, 1718)

  • Est emprisonné à la Bastille (c'était vu comme un titre de gloire dans le milieu philosophique à l'époque), et doit s'exiler en Angleterre, où la liberté relative l'impressionne et le marque à vie. Il y découvre aussi les avancées en physique de Newton, qu'il traduira en français.

  • Après retour en Prusse, repart chez l'Empereur Frédéric II de Prusse ; admire le « Despote éclairé » (qui utilise absolutisme pour introduire les idées des Lumières dans son pays), avant de se brouiller avec lui.

  • Fréquente beaucoup les philosophes, participe à L'Encyclopédie, mais ne s'entend pas avec Rousseau.


Sur le plan religieux, Voltaire se présente comme "déiste" : pour lui, Dieu existe, mais ne se préoccupe pas de ce que font les Hommes.

  • Son grand combat : la tolérance (à travers la liberté d'expression et la liberté religieuse, cf affaire Callas, où il défend un protestant accusé à tort d'avoir tué son fils converti au catholicisme). Il exprime également son horreur pour le châtiment subi par le Chevalier de La Barre, jeune homme torturé et exécuté pour des actes d'impiété (non-respect de la religion).


  • A cause de ses nombreux écrits polémiques, ne peut plus rentrer en France, doit s'installer en Suisse (il peut acheter des propriétés grâce entre autres à ses succès littéraires tels que Candide en 1759 ou L'Ingénu en 1767, mais aussi parce qu'avec un ami mathématicien, il a réussi à tricher à loterie d'État.)

  • Jouit d'un immense prestige, après la Révolution qui s'inspire des idées des Lumières, sa dépouille est transférée au Panthéon.

1712 - 1718

Né en Suisse à Genève.

Milieu d'origine plus modeste que les autres.

Fut un des inspirateurs des idées de la Révolution :

- S'intéresse aux inégalités, notamment dans le Discours sur l'Origine de l'inégalité parmi les Hommes (1755) ; il y expose l'idée (présente déhà chez d'autres philosophes dont il s'inspire) que t l"Homme comme naturellement bon, mais corrompu par la société. Oeuvre lui permet d'acquérir vraie célébrité, même hors du milieu philosophique.

- Voit également la liberté comme inaliénable (ne peut être enlevée), idée qu'il dvlpe dans sa plus célèbre oeuvre, Du Contrat Social (1762).

- Participe à l'Encyclopédie, mais au cours de sa vie se brouille avec plusieurs des philosophes (la détestation mutuelle avec Voltaire devient célèbre).

- Dans son oeuvre Emile ou de l'Education, se penche sur la question de l'éducation dans le cadre de l'a bonté naturelle de l'Homme (mais ne s'occupe que de l'éducation des garçons, son point de vue sur l'éducation des filles, et sur les femmes en général, serait aujourd'hui qualifié de sexiste, voire misogyne.)

- Exrit un roman épistolaire, La Nouvelle Héloïse.

- Se livre dans une autobiographie, Les Confessions.

Biographie : voire la séance sur l'extrait du Supplément au Voyage de Bougainville.

Partie 4

La Révolution française et ses conséquences

L'oeuvre étudiée est le fruit de la Révolution française, sur laquelle il convient de revenir.

Repères chronologiques

1774 -1789 :

Règne de
Louis XVI
(monarchie
absolue)

1748

+ info

Lorem ipsum dolor sit amet consectetuer adipiscing

+ info

Lorem ipsum dolor sit amet consectetuer adipiscing

1795

1789

1790

1791

1793

1792

Naissance
d'Olympe
de Gouges

14 juillet : Prise de la Bastille
4 août : Abolition des
droits féodaux
26 août: DDHC

14 juillet : fête
de la Fédération

Suppression des
droits d'aînesse
et de masculinité
Ratification de la
Constitution

Proclamation de
la République
Mariage civil
Divorce par con-
sentement
mutuel

DDFC

Louis XVI & Marie-Antoinette
guillotinés
Début de la
"Terreur"

Fin de la "Terreur"

OdG guillotinée

1789 : début de la Révolution

1795 : début du Directoire
(jusque 1799, puis Consulat)

1792 - 1795 : Convention

1792 - 1804 : 1re République

1791 - 1792 :Règne de Louis XVI
(monarchie constitutionnelle)

1789 - 1791 : Assemblée constituante

Partie 4

Ce que la Révolution a changé

  • Egalité devant la loi (pour les hommes)
  • Droit de vote (pour les hommes, puis les hommes riches à partir de 1795)
  • Egalité fiscale
  • Souveraineté de la Nation / fin des 3 ordres
  • Abolition de l'esclavage (jusque 1802)

  • Constituion civile du clergé & culte de l'Être Suprême (jusque 1794)
  • Supression des corporations
  • Réorganisation & unification du territoire
  • Nouveau système de poids & mesures

Partie 4

Des changements qui ne profitent pas à tous

  • La bourgeoisie est la principale bénéficiaire de la Révolution.
  • En plein essor depuis plusieurs décénnies, elle remplace ou se mêle à la noblesse dans les hautes sphères.

  • Les femmes restent les principales oubliées.
  • Les années 1793-94 sont marquées par de nombreuses violences.

partie 5

V. La situation des femmes pendant la Révolution

La Révolution française est souvent présentée au masculin.

partie 5

Un rôle très actif

La part prise par les femmes pendant la Révolution fut importante:

  • Marche sur Versailles qui ramène le roi à Paris
  • Participation aux émeutes et mouvements (écrivent dans les cahiers de doléance)
  • Nombreux clubs, sociétés & salons composés de femmes
  • Rôle actif également dans le camp contre-révolutionnaire

Quelques avancées

  • Droit au divorce par consentement mutuel
  • Égalité dans les droits de succession

  • Égalité entre époux
  • Mêmes droits que les hommes pour la participation aux assemblées de partage des biens communaux.

une révolution inégalitaire

  • Aucun droit civil
  • Exclusion des fonctions de direction
  • Interdictions des clubs & sociétés de femmes. (1793)

  • Interdiction d'assister aux séances de l'Assemblée (1794)
  • Interdiction de porter le pantalon (oui vous avez bien lu)
  • etc.

partie 6

VI. Olympe de Gouges, une femme dans la Révolution

Notre autrice est une des figures féminines de la Révolution, qui s'est finie tragiquement pour elle.

Partie 6

Olympe de Gouges

Marie Gouze (1748 - 1793)

  • Issue de la petite bourgeoisie de province.
  • P-ê fille adultérine d'un noble.
  • Éducation assez rudimentaire.
  • Mariée à 17 ans à un boucher qui en a 47 et qu'elle n'aime pas.
  • Veuve & mère à 18 ans.
  • Refuse de se remarier pour garder son idpdce.

Partie 6

La naissance d'une autrice engagée

  • Monte à Paris, rejoint son amant mais ne l'épouse pas.
  • Prend pseudo inspiré du prénom de sa mère, modifie nom de famille et ajoute particule.
  • Dramaturge, elle s'engage à travers ses pièces & ses fréquentations pour l'abolition de l'esclavage.
  • Ecrits discours & lettres en faveur d'une action contre la misère.
  • Premiers écrits féministes pour l'éducation des femmes, contre les mariages forcés, etc.

Partie 6

Une révolutionnaire modérée

  • Plutôt du côté des modérés (Girondins) que des Montagnards, plus radicaux
  • S'oppose notamment à Robespierre à partir de la fin 1792
  • Favorable à une monarchie constitutionnelle plutôt qu'à une république.
  • Favorable à un état fédéraliste plutôt que centralisé (Jacobin)

partie 6

Victime des excès de la Terreur

Accusée d'être contre-révolutionnaire, elle est arrêtée après la chute des Girondins, accusée d'injures contre les représentants du peuple et d'anti-républicanisme, jugée puis guillotinée.

Partie 6

La postérité : une reconnaissance tardive

  • Tombe dans un relatif oubli après sa mort, notamment en France.
  • Ne devient sujet d'étude qu'après la 2e GM.

  • DDFC éditée intégralement slmt en 1986.
  • Devient une figure du 1er plan du féminisme à la fin duXXe.
  • Depuis XXIe, oeuvre à son sujet se multiplient, devient même autrice étudiée au bac.

Partie 7

La Déclaration des Droits de la Femme & de la Citoyenne

L'oeuvre étudiée, par sa nature, se situe au croisement de plusieurs genres.

Un texte inclassable

Composé de plusieurs éléments disparates, le texte trouve paradoxalement dans sa multiplicité une forme d'unité.

partie 7

Une réécriture

  • Le titre comme la forme du texte, composé d'un préambule, et d'articles a la forme d'un texte juridique.
  • Le titre comme le contenu du texte renvoient directement à la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen.
  • Le style du texte est pleinement juridique.

  • Cette réécriture n'est pas simplement une copie : l'autrice y a placé des ajouts, aussi bien dans les articles que de nouvelles parties comme le postambule ou l'apostrophe à l'homme.
  • Le contrat de mariage, à la fin du texte, est un second texte juridique.

Partie 7

Un texte argumentatif

  • Voulant démontrer la nécessité d'une égalité de droits entre femmes et hommes, la déclaration appartient au genre argumentatif.
  • En tant qu'argumentation directe, nous pouvons y trouver tous les procédés stylistiques habituels de l'argumentation.

  • Par ses adresses à l'homme, de manière directe (l'apostrophe initiale) ou indirecte, il s'agit d'un discours.
  • Les hommes semblent être les destinataires principaux du texte.
  • La reine Marie-Antoinette est cpdt la dédicataire du texte.

HOMME, es-tu capable d’être juste ? C’est une femme qui t’en fait la question ; tu ne lui ôteras pas du moins ce droit. Dis-moi ? Qui t’a donné le souverain empire d’opprimer mon sexe ? Ta force ? Tes talents ? Observe le créateur dans sa sagesse ; parcours la nature dans toute sa grandeur, dont tu sembles vouloir te rapprocher, et donne-moi, si tu l’oses, l’exemple de cet empire tyrannique.
Remonte aux animaux, consulte les éléments, étudie les végétaux, jette enfin un coup d’œil sur toutes les modifications de la matière organisée ; et rends-toi à l’évidence quand je t’en offre les moyens ; cherche, fouille et distingue, si tu peux, les sexes dans l’administration de la nature. Partout tu les trouveras confondus, partout ils coopèrent avec un ensemble harmonieux à ce chef-d’œuvre immortel.
L’homme seul s’est fagoté un principe de cette exception. Bizarre, aveugle, boursouflé de sciences et dégénéré, dans ce siècle de lumières et de sagacité, dans l’ignorance la plus crasse, il veut commander en despote sur un sexe qui a reçu toutes les facultés intellectuelles ; il prétend jouir de la Révolution, et réclamer ses droits à l’égalité, pour ne rien dire de plus.

partie 7

Un texte pamphlétaire

  • L'adresse qui précède le texte proprement dit est au registre polémique.
  • Les invectives sont nombreuses.
  • Le tutoiement montre une volonté de mettre sur un même pied d'égalité les 2 sexes.

  • L'homme est présenté comme un tyran.
  • L'homme est présenté comme un monstre.
  • L'homme est fortement incité à se remettre en question à travers les nombreux impératifs.

Au boulot les feignasses !