Want to make creations as awesome as this one?

Outil de révision pour préparer les contrôles bilans et le DNB Hist-Géo-EMC de 3ème

More creations to inspire you

GRETA THUNBERG

Horizontal infographics

STEVE JOBS

Horizontal infographics

FIRE FIGHTER

Horizontal infographics

ONE MINUTE ON THE INTERNET

Horizontal infographics

SITTING BULL

Horizontal infographics

Transcript

Révisions

Fuente

Histoire

Géographie

EMC

Méthode

Quizz

1939-1945

La 2nde guerre mondiale : Une guerre d'anéantissement + Collaboration et résistance en France

1947-1990

Des colonies aux états

indépendants

Depuis 1991

Géopolitique du monde d'aujourd'hui

Années 1930

Démocraties fragilisées et totalitarismes dans l’Europe de l’entre-deux-guerres

1947-1991

Le monde bipolaire

durant la guere froide

Depuis 1951

La construction européenne

Depuis 1958

La Vème République

HISTOIRE

1914- 1918

Civils et militaires dans la 1ère Guerre mondiale

Le

cours

L'

essentiel

Les

dates

Le vocabulaire

1ère guerre mondiale

1914- 1918

Des vidéos pour
comprendre

1ère partie : L’Europe, un théâtre majeur des guerres totales (1914-1945)

Thème 1 : Civils et militaires dans la 1ère guerre mondiale


I) Les phases chronologiques de la 1ère G.M


- Objectifs : - Présentation des grandes phases du conflit (Manuel LLS p 38-39) / construction d'une frise chronologique


II) La violence faite aux soldats : la bataille de Verdun (1916). [1h15]


Objectifs : - Étudier un exemple de la violence de masse

- Décrire et expliquer la Guerre des tranchées

* Analyse du document vidéo « La bataille de Verdun » France 5 / Tableau à compléter


La multitude des soldats engagés lors de cette guerre des tranchées (70 millions de soldats mobilisés) et l'apparition d'armes toujours plus meurtrières donnent peu de prix à la vie des troupes. Les souffrances terribles des hommes au front (9 millions de soldats tués, 20 millions de mutilés : les « gueules cassées » - doc 2 p 49), ont créé un traumatisme durable dans les esprits de la première moitié du XXème siècle et entrainé la diffusion d’un sentiment résumé par des expressions pacifistes : “plus jamais ça” ; “la der des der”


III) La violence faite aux populations : Le génocide des Arméniens (1915)

Objectif : - Étude d’un évènement significatif de la violence de masse.


* Questionnaire d’après le dossier p 46-47.

L’extermination de plus d’1 M d’Arméniens en 1915 par les Turcs annonce les horreurs nazies de la 2nde Guerre mondiale avec la déportation (déplacement forcé d’une population) et le génocide (extermination programmée d’un peuple) des juifs.


IV) L’implication des civils dans la 1ère guerre mondiale :


La guerre de 14-18 ne se limite pas au front (Zone des combats), elle concerne aussi l'arrière (Zone en arrière des combats) :

- L'appareil industriel est reconverti vers la production de matériel militaire et les femmes sont indispensables dans les usines et les champs (Doc 2 p 44)

- Les civils sont fortement mis à contribution par une propagande massive (manipulation de l’opinion publique) qui entretient l’effort de guerre et l’espoir – doc 3 et 4 p 45.

- Les populations souffrent de la pénurie (manque de produits de 1ère nécessité), des pillages et des violences dans les zones occupées – doc 1 p 44.

- Le deuil touche presque toutes les familles.


Définition de la GUERRE TOTALE : (dans le cadre de la 1ère Guerre mondiale)

Il s’agit d’une guerre qui mobilise toutes les ressources économiques (ex : industrie), morale (ex : propagande), humaines (ex : femme) de la société aussi bien à l’arrière que sur le front des combats. – Faire un schéma à partir de la définition -


V) La Révolution russe :

Objectifs : - Connaître le Révolution russe de 1917

- Présenter un personnage significatif


* Dossier p 50-51

La population russe souffre terriblement des conséquences de la guerre (hausse des prix, chômage, pénurie), c’est pourquoi elle se soulève spontanément avec l’appui des soldats qui rejettent la guerre en février 1917 entrainant l’abdication du Tsar Nicolas II et la mise en place d’une république provisoire.

Mais la poursuite de la guerre entraine une seconde révolution en octobre 1917, menée par les Bolcheviks (parti communiste) de Lénine. Celle-ci installe au pouvoir le parti communiste alors que les Russes signent un traité de paix avec l’Allemagne.


VI) Vers un monde nouveau : Des Traités de paix dangereux.


- Objectifs : - Connaître la carte de l’Europe au lendemain de la guerre

- Construire une carte historique

* Carte à compléter en s’aidant de la carte p 49

Les traités de paix bouleversent le carte politique de l’Europe : C’est la fin de 4 empires (Allemand, d’Autriche-Hongrie, Russe et Ottoman), la création de nouveaux Etats en Europe centrale (ex : Pologne) s’accompagne cependant de tensions territoriales.


Le Traité de Versailles le 28 juin 1919 impose une « paix de vainqueurs » qui humilie l’Allemagne (Perte de territoire, interdiction d’avoir une armée, de tanks, d’aviation, obligation de payer les réparations) et prépare ainsi de nouveaux conflits.

* Génocide (Extermination programmée d’un peuple ; ex : génocide arméniens).

* Déportation (déplacement forcé d’une population, ex : déportation des Arméniens)

* Front (Zone des combats)

* Arrière (Zone en arrière des combats)

* Pénurie (manque de produits de 1ère nécessité)

Les phases chronologiques de la 1ère GM

* 1915 : Génocide des Arméniens (1 M de morts)


* Octobre 1917 : 2nde révolution russe, les communistes de Lénine prennent le pouvoir


* 28 juin 1919 : Le Traité de Versailles


Cliquer sur le titre pour lancer la vidéo


Les tranchées de Verdun



Le

cours

L'

essentiel

Les

dates

Le vocabulaire

Démocraties fragilisées et totalitarisme dans l’Europe de l’entre-deux-guerres

Années 1930

Des médias pour
comprendre

Thème 2 : Démocraties fragilisées et totalitarisme dans l’Europe de l’entre-deux-guerres


I) Le régime soviétique à travers l’exemple de la collectivisation des terres :

* Travail sur fiche d’après « La ligne générale » de S. Eisenstein et un documentaire « Staline, le tyran rouge »


II) La terreur Stalinienne :


A la mort de Lénine en 1924, Staline prend le pouvoir en écartant peu à peu ses rivaux (Trotski sera ainsi chassé puis assassiné). Toute l’économie passe sous le contrôle de l’état : c’est la collectivisation forcée des terres en 1929 avec la création de fermes collectives (Kolkhozes) et Staline fait de même pour l’industrie qui devient sa priorité en créant de grands complexes industriels dirigés par des responsables communistes.


Les résistances sont vives dans la société, particulièrement chez les koulaks (propriétaires paysans). En réponse, Staline mène une politique de terreur, faisant arrêter puis déporter dans les Goulags (camps de travaux forcés) des millions de personnes et provoquant de terribles famines (6 millions de morts en Ukraine en 1933). Staline utilise tous les moyens de propagande pour manipuler l’opinion publique en sa faveur comme le cinéma (« La ligne générale » de S. Eisenstein).


Si, durant le règne de Staline entre 1924 et 1953, l’URSS est devenue une grande puissance économique et militaire, le bilan pour la population fut désastreux avec près de 30 millions de victimes.


* Fiche résumé : « Caractériser les régimes totalitaires »


III) Le régime nazi à travers l’antisémitisme :

OBJECTIFS : identifier l'idéologie nazie et expliquer la nazification de la société


* Etude d’un extrait d’« Europa Europa » d’A.Holland


IV) Le régime nazi, un régime totalitaire, raciste et guerrier :


1) La montée au pouvoir d’Hitler :


Alors que l’Allemagne est durement frappée par la crise économique depuis 1929, le parti nazi fondé par Hitler progresse rapidement lors des élections en s’appuyant sur l’antisémitisme (haine des juifs), la peur du communisme et la volonté de revanche de la population depuis l’humiliation du Traité de Versailles.

En janvier 1933, le président Hindenbourg nomme Hitler chancelier (chef du gouvernement) et dès 1934, celui-ci obtient les pleins pouvoirs et devient Reichsführer. Les autres partis politiques sont interdits et les opposants, communistes pour la plupart, sont envoyés dans les 1ers camps de concentration.


2) Un totalitarisme raciste et guerrier :


Toutes les couches de la population sont soumises à la nazification de la société. Les enfants sont embrigadés dans les Jeunesses hitlériennes où l’on forme la future élite nazie. La propagande nazie touche tous les médias ainsi que l’école alors que la police politique (Gestapo) et le service d’ordre d’Hitler (SS) font régner la terreur parmi la population, les libertés sont supprimées, le culte du chef (führer) est partout proclamé. C’est le totalitarisme.


Les lois de Nuremberg (1935) [doc 1 p 78] permettent d’appliquer l’antisémitisme en privant les juifs de la citoyenneté allemande et en leur interdisant l’accès à de nombreux emplois. Dès 1938, les juifs subissent des persécutions physiques lors de pogroms (agression organisées).


Hitler se prépare par ailleurs à la guerre en orientant toute son économie vers la production d’armement, en remilitarisant la Rhénanie dès 1936, et en rétablissant le service militaire, le tout en violation du Traité de Versailles. Il fonde sa politique guerrière sur la notion d’espace vital (L’Allemagne a besoin d’agrandir son territoire pour survivre et en utilisant la force s’il le faut). Jusqu’à la veille de la guerre, il va mener une politique d’extension territoriale en annexant les territoires voisins. (doc 3 p 79)


* Fiche résumé : « Caractériser les régimes totalitaires »


V) La démocratie en danger en France les années 1930 et le Front Populaire :

OBJECTIFS : Décrire la crise des années 30 et les principales mesures prises par le Front Populaire


*Doc 2 p 72


La France connaît à partir de 1931 une longue période de récession (recul de l’activité économique) marquée par l’augmentation du chômage. La crise économique s’ajoute à une crise politique. Les années 193O sont en effet marquées par une forte instabilité ministérielle et de nombreux scandales politico-financiers (affaire Stavisky - 1934) qui fragilisent le régime républicain.


Dans ce climat tendu, les ligues (organisations d’extrême-droite opposées à la République parlementaire) manifestent violemment lors des émeutes du 6 fév. 1934 alors que la Gauche s’organise en défilant le 14 juillet 1935 dénonçant une dérive fasciste (anti-démocratique) à l’image de l’Allemagne.


Aux élections législatives de 1936, les 3 partis de gauche unis dans le Front populaire (Socialistes, Communistes, Radicaux) obtiennent la majorité absolue à la chambre des députés. Le socialiste Léon Blum devient Président du conseil et entreprend des réformes considérables :


- Les réformes économiques portent essentiellement sur l’augmentation des salaires afin de stimuler la consommation et donc la production. Ce sera aussi la nationalisation des chemins de fer avec la création de la SNCF.

- Mais ce sont les réformes sociales qui resteront dans l’histoire. La liberté syndicale rétablit l’équilibre entre patrons et ouvriers, la semaine de 40 heures et les congés payés améliorent la vie des travailleurs et créent de nouveaux modes de vie.

1) Le régime soviétique :

*Kolkhozes : fermes collectives créées par Staline lors de la collectivisation forcée des terres en 1929

* Koulaks : propriétaires paysans russes.

* Goulag : camps de travaux forcés russes


2) Le régime nazi :


* Antisémitisme : haine des Juifs.

* Chancelier : Chef du Gouvernement (Hitler est nommé chancelier en Janvier 1933).

* Gestapo : police politique de Hitler.

* Pogroms : agressions organisées contre une communauté ethnique ou religieuse.

* Espace vital : concept géopolitique popularisé sous le nazisme qui soutient que l’Allemagne a besoin d’agrandir son territoire pour survivre en utilisant la force si nécessaire.


3) La démocratie en danger en France :


* Ligues : organisations d’extrême-droite opposées à la République parlementaire

* fasciste : anti-démocratique

Russie/URSS :


1924 : Mort de Lénine

1929 : Collectivisation des terres par Staline

1933 : Famine en Ukraine (6 millions de morts)

1924 -1953 : Staline au pouvoir


Allemagne :


Janvier 1933 : Hitler est nommé chancelier

1935 : Les lois de Nuremberg


France :


6 février 1934 : Émeutes des ligues d'extrême droite

1936 : Arrivée au pouvoir du Front populaire

Cliquer sur le titre pour lancer le média


L'appel à cesser le combat le 17 juin 1940 par Pétain

L'appel à la résistance du 18 juin 1940 par De Gaulle





Le

cours

L'

essentiel

Les

dates

Le vocabulaire

La 2nde Guerre mondiale : une guerre d'anéantissement + Collaboration et résistance en France

1939- 1945

Thème 3 : La 2nde guerre mondiale : une guerre d’anéantissement (1939-1945)


I) Une guerre planétaire et d’anéantissement : l’exemple de la guerre du Pacifique :

OBJECTIFS : - Montrer la mobilisation des forces matérielles et morales

- Etudier la dimension planétaire du conflit

- Caractériser les enjeux militaires

- Histoire des arts

* Questionnaire sur 2 extraits vidéo :

- « De Nuremberg à Nuremberg » F. Rossif (Pearl Harbour)

- « Gen d’Hiroshima »


II) Les phases chronologiques de la Seconde Guerre mondiale (1939-1945) :


OBJECTIFS : - Etablir une brève chronologie des évènements

- Connaître la dimension planétaire du conflit


1) Les victoires de l’axe : (1939-1942)

* Cartes animée (Hatier) p84 + carte du manuel de la classe p 86-87 + texte à trous

a) La guerre sur 2 fronts :


L’Allemagne écrase la Pologne en 1 mois, c’est la Guerre-éclair (Blitzkrieg). Jusqu’en avril 1940, la France et le RU adoptent une stratégie défensive, c’est la “drôle de guerre”.


Puis le 10 mai 1940, Hitler lance une brutale offensive qui balaye les armées franco-britanniques. Dès juin 1940, la moitié nord de la France est occupée ; l’armistice est signé le 22 juin 1940.


Hitler échoue cependant dans sa volonté de faire capituler le RU malgré les bombardements massifs de la bataille d’Angleterre (1941).


Trahissant le pacte signé avec Staline, Hitler attaque l’URSS le 22 juin 1941 et parvient dès la fin de l’été aux portes de Moscou.


A l’automne 1942, l’Allemagne est au sommet de sa puissance.

b) La mondialisation du conflit :


Dans sa volonté de s’assurer le contrôle du pacifique, le Japon attaque la flotte américaine basée à Pearl Harbor (Hawaï) le 7 DEC 1941. Les EU leur déclarent la guerre ; en réponse, l’Allemagne et l’Italie déclarent la guerre aux EU.


2) La défaite de l’axe : (1942-1945) :


* Carte animée (Hatier) p 85 + carte du manuel de la classe p 87 + texte à trous

a) le tournant de l’année 1942 :


L’année 1942 marque l’arrêt des conquêtes japonaises dans le pacifique alors que l’Allemagne subit sa première grande défaite à Stalingrad (fév. 1943).

b) La victoire finale :


Les débarquements alliés avec le renfort déterminant des Américains à partir de nov 1942 (Afrique du nord) jusqu’aux opérations de Normandie (6 juin 1944) et de Provence (Août 1944), repoussent les Allemands vers leur pays. Le Rhin est franchi en mars 1945.


L’armée rouge pour sa part chasse les Allemands de toute l’Europe de l’est et entre à Berlin en Avril 1945, elle est rejointe par l’armée américaine alors qu’Hitler se suicide le 30 avril. L’Allemagne capitule sans conditions le 8 mai 1945.

Il faudra 2 bombes atomiques sur Hiroshima (6 août 1945) et Nagasaki (8 août) pour que le Japon capitule à son tour le 2 sept 1945.


III) Les enjeux idéologiques et nationaux de la Seconde Guerre mondiale :


1) Des moyens colossaux au service de l’anéantissement :


87 millions de combattants mobilisés, des économies entières tournées vers l’effort de guerre, l’utilisation d’armes très destructrices et en quantités illimitées (blindés, bombes, fusées V1 et V2, arme atomique), font de la 2ème GM la guerre la plus meurtrière de l’histoire avec près de 60 millions de morts.


La stratégie de la guerre totale (militaire, économique et idéologique) initiée par les nazis et à laquelle répondent les alliés en bombardant massivement les villes allemandes, françaises et japonaises, entraîne pour la 1ère fois davantage de victimes civiles que militaires dans de nombreux pays. (Doc 3 p 105)


2) Des idéologies meurtrières :


Le racisme comme moteur de la guerre entraîne des massacres terribles (Génocide des Juifs et des Tziganes par les nazis, massacres des Chinois par les Japonais).


Les conquêtes territoriales sont alors impitoyables, la destruction totale de l’adversaire détermine toutes les stratégies. Ainsi, les Allemands et les Japonais pillent et tuent lors de leurs avancées en URSS et en Chine et les Japonais préfèrent mourir plutôt que de se rendre. Le recul des Allemands après 1942 sera l’occasion des plus grandes tragédies (Oradour-sur-GlaneVidéo extraite de « De Nuremberg à Nuremberg », 1h 07min 30 s).


IV) La volonté d’extermination des juifs et des Tziganes d’Europe :


OBJECTIFS : - Décrire et expliquer le processus de l’extermination

- Confronter et mettre en relation des documents divers (textes et schéma)


1 L’exemple du camp d’extermination de Treblinka :


* Questionnaire + travail sur TBi d’après dossier p 98-99 du manuel*


2) Le processus d’extermination des Juifs et des Tziganes :


*Documents p 96-97-98-99


Dès 1940, la politique antisémite nazie est appliquée dans les territoires occupés par les Allemands. Les Juifs sont identifiés (Etoile jaune) et exclus de la société comme en France occupée. Ils sont victimes de rafles (arrestations en masse) comme celle du Vel d’hiv à Paris en juillet 1942 puis déportés dans des camps de transit ou réunis dans des ghettos (Quartier isolé du reste de la ville dans lequel les nazis enferment les juifs) tel celui de Varsovie en Pologne (doc 1 p 96).


L’extermination commence avec l’invasion de l’URSS par l’armée allemande. Des unités spéciales de SS, les Einsatzgruppen, sont chargées de tuer systématiquement tous les juifs, les Tziganes et les résistants.


En janvier 1942, la conférence de Wannsee (doc 1 p 98) programme l’extermination de 11 millions de juifs européens, c’est la solution finale. Les ghettos sont vidés et les juifs acheminés dans des wagons à bestiaux dans 6 camps d’extermination (voir carte p 97). La mise à mort y est organisée de manière industrielle : femmes, enfants et vieillards sont asphyxiés dans les chambres à gaz avant d’être brulés dans les fours crématoires ou enterrés dans des fosses communes.


Au total, près de 6 millions de Juifs et 240 000 Tziganes seront tués avant la libération des camps en 1945. Les responsables nazis seront jugés lors du Procès de Nuremberg en 1945-1946 (p 100) + Documentaire « De Nuremberg à Nuremberg »


Thème 4 : La France dans la 2nde guerre mondiale : Collaboration, résistance, refondation républicaine


I) La défaite de 1940 et ses conséquences :


OBJECTIFS : - Raconter la défaite et expliquer ses conséquences.

- Confronter un document sonore et un document écrit

* Ecoute et lecture du discours de Pétain (p 122)

- Pourquoi la France a-t-elle-perdu selon Pétain ?

Car l’Allemagne était supérieure en armes et en nombre

- Que propose Pétain aux Français ?

De cesser le combat et d’aboutir à une paix avec l’Allemagne


* Carte p 112


Le mois de mai 1940 voit l’armée française balayée par l’armée allemande. Le Maréchal Pétain, héros de la 1ère guerre mondiale est appelé au pouvoir et devient président du Conseil le 16 juin. Il appelle à la fin des combats et signe l’armistice avec l’Allemagne le 22 juin 1940. Les conditions de la défaite sont très dures pour la France : (doc 1 p114)


- La moitié nord de la France est occupée par les Allemands, Vichy devient la capitale de la France encore libre.

- La France doit payer l’entretien des armées d’occupation etc…


Le 10 juillet 1940, Pétain modifie la constitution et obtient des pouvoirs très étendus. C’est la fin de la IIIème république et la mise en place de l’Etat français, un régime autoritaire.


II) Le régime de Vichy : autoritaire et collaborationniste :


OBJECTIFS : - Décrire quelques aspects du régime de Vichy révélateurs de son idéologie.


* Analyse du document p 113 (Affiche) :


- Quelle est la nouvelle devise de la France ? travail – famille – patrie

- Pourquoi peut-on parler de « culte du chef » dans ce doc ? Portrait / bâton de maréchal/ lauriers

- Sur quels éléments de la société s’appuie Pétain ? Campagnes-agriculture / Artisans / Colonies / famille / industries et villes en arrière-plan


Pétain souhaite restaurer la grandeur de la France par une Révolution nationale. Il s’agit de mettre en avant les valeurs traditionnelles de la France basées sur l’agriculture, l’artisanat et la famille (création de la fête des mères) qu’il oppose aux villes et à l’industrie considérées comme vivier du communisme et des juifs.


Il condamne aussi la démocratie qu’il estime coupable des malheurs de la France. Il met en place un régime autoritaire, l’Etat français, autour du culte du chef, de la censure des médias et de la limitation des libertés.


Surtout, le régime de Vichy va se rendre coupable de collaboration avec l’Allemagne par une série de mesures:


- Collaboration diplomatique dés octobre 1940 lorsque Pétain rencontre Hitler à Montoire (doc p 113).


- Politique antisémite avec la création du statut des juifs (doc 5 p 115) qui les exclue peu à peu de la société sur le modèle des lois de Nuremberg et déportation vers les camps (Rafle du Vel d’Hiv’ en 1942).


- Mise en place du STO (Service du travail obligatoire) qui oblige les français à travailler en Allemagne pour soutenir l’effort de guerre nazi (doc 4 p 115).


La collaboration est autant idéologique que stratégique et Pétain espère obtenir des avantages d’Hitler. Ce sera tout l’inverse et en novembre 1942, toute la France est occupée.


III) De Gaulle, de la résistance à la libération :


OBJECTIFS : - Décrire un mouvement de résistance dans le contexte de l’action de De Gaulle

- Décrire quelques mesures prises à la libération pour refonder la République


1) Résister pour libérer la France :


* Ecoute du discours du Général De Gaulle (doc 1 p 116)

* Questionnaire oral sur le discours :

- raisons de la défaite ? Infériorité stratégique et matérielle / esprit d’abandon du pouvoir

- raisons d’espérer ? colonies, Ressources des Etats-Unis, Angleterre en lutte

- propositions de De Gaulle ? Réunir les Français pour poursuivre le combat


Alors qu’en France, le 17 juin 1940, Pétain annonce la défaite française, réfugié à Londres, le Général De Gaulle lance un appel à la BBC pour la poursuite du combat le 18 juin 1940. Il crée une petite armée à l’aide des colonies, les FFL (Forces Françaises Libres).


* Etude du dossier p 116 – 117 sur la résistance


En France, des groupes de plus en plus nombreux gagnent le Maquis pour lutter contre le régime de Vichy et l’occupant nazi. Jean Moulin est envoyé en France par De Gaulle pour unifier la résistance, il crée en 1943 (mai) le Conseil National de la Résistance (CNR) clandestin. Les résistants regroupés désormais dans les FFI (Forces Françaises de l’Intérieur) harcellent les forces Allemandes d’occupation (sabotages, attentats -) et entretiennent l’espoir par une propagande discrète mais efficace (ex : Journal Libération crée en 1941 doc 1 p126).


* Carte p 206


Le 25 Août 1945, le Général De Gaulle, les FFI et les FFL entrent triomphant dans Paris libéré.


2) Refonder la république :


De Gaulle est nommé chef du gouvernement provisoire de la république et entreprend l’épuration (élimination plus ou moins régulière) des anciens collaborateurs. (Doc 2 p 216)


De grandes réformes inspirées du programme du CNR (doc 1 p 208) comme le droit de vote des femmes en 1944 ou la création de la sécurité sociale, permettent de restaurer la démocratie. En octobre 1946, une nouvelle constitution établit la IVème république, sans De Gaulle.

Thème 3 : La seconde GM, une guerre d’anéantissement – 1939-1945


* guerre totale (militaire, économique et idéologique)

* Rafles : arrestations en masse (ex : rafle du Vel d’Hiv à Paris en juillet 1942).

* Ghetto : quartier isolé du reste de la ville dans lequel les nazis enferment les juifs (ex : ghetto de Varsovie en Pologne)

* Einsatzgruppen : unités spéciales des SS chargées de tuer systématiquement tous les juifs, tziganes et résistants lors de l’invasion de l’URSS par l’armée allemande.

* Solution finale : programme d’extermination de 11 millions de juifs européens décidé lors de la Conférence de Wannsee, en janvier 1942.

* Camps d’extermination : installation dont le but est de tuer industriellement les gens qui y sont amenés (ex : Les Juifs au camp de Tréblinka)


Thème 4 : La France dans la 2nde guerre mondiale :

Collaboration, résistance, refondation républicaine


* Révolution Nationale : Politique mise en place par Pétain pour restaurer la grandeur de la France en privilégiant les valeurs traditionnelles (ex : Nouvelle devise = Travail/Famille/Patrie)

* FFL : Forces Françaises Libres (armée de la résistance fondée par De Gaulle à Londres)

* FFI : Forces Françaises Intérieures (armée de la résistance dirigée par Jean Moulin en France)

* CNR : Conseil National de la Résistance créé par Jean Moulin

* épuration : élimination plus ou moins régulière des anciens collaborateurs

Le

cours

L'

essentiel

Les

dates

Le vocabulaire

la guerre froide

1947-1991

Des vidéos pour
comprendre

3ème partie : Le monde depuis 1945

Thème 1 : Le monde bipolaire au temps de la guerre froide


I) L’Allemagne et Berlin : Symboles et enjeux de la guerre froide :


OBJECTIFS : - Comprendre les enjeux de la guerre froide

- Faire le récit d’épisodes symboliques de la guerre froide


* Film de l’INA (HATIER – JALONS) sur la construction du mur + questionnaire (documents 1 p 156 en appui)

* Analyse du discours de Kennedy (doc 4 p 157) + questionnaire


Au sortir de la 2nde Guerre mondiale, les pays vainqueurs divisent l'Allemagne vaincue en 4 zones d'occupation.


Mais dès 1947, les occidentaux et les soviétiques se divisent sur le statut de l’Allemagne occupée. La 1ère grande crise de ce que l'on appelle désormais la Guerre Froide entre les Russes et les Américains est le blocus de Berlin (1948-1949) par les Russes. Il s'agit d'une riposte à la fusion des 3 zones d'occupation en Allemagne de l’ouest. Cela aboutit en 1949 à la séparation politique de l'Allemagne en deux Etats ennemis : la RDA à l'est et la RFA à l'ouest. La frontière physique infranchissable qui sépare désormais les 2 pays devenus ennemis est appelée le « rideau de fer ». Il sépare aussi toute l'Europe en 2 parties (une zone sous domination russe à l'est et une zone occidentale à l'ouest sous influence américaine).


Berlin coupée elle aussi en 4 zones d'occupation devient le symbole de cette séparation. Pour stopper la fuite des Allemands de l’est vers le secteur occidental, les autorités est-allemandes font construire en août 1961 un mur divisant la ville en deux zones à l’image de l’Allemagne séparée par le “rideau de fer”. Considéré par les occidentaux comme le "mur de la honte", il symbolise l’opposition entre les démocraties et le totalitarisme soviétique et devient un enjeu majeur de la Guerre Froide. Cette opposition est mise en avant par Kennedy dans son discours à Berlin le 28 juin 1963.


II) La guerre froide :


* Documents d’appui : cartes p 151


1) Un monde séparé en 2 blocs :


L’attitude des Etats-Unis et de l’URSS après la 2nde Guerre Mondiale conduit inévitablement à une rupture entre les 2 puissances :

- Staline impose la domination de l’URSS à toute l’Europe centrale. Les E.U y voient une grave menace pour la Démocratie (”Le péril rouge”).

- Les Américains (Psd Truman) aident massivement l’Europe occidentale par l’intermédiaire du Plan Marshall (12 milliards de $ entre 1947 et 1951), aussi bien pour réparer les dégâts de la guerre que pour étendre leur influence politique et contrer le communisme. L’URSS considère cela comme une menace impérialiste.


Les 2 blocs organisent alors leur camp :


- L’OTAN (Organisation du Traité de l’Atlantique Nord) est une alliance militaire mise en place en 1949 (4avril) entre les EU et les pays d’Europe de l’Ouest. (Carte p 151)


- Le Pacte de Varsovie (11-14 mai 1955) est la réponse de l’URSS à l’OTAN en organisant un alliance avec les pays d’Europe centrale (Albanie, Bulgarie, RDA, Pologne, Roumanie, Tchécoslovaquie et Hongrie) (Carte p 1151)


- Une propagande très importante englobant la culture, les médias autant que la science, touche massivement les opinions publiques des 2 camps. Certains pays, cependant, en Europe mais surtout en Afrique, Asie et Moyen-Orient essaient de se soustraire à l’influence des 2 puissances. (carte p 151).


2) Un affrontement indirect mais dangereux :


L’absence d’affrontement direct entre les 2 superpuissances est remplacée par une série de crises et de guerres périphériques avec pour toile de fond la lutte d’influence entre les EU et l’URSS :


- juin 1948 : Le Blocus de Berlin (voir leçon précédente)

- 1950 - 1953 : La guerre de Corée : Elle oppose la Corée du Nord soutenue par les communistes à la Corée du sud aidée par les EU. Elle aboutit à la division du pays en 2 Etats hostiles aujourd’hui encore. (vidéo Universalis)

- La crise des missiles à Cuba (1962). (voir vidéo Universalis)


* Tableau récapitulatif à compléter : « Un monde bipolaire »



Bloc de l’ouest

Bloc de l’est

Pays leader

Etats-Unis

URSS

Idéologie dominante

Capitalisme / Libéralisme

Communisme

Alliance militaire

OTAN

Pacte de Varsovie

Etats alliés

Royaume-Uni, France, RFA…

Pologne, Hongrie, RDA…

Principaux conflits

- Blocus de Belin (1948-1949 / Csq : Séparation de l’Allemagne en 2

- Guerre de Corée (1950-1953) / Csq : 1 million de morts

- Crise des missiles à Cuba (1962) / Csq : Risque de guerre nucléaire


3) La fin de la guerre froide :


La course aux armements avec les Etats-Unis a ruiné l’URSS et ses alliés. Pour faire face aux difficultés économiques, Gorbatchev, arrivé au pouvoir en 1985, entreprend des réformes économiques et politiques (Perestroïka = ouverture). Ex : Accords de désarmement nucléaire avec les Etats-Unis de R. Reagan.


Mais les réformes économiques échouent et entraînent l’effondrement du système soviétique :


- La fin du pouvoir communiste dans les pays d’Europe centrale est symbolisée surtout par la chute du Mur de Berlin en Nov 1989 et la réunification de l’Allemagne en Oct 1990.


- Le réveil des nationalités dans les 15 Républiques soviétiques aboutit à la disparition de l’URSS qui laisse place en Déc 1991 à 15 Etats souverains.

*RFA : République Fédérale Allemande (Allemagne de l'Ouest)


*RDA : République Démocratique Allemande (Allemagne de l'Est)


*Rideau de fer : frontière séparant l'Europe en 2 blocs, Ouest et Est


*Mur de la Honte : Surnom donné au Mur de Berlin par les occidentaux


*Plan Marshall : Aide économique des Etats-Unis aux pays d'Europe de l'ouest


*OTAN : Organisation du traité de l'Atlantique Nord (alliance militaire mise en place en 1949 entre les EU et les pays d’Europe de l’Ouest


*Pacte de Varsovie : Alliance militaire de l'URSS avec les pays d’Europe centrale (1955)


*Pérestroïka : Politique d'ouverture économique et politique de l'URSS envers le monde occidental

*1947 : Plan Marshall - Début de la Guerre froide -


*1948-1949 : Blocus de Berlin


*1949 : Séparation de l'Allemagne en 2 pays : RFA et RDA


*1949 : Création de l'OTAN


*1950-1953 : Guerre de Corée


*1955 : Création du Pacte de Varsovie


*1961 : Construction du Mur de Berlin


*1962 : Crise des missiles à Cuba


*1963 : Discours de Kennedy à Berlin Ouest


*1989 : Chute du mur de Berlin


*1990 : Réunification des 2 Allemagnes


*1991 : Éclatement de l'URSS en 15 nouveaux pays dont la Russie - Fin de la Guerre froide



Cliquer sur le titre pour lancer la vidéo

Le blocus de Berlin (1948-1949)


La crise des missiles à Cuba (1962)


L'Allemagne durant la guerre froide


Le

cours

L'

essentiel

Les

dates

Le vocabulaire

La Décolonisation

1947- 1990

Thème 2 : Des colonies aux états nouvellement indépendants


I) La guerre d’Algérie (1954-1962) : Un conflit de l’indépendance.


  • OBJECTIFS : - Raconter un conflit de l’indépendance

- Connaître les revendications qui ont débouché sur les indépendances

- Décrire les problèmes de développement de l’après-indépendance


* Visionnage du documentaire « 1954, la guerre commence en Algérie » - lesite.tv

* Questionnaire d’accompagnement (sur fiche)

*Questionnaire oral d’après le manuel

- D’après les doc 3 et 4 p 136, quelles raisons sont à l’origine du conflit ?

Les conditions de vie (santé, richesse, éducation) très inférieures des Algériens par rapport aux Français d’Algérie / La privation de liberté

- D’après le doc 5 p 137 et le documentaire vidéo, quels sont les moyens utilisés par les protagonistes de ce conflit ?

La violence et les attentats par le FLN et la torture et les moyens militaires par les Français

- D’après le doc 6 p 137, quelles sont les conséquences de la guerre pour les Français d’Algérie ?

Le départ précipité de plus de 800 000 pieds noirs vers la France


Depuis sa colonisation en 1830, beaucoup de Français considéraient l’Algérie comme partie intégrante du territoire. Près d’1 millions de “Pieds noirs” originaires de métropole y vivaient pour près de 8,5 millions d’Algériens d’origine en situation d’infériorité matérielle et politique.

Alors que le Maroc et la Tunisie dés 1956, puis l’Afrique noire à partir des années 1960 obtiennent pacifiquement l’indépendance, il faudra 8 ans de guerre pour que l’Algérie se libère de la colonisation française.

Celle-ci commence avec l’insurrection du FLN le 1er nov 1954 (Toussaint rouge) et sera marquée par la violence terroriste et militaire de part et d’autre des 2 camps.

Les Accords d’Evian signés par le Général De Gaulle le 18 mars 1962 scellent cette indépendance mais n’effacent pas le traumatisme des 400 000 Algériens et des 30 000 Français tués, des 800 000 Pieds Noirs expatriés et des Harkis (Algériens ayant combattu pour la France et déconsidérés par celle-ci après la fin du conflit).

II) La décolonisation et les espoirs déçus du Tiers-monde :


1) La fin des empires coloniaux : (carte p 133)


Analyse des textes (EU/URSS/ONU) doc 1 p 142


La 2nde Guerre mondiale a affaibli les puissances coloniales européennes (R-U, France, Pays Bas). De plus, les EU et l’URSS sont hostiles au maintien des colonies, appuyées en cela par l’ONU qui prône l’autodétermination des peuples (la population choisi son avenir politique). Cette évolution renforce donc les mouvements pour l’indépendance :

- Une 1ère vague de décolonisation touche principalement l’Asie du Sud de 1945 à 1955. Pacifiquement en Inde britannique (1947) mais à la suite de conflits en Indochine française (1945-1954) et en Indonésie néerlandaise (1949).

- Une 2ème phase de décolonisation après 1955 touche surtout l’Afrique, le plus souvent pacifiquement sauf en Algérie française (1954-1962). L’Afrique noire ne sera décolonisée que dans les années 1970-1990.


2) L’échec du Tiers monde :


doc 3 p 143 (Affiche)


Les pays du Tiers monde (1952, Alfred Sauvy -démographe) font entendre pour la première fois leur voix lors de la Conférence de Bandoeng (1955). Ils y condamnent la colonisation et proposent une position de neutralité vis à vis des 2 grande puissances de la guerre froide ainsi qu’une coopération entre l’Afrique et l’Asie. Ils espèrent ainsi rattraper leur retard économique.

Mais malgré la création du “Mouvement des non-alignés” (1961) à Belgrade, les écarts grandissants entre une Afrique très en retard et une Asie en fort développement et les guerres (ex : Inde-Pakistan, 1965-1966), provoquent l’éclatement du tiers-monde et la fin de son espoir de peser sur la scène internationale.

Pieds Noirs : Français d'Algérie descendants d'émigrants européens,

et « rapatriés» dans les années 1960.


Harkis : Algériens d'origine ayant servi dans l'armée française durant la guerre d'Algérie


FLN : Front de Libération Nationale. Groupe politique et armé algérien luttant contre la colonisation française.


Tiers monde : Ensemble des pays (souvent d'anciennes colonies) en retard de développement et à l'écart des 2 grands blocs de la guerre froide.

1947-1955 : 1ere vague de décolonisations en Asie


1956-1965 : 2ème vague de décolonisations en Afrique


1947 : Indépendance négociée de l'Inde britannique


1945-1954 : Guerre d'Indochine


1954- 1962 : Guerre d'indépendance Algérienne


1955 : Conférence de Bandung (Affirmation du Tiers monde)


1956 : Indépendances du Maroc et de la Tunisie


1961 : Conférence de Belgrade, création du "Mouvement des non alignés"


Le

cours

L'

essentiel

Les

dates

Le vocabulaire

Contruction européenne

Depuis 1951


Thème 2 : Affirmation et mise en œuvre du projet européen


I) La naissance de la CEE (Communauté Economique Européenne) en 1957 :


Objectifs : - Identifier 3 thèmes fondateurs : L’ancrage à l’ouest, l’adhésion aux valeurs démocratiques et l’intégration économique

- Raconter une étape de la construction européenne en la situant dans le contexte international


* Questionnaire et schéma d’après le dossier p 174-175 + Documentaire vidéo HATIER


Après 2 guerres mondiales ayant ravagées l’Europe, l’idée d’une union de ses états afin d’éviter de nouveaux conflits apparaît indispensable. Sous l’impulsion des français Jean Monnet et Robert Schuman et du chancelier de RFA Konrad Adenauer, 6 pays d’Europe de l’ouest (France, Allemagne, Italie et les pays du Benelux = Belgique, Pays-Bas et Luxembourg) créent une association économique en 1951 : la CECA (Communauté du Charbon et de l’Acier). L’objectif de contrer la menace communiste à l’est mais aussi d’imposer une puissance européenne face aux 2 grands (EU et URSS) conduit à la création lors du traité de Rome en 1957 de la CEE (Communauté Economique Européenne). Celle-ci institue la libre circulation des biens et des personnes à l’intérieur de frontières communes et la mise en place de politiques économiques communes (Agriculture avec la PAC, transport). La CEE s’élargira à de nouveaux états par la suite (cartes p 172- 173 + carte animée universalis).


Cet élargissement s’appuie sur la volonté d’intégrer les nouvelles démocraties, telles l’Espagne qui tourne ainsi le dos à la dictature du Général Franco en intégrant la CEE en 1986 de même que le Portugal.


II) L’Union Européenne :


* Etude du Traité de Maastricht – Documentaire « Arrêt sur Maastricht » – Questionnaire–

1 – Combien de pays signent ce traité et en quelle année ?

12 pays signataires, février 1992, à Maastricht au sud des Pays-Bas

2 – Quelle est la grande mesure économique de ce traité ?

La création d’une union monétaire prélude à la création d’une monnaie unique

3- Quelles mesures non économique donnent à ce traité une dimension politique ?

Instauration d’une citoyenneté européenne et d’une politique de défense

4- Comment s’appelle l’organisation née du traité de Maastricht ?

L’Union Européenne


+ Carte p 145 en appui


La signature du traité de Maastricht en 1992 marque une étape fondamentale dans la construction Européenne. C’est la création de l’Union Européenne. Le traité approfondit l’intégration économique de l’Europe en créant une monnaie unique, l’euro, qui sera mise en circulation en 2002 dans 11 pays sur 15. Ce traité élargit aussi les attributions de l’Union en matière de politique extérieure et surtout il crée une citoyenneté européenne qui permet aux citoyens européens de bénéficier de droits spécifiques (voter aux élections européennes et municipales, circuler librement dans l’UE etc… = voir cours d’EC). Les années 1990-2000 seront celles de l’élargissement de l’UE vers l’est avec l’intégration de l’Autriche, de la Suède et de la Finlande en 1995 puis d’anciens pays du bloc de l’est plus Malte et Chypre en 2004 .

* Travail sur la caricature 3 p 177 – Question guidée sur le manuel –


L’élargissement de l’UE pose divers problèmes liés aux inégalités de développement entre les pays (doc 2 p 176) et/ou aux difficultés à mener une politique commune à 28 face aux défis : crises économiques (Grèce) ; Euroseptisme (Brexit) ; crise migratoire.

*CECA : Communauté Européenne du Charbon et de l'Acier

*CEE : Communauté Économique Européenne


*UE : Union Européenne


*Marché Commun : Union douanière et de libre circulation des marchandises dans la CEE


*Brexit : Départ du Royaume-Uni de l'UE

*1951 : Création de la CECA (Communauté du Charbon et de l'Acier)


*1957 : Traité de Rome qui marque la naissance de la CEE (Communauté Économique Européenne)


*1992 : Traité de Maastricht qui marque la création de lUE (Union Européenne)


*2002 : Mise en circulation de la monnaie unique, l'Euro


*2004 : Élargissement de l'UE aux anciens pays du bloc communiste

Le

cours

L'

essentiel

Les

dates

Le vocabulaire

Géopolitique du monde actuel

Depuis 1991

Des vidéos pour
comprendre

Thème 4 : Enjeux et conflits dans le monde après 1989 + EMC : La défense et la paix


I) Les menaces contre la paix dans le monde :

* Tableau à compléter : « Les menaces contre la paix » avec 6 doc. vidéo en appui


Depuis la fin de la guerre froide et de l’opposition EU / URSS, les risques pesant sur la paix dans le monde se multiplient avec de nouveaux types de conflits qui apparaissent :


- Les guerres civiles se multiplient depuis 1991 (révolte démocratique en Syrie faisant suite aux printemps arabes en Lybie et en Egypte en 2011). Ces conflits peuvent contribuer à déstabiliser des régions comme au Proche-Orient et s’accompagnent de massacres voire de génocides (Rwanda en 1994) et de millions de réfugiés (Syriens).


- Les conflits territoriaux persistent et sont d’autant plus dangereux qu’ils opposent des puissances dotées de l’arme nucléaire (Pakistan/Inde – Russie/Ukraine) ou en passe de l’être (Corée du Nord / Corée du Sud). Lorsque s’ajoute des tensions religieuses, le conflit peut devenir un enjeu mondial (Conflit Israëlo-arabe depuis 1948).


- La pénurie de certaines ressources peut entrainer des conflits affectant de vastes régions (Conflits de l’eau dans les pays traversés par le Nil).

- Enfin, le terrorisme est une nouvelle forme de guerre dite asymétrique (entre 2 groupes aux forces très inégales), contre un ennemi diffus (Etat Islamique) qui affecte de plus en plus en plus la politique internationale depuis les attentats du 11 septembre 2001.


La superpuissance américaine joue un rôle systématique dans tous ces conflits nouveaux, on parle alors d’elle comme du « gendarme du monde » mais elle s’expose ainsi au terrorisme dont elle est la principale cible.


Alors que de nouvelles puissances ont émergé (UE, Japon) ou émergent (BRIC = Brésil, Russie, Inde, Chine) qui entendent rivaliser avec les EU, le monde reste encore marqué par de profondes inégalités (PMA = Pays les Moins Avancés).


* Construction d’une carte de la géopolitique du monde actuel


II) Le rôle de l’ONU :


* Questionnaire sur l’ONU d’après vidéo LCP


III) La justice internationale :


La notion de justice internationale commence après le 2nde GM avec la mise en place des tribunaux pénaux du Nuremberg et de Tokyo en 1945-1946 pour juger les crimes contre l’humanité commis par les nazis et les japonais.


Aujourd’hui certains évènements ont entrainés la mise en place de tribunaux pénaux internationaux (comme les massacres au Rwanda avec le TPIR – Tribunal Pénal International pour le Rwanda- en 1994).


Enfin, depuis 2002, une Cour pénale internationale (CPI) permanente juge les crimes de guerre et les crimes contre l’Humanité.


IV) La défense et l’action internationale de la France : Faire face aux nouvelles menaces :


a- La force de dissuasion : la défense française est principalement basée sur cette force ; concrètement il s’agit de posséder l’arme nucléaire, ce qui constitue en soi une menace réelle contre des agresseurs potentiels.


[NB : C’est le largage sur le Japon de 2 bombes atomiques en août 1945 qui « inaugure » la dissuasion nucléaire puisqu’il est suivi de la capitulation sans condition du Japon.]


b- Une restructuration de l’armée : le plan « Armée 2000 » (1997-2000) : cette réforme, initiée par le président J.CHIRAC, a été votée par le Parlement en mai 1997, après de très nombreuses discussions et amendements car c’est une « révolution » dans le monde de la défense nationale : désormais l’armée sera constituée de professionnels (= « armée de métier »). Il s’agit d’environ 400 000 soldats qui répondent aux nouveaux impératifs de la défense : mobilité, rapidité, spécialistes dans l’utilisation de matériel sophistiqué…


Conséquence pour les citoyens : Fin de la conscription (elle existait depuis 1798 !). En retour, mise en place du « parcours citoyen », au terme duquel se place la JDC (= Journée Défense et Citoyenneté) [Loi du 28 octobre 1997]. Ceci afin de maintenir le lien armée/nation, fondamental en démocratie.


D’ici quelques années la JDC sera remplacée par le SNU (Service National Universel) qui est pour l’instant sur la base du volontariat mais qui deviendra obligatoire pour tous les jeunes de 15 à 17 ans avec 3 étapes :

* Guerre asymétrique : Conflit entre 2 groupes aux forces très inégales (exemple : Les Etats-Unis face aux groupes terroristes)


* BRIC : Puissances émergentes comprenant le Brésil, la Russie, l'Inde et la Chine


* La Triade : Groupe des 3 pôles de puissance de la fin du XXème siècle comprenant les Etats-Unis, L'Union Européenne et le Japon. Depuis le début du XXème s. on parle de la "triade élargie" à la Chine.


* Conseil de sécurité de l'ONU : Groupe de pays (5 membres permanents - France - Royaume-Uni - Chine - Russie - Etats-Unis - et 10 membres pour 2 ans) qui décident au nom de l'ONU


* Résolution : Décision votée par le Conseil de sécurité de l'ONU

1945 : Création de l'ONU (Organisation des Nations Unies)


1994 : Génocide au Rwanda, 1 million de morts environ


11 septembre 2001 : Attentats terroristes de New York (World Trade center) et du Pentagone


2002 : Création de la Cour Pénale Internationale (CPI)


Cliquer sur le titre pour lancer la vidéo

L'ONU



Le

cours

L'

essentiel

Les

dates

Le vocabulaire

La V ÈME République

depuis 1958

Géographie

Les aires
urbaines

Espaces
Productifs

DROM
COM

Aménager le
territoire

La France
et L'UE

Le

cours

L'

essentiel

Le vocabulaire

Les aires urbaines

Thème 1 : Les aires urbaines, une nouvelle géographie de la France mondialisée


I) Les mobilités dans l’aire urbaine de Marseille-Aix-en-Provence : (Etude de cas : 45 min)


- OBJECTIF: Décrire et expliquer le processus d’étalement urbain en liaison avec les mobilités


* Travail sur la fiche « Mobilités dans l’aire urbaine de Marseille-Aix-en-Provence


II) Croissance urbaine et étalement spatial en France :


- OBJECTIFS : - Localiser et situer les 10 premières aires urbaines françaises

- Comprendre le phénomène de la périurbanisation



1) Une grande majorité de Français vit dans une aire urbaine : (carte p 272-273)


82 % des Français vivent dans une aire urbaine (Ensemble de communes, autour d’un pôle urbain, dont au moins 40% de la population travaille dans celui-ci). Paris est la plus grande d’entre elles avec près de 11 millions d’habitants, suivent Lyon, Marseille-Aix, Lille, Nice, Toulouse et Bordeaux qui dépassent le million d’habitants.


* Travail sur carte : Repérer et localiser sur un fond de carte les 10 premières aires urbaines

* Carte p 273 : Quels sont les aires urbaines qui connaissent la plus forte croissance ?


Les plus grandes aires urbaines sont aussi celles qui connaissent la plus forte croissance en liaison avec le phénomène de métropolisation (Concentration des activités et des pouvoirs dans les plus grandes villes). Mais on remarque aussi une croissance plus forte dans les villes de l’ouest et du sud, plus attractives.


2) L’étalement spatial des villes :


La concentration de la population dans les villes s’accompagne d’un étalement spatial de celles-ci.


En même temps que la ville-centre et sa banlieue croissent (fiche doc 1), les communes aux alentours connaissent aussi une croissance de leur population car elles profitent du dynamisme économique du pôle urbain (ville-centre + banlieue) qui fournit l’essentiel des emplois. Ces communes périphériques forment ainsi la couronne périurbaine (espace urbain à la périphérie des pôles urbains). On parle alors de périurbanisation (Croissance de la couronne périurbaine)


3) Les défis de la mobilité dans les aires urbaines : (voir schéma)


Les migrations pendulaires (déplacements quotidiens entre le pôle urbain et la couronne périurbaine) sont de plus en plus nombreuses pour répondre aux besoins de l’emploi et de la consommation. Ils entrainent des nuisances importantes (pollution, embouteillages et perte de temps, bruit..) qui sont un grand enjeu du développement durable (C’est une idée qui doit permettre de répondre aux besoins des générations présentes sans épuiser les ressources ni dégrader les paysages pour les générations futures).


Pour répondre à cet enjeu, les collectivités essaient de développer des modes de transports alternatifs à la voiture et aux camions tel le train (ex : TER dans l’aire urbaine de Marseille-Aix).


III) La diversité des espaces urbains et périurbains : (doc 3 p 277)


* Etude de paysage : présenter et décrire de manière organisée la photo 3 p 277


Dans les villes-centre, les paysages urbains ont été modifiés par la gentrification (Rénovation des quartiers anciens au profit de populations plus aisées). (voir paysage du centre-ville de Marseille sur Google earth).


Dans la banlieue se retrouvent les populations défavorisées logées dans de grands ensembles collectifs (immeubles) souvent dégradés mais aussi des populations aisées dans des quartiers pavillonnaires (villas avec terrain) favorisés. Cela témoigne des inégalités sociales qui restent profondes.


Enfin, l’espace rural, naturel ou agricole est de plus en plus mité (Mitage = croissance urbaine en périphérie rurale et naturelle des aires urbaines).

* Aire urbaine : ensemble des communes, autour d’une pole urbain, où au moins 40% de la population travaille dans celui-ci.


* Pôle urbain : ville-centre + banlieue.


* Couronne périurbaine : espace urbain à la périphérie des pôles urbains.


* Migrations pendulaires : déplacements quotidiens entre le pôle urbain et la couronne périurbaine.


* périurbanisation : croissance de la couronne périurbaine aux dépends de l’espace rural.


* gentrification : Rénovation des quartiers centraux anciens au profit d’une population aisée.

Le

cours

L'

essentiel

Le vocabulaire

Les espaces productifs

Thème 2 : Les espaces productifs


I) L'espace industriel de l'étang de Berre : Les mutations de l'industrie lourde


Facteurs de localisation : Éléments géographiques, historiques ou d’aménagement qui permettent d’expliquer l’installation d’une activité dans un

territoire.


* Etude de cas : LyondellBasell - Travail de réalisation d’une carte avec EDUGEO


II) Les espaces industriels en France :


OBJECTIFS : - Connaître les espaces industriels français

- Localiser l’espace industriel étudié


Carte p 283 en appui :


L’industrie en France a connu une mutation très importante depuis 50 ans :


- L’industrie traditionnelle, localisée surtout dans le nord et l’est de la France (voir carte) et caractérisée par de grandes usines polluantes (carte p 282), employant des milliers d’ouvriers (sidérurgie, textile), est dans une crise profonde. La délocalisation des emplois peu qualifiés vers des pays à main d’œuvre bon marché et la concurrence internationale ont entraîné la désindustrialisation de régions entières et la perte de millions d’emplois industriels en France (ex : difficultés de la pétrochimie autour de l’étang de Berre)


- Les nouveaux facteurs de localisation de l’industrie sont liés aux exigences des hautes technologies (Aéronautique à Marignane avec Airbus) et nécessitent la présence d’universités formant une main d’œuvre très qualifiée (ingénieurs), de centres de recherche et d’infrastructures de transport modernes (aéroports, autoroutes). La France industrielle dynamique se localise ainsi désormais autour des grandes villes et dans des cadres de vie agréables (sud et ouest) (voir carte). On parle alors de technopoles ou Pôles de compétitivité (villes ou espaces concentrant des activités de recherche et de production de haute-technologie).


*Construction d’une carte simplifiée des espaces industriels / Localiser Berre


III) Un espace agricole : La basse vallée du Rhône.:


OBJECTIFS : - Décrire et expliquer un paysage agricole et ses facteurs de localisation

- Expliquer le fonctionnement d’un espace productif

- Identifier les acteurs économiques de cet espace


* Construction d’un schéma du fonctionnement de l’espace agricole étudié d’après le dossier p 284-285


IV) Les espaces agricoles en France :


OBJECTIFS : - Connaître les espaces agricoles français

- Localiser l’espace agricole étudié


Carte p 287 en appui :


La France a connu depuis la 2nde guerre mondiale une modernisation très rapide de son agriculture (mécanisation, utilisation de l’irrigation, d’engrais et de pesticides, nouvelles variétés issues de la recherche agronomique). Cela s’est accompagné d’aides massives de l’état et de l’UE à travers la PAC (Politique Agricole Commune). Les transformations sont ainsi profondes :


- Explosion des rendements (production pour une surface donnée) et donc de la production qui a placé la France au 1er rang européen pour la production agricole et au 4ème rang mondial des exportations agricoles grâce à des produits à haute valeur (Champagne, Cognac, Foie gras)


- Spécialisation des espaces agricoles sur le territoire (carte p 287) : Elevage intensif (Poulets, Porc en batteries) en Bretagne, grandes plaines céréalières en Aquitaine (Maïs) et dans le Bassin parisien (Blé en Beauce et Picardie), Fruits et légumes dans les vallées de la Loire et du Rhône, vignoble dans le Bordelais, la Champagne ou la Bourgogne. Les régions moins spécialisées (Polyculture et élevage) connaissent des difficultés économiques tel l’élevage extensif dans le Massif central.


- L’agriculture est de plus en plus dépendante des grands groupes agro-alimentaires (transformation des produits agricoles en aliments) et de la grande distribution entraînant la baisse des prix agricoles et la mise en difficulté de nombreux exploitants.


- Diminution et concentration des exploitations agricoles : les agriculteurs sont ainsi de moins en moins nombreux (4% de la population active) mais les exploitations sont de plus en plus grandes. Cela pose le problème de la désertification des campagnes.


- L’agriculture productiviste (à hauts rendement) s’accompagne aussi de graves atteintes à l’environnement (carte p 286) : Pollution par les engrais et les pesticides, assèchement des nappes phréatiques aux dépends des populations. De plus en plus d’exploitants se tournent ainsi vers une agriculture durable (respectueuse de l’environnement et des populations) : production bio, labels de qualité etc….


* Construction d’une carte simplifiée des espaces agricoles / Localiser la basse vallée du Rhône


V) Un espace touristique : Le Mont-St-Michel :


OBJECTIFS : - Décrire et expliquer un paysage touristique

- Identifier les acteurs économiques de cet espace

- Expliquer le fonctionnement d’un espace productif en y intégrant les problématiques du développement durable

- Méthode : Confronter des documents de nature différente (doc vidéo/doc papier)


* Questionnaire sur doc vidéo / dossier p 288-289 + schéma de synthèse


VI) Les espaces de service en France :


OBJECTIFS : - Connaître les espaces de service français

- Localiser l’espace touristique étudié


Carte p 293 en appui :


Le secteur des services comprend tout ce qui ne produit pas de biens matériels (loisirs, santé, recherche, transport, banque…). C’est de loin le secteur qui produit pourtant le plus de richesses en France (graphique p 279) (77%). Il a connu depuis 50 ans une croissance fulgurante et a contribué au dynamisme de nombreux espaces en France :

- Le tourisme a ainsi contribué à développer des régions très dynamiques sur le littoral français (Côte d’Azur, Mont-Saint-Michel) mais aussi dans les grandes villes en raison de la richesse du patrimoine historique français (Paris). La France est devenue la 1ère destination touristique mondiale avec près de 80 millions de touristes annuels, mais le tourisme de masse exerce parfois une menace sur l’environnement (Mont-Saint-Michel, littoral méditerranéen).


- Ce sont surtout les grandes villes qui concentrent les principaux espaces de services en France. La capitale domine largement le territoire en disposant de fonctions tertiaires supérieures (services de haut niveau) telles la Bourse, les plus grandes universités, les plus grands musées, les ministères, les aéroports internationaux, les sièges des multinationales (quartier de la Défense). Les autres villes disposent de services importants mais de rang national ou régional (universités, aéroport etc…). Toutes les villes se distinguent par de grands centres commerciaux en leur périphérie.


- Le reste du territoire, rural, se contente de services de proximité (écoles, collèges, commerces, petits hôpitaux et tribunaux).


* Construction d’une carte simplifiée des espaces de services / Localiser le Mont-Saint-Michel

* Facteurs de localisation : Éléments géographiques, historiques ou d’aménagement qui permettent d’expliquer l’installation d’une activité dans un territoire.


*Délocalisation : départ des emplois peu qualifiés vers des pays à main d’œuvre bon marché.


*Technopoles (ou Pôles de Compétitivité) : Espaces concentrant des activités de recherche et de production de haute-technologie (ex : Airbus Helicopter à Marignane).

*Rendement (agricole) : Quantité produite pour une surface donnée.


*Groupes agro-alimentaires : grandes industries qui transforment les produits agricoles en aliments.


*Agriculture productiviste : agriculture à hauts rendements


*Fonctions tertiaires supérieures : services de haut niveau (ex : la Bourse, les plus grandes universités, les plus grands musées, les ministères, les aéroports internationaux, les sièges des multinationales).


*Services de proximité : écoles, collèges, commerces, petits hôpitaux et tribunaux.

Le

cours

L'

essentiel

Le vocabulaire

Les territoires ultramarins (DROM-COM)

Thème 1 : Les territoires ultra-marins : une problématique spécifique


I) La Nouvelle-Calédonie : Contraintes et atouts.


* Mise en situation « Je suis muté en Nouvelle-Calédonie »


II) La variété et les spécificités des territoires ultra-marins (Territoire de l’Outre-Mer français) :

L’outre-mer français (ou France ultra-marine) représente environ 500 000 km² soit presqu’autant que le territoire métropolitain (France continentale en Europe). Il constitue cependant des territoires très variés :


1) - Diversité administrative :


On trouve 5 DROM (Départements Régions d’Outre-Mer : Martinique, Guadeloupe, Guyane, Réunion et Mayotte), ceux-ci fonctionnent comme les autres départements et régions de France. 4 COM (Collectivités d’Outre-Mer) : Wallis et Futuna, la Polynésie Française, Saint-Pierre et Miquelon les îles de Saint Martin et Saint Barthélémy. Leur fonctionnement administratif est variable mais se caractérise par davantage d’autonomie que les DROM (ex : 3 royaumes à Wallis et Futuna en parallèle de l’administration française).


La Nouvelle-Calédonie a un statut particulier, très autonome alors que les autres possessions françaises sont des espaces inhabités (Terres australes, îlot de Clipperton, Terre Adélie, îles Eparses). -> Localisation sur un planisphère


2) - Diversité des contraintes et des atouts et les aménagements :


* Questionnaire sur la carte p 346


- Quel est le point commun de la grande majorité des territoires ultra-marins ? Insularité

- Quel territoire constitue une exception ? Guyane

- Sur quels océans sont-ils situés ? Pacifique ; Atlantique ; Indien

- Quelles contraintes pour les activités humaines pèsent sur ces territoires ? Insularité / Eloignement


* Questionnaire sur le dossier sur la Réunion p 340 à 343


- Quelles contraintes pour les activités humaines pèsent sur ces territoires ? Volcanisme, Forêt dense

- Quels sont leurs atouts ? Tourisme, espaces naturels


Les contraintes :


* La majorité des territoires ultra-marins est insulaire (composés d’îles) et très éloignée de la métropole, c’est un facteur d’isolement nécessitant d’importantes infrastructures de transport (aéroports internationaux, ports de marchandise).


* La majorité de ces territoires, et surtout les plus peuplés, sont dans la zone intertropicale et subissent des phénomènes climatiques violents (tempêtes tropicales) auxquels se rajoute un volcanisme très actif en Martinique, Guadeloupe, Réunion.


* L’économie très dépendante du tourisme et de la fonction publique ne permet pas de combler la demande d’emplois d’une population très jeune et en pleine croissance. Le chômage est beaucoup plus fort qu’en métropole et, associé à une vie chère du fait de l’éloignement, cela crée de fortes disparités sociales (inégalités économiques entre les habitants d’un territoire) (texte p 343).


Les atouts :


* Mais en contrepartie, ces espaces sont très favorables au tourisme qui constitue aujourd’hui la principale activité économique de l’Outre-Mer et nécessite de profonds aménagements (Hôtellerie, routes, marinas… p 338 – 351)


* La ZEE (Zone Economique Exclusive – Espace de 170 km au-delà des côtes) est une des plus vaste du monde


* Présence stratégique de la France sur tous les océans


* Grande variété des espaces naturels



Bilan :


Les territoires ultra-marins ont des problématiques très spécifiques (éloignement, climat, insularité, dépendance au tourisme, inégalités sociales…) qui imposent des aménagements très importants pour répondre à ces problématiques, c’est le principe de la continuité territoriale (Principe qui vise à proposer les mêmes services qu’en métropole).


L’Etat français et l’Union Européenne sont les principaux acteurs de ces aménagements. Ils apportent des aides financières et une volonté politique indispensables pour combler l’écart de développement avec les autres régions françaises et de l’UE.


* Carte mentale à réaliser : Mots clefs : Territoires ultra-marins / Contraintes / atouts / Aménagements /

* Insularité : Qui a les caractéristiques d’une île ou d’un ensemble d’îles


* DROM : Départements Régions d’Outre-Mer / COM : Collectivités d’Outre-Mer


* Inégalités sociales : inégalités économiques entre les habitants d’un territoire


* ZEE : Zone Economique Exclusive (Espace maritime de 370 km au delà des côtes sur lequel un état possède l'exclusivité de l'exploitation des ressources)


Les DROM (en bleu) et les COM (en rouge) : L'outre-mer Français


Le

cours

L'

essentiel

Le vocabulaire

Aménager le territoire pour réduire les inégalités

Thème 2 : Aménager pour répondre aux inégalités croissantes entre les territoires français, à toutes les échelles


I) Au niveau local ; l’exemple de Miramas : Un projet ambitieux pour un territoire en difficulté.


* Fiche de travail « Bouches-du-Rhône : Où vivent les riches, où vivent les pauvres ? »

* Visionnage de la vidéo « Miramas imagine la ville de demain » + tableau et question à compléter


II) Définir l’aménagement du territoire, identifier ses acteurs :


L’aménagement du territoire consiste à transformer l’espace (ville, campagne, espace industriel ou touristique par exemple) afin de répondre aux besoins des habitants et des entreprises. Cela concerne les infrastructures de transport, les services (santé, éducation, logements, loisirs) ou encore l’entretien des espaces naturels.

De nombreux acteurs interviennent dans les politiques d’aménagement : L’Etat en a longtemps été le principal mais avec les lois de décentralisation (transfert de certains pouvoirs de l’Etat aux niveaux locaux), les collectivités territoriales (communes, département, région) investissent de plus en plus dans de grands projets d’aménagement, parfois en collaboration avec des entreprises privées (ex : Village des marques + déviation de Miramas). L’Union Européenne apporte aussi son aide financière.


III) Paris et l’Île-de-France, une puissance écrasante et un défi à l’aménagement : (dossier p 324 à 327)


* Doc 1, 2 p 324 et 3 p 325 : Quels sont les éléments de puissance de Paris et de l’Île de France ?

- Puissance économique (30 % du PIB français / PIB par hab le + élevé en France / 2ème rang mondial des sièges sociaux transnationaux -> quartier de la Défense doc 1 p 324)

- Puissance touristique et culturelle : Paris, 2ème ville la plus visitée au monde – Monument/musées mondialement célèbres

- Puissance politique : Siège du gouvernement et des institutions, quartier des ambassades

- Centralisation des infrastructures de transport : 2 aéroports internationaux, 6 gares reliant toute la France, Autoroutes reliant toute la France


* Doc 7 puis 6 p 326 : Quelles inégalités frappent la région parisienne ? Comment évoluent-elles ?

- Essentiellement des inégalités sociales entre l’ouest (communes les plus riches de France) et la Seine-Saint-Denis (communes les plus pauvres de France) / Elles s’accentuent (quartiers spécialisés).


* Classer les Doc 4 et 5 p 325, 6 p 326 et 9 p 327 selon qu’ils constituent des aménagements tournés vers l’attractivité internationale ou vers la réduction des inégalités sociales à l’intérieur de la région :

- l’attractivité internationale : « Charles-de-Gaulle Express » / Pôle de compétitivité (technopôle) de Saclay

- réduction des inégalités sociales : Politique de la Ville / Passe Navigo à tarif unique


IV) La France : un territoire marqué par des inégalités à toutes les échelles.


Les métropoles dominent le territoire, elles concentrent la production de richesses et les emplois les plus qualifiés. Paris est, pour sa part, la seule métropole française de rang mondial et sa puissance politique, culturelle et économique lui confèrent une écrasante domination sur le reste du territoire. Ce phénomène est accentué par les politiques d’aménagement qui favorisent l’attractivité des métropoles (métropolisation) pour leur donner une dimension internationale (ex : Paris, Marseille = Euroméditerranée) ou régionale (Miramas). Cela se fait souvent aux dépends du reste du territoire où les inégalités se renforcent :


- Entre les territoires : Les littoraux atlantiques et méditerranéens avec le tourisme et un cadre de vie agréable, les frontières du nord et de l’est profitant de la dynamique de la mégalopole européenne (ensemble de métropoles de Londres à Milan) restent des espaces forts. En revanche, les vielles régions industrielles du nord et de l’est, les régions rurales de montagne et les DROM-COM sont de plus en plus mises à l’écart du dynamisme. Elles souffrent d’un chômage important d’un accès aux services réduit.


- Dans les zones urbaines : Malgré des mesures d’aménagement (Politique de la Ville) pour réduire les inégalités, les écarts de richesse restent forts selon les quartiers ou entre les villes (Paris, Miramas).


* Construction de la carte de l’organisation du territoire

* Aménagement du territoire : Action qui consiste à transformer l’espace (ville, campagne, espace industriel ou touristique par exemple) afin de répondre aux besoins des habitants et des entreprises. Cela concerne les infrastructures de transport, les services (santé, éducation, logements, loisirs) ou encore l’entretien des espaces naturels


* Décentralisation : transfert de certains pouvoirs de l’Etat aux niveaux locaux


* Collectivités territoriales : communes, département, région


* Politique de la Ville : Mesures d’aménagement pour réduire les inégalités et répondre aux besoins des populations dans les espaces urbains.


* mégalopole européenne : ensemble de métropoles de Londres à Milan


Le

cours

L'

essentiel

Le vocabulaire

La France et l'UE

Quizz Pays de l'UE

3ème partie : La France et l’Union européenne

I) Grande puissance... :

Objectifs : - Situer L’UE par rapport aux grands ensembles mondiaux

* Questionnaire d’après le tableau p 379

- Quels sont les 3 éléments de la puissance européenne d'après ces cartes ?

- La richesse

- Le commerce

- La recherche scientifique

- Pourquoi ne peut-on pas vraiment comparer l'UE et les 2 autres puissances?

- L’Europe est une addition de nombreux états

Avec 512 millions d'habitants (6% de la population mondiale), l'UE est un important foyer de population.

Elle produit par ailleurs 23% de la richesse mondiale et concentre plus de 40% du commerce dans le monde ce qui en fait une des plus grandes puissances économiques mondiales.

II)... ou simple addition d'Etats disparates ?

Objectifs : - Localiser et situer les états de l’UE et leurs capitales ; les villes sièges des institutions européennes ; les pays de la zone euro

- Identifier et décrire quelques formes de contraste de l’espace européen

* Travail comparatif sur tableau chiffré

L'UE n'est pas un Etat mais l'addition de 27 Etats qui s’unissent autour d’un projet commun, économique (ex : zone euro) ou citoyen (Citoyenneté européenne -> Espace de libre circulation des personnes). Pourtant l’UE rassemble des états distincts très divers par leur population, leur taille, leur intégration dans l’UE ou le niveau de vie de leur population :

a) La France et l'Allemagne, pivots de l'UE:

Ce sont les 2 pays à l'origine de la construction européenne depuis les années 50. Ils représentent aussi les 2 premières puissances économiques ainsi que les pays les plus peuplés.

b) Le Benelux, une participation plus ou moins active:

Le Bénélux (Belgique, Pays-Bas, Luxembourg) est moins puissant économiquement mais a toujours été politiquement très actif au sein de l'UE (Bruxelles: siège du Conseil européen, Commission, Conseil des ministres; Luxembourg: Conseil des ministres, Cour de justice et Cour des comptes).

c) Les disparités de la périphérie de l'UE:

Les États scandinaves de l'UE (Danemark, Suède, Finlande) ainsi que l'Autriche et l'Irlande sont peu peuplés mais bénéficient d'une économie dynamique et d'un haut niveau de vie.

Les États du sud (Italie, Espagne) sont puissants économiquement mais souffrent d’un retard de niveau de vie et de fortes disparités régionales (Sud pauvre/Nord riche).

Enfin, l'extrême périphérie de l'Europe (Grèce, Portugal) accuse un retard plus marqué et nécessite fortement l'aide de l'UE.

Les 10 nouveaux pays entrés en 2004 + Roumanie et Bulgarie en 2007 et Croatie en 2013 bien que très variés (Pologne 38 millions d'habitants, Malte 0,5 millions) ont en commun en certain retard de développement.

CONCLUSION:

L'Europe n'est encore qu'une communauté d'États indépendants dont l'unité politique est en construction.

Par ailleurs l'élargissement progressif à de nouveaux États a accentué les disparités et les inégalités sociales malgré l'aide aux régions en difficultés.


III) Le rayonnement de la France dans le monde :

Analyse de la carte p 388

Par ses DROM-COM, la France est assurée d’une présence mondiale, militaire, économique et culturelle. Par son histoire coloniale, la France a diffusé sa culture (langue, religion) dans de nombreuses régions du monde. On appelle les territoires où l’on parle le français la francophonie, elle représente 220 millions de personnes.

La France a aussi un forte influence diplomatique : Membre du Conseil de sécurité de l'ONU et du G20 (Groupe des 20 pays les plus riches du monde).

*Francophonie : Ensemble des pays qui ont en commun l'usage, total ou partiel, de la langue française.

* G20 : Le Groupe des vingt (G20) est un forum intergouvernemental composé de dix-neuf des pays aux économies les plus développées et de l'Union européenne

Le rayonnement de l'UE dans le monde

Le rayonnement de la France dans le monde


Enseignement Moral
et Civique

Valeurs
Principes
Symboles

Les Médias

La Laïcité

Le

cours

Des vidéos pour
comprendre

L'

essentiel

Les

dates

Le vocabulaire

Valeurs, principes et symboles de la République

Thème 1 : les valeurs, les principes et les symboles de la République


I) Une valeur questionnée : la liberté d’expression et ses limites :


* Travail sur fiche (la liberté d’expression et ses limites)


II) Les valeurs et les symboles républicains, fondement de la citoyenneté et de la nationalité dans la République :


1) La langue française, fondement de l’intégration dans la République :


* Questionnaire sur le Français, langue nationale.


2) Valeurs et symboles républicains au quotidien :


* Tableau à remplir.


Les symboles républicains permettent de représenter concrètement les valeurs de la République au quotidien. La plupart ont été adoptés lors de la IIIème République (1870-1940) et sont inscrits aujourd’hui dans la Constitution de la Vème République de 1958 (art.2) et constituent ainsi un fondement de la citoyenneté et la nationalité dans la République.


La langue française en tant que symbole est un rajout de 1992. Partagée par l’ensemble des citoyens et utilisée dans la vie publique, elle permet l’intégration à la République, notamment des étrangers. Cet ajout a cependant entrainé des contradictions avec la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires (1992)


III) Les principes de la République française :


OBJECTIF : Connaître et savoir identifier les différents principes de la République française.


* Travail sur fiche : Quels sont les principes de la République française ?


Les principes fondamentaux sur lesquels a été fondée notre République sont inscrits dans la Constitution de la Vème République (1958). Selon ce texte, la France est « indivisible, démocratique, laïque et sociale ». Ainsi, le droit s’applique partout et pour tous de la même manière (« indivisible »), c’est le peuple qui détient le pouvoir par l’intermédiaire de représentants élus (« démocratique »), l’Etat reste neutre en matière de religion (« laïque ») et enfin la République est « sociale » car elle cherche à réduire les inégalités et aider les plus démunis.


Par la suite, d’autres principes ont été ajoutés à ces 4 fondamentaux : la décentralisation de l’organisation de la République, l’égal accès des femmes et des hommes dans le domaine public et le respect de la Charte de l’environnement qui spécifie les principes de précaution et de développement durable.

-valeur : ce qui est jugé comme vrai, ce qui sert de référence.


-principe : application concrète d’une valeur adaptée à une société donnée.


-symbole : emblème, être ou objet qui évoque spontanément un principe ou une valeur




(26 août)1789 : Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen (DDHC)


1958 : La Constitution de la Vème République établit les 3 valeurs, 8 principes et 5 symboles de la République

Le

cours

Les

dates

Les médias

Thème 2 : Les médias et l’information : leur nature, leur rôle, leurs devoirs


I) Les « fake news » : quelle réalité derrière ce terme ?


* Débat : Qu’est-ce qu’une fake news ? -> représentation des élèves -> construction au tableau d’une carte mentale des représentations/définitions


Proposition de définition/délimitation :


- Traduction du terme anglais « fake » = Faux dans le sens d’une imitation. Différent de « false » = Faux dans le sens d’ « inexact »

Une « fake news » au sens 1er décrit une information volontairement déformée, voire parodique, une duperie (sens dans lequel le mot a été utilisé massivement pour la 1ère fois lors de la dernière campagne présidentielle américaine).


Autres termes voisins : Rumeurs, intox, bidonnage, désinformation, canular …


Mais le terme est aujourd’hui employé de manière très large pour décrire des informations contestables provenant de sources très différentes les unes des autres :


Le pastiche humoristique. (Le Gorafi en France, Nordpresse en Belgique, The Onion aux Etats-Unis, Al Manchar en Algérie, La Pravda au Canada…). Ces sites ne cherchent pas à propager de fausses infos, leurs articles sont ouvertement parodiques.


L’appeau à clics. (Tribunal du Net, …). Présenté comme des sites d’information, ils cherchent avant de l’audience avec des sujets racoleurs générant un maximum de « clics » et donc de revenus. Ils n’ont aucune déontologie (respect de principes) journalistiques et ne vérifient pas la véracité des informations qu’ils diffusent.


La publication orientée. ( RT, Sputnik…). Ces sites cherchent à diffuser une idéologie politique engagée (parfois conspirationniste) quitte à transformer la vérité pour qu’elle serve celle-ci. Ils se présentent souvent comme défenseurs d’une contre-information face à une soi-disant pensée dominante.


II) Comment se prémunir des fausses informations ?


1) Qu’est-ce qu’une information ? -> cf : Vidéo franceTV « Qu’est-ce qu’une info ? »


- Une nouveauté (≠ banalité)

- Un élément qui présente un intérêt (≠ anecdote)

- Un élément vérifié (≠ fake news, intox…)


2) Comment vérifier la validité d’une info ?


- Vérifier la source (média reconnu, date et auteur identifiés, source reprise…)

- Utiliser des outils de vérification : le Décodex créé par le journal « Le Monde » ; recherche inversée avec Google.

- Croiser la source avec d’autre médias


* Vidéo FranceTV « Débusquer une Fake news »


* Test de vérification avec le site « sputnik »


- Analyser le contenu

- Vérifier les auteurs -> rubrique « qui sommes-nous ? »

- Passer le site au décodex


* Test de vérification d’une photo (recherche inversée)


III) Les médias, nature, rôle, devoirs :


Les médias se sont diversifiés avec le progrès technologique : Presse écrite, radio, télévision et surtout internet.


Aujourd’hui, ils nous permettent d’avoir accès à une quantité inépuisable d’informations, locales, nationales ou mondiales.


L’accès à une information de qualité est garanti par :


- L’INDÉPENDANCE des médias grâce à la loi sur la liberté de la presse ( 29 juillet 1881) :

Celle-ci supprime le régime de l'autorisation préalable (qui auparavant imposait un contrôle a priori par les autorités de toute publication). Ainsi chacun a la liberté de créer un journal, de publier ses opinions dans un journal ou dans un livre, il s’agit d’une liberté fondamentale en démocratie. Mais cette loi fixe aussi des limites à la liberté (interdiction de diffuser des propos racistes, injurieux, diffamatoires...)


- Les PRINCIPES journalistiques de la Charte de Munich (1971) :


Cette déclaration a été rédigée et approuvée à Munich et a été adoptée depuis par majorité des journalistes.


* Cf : projection de la charte et identification des principaux devoirs :


- Respect de la vérité

- Vérification des sources

- Respect de la vie privée

- Respect du secret professionnel

- Indépendance économique ou politique

1881 : loi sur la liberté de la presse


1971 : Charte des journalistes de Munich

Le

cours

Les

dates

Le vocabulaire

La laïcité

Des vidéos pour
comprendre

Thème 3 Les enjeux de la laïcité


I) Les étapes de la laïcisation de la société française :


* Travail sur fiche et animations vidéo


Jusqu’à la Révolution française de 1789, le pouvoir politique et le pouvoir religieux sont intimement liés ; ainsi le Roi tire son pouvoir directement de Dieu selon le principe de la monarchie de droit divin. Par ailleurs, la religion catholique est alors religion officielle en France, les autres religions subissant diverses persécutions au cours des époques.


Avec la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789, la liberté de conscience et donc de culte (liberté de choisir la religion de son choix) devient un droit fondamental.


Le principe de laïcité apparaît en France avec les lois Ferry de 1882 sur la laïcisation de l’école publique : il s’agit pour l’école publique de proposer un enseignement débarrassé de toute morale religieuse, les valeurs morales enseignées étant désormais celles de la République (Liberté / Egalité / Fraternité). L’enseignement religieux est alors réservé à l’école privée.


La laïcité s’étend à l’ensemble du domaine public à partir de 1905 avec la loi de séparation des Eglises et de l’Etat. L’Etat renonce alors à toute ingérence ou autorité dans les affaires religieuses, la religion étant désormais limitée à la sphère privée mais restant totalement soumise à la Loi de la république.


La laïcité intègre la Constitution de la Vème république de 1958 comme principe fondamental de la république française.


Les évolutions récentes de la société française marquées par les crispations intégristes religieuses poussent les législateurs à renforcer le principe de laïcité dans l’éducation avec la Loi sur la laïcité à l’école de 2004 (interdiction des signes et tenues religieux) et la Charte de la laïcité à l’école de 2013.


II) La notion de laïcité en débat :


* Débat autour de questions concrètes / questionnaires


III) Proposition de définition de la laïcité :


La laïcité est un principe fondamental de la République française, il applique la valeur de liberté au domaine de la croyance et de l’exercice des religions. La laïcité permet aux religions de coexister sans en privilégier aucune.


La laïcité libère la religion de l’emprise de l’Etat et libère l’Etat de l’influence de la religion. Les religions ne peuvent cependant s’exercer que dans les limites définies par la loi.

Laïcité :

La laïcité est un principe fondamental de la République française, il applique la valeur de liberté au domaine de la croyance et de l’exercice des religions.

La laïcité libère la religion de l’emprise de l’Etat et libère l’Etat de l’influence de la religion. Les religions ne peuvent cependant s’exercer que dans les limites définies par la loi.




Exemple
en vidéo

3

1

2

En construction...