Want to make creations as awesome as this one?

Transcript

Je ne te permets pas de critiquer l'illustre puissance qu'était la Navarre, je vais t'apprendre le respect.

La Navarre est un petit pays situé entre le sud ouest de la France et le Nord de l'Espagne. (Terres en blanc au sud-ouest) Tout petit royaume, il a quand même résisté aux grandes puissances européennes et s'est imposé, lui aussi, sur la scène européenne. Créée en 824 par les Vascons, un peuple basque, la Navarre s'est développée entre une Espagne et une France conquérantes. Malgré, l'instabilité géographique du territoire, l'influence qu'elle a eu sur ses voisins fait d'elle une puissance.


C'est quoi encore ton pays sortit de nulle part ?

Un beau jour, aux alentours de Lille....

Les PUISSANCEs

LA NAVARRE (824-1620)


Et bien, tu as tout à fait raison, la religion est un outil complexe qu'il est important de comprendre quand on parle de la Navarre, allons y !

Tout d'abord comme la période que nous couvrons principalement est très mouvementée en terme de changements religieux, il se doit de planter le décors. Jusqu'au XVe siècle l'Europe de l'Ouest est catholique. Dès 1517 avec la publication des 95 thèses de Martin Luther, le Saint Empire romain germanique abandonne petit à petit le catholicisme pour une forme de chrétienté basée uniquement sur la Bible : le luthéranisme du nom de Martin Luther. En Suisse, Jean Calvin développe sa propre version plus radicale que le luthéranisme : le calvinisme. Ces deux religions se développent également en France, en Navarre et dans le reste de l'Europe. En parallèle, Henri VIII instaure au Royaume-Uni, sa religion à lui : l'anglicanisme. Ces trois courants issus de la réforme sont regroupés sous le nom de protestantisme. La Navarre jusque là était catholique comme ses voisins. Cependant nous verrons comment les souverains sont devenus protestants et comment la Navarre est elle devenue une puissance religieuse au travers de trois figures emblématiques du pays :

-- Marguerite de Navarre (1492 - 1549)

-- Jeanne d'Albret, sa fille (1528 - 1572)

-- Henri III de Navarre (1553 - 1610)

SŇďur ain√©e du roi Fran√ßois 1er, Marguerite de Valois - d'Angoul√™me joue un r√īle important de femme de lettres √† la cour de France. Apr√®s la mort de son premier mari, elle se concentre sur les questions religieuses. Elle correspond avec des th√©ologiens, des eccl√©siastiques dont l'√©v√®que de Meaux, cr√©ateur du Cercle de Meaux qui regroupe des humanistes √©rudits et influence les autres humanistes et les √©crivains de l'√©poque. Cependant cette remise en question et discussion des textes religieux ne plait pas aux autorit√©s religieuses. Accus√©s d'h√©r√©sie, beaucoup fuient mais certains restent sur place, survivent √† la torture et aux pers√©cution et propagent la religion r√©form√©e en France. Marguerite, lorsqu'elle devient reine de Navarre en 1527, continue de soutenir les humanistes en danger en France et hors de port√©e de son fr√®re en Navarre, elle continue de prot√©ger et de diffuser les id√©es de la r√©forme notamment dans ses oeuvres litt√©raires. Elle ouvre la voix √† ses successeurs et pose la base de la puissance religieuse Navarraise

C'est dans ce contexte que grandit sa fille Jeanne d'Albret, d√®s son plus jeune √Ęge elle s'oppose au roi de France et √† sa mort se marie avec Antoine de Bourbon. En 1555, elle succ√®de √† son p√®re sur le tr√īne de Navarre et en 1560 elle devient la premi√®re reine calviniste. En 1561, elle autorise le calvinisme en Navarre et apr√®s la mort de son mari (1562), elle multiplie les mesure pour d√©velopper le protestantisme dans la r√©gion. Parmi elles, la traduction du cat√©chisme de Calvin et de textes traitant de la religion d'humanistes (ceux que sa m√®re avait prot√©g√©) en B√©arnais, la fondation d'une acad√©mie protestante, et la r√©daction de nouvelles ordonnances eccl√©siastiques. En 1568, elle prend la t√™te du parti protestant qu'elle administre lors des premi√®res guerres de religion. Elle meurt peu avant la mariage de son fils et le massacre de la saint Barth√©l√©my mais son administration accueillera en Navarre les protestants pers√©cut√©s dans toute la France. Les conditions de sa mort affaiblissant le parti protestant comme par hasard au mauvais moment serviront sa l√©gende et les d√©tracteurs de Catherine de M√©dicis. Quoi qu'il en soit, Jeanne d'Albret est une figure cl√© de la protection et de la puissance protestante de la Navarre. Elle permet √† son fils de finalement remporter les victoires militaires que nous avons mentionn√©es pr√©c√©demment.

En effet, lorsqu'il arrive sur le tr√īne apr√®s son mariage, Henri de Navarre a 18 ans et chang√© 3 fois de religion. Baptis√© catholique, il est √©lev√© selon les meurs protestantes qu'il abjure en √©pousant Marguerite de Valois pour mieux y retourner en 1576 apr√®s avoir fuit la cour de France. Moins radical que sa m√®re (qui avait √©t√© vivement critiqu√©e pour cela), il soutient diff√©rents projets plus pacifiques ne mettant aucune religion au dessus de l'autre. Malgr√© le doute les protestants d'Europe le soutiennent toujours gardant en m√©moire les pr√©c√©dentes r√©formes en leur faveur comme garantie. C'est √† ce moment l√† que, gr√Ęce √† son arm√©e protestante, Henri de Navarre prend Cahors en 5 jours sans pillage ni massacre. Plus tard, il s'affirme comme chef des protestants √† la mort du pr√©c√©dent chef et c'est gr√Ęce √† ce lien religieux entre le roi de Navarre et les milliers de protestants qu'il arrive √† r√©cup√©rer les terres rebelles apr√®s avoir h√©rit√© du royaume de France.

La religion r√©form√©e a fait de la Navarre, une puissance √† la fois religieuse, mais aussi culturelle et militaire. Ces trois g√©n√©rations de monarques ont utilis√© cette religion et la puissance de chef de parti pour influencer les autres nations comme lors du mariage d'Henri de Navarre et de Marguerite de France, o√Ļ les fran√ßais, press√©s de conclure l'union, ont accept√© presque toutes les conditions demand√©es par Jeanne d'Albret.

Tout d'abord, je me dois de souligner la puissance militaire du royaume qui, comme tu le dis, lui a permis de ne pas se faire manger (enfin pas entièrement)

Certes, la Navarre a souvent été bousculée par les nations environnantes. Mais comme vous avez pu le voir sur la carte à la page précédente, ses possessions sur le royaume de France se sont néanmoins bien étendues en fin de compte. On peut donc souligner sa puissance militaire par trois aspects :

- La resistance.

- La conquête.

- L'héritage et la pacification de la France

En premier lieu la r√©sistance, malgr√© sa petite taille et son nombre limit√© de ressources, la Navarre a su faire face aux ennemis et trouver des alli√©s quand c'√©tait n√©cessaire. Leur ind√©pendance fut proclam√© suite √† des victoires militaires contre l'arm√©e franque en 824. Ensuite, en 1212, plusieurs royaumes de la p√©ninsule ib√©rique dont la Navarre s'allient avec les crois√©s fran√ßais, allemands et italiens pour vaincre l'empire almohade lors de la bataille "de la Navas de Tolosa", bataille d√©cisive de la Reconquista. La l√©gende raconte m√™me que le roi de Navarre, aurait travers√© la derni√®re d√©fense avec une troupe sp√©cialement choisie pour sa bravoure et aurait bris√© les chaines de la r√©serve de l'√©mir Yaqub ben Yusuf. Ce serait ainsi que les chaines se seraient incorpor√©es dans les armes de la Navarre. Ces derni√®res figurent toujours sur le drapeau espagnol. M√™me si l'explication scientifique penche plut√īt pour une autre th√©orie, le fait que cette l√©gende existe et ai perp√©tu√© √† travers les si√®cles illustre que la puissance militaire de la Navarre a marqu√© ses si√®cles.

En second lieu, comme illustration du pouvoir militaire de la Navarre, on trouve la conqu√™te ou reconqu√™te des terres annex√©es. Tout au long du Moyen Age, les fronti√®res des pays de la p√©ninsule ib√©riques sont d√©finies pas la guerre et de ce fait, sont tr√®s changeantes. Mais √† la Renaissance, deux √©v√®nements ont eu lieu √† peu pr√®s au m√™me moment et les mettre en comparaison nous permettra de montrer la force conqu√©rante du futur Henri IV, √† ce moment l√† Henri III de Navarre. En effet, en 1580, il entreprend la conqu√™te de la ville fortifi√©e de Cahors, ville qui figurait dans la dot de sa femme Marguerite de Valois et que son beau-fr√®re Henri III de France refusait √† lui c√©der. C'est avec ce pr√©texte qu'il part pour une grande "chasse" comme le dit Dumas, et qu'il, apr√®s 5 jours et 5 nuits de combats acharn√©s dans lesquels le roi lui m√™me brille par son courage et sa bravoure, remporte la ville. En plus de montrer la puissance militaire de la Navarre, cette victoire est d'autant plus symbolique car elle montre la faiblesse de la France sous Henri III. C'est l√† que notre 2eme √©v√®nement arrive, en 1583, Fran√ßois duc d'Anjou, fr√®re du roi de France, tente d'attaquer et de prendre Anvers et √©choue rapidement en perdant une grande partie de ses hommes face aux habitants de la cit√© d'Anvers. On voit bien la diff√©rence d'organisation et de strat√©gie militaire des deux souverains qui, sur le m√™me type de ville (cit√© fortifi√© quasi-ind√©pendante), et avec le m√™me nombre d'hommes (~4000) conduit l'un √† la victoire et l'autre √† la fuite. On peut √©galement mentionner la bataille de Coutras qui eu lieu en 1586 et qui opposa l'arm√©e du roi de France men√©e par le duc Anne de Joyeuse √† l'arm√©e protestante d'Henri de Navarre. A forces √©gales (5000 fantassins, 1800 cavaliers des deux c√īt√©s), elle se solda par l'√©crasante victoire des protestants : 40 contre 2000 morts dont le g√©n√©ral, son fr√®re et plusieurs autres riches gentilshommes catholiques. Le g√©nie militaire du roi de Navarre fut mis en lumi√®re autant que sa cl√©mence envers les vaincus. En effet, il lib√©ra les prisonniers contre une ran√ßon, soigna les bless√©s, enterra les morts et rendit aux Joyeuse les corps des deux fr√®res.

Et en dernier lieu, il serait judicieux de revenir sur un d√©tail et pas des moindres, qui est souvent mal racont√© aux enfants. Je pense ne pas √™tre la seule √† qui on l'a faite √† l'envers. En effet, c'est le souverain de Navarre qui h√©rite du royaume de France et non l'inverse ! Souvent on associe le rattachement de la Bretagne √† la France (fait par unions matrimoniales et guerres) √† celui de la Navarre et de la France. Les deux contextes se ressemblent (guerres et mariages) mais c'est bien le roi Henri III lui m√™me, sur son lit de mort, qui reconnait Henri de Navarre comme successeur. Ce point l√† √©clairci, nous pouvons continuer. Pour ce faire, on √©largira la d√©monstration au r√®gne d'Henri IV, roi de France et de Navarre. Une fois roi, il eut √† r√©unir son pays, √† large majorit√© catholique qui ne voulait pas de lui sur le tr√īne malgr√© sa conversion. Il repris donc les armes et le chemin du champ de bataille. Apr√®s un d√©but compliqu√© d√Ľ aux h√©sitations de ses alli√©s, il bat malgr√© tout le Duc de Mayenne (chef de la Ligue catholique) √† 10 000 contre 35 000 et cette victoire lui permet d'affrimer sa souverainet√© et d'obtenir le ralliement de plusieurs grands nobles de France qui lui permet de r√©cup√©rer tout son territoire dans les ann√©es qui viennent. Elle nous montre encore la puissance militaire du souverain et de son arm√©e protestante.

Mais je comprends pas tout, qui est catholique et qui est protestant dans l'histoire, j'ai l'impression que ça change tout le temps

Très bien, mais comment a-t'elle fait pour survivre?

Attaque d'Anvers Jan Luyken - Hugo Grotius

Bataille de Coutras, gravure colorisée Frans Hogenberg

Marguerite de Navarre par Jean Clouet (~1530)

Le Massacre de la Saint Barthélémy par François Dubois


Henri IV à la bataille d'Arques (1590)

Oui oui c'est bon on a compris ton pays imaginaire c'est le plus fort...

Fin ?

En plus il est pas imaginaire mon pays ...

Laissez moi au moins vous prouver que la Navarre a laissé des traces dans notre culture aujourd'hui... C'est la meilleure partie !

Et oui ! En plus d'√™tre une puissance militaire et religieuse, la Navarre a influenc√© la diplomatie du XVIe et son mode de vie. La culture et l'h√©ritage de cette puissance sont encore transmis aujourd'hui. La diplomatie a toujours √©t√© un pouvoir important lors des questions de puissance internationale, aujourd'hui on peut la mesurer plus facilement gr√Ęce aux organisations internationales mais qu'est ce que c'√©tait la diplomatie il y a 5 si√®cles ? A ne pas confondre avec la politique √©trang√®re d'un pays, la diplomatie est l'ensemble des actions, n√©gociations et reconnaissances entre √©tats (en l'occurence) en vue de d√©finir un accord. Et ce n'est pas si r√©cent, l'une des plus vieilles diplomaties du monde est celle du Saint-Si√®ge, o√Ļ le Pape servait d'arbitre entre les nations catholiques depuis le Moyen Age. En Navarre, la diplomatie s'est alli√©e √† l'image du pays pour lui acqu√©rir le stade de puissance.

En effet, pendant toute la première moitié du XVIe siècle, les monarques précédents tentent des missions diplomatiques mais sans succès. Il faudra attendre le jeu des alliances d'Henri III de Navarre pour que la diplomatie Navarraise ait un impact sur l'Europe entière. Il repose sur l'image du roi et de sa cour à l'étrangers. En France par exemple, on le voit comme un monarque sans ambition ("Guise est à Nancy, Henri est à Pau, l'un est obligé de renfermer son ambition sur lui même, l'autre n'en a jamais eu.") qui passe sont temps en festivités. En effet à Nérac (car oui il n'est même pas à Pau), les souverains enchainent les bals et les parties de chasse. Ce qui a pour conséquence un désintérêt des autres monarques et donc un plus grand champ d'action pour la Navarre qui peut donc rallier ses troupes et établir des liens avec d'autres puissances comme le Royaume Uni d'Elizabeth I, ou de s'opposer aux autres comme l'Espagne de Philippe II qui revendique une partie du territoire et souhaite conclure un accord. En effet la puissance c'est aussi refuser de faire.

Cette cour de Nérac permet aussi comme l'a permise avant celle de Marguerite, de développer les arts. Du temps de cette dernière, elle accueillait les écrivains, les artistes et les humanistes en tout genre. Elle a permit le développement culturel et artistique de la Renaissance en France et en Navarre. Mécènes des artistes les monarques de Navarre ont continué de les protéger des persécutions et de la censure. Deux générations après, l'autre Marguerite, alias la reine Margot fait de la cour de Nérac un lieu pacifique et galant. On y croise divers artistes comme Agrippa d'Aubigné qui raconte l'histoire de la Navarre dans ses écrits ou bien Montaigne qui aura de nombreuses discussions avec la reine. Elle a d'ailleurs inspiré l'une des premières comédies de Shakespeare "Love's Labour's Lost" en français Peines d'amours perdues qui se passe en Navarre avec comme personnages le roi, la princesse de France, et Catherine entre autres.

Aujourd'hui encore, la puissance culturelle de la Navarre est encore visible. Premi√®rement car les souverains dont nous venons de parler ont connus la majeur partie dee leur reconnaissance √† titre posthume. De multiples r√©cits et l√©gendes sur leur vie ont √©t√© racont√©e comme celle des gants de Jeanne d'Albret reprise par Diderot, Dumas, et maintenus m√™me sans preuves par des historiens au XIXe. Le roman de Dumas, La Reine Margot, a aliment√© la l√©gende noire de Catherine de M√©dicis et celui de Stendhal (Le Rouge et le Noir) a confirm√© son mythe. Il est toujours repris comme en t√©moigne les nombreuses adaptations cin√©matographiques et th√©√Ętrales. Un autre point de la culture Navarraise faisant aujourd'hui parti du patrimoine gastronomique de la France. je vais bel et bien parler de la sauce b√©arnaise ! Blague √† part, m√™me si elle n'est pas vraiment originaire du B√©arn, elle a √©t√© cr√©√©e par le chef du Pavillon Henri IV de Paris et tient son nom du roi, natif de Pau, capitale de B√©arn dont le buste tr√īnait dans la salle. Une autre version de son origine inclurait Alexandre Dumas, ami du chef qu'il mentionne dans ses oeuvres comme "son voisin et ami, comp√®re en art culinaire, et le propagateur, sinon l'inventeur, des c√ītelettes √† la b√©arnaise" Cette formulation laisse entendre sa participation √† la recette.

Toutes ces références et la transmission et le partage de la culture du pays montrent sa puissance culturelle en Europe et même dans le Monde. Je parie même que de près ou de loin, vous connaissez un des éléments que je vous ai présenté.

Ch√Ęteau de N√©rac

Lisez des livres ! tu vois qu'il est bien mon pays imaginaire je te l'avais dit :)

Bravo l'artiste je suis convaincue !

Et si on veut allez plus loin parce qu'on aime bien ?

Tout est bien qui finit bien (vive la Navarre)

MERCI D'AVOIr écouté

avez vous des questions ?

Pour mieux comprendre les guerres de religion : Petite vidéo de 10min animée en Anglais

Pour en savoir plus sur la Reine Margot et les autres monarques de France et de Navarre :

cette vidéo pour la reine Margot (en Anglais aussi mais plus simple que celle d'avant)

chaine The Kings of France (an anglais faite par une belge)


désolée les Français n'aiment pas la monarchie


Sinon si vous aimez les petites histoires, je vous conseille :

la trilogie des Valois d'Alexandre Dumas (La reine Margot / La Dame de Monsoreau / Les Quarante-Cinq)

pour les petites nouvelles / contes : l'Heptaméron, oeuvre principle de Marguerite de Navarre

"Quelque chose de Pourri au royaume du français" par Tristan Pichard. C'est plus pour le fun mais les parallèles avec les guerres de religion sont intéressants.



sources : (tout au dessus + wikipédia)