Want to make creations as awesome as this one?

Transcript

Après la chute du Second Empire, la IIIe République s’impose dans le pays.

Entre 1870 et 1914, les républicains réalisent un projet qui s’inspire de la Révolution Française.

Ce dernier s’appuie sur la liberté, la démocratie parlementaire, l’égalité et la laïcité.

Sa mise en oeuvre s’effectue au fil des événements politiques.

Néanmoins, de nombreuses contestations existent dans le domaine politique, social ou religieux.

2 septembre 1870 : échec de la France face à la Prusse à Sedan, l’empereur est capturé puis capitule


4 septembre 1870 : proclamation de la IIIe République



Tenue traditionnelle alsacienne

Mixité dans les classes scolaires en rapport avec les lois Ferry proclamées en 1881/1882

Symboles qui proviennent de la Révolution Française en 1789 : la Marianne et le drapeau français (bleu, blanc, rouge).

Non présence d’un crucifix car la laïcité est dans les classes depuis les lois de Jules Ferry en 1881/1882 et depuis la loi du 9 décembre 1905 séparant l’Etat et l’Eglise.

Enseignant en tenue de soldat français de la première guerre mondiale (1914-1918) qui n’est plus un moine depuis les lois lois Ferry de 1881/1882. Il pointe du doigt l’Alsace-Moselle sur la carte de France et explique à ses élèves que lui, et des milliers d’autres hommes, se battent pour que ce bout de territoire redevienne français.

La Commune de Paris est une des plus grande commune insurrectionnelle de l’histoire de France qui est née des événements de la guerre franco-prussienne de 1870 et qui s’oppose au gouvernement royaliste. Elle se déroule du 18 mars 1871 à “la semaine sanglante”, du 21 au 28 mai 1871, au cours de laquelle l’insurrection est écrasée et ses membres sont massacrés en masse.


Patrice de Mac Mahon (1808-1893) est un militaire et un homme d’Etat français qui devient president de la République française du 24 mai 1873 au 30 janvier 1879.

Adolphe Thiers (1797-1877) est un écrivain, journaliste, historien et homme d’Etat français qui devient président de la République française du 31 août 1871 au 24 mai 1873.


La mise en place du projet républicain

Juin 1881 : loi sur sur la liberté de presse et la gratuité de l'enseignement primaire

28 mars 1882 : enseignement primaire laïc et obligatoire


La IIIe République est laïque : la religion doit être séparée du gouvernement, et se traduit par une série de lois et d'actions, comme les lois scolaires de Jules Ferry de 1881/1882 et aussi avec la loi de séparation des Églises et de l'État en décembre 1905.


1885 : funérailles nationales de Victor Hugo

En 1885, Victor Hugo est enterré au Panthéon, lieu qui devient le tombeau des grands personnages de la république comme cela avait été décidé en 1791. Pendant la Restauration, le Panthéon avait été restitué à l'Église catholique mais la IIIe République se réapproprie le bâtiment. Ce un grand écrivain s'est battu pour la république et a vécu en exil sous Napoléon III. On fait également entrer au Panthéon des penseurs des Lumières et des grands hommes de la Révolution.


23 février 1899 : coup d'état manqué de Paul Déroulède

23 juin 1901 : congrès de fondation du parti radical et radical-socialiste

14 juillet 1800 : première fête nationale

Affaire Dreyfus (1894-1906)

Crise boulangiste (1897-1899)

Majorité républicaine modérée

Majorité de défense modérée

Paul Déroulède (1846-1914) est un poète, romancier et auteur dramatique français mais aussi un militant politique.

Il est un acteur important de la droite nationaliste en France avec son rôle fondateur dans la Ligue des patriotes.

En 1899, il profite des obsèques de Félix Faure pour entreprendre un coup d’état, qui sera un échec puisqu’il sera arrêté puis acquitté et enfin expulsé en Espagne.



En 1894, le capitaine Dreyfus, de confession juive, est condamné par un tribunal militaire à la déportation en Guyane pour espionnage et trahison au profit de l'Allemagne. En 1898, le véritable coupable est identifié : il s'agit du capitaine Esterhazy, qui est finalement gracié par un tribunal militaire. L'armée refuse de reconnaître son erreur. Ces abus poussent Émile Zola à publier un article au succès retentissant où il y prend la défense de Dreyfus et dénonce le rôle de l'armée dans la condamnation d'un innocent. L'opinion publique se scinde alors en deux camps irréconciliables qui s'affrontent durant plusieurs années : les « anti-dreyfusards » voulant le respect de l'autorité de l'armée et proclamant la culpabilité de Dreyfus; et les « dreyfusards » demandant le respect des Droits de l'Homme et prônant l'innocence de Dreyfus. À l'issue d'un second procès militaire, Dreyfus est de nouveau condamné mais aussitôt gracié par le président de la République. C'est la preuve d'une défaillance : l'armée a failli. Enfin, Dreyfus est réhabilité en 1906 mais cette affaire reste une blessure profonde et douloureuse car les Juifs ne sont pas les bienvenus.






Les monarchistes, écartés du pouvoir mais continuant d'espérer un retour du roi, constituent une force d'opposition qui s'exprime dès les années 1880. Cette opposition atteint son apogée en 1889 après la victoire électorale du général Boulanger, chef du camp nationaliste. Il mène une campagne violente contre le gouvernement et exige une révision de la Constitution. Il va jusqu'à se battre avec le président du Conseil, Charles Floquet, avant de démissionner. Mais, il est toutefois soutenu par une partie de la population qui vote encore pour lui lors de nouvelles élections partielles. Le gouvernement dénonce un « complot boulangiste » et un mandat d'arrêt contre le général est émis. Boulanger s'exile à Bruxelles.




Voltaire représenté comme détenant le savoir, les connaissances grâce au philosophes des Lumières universelle et les transmettant à Clemenceau.


Clemenceau coupant les liens entre la République et l‘Église et libérant enfin Marianne de l’Eglise

Marianne reconnaissable car c’est une femme, elle porte le bonnet phrygien et les couleurs de la France.

L’Église représentée totalement aveuglée par le poids de son pouvoir (couronne).


Albert de Mun (1841-1914) est un militaire, homme politique et académicien français de religion chrétienne.

Il est une importante figure catholique face à la séparation de l’Eglise et de l’Etat et il manifeste son opposition notamment dans un écrit parut en 1906 (extrait ci-dessous).


Le mouvement anarchiste apparaît en France après l'échec de la Commune et nombreux attentats anarchistes ont lieu dont un contre la Chambre des députés en 1893