Want to make creations as awesome as this one?

Transcript

Verdun, la violence des combats

Le témoignage d'un poilu

L'enfer commence

La ligne de front

La voie sacrée

Les ruines de Verdun après la bataille

La vidéo

Doc 1. Un enfer commence :

Le 21 février 1916, [l'Allemagne] lance une vaste

offensive baptisée « Gericht » (« le jugement »)

sur les positions françaises près de Verdun, dans

le nord-est du pays. La stratégie de l’Etat major

allemand veut relancer la guerre, s’avancer vers

Paris et « saigner à blanc l’armée française ». Un

véritable enfer commence. Un obus tombe

toutes les 15 secondes sur les poilus. Sous le

déluge de feu, la résistance des Français finit

pourtant par s’organiser. Les soldats des deux

camps s’enterrent dans les tranchées, derrière

les barbelés, dans l’eau et la boue glacées. Les

Allemands utilisent les gaz toxiques et

inaugurent une nouvelle arme redoutable : le

lance-flammes.

Cathy Lafont, « Il y a 100 ans, la fin de "l’enfer"

de Verdun », Ouest France, 18/12/2016

Juin 1916. Nous arrivâmes à saillant Keifer, dominant le

ravin e la Mort et le Mort-Homme. Ces noms se passent

de commentaires. Des faces grouillantes de vers,

l’odeur de mort partout, la faim, la soif, les obus, les

balles dans un chaos dantesque ; cela dépasse

l’imagination et donne une idée de ce que peut être

l’enfer.

Dimanche 25 juin 1916. Nous étions ensevelis, les effets

brûlés, le sang giclant de partout, horribles à voir. Je fus

transporté sur un brancard au poste de secours.

Carnets du lieutenant Henri Jousseaume

Durée 300 jours, du 21 février au 18 décembre 1916

Bilan humain


• Côté français : 163 000 morts, 216 000 disparus

• Côté allemand : 143 000 morts, 190 000 blessés


Villages détruits


Vaux, Cumières, Malancourt, Haumont-près-

Samogneux, Louvemont, Douaumont, Fleury,

Ornes, Beaumont, Bezonvauw

Artillerie 60 millions d’obus tirés


Logistique

• Côté français : 1 140 000 combattants

3 500 camions français se relaient pour

acheminer soldats et ravitaillement par la Voie

sacrée.

• Côté allemand : 1 250 000 combattants

Doc 1. Un enfer commence :

Le 21 février 1916, [l'Allemagne] lance une vaste

offensive baptisée « Gericht » (« le jugement »)

sur les positions françaises près de Verdun, dans

le nord-est du pays. La stratégie de l’Etat major

allemand veut relancer la guerre, s’avancer vers

Paris et « saigner à blanc l’armée française ». Un

véritable enfer commence. Un obus tombe

toutes les 15 secondes sur les poilus. Sous le

déluge de feu, la résistance des Français finit

pourtant par s’organiser. Les soldats des deux

camps s’enterrent dans les tranchées, derrière

les barbelés, dans l’eau et la boue glacées. Les

Allemands utilisent les gaz toxiques et

inaugurent une nouvelle arme redoutable : le

lance-flammes.

Cathy Lafont, « Il y a 100 ans, la fin de "l’enfer"

de Verdun », Ouest France, 18/12/2016