Want to make creations as awesome as this one?

Transcript

Story à la une

Hirsch Lisa Schrenck Maud ,Vaudois Laura et Meyer Noé 2T

l'actu des réseaux

Les RDSF

Bibliographie

Introduction

Conclusion

RDSF: Les reporters de la Doc Sans Frontière

Cliquer sur les différents posts pour voir notre développement

Question du jour: Pouvons-nous nous exprimer librement sur les réseaux sociaux ?

3. Les limites de la liberté d'expression sur les réseaux sociaux :

Les réseaux sociaux représentent un certain impact sur notre vie. Depuis maintenant quelques années, les réseaux ont pris une grande ampleur et sont particulièrement présent dans nos vies quotidiennes : on peut parler d’une transformation sociale. Par ailleurs chacune de ces plateformes publiques qui nous permettent de dialoguer en instantané, d’échanger nos idées, du contenu, d’appartenir à un réseau et de créer des liens, ont eux aussi des impacts positifs et négatifs. Cela entraine des effets néfastes sur notre vie de tous les jours. Le manque de sommeil, le cyberharcèlement et la baisse de productivité sont des conséquences relevées.

Tous ces usages ne peuvent donc pas se réaliser sans la création de lois visant à les encadrer pour éviter toutes dérives.

Nous devons savoir exprimer nos avis dans les limites du respect d’autrui, toute personne peut donc affirmer ses opinions mais cela ne doit absolument pas porter atteinte au respect de l’autre. C’est pour cela que des limites doivent être mises en œuvre mais aussi respectées. Par ailleurs, beaucoup n’en tiennent pas compte et expriment leur avis. Leurs jugements sont donc dits inappropriés. Prenons l’exemple des propos diffamatoires ou racistes : tous ces jugements appelant à la haine raciale ou au meurtre peuvent être punis par la loi.

Comme dit dans la déclaration de 1789, l’expression est une liberté qui s’exerce dans la limite où elle ne nuit pas à autrui. Malheureusement, le numérique a exposé un grand nombre de personnes (beaucoup d’adolescents) aux débordements de la liberté d’expression comme le cyberharcèlement, qui peut parfois entrainé au suicide ou alors au vol de nos données personnelles qui, comme dit précédemment dans la partie 1, peuvent être utilisées à des fins frauduleuses. C’est pour cela que la CNIL (Commission nationale informatique et libertés) a été mise en place. Elle veille à garantir la protection des données personnelles et à ce que toute forme d’expression numérique soit respectueuse et en aucun cas discriminatoire. La CNIL peut être vue comme « une surveillante du numérique ». Elle a été renforcée par la loi RGPD (Règlement Général sur la Protection des Données) de 2016 et sert de bouclier face aux dérives du numérique.


2. Du point de vue de la loi, pouvons-nous nous exprimer librement sur les réseaux sociaux ? Ses applications ?


En France, les réseaux sociaux sont souvent présentés comme des espaces de liberté « absolue ». Mais la liberté d’expression est malgré tout régie par la Loi : il n’est pas possible d’écrire tout ce que l’on veut, y compris sur les plateformes en ligne.

Actuellement, il n’existe aucune législation spécifique aux réseaux sociaux en France. Cependant, ils constituent des espaces publics à part entière, auxquels s’applique le droit d’auteur, le droit à l’image ou encore la liberté d’expression. Un internaute pourra donc s’exprimer librement sur ces plateformes, à condition qu’il n’enfreigne pas ces grands principes.

En termes de liberté d’expression, on peut citer l’article 19 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme qui reconnaît à tout individu le droit à « la liberté d’opinion et d’expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d’expression que ce soit ».

En Europe, le texte à propos de liberté d’expression sur les réseaux sociaux peut se trouver dans l’article 10 de la Convention de sauvegarde des Droits de l’Homme et des libertés fondamentales du conseil de l’Europe (CEDH) qui précise que : « Toute personne a droit à la liberté d’expression… ».

Mais qu’en-est-il des propos haineux ou l’incitation à commettre des actes violents sur les réseaux sociaux ?

Dès lors que l’utilisateur publie ou republie un contenu comportant des propos haineux ou des actes violents en toute connaissance de cause, il peut être poursuivi pénalement. À ce titre, l’article 421-2-5 du Code pénal, intégré dans le chapitre consacré à la lutte contre le terrorisme, dispose que : « Le fait de provoquer directement à des actes de terrorisme ou de faire publiquement l’apologie de ces actes est puni de cinq ans d’emprisonnement et de 75 000 € d’amende. Les peines sont portées à sept ans d’emprisonnement et à 100 000 € d’amende lorsque les faits ont été commis en utilisant un service de communication au public en ligne ».

Même si la loi interdit la publication de fausses informations, les fakes news sont de plus en plus répandues.

Le numérique a créé des espaces de débats. Le débat est plus spontané, moins encadré et il n’est plus réservé aux experts sur des sujets donnés, tout le monde peut y participer sans problème. La publication de fausses informations est donc encore une fois favorisé.

Malgré ces lois, les réglementations sont souvent dépassées et les frontières franchies.

Dans la troisième partie, nous allons développer les limites de cette liberté d’expression.


1. Qui peut s'exprimer sur les réseaux sociaux ? Conséquences positives et négatives


Internet est devenu un média prépondérant dans le monde. Les résultats d’un rapport de 2018 établi par l’agence publicitaire we are social montrent que la France n’échappe pas à ce constat, notamment concernant l’utilisation croissante des réseaux sociaux :

Le monde est de plus en plus connecté : 4 milliards d’internautes dont 80 % sont actifs sur les réseaux sociaux (plus de la moitié de la population mondiale).

Sur les réseaux sociaux, tout le monde a le droit de s’exprimer. Les utilisateurs créent souvent des comptes personnels à leur nom dans le seul but de s’informer ou de se divertir mais les comptes anonymes fleurissent de plus en plus sur les réseaux tels que Facebook ou Twitter. Favorisant la publication d’infox (fakes news), de fausses nouvelles publiées volontairement dans le but de tromper un public.

Un des côtés positifs est que cela permet une diffusion mondiale de contenu. Comme presque tout le monde a accès à Internet, la communication et l‘information se réalisent n‘importe où sans délai. Il n’a jamais été aussi simple de s’exprimer et de diffuser des idées auprès d’une large audience mondialisée et de tous âges. De ce point de vue, les réseaux sociaux ont directement contribué à accroître notre liberté d’expression.

Le point négatif est qu’il est possible de publier des fakes news et d’induire en erreurs des personnes très facilement sans se faire reconnaitre. Actuellement, on peut créer des comptes anonymes qui rendent l’identification des auteurs beaucoup plus difficile. Il est également plus facile d’usurper l’identité d’une personne grâce à toutes les traces que nous laissons sur les réseaux sociaux. Les données personnelles sont devenues l’objet de nombreuses convoitises à des fin frauduleuses. En effet, les hackers les utilisent pour récupérer les données de carte bancaire et dérober l’argent des comptes.

En France, la loi « manipulation de l’information » dite loi « fake news » a ainsi été promulguée en décembre 2018 pour lutter contre la manipulation de l’information.

L’anonymat , garantit par internet, impose une vigilance nouvelle au regard de propos haineux qui peuvent être déversés sans que leurs auteurs puissent être inquiétés. C’est donc un réel enjeu de la vie civique actuelle.


Introduction :


La population mondiale est de plus en plus connectée. Internet a pris une autre dimension, chacune et chacun pouvant s’exprimer, donner son avis, librement et anonymement depuis l’avènement des réseaux sociaux dans le courant des années 2000. Les réseaux sociaux (comme Facebook ou twitter) sont des plateformes permettant de partager des informations, du contenu quel qu’en soit le sujet. Chaque utilisateur doit créer un profil pour publier et consulter différents contenus (texte, photo, vidéo). Ce sont des grands espaces de partage qui offrent la possibilité à des millions de personne d’être interconnectées indépendamment de leur situation géographique. Les réseaux sociaux permettent de s’exprimer et faire connaître librement une pensée ou ses opinions. Mais que signifie « librement » concrètement ?

Premièrement, la liberté est la possibilité ou le pouvoir d’agir sans contrainte. Plus précisément, la liberté d’expression permet à chacun d’exprimer ses idées, de penser et d’affirmer des opinions, même si elles sont contraires à la majorité. Elle peut s’exprimer par tous les moyens autorisés, jugés appropriés dans les limites du respect d’autrui.

On peut donc se poser la question : « Pouvons-nous nous exprimer librement sur les réseaux sociaux ? »

Pour répondre à cette problématique, nous commencerons par chercher qui peut s’exprimer sur les réseaux sociaux et les conséquences qui en résultent. Dans un second temps, nous verrons la liberté d’expression sur les réseaux sociaux du point de vue de la loi et ses applications. Pour conclure, nous définirons les limites de la liberté d’expression sur les réseaux sociaux.


Conclusion:

La liberté d’expression est un pilier fondamental de la vie républicaine et démocratique en France. Cependant, elle est limitée par certaines bornes posées par la loi afin d’assurer la sécurité et le respect de tout le monde. Nous avons pu voir qu’Internet permet de relier le monde entier et fait accroître notre liberté d’expression. Sur internet, chacun est libre de publier le contenu qu’il veut tant qu’il ne nuit pas à une autre personne. Malgré les limites posées par la loi, les fakes news, les propos diffamatoires, etc.… ne s’arrêtent pas. L’accroissement d’Internet a également eu un impact négatif sur beaucoup de personnes (surtout des adolescents) qui se retrouvent exposés au cyberharcèlement poussant jusqu’au suicide dans certain cas. Pour éviter toute forme de délinquance et de criminalité liée au numérique, la CNIL a été créée afin de protéger les données des utilisateurs et contrôler que toute forme d’expression numérique soit respectueuse. Les fakes news étant de plus en plus répandues grâce aux comptes anonymes, il faut être vigilant sur ce qu’on partage et ce qu’on voit. Il faut s’habituer à vérifier les informations et à protéger nos données.

Nous pensons qu’il est possible de s’exprimer librement sur les réseaux sociaux tant que nos propos ne nuisent pas à d’autre personne. La ligne de conduite est la même dans la vie réelle et sur les réseaux sociaux. Avant de parler ou d’écrire, il est primordiale de réfléchir à l’impact que peuvent avoir nos mots.

D’autant plus, que comme dirait Horace, « verba volant, scripta manent » : « les paroles s’envolent, les écrits restent ».

Bibliographie:


ONISEP. Définition du droit [en ligne]. Onisep, 30 mai 2016 [consulté le 14 novembre 2021]. Disponible sur : https://www.onisep.fr/Choisir-mes-etudes/Apres-le-bac/C-est-quoi-le-droit/Definition-du-droit

CNRTL. Définition de liberté [en ligne]. Cnrtl, [consulté le 14 novembre 2021]. Disponible sur : https://www.cnrtl.fr/definition/libert%C3%A9

CONSEIL NATIONAL DES BARRAEAUX. Sur les réseaux sociaux, une liberté encadrée ? [en ligne]. Les Avocats, 31 mars 2021 [consulté le 16 novembre 2021]. Disponible sur : https://www.avocat.fr/actualites/sur-les-reseaux-sociaux-une-liberte-encadree

AFFICHES PARISIENNES. Liberté d’expression sur les réseaux et contrôle du contenu [en ligne]. Affiches parisiennes [consulté le 16 novembre 2021]. Disponible sur : https://www.affiches-parisiennes.com/liberte-d-expression-sur-les-reseaux-sociaux-et-controle-du-contenu-11774.html

JUSTIFIT. Réseaux sociaux et liberté d’expressions : quel cadre légal ? [en ligne]. Justifit, 30 octobre 2020 [consulté le 16 novembre 2021]. Disponible sur : https://www.justifit.fr/b/guides/reseaux-sociaux-et-liberte-dexpression/

INFLUENCEURS DU WEB. Peut-on tout dire sur internet ? [en ligne]. Etudiants issus des formations de Christophe Alcantara, 2011 [consulté le 16 novembre 2021]. Disponible sur : https://influenceursduweb.org/peut-on-tout-dire-sur-internet/

WIS. Réseaux sociaux et liberté d’expression [en ligne]. Wis, 2020 [consulté le 16 novembre 2021]. Disponible sur : https://www.wis-ecoles.com/reseaux-sociaux-et-liberte-dexpression/

1 JOUR,1 QUESTION. C’est quoi la liberté d’expressions ? [vidéo en ligne]. Info ou Mytho ? le 18 mai 2015 [consulté le 17 novembre 2021]. 1 vidéo, 1min42 : https://www.youtube.com/watch?v=Gc0lRoF9GLg

VILLAGES DE LA JUSTICE. Les délits d’opinion sur les réseaux sociaux à l’épreuve de la liberté d’expressions ? [en ligne]. Villages de la justice, 18 novembre 2019, 3 décembre 2019 [consulté le 17 novembre 2021]. Disponible sur : https://www.village-justice.com/articles/les-delits-opinion-sur-les-reseaux-sociaux-epreuve-liberte-expression,32966.html

SIECLE DIGITAL. Où s’arrête la liberté d’expression sur les médias sociaux ? [en ligne]. Siècle digital [consulté le 17 novembre 2021]. Disponible sur : https://siecledigital.fr/2014/11/04/sarrete-liberte-dexpression-les-medias-sociaux/

MARTINE OTTER, A quelle législation sont soumis les réseaux sociaux ? [en ligne]. Adeli, 24 mars 2021 [consulté le 17 novembre 2021]. Disponible sur : https://espaces-numeriques.org/reseaux-sociaux-que-dit-la-loi/

EMMANUELLE BASTIDE, real. Peut-on encore s’exprimer librement à l’heure des réseaux sociaux ? [podcast]. Rfi, publié le 17/09/2019. Disponible sur : https://www.rfi.fr/fr/emission/20190917-peut-on-encore-s-exprimer-librement-heure-reseaux-sociaux

DIANE DE TUGNY. La liberté d’expression sur Internet [en ligne]. Le particulier le figaro, 23 décembre 2015, 19 mai 2007 [consulté le 17 novembre 2021]. Disponible sur : https://leparticulier.lefigaro.fr/jcms/p1_1599034/la-liberte-dexpression-sur-internet

LIGUE DES DROITS DE L’HOMME. La liberté d’expression sur l’internet [en ligne]. Ligue des droits de l’homme, 19 juin 2001 [consulté le 18 novembre 2021]. Disponible sur : https://www.ldh-france.org/La-liberte-d-expression-sur-l/

CLAIR LEGROS. La liberté d’expression à l’heure du numérique ou la difficile quête de l’équilibre sur les réseaux sociaux [en ligne]. Le monde, 2 avril 2021, 21 octobre 2021 [consulté le 18 novembre 2021]. Disponible sur : https://www.lemonde.fr/idees/article/2021/04/02/reseaux-sociaux-et-liberte-d-expression-inventer-des-dispositifs-pour-proteger-nos-democraties_6075320_3232.html