Want to make creations as awesome as this one?

Transcript

06

parcours politique

01

parti politique

02

idées & prises de position

03

déclaration de candidature

04

l'équipe de campagne

05

programme

06

politique intérieure

07

politique extérieure

08

mobilisation des militants

09

zemmour & la presse écrite

10

zemmour à la télévision

11

zemmour & les réseaux sociaux

12

les sondages

13

14

financement

15

éric ZEMMOUR

élections présidentielles

les meetings

Réalisé par
Charlotte Hachez

Réalisé par
Charlotte Hachez

1

PARCOURS POLITIQUE

Le parcours politique d’Eric Zemmour commence à se construire dès ses études durant lesquelles il étudie à l’institut d’études politiques de Paris. Il tente également par deux fois le concours d’entrée à l’Ecole Nationale d'Administration, sans succès. Néanmoins, grâce à son parcours professionnel, il en deviendra un des membres du jury en 2006.
Dans un premier temps, le parcours du candidat se dirige vers une carrière journalistique, là encore toujours tournée vers le domaine politique. En 1986, il commence au service politique du Quotidien de Paris puis devient éditorialiste à Info-Matin en 1995. Un an plus tard, il rejoint le Figaro en tant que journaliste politique et, en parallèle, sera pigiste pour Marianne dès 1997 et Valeurs Actuelles à partir de 1999.
Puis, petit à petit, Eric Zemmour se dirige vers le statut d’écrivain. Il commence en rédigeant la biographie d’Edouard Balladur en 1995, mais également celle de Jacques Chirac en 2002. Quelques années plus tard, en 1999, il écrit son premier roman, Le Dandy Rouge, traitant toujours de politique mais cette fois de façon fictive. En 2006, l’écrivain-journaliste-politique écrit son premier essai : Le premier sexe. Cet essai provocateur porte sur la “féminisation de la société” et connaîtra de nombreuses critiques et controverses mais restera malgré tout un triomphe pour son auteur. Enfin, il revient de citer dans sa carrière d’écrivain son livre sorti en 2010, Mélancolie française, dans lequel il revisite l’histoire de France. Il remporte pour ce dernier le Prix du livre incorrect.

sources

2

MENU

  • Site officiel du candidat : https://www.zemmour2022.fr/
  • Page Wikipédia d'Eric Zemmour : https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89ric_Zemmour
  • Le Soir, "Le CV d'Eric Zemmour", février 2011 : https://references.lesoir.be/article/le-cv-deric-zemmour/

1

2

PARCOURS POLITIQUE

Poussé par ses deux carrières de plus en plus médiatiques, Zemmour commence à s'immiscer dans le paysage audiovisuel en tant que chroniqueur télé. En 2003, il anime l'émission Ça se dispute sur la chaîne I-Télé. Il recevra d’ailleurs pour cette dernière le prix de la meilleure émission avec les meilleurs animateurs des chaînes câblées. Pour poursuivre, il rejoint Laurent Ruquier en 2006 en tant que critique sur France 2 pour l’émission On n'est pas couché. A partir de 2010, il est présent chaque matin sur la station radio RTL avec une analyse de l’actualité dans sa chronique "Z comme Zemmour". Enfin, en 2019, il rejoint la nouvelle émission de CNews, Face à l’info pour débattre également de l’actualité. En septembre 2021, le CSA demande à tous les médias audiovisuels de comptabiliser le temps de parole de Zemmour au motif qu’il devient « un acteur du débat politique national ». Cela a pour conséquence de mettre un terme à la carrière de chroniqueur du candidat.

En définitive, le parcours politique d’Eric Zemmour semblait tout tracé. Une fois diplômé, il est toujours resté plus ou moins lié au domaine politique : passant de journaliste à écrivain puis d’écrivain à chroniqueur jusqu’à devenir candidat pour la présidentielle 2022.

MENU

1

3

2

le parti politique

Reconquête!, le tout jeune parti d’Eric Zemmour, créé le 5 décembre 2021 regroupe aujourd’hui 116 862 adhérents. Il a pour objectif de développer un maillage territorial et revêt une double importance organisationnelle : financière en vue des présidentielles et politique afin d’organiser les élections législatives du mois de juin. Par ailleurs, bien que la création de ce parti semble initialement provenir d’une “vox populi”, le candidat et son entourage auraient déjà émis l’idée depuis 2 ans. En effet, selon L’Opinion, il aurait été envisagé la création d'un parti dès septembre 2019, nommé la Convention de la droite et mené par Marion Maréchal. De plus, l’appellation de la formation politique ne doit rien au hasard, cherchant à rappeler la “reconquista” du Moyen-Age durant laquelle des chrétiens espagnols ont repris possession de la péninsule ibérique alors sous domination musulmane. Néanmoins, ce nom tend à la controverse, il est alors largement critiqué par d’autres comme Bastien Lachaud, député LFI de Seine-Saint-Denis, selon lequel : "Cet épisode ce sont des bûchers, des expulsions, des conversions forcées, la torture, l'Inquisition. Les mots ont un sens. Le programme de Zemmour c'est la violence et le chaos.” Déclaration à laquelle Alexis Corbière, secrétaire national du Parti de gauche, ajoute : "Pour qui aime l'Histoire, ce nom est un programme de violence".

sources

  • Site officiel : https://www.parti-reconquete.fr/
  • BfmTv, "Présidentielle 2022 : le parti d'Eric Zemmour va s'appeler Reconquête", Benjamin Duhamel, décembre 2021 : https://www.bfmtv.com/politique/elections/presidentielle/presidentielle-2022-le-parti-d-eric-zemmour-va-s-appeler-reconquete_AN-202112050193.html
  • L'Internaute, "Reconquête : le parti d'Eric Zemmour, machine à sous ou à députés ?", Maxime Gil, décembre 2021 : https://www.linternaute.com/actualite/politique/2583082-reconquete-le-parti-d-eric-zemmour-machine-a-sous-ou-a-deputes/

1

3

2

le parti politique

La naissance du parti s’accompagne d’une part de la création d’un logo et d’autre part de la création d’un slogan. Comme logo, Zemmour a choisi le rameau d’olivier ayant le sens du nom Zemmour en langue berbère. Comme slogan, Zemmour à cette fois préféré s’inspirer de Napoléon en reprenant l’expression : “Impossible n’est pas français”. Cependant, lors du meeting du 5 décembre 2021 à Villepinte en Seine-Saint-Denis, un autre slogan faisait son apparition sur les tracts de campagne : “Pour que la France reste la France”, un leitmotiv d’Eric Cotti, candidat à la primaire LR.

Selon les dires du site officiel du parti, Reconquête! se définit comme tel...
"RECONQUÊTE! est un mouvement politique au sens de l’article 4 de la Constitution de la Ve République. Il se donne pour objectifs de défendre l’intérêt national et de promouvoir la grandeur de la France. Refusant le déclin, il veut assurer la défense de notre identité, de nos familles et de nos terroirs, ainsi que la reconquête pleine et entière de notre sécurité, de nos libertés, de notre puissance et de notre souveraineté. Il est le rassemblement du peuple français qui combat pour sa survie, l’avenir de la France, son rayonnement à l’international et la défense de notre civilisation."

2

4

3

idées et prises de position

Etienne Girard, dans son écrit “Le radicalisé, enquête sur Eric Zemmour”, sorti en octobre 2021, présente le candidat comme “le mouton noir du microcosme parisien” qui chercherait à être reconnu à sa bonne mesure par ses contemporains. Ainsi, il aime se présenter comme un intellectuel, un statut plus impressionnant que celui de polémiste. Néanmoins, il ne rejette pas cette qualification mais préférant la rattacher au terme de “publiciste”, ces éditorialistes engagés de la IIIe République, à l’image de Zola, Rochefort ou Drumont.
Le candidat Eric Zemmour se présente comme un “réactionnaire”, un héritier de la droite bonapartiste promouvant un nationalisme ethnique. De plus, il rêve aujourd’hui de réunir la droite classique et l’extrême droite en se disant héritier du Rassemblement pour la République des années 80. Cependant, son discours a peu à peu évolué vers des rivages bien plus radicaux que ceux du RPR jusqu’à devenir quasi contre-révolutionnaire, comme le soulignent des spécialistes du Rassemblement National. En ethnicisant des termes et des débats fondés sur l’idée du “grand remplacement” d’une population européenne pour une autre population non-européenne, Zemmour se rapprocherait des jacobins qui défendaient alors la souveraineté populaire et l’indivisibilité de la République française. A la différence qu’il ne s’inscrit pas dans la pensée ethno-différentialiste qui accepte les différences, les identités régionales, à condition que chacun reste chez-soi, dans des sociétés mono-culturelles ou mono-ethniques.

sources

  • Le Point Politique, "Zemmour, un bonapartiste promoteur d'u nationalisme ethnique", AFP, décembre 2021 : https://www.lepoint.fr/politique/zemmour-un-bonapartiste-promoteur-d-un-nationalisme-ethnique-01-12-2021-2454617_20.php
  • Atlantico, "Comment les prises de position d'Eric Zemmour ont contribué à le transformer en mouton noir du microcosme parisien", Etienne Girard : https://12ft.io/proxy?q=https://www.atlantico.fr/article/decryptage/comment-les-prises-de-position-d-eric-zemmour-ont-contribue-a-le-transformer-en-mouton-noir-du-microcosme-parisien-2022-election-presidentielle-la-france-n-a-pas-dit-son-dernier-mot-etienne-girard
  • L'Histoire, "Les bobards historiques d'Eric Zemmour", Pierre Assouline, décembre 2021 : https://www.lhistoire.fr/carte-blanche/les-bobards-historiques-d%C3%A9ric-zemmour
  • L'Express, "Michel Winock : l'extrême droite française est comme une rivière souterraine", Claire Chartier, novembre 2021 : https://12ft.io/proxy?q=https://www.lexpress.fr/actualite/idees-et-debats/michel-winock-l-extreme-droite-francaise-est-comme-une-riviere-souterraine_2162162.html

2

4

3

idées et prises de position

De ce fait, Eric Zemmour se rapprocherait davantage des idées de Maurice Barrès, Jacques Bainville ou encore de Charles Maurras. En effet, le candidat considère qu’être française passe “par la terre et les morts”, soit l’attachement à la famille et à la terre natale. Ainsi, afin de retrouver cela, il soutient l’idée d’une République plébiscitaire, c’est-à-dire le vote du peuple ayant pour objet de légaliser un coup d'État, de ratifier un acte de pouvoir exécutif ou de décider de la nationalité d’un territoire. Zemmour se différencie tout de même de Barrès en plaidant pour l’idée d’une “assimilation” allant jusqu’à renoncer au prénom de son pays d’origine alors que Barrès considère qu’on ne peut “échapper à ses racines”. De plus, Barrès dénonçait les étrangers et protestants venus “manger le pain des Français”, Maurras les appellera même “l’anti-France”, à l’image du candidat qui évoque aujourd’hui le “grand remplacement”. Avec ce dernier, Zemmour partage l'idée centrale de “l’ennemi intérieur”, le musulman et les imigrés étant les juifs de l’époque qui auraient exploités les ouvriers. En définitive, Eric Zemmour est un idéologue hybride. Il emprunte à Barrès, à Maurras, à Drumont, à Bainville, à Renaud Camus, mais il est aussi capable de citer de Gaulle, qui a pourtant été considéré comme un traître par les gens de droite dans son opposition à Vichy.

2

4

3

idées et prises de position

Enfin, bien que la façon de faire de Zemmour semble inédite, sa rhétorique n’est pas nouvelle puisqu’elle ne fait que reprendre des mécanismes de pensée qui étaient déjà ceux de la Contre-Révolution : nier l’évidence, contester les preuves, remettre en question les acquis de la recherche, etc. L'histoire a toujours nourri les discours politiques, et particulièrement dans une campagne électorale. La plupart du temps, le candidat choisit dans l'immense répertoire du passé des exemples à même de servir sa cause. Éric Zemmour fait mieux : il travestit, il falsifie, il fabule, dans le droit fil du nationalisme maurrassien. Le nationalisme n’était encore qu’un courant littéraire, mais Barrès reprend le mot dans ses campagnes électorales et dans un système de pensée attribuant à la défense des valeurs nationales et des intérêts nationaux la priorité de l'action politique. Barrès et son cadet Maurras, deux écrivains partis de la "décadence", de son rejet et de la volonté de la dépasser, vont peu à peu élaborer le corpus idéologique qui survivra jusqu'à Zemmour.

3

5

sources

déclaration de candidature

Eric Zemmour se déclare candidat à midi le mardi 30 novembre 2021 dans une vidéo d’une dizaine de minutes postée sur Youtube. Cette vidéo n'est plus disponible aujourd’hui du fait de nombreux problèmes liés à des questions de droits d’auteurs. En effet, c’est en tout une dizaine de médias et de sociétés de production parmi lequels Gaumont, France Télévision, l’INA ou encore Radio France, qui ont signalés la vidéo dès sa publication. A l’époque, la plateforme Youtube avait déclaré à l’AFP qu’elle n’avait pas « la possibilité, sur la base du droit européen, de retirer dans l’immédiat cette vidéo pour violation des droits d’auteur » en ajoutant à l’attention des sociétés de joindre des « précisions qui pourraient inverser cette décision ». Youtube avait alors commencé par imposer une limite d’âge sur la vidéo de déclaradion de candidature puis a finalement pu la retirer de son réseau aujourd’hui.
Dans cette vidéo, le candidat Eric Zemmour se présentait assis à un bureau installé devant une bibliothèque et faisant face à un micro. Une mise en scène rappelant l’appel du 18 juin 1940 du Général De Gaulle et qui n’a pas manqué de choquer nombre de personnalités, notamment les socialistes définissant la vidéo en ces termes : « Le micro de De Gaulle mais le discours de Pétain. La bibliothèque de Pompidou mais les lettres de Renaud Camus (écrivain d'extrême droite à l'origine de la théorie complotiste du « grand remplacement »). La musique de Beethoven mais les fausses notes d'un passé fantasmé pour un présent caricaturé. La France ne mérite pas cette sinistre mise en scène ». (tweet d’Olivier Faure, premier secrétaire du PS)

4

  • Le Monde, "Le clip de campagne d'Eric Zemmour décortiqué : 114 séquences empruntées et quelques contresens", Romain Imbach/Romain Geoffroy/Pierre Breteau/Assma Maad, décembre 2021 : https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2021/12/03/le-clip-de-campagne-d-eric-zemmour-decortique-114-sequences-empruntees-et-quelques-contresens_6104627_4355770.html
  • Les Echos, "Présidentielle 2022 : la classe politique consternée par la déclaration de candidature d'Eric Zemmour", Alexandre Rousset, novembre 2021 : https://www.lesechos.fr/elections/presidentielle/presidentielle-2022-la-classe-politique-consternee-par-la-declaration-de-candidature-deric-zemmour-1368340
  • Slate, "La déclaration de candidature d'Eric Zemmour est un forçage cognitif", Christian Salmon, décembre 2021 : http://www.slate.fr/politique/2022-la-fabrique-dune-election/episode-30-eric-zemmour-candidature-video-youtube-forcage-cognitif

3

5

déclaration de candidature

En effet, Zemmour a voulu construire un fil rouge sur un prétendu délitement de la France en jonglant entre des archives positives datant des Trente Glorieuses et des images actuelles de violences urbaines, donnant à sa vidéo des côtés lugubres et déprimants là où il devrait apporter espoir et renouveau. Sa vidéo qui se veut globale, à destination des français, n’est au final qu’un média refermé sur sa propre personnalité puisqu’il ne laisse aucune possibilité de dialogue avec les spectateurs entre les mots et les images qui ne connaissent aucune interruption. Ce sont là tous les procédés d’un dispositif totalitaire selon le journal Slate. Ce dernier rappelle les tenants et les aboutissants du déclaration de candidature à l’élection présidentielle qui se veut un acte performatif répondant à certaines règles d’énonciation, de mise en scène et de comportement. Ainsi, le candidat doit garder une certaine gravité tout en sachant rester modeste : il s’agit de la première rencontre entre le candidat et le peuple. Généralement, cette déclaration est brève, prononcée dans un lieu ou à un moment symbolique. Hors, la vidéo d’Eric Zemmour rompt avec tous ces codes, illustrant que l’espace politique a fusionné avec celui des médias. Cela s’illustre par l’usage sauvage d’images sans aucune citation et par l’utilisation à outrance de noms connus allant d’Alain Delon à Charles Aznavour en passant par Johnny Hallyday, Brigitte Bardot, Jean-Paul Belmondo ou Georges Brassens. Douglas Coupland, l'auteur de Génération X qualifiait déjà ce phénomène dans les années 90 comme un procédé de “mixage des décennies”, c’est-à-dire une combinaison aléatoire de deux pièces ou plus issues de décennies différentes dans le but de créer une aura personnelle.

4

3

5

déclaration de candidature

Parmi les contresens et les séquences détournées que l’on retrouve dans la vidéo de candidature d’Eric Zemmour, nous pouvons notamment citer…

  • Le candidat présente la France comme un « pays à la fois littéraire et scientifique » sur les images d’une sortie dans l’espace d’un astronaute de nationalité américaine, Randy Bresnik, filmant une opération d’installation de nouvelles caméras sur la Station spatiale internationale en 2017.
  • Il évoque la « disparition de notre civilisation » en s’appuyant sur les images de la destruction de l’église Saint-Jacques d’Abbeville, en 2013. Or, cette démolition d’église n’est pas un acte volontairement antichrétien, mais répond à des impératifs de sécurité : l’édifice, vétuste et mal entretenu, s’est dégradé rapidement. A la suite de la chute d’une gargouille du clocher sur la nef en 2004, il a fait l’objet d’un arrêté de mise en sécurité pour danger immédiat.
  • Est diffusée la vidéo d’une statue équestre de Napoléon, décapité, et soulevée par une grue, voulant souligner le déboulonnage de statues de personnalités pourtant importantes dans notre histoire et qui serait retirées du fait de contestataires. En réalité, il s’agit du démontage de la statue de Napoléon à Rouen pour restauration.

4

4

sources

6

5

L’équipe du candidat est composée de profils variés plus ou moins expérimentés mais tous s’estiment solides car leur candidat l’est. La campagne s’organise en pôles et les chefs de pôles forment le comité opérationnel qui se réunit au siège à Paris tous les dimanches. Ainsi, 19 personnes se démarquent dans l’organisation de la campagne présidentielle d’Eric Zemmour…

  • Bertrand de la Chesnais, directeur de campagne : Ancien major général de l'armée de terre, qui le conseillait déjà sur les questions de défense.
  • Sarah Knafo : Elle n’a pas de place officielle dans la campagne, ni dans le parti mais elle est celle à l’origine de tout, ce qui fait d’elle la première conseillère du candidat.
  • Jean-Paul Bolufer, Chef de cabinet : Préfet honoraire, l’énarque s’est d’abord illustré aux côtés de Jacques Chirac à la mairie de Paris en tant que chef de cabinet de Christine Boutin qui était alors ministre du Logement, puis à la préfecture de Paris.
  • Olivier Ubéda, Pôle évènementiel : Engagé en politique depuis 25 ans, il est aujourd'hui chargé d’organiser tous les meetings du candidat. Il commence par travailler aux côtés de François Léotard et Jean-Pierre Raffarin avant de rallier l’Union pour un Mouvement Populaire. Il a déjà pu participer à une campagne présidentielle, celle de Nicolas Sarkozy en 2007.

L'équipe de campagne

  • L'Opinion, "Eric Zemmour candidat : ceux qui composent son équipe de campagne présidentielle", Paul Laubacher, novembre 2021 : https://www.lopinion.fr/elections/presidentielle/eric-zemmour-candidat-ceux-qui-composent-son-equipe-de-campagne-presidentielle

4

6

5

  • Gilbert Payet, Pôle technique et juridique : Préfet à la retraite et ancien maître des stages de l’ENA, il doit maîtriser la stratégie budgétaire de la campagne. Il doit vérifier que les dépenses et les recettes sont dans le cadre vis-à-vis de la Commission nationale des comptes de campagne.
  • Julien Madar, Pôle financement : Directeur général de Checkmyguest et ancien banquier d’affaires chez Rothschild. Des grands donateurs aux petits chèques, il doit tout comptabiliser et enregistrer.
  • Gérault Verny, Relation avec le monde de l’entreprise : Proche de Marion Maréchal et président du Mont-Blanc Composite.
  • Albéric Dumont, Pôle sécurité, physique et numérique : Ancien vice-président de la Manif pour tous et patron de la société Ultreïa.
  • Caroline G, conseillère diplomatique
  • Jean Baptiste Danet, Pôle stratégie et communication : Ancien PDG chez design Dragon rouge et de l’association patronale Croissance plus, il se charge de la direction artistique, des relations presse, des sondages et des ripostes.
  • Damien Philippot, Consultant : Il ne fait pas officiellement partie de la campagne mais il intervient comme consultant avec son équipe d’analystes afin d’exposer les atouts et les faiblesses du candidat.

L'équipe de campagne

4

6

5

  • Diane Ouvry, Relations médias : Dans le cadre de son poste électoral, elle est aussi chargée de la gestion des portes-paroles dont le plus connu : Antoine Diers, directeur de cabinet à la mairie du Plessis-Robinson et pourtant adhérent aux Républicains.
  • Grégoire Tingaud, Pôle maillage territorial : Ancien cadre du Mouvement National Républcain, il organise la structuration territoriale avec 13 référents régionaux et 100 référents départementaux. Il organise également des opérations militantes en coordination avec le mouvement jeune, Génération Z. A ses côtés, il a comme adjoint Michel Loussouarn, ancien directeur de campagne d’Andréa Kotarac, tête de liste du Rassemblement National aux régionales en Auvergne-Rhône-Alpes.
  • Stanislas Rigault, Dirigeant de Génération Z : Etudiant en droit, il met ses études entre parenthèses pour fonder Génération Z qui revendique aujourd’hui 5 000 membres avec 13 référents régionaux et 100 référents départementaux.
  • Samuel Lafont, En charge des réseaux sociaux et de la cellule riposte : Ancien adhérent au syndicat étudiant UNI (Union Nationale-Interuniversitaire), il gère une équipe de 600 à 700 personnes.
  • Philippe S, Organisation des élections législatives : Il doit dialoguer avec les mouvements politiques associés et s’occuper de toutes les démarches liées à la propagande officielle : affiches, professions de foi, distribution de tracts, etc.

L'équipe de campagne

7

5

6

le programme

Depuis quelques années déjà, Eric Zemmour a eu l’occasion de développer à demi-mot son programme lors de différentes interventions médiatiques avant même sa candidature mais également au cœur de ses nombreux écrits. Par la suite, une fois candidat, il a plus souvent privilégié les meetings pour peu à peu dévoiler les parties de son programme. La difficulté pour le candidat demeure dans le fait d'établir, relativement rapidement, tout un programme digne d'une élection présidentielle. En effet, là où d'autres candidats, comme Jean-Luc Mélenchon, ont depuis longtemps un programme bien établi, Zemmour a dû tout construire et penser avec son équipe. Ainsi, son programme se décline aujourd’hui en 35 chapitres et un peu plus de 400 mesures reposant sur 3 piliers : « La reconquête de notre identité, la reconquête de notre prospérité, la reconquête de notre fraternité ». Cependant, le candidat a dû faire face à de nombreuses polémiques notamment dernièrement sur le terme de la “rémigration” mais il se défend en avançant que « ce terme est simplement employé pour définir ma grande détermination », puis ajoute, « Je n’ai pas l’habitude de me cacher derrière des mots interdits et autorisés. Quand j’ai employé le mot grand remplacement, on m’a dit la même chose. C’est un mot complotiste employé dans la mouvance identitaire ».

sources

  • Public Sénat, "Présidentielle 2022 : Eric Zemmour détaille son programme et assume le terme remigration", Simon Barbarit, mars 2022 : https://www.publicsenat.fr/article/politique/presidentielle-2022-eric-zemmour-detaille-son-programme-et-assume-le-terme
  • Site officiel du candidat : https://programme.zemmour2022.fr/
  • La Croix, "Présidentielle 2022 : le programme d'Eric Zemmour pour que la France reste la France", Laurent de Boissieu, mars 2022 : https://www.la-croix.com/France/programme-eric-zemmour-presidentielle-2022-promesses-campagne-2022-2022-03-01-1201202693
  • Le Monde, "Le programme d'Eric Zemmour à la présidentielle 2022", Service Politique/Les Décodeurs, février 2022 : https://www.lemonde.fr/politique/article/2022/02/14/le-programme-d-eric-zemmour-a-la-presidentielle-2022_6113625_823448.html

7

6

5

le programme

Parmi les mesures enoncées par la candidat, on peut notamment citer…
  • Instaurer un véritable référendum d’initiative citoyenne.
  • Supprimer le permis à points.
  • Revenir aux 90 km/h sur les routes nationales et départementales et aux 50 km/h en ville.
  • Permettre aux parents de se répartir librement les congés parentaux (actuellement : seize semaines de congé maternité et vingt-huit jours de congé paternité).
  • Interdire l’intervention dans les établissements scolaires d’associations luttant contre le sexisme, le racisme ou l’homophobie.
  • Suspendre les allocations familiales en cas d’absentéisme ou de perturbations graves et répétées.
  • Abroger la PMA sans père et refuser la GPA.
  • Créer un « livret innovation » défiscalisé destiné aux investissements dans les entreprises innovantes.
  • Obtenir de l’UE la possibilité de réserver une part de la commande publique aux entreprises françaises.
  • Allonger de 62 à 64 ans l’âge légal de départ à la retraite.

7

6

5

le programme

  • Supprimer la redevance audiovisuelle (138 €) et privatiser une partie de l’audiovisuel public.
  • Instaurer des peines planchers pour tous les crimes et délits.
  • Expulser tous les étrangers fichés S pour islamisme.
  • Instaurer une présomption de légitime défense pour les forces de l’ordre.
  • Opposer au sein de l’UE le véto de la France à tout nouveau traité de libre-échange commercial.
  • Refuser tout nouvel élargissement de l’UE (refuser la demande d’adhésion actuelle de la Turquie).
  • Sortir de l’espace Schengen afin de reprendre le contrôle de nos frontières.
  • Supprimer le droit du sol au profit du seul droit du sang.
  • Interdire le port du voile musulman dans tout l’espace public.
  • Interdire la construction de minarets et de grandes mosquées.

8

6

7

politique intérieure

La politique intérieure d’Eric Zemmour, comme tout autre politique intérieure, doit reposer sur des thèmes clés : la sécurité/la défense, l’économie, l’emploi, la société, l’éducation et la santé.

1. LA SÉCURITÉ & LA DÉFENSE
Il s’agit de l’une des plus importantes prérogatives du Président de la République, celle de chef des armées. Ainsi, coïncidence ou hasard, le candidat a présenté son programme en matière de défense quelques heures après l’annonce présidentielle du retrait coordonné des troupes françaises au Mali dans le cadre de l’opération Barkhane. Lors de ce meeting en plein air, Eric Zemmour a notamment réitéré sa volonté de porter le budget de l’armée à 70 milliard d’euros en 2030 : « Je veux que notre armée de terre puisse compter sur cent mille hommes en 2027, je veux que notre armée de terre dispose de trois cents avions de chasse en 2040. Je veux que notre marine puisse posséder deux porte-avions, vingt frégates et huit sous-marins nucléaires d’attaque. » Par ailleurs, pour ne citer que quelques exemples des mesures présentent dans son programme, il y a notamment la volonté d’expulser automatiquement tous les délinquants fichés S étrangers, mais également la présomption de légitime défense pour les policiers, l’instauration de la “défense excusable” pour tout citoyen ou encore la fin des aménagements de peine.

sources

  • Huffpost, "Le programme de Zemmour sur l'école un tas d'âneries pour cet historien de l'éducation", Romain Herreros, janvier 2022 : https://www.huffingtonpost.fr/entry/le-programme-de-zemmour-sur-lecole-un-tas-daneries-pour-cet-historien-de-leducation_fr_61dc641de4b0c7d8b8b352e5
  • CNews, "Immigration, sécurité, budget… Eric Zemmour a présenté son programme devant la presse", mars 2022 : https://www.cnews.fr/france/2022-03-23/presidentielle-2022-eric-zemmour-presente-son-programme-aujourdhui-1195719
  • Site officiel du parti : https://www.parti-reconquete.fr/
  • FreelanceInfos, "Eric Zemmour : son programme politique pour la présidentielle de 2022", Fabien Joubert, mars 2022 : https://freelanceinfos.fr/eric-zemmour-programme-politique-presidentielle-2022/
  • Le Monde, "Eric Zemmour s'affiche avec Nicolas Bay, dernier transfuge en date du RN, et vante sa vision de la puissance française au Mont-Saint-Michel", AFP, février 2022 : https://www.lemonde.fr/election-presidentielle-2022/article/2022/02/19/eric-zemmour-s-affiche-avec-nicolas-bay-transfuge-du-rn-en-normandie_6114412_6059010.html
  • Le Figaro, "Défense : Eric Zemmour vante une France à la voix singulière", John Timsit, février 2022 : https://www.lefigaro.fr/elections/presidentielles/defense-eric-zemmour-vante-une-france-a-la-voix-singuliere-20220217

8

6

7

politique intérieure

2. L'ÉCONOMIE
Concernant ces mesures économiques, le candidat Eric Zemmour a chiffré son projet à 60 milliards d’euros en année pleine. La première moitié concernerait l’abaissement des impôts sur les entreprises et l’autre moitié le renforcement des moyens politiques ainsi que la suppression des prestations non contributives pour les étrangers extra-européens et une meilleure lutte contre la fraude sociale et l’optimisation fiscale.
En définitive, le candidat cherche à renforcer le pouvoir d’achat des français en avançant d’autres mesures telles que : refuser le Frexit, simplifier les démarches administratives pour les auto-entrepreneurs, mettre la retraite à 64 ans ou encore supprimer la redevance télé en rendant les chaînes TV publiques privées à l’exception de France Culture, Arte, France 5.

8

6

7

politique intérieure

3. SOCIÉTÉ
Concernant son point de vue sur la société, le candidat se repose très majoritairement sur sa politique migratoire avant de s’intéresser à d’autres faits de sociétés comme les automobilistes ou la chasse. Ainsi, dans un premier temps, il désire soumettre la politique migratoire à un référendum dès son élection. De plus, il souhaite notamment supprimer le droit du sol au profit du seul droit du sang, mettant fin dans le même temps aux aides sociales pour les étrangers extra-européens, au regroupement familial et à l’aide médicale d’Etat. Dans cette continuité, il propose de revoir les conditions d’obtention de la naturalisation qui exigeraient désormais 10 ans de présence sur le territoire et non plus 5, une maîtrise parfaite du français ainsi qu’une “assimilation réelle”. Ces mesures avancées par la candidat sont dans le but, selon lui, de “favoriser l’identité française” qui serait renforcée par la création d’un “grand ministère d’État de l’Instruction publique, de l'Enseignement supérieur, du Patrimoine et de la Culture pour faire de l’école un creuset de la méritocratie qui renoue avec le récit national”. Par ailleurs, Zemmour s’exprime également sur d’autres mesures plus concrètes comme le rétablissement des 90km/h pour les automobilistes, la fin du permis à point, le remboursement par les entreprises des frais d’essence (à hauteur de 50%) ou encore le soutien des chasseurs mais également du bien être animal.

8

6

7

politique intérieure

4. L'ÉDUCATION
Pour l’éducation, le candidat à la présidentielle avance de nombreuses réformes qui devraient rendre la France plus et mieux instruite avec des jeunes mieux orientés et encadrés. Ainsi, il veut rétablir l’autorité des professeurs et revenir à des leçons magistrales comme méthodologies d’apprentissage. Il souhaite également revenir en arrière en remettant en place les filières et l’examen terminal anonyme et sélectif. Tout cela dans le but de rendre l’accès aux facultés, qui seraient désormais sous le contrôle de l’Etat, plus sélectif. De plus, Eric Zemmour juge les programmes scolaires comme étant trop de gauche et idéologiques : il veut alors mettre fin à toute sensibilisation sur la théorie du genre ou des orientations sexuelles dans les écoles et revenir à un enseignement “patriotique”. Néanmoins, son programme pour l’éducation fait polémique et notamment pour Claude Lelièvre, historien de l’éducation française : “Son programme repose sur 2 aspects : une envie de restauration et une forme de tri, de séparation, entre les uns et les autres. Or, tout cela se base sur une mythologie, une vision fantasmée d’une école qui n’a jamais existé.” Enfin, ce dernier ajoute de façon anecdotique et cynique que la seule fois où le terme “éducation nationale” a été remplacé par “instruction publique”, c’était en 1940, sous Vichy.

8

6

7

politique intérieure

5. L'EMPLOI
"Nous avons besoin de rendre au travail son sens, son salaire et sa valeur", voilà les propos de Zemmour concernant le travail en France. Ainsi, il veut notamment lutter contre la délocalisation d’emplois de services, mettre fin au dumping social provoqué par l’actuelle directive européenne sur les travailleurs détachés mais aussi favoriser l’embauche en exonérant de cotisations patronales toute petite entreprise tout en favorisant la mobilité des chercheurs d’emplois en relevant le seuil de 50 à 250 salariés. Enfin, il désire favoriser l’embauche d’apprentis en CDI afin de revaloriser les métiers manuels et les formations professionnelles.

6. LA SANTÉ
Après avoir évoqué les sujets du pass vaccinal ou sanitaire sur lesquels le candidat est contre, le candidat revient fortement sur le problème de gestion des hôpitaux. Selon lui il faut notamment rétablir un système de garde des médecins afin de désengorger les urgences, mettre fin au numerus clausus, et mettre en place une mesure d’urgence pour les déserts médicaux avec l’embauche par l’Etat de 1000 médecins.

9

7

sources

8

politique extérieure

Eric Zemmour vante sa ligne stratégique pour la France qu’il a nommé “le gaullisme de reconquête” en expliquant sa pensée sur le rôle international de la France en cas d’élection en ces termes : « Nous avons un devoir de puissance. En refusant de nous soumettre à l’un des deux blocs qui se partageaient alors le monde, et en nous dotant de l’arme nucléaire, le Général de Gaulle nous a confié une mission : garantir que, quoi qu’il arrive, notre peuple restera indépendant. [...] C’est-à-dire refusant absolument d’appartenir à qui que ce soit d’autre que nous-même.» Dans cette déclaration le candidat met en avant l’importance de se détacher de pays comme l’Allemagne afin de les replacer au statut de concurrent économique et d’étendre les relations de la France dans l’Union Européenne, notamment avec la Hongrie ou tout autre État qualifié de “souverain”. En effet, bien qu’étant au cœur même de l’Europe, et le candidat ne souhaitant pas sortir de l'Union Européenne, la France doit défendre ses intérêts en premier. Ainsi, Zemmour est notamment radicalement contre l’OTAN et son expansion dans le monde, position qu’il défend concernant le conflit en Ukraine mais aussi contre des rapprochements diplomatiques ou politiques avec le continent africain.

9

  • BfmTV, "Eric Zemmour : Je ne veux pas sortir de l'Union européenne mais je défends d'abord les intérêts de la France", janvier 2022 : https://www.bfmtv.com/replay-emissions/face-a-bfm/eric-zemmour-je-ne-veux-pas-sortir-de-l-union-europeenne-mais-je-defends-d-abord-les-interets-de-la-france_VN-202201120566.html
  • Télérama, "C dans l'air spéciale présidentielle, sur France 5 : Zemmour provocateur, Jadot appliqué", Etienne Labrunie, janvier 2022 : https://www.telerama.fr/ecrans/c-dans-l-air-speciale-presidentielle-sur-france-5-zemmour-provocateur-jadot-applique-7008400.php
  • L'Express, "Dans l'ombre de Zemmour, un entourage pro-poutine", Camille Vigogne Le Coat, mars 2022 : https://12ft.io/proxy?q=https://www.lexpress.fr/actualite/politique/dans-l-ombre-de-zemmour-un-entourage-pro-poutine_2168777.html
  • FreelanceInfos, " Eric Zemmour : son programme politique pour la présidentielle 2022", Fabien Joubert, mars 2022 : https://freelanceinfos.fr/eric-zemmour-programme-politique-presidentielle-2022/
  • BfmTv, "En pleine crise ukrainienne, Hollande accuse Zemmour, Le Pen et Mélenchon de complaisance avec Poutine", Marie-Pierre Bourgeois, février 2022 : https://www.bfmtv.com/politique/elections/presidentielle/en-pleine-crise-ukrainienne-hollande-accuse-zemmour-le-pen-et-melenchon-de-complaisance-avec-poutine_AV-202202220217.html
  • Le Figaro, "Guerre en Ukraine : Zemmour désigne l'OTAN responsable et se refuse à accueillir les réfugiés", Dinah Cohen, février 2022 : https://www.lefigaro.fr/elections/presidentielles/guerre-en-ukraine-le-coupable-c-est-poutine-les-responsables-c-est-l-otan-declare-eric-zemmour-20220228

9

7

8

politique extérieure

LE CANDIAT FACE AU CONFLIT EN UKRAINE....
Dans une interview antérieure au conflit, Zemmour avait déjà évoqué le chef du Kremlin, Vladimir Poutine, dressant même un parallèle avec Bachar el-Assad : « Poutine est un grand chef d’État, très respectable et qu’il faut respecter. Les médias français passent leur temps à le diaboliser. [...] Ça a été une erreur de diaboliser Bachar el-Assad, une diplomatie des droits de l’homme qui nous a mené dans une impasse. » Ces propos soulignent la tendance pro-russe à laquelle se relie son parti. En effet, selon Caroline Galactéros, chargée d’élaborer le programme international, la Russie est un “rempart au milieu de l’Eurasie” et une invasion au sens de l’occupation durable d’un pays ne constituerait qu’une opération visant à neutraliser militairement et stratégiquement l’Ukraine. Ces propos divisent puisqu’ils sont évidemment pro-russes, Carole Galactéros considérant la Russie non pas comme un agresseur mais comme un pays dans une position dissuasive. Néanmoins, afin de modérer ces propos, Bertrand de la Chesnais, général et directeur de campagne d’Eric Zemmour, rappelle que le parti souhaite incarner un “ni-ni”, incarnant une troisième voie.

9

9

7

8

politique extérieure

Ainsi, fidèle à ses prises de positions, s’il est élu, Eric Zemmour souhaite mettre fin aux sanctions économiques qui pèsent contre la Russie et plutôt envisager un rapprochement économique avec le pays. Il propose alors un grand traité européen de la pacification devant reconnaître les frontières de l’Ukraine par la Russie en échange d’un refus d’une intégration de l'Ukraine à l’OTAN. Cette proposition souligne sa position selon laquelle la responsabilité de ce conflit est partagée par les Français, les Allemands et les Américains qui ont été incapables de faire respecter les accords de Minsk en étendant toujours plus l’influence de l'OTAN dans le monde et notamment autour de la Russie : « Le coupable c'est Poutine, les responsables c'est l'Otan qui n'a cessé de s'étendre », déclare t-il. En définitive, les préoccupations du chef du Kremlin seraient légitimes puisque condamnant les "provocations" européennes et américaines. Par ailleurs, alors que l’on compte déjà près de 400 000 réfugiés ukrainiens, le candidat affirme être contre un accueil en France, préférant soutenir la Pologne. Selon lui, cela serait la meilleure solution pour les ukrainiens à même de retrouver leur pays plus vite une fois le conflit terminé.

9

10

8

sources

9

mobilisation des militants

La mobilisation pour le candidat a commencé avec l’association Les Amis d’Eric Zemmour, avant même que celui-ci ne se présente officiellement aux présidentielles. Après la déclaration de candidature, l’association a été officialisée comme une association à destination du financement du parti après son agrégation par la Commission nationale des comptes de campagne et des financements publics. Cependant, la mobilisation la plus visible et la plus forte dans le cas du candidat Éric Zemmour reste le mouvement jeune : Génération Z. Ce dernier regroupe de très nombreux jeunes qui essaient d’être le plus présents possible sur tous les réseaux afin de créer de la viralité et donc de la visibilité. L’objectif est de rajeunir l’image du candidat d’extrême droite tout en tournant en dérision tous ses détracteurs. Un militantisme davantage axé sur la forme du message que sur le fond, directement inspiré des usages de l’alt-right américain et de l’activisme numérique qui avait accompagné la victoire de Donald Trump en 2016. Ainsi, Génération Z est parmi les mouvements les plus actifs, comptant plus de 10 000 membres ! Tous ces jeunes ont quitté des mouvements identitaires, souverainistes, le Rassemblement National ou le parti les Républicains, tous convaincus que Zemmour va “sauver” la France. Ils sont alors très organisés et motivés, créant une nouvelle forme de politique en accord avec les technologies actuelles. Les militants ont divers postes et missions, soit ils sont sur Discord où ils reçoivent les consignes pour faire monter tel hashtag sur Twitter ou partager telle vidéo, soit ils participent aux collages et tractages, soit ils réalisent des vidéos ou articles pour le site officiel du mouvement.

  • France24, "Génération Z : la jeunesse pro-Zemmour sur tous les fronts", Clovis Casali, février 2022 : https://www.france24.com/fr/vid%C3%A9o/20220215-g%C3%A9n%C3%A9ration-z-la-jeunesse-pro-zemmour-sur-tous-les-fronts
  • Site officiel du mouvement : https://www.generation-zemmour.fr/
  • ELLE, "Génération Z : qui sont-ils ?", Lauren Bastide : https://www.elle.fr/Societe/News/Generation-Z-qui-sont-ils-2905668
  • Huffpost, "Comment les fans d'Eric Zemmour se mobilisent sur le web", Romain Herreros, octobre 2021 : https://www.huffingtonpost.fr/entry/les-dessous-peu-glorieux-du-militantisme-pro-zemmour-sur-le-web_fr_6156cec2e4b0487c855d54ce
  • BfmTV, "L'association Les Amis d'Eric Zemmour agréée par la commission des comptes de campagne", Robin Verner/AFP, juillet 2021 : https://www.bfmtv.com/politique/elections/presidentielle/l-association-les-amis-d-eric-zemmour-agreee-par-la-commission-des-comptes-de-campagne_AD-202107010216.html

10

8

9

mobilisation des militants

RENCONTRE AVEC UN ACTIVISTE DE GÉNÉRATION Z À L'UNIVERSITÉ D'ARTOIS...
Échange avec L, étudiant de 20 ans et militant de génération Z

Pourquoi cet engagement et à quand remonte-t-il ?
Je suis militant chez GénérationZ depuis novembre 2021, et adhérent à Reconquête! depuis décembre 2021, dès la création du parti après le discours de Villepinte. Les actions militantes ont vraiment commencé à partir de février 2022, quand les circonscriptions se sont organisées en vue des élections. Pourquoi Éric Zemmour ? La formule peut sembler éculée et un peu creuse, mais elle est vraiment importante pour moi, c’est avant tout l’amour de la France, de ses valeurs, de son Histoire, de ses traditions et de son art de vivre qui nous a poussé en politique au côté d’Éric Zemmour.
La candidature de Zemmour a été pour beaucoup à droite l’occasion de retrouver une vraie droite qui s’assume, qui n’est pas une droite molle comme celle de Pécresse ou un parti du camp national qui penche de plus en plus à gauche [...] Personnellement ce sont des notions comme la sécurité, l’immigration, la place de la religion ou le mérite qui m’ont convaincu de rejoindre la campagne de Éric Zemmour et à lui apporter mon soutien.

10

8

9

mobilisation des militants

Etais-tu déjà intéressé par la sphère politique avant ?
J’ai vraiment commencé à m’intéresser sérieusement à la politique en 2015, j’avais 14 ans et jusque là j’avais un avis sur le monde très simple, je suivais le mouvement et l’avis des camarades et des professeurs, plutôt à gauche donc. Ce qui a changé tout ça c’est un événement précis, celui du 7 janvier 2015 : les attentats de Charlie Hebdo. C’est avec cet événement que j’ai pris conscience de l’importance d’avoir ses opinions, de les défendre et surtout l’importance de défendre les valeurs et les libertés françaises face à ceux qui voudraient les détruire.
J’étais plutôt de gauche puis face aux renoncements de la gauche et en grandissant, me renseignant et en voyant mon père travailler (mon père est un petit artisan) puis en travaillant moi-même je me suis rapproché de la « droite du travail » et de la droite patriote.”

T'intéressais-tu à Éric Zemmour avant sa candidature aux présidentielles ?
Beaucoup oui, je regardais déjà les interventions de Zemmour sur On n’est pas couché quand j’étais au lycée, j’ai lu une partie de ses livres (Destin Français, suicide Français et la France n’a pas dit son dernier mot) et d’une manière générale je suivais déjà sur les réseaux sociaux ou à la télévision tout ce milieu de droite, qualifié souvent à tort d’extrême droite (Le Pen, ou Julien Rochedy)

10

8

9

mobilisation des militants

Comptes tu poursuivre ce militantisme en cas d’échec du candidat aux élections ?
Évidemment ! Cette élection est pour moi une occasion d’entrer dans l’arène politique, c’est un engagement sincère et très important donc il ne se limitera pas aux présidentielles. [...] Dès le 24 avril, peu importe le résultat, on se concentrera également sur les législatives puis dans quelques années ce seront les municipales, les régionales, etc. Notre mouvement a pour vocation de durer dans le temps et de proposer quelque chose de nouveau dans le paysage politique. [...] Cet engagement pour moi, comme pour la plupart des militants, surtout des jeunes militants, ne se résume pas à la politique, on portera nos idées et notre amour de la France au quotidien, on ne se contentera pas de coller des affiches tout les 5 ans, mais on aura à cœur de défendre nos valeurs et de nous engager dans différents domaines pour notre pays.

10

8

9

mobilisation des militants

GÉNÉRATION Z VS GÉNÉRATION ZEMMOUR
Après la génération X puis Y, la génération Z arrive à l’aube des années 90. La génération du “pourquoi pas”, de ceux qui n’ont jamais connu le monde sans réseau. Internet, pour eux, est plus qu’un outil, c’est leur univers, le lieu de leurs échanges et de leurs expérimentations. Par ailleurs, le philosophe Michel Serres a cherché à décrypter cette nouvelle génération dans son livre, Petite Poucette : “Ils sont en train de changer la manière de travailler, de voyager, d’apprendre, de consommer. [...] Ils sont différents. Les comprendre est crucial : notre monde est en train de glisser vers le leur. [...] Ils ont une conscience aiguë de la tâche à accomplir et se voient tous dans 10 ans, en rois du monde.” La génération Z a envoyé valser les hiérarchies et les prérequis en se disant plutôt que c’est leur tour de prendre les choses en main. C’est en ça qu’ils se différencient de la génération Y qui rêvait de court-circuiter de l’intérieur le système politique, la génération Z elle se dit : on vous le laisse, votre vieux monde, on va en faire un autre, à côté, un bien mieux. Cette génération est celle qui est censé tout changer, qui veut tout changer, car après elle, c’est un nouvel alphabet qui va commencer. Alors est-ce en cela que la Génération Zemmour est différente et si présente ?

11

9

sources

10

zemmour et la presse écrite

Le candidat Eric Zemmour a la particularité d’avoir été annoncé par la presse bien avant que lui-même ne se déclare candidat aux élections présidentielles. En effet, depuis déjà de nombreux mois, voire années pour certains qui pressentaient le polémiste pour les élections dès 2015, Zemmour fait la une de nombreux journaux parmi Paris Match, Valeurs Actuelles, l’Hebdo, etc. Ainsi, dans son cas on peut évoquer le phénomène de la “fabrique médiatique d’un candidat". C’est-à-dire qu’il n’a pas eu besoin de peu à peu se présenter comme candidat, la presse l’avait déjà fait pour lui, créant autour de sa personne une viralité grandissante. En octobre 2021, un mois avant sa déclaration officielle, une étude de Tagaday dévoile que près de 14 000 articles de la presse française ont cité le nom d’Eric Zemmour depuis la rentré en se basant sur 3 000 titres différents tirés de journaux, magazines ou site des médias.

  • Arrêt sur Image, "Les médias fabriquent-ils le candidat Eric Zemmour ?", Pauline Bock, juillet 2021 : https://www.arretsurimages.net/articles/les-medias-fabriquent-ils-le-candidat-zemmour
  • Le Journal du Dimanche, "Présidentielle : dans la presse Zemmour est le plus présent depuis la rentrée", Arnaud Focraud, octobre 2021 : https://12ft.io/proxy?q=https://www.lejdd.fr/Politique/presidentielle-dans-la-presse-zemmour-est-le-plus-present-depuis-la-rentree-4074380

12

10

sources

11

zemmour à la télévision

Eric Zemmour est le candidat qui attise le plus les curiosités et ce depuis le début de sa campagne, voire même avant. Cet intérêt pour le candidat se traduit par un record d’audience à chacune de ses interventions télévisées. Toutes les chaînes, toutes les émissions l’invitent à la fois pour couvrir les élections présidentielles, et à la fois pour créer de l’audimat. Il est invité dans “Elysée 2022” sur France 2, dans “La France dans les yeux” sur BFMTV, dans "Mission convaincue" sur LCI, dans “Face à Baba” ou “Au Tableau” sur C8 ou encore dans “Face à BFM” où il a rassemblé 820 000 spectateurs, quatre fois plus que Yannick Jadot pour la même émission. Pourtant, les apparitions télévisées de Zemmour ne sont pas toujours simples et acceptées de tous. Ainsi, pour l’émission “La France dans les yeux” présentée par Bruce Toussaint entouré de citoyens pour Europe 1, les lieux de l’enregistrement ont dû changer plusieurs fois par refus des représentants d'accueillir Zemmour sur leur commune. Par ailleurs, certains des choix télévisés du candidat peuvent relever d’un choix controversé : information ou coup de comm’ ? C’est le débat qui a entouré la rencontre en direct entre Zemmour et Jean-Marc Morandini sur Cnews à “la colline du crack”, porte de la Villette en bordure du périphérique parisien. Ce camp de toxicomanes est connu comme étant un lieu d’insécurité constante et c’est pourquoi E. Zemmour a choisi de s’y rendre sans prévenir afin que rien ne soit nettoyé et “voir le vrai”, pour “montrer la réalité aux français”. Cette rencontre est l’occasion pour le candidat de rencontrer de nombreux citoyens et de parler d'insécurité mais aussi de rémigration. Il est le premier politique à se rendre sur place pour proposer des solutions, recherchant par là même occasion des séquences choc pour imposer l’image d’un candidat courageux et prêt à faire bouger les choses. Alors coup de comm’ ou réel engagement ?

  • Chaîne Youtube officielle du candidat : Emission CNews, "Eric Zemmour au milieu des toxicomanes", mars 2022 : https://www.youtube.com/watch?v=qIk3P4oDQhU
  • Chaîne Youtube officielle du candidat : Emission Au Tableau, mars 2022 : https://www.youtube.com/watch?v=kFxDrHIMN7s
  • Europe 1, "Eric Zemmour sur BfmTv : Beaucoup d'endroits ont refusé d'accueillir l'émission", Héloïse Goy/Alexis Patri, février 2022 : https://www.europe1.fr/medias-tele/eric-zemmour-sur-bfmtv-beaucoup-dendroits-ont-refuse-daccueillir-lemission-4092774
  • Le Parisien, "Campagne présidentielle à la TV : Eric Zemmour président de l'audience", Michaël Zoltobroda, mars 2022 : https://www.leparisien.fr/culture-loisirs/tv/campagne-presidentielle-a-la-tv-eric-zemmour-president-de-laudience-13-03-2022-L4IMZ727IJCS7HE2SFKCTSR4WA.php
  • Télé 7 Jours, "Pourquoi BfmTv a diffusé le meeting d'Eric Zemmour sans le son ?", Hugo Mallais, mars 2022 : https://www.programme-television.org/news-tv/Pourquoi-BFMTV-a-diffuse-le-meeting-d-Eric-Zemmour-sans-le-son-4683888
  • Le Parisien, "Télévision : Eric Zemmour n'aura plus d'émission sur CNews", septembre 2021 : https://www.leparisien.fr/culture-loisirs/tv/eric-zemmour-naura-plus-demission-sur-cnews-13-09-2021-VF27QKN7TVHOZEKF3XUUB3ZOT4.php
  • L'Obs, "En quête de séquence choc sur sur la colline du crack à Paris, Zemmour promet de nettoyer tout ça", Lucas Burel, mars 2022 : https://www.nouvelobs.com/election-presidentielle-2022/20220325.OBS56192/en-quete-de-sequences-choc-sur-la-colline-du-crack-a-paris-zemmour-promet-de-nettoyer-tout-ca.html
  • Le Figaro, "Au fait, c'et quoi le CSA", Horia Mustafa Douine/Service Infographie, janvier 2019 remis à jour en septembre 2021 : https://www.lefigaro.fr/medias/2019/01/18/20004-20190118ARTFIG00185-au-fait-c-est-quoi-le-csa.php

12

10

11

zemmour à la télévision

LE RÔLE DU CSA (CONSEIL SUPÉRIEUR DE L'AUDIOVISUEL) DANS LA CAMPAGNE PRÉSIDENTIELLE
Le CSA est une autorité publique indépendante créée par la loi du 17 janvier 1989 et qui garantit la liberté de communication audiovisuelle en France. Il se compose de 7 membres : un président nommé pour 6 ans par la Président de la République et 6 autres membres nommés par les présidents du Sénat et de l’Assemblée Nationale. Une fois élus, ils élisent à leur tour les présidents des grandes sociétés nationales audiovisuelles (France Télévision, Radio France, France Médias France) pour 5 ans. Leur mission est de vérifier quotidiennement le respect de l’application des lois, des règlements et engagements pris. Ils ont ainsi à cœur de principalement faire respecter la déontologie des programmes, la protection des mineurs, la cohésion sociale, la lutte contre les discriminations, le pluralisme de l’expression et l’honnêteté de l’information, la diffusion de programmes européens et francophones, l’accessibilité des programmes et la défense de la langue française. C’est alors en toute logique qu’il est chargé de comptabiliser les temps de parole dans les médias pour chaque parti lors des campagnes d’élection. C’est pourquoi CNews a dû suspendre les interventions du candidat Eric Zemmour sur leur chaîne ou encore que BFMTV a dû diffuser en direct le meeting de Zemmour mais sans le son, avec seulement des commentateurs car le candidat avait épuisé son temps de parole imposé par le CSA. Néanmoins, le candidat d’extrême-droite a su contourner ces contraintes et a décidé de passer par la création d’une chaîne Youtube afin de pouvoir continuer à s’exprimer librement.

13

11

sources

12

zemmour et les réseaux sociaux

La campagne d’Eric Zemmour s’organise très principalement autour des réseaux sociaux du fait notamment d’un militantisme très jeune avec la Génération Z. L’utilisation du numérique permet de faire venir au parti des influenceurs et des alliés de tous les milieux comme l’explique Samuel Lafont, directeur du pôle numérique de la campagne. C’est alors ainsi que le candidat, pourtant historiquement réfractaire aux réseaux sociaux, s'est converti à cette nouvelle génération avec sa nouvelle communication. Il est aujourd’hui présent sur une dizaine de réseaux sociaux afin d’occuper le terrain numérique au maximum. Cette omniprésence est possible notamment grâce à des militants très actifs comme c’est le cas sur Twitter : des retweets massifs, l'automatisation et la coordination ont permis aux partisans d’Eric Zemmour d’imposer certains messages et thématiques sur le réseau. Ainsi, cette stratégie a permis de placer le candidat dans le top des tendances sur le Twitter français à de très nombreuses reprises, redirigeant même les internautes vers des sites pro-Zemmour. Néanmoins, cette stratégie numérique enfreint plusieurs règles du réseau social qui est officiellement attaché à la lutte contre la désinformation et la manipulation politique. Pour aller encore plus loin, des militants ont même créé un jeu vidéo : “Le Z”. Dans ce jeu, encore une fois très polémique, vous contrôlez Eric Zemmour qui doit combattre ses “ennemis”, des écologistes armés notamment. Pour cela, il a comme arme un drapeau français, un avion “Air Force Z" et un bouclier pour se protéger des termes comme “raciste”, “wesh”, “cisgenre” ou l’écriture inclusive.

  • La Libre, "Comment les militants d'Eric Zemmour parviennent à rendre leur candidat omniprésent sur Twitter", V.d.T, février 2022 : https://www.lalibre.be/international/europe/elections-france/2022/02/03/comment-les-militants-deric-zemmour-parviennent-a-rendre-leur-candidat-omnipresent-sur-twitter-7LJAVLPBWNE55BCKF35Z6UDWGA/
  • 20Minute, "D'Eric Zemmour à Papacito... Pourquoi le réseau social Gettr est-il plébiscité par fachosphère ?", Hakima Bounemoura, décembre 2021 : https://www.20minutes.fr/high-tech/3189231-20211204-quoi-reseau-social-gettr-plebiscite-fachosphere
  • BfmTV, "Qu'est-ce que Qotmii, l'application qui place Eric Zemmour en tête de la présidentielle ?", Raphaël Grably, janvier 2022 : https://www.bfmtv.com/tech/qu-est-ce-que-qotmii-l-application-qui-place-eric-zemmour-en-tete-de-la-presidentielle_AN-202201240363.html
  • Gentside, "Le Z : le jeu vidéo honteux pro-Zemmour où il faut sauver la France", Jason FilanKembo, mars 2022 : https://gaming.gentside.com/jeux-video/eric-zemmour-le-z-le-jeu-video-honteux-pro-zemmour-ou-il-faut-sauver-la-france_art32844.html

13

11

12

zemmour et les réseaux sociaux

LE CAS DU RÉSEAU SOCIAL GETTR…
Lancée en juillet 2021, cette plateforme a été fondée par Jason Miller, l’ancien porte-parole de Donald Trump après que ce dernier ait été banni par plusieurs réseaux sociaux. Son slogan ? “Make Social Media Fun Again”. Il a alors pour objectif, selon son fondateur, de défendre la liberté de parole et de lutter contre la cancel culture en ne pratiquant aucune forme de censure. De ce fait, l’on peut retrouver de très nombreuses personnalités influente de l’extrême droite sur le réseau tel que Thaïs d’Escufon (ex-égérie de Génération identitaire), Alain Soral (essayiste antisémite multicondamné), Stéphane Ravier (sénateur RN), Daniel Conversano (suprémaciste blanc), Hervé Ryssen (militant négationniste) ou encore Marine Le Pen et bien évidemment Eric Zemmour. Ce dernier compte plus de 14 000 followers dont ses plus proches alliés du parti : Antoine Diers, Stanislas Rigault ou Samuel Lafont. La plateforme très controversée abrite également de nombreux contenus complotistes et conspirationnistes mais continue pourtant d’exister et d’étendre l’influence de l’extrême droite, notamment actuellement celle de Zemmour.

13

11

12

zemmour et les réseaux sociaux

L’APPLICATION QOTMII
Depuis la mi-janvier, le nom de l’application a été cité près de 10 000 fois sur Twitter, principalement relayé par les comptes de soutien à Eric Zemmour estimant que les chiffres sur l’application prouvent que les sondages traditionnels sont erronés, voire mensongers. En effet, le principe de Qotmii est d'établir un classement des candidats à la présidentielle en se basant sur un “potentiel électoral” généré par une intelligence artificielle. Ainsi, l’application mettrait en première place Eric Zemmour, information que les pro-Zemmour utilisent à leur profit, faisant dévier la formulation de “potentiel électoral” à “intention de vote”. Cependant, l’entreprise ne présente son outil que comme “un moteur de recherche et un simplificateur de tendance à la frontière des neurosciences, du marketing et de la psychologie sociale”, qui n’a alors aucun but politique. Le but premier de Qotmii est de déterminer le poids numérique d’un candidat sur internet, pas de recenser un avis objectif de la population.

13

14

les sondages

Alors qu’à une semaine du premier tour Eric Zemmour est passé sous la barre des 10% dans les sondages et que 24% des Français disent vouloir faire un vote “utile” plus que politique, le candidat reste convaincu de son passage au second tour. Ce passage sous les 10% dans les sondages serait dû, selon certains médias, à un essoufflement. En effet, Zemmour aurait été très haut dans les sondages très tôt mais il n’a pas su maintenir l’intérêt dans le temps. Une perte dans les sondages allant au profit de Marine Le Pen. Néanmoins, le candidat de Reconquête! croit toujours en sa qualification au second tour, prétendant que les sondages sous-estiment fortement son score. Un scénario se dessinerait alors : celui d’un duel entre Eric Zemmour et Emmanuel Macron au second tour. En effet, malgré les sondages, il est important de rappeler qu’Eric Zemmour a réussi à réunir environ 115 000 adhérents en quelques semaines autour d’un parti tout nouveau et qu’il est encore le seul à devoir refuser des personnes à ses meetings là où d’autres candidats peinent à remplir les salles. De plus, le candidat compte sur son objectif qui est de rallier à sa cause la grande part des abstentionnistes afin de faire pencher la balance le 10 avril.

12

sources

  • Radio Classique, "Présidentielle 2022 : 24% des français veulent voter utile", Béatrice Mouédine, avril 2022 : https://www.radioclassique.fr/magazine/articles/sondage-presidentielle-2022-emmanuel-macron-creuse-lecart-avec-marine-le-pen-au-second-tour/
  • BFMTV, "Eric Zemmour se retrouve sous la barre des 10% d'intentions de vote au premier tour, selon un sondage", avril 2022 : https://www.bfmtv.com/politique/elections/presidentielle/eric-zemmour-se-retrouve-sous-la-barre-des-10-d-intentions-de-vote-au-premier-tour-selon-un-sondage_VN-202204010387.html
  • Entreprendre, "Présidentielles : vers un duel Macron/Zemmour, malgré les sondages ?", Gabriel Gonot, mars 2022 : https://www.entreprendre.fr/presidentielles-vers-un-duel-macron-zemmour-malgre-les-sondages/

15

13

14

les meetings

Le candidat Eric Zemmour, bien que spécialisé dans la politique aux écrans ne revêtait jusqu’alors pas un statut d’homme politique à part entière. De ce fait, il a dû apprendre les codes afin de remplir ses fonctions de candidat au mieux. Il a alors choisi de passer par l’articulation d’un argumentaire construit dont l’objectif était, sinon d’être convaincant, d’attirer l’attention la plus grande. Le candidat a cherché à se placer comme un orateur capable de rassembler les foules, à défaut de maîtriser tous les codes des meilleurs tribuns. Au bouillonnement parfois polémique du journaliste a dû se substituer un ordonnancement précis et clair plus politique. Pour se faire, il a dû acquérir les codes classiques de l’école oratoire : une voix posée, une gestuelle coordonnée, un phrasé calme, des phrases concises, des silences bien placés. En somme, petit à petit, le polémiste Eric Zemmour a construit le candidat aux présidentielles Eric Zemmour.
Le premier meeting d’Eric Zemmour s’est déroulé le 5 décembre 2021 à Villepinte, première fois que le candidat a dû endosser son rôle de politique. Durant ce premier meeting ont été dévoilés le nom du parti, le slogan, les adhésions payantes ainsi que la scénographie qui accompagnera le candidat tout au long de sa campagne. Pour soutenir le candidat, de nombreux représentant politiques ou populaires étaient présents : actifs de la Manif pour tous, la présidente du Mouvement Conservateur, le parti chrétien-démocrate, une figure des gilets jaunes, une ancienne conseillère régionale RN, Pierre-Jean Chalençon (homme d’affaires collectionneur d’objets liés à Napoléon), l’animateur de télévision Eric Naulleau ou encore Karim Ouchikh, proche de l’écrivain d’extême droite Renaud Camus.

sources

  • Le Point Politique, "Zemmour mobilise ses troupes après une entrée en campagne houleuse", AFP, décembre 2022 : https://www.lepoint.fr/politique/zemmour-mobilise-ses-troupes-apres-une-entree-en-campagne-houleuse-04-12-2021-2455279_20.php
  • Paris Match, "Zemmour au Trocadéro, un succès en demi-teinte", Livio Ferrero, mars 2022 : https://www.parismatch.com/Actu/Politique/Zemmour-au-Trocadero-un-succes-en-demi-teinte-1797244
  • FranceInfo, "Meeting d'Eric Zemmour au Trocadéro : Il y a bien un phénomène Zemmour, selon un spécialiste", mars 2022 : https://www.francetvinfo.fr/politique/eric-zemmour/meeting-d-eric-zemmour-au-trocadero-il-y-a-bien-un-phenomene-zemmour-selon-un-specialiste_5048218.html
  • Le Figaro, "Meeting d'Eric Zemmour : quand l'essayiste s'approprie les codes de l'homme politique", Arnaud Benedetti, décembre 2021 : https://www.lefigaro.fr/vox/politique/meeting-d-eric-zemmour-quand-l-essayiste-s-approprie-les-codes-de-l-homme-politique-20211206
  • Le Monde, "Eric Zemmour décline ses thèmes de prédilection pour son premier meeting : immigration, sécurité, identité, haine des médias...", AFP, décembre 2021 : https://www.lemonde.fr/election-presidentielle-2022/article/2021/12/05/election-presidentielle-2022-eric-zemmour-veut-faire-une-demonstration-de-force-pour-son-meeting-a-villepinte_6104806_6059010.html

15

13

14

les meetings

Cependant, ce meeting a connu de nombreuses oppositions… Dans un premier temps, il a fallu changer de lieu d'abord prévu au Zénith afin de ne pas mettre en danger le public au regard des manifestations prévues qui pourraient devenir violentes. En effet, une cinquantaine d’organisations syndicales, de partis et d'associations ont appelé à manifester à Paris pour “faire taire” le candidat d’extrême droite. La préfecture de police a par la suite décompté quelque 2'200 manifestants bien que les organisateurs en déclarent 10'000. Par ailleurs, Stéphane Troussel (président du PS de la Seine-Saint-Denis), soutenu par la députée LFI a lancé une pétition dans le but de faire annuler le meeting par les propriétaires du lieu en l’interpellant sur sa “charte de la diversité". De plus, l’association Action antifasciste Paris-Banlieue avait également appelé sur Twitter à saboter le meeting. De toutes ces actions, malgré une sécurité préparée, de violents incidents ont éclaté à l’arrière de la salle entre des participants au meeting et des membres de l'association SOS-Racisme.

15

13

14

les meetings

En somme, les meetings de Zemmour ne laissent pas indifférents qu’il s’agisse de ses partisans ou de ses opposants, un phénomène encore remarqué lors de son dernier meeting au Trocadéro le 21 mars. Suite à ce dernier meeting du candidat, Mathieu Souquière, expert à la Fondation Jean Jaurès, avance le fait qu’il y a un réel “phénomène Zemmour”. Il explique cette appellation par le fait qu’il s’agit d’un candidat capable de mobiliser de grandes foules autour de prises de parole qui sont de vraies démonstrations de force. Le public était bercé par des discours d’extrême droite venus d’abords de soutiens au candidat tel que Marion Maréchal Le Pen ainsi que par des musiques lyriques digne d’un appel au sauveur. Après son discours, le candidat Zemmour a même traversé le parvis du Trocadéro au milieu des nombreux drapeaux français tenus fièrement par les partisans de Reconquête!.Cependant, encore une fois, des écarts sont à déplorer…Outre le fait qu’il y avait une mauvaise organisation technique (certains ne parvenaient pas à entendre leur candidat à cause de problèmes de son), la violence a encore été de la partie. En effet, deux évènements sont à relever dont le plus médiatisé : “Macron assassin”. Cette phrase lancée par des partisans du candidat d’extrême droite n’a pas manqué de choquer la sphère politique et n’a pu que difficilement être assumée par Eric Zemmour. Néanmoins, connaissant la radicalité du parti, cela n’a au final pas tant choqué la population qu’une telle phrase soit prononcé lors de l’un de ses meetings. Second évènement à relever : un manque d’organisation flagrant. La sécurité s'est retrouvée dépassée par des militants parfois incontrôlables qui ont même cherché à s’en prendre à des journalistes comme en témoigne Sophie Dupont, journaliste pour l’émission “Quotidien” de Yann Barthès.

14

sources

15

le financement

Le financement des présidentielles, bien qu’encore relativement récent, repose sur des règles très strictes et leur non-respect peut entraîner pour le candidat de lourdes conséquences judiciaires. En effet, comme l’a souligné le conseil constitutionnel, ce contrôle s’est progressivement construit et affiné depuis 1988 dans un relatif consensus autour de quelques grands principes parmi la transparence, la limitation et l'aide financière de l’Etat, le tout dans le but d’éviter ou de limiter les sources de financement illicites. Ainsi, un organisme chargé de contrôler le respect des règles a été institué : la Commission Nationale de Comptes de Campagne et des Financements Politiques (CNCCFP). Il se compose de 9 membres, tous hauts magistrats nommés pour 5 ans renouvelables par décret du Premier Ministre. Le président de la commission est quant à lui nommé par le Président de la République en personne. En cas d’irrégularité constatée, elle est chargée de saisir les autorités judiciaires pour lancer des investigations. Elle peut aussi être saisie par chaque candidat qui souhaite contester une décision de la commission le concernant.
Dans un premier temps, la campagne du candidat peut bénéficier de financements publics : ceux de l’Etat. Ce dernier verse une avance forfaitaire de 200'000 euros dès la publication de la liste des candidats. Dans les comptes de la campagne, ce versement sera compris comme un apport personnel du candidat. Ainsi l’Etat prend en charge les frais de la campagne officielle à la télé, à la radio, les frais d’impression et de mise en place des professions de foi, ainsi que les frais d’apposition des affiches sur les emplacements officiels.

  • Yahoo!Actualité, "Présidentielle 2022 : qui finance la campagne d'Eric Zemmour ?", janvier 2022 : https://fr.news.yahoo.com/presidentielle-2022-qui-finance-la-campagne-d-eric-zemmour-164800659.html
  • Les Echos, "Présidentielle 2022 : les règles de financement de la campagne en 5 questions", Hayat Gazzane, décembre 2021 : https://www.lesechos.fr/elections/pratique/presidentielle-2022-les-regles-de-financement-de-la-campagne-en-5-questions-1373071

14

15

le financement

Dans un second temps, la campagne du candidat peut recevoir des financements privés à condition qu’elles aient pour origine la France. De plus, le montant global des recettes n’est pas plafonné et peut être supérieur au montant des dépenses. Parmi ces financements figure :
  • L’apport personnel du candidat ;
  • Les emprunts que le candidat aura pu contracter auprès d’établissements de crédit ou de sociétés de financement (à condition que leur siège social se trouve dans un Etat membre de l’Union européenne, conformément à une loi datant du 15 septembre 2017.) ;
  • Les apports d’argent provenant de la vente de goodies à l’effigie du candidat ;
  • Les contribution des partis politiques ;
  • Les dons de la part de personnes physiques (à condition qu’elles soient de nationalité française ou résident en France). Les dons ne peuvent pas dépasser la somme de 4 600 euros par personne pour l’ensemble d’une élection présidentielle. Un don ouvrant sur un droit à une déduction fiscale. Si les dons sont versés en liquide, il ne peuvent pas dépasser 150 euros.

14

15

le financement

Enfin, à l’issue de la campagne, le candidat pourra bénéficier d'un remboursement forfaitaire des frais de campagne à quelques conditions… Ce remboursement diffère selon les résultats des élections au premier tour, au second tour puis à l'élection finale. Il s’élève au maximum de 4,75% du plafond des dépenses autorisées au premier tour, soit environ 800'423 euros, pour ceux n’ayant pas recueilli plus de 5% des suffrages exprimés. Ce taux monte à 47,5% pour ceux ayant recueilli au moins 5% des suffrages exprimés, soit environ 8 millions d’euros. Enfin, les deux candidats finalistes pourront prétendre à un remboursement de 47,5% du montant du plafond des dépenses autorisées au second tour, soit 10,7 millions d’euros. Le montant du remboursement qui sera versé à chaque candidat sera réduit du montant de l'avance forfaitaire de 200'000 euros.

LE FINANCEMENT DE LA CAMPAGNE D’ERIC ZEMMOUR
Début janvier, l’équipe de campagne d’Eric Zemmour affirmait avoir déjà récolté environ 9 millions d’euros grâce aux adhésions au parti et aux dons. Concernant les apports personnels figure de nombreuses personnalités connues politiquement ou culturellement. Dans un premier temps figure le nom de Charles Gave ayant accordé un prêt de 300'000 euros au candidat avant de se retirer de la campagne. Pour poursuivre, selon Médiapart, des noms tels que Chantal Bolloré ou encore Pierre Beraud-Sudreau connu du grand public comme étant l’ex-chanteur du groupe Partenaire Particulier. D’autres noms du milieu politique figurent aussi parmi les financements de la campagne de Zemmour : un responsable de la section LR au Royaume-Uni aussi directeur d’une entreprise américaine de services financiers, ou encore Didier Wisselmann, ancien directeur de cabinet adjoint de Christian Estrosi et le chef de cabinet de Laurent Wauquiez lorsqu'ils étaient ministre sous la présidence de Nicolas Sarkozy.