Want to make creations as awesome as this one?

Transcript

test sonore

MUSIC DATA

Quiz niveau 1

1

2

3

Ecoute

Justifie

Reconnais

J'entends de la

Musique Concrète

J'entends de la

Musique Electroacoustique

QU'entends-tu ?

J'entends de la

Musique Electronique

Question 1/3

C'est de la Musique concrète

next

La musique concrète


C'est quoi ?

La musique concrète n'aurait pu exister sans l'invention de l'enregistrement sonore.

La musique concrète repose sur un matériel sonore préexistant constitué de sons (bruits ou sons instrumentaux) enregistrés au moyen de micros, d’abord sur disques souples puis, à partir de 1951, sur magnétophones.

Ces « objets sonores », sont préalablement enregistrés, puis traités, montés, mixés et « orchestrés » en studio, à l'aide d'une technologie en constante évolution.


Qui l'a inventée ?

Elle est née en 1948 par la création à la Radiotélévision Française (RTF) d’un studio de recherche confié au polytechnicien Pierre Schaeffer. Ce dernier fonde en 1951 avec Pierre Henry, le groupe de recherche de musique concrète (GRMC), devenu en 1958 le Groupe de Recherche Musicale (GRM)


Voici ce qui est considéré comme la première oeuvre concrète :

Etude aux chemins de fer de Pierre Schaeffer en 1948




Pierre Schaeffer t'explique tout en personne dans la vidéo ci-dessous :



L’œuvre fondatrice de la musique concrète est la « Symphonie pour un homme seul », née de la collaboration de Pierre Schaeffer et Pierre Henry. Ce dernier donnera à la musique concrète ses lettres de noblesse en produisant des œuvres d’envergure quasi symphoniques.


Symphonie pour un homme seul (1957)

Musique concrète de Pierre Schaeffer et Pierre Henry

Chorégraphie de Maurice Bejart



La Ville "L'escalier" (1984)

de Pierre Henry (1927 - 2017)


« S’il est une ville encore vivante de nos jours, c’est bien la Ville­Musique. Mon image sonore de la ville comporte des caractères descriptifs et narratifs. C’est ce qui apparaît quand j’entremêle les cris d’un nouveau­né et les battements d’une horloge. On doit se laisser porter dans cette « symphonie de ville » à travers le temps et l’espace. »

Pierre Henry.


Dans cette oeuvre, on constate la présence de deux plans sonores :

- un élément continu formé par les sifflements d'un homme

- et un élément plus discontinu et bruiteux, formé par les bruits de pas dans la cage d'escalier, ainsi que des paroles échangées entre les personnes qui marchent.

J'entends de la

Musique Concrète

J'entends de la

Musique Electroacoustique

QU'ENTENDS-TU ?

J'entends de la

Musique Electronique

Question 2/3

C'est de la Musique Electroacoustique

next

C'est quoi la musique électroacoustique ?



C'est quoi ?

C'est une expression utilisée en France pour désigner une technique musicale, et même un genre apparus dans les années 50 : il s'agit de la musique pour bande magnétique réalisée en studio par le compositeur, et utilisant indifféremment des sons d'origine « concrète » (enregistrés par micros) et des sons « électroniques » (issus d'appareils tels que : générateurs électroniques, synthétiseurs, ordinateurs, etc.)

Bien sûr, ces sons sont sont manipulés, assemblés, organisés, pour aboutir à des œuvres destinées à être diffusées par haut-parleurs.


Qui l'a inventée ?

On considère généralement que la musique électroacoustique date de 1956, année où fut réalisé par Karlheinz Stockhausen le Chant des adolescents (Gesang der Jünglinge), qui passe pour être la première œuvre à avoir utilisé en même temps des « sons concrets » (ici la voix d'un petit garçon) et des sons électroniques


Le chant des Adolescents (Gesang der Jünglinge) de Karlheinz Stockhausen en 1956

​​​


J'entends de laMusique Concrète

QU'ENTENDS-TU ?

J'entends de la

Musique Electronique

Question 3/3

J'entends de la

Musique Electroacoustique

C'est de la Musique Electronique

back over?

La musique Electronique


C'est quoi ?

La musique électronique est basée sur l’utilisation de sons produits exclusivement par des générateurs électroniques.


Qui l'a inventée ?

Elle nait en Allemagne, en 1951 avec le Studio de musique électronique de la radio de Cologne (WDR) créé par Helbert Heimer, rejoint par Henri Pousseur, Bruno Maderna, Pierre Boulez et surtout Karlheinz Stockhausen qui en sera la figure marquante.


Artikulation (1958)

de György Ligeti (1923 - 2006)




Dans cette partition, tous les sons sont générés par un ordinateur. À aucun moment, l'homme n'intervient dans l’exécution de l’œuvre ! Précisons qu'en 1958, Ligeti usait d'une technologie informatique rudimentaire comparée à celle d'aujourd'hui.

L’œuvre est enregitrée sur des bandes magnétiques qui ont été découpées, collées, redécoupés et recollées plusieurs fois. Il s'agit d'un montage sonore :

[…] «On produit, grâce à un générateur de courant alternatif, des sons purs en formes d’oscillations sinusoïdales que l’on enregistre séparément sur une bande magnétique, puis on découpe les fragments de cette bande aux différents sons et on les colle dans un ordre choisi.


(...) On peut ensuite enregistrer le mélange de deux bandes sur une 3e et ainsi de suite. La vitesse de déroulement de la bande étant très rapide (76 cm par seconde) et les fragments de bande pouvant être très petits (jusqu’à 1 cm), on obtient des sons qui se succèdent à un intervalle de temps inférieur à 1/20 de seconde»
Ligeti, Pierre Michel, Editions Minerve


L’absence de notes traditionnelles entraîne un rapport nouveau à la musique : on ne peut parler ici de mélodie ou d’harmonie. Il n’y a pas d'influence du passé dans cette œuvre.


Ligeti utilisent les sons électroniques à deux fins :

  1. Créer des sensations de textures matérielles (humide, spongieux, fibreux, sec, granuleux, éclats) ou à des lieux (édifices imaginaires, labyrinthes), ou encore des insectes, des apparitions, des disparitions, etc…
  2. Mais surtout à créer une illusion de dialogue entre des personnages imaginaires. On entend des monologues, dialogues et autres disputes polyphoniques, chuchotements, bavardages, sauts d'humeurs impulsives... d'où le nom d' "Artikulation" en référence au langage parlé.